Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

8 Pages«<23456>»
Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline Lyana  
#61 Envoyé le : jeudi 10 janvier 2019 07:57:35(UTC)
Lyana
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/04/2013(UTC)
Messages : 1,479
France, Metropolitan

Alia
CA 23 (C18,D16)
CA déf. 26 (C21,D19)
mêlée 30 (C25, D23)
Ref+13* Vig+7* Vol+8*
Représentations
17/23
Glitterdust : 1/1
Sorts 1 : 4/5
Sorts 2 : 1/5
Sorts 3 : 3/4

66 / 85

Alia fit une dernière volte alors que le bélier monstrueux disparut dans une volute dorée laissant tomber derrière lui une partie de ses défenses magiques dans un cliquetis métallique.
Tempête au dessus de sa tête dans une posture martiale, profondément enfoncée dans sa transe guerrière, Alia resta figée quelques secondes, cligna enfin des yeux plusieurs fois essayant de se raccorder à la réalité. Elle vit le décors réapparaitre, entendit le souffle rauque de son mari de l'autre côté des morceaux dorés qui commençaient doucement à voleter vers Célestin. Son bras redescendit doucement alors qu'elle secoua légèrement la tête, achevant de sortir de son état second.
Elle sourit à Célestin lorsqu'il la guérit, se retenant de grimacer, avec le retour à la réalité, sa blessure pas tout à fait refermée par son ami se réveillait et se rappeler au bon souvenir de la jeune fille. Mais Bhaal était bien plus mal en point, il était prioritaire sur les soins.

Alors qu'elle regardait Célestin se diriger vers le géant rouge, elle se rendit compte que quelque chose n'allait pas. Impression vite confirmée par le discours de Bhaal, elle s'avança vers lui, inquiète, essayant de comprendre ce qu'il venait de dire.
« Comment ça : La Bête n'existe pas ? Que veux-tu dire ? Nous l'avons tous vu à l’œuvre et c'est elle qui avait ton ombre. »



Je posterai le jour, je posterai la nuit, je posterai toujours ^_<

Aksana, chamane samsarane de la vie (S210)
Alia, derviche de la Fleur de l'Aube aasimar (BM96)


Offline Guigui  
#62 Envoyé le : jeudi 10 janvier 2019 15:09:34(UTC)
Guigui
Rang : Habitué

Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 6,264
Localisation : Paris

Bhaal
rage berserk : 16/20
CA : 25 | C : 14 | D : 23
réf:+6 | vig:+10 | vol:+10

72 / 101


Bhaal fit un signe de tête à Célestin, en guise de remerciement pour ses soins, avant de répondre à sa femme. « Depuis toujours, je me suis mis en tête que la Bête était... une entité bien réelle. Un fauve que j'invoquais, que j'allais chercher dans sa caverne pour le laisser m'habiter un moment. Je me suis imaginé qu'on avait... une espèce de contrat, elle et moi : je ne pouvais pas l'invoquer si je n'avais pas de sang à lui offrir ; et une fois partie, elle prenait son dû. »

Il baissa la tête, absorbé par ses pensées. « Et... C'était vrai, quelque part. C'était d'autant plus vrai que je me suis persuadé que ça l'était. Mais quelque chose à changé. Elle est venue, hier, pour m'aider à pousser le couvercle du sarcophage, avant qu'on ne tombe tous ici. Je ne sais pas pourquoi j'ai fait ça : il n'y avait aucune proie pour elle, elle n'aurait pas du venir. Et pourtant, elle est venue. Et là, maintenant... Pendant le combat, pour la première fois, j'ai pu entrer dans la caverne. J'ai vu ce qui l'habitait. Ou plutôt, je n'ai rien vu... Rien d'autre que moi. »

Le gladiateur laissa passer un instant, toujours plongé dans ses réflexions. « C'est ça, le grand secret que je cherche depuis toujours : la Bête, c'est moi. Elle n'existe pas en dehors de moi. Ce n'est pas un être auquel je suis lié, c'est juste moi. Que ce soit Nocticula qui me l'ait donnée ou non, ça ne change rien. Je ne sais pas de qui je tiens ça, si c'est un aspect de ma nature semi-démoniaque, ou quoi... Je ne sais pas non plus pourquoi mon ombre ne se manifeste que comme ça. Ce que je sais par contre, c'est que tout ça n'était qu'une construction de mon esprit, la façon dont j'ai mis des images et des sensations sur ce qui m'arrivait. Mais je vois clair, à présent. Je peux... Je peux entrer dans cet état quand je veux, pas seulement quand il y a du danger. Je pourrais le faire là, tout de suite... Et je n'ai pas besoin d'être aux fraises quand j'en sors. Il me suffit de décider que c'est pas le cas... Comme maintenant. »

Bardiche en M10

Effets actifs :
Barrière protectrice 8 h (25/40)
Héroïsme 90 min
Bouclier 8 min


Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211

Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
Offline Lematou  
#63 Envoyé le : samedi 12 janvier 2019 14:52:10(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
France

Alia avait porté le coup de grâce et ils avaient finalement vaincu le bélier d'or.

À la grande surprise de Nedjemibrê, alors qu'il s'effondrait, le corps du formidable animal s'évapora, comme s'il n'avait jamais existé ! Pour toute dépouille, d'étranges objets d'or massif, maintenant éparpillés dans les hautes herbes et un désagréable sentiment d’irréalité. S'étaient-ils battus contre un mirage ?! Ils l'avaient pourtant trouvé en train de manger... Et les blessures d'Alia et de Bhaal prouvaient bien la réalité des sabots et des cornes de leur adversaire...

Ce royaume se révélait de plus en plus... surprenant. Déroutant... Et ses épreuves... dignes de la saga d'un héros de conte.

Nedjemibrê, qui avait commencé à craindre qu'ils ne s'en sortiraient pas, pris un instant pour souffler. Passant la main sur son front d'ébène scintillant, il en chassa la sueur. Il grimaça légèrement : ses membres étaient fourbus. Le tempestaire s'immobilisa tout à fait. En cet instant, il sembla à Nedjemibrê que la fureur de l'affrontement qui disparaissait dans le calme, les trilles des oiseaux exotiques et les souffles de ses compagnons, se dissolvait comme le font au réveil les souvenirs d'un mauvais rêve. Et il eut alors le désir de revenir au royaume qui lui semblait plus sainement réel du Katapesh ; voir de se retrouver n'importe où ailleurs, à condition que ce soit en Golarion... Son rythme cardiaque se calma, peu à peu. L'homme à la peau d'ébène resta là un moment, toujours immobile, alors qu'il faisait nonchalamment léviter, en agitant le bout de ses doigts, les différents restes du bélier aux pieds de Célestin, pour inspection.


Nedjemibrê

CLASSE D'ARMURE 21
Contact 16 / Surpris 15
Immun Critiques (35%)
réf+13 vig+13 vol+9
SECONDE CHANCE 0/1
VOLONTÉ ALTIÈRE 1/1
INTERNAL BUFFER 0/1
BURN 7/8
Tempestaire

117 / 117
21 / 21

Nedjemibrê écouta avec attention ce que Bhaal leur révélait de ce qu'il venait de vivre.

Ainsi, le gladiateur s'était illusionné quant à sa vraie nature ? Voilà une révélation qui plongeait Nedjemibrê dans la perplexité, voir un trouble certain. Lui qui n'avait pas de réelle certitude sur ses origines, une grande partie de ses souvenirs, ni non plus, sur sa nature réelle, entendant à quel point l'on pouvait se leurrer soi-même, était mal à l'aise. Les piliers de ce qui faisait sa fragile réalité en devenaient encore plus instables...

Pour Bhaal, en tout cas, la révélation semblait avoir été bénéfique. Du moins paraissait-elle lui apporter de la paix. S'accepter pour ce que l'on est... L'homme à la peau d'ébène se demanda quelle serait sa réaction quand lui-même saurait... S'il l'apprenait un jour...

« Voilà qui est bien. » remarqua Nedjemibrê. « Nos difficultés t'auront au moins apporté une certaine maîtrise de toi-même, mon ami. Peut-être même de la quiétude ? Ça n'est pas rien. Et je me réjouis pour toi... » affirma-t-il, souriant chaudement, mais à demi, comme un homme fatigué.

Puis, se tournant vers Célestin, le tempestaire lui demanda, intéressé : « Qu'entends-tu par "ce pourrait être la clef pour sortir de ce plan" ? Penses-tu que nous pourrions l'utiliser sans avoir à rencontrer ces gens mystérieux qui nous ont soumis à cette épreuve ? »


Offline vaidaick  
#64 Envoyé le : dimanche 13 janvier 2019 23:10:58(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur

Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,455
France

CELESTIN
CA : 18 (C14, D15)
REF +7 VIG +6 VOL +8

70 / 70
Célestin écouta les explications de Bhaal quant à la Bête, le front ridé par une intense réflexion. « Ainsi, la Bête ne serait qu'un pouvoir que tu détiendrais de façon innée... » marmonna-t-il, si bas que ses compagnons devaient tendre l'oreille pour l'entendre, comme s'il réfléchissait pour lui-même. « Un peu comme les druides peuvent se métamorphoser ? Mais eux ont le choix de la forme... Ce serait plutôt... comme les changeformes, tels les loups-garous... Un pouvoir lié à ta nature, donc... » Le jeune sorcier sourit à son ami en relevant son visage vers lui, alors qu'il lui appliquait de nouveaux soins magiques. « Qu'importe au final, la raison de ce talent. » lui dit-il d'une voix redevenue normale. « Qu'importe que ce soit ton sang ou non qui t'offre ce don, Bhaal. L'important n'est pas d'où il vient, mais ce que tu en fais. Et si tu as la main mise dessus, ce ne peut être qu'une bonne nouvelle. Je suis heureux pour toi, mon petit chou. » lui sourit-il.

Puis il se tourna vers Nedjemibrê, qui l'interrogeait sur sa déclaration concernant les cornes. Il montra l'une d'elle, celle de gauche. « Celle-ci est percée. C'est une corne d'appel, qui fonctionne très probablement comme un cor en soufflant dedans. Je n'arrive pas à déterminer quoi exactement, mais elle permet de convoquer quelque chose, à un ou plusieurs endroits précis. J'ai l'impression que l'une d'elle est la jetée où nous avons atterri. Cependant, je ne pense pas que ce soit si simple et qu'elle nous renvoie dans notre monde. Mais elle a sûrement une importance pour sortir de ce plan... »

Il se tourna vers Alia, et apposa ses mains guérisseuses sur elle à son tour. « Voilà mon ange, ça devrait suffire. » lui sourit-il.

Modifié par un utilisateur dimanche 13 janvier 2019 23:12:39(UTC)  | Raison: Non indiquée

Entre ce que je pense, ce que veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
Offline Lyana  
#65 Envoyé le : lundi 14 janvier 2019 07:57:29(UTC)
Lyana
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/04/2013(UTC)
Messages : 1,479
France, Metropolitan

Alia
CA 23 (C18,D16)
CA déf. 26 (C21,D19)
mêlée 30 (C25, D23)
Ref+13* Vig+7* Vol+8*
Représentations
17/23
Glitterdust : 1/1
Sorts 1 : 4/5
Sorts 2 : 1/5
Sorts 3 : 3/4

83 / 85

Alia resta pensive un instant, laissant Nedjemibrê puis Célestin parler, elle regardait son mari, troublée. Ses doigts se souvenaient de la peau du tieffelin, des excroissances qui saillaient. Si la Bête n'existait pas alors Bhaal était la Bête et ses transformations prenaient tout leur sens.
Jusqu'où se transformerait-il ? Lorsqu'ils étaient isolés tous les deux à l'abri des palmiers, elle n'avait pas voulu véritablement y réfléchir, mais pouvait-elle encore l'ignorer ? Elle le voyait lors des combats, il était monstrueux. Pourrait-elle passer sa vie auprès d'une telle créature ?
Et Vélanya ? Pouvait-elle imposer un père ressemblant à un démon à une petite fille ?

Perdue dans ses pensées, elle vit le regard jaune posé sur elle, indécis, doutant de lui, mais en même temps serein, comme s'il savait enfin qui il était. Et comme toujours les yeux de son mari ôtèrent tout doute dans l'esprit de la jeune mariée. Pouvait-elle vivre sans ce regard posé sur elle ? Non. Elle puisait son courage en lui, il était celui qui arrivait à la raisonner lorsqu'elle était submergée par ses émotions et perdait tout courage. Elle savait dès qu'elle l'avait rencontré qu'il était à moitié démoniaque et rien n'avait changé, quelque soit son apparence, il était et restait Bhaal, l'homme qu'elle aimait. Quant à Vélanya... elle avait hélas dû voir bien pire pour être effrayée par l'apparence de celui qui se considérait comme son père.

Faisant le dernier pas qui le séparait de lui, elle passa les doigts sur le visage rouge de son époux :
« Tu es désormais entier, Bhaal Unramat, ta force, ton endurance, ton courage, tu ne le dois qu'à toi-même. Tu ne l'as toujours dû qu'à toi-même, mais maintenant tu le sais et tu sais le contrôler. Et... » Elle eut un petit rire. « Je n'ai jamais eu le moindre contrôle sur la Bête. »

Elle se recula souriante, enfouissant le reste de ses doutes au plus profond de son âme, et laissa Célestin la soigner presque surprise. Avec la révélation du gladiateur, elle avait oublié les douleurs dues à sa blessure.
Guérie, elle remercia chaleureusement son ami puis regarda les trois hommes qui l'accompagnaient :

« Et maintenant ? Que doit-on faire ? Doit-on souffler dans cette corne d'appel, espérant que celui qui a demandé cette chasse se manifeste ? »



Je posterai le jour, je posterai la nuit, je posterai toujours ^_<

Aksana, chamane samsarane de la vie (S210)
Alia, derviche de la Fleur de l'Aube aasimar (BM96)


Offline Guigui  
#66 Envoyé le : mercredi 16 janvier 2019 22:16:43(UTC)
Guigui
Rang : Habitué

Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 6,264
Localisation : Paris

Bhaal
rage berserk : 16/20
CA : 25 | C : 14 | D : 23
réf:+6 | vig:+10 | vol:+10

94 / 101


« Sur la Bête, non, » répondit Bhaal à sa femme en lui souriant tendrement, « mais sur moi, oui. J'aurais sans doute été exécuté pour meurtre si tu n'avais pas su me calmer, souviens-toi. Le monde aurait alors été débarrassé d'un magicien, et moi je serais passé à côté de ma vie.

Enfin... Tout ça ne me dit toujours rien du pourquoi ou du comment, mais au moins je crois qu'on peut écarter pour de bon l'hypothèse où je me finis par me transformer en gros truc qui bave et où je vous bute tous. Donc oui, ami, »
dit-il en se tournant vers l'osirien, « si la quiétude est bien le contraire de l'inquiétude, alors j'ai plus de quiétude. Même si tout n'est pas réglé, » ajouta-t-il plus sombrement, sans que Nedj ne puisse deviner à quoi le demi-démon faisait allusion.

Ce dernier porta alors son regard vers les reliques que le bélier d'or avait laissé derrière lui en se dissipant. « Quant à celui-là, c'était vraiment un bestiau formidable. Il valait bien la bête de Rovagug, j'ai bien cru qu'on y arriverait jamais. Pour la corne, je crois que le "quelque chose" qu'il convoque est le navire dont parlait le parchemin de la tortue. Tu te rappelles, mon biquet ? »

Bardiche en M10

Effets actifs :
Barrière protectrice 8 h (25/40)
Héroïsme 90 min
Bouclier 8 min


Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211

Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
Offline vaidaick  
#67 Envoyé le : mercredi 16 janvier 2019 23:12:04(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur

Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,455
France

CELESTIN
CA : 18 (C14, D15)
REF +7 VIG +6 VOL +8

70 / 70
« Oh ? Oui, bien sûr ! » rougit ledit biquet en portant une main devant sa bouche d'un air contrit. « Je crois que j'étais plus occupé à courir après cette tortue qu'à mémoriser ce texte ! » s'excusa-t-il en rigolant derrière sa main.

« Eh bien qu'attendons-nous en ce cas ? Retournons à la jetée ! A moins que vous ne souhaitiez essayer sur cette île en bord de côte, mais je n'ai aucun moyen de déterminer où cet objet fonctionne en dehors de- là-bas. »



Entre ce que je pense, ce que veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
thanks 1 utilisateur a remercié vaidaick pour l'utilité de ce message.
Offline UrShulgi  
#68 Envoyé le : dimanche 20 janvier 2019 18:36:01(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué

Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,517
Belgium

Ne se perdant pas davantage en tergiversations, ils reprirent la route, confirmant la réputation de danger des îles malgré leur aspect idyllique. Là, grâce aux talents de Bhaal et Nedjemibrê, ils purent éviter les imposantes silhouettes serpentines qui se promenaient en rampant le long des arbres et fourrés. Mettant à nouveau la pirogue à l'eau, ils se rendirent vers l'île des Chasseurs de Sang afin de la leur rendre, puis de retourner à leur campement. Les gnolls les saluèrent de loin tandis que le chef afficha dans un premier temps une mine amusée.


« Pas évident à trouver cette bête! Vous comptez vous reposer ic... ohhhhh » dit-il alors que les dents lui étaient montrées.
« Que ... comment avez-vous fait cela, la bête est difficile à traquer, certainement plus encore à terrasser ! » Le gnoll n'en revenait pas ses yeux tout autant qu'il regardait les dents, comme s'il voulait se convaincre qu'elles étaient supercheries.

Modifié par un modérateur dimanche 20 janvier 2019 19:39:34(UTC)  | Raison: Non indiquée

Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Offline Lyana  
#69 Envoyé le : mardi 22 janvier 2019 21:30:32(UTC)
Lyana
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/04/2013(UTC)
Messages : 1,479
France, Metropolitan

Alia
CA 23 (C18,D16)
CA déf. 26 (C21,D19)
mêlée 30 (C25, D23)
Ref+13* Vig+7* Vol+8*
Représentations
17/23
Glitterdust : 1/1
Sorts 1 : 4/5
Sorts 2 : 1/5
Sorts 3 : 3/4

83 / 85

Sans plus attendre, le petit groupe fit la route en sens inverse, parfois ils apercevaient du coin de l’œil la silhouette écailleuse d'une créature serpentine. Alia réalisa soudain qu'ils avaient eu de la chance avec Bhaal, ils s'étaient isolés de façon inconsciente sans plus penser aux dangers que renfermait ce plan.

Elle eut l'impression que la route du retour était plus courte qu'à l'aller, ils arrivèrent chez la tribu gnoll bien plus vite qu'elle ne le pensait. Malgré elle, la répulsion qu'elle éprouvait à l'égard des gnolls revint, elle du se faire violence pour se dire que même s'ils descendaient de ceux qui avaient combattu aux côtés de Javhul, ils n'étaient pas responsables de la faute de leurs pères.

« Il n'était pas facile à terrasser, en effet, nous avons eu beaucoup de chance mais notre expérience à combattre ensemble a été notre principal atout. »



Je posterai le jour, je posterai la nuit, je posterai toujours ^_<

Aksana, chamane samsarane de la vie (S210)
Alia, derviche de la Fleur de l'Aube aasimar (BM96)


Offline Guigui  
#70 Envoyé le : mardi 22 janvier 2019 22:04:17(UTC)
Guigui
Rang : Habitué

Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 6,264
Localisation : Paris

Bhaal
rage berserk : 16/20
CA : 25 | C : 14 | D : 23
réf:+6 | vig:+10 | vol:+10

94 / 101


Sans le savoir, Bhaal se fit la même réflexion que sa femme en apercevant les énormes serpents lovés dans les branchages et les frondaisons de la forêt qu'il arpentaient sur le chemin du retour, vers le campement gnoll : ils avaient été fort imprudents tous les deux, la nuit dernière. Mais enfin ! Après ce qu'ils avaient combattu ces dernières semaines, avaient-ils à craindre de simples animaux, fussent-ils géants ?

Quelle que puisse être la réponse à cette question, le gladiateur eut plaisir à retrouver le campement de ces curieux gnolls civilisés et de leur chef. La vision de ce gnoll affable, en dépit de son apparence bestiale, dénotait tellement avec l'ensemble de son expérience des gnolls de Golarion qu'il en venait à le considérer comme une des merveilles de ce plan. Et Bhaal goûta à l'expression de surprise du chef gnoll en connaisseur : ce dernier ne s'attendait visiblement pas à ce qu'ils réussissent !

« La trouver, ça n'a pas été trop dur, » ajouta-t-il après Alia. « Mais la tuer, faut reconnaître... Elle n'était pas loin d'être un trop gros morceau pour nous, et bardée de magie, avec ça. Mais on l'a eu et, comme promis, ses dents sont pour vous, » déclara-t-il avec un air de vainqueur satisfait sur le visage.
Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211

Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
Offline Lematou  
#71 Envoyé le : mercredi 23 janvier 2019 10:51:57(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
France

Nedjemibrê

CLASSE D'ARMURE 21
Contact 16 / Surpris 15
Immun Critiques (35%)
réf+13 vig+13 vol+9
SECONDE CHANCE 0/1
VOLONTÉ ALTIÈRE 1/1
INTERNAL BUFFER 0/1
BURN 7/8
Tempestaire

117 / 117
21 / 21

Le retour parut rapide à Nedjemibrê. Son corps, quelque peu meurtri d'avoir convoyé tant d'énergie éthérée (en vain) lors de leur combat avec le bélier d'or, avalait la distance sans vraiment ressentir l'effort - comme lors d'une longue course on a dépassé l'état de fatigue pour n'être plus qu'automatismes ; le tempestaire avançait dans le coton. Au moment de repartir, il chuchota aux vents et ses derniers changèrent leur course. Ils ne protégeaient plus seulement Célestin mais se mirent à couvrir les odeurs de chacun des membres de leur petite troupe, les masquant ainsi aux bêtes sauvages.

L'homme à la peau d'ébène ne perçut pas comme une menace les nombreux ophidiens géants que leur groupe croisa de loin ça et là ; pour lui, à ce moment là, cela faisait parti du décor et de judicieux détours suffirent à éviter de les déranger. Bien sûr, il restait vigilant. Mais l'affrontement l'avait vidé. Il le sentait. Et cela le rendait particulièrement calme. S'il n'avait été en train de marcher, on l'aurait pensé figé.

Quand leur pirogue fila sur l'onde turquoise et cristalline - Bhaal ramait vraiment vite et bien - Nedjemibrê se perdit dans la contemplation des fonds marins et leurs ballets de poissons aux couleurs chamarrées, profitant du soleil et des vents marins. Le tempestaire avait tout de la statue d'ébène posée en proue... Relevant tout de même la tête par moment, la statue se perdait dans l'horizon dégagée des bras de mer entre les îles, ce qui lui était agréable, suite à leur longue traque dans les forêts denses et dangereuses qui avaient quelque chose d'étouffant.

Lorsqu'ils accostèrent dans la crique du village des gnolls, Nedjemibrê salua les Chasseurs de Sang qu'ils croisèrent mais resta silencieux. Le tempestaire n'avait pas particulièrement brillé contre le bélier d'or. Aussi faisait-il profil bas, accompagnant simplement ses amis auprès du chef Skalö sans en rajouter, légèrement en retrait.



★ [Aérokinésie] : Alia, Célestin, Bhaal, et Nedjemibrê count as being downwind for the purpose of determining the distance at which they can be detected by scent (4m50)
Offline vaidaick  
#72 Envoyé le : jeudi 24 janvier 2019 23:46:10(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur

Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,455
France

CELESTIN
CA : 18 (C14, D15)
REF +7 VIG +6 VOL +8

70 / 70
Sans s'en douter, Célestin se fit la réflexion inverse de ses amis : il trouva la route du retour horriblement longue. Bien entendu, ils savaient où ils se rendaient et ne passaient pas leur temps à suivre les pistes du bélier, et en cela, le chemin ne pouvait qu'être plus court, malgré les quelques détours qu'ils devaient emprunter pour éviter les nagas. Mais l'absence d'Agathe se faisait péniblement sentir, l'inquiétant au point de le rendre mutique pendant une bonne partie du trajet. Ce qui n'eut pour effet que de le plonger plus profondément encore dans ses noires réflexions. Sa magie ne cessait de croître, et pourtant, il se sentait en toutes circonstances aussi faible qu'à son arrivée à Kelmarane. Leurs ennemis étaient de plus en plus redoutables... Quelle force pourrait-il opposer à quiconque s'en prendrait à ce qu'il considérait désormais comme sa ville de cœur, celle où résidaient son Soleil, sa princesse et ses amis ? Serait-ce suffisant ? Et puis... Toute cette magie ne lui appartenait pas. Elle lui était prêtée par une entité dont il ne savait rien. Quel serait le prix à payer pour ses dons ? Et jusqu'à quand les conserverait-il ? Autant de questions qui ne trouveraient pas de réponses durant ce morne voyage, qui ne trouva aucune grâce à ses yeux malgré les merveilleux paysages de ce plan onirique...

Mais enfin, ils arrivèrent au village des gnolls. Ces créatures étaient aussi semblables physiquement que dissemblables culturellement de celles de son monde. Et après tout, il n'y avait rien d'étonnant à cela : elles n'étaient plus sous le joug d'un dieu ravagé par la folie, et tout comme les humains avaient leurs différences de cultures selon les peuples, les gnolls avaient les leurs.

Il laissa Alia et Bhaal répondre au chef du village, toujours silencieux. « Notre expérience à combattre ensemble a été notre principal atout. » avait dit l'aasimar. Elle ne l'avait pas précisé, mais cela excluait Nedjemibrê et lui-même, et ne concernait que le duo de combattant. Seuls leurs talents combinés avaient été décisifs. Lui-même n'avait été qu'un moyen de transport, et une trousse de secours ambulante après la bataille. La cité de Kelmarane lui apparut brièvement, les visages de Jyll, Almah, Khem et leurs autres amis flottant devant elle. S'il devait leur arriver malheur, saurait-il les protéger, ou devrait-il éternellement compter sur la force du duo mi-ange mi-démon ? Il craignait de déjà connaître la réponse...

Entre ce que je pense, ce que veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
Offline UrShulgi  
#73 Envoyé le : samedi 26 janvier 2019 12:29:14(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué

Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,517
Belgium

Lui comme sa tribu, qui venaient en masse autour d'eux, semblaient émerveillés par les dents autant que par le récit.

« Vous devez être de formidables guerriers! Ces dents nous serons précieuses, nous vous en remercions ... nous contrôlons les naissances afin de ne pas proliférer en trop grand nombre pour les ressources du coin mais chaque mort est tragique pour nous. Pouvoir éviter tout malheur suite à l'ingestion d'eau ou de nourriture ne nous laisse plus que les prédateurs comme danger. J'ai perdu un fils ainsi. Et je souhaite que notre clan n'ait plus à payer ce prix. C'est un gain inestimable pour nous que vous nous faites là. » dit-il en leur faisant une révérence, tandis qu'on leur amener de grandes crevettes bleues dans un panier fait de feuilles de palmier en remerciement.
« Pêchées ce matin! »

Les présents, simples, allaient s'accumuler autour d'eux, comme les invitations, mais Célestin comme Nejemibrê purent vite sentir que Chihili et Agathe étaient rentrées à bon port. Écourtant leur passage tant qu'à évoquer la possibilité (qui ne mangeait pas de pain) de peut-être repassé les voir.



Sur le sable, près de leur abri chanceux, Agathe buvait à même la mer tandis que Chihili jouait avec le sable qui dessinait brièvement les contours de sa silhouette avant de disparaître avec lui. Ils furent heureux de les voir revenir par la côte, et s'empressèrent de rejoindre le quatuor.


« Cet endroit est grand comme le Katapesh! On a essayé de vous faire une représentation de tout ça mais le plus étrange, ce sont ... les bords. Dans toutes les directions, la mer s'arrête net pour laisser la place à des ténèbres, et l'eau chute vers un lieu aussi sombre. Je n'ai pas osé m'y approcher de trop prêt bien que Chihili désirait ardemment qu'on y projette notre curiosité. »

Ce dernier riait, comme peu intimidé par ce qu'Agathe décrivait.
« C'était à la fois trop magique et trop naturel pour qu'on y mette les plumes. Venez, on va vous montrer. »

Les deux volants se dirigèrent vers leur maisonnée, et prirent de stupeur les victorieux du bélier tandis qu'une carte réelle et coloriée les attendait à même le sol.
«  Nous avons repéré une petite île sous nous où Chihili entendait comme des sons inhabituels. En nous approchant nous somme tombés nez à nez avec une sorte de ... personne faite de fer, immobile, qui nous a souhaité la bienvenue et nous a demandé si nous souhaitions procéder à des échanges, et si nous connaissions déjà les lieux. Chihili lui a répondu dans sa langue non et oui, et la personne a ... ouvert son ventre pour en recracher ce ... plan, qui semble assez proche de ce que nous abons observé. Et comme nous n'avions rien à échanger, il s'est arrêté de parler, et s'est mis à bouder, immobile. Je crois que c 'est une créature artificielle.

Les îles au nord-ouest sont les îles du serpent. À l'est d'ici il y a quatre îles imposantes plongées dans des ténèbres perpétuelles. La terre elle-même est assez sombre, et beaucoup de créatures et autres vermines semblent y vivre. Nous avons du fuir des nuées de chauve-souris qui nous harcelaient d'ailleurs.

Sous nous, une grosse île montagneuse pleine de neige. En la survolant, nous y avons vu peu d'activité. Un peu plus bas il y a une île minuscule qui semble être un mausolée, mais nous ne y sommes pas posés.

À l'ouest, l'une des plus grandes îles que nous avons vu est une sorte de désert entouré de verdure sur quelques centaines de pas, avec en son centre un cratère ou quelque chose de similaire.

La longue île qui fait presque toute la carte en vertical ainsi que les petites îles sur son côté sont remplies de végétation, avec au centre un gigantesque palais, aussi grand peut-être que celui de Katapesh. Nous n'avons pu nous approcher par les airs, nous y avons aperçus des griffons.
 »
dit-elle, comme paniquée.

« C'est sur une des petites îles au sud que nous avons ... obtenus ce plan. À l'est, il y a une île en forme de croissant, est ... merveilleuse. Je ne sais pas comment décrire cela autrement que comme un ... une ... une forêt de cristaux. Des cristaux qui tintent sous les vents.

Au sud-est, c'est une véritable terre de désolation où semble avoir eu une grande guerre, il y avait comme une énorme pointe rocheuse enfoncée dans un squelette géant, je n'en avais jamais vu d'aussi grand, au nord de ces terres ... et tout au sud, un long pont qui mène à un volcan qui semble encore en activité.

Vous ... vous comptiez visiter tout ça? »
demanda-t-elle, comme pas rassurée à part égales par les différentes expéditions.


Carte
Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Offline Guigui  
#74 Envoyé le : jeudi 31 janvier 2019 17:59:25(UTC)
Guigui
Rang : Habitué

Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 6,264
Localisation : Paris

Bhaal
rage berserk : 16/20
CA : 25 | C : 14 | D : 23
réf:+6 | vig:+10 | vol:+10

94 / 101


Manifestement heureux et fier d'avoir rendu un si grand service à Skalö et aux siens, Bhaal ne se priva pas pour le montrer, et accepta leurs présents sans faire la fine bouche. Les crevettes fraîches étaient excellentes, surtout après des jours et des jours à consommer des rations de voyage dans la Demeure de la Bête.

Néanmoins, les vainqueurs du Bélier d'Or n'eurent pas le temps de savourer plus avant leur victoire car Célestin et Nedjemibrê firent savoir que leurs compagnons volants étaient rentrés de leur périple. Presque à regret, Bhaal prit congé des premiers gnolls avec qui il avait eu envie de sympathiser.



L'exposé d'Agathe et la contemplation de la carte qu'elle et Chihili avait ramené plongea Bhaal dans une forme d'étonnement émerveillé. C'était donc si grand ! Et, surtout, ce monde ne semblait obéir à aucune des lois de la nature : d'après la petite ange, les bords du monde étaient parfaitement tangibles, et une île enneigée côtoyait la leur, pourtant tropicale...

« Hem... Tout visiter, je sais pas... » Hasarda-t-il le premier, tandis que ses compagnons, aussi stupéfaits que lui, tardaient à répondre. « Ce monde a l'air plein de dangers autant que de merveilles, et on n'en connaît rien pour le moment, ou presque. Et puis... » Hésita-t-il en jetant un coup d’œil à sa femme, « on nous attend à Kelmarane. Il ne faudrait pas traîner ici plus que de raison, notre objectif doit être de trouver un moyen de rentrer avant tout. Je suis pas sûr que vagabonder à droite et à gauche en espérant tomber sur ce qu'on cherche soit le moyen le plus rapide, ni le plus sûr. Pour moi, on devrait faire ce que le message de la tortue nous a dit de faire : souffler dans cette corne, et attendre de voir ce qui se passe. Apparemment, si on veut tomber sur quelqu'un qui nous explique ce qui se passe ici, c'est le meilleur moyen. »

Modifié par un utilisateur jeudi 31 janvier 2019 18:24:08(UTC)  | Raison: Non indiquée

Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211

Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
Offline Lyana  
#75 Envoyé le : jeudi 31 janvier 2019 21:56:40(UTC)
Lyana
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/04/2013(UTC)
Messages : 1,479
France, Metropolitan

Alia
CA 23 (C18,D16)
CA déf. 26 (C21,D19)
mêlée 30 (C25, D23)
Ref+13* Vig+7* Vol+8*
Représentations
17/23
Glitterdust : 1/1
Sorts 1 : 4/5
Sorts 2 : 1/5
Sorts 3 : 3/4

83 / 85

Malgré ses à-priori sur les gnolls, Alia ne pouvait s'empêcher de trouver cette tribu étrangement agréable, ainsi, loin des influences néfastes et livrés à eux-mêmes des gnolls pouvaient être autre chose que des esclavagistes cruels. Mais, elle ne put s'empêcher de se dire qu'il ne leur faudrait pas longtemps pour redevenir ce qu'ils étaient dans un environnement normal.

Les succulentes crevettes mangées, ils repartirent rejoindre Agathe et Chihili. Elle était ravie de les revoir et surtout rassurée de les savoir sains et saufs. Elle avait beaucoup d'attachement à Agathe qui les avait si souvent aidés et elle avait de l'affection pour Chihili même si elle parvenait rarement à le comprendre.

Penchée sur la carte, elle essayait de comprendre les explications des deux éclaireurs, essayant de raccrocher les descriptions aux indications de la carte, sans grand succès néanmoins. Une vague de désespoir l'envahit brusquement, c'était si vaste ! S'ils devaient explorer toutes ces iles, distorsion de temps ou pas, ils ne rentreraient pas à Kelmarane avant plusieurs mois, voire années. S'ils rentraient un jour.

Elle poussa un soupir de soulagement quand Bhaal parla et elle s'empressa d'appuyer ses propos.

« Je suis également d'accord pour souffler dans la corne en premier lieu. Nous verrons à ce moment ce qu'il se passe... De toute façon, je serai bien en peine de dire par où il me semble pertinent de commencer notre exploration, tout semble si... étrange. »




Modifié par un utilisateur jeudi 31 janvier 2019 23:06:09(UTC)  | Raison: Non indiquée

Je posterai le jour, je posterai la nuit, je posterai toujours ^_<

Aksana, chamane samsarane de la vie (S210)
Alia, derviche de la Fleur de l'Aube aasimar (BM96)


Offline vaidaick  
#76 Envoyé le : jeudi 31 janvier 2019 23:25:51(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur

Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,455
France

CELESTIN
CA : 18 (C14, D15)
REF +7 VIG +6 VOL +8

70 / 70
Célestin écouta avec compassion le chef gnoll raconter la raison pour laquelle ces dents étaient si importantes pour lui et son peuple. Il était hallucinant de voir la différence entre ce peuple et celui qu'ils avaient eu l'occasion d'affronter dans leur monde - mais à la réflexion, était-ce si étonnant ? Après tout, les humains pouvaient être de véritables monstres tout comme des personnes honorables, pourquoi en serait-il autrement des autres créatures intelligentes ? Ce genre d'expérience pourrait-elle être reproduite avec d'autres espèces ? Plongé dans ses réflexions, il accepta volontiers les étranges crevettes bleues.

Mais malgré leur saveur, et la faim que l'ingurgitation d'un repas enfin valable apaisait, il ne sentait toujours pas entier. Quelque chose lui manquait cruellement, absence de plus en plus insoutenable de son amie de toujours. Ce fut alors qu'il retrouva cette sensation, cette complétude que procurait ce lien mystique qu'il avait avec Agathe. Ce relevant brusquement, il chercha du regard, haut dans le ciel son petit ange, espérant la repérer malgré la distance. « Agathe... » souffla-t-il, soulagé. Il lança un regard ravivé à Nedjemibrê, presque complice, cherchant à savoir si celui-ci aussi ressentait la même sensation, et devant la mine de son ami, il comprit que Chihili était également de retour.

« Ils sont revenus ! » annonça-t-il à ses amis, avant de s'excuser auprès des gnolls d'écourter ainsi le repas offert pour aller rejoindre les deux envoyés des cieux sur la plage. Là, ils découvrirent toute l'immensité et la diversité de ce plan incroyable. Célestin écoutait le rapport de l'ancienne colombe, tout autant émerveillé par la personne qu'elle était devenue que par ses récits, et alors qu'elle terminait en posant une question ouverte, il resta silencieux un petit moment. Temps que mis Bhaal à profit pour répondre sans trop réfléchir plus loin que l'idée première qui lui venait : rentrer le plus vite possible à Kelmarane. Et il avait raison, évidemment. Sa femme l'appuya, et Célestin leur sourit. « Oui, notre objectif premier est de rentrer au plus tôt. Malgré toutes les merveilles que recèlent ces terres, nous ne pouvons nous payer le luxe de traîner ici... à mon grand regret. Explorer ces terres inconnues qu'a foulé un jour l'un des plus puissants mages de tous les temps est un peu un rêve... Mais nous ne sommes pas en vacances, loin de là ! » Il regarda Bhaal. « Souffle dans la corne. Je parie que, de toute façon, nous devrons explorer une bonne partie de ces îles. Notre quête vers la sortie n'est pas terminée, elle ne fait que commencer. D'ici la fin de notre périple, nous aurons probablement voyagé à travers la moitié de ces lieux, je le crains... Alors ne perdons pas de temps en détours, allons droit au but. »



Entre ce que je pense, ce que veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
Offline UrShulgi  
#77 Envoyé le : vendredi 1 février 2019 14:21:44(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué

Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,517
Belgium

Nedjemibrê

CLASSE D'ARMURE 21
Contact 16 / Surpris 15
Immun Critiques (35%)
réf+13 vig+13 vol+9
SECONDE CHANCE 0/1
VOLONTÉ ALTIÈRE 1/1
INTERNAL BUFFER 0/1
BURN 7/8
Tempestaire

117 / 117
21 / 21

Quand le chef Skalö s'exclama, ravi : « Vous devez être de formidables guerriers ! », Nedjemibrê avait esquissé une moue septique ; une réaction qui ne concernait que ses propres performances face au Bélier d'Or... Mais la joie du chef faisait plaisir à voir. Le tempestaire afficha finalement un sourire alors que le gnoll leur expliquait ce que ces dents dorées représentaient pour sa tribu. Même s'il n'avait pas brillé lors de ce combat, Nedjemibrê était content de faire parti d'un groupe qui œuvraient pour le bien. Il accepta avec reconnaissance - et appétit - sa part de crevettes bleues.

Les fruits de la mer avaient ici un goût bien particulier dont Nedjemibrê se rappellerait toujours. Quelques crustacés suffirent à le sustenter. C'est du moins ainsi que l'homme à la peau d'ébène interpréta au premier abord le sentiment de plénitude qu'il ressentit à la troisième crevette. Et puis, surpris, il réalisa que...

« Ils sont revenus ! » s'était exclamé Célestin à ce moment précis.

Nedjemibrê se sentait à nouveau entier. L'homme à la peau d'ébène hocha la tête et sourit, en réponse au regard que lui lançait le jeune sorcier. Oui, ils étaient revenus. Et le tempestaire avait hâte de savoir ce qu'ils avaient vu.



Chihili

CLASSE D'ARMURE 19
Contact 13/14 / Surpris 17
Camouflage Total (50%)
réf+8 vig+7 vol+3
BIT OF LUCK 1/1
SHARE WILL 1/1
Chuchoteur

58 / 58


Nedjemibrê était ravi - et au fond, il faut l'avouer : soulagé - de retrouver Chihili sain et sauf. Le tempestaire l'aurait bien flatté en lui tapotant le dessus du crâne, s'il avait su où tapoter. Nedjemibrê se contenta donc de sourire aux facéties de Chihili qui jouait avec le sable.

Et écouta avec intérêt le rapport d'Agathe. L'archipel que décrivait la carte magnifique qu'ils avaient dégotée était surprenant. Il fallait s'y attendre, vu la nature des lieux dans lesquels ils avaient été projeté. Mais tout de même... L'homme à la peau d'ébène était fasciné par tant de diversité de ce patchwork d'îles si différentes.

La description de l'étrange créature qui avait fournit cette carte retint l'attention du tempestaire. Qui ou qu'était-il ? Agathe et Chihili avaient-ils, sans le savoir, contracté une dette, puisque qu'il n'y avait pas eu d'échange à proprement parler ? Quelle valeur pouvait avoir une dette ici ?...

Une fois qu'Agathe eu fini, Nedjemibrê allait proposer d'aller à la rencontre de cette étrange créature afin de savoir ce qu'il en était, quand Bhaal le devança et proposa de souffler dans la corne, comme le parchemin que leur avait remis la tortue le leur avait enjoint. Et après tout, pourquoi pas commencer par cela, se dit le tempestaire, qui, lui aussi, était partagé entre son désir d'assouvir sa curiosité et celui de rentrer.

« Je suis d'accord : soufflons donc dans cette corne. » confirma Nedjemibrê, hochant du chef.

« Et voyons ce qu'il arrive. Je suis curieux de rencontrer celui, ou ceux, qui nous ont missionnés. Et de savoir à quoi a bien pu leur servir que nous ayons occis cet étrange Bélier d'Or... »

... Et restons sur nos gardes. Cela, Nedjemibrê ne le dit pas car il s'agissait d'une évidence ; ils avaient exécuté la volonté d'un être mystérieux et ce, sans connaître ni ses raisons, ni ses motivations. Ce qui pouvait tout aussi bien déboucher sur quelque chose de bien, que sur une entourloupe...



★ [Aérokinésie] : Alia, Célestin, Bhaal et Nedjemibrê count as being downwind for the purpose of determining the distance at which they can be detected by scent (4m50)

Modifié par un modérateur lundi 4 février 2019 09:15:44(UTC)  | Raison: Non indiquée

Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Offline UrShulgi  
#78 Envoyé le : vendredi 1 février 2019 22:55:27(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué

Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,517
Belgium

S'approchant du ponton, ils soufflèrent dans la corne, qui ne dégagea pas le moindre son. Cependant, ils purent savoir sans le moindre doute qu'un effet s'était produit, un souffle dorée sortant de la corne, vibrant dans l'air, avant de se disperser lentement dans toutes les directions.

Et rien de plus ne se produisit. Pendant un long moment. Alors que chacun commençait à faire les cent pas et à rejoindre le rivage, au loin, une massive silhouette s'approchait, celle d'un bateau. Des dizaines de rames l'approchaient à bonne allure, sa tête dorée cornue vers eux, une voile aux bandes noires et blanches flottant à tout vent. Le vaisseau s'approcha et releva ses rames tandis qu'il s'arrêta pile devant la jetée. Doucement, une planche se dressa avant de lentement s'affaler vers eux, offrant un chemin vers son intérieur.

S'approchant, ils purent voir comme elle était une pure merveille magique. Personne ne semblait déplacer les rames, et la seule présence sur le quai était un timonier en laiton à tête de bélier tendait une main ouverte en écartement ses doigts vers le ciel, comme pour tenir quelque chose, silencieuse.

Bateau


Alors que l'œuf était déposé dans la main du timonier, il s'illumina d'une lueur verte dans les orbites, avait de pointer son doigt vers la mer, le bateau commençant alors à ramer de lui-même. Le trajet semblait long en comparant la vitesse de la galère nexienne et le plan obtenu par Chihili et Agathe, probablement huit bonnes heures de route, laissant le temps à chacun de vaquer à ses occupations. La mer semblait calme autour de la nef, comme si elle s'adaptait à celle-ci. La mer était le reflet liquide des jungles arpentaient, vivantes, avec en plus des oiseaux qui la survolaient des silhouettes se dessinant sous ses vagues, avec quelques ailerons en dépassant. À un moment, Chihili fit même remarquer au loin comme une énorme silhouette marine, du genre à faire faire demi-tour à des pirates entraînés et téméraires, mais fort heureusement, elle ne sembla pas le moins du monde s'intéresser à l'embarcation (à moins qu'elle ne fut qu'un mirage).

Les paysages décrits par les membres du groupe au gabarit menu prenaient forme à l'horizon, à leur gauche, la longue île qui ne les quittait pas, avec ses jungles luxuriantes et son lointain palais au milieu, à leur droite, une île enneigée qu'on distinguait mal tant elle était recouverte de brume, suivi d'une île plus petit aux colonnes hautes, et l'eau qui leur tint compagnie jusqu'à l'étrange zone qui ne manqua pas de faire monter l'anxiété.

L'horizon était de plus en plus noir, et la met semblait commencer à pencher, et tandis que la gravité continuait à opérer normalement pour les créatures à la surface des eaux, la mer elle-même était attirée dans un courant qui accélérait aux abords des limites du monde, de cascader en une immense cataracte. La lumière ambiante s’effaçait peu à peu et se distendait, comme si elle était filtrée au travers d’un mince voile de brume sombre. Les sons se faisaient assourdis, mais en même temps sujets aux échos, et dans le lointain, un souffle sourd croissait lentement. Qu'avaient-ils fait?

La nef continuait à accélérer, poussée en avant par les eaux rapides et la brise qui se levait tout autant que par les implacables coups de rames de la galère animée. La lumière alentour se dissolvait pour offrir un crépuscule brumeux habité d’étoiles qui scintillaient de manière irrégulière, là où des nuages tumultueux surplombaient une mer rugissante. Un spectacle comme ils n'en avaient jamais vu, émerveillant autant que terrifiant. Durant un instant, les brumes s’écartaient et chacun pouvait voir, avec une terrible évidence, que la mer en dessous semblait s’arrêter, comme tranchée nette par un impossible rasoir aux dimensions colossales. C’est la fin de ce monde.

Chacun usa de tous les artifices possibles pour ralentir sa chute, certains se cramponnant au mat, aux bordures, à la barre (comme le timonier jusqu'alors quasi immobile, et totalement silencieux) d'autres se servant de magie, tandis que la galère plonger dans le néant. Une chute. Interminable. De celle qui les avait amenés ici. La solidarité face à l'inconnu, et au risque de mort, permis à chacun de tenir bon, sur ce qui sembla être presque une lieue de chute. Heureusement, aucun enfer de rocs effilés et de navires brisés n’attendait au-delà des limites du monde.

La cascade d'eau, autrefois torrent rageur, s’éteignait et se changeait en une brume tenace et collante qui s’accrochait à la nef, comme pour la soutenir et amortir l'hypothétique choc. En quelques instants, la chute de la galère ralentissait en même temps que les brumes croissaient pour devenir plus denses et presque solides, en une étendue trouble aux couleurs délavées et sans relief. Le navire s’arrêta enfin dans un frémissement, immobile, dans un étrange « lac » de brouillard dense, tremblant lors de l’impact qui fit naître un bruit sourd.




L'impact, pas plus violent finalement qu'un bon coup de bouclier dans la figure, sembla tétaniser la galère, comme si elle allait craquer en mille planches, mais passée cette hésitation, elle reprit son ramage dans des eaux sombres qu'on ne voyait pas davantage que l'horizon, tant le brouillard était dense. En quelques minutes, un léger choc semblable à l'arrivée sur un rivage se fit, arrêtant le mouvement des rames, et voyant la longue planche se dresser avant de fracasser le sol qu'il leur était à présent offert de fouler.

Le brouillard opaque s’éclaircissait alors que l’on commençait à distinguer trois lumières d’un vert jaunâtre. Un étrange mouillage en forme de croissant, juste assez large pour confortablement amarrer un vaisseau, émergeait de la brume. Chacun de ses quais en croissant était pourvu, à sa pointe, d'une petite tour de pierre, tels de petits phares surmontés par de lumineuses lanternes vert jaunâtre. Le port paraissait buter contre la base d’une large colline de brouillard, qui bouillonnait lentement. La troisième lanterne était au centre du croissant, montée sur une arche qui menait dans le flanc
de la colline, le long d’une avenue pavée et faiblement éclairée.

Ils n'avaient jamais rien vu d 'aussi étrange, les souterrains gnolls comme la crypte de Vlausta passaient pour de banales choses. L'endroit semblait respirer, comme des kystes bizarroïdes dotées de vie propre. La brume autour d'eux était
dure comme le roc, et possédait pourtant toujours une curieuse élasticité qui réagissait doucement au toucher. Les cavernes étaient illuminées par une douce lueur incandescente qui ne semblait pas avoir de véritable source.

Là, à chaque petite phare, une créature serpentine grande comme un cheval stationnait, à quelques pas de haut du sol, la peau écailleuse recouverte de couleurs chatoyantes et fortes, variées, avec deux bras griffus pour appendices. Au dessus-de leur visage, un symbole ésotérique à la lumière bleutée flottait. Tous trois s'enroulaient autour de leur tour respective sans pour autant adresser la parole aux étrangers, qu'ils ne quittaient pas des yeux.

Créature


MàJ de la BM.

Message secret pour Vaidaick :
...

Modifié par un utilisateur lundi 4 février 2019 17:25:45(UTC)  | Raison: Non indiquée

Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
thanks 2 utilisateur ont remercié UrShulgi pour l'utilité de ce message.
Offline Guigui  
#79 Envoyé le : mercredi 6 février 2019 22:02:31(UTC)
Guigui
Rang : Habitué

Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 6,264
Localisation : Paris

Bhaal
rage berserk : 16/20
CA : 25 | C : 14 | D : 23
réf:+6 | vig:+10 | vol:+10

94 / 101


Une fois passé l'étonnement - voire l'émerveillement - lié à l'apparition de l'étrange navire magique et de son non moins étrange timonier, Bhaal passa l'essentiel du fantastique voyage à observer la mer et l'horizon, et les côtes improbables qu'ils longeaient. Il essayait de ne pas trop le montrer, surtout devant Alia qui avait clairement exprimé sa détestation d'être là et dont la culpabilité de les avoir amenés ici ne demandait qu'à se réveiller, mais il aimait bien ce monde. Il ne ressemblait à rien de ce qu'il connaissait, et il en connaissait fort peu, lui dont la vie de servitude avait considérablement restreint son horizon pendant l'essentiel de son existence. Tout, ici, était nouveau et étrange, et il se sentait comme un explorateur, libre, découvrant des paysages qu'il s'imaginait être le premier à contempler.

Mais lorsque la mer commença à s'incliner et la galère à prendre de la vitesse, son optimisme et son exaltation se dissipèrent rapidement. Et, lorsque la chute commença, il prit sa femme dans ses bras et tous deux s'agrippèrent comme ils le purent aux cordages qui ornaient le mât. Et plus ils tombaient, plus mari et femme se serraient l'un l'autre, en espérant que rien de fâcheux ne leur arriverait, ni n'arriverait à leurs amis. Plus d'une fois, Bhaal résista à la tentation de prononcer une dernière parole tendre, un dernier "je t'aime" avant la mort. Non par peur d'être ridicule, car il ne craignait rien de tel auprès de la femme à qui il avait voué sa vie, mais par peur d'attirer le malheur en faisant comme s'il allait advenir. Finalement, après une chute apocalyptique, leur navire "amerrit" dans une brume étrange et monotone au travers de laquelle on ne distinguait rien, comme un néant qui n'en était pas tout à fait un.

Le géant rouge ne se détendit que lorsque, enfin, une lueur et une terre apparurent devant eux, dévoilés par des volutes de brume s'effilochant. Mais la terre ainsi découverte était encore plus étrange et inquiétante que la brume qu'ils venaient de traverser, et si les derniers jours dans la jungle aux serpents avaient pu lui laisser penser que ce royaume était une sorte de paradis vide d'hommes, ce qu'il avait sous les yeux lui remit rapidement les idées en place. Le danger était là et bien là... A la vue des créatures serpentines, ou draconiques, lovées chacune autour de sa tour, il saisit fermement le manche de sa bardiche, pour se rassurer autant que pour parer à quelque éventualité.

« C'est des dragons, vous croyez ? » Demanda-t-il à ses compagnons, incrédule. « En tout cas ça ressemble assez à des gardiens. Normalement, on est attendus, mais... Peut-être est-ce qu'il faut leur parler ? Célestin, tu veux pas leur faire risette ? T'as l'air gentil, toi...  »

Modifié par un utilisateur mercredi 6 février 2019 23:00:40(UTC)  | Raison: Non indiquée

Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211

Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
thanks 1 utilisateur a remercié Guigui pour l'utilité de ce message.
Offline Lematou  
#80 Envoyé le : jeudi 7 février 2019 11:43:32(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
France

Après qu'ils aient soufflé dans la corne, et comme il ne se passa rien d'emblée, Nedjemibrê finit par s'asseoir en tailleur à même le sable et, immobile, se perdit dans la contemplation du vaste horizon.

Vaste... Un cliché qui ne semblait pas convenir à ce monde, même si les yeux d'onyx du tempestaire étaient incapables d'en percevoir la finitude. Nedjemibrê s'amusa tout de même à essayer d'en percevoir les limites qu'Agathe leur avait décrites... Est-ce que le ciel, lui aussi, comme la mer, avait une fin dans ce royaume ? Et, s'il on creusait un tunnel, déboucheraient-t-on sur du... rien ? Ailleurs ?...

Nedjemibrê fut sorti de sa torpeur par l'apparition, au loin, d'un point minuscule qui se mit à prendre de l'ampleur à mesure qu'il se rapprochait de leur plage. Car il venait à eux. Le point, chose informe, se mua en esquif, puis en bateau. Une galère, qui arbora bientôt une tête de bélier d'or à la proue, quand elle fut assez proche pour qu'on puisse la distinguer. À nouveau, le bélier d'or...

Nedjemibrê, maintenant debout, intrigué, jeta un regard à ses camarades lorsque fut projeté du vaisseau une planche d'abordage, les invitant à monter à bord. Ils avaient décidé de répondre à l'invitation du parchemin. Ils iraient, donc. Mais ce bateau fantôme - désert d'équipage - le rendait mal à l'aise. Nedjemibrê suivit néanmoins le mouvement.

Le tempestaire étudia un moment, circonspect, le timonier. Un être de laiton... Artificiel. Tout comme Nedjemibrê l'était lui-même. Et si le timonier était probablement dépourvu d'âme, un automate, le tempestaire préféra rester à distance de cette figure caricaturale et, pendant leur traversée - puisqu'une fois l’œuf remis, la galère s'était remise à voguer, tuer le temps à essayer de recouper ce qu'il voyait avec les informations de la carte.



Nedjemibrê

CLASSE D'ARMURE 21
Contact 16 / Surpris 15
Immun Critiques (35%)
réf+13 vig+13 vol+9
SECONDE CHANCE 0/1
VOLONTÉ ALTIÈRE 1/1
INTERNAL BUFFER 0/1
BURN 7/8
Tempestaire

117 / 117
21 / 21

Chihili

CLASSE D'ARMURE 19
Contact 13/14 / Surpris 17
Camouflage Total (50%)
réf+8 vig+7 vol+3
BIT OF LUCK 1/1
SHARE WILL 1/1
Chuchoteur

58 / 58

Nedjemibrê flottait, son corps balloté par l'air qui hurlait, transpercé avec fracas par la chute vertigineuse de leur galère ! Désespérément agrippé à une des cordes tendant la voile unique qui claquait comme le tonnerre, le tempestaire n'en menait pas large.

Quand la galère avait pris de la vitesse, par précaution, Nedjemibrê s'était rapproché du mat - et de ses cordages. Et enjoint ses compagnons à faire de même. Mais il ne s'était pas attendu à cela... Pas à une telle chute. Et surtout...

Il ne s'était pas attendu à devoir s'accrocher pour ne pas perdre le bateau ! Quand le vaisseau était tombé, Nedjemibrê s'était aussitôt senti comme soulevé, en apesanteur. Et s'il n'avait pas eu le réflexe d'attraper une corde, il se serait certainement retrouvé distancé par leur navire en perdition !... Les vents qui accompagnaient désormais le tempestaire l'empêchaient de chuter ! Si cela était bien pratique, en cette occasion, Nedjemibrê eut peur de se perdre dans le néant qui les entouraient... Aussi s'accrocha-t-il à sa corde tel un désespéré.

Pendant que Chihili, amusé, virevoltait entre les cordes en riant, parfois dépassant le bateau, parfois se laissant rattraper, comme s'il faisait la course avec l'énorme navire en perdition.

La chute fut tellement longue que Nedjemibrê eu le temps de jeter de temps à autre un coup d’œil à ses compagnons. Alia et Bhaal enlacés, bien agrippés. Célestin lui aussi, un peu plus loin, avait réussi à trouver une position tenable.

Et finalement, ils arrivèrent, s'écrasant sans heurt - du moins, pas le fracassement que Nedjemibrê anticipait - sur un coussin de brumes... Et à nouveau, la galère vogua.

Nedjemibrê s'ébroua, réajusta sa tenue afin de reprendre contenance et sourit à ses compagnons ; tous sains et saufs. Désormais, tous les sens du tempestaire étaient en alerte. La chute l'avait particulièrement échaudé et il ne tenait pas à se faire surprendre à nouveau.

S'il fallait émettre une hypothèse, le tempestaire aurait dit qu'ils avaient probablement atterrit dans le magma qui bordait le plan du royaume de l'archipel ; l'éthéré peut-être ? Ses connaissances du Grand Au-Delà étaient trop succinctes pour qu'il se prononça, aussi se tint-il coi, aux aguets.



Et quand, finalement, ils abordèrent ce ban de brume dont émanait des lumières... Et d'étranges créatures...

À leur vue, voyant comment Bhaal attrapait déjà - et à raison - sa bardiche, Nedjemibrê hocha du turban et ajouta, le visage tendu : « De toute façon, nous n'avons pas le choix : le chemin semble sans détours. Allons-donc à leur rencontre. Et méfions nous...  »



★ [Aérokinésie] : Alia, Célestin, Bhaal et Nedjemibrê count as being downwind for the purpose of determining the distance at which they can be detected by scent (4m50)
thanks 1 utilisateur a remercié Lematou pour l'utilité de ce message.
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
8 Pages«<23456>»
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2019, Yet Another Forum.NET