Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

2 Pages<12
Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline UrShulgi  
#21 Envoyé le : mardi 27 novembre 2018 13:35:01(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué

Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,515
Belgium

L'alléchante étape de pierre tenait toutes ses promesses. L'un passa ses mains près de la statue à la bouche ouverte, et de l'eau coula. L'autre attrapa des raisins, et déjà de nouveaux semblaient se constituer à la place. Quelqu'un goûtait le vin, et il semblait s'harmoniser à son palais, fruité pour l'un, corsé pour l'autre. La carafe se remplissait à nouveau lentement. En posant les affaires sur les futons attachés à rien, ils s'affaissèrent un bref instant sous le poids de celles-ci, avant de reprendre magiquement leur hauteur. Il y avait ici tant et tant de magie, qu'on pouvait se demander s'ils n'étaient pas morts, découvrant un royaume divin. Même avec une grande maîtrise de la magie, Célestin ne pouvait que s'interroger sur le temps passé et les moyens matériels mis en œuvre pour pareil endroit. Endroit dont ils n'avaient pour l'instant rien ou presque visité. Vérifiant qu'ils avaient toutes leurs affaires, ils purent constater comme le temps passait beaucoup plus vite où ils étaient. Bien qu'eux semblaient épargnés, les rations entamées du jour présentaient une coloration que seule une non-consommation prolongée aurait pu amener. Le genre de consommation que prenaient des rations entamées oubliées pendant toute la journée, alors qu'ils n'étaient là que depuis peu.

Derrière eux, une sorte de bâillement se fit entendre, près du ponton, approchait une tortue de mer, grande comme une rondache, à un rythme qui flirtait avec le sur place. À une vingtaine de pas d'eux, elle prit un étrange regard, et fut pris de régurgitation. Une sorte d'étuis à parchemin minuscule en sortit, sans salive sur lui, et la créature, avec une rapidité plus marquée, fit demi-tour avant d'entamer son chemin vers les eaux d'où elle provenait.

Si quelqu'un réussi un mystère DD23 et observe l'étui.


Si quelqu'un ouvre


Si quelqu'un veut mourir

Modifié par un modérateur mercredi 28 novembre 2018 22:25:09(UTC)  | Raison: Non indiquée

Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Offline Lematou  
#22 Envoyé le : mercredi 28 novembre 2018 17:31:21(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 205
France

En premier lieu, Nedjemibrê avait goûté à quelques uns des fruits qui poussaient dans la cabane, en affichant incontinent une mine gourmande. Un plaisir simple et savoureux. Ce faisant, il avait servit à qui voulait du vin des carafes à proximité, faisant voler les verres vers les mains tendues.

Et puis, rassasié, l'homme à la peau d'ébène s'était laissé tomber dans un des lits flottant, comme l'aurait fait un enfant. Il fut d'abord surpris de tomber si lentement... et réalisa alors que, depuis leur chute à travers les flammes, les présence des vent qui l'accompagnaient s'était fait plus prégnantes. C'étaient eux qui ralentissaient sa chute. Le tempestaire atterrit donc dans sa couchette tout en douceur, comme s'il avait été aussi léger qu'une plume. Sensation des plus agréable et qui le fit sourire.

Se tournant à demi sur sa couchette, il fit venir à lui son bardât et entreprit d'en sortir quelques affaires, décidé à faire un peu d'entretien ou de rangement pendant que Bhaal reprenait des forces.
Pourquoi ne pas profiter de l'occasion pour jouer du Nāy ? Peut-être qu'Alia voudrait chanter ? C'est en fouillant dans son matériel que Nedejmibrê remarqua l'état de ses rations - bonnes à jeter, ou pas loin - et lui fit réaliser à quel point l'intuition d'Agathe avait été pertinente. Le temps ne s'écoulait pas pour eux comme pour leurs objets... À quelle vitesse, au juste ? Mais le tempestaire n'eut pas vraiment le loisir de s'en étonner ou d'y réfléchir : de drôle de bruits dehors attirèrent son attention. Tout de go, il sortit voir...



Nedjemibrê

CLASSE D'ARMURE 20
Contact 15 / Surpris 15
Immun Critiques (15%)
réf+13 vig+13 vol+9
SECONDE CHANCE 1/1
VOLONTÉ ALTIÈRE 1/1
INTERNAL BUFFER 1/1
BURN 3/8
Tempestaire

117 / 117
21 / 21

Chihili

CLASSE D'ARMURE 19
Contact 13/14 / Surpris 17
Camouflage Total (50%)
réf+8 vig+7 vol+3
BIT OF LUCK 1/1
SHARE WILL 1/1
Chuchoteur

58 / 58

Lorsque la tortue neurasthénique était venue à eux, Nedjemibrê avait tout de suite pensé en faire une soupe.

Avoir pérégriné dans le désert tant d'année avec les badawis lui avait enseigné qu'une occasion pareille, bien que la cabane enchantée semblât à même de pourvoir à leurs besoins élémentaires, ça ne se refusait pas. Le tempestaire se préparait à aligner l'animal quand celui-ci vomit incontinent un objet sur le sable. Un étui. Et ce, comme s'il leur était destiné... L'homme né du désert se ravisa aussitôt et rangea la pièce de cuivre avec laquelle il jouait entre ses doigts. On ne tue pas un messager - enfin, un livreur - et ce, même si les nouvelles se révélaient déplaisantes... C'était contraire aux usages et aux lois de l'hospitalité des hommes du désert.

Après avoir jeté un dernier coup d’œil, presque à regret, à la tortue qui s'enfuyait, Nedjemibrê fit un pas en direction de du petit étui. Là, il se retourna, interrogeant ses compagnons du regard et afficha une mine des plus perplexes. Le tempestaire était trop décontenancé pour commenter ce qu'il venait de voir et se contenta finalement de hausser les épaules. Puis il fit un geste ample de la main. Comme accompagnant son geste, l'étui s'envola et s'approcha du petit groupe pour s'immobiliser, lévitant à quelques pieds du sol, suffisamment haut pour que tous puissent l'observer à leur aise.

« On dirait que ça peut s'ouvrir... » commenta Nedjemibrê.

Une fois que chacun eut tout loisir d'observer l'objet, le tempestaire l'éloigna d'eux d'une toise. L'étui se déposa en douceur sur le sable. Là, Nedjemibrê se mit à le fixer, tout en pianotant de ses longs doigts graciles dans l'air. L'étui s'ouvrit alors de lui même, se secoua délicatement et se défit de son contenu : un petit œuf et un parchemin.

Nouveaux objets tout aussi incongrus que le tempestaire ramena à leur hauteur, tout comme il l'avait fait pour l'étui.

L'œuf était bleu et portait des marques brunes sur une extrémité, assurément magique (d'une magie d'invocation forte). Le parchemin, étrangement froid au toucher, était bleu et on avait écrit dessus à l'encre d'or. Il se déroula de lui même et s'afficha bien droit, tel un panonceau, afin que tous puissent le lire (c'est en commun) :



Leur aventure prenait décidément une tournure des plus étrange... Nedjemibrê se mit à rire doucement.
« Et bien, après avoir risqué nos vies pour faire tomber le Charognard, nous voilà devenus chasseurs de mouton. Les Dieux nous ont assurément prévu une destinée des plus glorieuse ! »

Modifié par un utilisateur mercredi 28 novembre 2018 17:40:27(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Lyana  
#23 Envoyé le : mercredi 28 novembre 2018 21:48:06(UTC)
Lyana
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/04/2013(UTC)
Messages : 1,474
France, Metropolitan

Alia
CA 23 (C18,D16)
CA déf. 26 (C21,D19)
mêlée 30 (C25, D23)
Ref+13* Vig+7* Vol+8*
Représentations
23/23
Glitterdust : 1/1
Sorts 1 : 4/5
Sorts 2 : 5/5
Sorts 3 : 4/4

85 / 85

Dans l'étrange demeure, Alia jouait le jeu de l'émerveillement, elle passa d'un objet étrange à l'autre, goûtant les mets que Nedjemibrê leur envoyer par la voie des airs, un sourire ravi collé au visage. Le cœur n'y était pas mais elle ne voulait pas accabler les autres, il ne s'agirait que d'elle, elle se serait assise dans un coin pour pleurer mais elle savait que jamais Bhaal ne la laisserait faire. Des quatre, il était celui qui avait le plus souffert, la marque sur sa cuisse ne voulait pas disparaitre et devait encore le faire souffrir comme le témoigner sa boiterie, et pourtant il ne se plaignait pas, il restait égal à lui-même, alors de quel droit se plaindrait-elle ? Elle lui devait bien de cacher sa culpabilité.

Elle hocha la tête en direction de Nedj' qui sortait un instrument de musique de ses affaires, répondant à la question muette qu'il lui posa des yeux en lui montrant le Nay, un peu de musique leur ferait du bien, elle regretta d'avoir laissé son oud à Kelmarane. Elle toussota afin de dégager ses cordes vocales lorsque les bruits venant de l'extérieur se firent entendre.

Devant la tortue géante, Alia écarquilla les yeux de surprise, c'était la première tortue qu'elle voyait mais jamais elle n'aurait pensé qu'elles étaient aussi immenses, ses yeux s'ouvrirent encore plus lorsque l'animal cracha un objet avant de faire demi-tour.
Elle eut à peine le temps de se remettre de sa surprise que le tempestaire en sortit un parchemin. Si cela avait été possible, ses yeux s'ouvrirent encore plus grand que devant la tortue alors qu'elle lisait le message.

« Mais qu'est-ce que veut dire tout ça ? Quelqu'un connait ces îles du Serpent ? Et puis qui est l'Emprisonneur et surtout qui sont ces Nous ? »



Je posterai le jour, je posterai la nuit, je posterai toujours ^_<

Aksana, chamane samsarane de la vie (S210)
Alia, derviche de la Fleur de l'Aube aasimar (BM96)


Offline Guigui  
#24 Envoyé le : mercredi 28 novembre 2018 23:13:58(UTC)
Guigui
Rang : Habitué

Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 6,180
Localisation : Paris

Bhaal
rage berserk : 12/20
CA : 23 | C : 14 | D : 21
réf:+6 | vig:+10 | vol:+9

101 / 101


Bhaal suivit ses compagnons dans l'étrange bâtisse et considéra d'abord d'un regard suspect la débauche d'effet magiques tout entiers dédiés au confort des hôtes. Cela n'avait rien de normal, encore moins de naturel, et rien ne les assurait que liquides et victuailles n'étaient pas empoisonnés, ou maudits. Mais petit à petit, voyant que ses compagnons mangeaient et buvaient sans effet notable sinon la satisfaction d'étancher leur faim et leur soif, il se détendit et participa à son tour aux agapes.

Une fois rassasié, il résolut d'essayer lui aussi les étranges lits flottants, et trouva le sien fort confortable. Il était, à vrai dire, plutôt fatigué, autant par les derniers combats que par sa récente blessure. Celle-ci était stable, avait dit Célestin, mais elle le faisait toujours souffrir, et il avait la sensation constante de se faire grignoter la jambe par de minuscules mâchoires. Accaparé par sa souffrance, il ne remarqua pas le masque de joie impersonnelle qui s'était greffé sur le visage de sa femme.

Cherchant à se détendre, il laissa son esprit vagabonder un instant, mais les mêmes questions revenaient en boucle dans son esprit, des questions dérangeantes. Pourquoi avait-il appelé la Bête pour pousser le sarcophage, sachant que ce serait vain, et pourquoi était-elle venue malgré tout ? Pourquoi Sarenrae était-elle apparue pour le sauver ? Pourquoi avait-il la sensation persistante, depuis lors, d'être habité par quelque chose de nouveau ? Pourquoi était-il soudain capable de lire les auras magiques, alors qu'il n'avait jamais su le faire jusqu'à présent ? Après quelques minutes passées à ne rien faire d'autre que "gamberger", comme il disait, il se releva subitement pour, apparemment, examiner à nouveau l'armure récupérée dans le sarcophage, et demander à Célestin d'en lire l'aura magique. Mais en réalité, il avait surtout besoin de s'occuper. S'occuper pour ne pas avoir à réfléchir.


La tortue messagère repérée par Nedj constitua une diversion bienvenue. Une fois l'étui récupéré et le message lu, il répondit à sa femme : « ça... j''en sais rien, ma belle, mais ça confirme que cet endroit est une prison. Une prison dorée,mais une prison quand même. Quant au "nous"... J'imagine que ce sont d'autres prisonniers. Je ne sais pas à quoi ils jouent, mais ils cherchent à nous tester. Et je ne vois pas quelle autre option on aurait que d'accepter leur test... A part errer à l'aveugle sur ces îles en espérant que quelque chose se passe. »
Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211

Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
Offline vaidaick  
#25 Envoyé le : vendredi 30 novembre 2018 08:14:07(UTC)
vaidaick
Rang : Staff

Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,449
France

CELESTIN
CA : 18 (C14, D15)
REF +7 VIG +6 VOL +8

70 / 70

AGATHE
CA : 20 (C16, D16)
REF +8 VIG +4 VOL +10

35 / 35
Célestin n'avait pas dit un mot pour rassurer Alia. Peut-être préférait-il laisser ce rôle à Bhaal, qui avait besoin de penser à autre chose que sa blessure. Mais ce n'était en réalité qu'une des raisons de son mutisme. Il ne voulait pas mettre son amie encore plus à mal avec ses propres pensées. Vardishal hein ? Explication simple... Mais c'est oublier un peu vite la malédiction que j'ai ressentie sur le sarcophage... Aucune malédiction ne fait intervenir un dieu, ce ne peut être lié à ce que Bhaal a vécu... Une malédiction faisant intervenir la volonté... Probablement la volonté de ne pas prononcer cette formule... Alia... Il se morigéna intérieurement. Non, tu ne peux pas dire qu'Alia a échoué. Nous avons tous échoué à y résister.

C'était perdu dans ces sombres pensées que Célestin profitait, si on pouvait dire, des bienfaits de la masure, lorsque la tortue arriva.

« Étrange. » finit par dire Agathe alors que l'animal s'éloignait. « C'est une créature métamorphosée par un puissant sort de transmutation. »

« Comment ? » s'étonna Célestin, sortant totalement de son apathie. Il se précipita à la suite de l'étrange reptile tout en incantant afin d’affûter ses sens aux courants magiques, tandis que Nedjemibrê ramassait le présent et l'ouvrait en commentant.

De la transmutation. confirma-t-il en son for intérieur. « Attendez ! » héla-t-il la créature qui approchait des flots, prête à y plonger. « Vous n'êtes pas une simple tortue ! Qui êtes-vous ? »

Celle-ci s'arrêta un bref instant quant il l'interpella, se retournant pour l'observer, avant de continuer sa route vers l'eau, cette fois en disparaissant. Célestin en était sûr, elle ne s'était pas rendu invisible, elle était partie.

  • Célestin Connaissance mystères : 1d20+17 donne [10] + 17 = 27
  • Agathe connaissance mystères : 1d20+10 donne [6] + 10 = 16

Modifié par un modérateur mardi 4 décembre 2018 09:21:24(UTC)  | Raison: Non indiquée

Entre ce que je pense, ce que veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
Offline Lematou  
#26 Envoyé le : mardi 4 décembre 2018 11:01:34(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 205
France

Nedjemibrê

CLASSE D'ARMURE 20
Contact 15 / Surpris 15
Immun Critiques (15%)
réf+13 vig+13 vol+9
SECONDE CHANCE 1/1
VOLONTÉ ALTIÈRE 1/1
INTERNAL BUFFER 1/1
BURN 3/8
Tempestaire

117 / 117
21 / 21

Chihili

CLASSE D'ARMURE 19
Contact 13/14 / Surpris 17
Camouflage Total (50%)
réf+8 vig+7 vol+3
BIT OF LUCK 1/1
SHARE WILL 1/1
Chuchoteur

58 / 58

Que de mystères... et pas moyen d'en savoir plus ! La tortue, leur seul lien avec cet obscur « nous » (comme disait Alia ou Bhaal), avait mis un vent à Célestin.

Quand la tortue plongea, Nedjemibrê resta un instant à fixer la mer. Puis il haussa les épaules en adressant un regard tout autant perplexe que désolé au jeune sorcier. « Nous » voulait donc garder le mystère quant à sa nature et ses intentions. Ils allaient devoir faire avec...

« Des prisonniers... Oui, peut-être... Des prisonniers qui pourraient chercher à nous utiliser pour atteindre la sortie... Ou les véritables maîtres des lieux, depuis que cet Emprisonneur n'est plus, qui veulent savoir de quel bois nous sommes fait avant de... Nous exposer leurs mystérieux desseins ? Au fond, je n'aime pas trop le ton de leur message... "Répondre à tous nos désirs... ". C'est le genre d'appât propre à duper le chaland, afin qu'il imagine ce qu'il a envie de croire... » remarqua doucement Nedjemibrê, presque in peto.

Puis, reprenant un volume de voix normal, le tempestaire ajouta : « Je pense comme Bhaal. Nous n'avons d'autre choix que de relever leur défi. Ces gens sont probablement les seuls qui peuvent nous éclairer quant à la nature de ces lieux. Et sur la manière de s'en échapper. Par contre, quand tu parles d'errer à l'aveuglette sur ces îles : je crains que notre chasse au mouton ne commence de la sorte. D'après Chihili, l'archipel a l'air vaste... »

Lançant un regard vers la jungle, le tempestaire demanda : « Avant de devoir nous lancer dans la construction d'un moyen de traverser ces bras de mer, que diriez-vous de commencer par explorer l'île sur laquelle nous avons atterrit ? »

Ce disant, agitant gracieusement les mains à la manière d'un chef d'orchestre, comme s'il disposait dans l'espace des choses invisibles, Nedjemibrê altéra les vents. Aussitôt, une brise légère se mit à jouer avec les cheveux de chacun de ses compagnons.



★ [Aérokinésie] Agathe, Alia, Bhaal, Célestin et Nedjemibrê sont considérés comme étant contre le sens du vent lorsqu’il s’agit de déterminer la distance à laquelle il est possible de les détecter grâce à l’odorat (⇢ 4m50 ; sauf évènement, Nedjemibrê renouvelle l'effet toute les heures ; y a plus que Chihili qui soit pas couvert - s'il sent quelque chose).

★ Si tous le monde est d'accord pour partir explorer l'île, Nedjemibrê se rendra invisible.

Modifié par un utilisateur mardi 4 décembre 2018 20:04:14(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline UrShulgi  
#27 Envoyé le : jeudi 6 décembre 2018 09:28:09(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué

Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,515
Belgium

La sagacité de Nedjemibrê reçut l'approbation de tout le monde, et tandis qu'Agathe et Chihili prenaient de la hauteur vers d'autres cieux, ils commencèrent à arpenter les plages avant de s'aventurer dans la jungle.Leurs pieds foulaient de belles plages au sable blanc et brillant, délimitées par des rangées de palmiers, de cyprès et parfois par quelques fourrés où s’entremêlaient les broussailles et les bambous. De nombreux fruits mûrs étaient visibles, comme des baies, ainsi que quelques mues de serpent, dont la taille laissait présager qu'ils étaient gigantesques, au moins aussi gros que celui qu'Alia avait terrassé à Kelmarane. Précautionneux, ils ne trouvèrent pas la moindre trace d'un passage de Bélier, mais s'arrêtèrent en apercevant un étrange phénomène.

Là, dans des huttes rudimentaires installées sur plusieurs plages assiégées de petites barques, ils apercevaient ce qu'ils espéraient ne plus voir avant longtemps : des gnolls. Leurs fourrures et leurs armures étaient teintes et arboraient des motifs hideux, que décoraient des coquilles, des plumes et de petits fétiches, mais rien qui ne leur inspirait un lien avec Rovagug et Lamashtu.

Ils semblaient même vivre une vie assez paisible faite de pêche et de chasses épisodiques de grandes carcasses, à voir la taille de leur broche sur laquelle un serpent long de plus de vingt pieds était plié en deux, sur une longue pique de fer, cuit, et entamé de nombreuses traces de gnolls s'étaient préalablement servis. À voir les huttes, ils n'étaient pas loin d'être une centaine.

Modifié par un utilisateur jeudi 6 décembre 2018 09:38:12(UTC)  | Raison: Non indiquée

Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Offline Guigui  
#28 Envoyé le : vendredi 7 décembre 2018 23:30:35(UTC)
Guigui
Rang : Habitué

Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 6,180
Localisation : Paris

Bhaal
rage berserk : 12/20
CA : 25 | C : 14 | D : 23
réf:+6 | vig:+10 | vol:+10

101 / 101


Avant de partir en exploration, et après avoir reçu confirmation de la part de Célestin que l'armure portée par la prêtresse gnolle recelait un puissant enchantement de protection, Bhaal décida de s'en équiper. « Je n'aime pas trop les cottes de mailles, » expliqua-t-il à sa femme, « elles ont tendance à me serrer aux épaules et à limiter mes mouvements. Mais celle-là est en mithral, et P'tit Biquet dit qu'elle est très puissante, alors... »

Joignant le geste à la parole, il entreprit de délacer sa cuirasse. Une fois débarrassé de celle-ci, simplement revêtu de son maillot magique, il en profita pour s'étirer et faire quelques mouvements. Sa cuirasse était bien plus légère que ce qu'on pouvait supposer, mais il la portait depuis trop d'heures pour s'y sentir encore à l'aise. Soudain, il sembla comme intrigué, comme si quelque chose le gênait. Il se mit à se tâter le dos, puis les épaules. Jetant un œil vers Alia et ses camarades, il s'assura qu'ils étaient eux aussi occupés à se préparer et qu'ils n'avaient rien perçu de son petit manège. Il se détourna alors d'eux afin qu'il ne voient pas la peur et l'inquiétude sur son visage, et enfila rapidement la cotte de mailles, sans plus parler désormais.


Bien plus tard, lorsqu'ils aperçurent au loin le village gnoll, chacun se demanda de prime abord s'il allait falloir à nouveau combattre... Avant de réaliser que les activités auxquelles ceux-ci se livraient semblaient plutôt pacifiques. Il pouvait s'avérer utile d'essayer de leur parler et d'en apprendre plus sur l'endroit où ils se trouvaient. « Ils n'ont pas l'air armés pour la guerre... Et puis, ils ne sont qu'une centaine, » observa Bhaal. « Après avoir combattu autant de démons, de morts-vivants et de bêtes à tentacules, on doit bien pouvoir se faire une centaine de gnolls en guise de hors d’œuvre, non ? » Ajouta-t-il sinistrement.

Modifié par un utilisateur jeudi 13 décembre 2018 20:41:23(UTC)  | Raison: Non indiquée

Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211

Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
Offline UrShulgi  
#29 Envoyé le : dimanche 16 décembre 2018 20:23:46(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué

Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,515
Belgium

Nedjemibrê interrompit son subterfuge d'invisibilité pour se rapprocher avec le trio de Kelmarane des gnolls indigènes. Ces derniers vaquaient à des occupations des plus banales pour des côtiers, pêches, nettoyages de vêtements et de peaux de bête, tanage, nettoyage de coquillages, triage de feuilles pour le repas ... Les plus proches autochtones furent saisis en les apercevant, certains récupérant immédiatement les lances et arcs les plus proches d'eux

Célestin écarta ses mains de façon à les mettre bien en évidence, en signe de paix. « Bonjour. » commença-t-il en gnoll. « Nous venons d'arriver en ces lieux, et vous êtes les premiers humanoïdes que nous rencontrons. Nous ne voulons aucun mal aux vôtres. Nous voudrions simplement discuter avec vous. Pourriez-vous nous consacrer un peu de votre temps afin de nous éclaircir quelques points obscurs ? »






Les gnolls semblaient assez colériques face aux intrus, surtout Célestin, c'est la vue du géant rouge derrière qui sembla tempérer leurs ardeurs (et leur offrir un air plus soupçonneux). Les activités commençaient à s'arrêter un peu partout alors que tous les observaient, jusqu'à l'arriver d'un gnoll bien plus recouvert de colifichets et de tatouages que les autres, un bâton recouvert de peau de serpent à la main. À la surprise des siens, il répondit en commun.


« Salut à vous. Vous deux, vous avez la peau de lait qu'avait celui qui nous amené ici dans les légendes. Et vous le rouge de celui dont nous nous sommes libérés. Que faites-vous ici? »

Nedjemibrê, prenant sans s'en rendre compte l'attitude d'un vizir suivant son roi lors d'une visite protocolaire, allongeait le pas derrière Célestin. Malgré ses airs tranquilles - on aurait dit que Nedjemibrê avait fait ça toute sa vie - l'homme à la peau d'ébène était sur le qui-vive. Le contact avec ces gnolls pouvaient très mal tourner... Lorsque leur petits groupe arriva à hauteur des canidés, Nedjemibrê salua posément chacun de ceux qui le dévisageait en hochant dignement la tête. En retrait, le tempestaire laissa Célestin mener la conversation. Nedjemibrê ne parlait pas le gnoll. Et puis il se disait que multiplier les interlocuteurs ne rendrait pas l'échange plus aisé. Aussi, lorsque le gnoll qui semblait être leur chef - du moins un personnage important - vint à eux et répondit au jeune sorcier, Nedjemibrê se contenta d'écouter.

Célestin sentit la tension monter chez les gnolls, particulièrement à son égard. Avait-il dit quelque chose d'offensant ? Mais bientôt une sorte de chef vint, et le réaction des gnolls fut aisée à comprendre. « Nous venons d'arriver en ces lieux - quels qu'ils soient. Et je ne pense pas que nous ayons de rapport direct avec ceux dont vous parlez... Car si vous parlez de légende, c'est que l'histoire est ancienne. Pouvez-vous nous en dire plus sur ces îles ? Et sur le plan sur lequel nous sommes ? »

Modifié par un utilisateur mardi 18 décembre 2018 12:00:09(UTC)  | Raison: Non indiquée

Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Offline UrShulgi  
#30 Envoyé le : dimanche 16 décembre 2018 20:23:56(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué

Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,515
Belgium


Le gnoll dévisageait Célestin comme pour essayer de lire en lui. « Comment êtes-vous arrivés ici? C'est une longue légende. Venez, nous allons discuter. » Il fait deux grandes gestes en l'air comment pour envoyer quelque chose au loin et les gnolls baissèrent leurs armes, se dispersant à l'exception deux gnolls qui l'accompagnèrent jusqu'à des troncs de palmier recouverts d'assisses en peau reptilienne servant de banc. L'un des deux accompagnants parti dans une hutte avant de revenir avec une jare et des gobelets de terre cuite attachées ensemble par une ficelle. Le chef, ou son représentant, avait une mine grave. Le gnoll servit une sorte de lait d'amande (ce que laissait du moins supposer son odeur et sa couleur) dans des gobelets qu'il détacha de sa cordelette, avant de les tendre à tous, le gnoll important compris. Ce dernier leur fit signe de s'asseoir et leva son verre pour trinquer tandis qu'il les écoutait. Il avait bien compris qu'il avait la main pour les informations, et ne semblait pas disposer à en dire davantage sans en avoir un maximum.

Au moment du premier contact, lorsque les gnolls les plus proches commencèrent à saisir leurs armes, Bhaal leva sa bardiche en position de combat, prêt à charger. Contre toute attente, ce simple geste sembla en décourager plus d'un, et même les plus véhéments se calmèrent en le dévisageant, leur regard oscillant entre crainte et méfiance. Voyant cela, Bhaal baissa lentement son arme, optant pour une attitude moins agressive. Il n'oubliait pas que le but était de parler à ces gnolls, non de les massacrer, et d'ailleurs leur attitude tranchait largement avec celle des gnolls de la Montagne Pâle, ou même les Kulldis de Kelmarane. Ils avaient l'air beaucoup plus paisibles, des chasseurs et des cueilleurs...
Son impression première fut confirmée lorsque le chef les fit asseoir et leur proposa de trinquer. Aucun gnoll "normal" du Katapesh ne ferait une chose pareille... Mais il lui sembla également que le gnoll en question attendait d'en savoir plus avant de dévoiler ce qu'il savait. Bhaal décida de prêter main forte à Célestin pour qu'il n'endosse pas seul la responsabilité des pourparlers.

« Hem... Nous... Nous venons d'un autre monde que celui-ci. Nous avons été précipités ici par la lecture d'un parchemin magique, et nous ne sommes pas venus de notre propre volonté. Il semble que nous soyons prisonniers, ici... Tout comme vous, peut-être ? »


Arme en main, Alia s'était avancée à la suite de ses compagnons à la rencontre des gnolls. S'attendant au pire de la part de ces créatures, elle fut surprise de les voir s'occupait de taches simples et de vivre en paix. Sur le qui-vive et craignant une supercherie, ses yeux balayaient ce qui semblait être un village gnoll, mais rien ne semblaient être feint. Le groupe de gnoll avait appris à vivre sur cette ile de façon paisible.
Elle s'assit dans le cercle et trinqua à l'invitation de celui qui se comportait comme leur chef, elle ne trempa cependant que les lèvres dans le breuvage, redoutant encore une supercherie.
Laissant Célestin et Bhaal entamer la discussion, elle réfléchissait à ce qui avait été dit plus tôt par le gnoll : qui pouvait être cet homme à la peau de lait et surtout qui était celui dont ils s'étaient libérés ? Chaque réponse viendrait en son temps, elle retourna son attention sur le gnoll qui cherchait à en savoir autant qu'eux.


Semblant les écouter tout en reniflant bruyamment. Il n'avait l'air qu'à moitié surpris par leurs propos. « Je vais vous dire ce que nous disent les légendes, et ce que je sais, étrangers. Je suis Skalö, le chef de notre tribu, les Chasseurs de Sang. » Il observa d'un œil contrarié Alia qui feintait de trinquer tout en continuant ses paroles. « Nos ancêtres étaient au service d'un seigneur de feu, qui s'appelle Javoule. Il affrontait d'autres créatures dans le monde d'où ils venaient quant une créature comme vous les a emportés, eux et les seigneurs de feu et de terre, ici, sur ce Royaume. L'homme a la peau de lait s'est alors caché. Le seigneur de feu nous fit chercher l'homme à la peau de lait, mais il était introuvable. De rage, il nous banni loin de lui, non sans avoir tuer beaucoup des notres dans un accès de fureur. Nos dieux ne nous répondaient plus, alors nous avons commencé une vie nouvelle ici. Au lieu de chercher à comprendre, nous avons commencé à simplement vivre. Cet endroit n'a pas de maître. Mais il a des esclaves. Nous les avons vu, de loin, étranges créatures comme des serpents avec des bras, capables de prendre d'autres formes. Nous restons sur ces quelques îles, sans aller trop à l'est où habitent les seigneurs de feu ou de pierre. Ici, la vie nous est clémente malgré les dangers qui rôdent dans la jungle. »
Il les regarda, ne sachant si il devait ajouter quelque chose.

Bhaal écouta avec attention le chef gnoll, essayant de relier ce qu'il apprenait de sa bouche avec ce qu'ils avaient déjà appris. Agathe avait dit quelque chose à propos du parchemin lorsqu'ils avaient découvert la cachette de Zayfid. C'était le parchemin de Kakishon, créé par l'archimage Nex, qui permettait de se rendre dans un royaume caché... Un autre plan, en réalité. Et ce nom... « Javoule... Seigneur du feu... » Murmura-t-il en se grattant la barbe, « est-ce que ce ne serait pas Javuhl, cet efrit que les Templiers ont combattu et qui s'est allié à... à Rovagug ? » Après ce qui venait de lui arriver, le géant rouge éprouvait des difficultés à prononcer ce nom. « Il aurait donc été envoyé ici, avec son armée ? Et... ce serait lui qu'on aurait vu nous saluer, quand nous sommes... "descendus" ici ? Bordel de merde... » Souffla-t-il, réalisant confusément les conséquences que cela pouvait avoir sur le monde - sur leur monde - si ce qu'il devinait était vrai.
« En tout cas, chef Skalö, sois rassuré, » reprit-il pour essayer de changer de sujet, « ma peau est peut-être rouge comme celle des seigneurs du feu dont tu parles, mais je n'ai rien à voir avec eux. Mon ascendance est toute autre. Je me nomme Bhaal. Voici ma femme Alia, et mes amis Célestin et Nedjemibrê, » dit-il en présentant ses compagnons de la main

Célestin salua de la tête lorsque Bhaal le présenta, et poursuivit alors que dans son esprit une pensée similaire à celle de son ami se formait. « Peu après notre arrivée, une étrange tortue nous a amené un message, à propos d'un bélier d'or, et qui s'adresse à nous en tant que chasseurs. Vous êtes les Chasseurs de Sang, je suppose donc que vous connaissez ce texte, ou qu'il fait partie de vos légendes. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette histoire, et si vous savez qui a pu nous envoyer cette missive ? »

Sur l'invitation du chef des gnolls, Nedjemibrê avait suivi et s'était assis en tailleur, à la manière des hommes du désert, sur une des assises, à défaut de tapis. Lorsqu'on leur servit du lait, l'homme à la peau d'ébène marqua un temps d'arrêt ...... Et maintenant que nous sommes d'accord, Oussama, trinquons ! Partageons ce vin de date et scellons notre accord. » Et, quand tu auras apprécié jusqu'à la dernière goutte de mon délicieux nectar, Oussama, tes biens seront enfin miens. Passe donc le bonjour à Osiris de ma part, imbécile... … et afficha aussitôt un sourire sibyllin pour masquer sa gêne, alors qu'il s'empressait de tendre la main pour prendre le gobelet qu'on lui tendait. Trempant les lèvres, Nedjemibrê se demanda si ce breuvage était bien du lait d'amande... Cela y ressemblait, mais, sans doute fasciné par l'exotisme des lieux dans lesquels ils avaient atterris, Nedjemibrê décida que le goût en était surprenant, bien plus rafraîchissant que ce à quoi il s'attendait. Il trinqua et bu, se pliant de bonne grâce aux usages. Le tempestaire hocha la tête quand Bhaal le présenta puis se contenta d'écouter en sirotant son lait, pendant que ses compagnons interrogeaient Skalö. Ce que le chef des gnolls leur confiait était édifiant, même si un rien obscur, puisque mêlant l'histoire à la légende... D'ailleurs, à propos de légende, Nedjemibrê se demanda... « Chef Skalö, cette question va peut-être vous paraître étrange mais... Depuis combien de temps - ou combien de générations - les vôtres sont-ils ici? » S'ils pouvaient recouper les dates (l'arrivée des gnolls ici et la chute des Seigneurs du Feu au Katapesh), peut-être auraient-ils une idée du décalage temporel qui sévissait entre leur mondes ?

Modifié par un utilisateur mardi 18 décembre 2018 12:05:58(UTC)  | Raison: Non indiquée

Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Offline UrShulgi  
#31 Envoyé le : lundi 17 décembre 2018 21:21:50(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué

Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,515
Belgium


Il salua chaque personne présentée par Bhaal avant de répondre à Célestin, étonné.«  Oui nous la connaissons. Elle est féroce, mais n'a pas l'air méchante, elle ne nous attaque pas tant qu'on ne l'attaque pas. Mais elle est rapide, et mortelle, personne n'est revenu d'une chasse contre elle. C'est un grand trophée que cette créature. Je ne sais pas qui a pu vous envoyer ça, je doute que ça soit les seigneurs du feu ou de terre. Nous restons sur les trois grandes îles par ici, le reste est trop dangereux pour nous, chacun défend son territoire. Ici, à part les hydres et les serpents, nous sommes assez tranquilles. Si vous chasser cette bête, je veux bien ses dents. En échange, je peux vous offrir l'hospitalité des gnolls sur nos trois îles, et vous offrir une barque, que je vous prêterai en attendant. Les eaux sont par endroit traîtresses.  »
Il se retourna vers l'homme à la peau tout sauf laiteuse. «  Un quoi ça? » dit-il en se grattant la tête, gêné. «  Nous sommes là depuis au moins dix générations. Je n'ai rien qui remonte plus haut dans nos mémoires sur la pierre. » dit-il en haussant les épaules. Là, une femme gnoll qui les observait avec curiosité ramena un panier plein de petits crabes. Il les attrapa habilement, écrasant leur coquille d'une pierre avant d'arracher les pinces et de les tendres à ses invités.


Bhaal saisit une des pinces de crabes tendues par le chef gnoll avec un signe de tête en guise de remerciement. Le géant rouge trouvait reposant et rafraîchissant d'être l'invité de gnolls civilisés et accueillants, après les hordes de bêtes sauvages qu'ils avaient du affronter à Kelmarane et sur la Montagne Pâle. Plus que la maison magique, plus que la nature qui l'environnait, ce simple fait contribuait grandement au sentiment d'étrangeté qui l'étreignait dans ce nouveau monde. Un monde où les gnolls n'était pas des brutes sanguinaires et des adorateurs de dieux sombres.

Qui plus était, l'offre de Skalö lui agréait assez. Se mettre bien avec de si gentils gnolls sans que cela ne leur demande beaucoup d'efforts - puisque, de toute façon, il fallait tuer ce bélier d'or - et disposer d'un bateau par-dessus le marché... « rapporter ches dents ? » Répéta-t-il, la bouche pleine de chair de crabe mêlée à des morceaux de carapace. Il avait échoué dans l'exercice fastidieux de dépiauter proprement la pince qui lui avait été tendue, et sa puissante dentition avait fait le reste. « Ma foi, ch'est honnête. Qu'est-che que vous en penchez ? Ptt, ptt... » Demanda-t-il à ses compagnons en recrachant des bouts de chitine.


Alia restait perplexe, elle voulait croire que ces gnolls étaient aussi accueillants qu'ils le disaient mais... ils avaient servi Jahvul. Ils semblaient avoir rompu cette alliance mais cela leur avait été plus imposé qu'autre chose.
Cependant, avait-elle le choix ? Elle regardait ses compagnons et si ceux-ci semblaient surpris, ils n'avaient pas l'air hostile. Elle eut un sursaut de surprise vite réprimé lorsque le chef indiqua qu'au moins dix générations avaient vécu depuis la fin de la guerre contre Jahvul. Elle essaya de calculer la correspondance entre le temps de ce plan et celui qui avait cours au Katapesh, mais elle fut interrompu par la gnolle qui lui tendit à manger.

Elle prit une pince de crabe et la décortiqua délicatement avant d'en mordre un petit morceau. La chair était savoureuse, elle sentit son appétit se réveiller malgré elle. Elle ne put qu'acquiescer lorsque Bhaal les interrogea : « C'est une offre généreuse que nous ne devrions pas refuser, merci Chef Skalö. »
Sa voix était douce et son visage souriant mais n'arrivant pas à éloigner totalement ses doutes, ses yeux restaient assez froids.

A son tour, Célestin saisit une pince de crabe et se débattit avec. Habitué à utiliser des couverts adaptés à ce genre d'exercice, il se retrouvait quelque peu démuni, dépourvu d'une dentition d'acier comme son bestial ami. « J'approuve totalement et j'apprécie votre offre et votre hospitalité. C'est très généreux de votre part. Tous les gnolls présents sur ces îles sont-ils vos... "Sujets" ? Ou je ne sais quel terme vous utilisez... Ou y a-t-il quelques risques de conflits avec d'autres groupes ? »

Une dizaine de génération... Au moins. C'était plutôt imprécis, mais Nedjemibrê jeta tout de même un coup d'oeil interrogatif à Célestin. Il était indéniablement le plus calé en histoire de leur petit groupe et Nedjemibrê avait l'espoir que le sorcier puisse arriver à un recoupement, même très approximatif. La distribution de pince de crabe sorti le tempestaire de sa réflexion. Il en prit volontiers une et en aspira la chair en expert. C'était un met qu'il avait découvert à Katapesh, en des circonstances un tantinet plus... pénibles ? Hi, hi, hi ! On dirait que c'est la première fois que tu vois un crabe !... Quel enfant tu fais, mon beau bédouin ! Que tu es rustre !... Mais, non, pas comme ça ! Donne ! Ta maîtresse, dans sa grande bonté, va te montrer comme on fait... Il faut les casser, comme... ça ! Tu vois ? Tout le succulent se trouve... à l'intérieur... Maintenant, ouvre la bouche. Allez !... Et aspire... Voilà, aspire.... Enfin, pas si pénibles – désobligeantes plutôt. Quoiqu'il en soit, c'était savoureux. Nedjemibrê hocha la tête, en signe de remerciement, à l'intention du gnoll. « Chef Skalö, votre proposition nous honore. » remarqua Nedjemibrê. « Votre bateau nous sera certainement très utile pour explorer ces îles dont nous ne connaissons encore rien. Et à propos d'exploration... Chef Skalö, savez-vous sur laquelle réside ce féroce bélier ? »


«  C'est pour ça que je vais vous donner une conque à mettre en évidence autour de votre cou. Avec ça vous aurez la paix à défaut d'avoir l'hospitalité totale. Le bélier que vous cherchez, je ne sais pas où il est, il vogue ici, sur les îles du serpent. Il court sur l'eau comme vous sur la pierre. Comment ... comment est votre royaume? » demanda-t-il, curieux?

La conversation l'intéressait grandement, bien qu'ils se gardèrent d'appuyer sur le fait que les siens avaient une forte tendance au meurtre, à l'esclavagisme et à la rapine par rapport à eux. Il ne semblait pas capable de tenir la moindre conclusion sur ce qu'ils racontaient mais au moins les faits qu'ils présentaient semblaient coller avec les légendes des chasseurs de sang. Contrairement à eux, la situation semblait l'arranger, il n'avait pas l'air envieux de changer de vie pour retourner dans le monde d'où ils venaient.

Modifié par un utilisateur mardi 18 décembre 2018 12:13:02(UTC)  | Raison: Non indiquée

Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Offline UrShulgi  
#32 Envoyé le : mardi 18 décembre 2018 12:06:17(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué

Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,515
Belgium

Les Chasseurs de sang leur avait proposé de commencer leur expédition par d'autres îles, comme s'il voulaient les chasser. Il n'en était rien, d'après eux, qui maîtrisaient les cycles de chasses, l'omniprésence de serpents dans les environs leur insufflait la conviction que la créature devait être loin.

La barque était bien ouvragée bien que dépourvue de la moindre décoration, et les rames, entre les mains de Bhaal, permettaient d'avancer à bonne cadence sur les eaux agréables qui offraient alors le spectacle de bancs de poissons les suivants, et d'îles ou montagnes à peine visibles loin à l'horizon. Les gnolls avaient donné des noms aux îles proches appelées îles serpents. Ils venaient de Sargamysh, et arrivaient à présent sur Sorror, en une heure de travail physique pour le demi-fiélon.

Ici, de larges étendues humides alimentées par des torrents qui descendaient de vallées brumeuses et fusionnaient pour former des marais salants le long du littoral. Les lieux regorgeaient de vie, des poissons minuscules aux amphibiens en passant par des escargots et insectes, sans compter l’omniprésente sauvagine et les oiseaux échassiers qui se nourrissaient de cet ensemble. Ils n'avaient pour la plupart jamais vu de tels oiseaux. Ici, de spectaculaires grues roses ainsi que des flamants de la même couleur profitaient d'un festin permanent de minuscules crevettes abritées dans ces marais côtiers.

Mais les heures de chasse n'amenaient que frustration, bien qu'elles leur permettaient de se ravitailler en nourriture et eau sans s'y investir vraiment. La nuit approchait et ils se replièrent finalement vers leur barque, qu'ils avaient coincé entre deux rochers assez loin de la côte, de sorte que seule une tempête ou un tsunami avaient une chance de la déloger. À quelques pas de là, ils purent monter aisément un campement, assez protégés de la pluie sous de haut bosquets, un feu modeste à côté d'eux. L'humidité était palpable mais ne malmenait pas leur source de chaleur. La journée était plus supportable que le désert, comme la nuit, moins froide. Les prédateurs semblaient les éviter, ou ne pas s'intéresser à eux, seul les crépitements du feu, le bruit des vagues, et les vocales de volatiles et d'insectes animaient le silence entre deux conversations. Et là, au ciel, des étoiles qui ne ressemblaient pas, en position, à celles du Katapesh. Malgré leur vigilance, et la situation, une certaine détente s'installait, il leur était agréable, après des jours dans de sombres couloirs, dans la puanteur et la mort, de profiter d'un moment de partage amical, dans un environ qui tendait à faire oublier qu'il semblait pouvoir être mortel.




Le petit matin fut l'occasion de manger le butin calorique de la veille avant se mettre en marche, et de reprendre la navigation vers l'île la plus petite des trois îles majeurs serpents : Azzabes. Majoritairement recouvertes par un tapis d’herbe luxuriante qui atteignait, en certains lieux, le niveau des herbes de la savane (à hauteur de taille), et était partout ailleurs aussi haut qu’un humain adulte. Ces champs étaient infestés de serpents aux tailles dangereuses, qui les évitaient raisonnablement tandis que Bhaal avançait avec sa bardiche pour repousser les herbes sans trop en faucher. Au bout d'une longue traque, quelques traces de pas semblables à des sabots de mammifères étaient nettement visibles, entrecoupés de pertes de visuels entre de petits bosquets et autres fourrés, et sur quelques formations rocheuses érodées abritant des bassins d’eau claire. La créature semblait avoir des sabots proches du sanglier mais grand comme ceux d'un cheval.

Les heures passèrent, jusqu'à ce que Bhaal fit signe de faire silence alors qu'il pensait avoir quelque chose en vue. Là, à plusieurs dizaines de pas d'eux, une créature anormale et attirante à la fois se sustentait sur un arbousier aux fruits à la taille démesurée. Le bélier, grand comme un taureau, avaient des yeux d'un jaune intense terrifiant, des cornes et des dents qui semblaient faites d'or pur, et un manteau lourd doré scintillant plus proche de l'armure que de la fourrure. Malgré son apparence singulière, elle se mélangeait bien au paysage, et était d'un silence presque total.
À tel point d'ailleurs qu'elle s'arrêta de manger, et sembla humer l'air à la recherche d'une odeur qui lui montait aux narines, et la plaçait sur ses gardes.


Con.Mystères : 25



Règles particulières : Sortir des taillis : rend la course ou la charge impossible.


Round de surprise

. Bhaal - Doit jouer et tirer une init
. Célestin - Doit jouer et tirer une init
. Alia - Doit jouer et tirer une init
13. Nedjemibrê - Doit jouer et tirer une init
.Bélier d'or - Doit jouer et tirer une init






Buff :
Célestin armure du mage


Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
2 Pages<12
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2018, Yet Another Forum.NET