Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

4 Pages<1234>
Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline mdadd  
#21 Envoyé le : lundi 26 novembre 2018 22:19:03(UTC)
mdadd
Rang : Staff

Inscrit le : 23/12/2009(UTC)
Messages : 5,290
Localisation : Charente Aquatique (17)

e trajet retour sembla plus rapide qu’à l’aller. Il fallait dire que les jeunes héros n’avaient pas le corps pesant d’un semi-orque à transporter, même si dans l’ensemble, finalement c’était Oradin qui fixait le rythme, l’allure naine plus lente que celle des hommes mais qui ne s’arrêtait jamais et ne changeait jamais de rythme. Le sentiment du devoir accompli, ils avaient rendu un dernier hommage à leur compagnon d’aventure puis regardé la léopard prendre ses distances tout en restant à proximité du cimetière. Les ruines du hameau à proximité allaient probablement lui servir d’antre et il fallait compter sur des passages réguliers de Beorten au cimetière pour qu’elle ne se sente pas complètement abandonnée. Le Champion d’Érastil avait décidé d’accompagner ses compagnons jusqu’à la grève pour les saluer une dernière fois et les voir embarquer et s’éloigner. Sans plus de protocole, les au-revoir, car il ne pouvait s’agir d’adieux, furent courts et simples. Puis L’Pêchou ordonna aux deux matelots de ramener à bord tout ce petit monde, tandis que le géant ulfe les regardait s’éloigner, bien entendu, sous l’œil vigilent d’une mouette qui ne cessait de tourner au-dessus de leur tête, enfin pas trop quand même s’ils ne voulaient pas quelques désagréments… Ces bestioles avaient tendance à se soulager en plein vol et de laisser tomber leurs fientes sur la tête des marins, comme s’il s’agissait d’un point d’honneur à souiller leurs coiffes ou vêtements, surtout les jours d’inspection…

A bord, l’équipage n’avait pas chômé. Lorsque le groupe fut de nouveau sur le pont et que la chaloupe fut remontée et arrimée, Luke siffla et les ordres fusèrent de la part du maître d’équipage sur un ton quelque peu péremptoire qui provoqua aussitôt un remue-ménage au rythme des actions et manœuvres ordonnées par le quartier-maître. En moins d’une dizaine de minutes, la Flèche d’Argent prenait de la gite et fendait les eaux glacées de la Mer des Vapeurs à vive allure, tandis que des bans de brumes masquaient parfois l’horizon et les Îles de l’Archipel du Lien de Fer. Très vite la petite île qui avait vu naître Vesalius, l’Île de Fer, disparut et avec elle leurs occupants. La Flèche d’Argent naviguait entre les îles de toutes tailles et récifs qui formaient des saillies de roche noire menaçantes pour la coque des navires et rendait la navigation dans ces eaux dangereuses. L’Archipel du Lien de Fer faisait partie d’un des royaumes des Terres des Rois de Linnorms. C’était une femme au tempérament bien trempé qui en était la reine : Estrid la Blanche. Les Terres des Rois des Linnorms n'avaient pas à proprement parler, de gouvernement central. Il s'agissait d'une union de petits royaumes unifiés par leur héritage commun. Chacun de ces royaumes était constitué autour d'une ville et était dirigé par un Roi Linnorm. Seul celui situé autour de la ville de Trollheim faisait exception à la règle, le royaume étant dirigé par un castellan qui dirigeait les Corbeaux Noirs, une unité militaire chargée de défendre les Ules des dangers venant de l’Est, l’Irrisen, mais aussi de nettoyer la campagne environnante de la présence des Trolls des Glaces, des Loups des Glaces, Géants du Froid et autres calamités monstrueuses.



Pour l’heure, la Flèche d’Argent ne se dirigeait pas vers les contrées lointaines de l’Est des Terres des Rois de Linnorm, mais vers une cité du nom de Kalsgard, la ville principale du Roi des Linnorms : Svienn Sang d'Aigle. La ville portuaire était de loin la plus grande des Terres des Rois de Linnorms, mais aussi la plus cosmopolite. Après un passé plutôt tumultueux de raids dans les pays lointains et de batailles, les rudes ulfes accueillaient aujourd’hui des populations naines, gnomes, varisiennes et d’autres peuples venus d’encore plus loin, les drakkars à tête de dragon ulfes ayant sillonné les eaux de la Mer Intérieure, jusqu’au Taldor et même en Osirion… La raison de cette destination était à la fois toute simple et multiple. C’était le seul port dans lequel la Flèche d’Argent allait pouvoir faire relâche sans se faire attaquer par les raiders ulfes beaucoup plus tumultueux et barbares de l’Icemark. Par ailleurs, Kalsgard était le point de départ de la piste d'Aganhei vers Turvik, dernière grande ville avant de s’enfoncer dans ce qu’on appelait la Couronne du Monde, un territoire extrêmement difficile non seulement à cause de son climat glacial et tempétueux, mais aussi un relief très accidenté et dangereux de pics, montagnes, hautes collines et enfin sa fréquentation extrêmement périlleuse : on parle de dragons blancs, géants des glaces et autres monstruosités. Pourtant, un explorateur tianais avait découvert une passe dans les collines qui permettait aux marchands et exilés tianais de traverser la calotte glaciaire de la Couronne du Monde et ainsi relier le Xian-Tia aux Terres des Rois de Linnorm ou encore aux Royaume des Seigneurs Mammouths plus l’Est. La rumeur disaiit qu'en plus de nombreux dangers, les glaces de la Couronne du Monde renfermeraient également les ruines d'une très ancienne civilisation datant d'avant le Thassilon, d'avant même l'Azlante…

C’était dans cet océan de glace, ces flots de givre que se dressait quelque part le Pilier du Ciel. Encore fallait-il trouver un guide pour montrer la voie au groupe… Le voyage allait permettre d’échafauder un plan et peut-être de trouver une solution. Si le voyage de Kalsgard vers Turvik serait relativement facile en termes d’orientation, s’aventurer vers la Couronne du Monde sans Guide confirmé était du suicide, même pour des aventuriers extrêmement aguerris.
Tu sais ce que c'est, être réduit à l'état de pulpe ?
thanks 1 utilisateur a remercié mdadd pour l'utilité de ce message.
Offline Silenttimo  
#22 Envoyé le : mercredi 28 novembre 2018 14:45:03(UTC)
Silenttimo
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/01/2010(UTC)
Messages : 3,174
Localisation : 92 (Hts de Seine)

66 / 66

rayon acide : 9/9
Sorts niv 1 : 8/8
Sorts niv 2: 8/8
Sorts niv 3: 6/6
Sorts niv 4: 4/4
CA:15 / cont 14 / surp 12




Fredrigo s'était réfugié dans une cabine pour se réchauffer avec une boisson d'alambic ou de moût d'orge, selon ce qu'il trouverait.
Il invita ses compagnons à le rejoindre.

« Bon, c'est pas tout ça, mais l'un d'entre vous a-t-il des capacités magiques ou des connaissances permettant d'en savoir davantage sur notre destination, et surtout sur le chemin pour y parvenir ?

Parce que ces contrées ne me sont pas connues, je ne m'y connais pas en géographie, j'avoue que ce cours là, je roupillais régulièrement pour récupérer de mes frasques de la veille, d'autant que le professeur, un vieux gnome à la voix atone, lente et monocorde égrenait des généralités si peu enthousiasmantes et intéressantes qu'on aurait plus facilement pu faire passer un troll quelconque pour un artiste itinérant de Varisie !

Cela étant dit, si nous recrutons un guide, je peux m'occuper de la négociation du salaire et de mettre les choses au point pour que celui-ci comprennent bien les enjeux de notre voyage, sans en préciser le but véritable.
En outre, je peux même m'adresser et négocier dans la langue d'ici pour gagner la confiance ...  »
JE SUIS CHARLIE

Fan de Greyhawk, paladin de Mayaheine

- Paladin/marshal niv 19 (PF) dans "savage tide".

Fan de cinéma muet
"Lubitsch trône au firmament de mon panthéon du cinéma"

Une partie de ma collection Ici
Offline Uktar  
#23 Envoyé le : jeudi 29 novembre 2018 13:12:47(UTC)
Uktar
Rang : Habitué

Inscrit le : 21/06/2010(UTC)
Messages : 4,325
Localisation : Codognan(30)

78 / 78

Explosion: 2/7
Sorts niv 0: 4/4
Sorts niv 1: 6/6
Sorts niv 2: 5/5
Sorts niv 3 : 5/5
Sorts niv 4 : 4/4
Forme animal: 4/4
CA : 15

S'il faisait froid, le druide ne s'en inquiétait pas plus que ça, on pouvait encore le voir déambulant sur le pont avec son pagne et ses frusques pour la plus par rongés par le feu. Comme tout élément naturel, il ne le craignait pas, et de ce fait il pouvait se permettre de rester à l'avant du navire pour pouvoir alerte d'un éventuel danger.
Presque surpris d'avoir à chercher un guide, il regarda l'péchou « J'croyais que tu m'avais dis que tu savais ou c'était??
Bon maintenant au vu de la barrière de récifs, d'îlot et de rocher, je pense que tu as raison si t'ai pas sur de toi! »


Il se gratta le menton, « Je peux aussi demander à Zaël qu'il interroge et nous donne un nom, un lieu ou une ville ou on pourrait trouver ce genre de personne! »



Mdadd, t'as pas une carte ou un lien, je me rensd pas bien compte!!
CA:15




Offline poulosis  
#24 Envoyé le : jeudi 29 novembre 2018 18:59:41(UTC)
poulosis
Rang : Habitué

Inscrit le : 10/11/2010(UTC)
Messages : 4,196
Localisation : Nantes

Oradin
Sorts Ora niv1 : 4/4
Sorts Pal : 2/1
Châtiment : 3/3
Impo. 3d6 : 8/8
Pacte +1 : 1/1
CA 23/11/22

90 / 90

Même délesté de son armure et de tout son barda, le nain paraissait massif, comme taillé dans un roc. La tête semblait attachée directement au tronc, tellement le cou était court et épais, sous son épaisse barbe rouille fauve. Il ressemblait à un humain costaud d’un mètre quatre-vingts, que l’on aurait tassé à coup de masse, en conservant son poids originel. L’image était du reste proche de la densité théorique obtenue après une telle manœuvre, avec son mètre trente à peine, pour quatre-vingt-dix kilos. Adossé nonchalamment à la paroi en bois de la cabine, Oradin savourait son eau de vie par petites gorgées, tout en se caressant les tresses, de temps à autre.

« Vous savez, je ne suis pas un gratte-plume. J’ai étudié les religions et l’histoire lors de mon apprentissage. Mais il est rapidement devenu évident que j’étais plus doué pour faire écouter les trollars inattentifs qu’écouter moi-même. Non, mon truc à moi, c’est la forge, moussaillons. Donnez forme au produit de la terre pour se protéger ou travailler, en respectant sa nature. Après, je connais bien la région autour de la Varisie. Mais au-delà, je ne vaux pas tripette, désolé. Je sais tout de même que Kalsgard est une grande ville. On devrait facilement y trouver un guide. Ceci dit, pour lutter contre les dangers de ce voyage, l’idéal serait d’intégrer une caravane. Plus nous serons nombreux, plus nous aurons de moyens, mieux nous aurons de chance de survivre. Nous pouvons même négocier nos talents, au lieu de payer en espèces sonnantes et trébuchantes. Niveau finances, je ne suis pas vraiment en fond. Je crains de ne pouvoir participer de cette manière. Par contre, garde, éclaireur, conducteur de chariot, cuisinier, chasseur, je suppose que les possibilités de se faire embaucher sont nombreuses. A priori, il n’y a pas d’urgence, dans votre histoire. Si nous trouvons une caravane qui part dans un mois, ça peut le faire non ? Quoi qu’il en soit, s’il y a un temple d’Abadar, j’irai rencontrer les collègues. Le Maître du Premier Coffre est aussi le patron du commerce, après tout. Les membres de son clergé devraient être de bon conseil en matière de voyage, sur leur région. Les bons guides, l’équipement nécessaire et les endroits où l’acheter, la bonne période pour partir… bref, rassembler tout le toutim pour une expédition, dans les meilleures conditions. »

Son regard tomba sur les marins et leur capitaine extraordinaire. Pour répondre à Ferréol, il suggéra : « L’Pêchou reste peut-être avec les marins et ne nous accompagne pas ? »
Offline nauron  
#25 Envoyé le : samedi 1 décembre 2018 19:16:54(UTC)
nauron
Rang : Membre

Inscrit le : 28/07/2016(UTC)
Messages : 12

Florentia
Alchimiste 8
Bombes:14/14
DEF : 19/15/14
Etat: normal

62 / 62


La jeune Sylphe, après être entrée dans la cabine, se servit un verre et en proposa à ses compagnons.

«  Quel froid! Je peux préparer des potions de résistance aux énergies destructrices, ainsi au moins nous ne souffrirons pas du froid. Je ne suis pas pour attendre qu'une caravane parte dans la bonne direction, nous sommes lancé dans une course contre un démon et si nous voulons le vaincre, nous ne devons pas perdre de temps. »

Elle chercha dans ses souvenir si elle se rappelait quelques chose sur la couronne du monde et ses voies de passages.

  • connaissance géographie : 1d20+13 donne [2] + 13 = 15


Elle se tourna vers Ferréol et dit dans un sourire «  Si Zael peux nous avoir un nom rapidement, c'est parfait, sinon notre expert
es linguistique peut éventuellement y aller, à l'ancienne. »

Et sur le rêve de Kali construire leur vie
Offline poulosis  
#26 Envoyé le : dimanche 2 décembre 2018 16:55:50(UTC)
poulosis
Rang : Habitué

Inscrit le : 10/11/2010(UTC)
Messages : 4,196
Localisation : Nantes

Oradin
Sorts Ora niv1 : 4/4
Sorts Pal : 2/1
Châtiment : 3/3
Impo. 3d6 : 8/8
Pacte +1 : 1/1
CA 23/11/22

90 / 90

Le nain dodelina un peu de la tête. « Je comprends ta hâte d'éradiquer un démon de la surface de Golarion. Ceci dit, jeune fille, quand tu auras vécu autant de temps que j'ai passé sur les routes, tu sauras au plus profond de toi qu'en voyage, l'essentiel n'est pas de se hâter, mais d'avancer. D'ailleurs, ce doit être une devise naine, ça : lentement mais sûrement, ha ha ! Avec nos petites guibolles ! » ajouta-t-il en se frappant la cuisse. Il se demanda cependant tout à coup si la sylphe était si jeune que son apparence le laissait suggérer. « D'habitude, je rajoute que la route est plus importante que la destination. En l'occurrence, en mision et dans cet environnement polaire , il faudra avant tout arriver. »

Il soupira en haussant les épaules brièvement. « Bon, on verra bien les opportunités qui se présenteront. Les démons vivent pour l'éternité. Leurs plans, pour autant qu'ils en ont, doivent être de longue haleine. D'ailleurs, vous savez de quel genre de fiélon il s'agit ? C'est un démon issu des fosses du chaos ou un diable des enfers, par exemple ? Ma hache sera toujours la même pour le raccourcir, mais l'approche est différente. »
Offline mdadd  
#27 Envoyé le : dimanche 2 décembre 2018 18:48:56(UTC)
mdadd
Rang : Staff

Inscrit le : 23/12/2009(UTC)
Messages : 5,290
Localisation : Charente Aquatique (17)

es aventuriers semblaient s’impliquer dans les préparatifs de leur prochaine expédition. Pour Oradin, qui avait l’habitude des voyages au long court, il était normal de partager la route avec des caravanes de préférence marchandes. Le commerce était un des fondamentaux de la religion d’Abadar et si le voyage par le biais d’une caravane était plus lent, il était aussi plus sûr car avec le nombre, les bandits hésitaient d’avantage et les tours de garde de nuit pouvaient être répartis sur plus de personnes. Visiblement, Ferrèol et Frédrigo n’avaient pas assez insisté sur le degré d’urgence de la situation. Ils faisaient une course contre un Démon qui avait emprunté une autre route, mais nul doute que le Prédateur des Ombres n’allait pas les attendre et s’il arrivait en premier au Pilier du Ciel, alors il entrerait dans le royaume de la Dame Blanche, Dame Xamara pour tout détruire. C’était à priori le seul obstacle qui se dressait sur la route de Morggedhon-le-Noir pour réduire complètement à néant les chances du groupe pour le vaincre. Une fois ceci fait, il pourra enfin étendre les Ténèbres et le Mal partout sans que personne ne soit assez puissant pour l’en empêcher. Les orphelins de Khelgür, les héros de la baronnie de Sutercle, avaient déjà assez perdu de temps avec l’étape des Naufrageurs dévots d’Urgathoa, il fallait à présent que la Flèche d’Argent fende les flots à toute allure pour regagner le temps perdu puis ne pas trainer sur la piste d'Aganhei vers Turvik et enfin de Turvik vers le Pilier du Ciel. S’ils trouvaient u moyen de transport rapide alors peut-être que tut n’était pas encore perdu.

L’Pêchou faisait son possible pour tirer le meilleur parti du navire une fois l’Archipel du Lien de Fer et ses dangereux récifs derrière eux. On aurait dit que le petit deux mâts volait presque au-dessus de la mer tellement il était profilé pour la vitesse. C’était un bon bateau et les Corsaires Gris du Taldor avaient fait un bon choix, tout comme les naufrageurs lorsqu’ils s’en étaient emparés. Il était rapide et maniable et lorsque qu’il croisait un de ces drakkars ulfe dont la proue ressemblait à une tête de dragon, ceux-ci ne parvenaient pas à le rattraper, malgré leur connaissance du terrain et l’excellence de leurs navires et capacités à naviguer. La Flèche était tirée en direction des Thanelands et de sa capitale Kalsgard et elle filait au vent silencieusement, tel une étoile filante dans le ciel nocturne…

L'Pêchou

Sur un point, Ferrèol avait raison. L’Pêchou avait déclaré savoir où était le Pilier du Ciel, alors pourquoi fallait-il un guide ? L’explication ne tarda pas à tomber, malheureusement dans le langage si… particulier avec son accent tout aussi… singulier – « ‘fan d’putrelle ch’sé ben le Fé’. Mais à c’t’ heure le va pas être possible de r’prendre euh l’ même sentier. ’fan d’putrelle, j’étions r’monté l’route d’eul salmo sur l’fjord qui sépare l’royaume d’Icemark à c’ui des Thanelands. Ça m’a r’monté presque jusqu’euh l’source puis l’barcasse s’est pris dans l’glace, bam d’un seul coup d’un seul en un coup d’blizzard. J’me débattais comme un diable pour sortir eud ‘là mais j’y pouvais ren. C’est là qu’l’est arrivé. Un d’ces Rôdeurs du Nord. L’était en chasse avec son jeun chiot tout blanc comme eul’neige. Heu l’m’a débloqué à grand coups de hache puis on a rigolé. L’parait un rude gaillard pas av’nant, un vieux grincheux, comme Saxifrag, mais l’vous laissera pas croupir dans l’froid. L’vit en ermite dans eun cabane au fond d’un bois après Turvik. Faudra aller l’trouver. C’est lui vot’ guide, ‘fan d’putrelle. L’connait l’mer eud’ glace comme sa poche et l’connait des trucs aussi insolites qu’eul Pilier du Ciel. L’problème c’est qu’en c’te saison, eul’ glaces descendent plus au Sud et l’Fjord oh l’es omplèt’ment gelé ‘fan d’utrelle ! L’est pas praticable. L’Flèche d’Argent pourra pas s’engager. Alors faudra aller par la Terre. Moi j’vous guide jusqu’à lui et lui jusqu’au Pilier. Eul s’appelle Asger et son p’tit chiot Spectre… ‘Fin doit avoir grandit eud’puis. » - Puis il répondit aussi à la question d'Oradin - « Oh l'es un Démon des Abysses, 'fan d'putrelle. L' Zaël a dit qu'eul s'appelle un Prédateur des Ombres... Eun sorte eud' chasseur-tueur démon... »
Tu sais ce que c'est, être réduit à l'état de pulpe ?
Offline nauron  
#28 Envoyé le : mardi 4 décembre 2018 10:49:20(UTC)
nauron
Rang : Membre

Inscrit le : 28/07/2016(UTC)
Messages : 12

Florentia
Alchimiste 8
Bombes:14/14
DEF : 19/15/14
Etat: normal

62 / 62


Florentia commença aussitôt à préparer des potions pour tout le monde, elle ne savait pas si Ferréol en aurait besoin, vu qu'il se baladait à moitié nu malgré le froid...

«  Ferréol, as tu besoin d'une potion contre le froid? Je t'en prépare une ou ce n'est pas la peine? »

Elle écouta et tenta de traduire le langage du Pêchou, elle n'avait pas tout saisit, un grincheux rigolard avec un chien spectre et une hache qui vivait en ermite... mais le terme de Prédateurs des ombres celui là elle le connaissait.

  • test connaissance (plan) : 1d20+13 donne [8] + 13 = 21


Après avoir fini les potions, elle en donna une à chacun.
«  L'effet devrait se prolonger pendant 24 heures, j'en referais d'autre dès demain et ainsi de suite... »

J'ai fait un test de connaissance plan pour le chasseur démon mais si il faut plutôt mystère y'a qu'à faire +3 au résultat..
Et sur le rêve de Kali construire leur vie
Offline Silenttimo  
#29 Envoyé le : mardi 4 décembre 2018 12:10:34(UTC)
Silenttimo
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/01/2010(UTC)
Messages : 3,174
Localisation : 92 (Hts de Seine)

66 / 66

rayon acide : 9/9
Sorts niv 1 : 8/8
Sorts niv 2: 8/8
Sorts niv 3: 6/6
Sorts niv 4: 4/4
CA:15 / cont 14 / surp 12




Fredrigo remercia Florentia.

« En effet, une potion nous protégeant des engelures va s'avérer très utile !

Et avec cet Asger et son loup, nous serons bien guidés.

Bon, sinon, Ferrèol et moi avons déjà affronté ce prédateur des ombres, et il était puissant, d'autant qu'il semblait résister à certaines de nos attaques, qu'elles soient physiques ou magiques.

Mais moi je ne m'y connais guère en bêbêtes des plans extérieurs.
A votre avis, qu'Est-ce qui peut s'avérer le plus utile contre un démon, afin de se préparer au mieux ? »
JE SUIS CHARLIE

Fan de Greyhawk, paladin de Mayaheine

- Paladin/marshal niv 19 (PF) dans "savage tide".

Fan de cinéma muet
"Lubitsch trône au firmament de mon panthéon du cinéma"

Une partie de ma collection Ici
Offline Uktar  
#30 Envoyé le : mardi 4 décembre 2018 13:28:31(UTC)
Uktar
Rang : Habitué

Inscrit le : 21/06/2010(UTC)
Messages : 4,325
Localisation : Codognan(30)

78 / 78

Explosion: 2/7
Sorts niv 0: 4/4
Sorts niv 1: 6/6
Sorts niv 2: 5/5
Sorts niv 3 : 5/5
Sorts niv 4 : 4/4
Forme animal: 4/4
CA : 15

Finalement le péchou avait lui même la réponse à sa question, tout en hochant la tête il répondit « Luc, essai de t’appliquer su ta prononciation!! D'ailleurs je sais pas comment tes nouveaux mousses font pour te comprendre!!
Bon et bien allons y pour ce guide, on verra lequel des deux est le plus grincheux!! P't'être que c'est aussi un des disciples de Saxifrag!!  »


Alos que la jeune sylphe lui proposait une de ses préparations, il lui fit un signe négatif de la tête « Non c'est pas la peine
 »

Puis à l'adresse du nain, « Oui, c'est vrai qu'on pourrait pendre notre temps, mais cela voudrait dire qu'on laisse ce démon arriver avant nous, si ce n'est pas déjà fait, et donc devoir le combattre là bas!!!
Je sais pas si ce serait une bonne chose!! Surtout qu'il aura déjà fait le mal pour lequel il veut arriver avant nous!! »



CA:15




Offline poulosis  
#31 Envoyé le : mercredi 5 décembre 2018 11:01:56(UTC)
poulosis
Rang : Habitué

Inscrit le : 10/11/2010(UTC)
Messages : 4,196
Localisation : Nantes

Oradin
Sorts Ora niv1 : 4/4
Sorts Pal : 2/1
Châtiment : 3/3
Impo. 3d6 : 8/8
Pacte +1 : 1/1
CA 23/11/22

90 / 90

« Je ne sais combien de potions tu peux préparer chaque jour, Florentia, mais Abadar peut également me fournir une protection divine pour ce genre de menace naturelle. En quantité limitée, toutefois : deux personnes chaque jour. De toute façon, il nous faudra un équipement adapté aux froids extrêmes. Nous trouverons ce qu’il faut à Kalsgard. Se pose la question du financement, pour moi. Comme je l’ai dit, je n’ai pas de ressources, malheureusement. Nous avons du matériel à revendre, ceci dit. Si vous êtes d'accord pour m'équiper... »

Il ne savait pas encore comment ses compagnons le considéraient. Partageraient-ils leur butin avec ce qui n'était encore qu'un inconnu, à leurs yeux ? Lui-même le pensait. Après tout, ils pourchassaient un démon, ce qui en disait suffisamment long sur leurs convictions. Mais il ne connaissait pas vraiment non plus leur motivations profondes. Luc avait apporté une crédibilité divine à leur groupe, à ses yeux de paladin. Mais peut-être tout cela n'était que la partie émergée d'un iceberg, pour citer une expression de circonstance, sur cette mer de glace.

Il sirota une nouvelle gorgée, regardant ses interlocuteurs. Une chaleur intense se répandit sur le court trajet entre sa bouche et son estomac, qui se diffusa ensuite dans tout son corps, procurant un engourdissement aussi bref qu'agréable. Il sourit, un soupir de satisfaction affichant sa sensation de bonheur.

« Quant au démon, c'est un adversaire coriace. Toutefois, en principe, ceux de sa race sont prévisibles et du genre impulsif : ils veulent tout détruire, point. Il faut des bonnes armes magiques et beaucoup de courage. Par-dessus tout, la foi doit nous guider. » Chacun pouvait ressentir l'aura de sa force tranquille envelopper toute la pièce. Il était évident à tous que le nain ne manquait pas de cette dernière munition. « Luc, tu nous indiques un guide, c’est parfait. Mais es-tu sûr qu’il sera disponible et nous aidera ? »
Offline mdadd  
#32 Envoyé le : dimanche 16 décembre 2018 16:00:40(UTC)
mdadd
Rang : Staff

Inscrit le : 23/12/2009(UTC)
Messages : 5,290
Localisation : Charente Aquatique (17)

La Flèche d’Argent poursuivait sa course à travers la Mer d’Écumes. A peine 2 jours après avoir laissé Beorten sur l’île et Vesalius dans son cairn, les jeunes héros de Khelgür et tous ceux qui étaient venus se joindre à eux bon gré mal gré, entraient dans l’estuaire du Fleuve Gelé, la rivière qui traversait les Terres des Rois de Linnorm et qui prenait sa source à l’Est dans l’Irrisen, la terre maudite des Sorcières de l’Hiver. Comme l’avait annoncé L’Pêchou, l’hiver approchant avait jeté son manteau de givre, de neige et de glace un peu partout et il n’était pas rare de croiser quelques morceaux de glace flottant dans le fleuve et qu’il fallait à tout prix éviter si on ne voulait pas se retrouver au fond. Les regards se portaient vers les terres du Nord, une grande étendue accidentée et glacée, des collines, des montagnes, des forêts, un territoire sauvage et impressionnant à faire froid dans le dos, tout autant que la température qui devait avoisiner les -15 à -20° et qui rendait tout extrêmement compliqué à tous les niveaux. Les cordages du gréement étaient extrêmement raids et glissants, les voiles craquaient tout comme le bois du navire. Les marins s’étaient couvert d’épais manteaux en fourrure afin de résister à la très basse température, les boissons chaudes réchauffaient les mains et le corps et les temps de présence à l’extérieur étaient réduits à son maximum avec de nombreuses rotations entre les matelots. En ce qui concernait ces derniers, visiblement ils n’avaient aucune peine à comprendre leur capitaine, ce qui devait sans doute rassurer Ferrèol qui, même s’il connaissait L’Pêchou depuis l’enfance, ne comprenait toujours pas d’où lui venait une telle façon de s’exprimer. Il l’avait toujours eue, aussi loin que remontait la mémoire du druide et même s’ils venaient d’un petit hameau rural et reculé de la civilisation, personne d’autre que lui n’avait un langage et un accent aussi poussé à l’extrême.



Kalsgard – La capitale commerciale et plus ancienne ville des Royaumes des rois de Linnorm. On disait qu’elle fut fondée il y a bien des siècles, même d’avant la chute de la Pierre Étoile. Puis elle s’était agrandie et agrandie encore, à chaque fois construisant un nouveau rempart pour protéger les nouvelles habitations, le tout formant comme un demi-disque de maisons très entassées les unes sur les autres de 5km de rayon sur la rive Sud du Fleuve Gelé et dont les remparts devenus intérieurs dessinaient des quartiers dont chacun avait son rôle : celui de Jade constitué d’immigrants tianais, le quartier de Glace, centre du commerce, le quartier du Feu, l’endroit de prédilection pour Frédrigo, le quartier des détentes, des plaisirs et des divertissements sous toutes ses formes, les nombreuses salles de combat en faisant partie tout comme les maisons des plaisirs, le quartier du chêne quant à lui renfermait toute l’industrie locale, etc. bref une mégapole cosmopolite renfermant un panel de population divers et varié comme les humains, principalement ulfes mais pas que, des gnomes, une grande population naine, la deuxième après les humains, des races communes en plus petites quantité, elfes, hobbits, et quelques races exotiques etc. – L’endroit paraissait impressionnant et aussi effrayant, grouillant de partout, très bruyant, souvent des groupes armés ou encadrés par les hommes armés, gardes, milices, mercenaires, on aurait dit qu’il était impossible de se déplacer sans protection adéquate et pourtant les rixes ne semblaient pas si fréquentes. Comment dans un tel capharnaüm, les aventuriers allaient-ils s’y retrouver ?

Pourtant la Flèche d’Argent ne fit pas route vers la cité la plus grande que certains n’avaient jamais vue, mais vers la rive Nord, un ultime quartier duquel de nombreux petits navires faisaient navette avec la mégapole : Bourggelé. Du point de vue de Ferrèol qui ne connaissait guère de grandes cités, Bourggelé était aussi vaste que Bourg de nos jours, une véritable petite ville, mais à la dimension de Kalsgard, on aurait juste dit un quartier supplémentaire séparé par le fleuve. Cela était déjà plus rassurant, moins étouffant, même si cela restait tout de même une concentration urbaine de belle taille pour quelqu’un qui préfère la nature et les forêts sauvages.

L'Pêchou

Par ailleurs, L’Pêchou souriait en approchant de Bourggelé avant d’annoncer en désignant de la main l’ensemble de Bourggelé – « L’Quartier des Gnomes, ‘fan d’putrelle ! » – Les Gnomes de Kalsgard opéraient principalement les services de bateau assurant les navettes avec la mégapole, mais aussi tout l’artisanat et la bricole liés aux voyages qu’ils soient terrestres, maritimes et même aériens si on prenait en compte les diverses expériences de ce que les gnomes appelaient les gondolfières, des sortes de bateaux, caisses ou charriots soulevés par d’énormes ballons de baudruche gonflés d’air réchauffé avec des systèmes extrêmement complexes et bruyants qui la plupart du temps ne fonctionnaient pas ou pas vraiment lorsqu’ils ne brûlaient pas les ballons eux-mêmes ou qu’ils en finissaient pas par exploser d’une façon ou d’une autre. Sinon la magie aidait aussi un petit peu, même si les gnomes étaient plus adeptes des illusions et autres fantasmagories comme pour le premier Jour du Feu du mois de Desnus. Durant ce jour festif, les gnomes de Kalsgard organisaient un festival parodique de la Chasse aux Linnorm sur la promenade principale de la ville. La chasse excitait l'imagination des enfants de Kalsgard qui devaient chercher et « tuer la bête », un costume de Linnorm élaboré manœuvré par des gnomes et complétée par la magie de leurs illusions. C’est donc près des quais de Bourggelé que la Flèche d’Argent allait mouiller, car les quais étaient réservés exclusivement aux navettes, afin de débarquer le groupe. L’Pêchou ne voulait pas mouiller au port de Kalsgard, ses matelots auraient tôt fait de dépenser leur misérable solde dans les tavernes du port ou le quartier du Feu et il voulait effectuer quelques « aménagements » sur la Flèche d’Argent que visiblement seuls les gnomes étaient capables de réaliser. Aussi s’il faisait affaire avec eux, la Flèche d’Argent serait en cale sèche pendant que le groupe et lui seraient en route vers Turvik puis vers la cahutte d’Asger, leur guide.

La manœuvre de mouillage ne dura pas longtemps et visiblement les matelots se précipitaient avec une belle harmonie dans les gréements de la mâture, affalant les voiles puis jetant l’ancre au mouillage avant de tout ficeler solidement aux vergues et mâts. Il était temps désormais de décider qui faisait quoi. L’Pêchou descendait pour négocier ses travaux sur le navire, il conseilla à Oradin d’aller au comptoir de la « Icecrown Union », la guilde qui organise les voyages vers le Nord le long de la Passe d’Aganhei, afin de négocier le moyen de transport le plus rapide vers Turvik. Une caravane marchande standard mettrait environ 4 à 5 jours, suivant les embûches rencontrées, mais Luke était persuadé qu’il était possible d’atteindre leur objectif en moins de deux jours avec des traineaux, ils étaient rapides et ils n’avaient pas de lourdes marchandises à transporter. Quant aux autres, ils avaient l’opportunité de faire des affaires pour refourguer leur marchandise et en acheter d’autres afin de mieux s’équiper pour affronter cette épreuve. Les gnomes étant beaucoup plus volubiles en matière de choses magiques… N’avaient-ils pas un « butin » à partager ?
Tu sais ce que c'est, être réduit à l'état de pulpe ?
Offline nauron  
#33 Envoyé le : mardi 18 décembre 2018 14:40:29(UTC)
nauron
Rang : Membre

Inscrit le : 28/07/2016(UTC)
Messages : 12

Florentia
Alchimiste 8
Bombes:14/14
DEF : 19/15/14
Etat: normal

62 / 62



« Donc je prévois des potions pour Fredigo, Luke et moi... Je suppose que notre guide à l'habitude des climats comme celui que nous affronterons. »

Après être arrivée dans le quartier des gnomes, la Sylphe demanda

«  Qu'est ce qui est superflu dans nos objets? Je pense qu'il serait judicieux de ne garder que ce qui nous sera nécessaire et de vendre le reste afin d'acheter des objets utiles comme les traineaux que Luke proposait afin de nous déplacer plus vite. Quelqu'un a besoin de quelques chose? »
Et sur le rêve de Kali construire leur vie
Offline poulosis  
#34 Envoyé le : vendredi 21 décembre 2018 23:22:06(UTC)
poulosis
Rang : Habitué

Inscrit le : 10/11/2010(UTC)
Messages : 4,196
Localisation : Nantes

Oradin
Sorts Ora niv1 : 4/4
Sorts Pal : 2/1
Châtiment : 3/3
Impo. 3d6 : 8/8
Pacte +1 : 1/1
CA 23/11/22

90 / 90

Avant même de toucher terre, le nain avait renfilé avec bonheur son armure, retrouvant avec plaisir son confort familier, si rassurant. C’était comme la sensation de revenir à la maison et d’enfiler de vieilles pantoufles, parfaitement adaptées à sa morphologie et douillette à souhait. Seul un nain pouvait oser cette comparaison entre une lourde armure de plaques métalliques et des chaussons ! Une pensée qui le fit sourire. La veille, il avait imploré Abadar de lui fournir sa protection contre le climat exigeant de la région, et comme d’habitude, Il avait exaucé ses prières. Il se sentait bien.

Le paladin savait que Florentia prendrait soin de ses compagnons, ce qui devait être un soulagement pour les intéressés. La nature était incroyablement hostile, pour des humanoïdes au sang chaud dépourvus de toute pilosité digne de ce nom. Il se redressa et sourit de contentement, sa main caressant ses tresses épaisses et sa barbe fournie d’un air absent. Pourtant, une civilisation s’était établie, même dans ce coin reculé et ô combien inhospitalier. En ce sens, Kalsgard était une authentique œuvre à la gloire d’Abadar et le triomphe de la civilisation sur la sauvagerie. Si elles s’entraidaient, toutes les races de Golarion pouvaient accomplir des prodiges.

Aussi, l’urgence de leur mission lui causait une petite déception. Ne pas profiter de son passage pour visiter les quartiers sud était presque une hérésie. Admirer les techniques de l’architecture locale, découvrir une culture qu’il ne connaissait pas vraiment, se baigner dans les rues grouillant de monde, s’extasier devant l’artisanat du crû, goûter la cuisine locale, bref, profiter des bienfaits du commerce et savourer les richesses d’une grande cité n’aurait pas été pour lui déplaire. Il promit sur Abadar de saisir cette opportunité au retour. Sauf bien sûr si Ce Dernier le rappelait à Lui avant.

Aussitôt à quai, il sauta à terre avec un bel enthousiasme. Dans sa hâte, il avait cependant négligé un détail : la terre était recouverte de glace. Il se retrouva le cul à terre, la mine stupéfaite. Un grognement étrange sortit de ses lèvres, un bruit qui semblait provenir du fond de sa gorge. Bientôt, un rire rocailleux détendit l'atmosphère, en manifestant sa joie de retrouver les vibrations rassérénantes d’un bon vieux sol bien solide sous son postérieur à peine endolori. Calmé, il inspira l’air qui restait vivifiant, bien qu'il ait été réchauffé par la magie divine qui l'enveloppait. Comme sur l’île, il avait encore l’impression de tanguer, mais il savait que la sensation allait disparaître. Avec moult précautions, il se redressa enfin. Lorsque le groupe se trouva enfin réuni, il les informa de ses intentions, tout en répondant à Florentia.

« Prévoyez quand même des fourrures et un équipement pour la neige. On ne sait jamais, la magie peut nous faire défaut. De quoi manger et boire copieusement, pour lutter contre le froid, aussi. J'adore la charcuterie et le rhum. Mais une eau-de-vie du coin pourrait faire l'affaire. Elle ne gèlera pas, au moins. De mon côté, je vais suivre les conseils de notre capitaine et visiter la Icecrown Union pour tâcher de négocier un transport rapide. Je ne suis pas un marchand mais je sais faire preuve de diplomatie. Espérons que cela suffira. De toute façon, ce n'est pas mon argent, je ne perdrai pas grand chose... » Pour une fois, il ne s'esclaffa pas, mais ses yeux pétillaient d'humour. Oui, Oradin était décidément vraiment heureux d'avoir regagné la terre ferme et la civilisation.

En cours:
Endure elements

Modifié par un utilisateur jeudi 10 janvier 2019 00:23:56(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Silenttimo  
#35 Envoyé le : jeudi 10 janvier 2019 15:30:03(UTC)
Silenttimo
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/01/2010(UTC)
Messages : 3,174
Localisation : 92 (Hts de Seine)

66 / 66

rayon acide : 9/9
Sorts niv 1 : 8/8
Sorts niv 2: 8/8
Sorts niv 3: 6/6
Sorts niv 4: 4/4
CA:15 / cont 14 / surp 12




Fredrigo s'esclaffa, sans aucune méchanceté dans le rire.

« Maître Oradin, votre sens de l'équilibre remet en question le fondement même de mes connaissances, en plus de votre propre fondement !

J'étais persuadé que les nains ne goûtaient guère se donner en spectacle, et qu'ils avaient une assise et une stabilité incroyables...

Il va falloir que j'écrive à la société de magie de Magnimar pour qu'ils corrigent les entrées concernant votre peuple ! »


Puis, répondant à Florentia :
« Oui, une potion me sera évidemment indispensable pour que je survive à ce froid polaire !
Moi qui ai pour habitude de me baigner dès que j'aperçois des vagues, la température ne m'incite pas à aspirer à la propreté à l'iode naturel avant que de pouvoir faire monter un tub et des sels de bain dans une auberge bien chauffée ! »


Puis il s'adressa autant à lui-même qu'à ses compagnons :
« Sinon, puisque personne ne semble porté sur les démons, il faudrait trouver une bibliothèque ou un vieux sage pour nous en dire davantage, ou les deux, et c'est peut-être chez les gnomes que nous trouverons cela, et nous en profiterons pour alléger quelque peu nos sacs et fontes ! »

Modifié par un utilisateur jeudi 10 janvier 2019 15:30:42(UTC)  | Raison: Non indiquée

JE SUIS CHARLIE

Fan de Greyhawk, paladin de Mayaheine

- Paladin/marshal niv 19 (PF) dans "savage tide".

Fan de cinéma muet
"Lubitsch trône au firmament de mon panthéon du cinéma"

Une partie de ma collection Ici
Offline mdadd  
#36 Envoyé le : dimanche 27 janvier 2019 15:32:03(UTC)
mdadd
Rang : Staff

Inscrit le : 23/12/2009(UTC)
Messages : 5,290
Localisation : Charente Aquatique (17)

andis que le serviteur du Maître du Premier Coffre-Fort irait négocier un moyen de transport rapide vers Turvik, Florentia et Frédrigo feraient quelques emplettes de revente/achat d’objets pour écouler leur butin tout en achetant le nécessaire pour leur futur voyage. Qu’avaient-ils besoin au juste ? Ils allaient se rendre à la dernière grande ville avant la grande étendue glacée, les collines et les montagnes qui délimitaient ce que les Avistanais appelaient la Couronne du Monde. Il s’agissait d’un territoire hostile de par son climat, mais aussi de par ses habitants habitués à une vie rude et dangereuse où la survie prime et seuls les plus forts subsistent. On parle de géants et Trolls des glaces, de sorcières de l’hiver, mais aussi de Linnorms, de tribus barbares cannibales et tout un tas de monstres aussi puissants que résistants dont la seul motivation est la recherche de la rare nourriture sous quelque forme que ce soit et les voyageurs imprudents étaient des mets de choix. Il ne fallait donc pas seulement combattre le climat extrême et le milieu naturel difficile, mais aussi tous ces prédateurs experts en chasse pour leur survie. Le duo trouva facilement nombre de petits commerces, marchés, étals où tut semblait se vendre ou s’acheter, allant du plus petit objet parfaitement anodin aux plus complexes, le tout enrobé souvent de quelques magies, farces et attrapes si familières et appréciées des gnomes, mais rien d’insurmontable pour des personnes qui connaissaient elles aussi la magie et savaient percer les mystères et révéler les fantasmagories qui avaient tendance à enjoliver un objet, le faisant paraître splendide et puissant alors qu’il ne s’agissait que d’un simple charme d’illusion sur un objet parfaitement ordinaire. Les gnomes étaient facétieux, mais c’était le jeu et en terme de jeu, Frédrigo était un expert, aussi il ne se laissait pas facilement berner, même si tous ces petits bibelotiers étaient extrêmement doués. Après des heures de négociation fastidieuses, ils parvinrent à effectuer leurs achats et reventes…

Quant à Oradin, il dût subir le harcèlement incessant des marchands ambulants à la sauvette qui ne cessaient de lui proposer des produits forcément indispensables et à bon prix pour un noble représentant du peuple fier et robuste, avant de parvenir à la limite de l’explosion, le poil de barbe légèrement hérissé et quelques sourds bruits rauques qui éructaient de sa gorge, au comptoir de la « Icecrown Union ». L’endroit n’était pas bien large, une façade ne laissant la place qu’à une simple prote et une fenêtre, un bâtiment en bois encastré entre deux constructions plus imposantes, Oradin avait l’impression de rentrer dans un couloir de 6 pieds de marge, un tunnel de rondins de bois très vite obstrué par un comptoir imposant en bois massif surmonté d’un plateau d’un seul tenant en chêne. Le comptoir était une belle pièce faisant toute la largeur du bâtiment, de 6 pouces d’épaisseur, un plateau de presque 2 pieds de large. Le tronc dans lequel il avait été taillé devait être immense et le travail sur le plateau extraordinaire. Par contre le comptoir était à hauteur d’ulfe, autrement dit à presque 5 pieds de haut, ce qui était sans doute un problème pour un nain…
Une petite cloche permettait d’alerter le tôlier de la présence d’un visiteur et se mettant sur la pointe des pieds, Oradin sonna deux-trois fois avant d’entendre, à défaut de voir, des pas trainants, voire claudiquant, venir jusqu’au comptoir, puis monter des marches et enfin la respiration et la voix d’une petite personne – « Mmmh ? Qu’est-ce que c’est ? » – Il fallut donc reculer de deux-trois pas pour distinguer le haut du comptoir et donc la personne qui se penchait à présent par-dessus pour distinguer son petit visiteur. Il s’agissait bien-sûr d’un gnome au visage rougi par la chaleur et ridé par le temps, le crâne dégarni, une chevelure poivre et sel hirsute et une barbe broussailleuse, les oreilles larges et en pointe se pliaient sous le poids de la tignasse. Il avait une sorte de bandeau en cuir sanglée sur le front qui supportait une grosse loupe mais aussi une cartouchière dans laquelle quelques instruments étaient placés. Le regard noir du gnome se posa sur le nain après avoir cherché en vain un interlocuteur à hauteur d’ulfe – « Oh… Un représentant du peuple robuste… » – Constata-t-il – « Je suis… Glindamarinencourtefer, pour faire court et pour vous servir. Que puis-je pour vous maître nain ? »

Ce fut enfin le moment pour Oradin d’émettre ses désidératas. Selon le commercial de la compagnie organisatrice des voyages dans le grand Nord, la « Icecrown Union », il y avait trois types de transports possibles.

- Les individuels : des traîneaux rapides tirés par des chiens et menés par un unique conducteur. Le traîneau quant à lui permettait d’emporter du matériel de survie en quantité suffisante pour le camping mais aussi quelques jours de ravitaillement pour le conducteur mais aussi pour les chiens. Cela nécessitait évidemment des compétences pour mener le traîneau et les chiens et coûtait 50po par attelage à raison de 1 attelage par personne. Ce moyen était le plus rapide cependant si on savait bien mener son attelage.

- Les duos : il s’agissait soit d’un traîneau de plus grande taille capables de transporter 2 personnes plus du matériel dans une malle derrière et deux rennes pour tirer le tout que l’on guidait à l’instar d’une petite charrette attelée à deux chevaux, soit un attelage composé d’un traîneau plus grand et avec plus de chiens, le traîneau pouvant accueillir un passager en plus du matériel, avec toujours le conducteur debout derrière. Pour l’attelage traîneau – rennes, cela nécessitait moins de compétences de conduite, mais on transportait aussi moins de matériel qu’avec la seconde possibilité qui elle nécessitait un bon conducteur pour gérer un traîneau plus lourd et un attelage de chien plus important. Il en coûtait 80po par attelage pour cette option.

- Les groupes : il s’agissait d’un grand traîneau pouvant accueillir jusqu’à 6 passagers et un grand coffre à l’arrière pour le matériel, le tout étant tracté par un attelage de 8 rennes ? Le conducteur était placé à l’avant sur un banc de conduite à l’instar des grands chariots marchands tandis que les passagers étaient à l’arrière sur des sièges protégés du vent avec possibilité de rabattre une capote par-dessus en cas d’intempéries. Ce moyen coûtait 250po.

Quant au temps que cela prendrait, les chiens étaient sans conteste plus rapides que les rennes mais nécessitaient une compétence de conduite de traîneau et de maître-chien qui sera évidemment vérifiée avant le départ. Avec l’attelage individuel, une longue journée suffirait à un bon conducteur pour gagner Turvik, soit 12H de voyage. Avec les autres solutions, il faudra compter une journée et demie voire deux en cas de problèmes sur la piste d'Aganhei. Pour finir, le ou les conducteurs d’attelage, qu’ils soient de chiens ou de rennes, se verront remettre une tenue adaptée pour affronter le froid intense aux couleurs et aux blason de la compagnie, soit un grand pantalon rouge, un grand manteau rouge bordé de fourrures blanches, un bonnet rouge à pompon blanc, de grandes bottes noires, un ceinturon large à large boucle et des moufles fourrées. Le gnome regardait Oradin avec un large sourire – Vous avez tout à faire le gabarit et le profil pour être l’un de ces conducteurs, maître nain. – Enfin, le matériel pour entretenir les animaux et les nourrir était fourni et compris dans le prix. Une fois le marché conclu, il ne faudrait pas longtemps à la compagnie pour mettre à disposition les attelages et une fois Turvik atteint, il suffisait d’aller remettre traîneaux et attelages de chiens ou rennes au comptoir de la compagnie là-bas et ainsi être remboursé de la caution de 1.000 po par attelage qu’il faudra verser ici avant de partir. Une garantie pour la compagnie de retrouver son matériel et ses bêtes ou de pouvoir en racheter d’autres en cas de destruction ou de perte – « De bons traîneaux et des bons animaux bien dressés coûtent horriblement chers. »
Tu sais ce que c'est, être réduit à l'état de pulpe ?
Offline Silenttimo  
#37 Envoyé le : mercredi 30 janvier 2019 11:40:02(UTC)
Silenttimo
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/01/2010(UTC)
Messages : 3,174
Localisation : 92 (Hts de Seine)

66 / 66

rayon acide : 9/9
Sorts niv 1 : 8/8
Sorts niv 2: 8/8
Sorts niv 3: 6/6
Sorts niv 4: 4/4
CA:15 / cont 14 / surp 12




Fredrigo était ravi de pouvoir délester le trésor commun d'objets inutiles, certes, mais pas dénués de valeur, qui leur permettraient de réaliser quelques achats en vue de leur expédition.

Il avait la fâcheuse tendance, avec sa langue bien pendue, d'enjoliver l'histoire et la présentation des objets présentant le mieux, pour en tirer un prix plus confortable.

Devant l'un des marchands les plus richement vêtus, il présenta la boîte à bijoux ainsi que son contenu :
« ... voyez par vous même, cette magnifique boîte contient des boucles d’oreille, colliers, bagues, agrafes, bracelets et broches, tous ces bijoux que ma grand-mère m'a offerts pour le jour de mes épousailles.

Hélas, ma grand-mère ne verra pas ce jour, elle est morte d'une forte fièvre, et je n'ai pas encore trouvé de femme qui accepte pour mari un individu plus petit que la moyenne et d'aspect maladif et pâle comme moi !

Comprenez-moi bien : ces bijoux ont une valeur pécuniaire, c'est un fait, mais sachez qu'ils ont été portés à certaines fêtes importantes de Magnimar, et que mon actuel besoin en liquidités me fait regretter d'avoir à me séparer d'un legs familial auquel je suis très attaché. Ma situation n’est cependant pas catastrophique au point d’accepter n’importe quelle proposition, soyez-en assuré !

Mais je suis persuadé que le jour du mariage de l'un de vos enfants, vous serez enchanté d'offrir ces bijoux, cet ensemble complet à votre fille ou votre bru qui feront ressortir par leurs parements leur beauté naturelle et la joie exprimée sur leur visage à cette occasion.

Ce peut être aussi l'occasion d'offrir un magnifique cadeau à votre femme, pour vous faire pardonner quelque expédition commerciale lointaine au cours de laquelle elle se languit de vous !

Et si c'est pour revendre, en séparant les objets composant ce lot unique, vous pourrez fixer des prix légèrement supérieurs à la valeur globale que vous pourriez vous contenter de me proposer !

D'ailleurs, comme je m'apprête à partir dans le grand nord, vous pourriez me conseiller une banque administrée par une personne en qui vous placez toute confiance, susceptible de conserver précieusement une partie du produit de mes ventes ? »


Selon ce qu'il vendait, Fredrigo avisait le marchand le plus à même d'acquérir leurs "trésors", bijoutiers et tailleurs de pierres pour les gemmes, échoppes mystiques pour les objets rituels, alchimiste et arcanistes pour les parchemins, tout en cherchant quelques informations supplémentaires.

« ... vous comprenez, avec mes compagnons, nous avons arraché au péril de notre vie le butin aux griffes de terribles pirates, nous souhaiterions rencontrer les autorités pour leur remettre !
Vous connaissez certainement de hauts responsables auprès de qui nous adresser !? »



« Il paraît que le grand nord recèle des dangers sans nombre. Pourriez-vous m'indiquer une bibliothèque dans laquelle je pourrais me renseigner sur toutes ces sortes de "démons" qui hantent les forêts glacées et les cols enneigés !? »


« Je cherche un spécialiste qui vend des objets puissants permettant de résister aux rigueurs de l'hiver et d'éviter les engelures, mais aussi vendeur de potions et autres parchemins.
Savez-vous auprès de qui m'adresser !?  »



  • ventes 1 bluff : 1d20+15 donne [9] + 15 = 24
  • ventes 2 bluff : 1d20+15 donne [17] + 15 = 32
  • ventes 1 diplo : 1d20+7 donne [5] + 7 = 12
  • ventes 2 diplo : 1d20+7 donne [2] + 7 = 9
  • renseignements 1 : 1d20+7 donne [8] + 7 = 15
  • renseignements 2 : 1d20+7 donne [17] + 7 = 24
  • renseignements 3 : 1d20+7 donne [18] + 7 = 25



Bien évidemment, Fredrigo a pris soin de lancer don des langues afin de pouvoir converser avec tout vendeur parlant une autre langue ou dialecte, bien qu'il soit déjà naturellement doué pour les langues !

Mon baratin est en commun pour la plupart des marchands, mais je peux négocier en sylvestre pour toucher certains peuples, et évidemment, grâce à la magie, parler nain / gnome / ulfe pour les langues que je ne maîtrise pas.

Modifié par un utilisateur vendredi 1 février 2019 16:24:03(UTC)  | Raison: ajout HRP

JE SUIS CHARLIE

Fan de Greyhawk, paladin de Mayaheine

- Paladin/marshal niv 19 (PF) dans "savage tide".

Fan de cinéma muet
"Lubitsch trône au firmament de mon panthéon du cinéma"

Une partie de ma collection Ici
thanks 1 utilisateur a remercié Silenttimo pour l'utilité de ce message.
Offline nauron  
#38 Envoyé le : vendredi 1 février 2019 16:12:25(UTC)
nauron
Rang : Membre

Inscrit le : 28/07/2016(UTC)
Messages : 12

Florentia
Alchimiste 8
Bombes:14/14
DEF : 19/15/14
Etat: normal

62 / 62


«  Frédigo je parle le gnome, est ce que cela peut t'aider? »

Florentia regardait Frédrigo commercer, sortir son baratin tout en restant coïte, l’œil amusé par le jeu de ce vendeur d'un jour, il fallait le voir transformer le fruit d'une rapine en héritage familial, très instructif, vraiment...

Quant à elle, ce jeu n'était pas le sien, elle regardait en silence, mais surtout écoutait et enregistrait les informations, les gnomes avaient toujours eu la réputation d'être facétieux et hauts en couleurs, mais cette dernières ne leurs rendait pas hommages, entre la magie gnome, leurs bons mots et leurs jovialité on avait du mal à s'imaginer être dans une régions aussi froide...

Parlant le gnome, elle écoutait également ce que les marchands pouvaient dire, se dire en gnome et en informait Frédigo, quitte à intervenir si besoin en parlant gnome elle aussi.

Et sur le rêve de Kali construire leur vie
thanks 1 utilisateur a remercié nauron pour l'utilité de ce message.
Offline poulosis  
#39 Envoyé le : lundi 4 février 2019 18:53:19(UTC)
poulosis
Rang : Habitué

Inscrit le : 10/11/2010(UTC)
Messages : 4,196
Localisation : Nantes

Oradin
Sorts Ora niv1 : 4/4
Sorts Pal : 2/1
Châtiment : 3/3
Impo. 3d6 : 8/8
Pacte +1 : 1/1
CA 23/11/22

90 / 90

Subir ainsi le regard de haut d'un gnome était plutôt humiliant. Tout de même, en tant que personne de très petite taille, ils auraient pu précisément adapter le comptoir aux personnes de leur gabarit ! Il tira sur une de ses tresses pour passer sa frustration, comme s'il voulait en faire tomber la neige qui s'y était déposée. Lorsqu’il présenta les différentes options qui se présentaient à eux, il prit conscience que ses compagnons et lui n’avaient pas fixé de plafond à ses dépenses. En même temps, ce n’est pas comme s’ils avaient le choix...

Icecrown Union. Avec un nom aussi ambitieux, il ne s’était pas attendu à une agence aussi modeste. Sans doute ses associés réservaient-ils leurs fonds à l’entretien du matériel et des entrepôts nécessaires à leurs activités. Ce qui était plutôt bon signe, de son point de vue. Les animaux devaient être bien nourris et les traîneaux en bon état. Ses oreilles bourdonnaient encore des réclames subies pendant la traversée jusqu’à ce boui-boui. Abadar lui pardonne, saletés de vendeurs ! Son cinquième commandement religieux s’était rappelé à son bon souvenir, et ce à plusieurs reprises. Essentiellement la partie sur l’équité du commerce entre marchands et citoyens, le vol et la tromperie intolérables. Certains avaient frôlé l’amende, voire la correctionnelle, en tentant de lui refiler leur camelote, parfois d’origine douteuse, à un prix tout à fait déplacé. On ne badinait pas avec les règles du commerce, face à un paladin d’Abadar ! Il suffisait qu’il écarte sa fourrure et dévoile son symbole pour que ces soi-disant marchands se calment bien vite et fassent profil bas. Heureusement pour eux, il n’était pas missionné pour réguler les pratiques commerciales sur ce secteur. Aussi n’avait-il pas insisté lui-même, au-delà d’un froncement de ses épais sourcils et parfois, d’un doigt qui s’agitait comme un avertissement de ne pas recommencer, la mine revêche.

Le choix d’un mode de transport lui incombait. La mission était urgente, aussi se concentra-t-il avec application sur les propositions de Glinmarintrucaufer ... Glindamencourtfer … satanés noms gnomes ... bref, l’agent de la Icecrown Union. Les transports individuels, bien que plus rapides, nécessitaient des compétences que personne ne maîtrisait dans le groupe, à sa connaissance. Encore que Luc, peut-être… ? Les capacités de cet homme le plaçaient davantage au niveau d’un demi-dieu que d’un être humain. Ferreol-tourbillon était également proche de la nature : peut-être savait-il maîtriser des chiens ? Il se dit qu’il suffirait d’un bon conducteur en tête de convoi, pour que les autres attelages suivent docilement. Mais comment savoir ? De toute façon, le coût par personne était peu ou prou équivalent à la version de groupe. L’option du plus grand traîneau imposait la même contrainte.

Dans un climat aussi extrême que dans le coin, l’essentiel était d’arriver. En bonne santé. Avec sa meilleure protection, l’option du traîneau de groupe lui paraissait ainsi plus adapté… à un groupe ! La tenue rouge le fit tiquer un peu : n’était-ce pas un peu voyant, dans un paysage de glace ? Ne risquaient-ils pas d’attirer tous les prédateurs à la ronde ? Et cette réflexion sur sa taille… Mouais... La mine dubitative, il regarda le gnome d’un œil soupçonneux, les sourcils froncés, flairant son interlocuteur de vouloir se payer sa tête, avant de finalement choisir la diplomatie. Il étouffa ses grommellements au profit de questions plus prosaïques : « vous fournissez bien le conducteur, dans le prix annoncé de 250 po, bien sûr ? Il faut bien quelqu’un qui sache s’occuper des bêtes. Par ailleurs, c’est un prix pour les deux jours nécessaires au trajet ? L’église d’Abadar et ses représentants que nous sommes ne sauraient en outre être reconnus responsables des dommages causés par des catastrophes naturelles, telle une tempête ou la rencontre avec un ours agressif, ni le vol dudit matériel par un groupe de bandits agressifs, nous sommes bien d’accord ? Il est évident que nous ferons tout pour protéger le convoi et ses bêtes, ceci dit. La route d’Agenhei n’est-elle pas patrouillée, du reste ? »

En cours:
Endure elements
Offline mdadd  
#40 Envoyé le : dimanche 10 février 2019 22:18:53(UTC)
mdadd
Rang : Staff

Inscrit le : 23/12/2009(UTC)
Messages : 5,290
Localisation : Charente Aquatique (17)

andis que Frédrigo refourguait la marchandise, butin des vils naufrageurs pirates dont les capitaines et officiers étaient des dévots inconditionnels de la Déesse pâle, la transaction avait commencé du côté du serviteur du Maître du Premier Coffre-Fort. A la réponse du nain, le gnome haussa un sourcil, marquant là non pas la surprise mais un questionnement accompagné d’un – « Mmmh ? » – Puis il joignit les mains tout en reprenant sa posture sérieuse sur un ton calme et posé – « Allons mon bon ami… Un conducteur… Cela ne rentre pas dans la prestation, vous le savez bien. Je suis certain qu’en tant que serviteur d’Abadar et garant du commerce comme vous l'êtes, vous n’êtes pas venu ici sans au préalable vous êtes renseigné sur les prix et le marchés en cours. Je pense aussi qu’en tant que représentant de votre dieu, vous connaissez parfaitement les rouages d’un attelage et comment le mener à destination. Conduire un attelage avec un traîneau n’est pas plus compliqué que de conduire un chariot dans votre région, sans aucun doute, sauf pour les traîneaux individuels. Le prix comprend donc la location de tout le matériel, animaux compris, ainsi que le nécessaire pour l’entretien et le ravitaillement de ceux-ci pour le trajet de Bourggelé à Turvik. Il revient à votre charge de mener le ou les attelages à bon port et en bon état, auquel cas votre caution ne vous sera pas restituée. La piste d’Agenhei est fréquentée par nombre de voyageurs et marchands, mais rien ne peut garantir une totale sécurité. Les dangers auxquels vous pouvez être confrontés sont les tempêtes de neige, les hordes barbares de l’Icemark, mais aussi quelques bêtes comme les loups arctiques, les créatures géantes comme les trolls et les géants et enfin le pire qui pourrait vous arriver, mais ce qui est assez rare sur cette piste aussi loin de Trolheim, les terribles sorcières de l’hiver et leurs huttes qui marchent. Il vous revient donc de vous organiser pour protéger votre convoi aussi bien les personnes que le matériel et vos animaux. »

Le gnome laissa un petit temps pour qu’Oradin puisse digérer le flot ininterrompu de parole débitées comme si on énumérait les chiffres d’un livre de comptabilité, puis il reprit toujours de sa voix calme et posée – « Cependant la compagnie peut aussi vous fournir des conducteurs, gardes de caravane, serviteurs, cuisiniers, soigneurs animaliers, guides etc., mais ces services sont bien entendu payants et le prix peut varier en fonction de la spécialité. Par ailleurs, il faudra un peu plus de temps pour réunir le ou les personnes dont vous sollicitez les services. Le matériel quant à lui est disponible de suite, dès lors que nous aurons conclu un accord et signé les papiers. Vous êtes demandeur de tels services, maître nain ? »

Du côté des marchands de rue et boutiquiers, Frédrigo et Florentia papillonnaient d’étals en étals, d’échoppes en échoppes, toujours à la recherche du meilleur marché pour leur marchandise que ce soit pour la revente que pour l’achat de matériel. Si le Sieur Tampoli n’eut aucun mal à trouver les endroits propices pour des objets mineurs comme des potions et des parchemins, ce fut un peu plus fastidieux concernant les objets de plus grande puissance. Les gnomes adoraient les petites magies malicieuse et plaisantes, mais lorsqu’il s’agissait de magie plus sérieuse et puissante, cela demandait des efforts de concentration importants que nombre de gnomes n’étaient pas prêts à fournir. Cependant il parvint tout de même à tomber sur une rare échoppe très ancienne à l’odeur de vieux bois et de cire caustique où le maître des lieux devait avoisiner les 3, 4 ou 5 siècles à la peau si fripée qu'il aurait très bien pu faire partie des antiquités qu'il vendait et qui devait collectionner depuis des lustres des objets en tout genre tel un antiquaire dont la boutique ressemblait à un véritable bazar ou une caverne aux milles merveilles. Chaque objet avait une histoire et si Frédrigo voulait acheter quelque chose, il devait d’abord bien écouter l’histoire afin que le vieux gnome puisse s’assurer que le Sieur Tampoli était vraiment intéressé par le dit objet et qu’il saura faire perdurer la légende de cet objet.

Quant aux autres objets de revente particulière et recherches d’informations, on lui conseilla d’aller au quartier de Glace à Kalsgard pour la revente d’une baguette que les gnomes refusèrent unanimement d’acheter ou encore d’aller au quartier d’Ivoire, toujours à Kalsgard, pour les renseignements divers, que ce soit sur les personnes importantes et responsables ou sur les dangers des expéditions autour de la cité surtout en direction du Grand Nord, vers la Couronne du Monde, même si pour cette dernière, la « Icecrown Union » était fort au fait de ce qu’il se passait le long de la piste d’Agenhei.

J’avais demandé un jet pour la revente des objets et un jet pour les achats. Je ne compte pas les 2 tests de diplo ratés, juste les 2 jets de bluff donc le 1er pour la vente, le second pour les achats, soit revente du butin à 60% de leur valeur de base (petit bonus pour le RP, parce que le DD est de 25 et que tu as fait 24), achat à +35% du prix de base (pour le test à 32 réussi).
Tu sais ce que c'est, être réduit à l'état de pulpe ?
thanks 1 utilisateur a remercié mdadd pour l'utilité de ce message.
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
4 Pages<1234>
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2019, Yet Another Forum.NET