Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

2 Pages12>
Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline Lematou  
#1 Envoyé le : vendredi 8 septembre 2017 18:12:44(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 209
France

Vous pouvez tous lire mais seul Airi peut agir dans ce fil : les autres personnages ne sont pas admis dans les quartiers privés des Sensats.

Même lorsqu'on les a passées de nombreuses fois, les gigantesques portes de la Salle des Fêtes, hautes et étroites, entourées de pierres brillantes formant des images abstraites figurant les cinq sens, sont toujours aussi saisissantes. On ne manque jamais de se sentir tout petit, écrasé, face à l'infinité de cette allégorie sensitive. On se prend d'une envie de toucher, d'expérimenter, de sentir... On pourrait passer sa vie à se perdre dans la contemplation de la magnificence de l'ouvrage... Mais la voyageuse qui passe les portes ce jour-là, aux environs de trois heures avant le pic, n'a malheureusement pas le temps de se perdre : Airi a rendez-vous.

L'elfe au sang d'azata trace son chemin d'un pas léger à travers les somptueux couloirs décorés avec raffinement, jusqu'aux quartiers privés des Sensats. Ici, chaque mur, chaque parquet, chaque objet est un appel aux sens, vous invitant à vous arrêter ne serait-ce qu'un instant pour les admirer. Mais Airi ne se laisse pas tenter : elle est pressée. L'elfe salue aimablement les factionnaires qu'elle croise. Ces derniers lui sourient. Et finalement, à force de déambuler, Airi tombe sur celle qu'elle est venue trouver : Annlie Tissetoile, une des factors de la Société des Sensations.


« Airi, ma chérie !!! Comment allez-vous ?! » Sans chichi, l'avenante féline embrasse Airi. Puis, la factor prend l'elfe par le bras et la mène à travers d'autres couloirs, tout en bavardant : « Vous m'avez l'air en pleine forme, ma belle ! D'où venez-vous comme-ça ? Je vous espérais hier... Le si mignon courrier que j'ai embauché, serait-il incompétent ? On m'en a dit beaucoup de bien pourtant... À votre air, on dirait bien que vous avez vécu quelques expériences positivement intéressantes... Je suis sûr que cela ferait une magnifique pierre sensorielle ! Il faudra tout me dire, ma chérie !... Ah ! J'adore votre robe ! Il faut que vous me donniez le nom de votre tailleur, ma chérie ! C'est tellement joli, ces nuances de bleu et de vert... Et la coupe : c'est de l'art ! Et je m'y connais... Vraiment magnifique ! Avec votre peau de lait, c'est si parfait !... Votre tailleur saurait-il confectionner une robe pour une féline ?...  »

La factor traîne Airi jusqu'à un cabinet privé, dans lequel s'amassent des multitudes de coussins brodés, des tentures empesées et une énorme narguilé. Une fois les deux femmes allongées à leur aise dans la mer de tissus moelleux, tout en tirant sur la narguilé, la factor se met à jacter un tantinet plus sérieux :
«  Airi, chérie, j'ai une grande nouvelle pour vous ! Eirin m'a demandé de trouver un factionnaire de confiance pour une mission délicate, et j'ai tout de suite penser à vous ! Oh, ne faîtes pas votre modeste : je connais vos qualités, ma chérie ! Et vous savez bien vous entourer, à ce que j'ai cru entendre... Vous avez tout ce qu'il faut pour réussir !  »

Annalie relâche une bouffée aux délicats parfums de miel et d'estragon, avant de reprendre : «  C'est une expérience des plus intéressante, ma chérie : une mission dans la Ruche. J'en frissonne d'avance... Quel chance vous avez, ma chérie ! Vous allez pouvoir vous confronter au danger, à la pauvreté, aux odeurs pestilentielles, aux mendiants, à la maladie... Peut-être même à la douleur ? Là-bas, il faut que vous retrouviez un azimuté du nom d'Elliath. Où plutôt, que vous arriviez à obtenir de lui des informations. Il possède le soltif sur quelque chose qu'Errin veut : la clef d'un portail qui mène à un endroit vraiment très intéressant. »


« C'est un lieu unique, à vrai dire : l'Ile des Arbres Noirs. Eirin ne m'en a pas dévoilé beaucoup mais elle m'a expliqué qu'il s'agit d'un demi-plan créé il y a un paquet d'année, par un primaire ; une puissante barbe grise – aujourd'hui perdue : il ne viendra pas se plaindre si on visite son antre secrète. Qui dit lieu unique, dit expérience unique, n'est-ce pas, ma chérie ? Et personne n'y a encore eu accès – sauf son créateur, bien entendu. Imaginez le potentiel d'expériences insolites !!! »


« Quoiqu'il en soit, vous devriez engager des gens sûrs pour cette mission : je ne vous conseille pas de vous promener toute seule dans la Ruche, ma chérie. L'endroit est très dangereux et qui sait comment un azimuté peut réagir... Eirin veut que cette mission soit menée discrètement – afin qu'on s'assure la primeur de la visite des lieux. Aussi vous n'aurez pas un régiment de Sensats pour vous épauler. Mais vous avez carte blanche quant à ceux que vous voudrez recruter. »

« La faction vous remboursera vos faux frais, évidemment. Et vous pouvez offrir jusqu'à 350 écus à tous ceux que vous jugerez bon d'embaucher – vous comprise, ma chérie. Mais ils doivent bien comprendre qu'on achète leur silence, n'est-ce pas, ma chérie ? Et même si je sais bien que le jonc n'est pas une motivation pour vous, c'est toujours appréciable, n'est-ce pas ? »

« Avez-vous des questions, Airi chérie ?  »

Modifié par un utilisateur mercredi 5 décembre 2018 09:26:11(UTC)  | Raison: Non indiquée

Annonce
Online Anadethio  
#2 Envoyé le : lundi 11 septembre 2017 16:59:30(UTC)
Anadethio
Rang : Habitué

Inscrit le : 19/06/2015(UTC)
Messages : 503

~ Airi ~

15 / 15

CA 13 (C13,D10)
Ref 18 / Vig 13 / Vol 14
Inductions : 3/4
écharde d'ombre A

C'est avec un soupir de contentement que tu avais fêté tes retrouvailles avec ton lit. C'est a peine si tu avais pris le temps de te déshabiller avant de te jeter dans ses bras. Enfin tu retire l'armure qui t'a certes protégé toute la journée mais t'as néanmoins comprimé la poitrine. La toilette pourra sans peine attendre le lendemain matin et tu n'as plus qu'a te rouler en boule dans ton lit pour profiter du contact délicieux des draps sur ta peau en t'endormant après une dure journée.

Ou plutôt c'est ce que tu te serait fait un plaisir de faire si tu n'avais pas eu deux choses plus importantes a faire : primo mettre la prune a l'abris des chocs pour pouvoir en profiter dés qu'une soirée adaptée se présenterait. Hors de question de bâcler l’expérience en étant incapable de l'apprécier. Les effets du fruit en étant fatiguée avaient eux aussi quelque chose d’attirant mais... Et bien il faudrait qu'elle déniche d'autres prunes voilà tout. En attendant mieux valait assurer le coup. Et secundo... Le message. Puisque tu avais invité ton vieil ami drow a la maison tu n'avais pas eu d'occasion avant d'être dans ta chambre pour écouter le message seule...

Affalée dans ton lit tu ouvre la lettre et écoute le message... Un léger sourire viens flotter sur tes lèvres en reconnaissant l'intonation si particulière d'Annelie Tissétoile. Voilà une rencontre qui promettrait d'être non seulement agréable mais également intéressante... suffirait de ne pas se réveiller trop tard... Tu sort donc de ton cocon pour demander a être réveillée quatre ou cinq heures avant le pic puis retourne te rouler dans tes draps pour, enfin, sombrer enfin dans les bras de Desna.



Au matin tu t'es lavée, habillée, maquillée et préparée... Le tout en un laps de temps relativement faible a ton échelle : la nuit ayant été relativement courte tu as fait durer autant que possible ton repos... Ce qui ne signifiait pas pour autant que tu voulais te pointer a ton rendez-vous habillée comme une pouilleuse... Ou plutôt tu ne souhaitait pas t'y rendre sans avoir pris la peine de te mettre a ton avantage.

Prudente quand à l’horaire tu avais néanmoins prévu un sac pour t'éviter de devoir rentrer par chez toi après... Après les événements de la veille tu n'avais pas particulièrement envie d'aller dans les bas quartiers sans armure.

Arrivée a la Salle des Fêtes tu avais du, comme toujours, te faire violence pour rejoindre rapidement les quartiers privés des Sensat... et finalement une voix mélodieuse t'alpague. Tu répond avec enthousiasme au baiser de bienvenue puis te lance dans la conversation :

« - Il n'y a rien a reprocher à ce pauvre messager... Il m'a trouvée avec une remarquable rapidité une fois que je suis revenue a Sigil... Car figurez-vous qu'hier j'ai fait un petit voyage sur les Élysées ! Une mission d'escorte pour des marchandises inhabituelles voyez-vous ? Avez-vous déjà entendu parler des prunes d'ambre ? Mais surtout... Nous avons même eu une embuscade ! Dés ce soir je pense goûter une de ces prunes que j'ai gagné au terme d'un chant qui n'était pas trop mal inspiré... Et je pourrais en faire une pierre qui, sans me vanter, devrais s'avérer rafraîchissante... Je suis simplement déçue que nos adversaires ne m'aient pas donné plus de fil a retordre... Enfin sur le coup je n'aurais pas dit ça bien sur mais au final je n'ai même pas été égratignée... »

La conversation changeant de cours tu continue a répondre, si volubile que tes compagnons de la veille auraient peut-être peiné a reconnaître là la jeune femme a la langue certes acérée mais préférant visiblement affuter quelques mots plutôt qu'en laisser filer des monceaux.

« - Merci... Vous allez me faire rougir... Quand a mon tailleur ? Et bien je pourrais vous donner son adresse si vous voulez... Je n'ai aucune idée de s'il a déjà fait une robe a une féline mais je peux affirmer une chose le connaissant : il sera non seulement ravi d'essayer mais s'entêtera jusqu'à avoir réussi. Même si franchement je me demande s'il n'a pas fait volontairement traîner les dernières retouches en longueur pour le plaisir de reprendre mes mesures... »

Finalement vous étiez arrivés dans un salon privé ou, non contentes de vous installer confortablement vous pourriez entamer une discutions plus sérieuse de la manière la plus adaptée qui soit. Ton regard se perd quelques instants dans le vague alors qu'un sourire d'anticipation fleurit sur tes lèvres... Un endroit réellement inconnu. Pas seulement de toi mais de tous. Après tout son créateur ayant probablement passé l'arme a gauche depuis le temps il devait se souvenir aussi bien du plan en question que du reste de sa vie... Autant dire que toute expérience concernant ces lieux avait disparu de la surface du monde... Pas étonnant q'Eirin veuille mettre la main dessus.

« Et bien en tout cas j'suis ravie que votre avis sur ma personne soit celui-ci... En tout cas j'ai quelques questions... »

Tu te mordille pensivement le pousse droit et lève le gauche...

« Déjà... Une idée de ce a quoi ressemble ce Ellyat ? Elath ? Elliath. Ou de l'endroit ou le trouver dans la ruche ? Et une idée d'a quel point il est atteint ? »

Tu lève ensuite un deuxième doigt et ton ton s'affermit :

« Ensuite... la clef. On a une idée de ce que ça pourrait être ? Je suppose qu'elle n'a pas grande valeur autrement qu'en temps que clef... sans quoi notre azimuté en aurait déjà été délesté... mais... peut-être a-t-on au moins une vague idée du caractère du barbu ?

Oh et... J'ai quelque chose a lui offrir pour lui donner envie de nous aider ? »


La fin est pour ainsi dire ce qui t'inquiète le plus :

« Hum... Selon vous : la... concurrence serait du genre a avoir quelque chose a gagner a découvrir les lieux avant nous ou plutôt a simplement vouloir nous priver du plaisir ? Et si vous vous m'attendiez hier je ne peux que supposer qu'on aura déjà un peu d'avance sur moi...

... En tout cas vous aviez raison : ça promet d'être passionnant ! »
Offline Lematou  
#3 Envoyé le : mardi 12 septembre 2017 17:04:57(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 209
France

« Ah... Les détails... » La factor sourit, un rien minaudant. Elle a l'air ravi de l'intérêt d'Airi.

« Le matois ne doit malheureusement plus ressembler à grand chose... » Soupire-t-elle, exagérément.
« Enfin, d'après nos informations, il avait les cheveux blancs, une barbe en broussaille et il louchait. Il doit être trop maigre, comme un bige qui a raté beaucoup de repas... Et aux dernières nouvelles, on l'aurait aperçu errant dans la Ruche, aux alentours du Temple Ruiné. Il porterait les lambeaux de ce qui était surement autrefois une robe bleue, brodée d'étoiles... Une horreur, ma chérie ! » À la mention de la tenue du bougre, La factor affiche une mine dégoûtée.

« Mais je devrais commencer par le début... Elliath a fait parti de notre faction. Il a acquis, on ne sait trop comment, le grimoire de la barbe grise qui a créé l'Île des Arbres Noirs. Suite à quoi, avant de partager quoi que ce soit avec quiconque, le matois a disparu pendant près de trois ans. Avec le précieux grimoire, évidemment. On les pensaient perdu pour toujours... Mais, il y a quelques pics de cela, voilà qu'Elliath réapparait : des Sensats l'ont reconnu. Ils n'ont malheureusement pas réussi à discuter avec lui : il s'est enfuit en hurlant. À toi de le trouver et de trouver comment l'amener à collaborer, ma chérie.  »

Après avoir savourer une bouffée tirée de la narguilé, la féline continue : « Sa disparition prolongée donne à réfléchir... Eirin pense qu'il a trouvé l'entrée pour l'Île des Arbres Noirs. Et qu'il y est allé. Si c'est bien le cas, il doit en connaitre le portail et la clef, ma chérie. Et c'est là que vous entrez en jeu, Airi chérie. Grâce à votre tact, votre intelligence, et votre sagacité à vous faire bien accompagner, je suis sûre que vous saurez amadouer - et tirer les vers du nez - même du pire des azimutés ! »

« À ma connaissance, aucune autre faction n'a eu vent de cette histoire, ma chérie. Mais dès qu'on cherche quelque chose dans la Cage, cela crée des remous. Et, si vous n'êtes pas assez discrète, il se pourrait qu'on se mette à vous coller au train... Si personne - à ma connaissance - ne sait pour Elliath, certains on déjà entendu parler de l'Île : l'existence du lieu n'est pas inconnue dans certaines sphères. Aussi, prenez-bien garde aux mots que vous emploierez, lorsque vous mènerez votre recherche, Airi chérie. »
Online Anadethio  
#4 Envoyé le : vendredi 15 septembre 2017 22:53:32(UTC)
Anadethio
Rang : Habitué

Inscrit le : 19/06/2015(UTC)
Messages : 503

~ Airi ~

15 / 15

CA 13 (C13,D10)
Ref 18 / Vig 13 / Vol 14
Inductions : 3/4
écharde d'ombre A

Tu écoute avec attention les réponses qui te sont faites... Certains points, encore flous demandent clarification :

« Aucune précision quand a sa race ? Dois-je en déduire qu'il est humain ? Son âge théorique ? Avant sa... disparition. Était-il puissant d'une manière ou d'une autre ?

D'ailleurs sur ce thème... Je me doute que ça ne servira a rien... Mais quelque chose qu'il aimait particulièrement avant ??Qui pourrait me servir a l'atteindre quelque part au milieu de sa folie... voir de négocier ? »


Des informations qui, dans leur globalité ne serviraient probablement pas a grand chose mais qui pouvaient néanmoins avoir leur importance... Si la factor les avaient a disposition tu serais bien bête de t'en passer mais autrement... Et bien l'aventure apporterait son lot de surprise. Ce qui était une expérience différente mais néanmoins plaisante.

Mais outre ces questionnements a propos d'Elliath... Il restait a déterminer de quelle manière tu allais devoir manœuvrer...

« Si je peux le convaincre de m'accompagner... Vaut-il mieux que je l’amène a un endroit en particulier ? »

Tu hésite quelques instants a lui demander de te donner quelques fausses informations sur l'objectif de ta mission mais... Si tu as ta petite idée sur qui recruter discrètement tu ne pense pas qu'il soit nécessaire de dissimuler tes objectifs pour assurer la discrétion des uns... ni de développer une demis vérité élaborée pour berner les autres.
Offline Lematou  
#5 Envoyé le : samedi 16 septembre 2017 12:07:42(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 209
France

Annalie réfléchit un instant :
« De ce que je me rappelle... Oui, humain sans doute. Peut-être qu'un peu de sang nain coule dans ses veines : Elliath n'est pas très grand, ma chérie. Il était dans la force de l'âge à l'époque. À vrai dire, il était taciturne, plutôt discret... »

La factor fume. Elle observe la fumée, se perds dans ses souvenirs... À moitié ailleurs - certainement plus dans le passé que le présent, elle développe, d'une voix songeuse :
« À vrai dire, Elliath n'était pas un très bon élément... Il partageait peu : on ne lui doit qu'une seule pierre sensorielle, celle qu'il a créée à son entrée dans la faction... Une pierre de peu d'intérêt : un moment passé dans une mine, dans l'obscurité... Et, à ma connaissance, il n'avait pas d'amis... Mais il consultait beaucoup la bibliothèque sensorielle... Il y a passé un temps fou... Il était tellement peu actif, qu'avant qu'il ne disparaissent, Eirin envisageait de l'envoyer sur l'Arborée... » La féline s’interrompt, elle regarde Airi.

« C'est tout ce que je sais, Airi chérie. Pour le reste, il va falloir vous débrouiller. »

Ah, la débrouillardise. Peut-être la qualité la plus valorisée à Sigil. Si on s'y moque si facilement des béjaunes et autres quoquerets, c'est bien parce que si l'on veut survivre dans les Plans, la candeur, le manque de jugeote, la passivité vous conduit invariablement à un funeste destin. Et que la plupart des matois n'ont pas que ça à faire que de s'occuper des ignorants . Les Sensats ne faisaient bien sûr pas exception et la factor rappelait par là à Airi - certainement plus poliment qu'on ne l'aurait fait ailleurs - qu'elle l'avait choisie pour son esprit d'initiative. Bref, il allait falloir se sortir les doigts du nez...

« Ma chérie, quand vous aurez le temps, il faudra à tout prix que vous nous donniez une belle pierre sensorielle de votre dernier voyage ! Le peu que vous m'en avez raconté m'a toute excitée ! Et en attendant, Airi chérie, si vous avez besoin de quelque chose, n'hésitez pas à passer au magasin de la faction. Ils savent que vous êtes en mission : profitez-en. »

Rappel : au magasin de la faction, Airi peut acheter (au prix standard) ce qu'elle veut (à régler HRP : on ne va pas jouer des courses en RP). Airi n'a pas besoin de l'invitation de la factor pour y aller, mais cela lui vaut un rabais de 10% (pour la mission).
Online Anadethio  
#6 Envoyé le : mardi 19 septembre 2017 22:09:48(UTC)
Anadethio
Rang : Habitué

Inscrit le : 19/06/2015(UTC)
Messages : 503

~ Airi ~

15 / 15

CA 13 (C13,D10)
Ref 18 / Vig 13 / Vol 14
Inductions : 3/4
écharde d'ombre A

Bien. Finalement Annalie avait fourni une quantité non négligeable d'information mais la tâche qui se profilait demeurait pareille a une plongée solitaire dans un épais goudron. Tu note au passage la manière dont les commentaires de la Factor ont pris fin... Il est évident qu'il reste quelque chose mais probablement rien que tu ne puisse obtenir par toi-même en faisant preuve d'un minimum d'inventivité... Un sourire ravis plane sur tes lèvres...

« Si tout vas bien j'aurais le fin mot de ce voyage d'ici quelques heures... Quand je reviendrais avec ce que j'aurais pu obtenir d'Elliath je pourrais créer une pierre sensorielle sans l'amputer de sa conclusion.

Merci pour tout et j'espère que ma pêche sera fructueuse... »


Tu te lève et salue avec chaleur Annlie Tissetoile avant de partir en direction du magasin... Vu l'endroit ou il vas falloir te rendre non seulement certaines petites babioles pourraient être utiles mais surtout... Il vas te falloir de nouveaux vêtements. Du genre que ton tailleurs serait totalement incapable de faire. Pas sans faire une syncope. Une fois ceci fait il te faudrait passer finir les affaires de la veille, en profiter pour voir si parmi les personnes concernés certains pouvaient t'aider... Et finir de te préparer.

Modifié par un utilisateur mardi 19 septembre 2017 22:14:37(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Lematou  
#7 Envoyé le : mercredi 20 septembre 2017 10:25:22(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 209
France

Annalie se lève pour rendre, avec tout autant de chaleur, son salut à Airi :
« Bonne chance, ma chérie ! Et promettez-moi de faire attention à vous, dans la Ruche... Il parait que les Chaoteux et les Mornés sont sur les dents ces derniers temps. On ne sait pas encore pourquoi... Alors soyez prudente, Airi chérie. »

Une fois Airie partie, la factor se rassoit dans les coussins moelleux, profitant de la narguilé et d'un instant de calme, avant de s'en retourner à ses charges.

• Airi rejoint maintenant la trame principale : L'Île Des Arbres Noirs.

• Rappel : au magasin de la faction, Airi peut acheter (au prix standard) ce qu'elle veut (à régler HRP : on ne va pas jouer des courses en RP). Airi n'a pas besoin de l'invitation de la factor pour y aller, mais cela lui vaut un rabais de 10% (pour la mission).

Offline Lematou  
#8 Envoyé le : samedi 22 septembre 2018 13:07:12(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 209
France

Airi, avisée, s'est pointée à la Salle des Fêtes aux environs d'une cloche avant le Pic. C'est que sa factor est une lève-tard ; alors la fille de grossium s'est évité de se retrouver à poireauter, en attendant le lever de la précieuse. Précieuse qui affiche un air ravi lorsqu'Airi se pointe dans ses appartements - seulement le lendemain de son envoi en mission, pensez ! Les oreilles de la factor se dressent et ses moustaches frétillent.
« Airi chérie ! Quel plaisir de vous revoir si vite !!! Et toujours vêtue avec tant de goût !... Cette petite robe est vraiment pétillante ! Mais asseyez-vous donc ! Pas ici, voyons... Ce coussin-là est bien plus moelleux ! Je vous en prie ! » ronronne-t-elle.


Mais à mesure qu'Airi lui fait le topo, si elle l'écoute jusque au bout sans rien interrompre - ce qui, vu le personnage, tient du miracle - l'udine déchante quelque peu...

À son minois expressif, Airi a compris que la factor s'en montrée vaguement intéressée par ce qui s'est passé au Temple Ruiné, a cogité alors que sa factionnaire lui décrivait la rencontre avec l'étrange freluquet noir, a plissé les yeux à la mention des Chaoteux sur ses traces - comme si elle mettait en doute certaines paroles, a eu les oreilles qui retombait quelque peu à la mention de la mort présumée d'Elliath, et enfin, a affiché un air agacé, puis a réfléchi, lorsque Airi lui a dévoilé son projet d'aller visiter la Morgue ce jour, ce qu'elle comptait y faire et ce dont elle avait besoin pour ce faire - en bref, ce pourquoi elle était là. L'aasimar n'a pas le l'occasion de s'épancher sur sa hâte d'en avoir fini pour avoir enfin le temps de faire des pierres avec tous ce qui lui est arrivé ces derniers jours...

« Bien ! Maintenant, il faut faire vite !!!  » lance Annalie en plongeant ses grands yeux verts dans ceux d'Airi.
« Vous devez être les premiers à interroger Elliath !!! »
Sans prévenir, la factor se lève précipitamment - et une grâce toute féline - pour ouvrir un des casiers d'un bureau de cèdre. Tournant le dos à Airi, elle marmonne tout en farfouillant...

Perception DD 15 (pas possible de prendre 10) :


... le temps de quelques battements de cils. Puis l'udine referme le casier et tend une bourse à sa factionnaire.
« S'il vous faut cracher au bassinet...  » explique-t-elle.

« Je connais bien plusieurs factionnaires capables de parler avec les morts... Mais qui est dans le coin aujourd'hui ?... Heureusement, trois cloches, ça nous laisse assez de temps... Je vous envoie quelqu'un : il vous rejoindra devant la Morgue, Airi. S'il n'est pas là à l'heure dite... Débrouillez-vous pour sortir le corps d'Elliath de là, Airi chérie ! Nous devons être les premiers a avoir son soltif ! »

Puis, sur le ton de la conspiration, la factor sert soudain à l'aasimar une mise en garde : « Méfiez-vous de Mordri et des Xaocitectes, Airi chérie... On vous a fait croire qu'on s'en prend aux azimutés dans la Ruche, n'est-ce pas ? Et bien, apprenez que ces azimutés qui sont morts étaient, pour beaucoup, Sensats... Ou d'anciens membres de notre Société...  » La factor marque une pause. Airi ne l'a jamais vue si sérieuse...

« D'autres enquêtent. Et votre mission est urgente... Mais les Sensats se font graver dans le marbre dans la Ruche ; sur le territoire des Chaoteux... Ce pourquoi je vous ai demandé de bien vous entourer pour chercher Elliath... Je ne sais pas encore pourquoi les Chaoteux s'en prennent à nous - s'ils ont une raison ou s'il s'agit d'une passade ; mais sur leur terrain... Ce ne peut-être qu'eux !... Soyez très prudente, Airi chérie... » conclut l'udine, l'air grave.

Message secret pour Anadethio, Lematou :
...

Modifié par un utilisateur samedi 22 septembre 2018 13:13:47(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Lematou  
#9 Envoyé le : samedi 13 octobre 2018 17:22:34(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 209
France

UNE VISITE ÉCLAIRÉE


NB : les autres mini-RPs se déroulent tous aux environs de sept cloches après le Pic, sauf celui-là, qui a lieu avant, probablement un peu après le Pic.

Le temple de Desna, sis dans le quartier de la Dame, rappelle ce jour un peu la Morgue à Airi. Enfin, c'est sa structure qui y fait penser : un dôme. La ressemblance s'arrête heureusement là.

D'extérieur, le temple est assez simple - voir sobre. Un dôme de pierres grises, haut comme une maisonnette à un étage. En d'autres lieux - des bleds primaires - on l'aurait peut-être même qualifié de petite église, voir d'oratoire. Mais, s'il n'a rien d'une cathédrale, le temple de la déesse des étoiles n'en est pas moins une petite merveille. Encore faut-il oser entrer. Peut-être que s'exprime là la volonté de Desna de pousser le péquin à la curiosité et à oser franchir un seuil pour découvrir d'autres horizons ?

Lorsqu'on entre dans le temple, on à l'impression de... sortir ?! Pendant un instant, on se demande si on a pas par mégarde franchit un portail ou raté une marche ! Parce qu'on est soudain surplombé par un immense ciel nocturne empli d'une infinité d'étoiles. Et que le sol semble avoir disparu pour être remplacé par une mer étoilée.

Mais bien vite, on se rend compte qu'on ne flotte pas, qu'on a toujours les pieds sur quelque chose de solide et, en se retournant, que la lumière blafarde de Sigil filtre toujours à travers l'entrée du temple. Et puis on avise que le sol est en fait un immense bassin d'eaux immobiles, entouré d'une large margelle (assez grande pour s'y croiser à deux) et de bancs de pierre, dans lequel se mirent les étoiles du plafond. Ou pas tout à fait : les étoiles du haut et du bas ne sont pas vraiment symétriques. Et d'ailleurs, quand on observe ce ciel un moment, on se rend compte que les étoiles bougent, qu'il change... Comme s'il se transformait, mutait, reflétait un moment la tapisserie nocturne d'un monde pour passer à un autre.

Desna aime les voyageurs. Et les voyageurs, même les planaires, aiment à faire halte en son temple. Des visiteurs - ou des prêtres - sont assis ça et là sur les bancs, se délassent en contemplant les étoiles du bassin ou du plafond. De l'entrée, on ne les voit pas, mais Airi sait qu'il y a des pièces destinées à recevoir les fidèles entre deux étapes. Une fois les yeux habitué à la pénombre nocturne, on avise ça et là des papillons qui volètent, butinant des nénuphars qui poussent dans le bassin.

Quant à Lakji, la fille de grossium n'a aucun mal à le trouver. Il est assis à sa place habituelle, sur l'un des banc, au milieu de celui sur la gauche en entrant, absorbé dans la contemplation des étoiles. C'est ainsi que le samsaran voyage et honore Desna, errant entre ses souvenirs, ses rêves et l'infinité du ciel.
Online Anadethio  
#10 Envoyé le : lundi 15 octobre 2018 18:47:09(UTC)
Anadethio
Rang : Habitué

Inscrit le : 19/06/2015(UTC)
Messages : 503

~ Airi ~

26 / 26

CA 17 (C13,D14)
Ref 18 / Vig 14 / Vol 14
Inductions : 3/4
écharde d'ombre A
Points héroïques : 3/3

Tu avais fait traîner le trajet jusqu'au temple un petit peu plus que nécessaire : la frustration d'avoir été lancée sur une mission perdue d'avance jouant des coude avec la rage que tu éprouve tant vis à vis du meurtrier que des morts qui semblent bien décidés a le protéger...

Et il est hors de question d'aller embêter Lakji alors même que tu es bien loin de maîtriser tes émotions... Rien d'assez pressant ne le justifie. Tu avais donc pris le temps de prendre un petit quelque chose a manger non pas sur le pouce mais au Bariaure. Franchement tu aurais presque envisagé d'en discuter avec ton père mais... a quoi bon ?

Plus calme, tu avait finalement retrouvé le chemin familier du temple... Comme toujours tu as souris avec ravissement en passant la porte, t'attardant quelques instants pour simplement contempler le ciel... pour admirer le vol d'un papillon... Puis, finalement, tu te dirige a l'endroit ou tu t'attend a le trouver...

Sans un mot tu t'installe non loin de lui.

Tu songe avec tristesse que tu n'as pu admirer le ciel nocturne de l'arborée lors de cette histoire de prune... Puis tu laisse tout bonnement ton esprit dériver... Attendant que ton maître prenne la parole... ou que quelque chose dans les étoiles ne te convainque de commencer.

Modifié par un utilisateur lundi 15 octobre 2018 18:50:38(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Lematou  
#11 Envoyé le : mardi 16 octobre 2018 08:42:22(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 209
France

Le temps s'écoule tranquillement, à peine troublé par le bruissement d'ailes de papillons.

La voûte céleste du plafond se mue : reflet des cieux d'un monde, puis d'un autre, sans qu'on puisse jamais remarquer la transition. Au bout d'un temps, on se rend compte que la configuration des étoiles à changé, mais on ne saurait dire comment ni être certain des chemins qu'on parcouru les astres avant de muer ou de disparaître...

Une demie-heure environ s'écoule ainsi...

« Regarde, Airi : le Porte-Lanterne...  » montre Lakji, brisant le silence de sa voix douce.
« Il annonce la Caravanne et son lot de surprises... Si semblable à elle-même et pourtant toujours différente. On ne sait jamais d'avance quel genre de voyageur la compose... » explique-t-il, tournant son regard intense, couleur bleu glacier et pourtant chaleureux, vers la fille de grossium. Le samsaran sourit.

« Je ne pensais pas te revoir si tôt - même si cela me fait grand plaisir. J'imaginais que le monde t'aurais retenu plus longtemps que quelques instants...  » En réalité, cela fait certainement plusieurs cycles, voir peut-être un paquet de cycle qu'Airi n'est pas venue. Quelque part, il est à la masse, Lakji. Faut dire qu'à se perdre dans les étoiles à longueur de temps, on finit certainement par ramollir un peu du bulbe. Ou par voir les choses autrement que le commun des cageurs. Mais au moins, même s'il arrive qu'on oublie de passer le voir, il reste un ami fidèle.

« Veux-tu un thé ? Je viens de réaliser que j'ai soif... Et tu me raconteras l'objet de ta visite. » propose Lakji.
Online Anadethio  
#12 Envoyé le : jeudi 18 octobre 2018 08:56:31(UTC)
Anadethio
Rang : Habitué

Inscrit le : 19/06/2015(UTC)
Messages : 503

~ Airi ~

26 / 26

CA 17 (C13,D14)
Ref 18 / Vig 14 / Vol 14
Inductions : 3/4
écharde d'ombre A
Points héroïques : 3/3

Ne rien faire. Simplement profiter de l'instant en admirant la magnificence du paysage céleste... L'acivité est, en soi, passionnate... Tu te souviens de ton ravissement sur Golarion... Mais ici... nulle monotonie ne te menace : quelques instants passés sans s'intéresser a une fraction du ciel et tu découvre qu'elle a changé... que ce soit subtil ou profond...

Après les deux journées que tu viens de passer ces instants de paix sont les bienvenus... Et malgré la désagréable certitude de devoir les écourter pour rejoindre la salle des fêtes, tu les savoure avec délectation.

Alors que tu commence a songer que tu vas devoir briser le silence, Lakji te précède. Tu lui adresse un sourire chaleureux en réponse a sa déclaration de bienvenue... Toujours égal à lui-même.

« Merci pour le thé... ça me fera du bien. »

Alors que tu l'accompagne, tu commence a lui expliquer l'objet de ta présence :

« Et bien... Je... Non. Déjà je t'explique rapidement le contexte. J'essayais de retrouver un ancien sensät complétement asimuté qui avait été repéré dans la ruche... On le soupçonnait de connaitre l'empacement d'un portail vers un demis-plan mal connu... bref.

J'ai réussi a récupérer deux objets lui appartenant. Cette amulette... Et cet anneau. »


Joignant le geste a la parolle, tu tire de ton sac les deux objets.

« L'anneau... C'est les récupérateurs qui ont porté son corps à la morgue qui m'ont donné l'anneau.

Et puisque les morts prennent soin d'incinérer les corps avant qu'on puisse leur poser des questions... Je me demandais si tu pouvait réussir a tirer quelque chose de ça. L'anneau... je pense qu'il lui avait été donné par le créateur du demi-plan. »


Modifié par un utilisateur jeudi 18 octobre 2018 08:57:10(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Lematou  
#13 Envoyé le : jeudi 18 octobre 2018 14:43:49(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 209
France

Après que l'officiante du temple qui leur a amené un plateau pour le thé se soit éclipsée, Lakji attrape l'anneau que lui tend Airi. « Je n'aurai sans doute pas la force de lire l'aura de deux objets aujourd'hui. Tu préfères que ce soit l'anneau ? »

Après qu'Airi lui ai confirmé son choix, le samsaran fait jouer le bijou entre les doigts de sa main gauche, faisant jouer les reflets provoqués par la lumière stellaire. Puis prend une gorgée de thé.

« Un objet assurément chargé...  » confirme-t-il.

« Laisse-moi un instant. » demande-t-il. Puis il vide sa tasse, la repose fermement et, tenant l'anneau entre son index et son pouce, il porte le bijou à hauteur de ses yeux, presque à bout de bras. Bras qui se met à osciller doucement, presque imperceptiblement : Lakji entre en transe.

Son regard se vide - ou plutôt s'absorbe dans l'anneau. Son corps s'affaisse un peu, ses trait se détendent ; s'il n'avait les quinquets ouverts, on pourrait croire que Lakji s'est endormi !

Cela dure un peu plus d'une minute.

Suite à laquelle, Lakji a une sorte de soubresaut ; il secoue la tête, comme lorsqu'on sort d'un songe profond. Il sourit à Airi, l'air un peu las, et se ressert du thé. Après avoir bu, le samsaran raconte :
« Cet anneau a effectivement été l'objet d'un don. Un don chargé d'une puissante charge symbolique pour celui à qui on l'a offert et qui le possédait depuis. J'ai ressenti, encore bien prégnante dans l'anneau, sa grande fierté d'impétrant ; la complétude de la reconnaissance. »

« L'anneau lui était très précieux et l'accompagnait en permanence. Ils ne se quittaient jamais. Inséparables... comme de vrais... amis. » Lakji sourit, se gaussant de lui-même. Être ami avec un objet ? Allons... Pourtant, ce sont les mots qui lui ont semblé les plus appropriés par rapport à ce qu'il a éprouvé. Et puis après tout, une barbe grise persuadée d'être un cabot pouvait bien être amie avec un anneau, non ? On est plus à ça près, dans cette enquête...

« Il est arrivé quelque chose à cet anneau. Il était autrefois puissant - enchanté peut-être ? Si c'était ça, je n'ai pas réussi à percevoir ce dont il était capable. En tout cas, très récemment, l'anneau est redevenu moindre. Et ça ne lui plaît pas... Il voudrait être puissant - ou utile ? - à nouveau. » Lakji porte sa tasse à ses lèvres, signe qu'il en a fini de ses révélations extra-lucides. Ou presque...

Le samsaran se tourne vers Airi et ajoute : « Airi, même s'il ne vaut plus rien, j'ai l'intuition que tu devrais garder cet anneau. Je ne saurais pas te l'expliquer, mais cela pourrait t'être utile. Je crois... »



Online Anadethio  
#14 Envoyé le : samedi 20 octobre 2018 18:47:17(UTC)
Anadethio
Rang : Habitué

Inscrit le : 19/06/2015(UTC)
Messages : 503

~ Airi ~

26 / 26

CA 17 (C13,D14)
Ref 18 / Vig 14 / Vol 14
Inductions : 3/4
écharde d'ombre A
Points héroïques : 3/3

Un simple hochement de tête. Effectivement... Comme tu le lui explique l'amulette te semble moins... Importante. Tu en a déjà tiré quelques petites informations et doute qu'il y ai quelque chose de plus pertinent... L'anneau en revanche...

Tu prend ton temps avec ton thé, attendant tranquillement que Lakji ai terminé son examen de l'anneau... Et écoute tout aussi posément ce qu'il t'en raconte. Il semblerait donc que l'anneau ai été quelque chose de puissant... Un fétiche ou quelque chose du genre ? Dans tous les cas... Peu probable qu'il s'agisse au final de la clef. Tu soupire en répondant :

« Peut-être sa puissance l'a-t-elle quitté lorsqu'Eliath est mort... Ou quand il est devenu fou.

Bon... Je suppose donc que je n'ai plus aucune piste... Ce que j'ai pu tirer de l'amulette est trop récent. Et bien me voilà bonne pour rentrer a la salle des fêtes annoncer mon échec.  »


Ton ton est morose mais pas non plus déprimé... Ce n'était pas comme si tu avais réellement eu l'occasion de faire quelque chose. Tu n'as pas l'air franchement convaincue quand tu répond :

« Tu pense qu'il pourrait servir a quelque chose ? Bah... je vais m'en remettre a toi. A la base je m'imaginais que c'était la clef... Mais bon... Autant s'en remettre au hasard... »

La dernière phrase te redonne un peu de cœur au ventre.

Tu as encore flâné une dizaine de minute au temple pour profiter de sa sérénité puis finalement tu as repris ton chemin. Peut-être pourrais-tu faire deux courses avant d'arriver a la salle des fêtes ? Non... Autant se débarrasser rapidement.

Offline Lematou  
#15 Envoyé le : mercredi 24 octobre 2018 08:42:10(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 209
France

La récupération d'Elliath, du moins du contenu de sa caboche, a été un échec.... Salauds de Morts ! Mais c'est comme ça...

Annalie n'est pas dure à trouver : elle accompagne de nouvelles recrues. Sitôt qu'elle aperçoit Airi, la factor les abandonnent à leur pierre sensorielle.
« Soyez intéressants ! Et bonne chance ! » leur lance-t-elle avant de leur tourner le dos avec désinvolture.

Les moustaches de la factor frétillent alors qu'elle attrape joyeusement la fille de grossium par le bras pour la diriger vers une dépendance plus intime.
« Ma chérie, je suis ra-vie de te retrouver si tôt ! » minaude l'uline. Airi perçoit le ronronnement sourdre sous la voix mielleuse.

Pendant qu'elles trottent et jusqu'à ce qu'elles posent leur postérieurs dans la soie, Annalie enchaîne les questions et les remarques sans reprendre son souffle. Airi n'essaie même pas d'en place une, tellement sa factor est excitée. « Alors, ma chérie ? Ça n'a pas été trop compliqué avec les Morts ? J'y suis allée quelque fois... Une expérience positivement lu-gu-bre !!! Siflir a réussi à faire parler Elliath ? Ça n'est pas un marrant, hein ?... Mais ses pierres sensorielles sont tellement intéressantes !... Et Elliath, qu'a-t-il dit ? Avez-vous réussi à tirer quelque chose de ce vieux grigou, Airi-chérie ? »


Online Anadethio  
#16 Envoyé le : mercredi 24 octobre 2018 09:45:03(UTC)
Anadethio
Rang : Habitué

Inscrit le : 19/06/2015(UTC)
Messages : 503

~ Airi ~

26 / 26

CA 17 (C13,D14)
Ref 18 / Vig 14 / Vol 14
Inductions : 3/4
écharde d'ombre A
Points héroïques : 3/3

L'un des intérêts des longs trajet était qu'ils permettaient d'être prêts en arrivant... L'un des problèmes des longs trajet était qu'ils permettaient de ressasser longuement le problèmes auquel vous saviez pourtant n'avoir aucune solution satisfaisante a apporter...

Le temps passé au temple de Desna avait néanmoins eu le mérite de t'apporter une certaine sérénité qui te permettait de ne pas trop ruminer... Lorsque finalement tu arrive a la salle des fêtes tu as plus ou moins établi ton plan d'attaque et c'est donc calmement que tu te lance dans tes explications :

« Exceptionnel ce passage a la morgue... Non seulement il m'a permis d'expérimenter cette ambiance incroyablement lugubre... Mais surtout... J'ai eu l'occasion de découvrir la frustration qu'on éprouve face a une administration bureaucratique décidée à vous mettre des bâtons dans les roues. »

Tu soupire légèrement avant de donner le détail :

« En ce qui concerne Eliath... Il semblerait qu'ils l'aient porté au crématoire six cloches avant l'anti-pic. J'ai donc voulu vérifier quelque chose... Songeant que poser des questions a une femme morte de la même manière qu'Eliath pourrait peut-être nous aider a savoir si le meurtrier avait emporté des informations...

Et bien figurez vous qu'on m'a affirmé qu'elle "venait tout juste d'être envoyée au crématorium". Je suis persuadée qu'elle l'a été pendant le temps qu'ils ont consacré a la chercher... »


Tu soupire avant de conclure...

« Bref... Les pistes que j'avais a partir des quelques possessions d'Eliath que j'ai réussi a récupérer n'ont rien donné de pertinent concernant l'île des arbres noirs. »

Modifié par un utilisateur jeudi 25 octobre 2018 23:07:52(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Lematou  
#17 Envoyé le : mercredi 24 octobre 2018 18:28:30(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 209
France

À mesure qu'Airi s'épanche, Annalie a les moustaches qui retombent. Elle perd de sa superbe, la factor. C'est à dire qu'avec la perte de ce que contenait la caboche d'Elliath, c'est tout un demi-plan mystérieux et unique qui passent sous sa truffe - et le nez de la Société...

Carrément déçue, la factor soupire d'abord : « Par la Dame, quelle déveine !... »
Annalie reste silencieuse un moment, faisant la moue, les oreilles basses. Une vraie tête de chatte contrariée - ou frustrée que le sort ne soit pas en sa faveur...

Se frottant sans y penser l'arrête du nez du tranchant de la main, elle finit par branler à nouveau du râtelier.
« Une bureaucratie ?... J'en suis surprise. Les Morts sont très organisés mais ils n'ont tout de même pas les habitudes des Greffiers. Je n'ai jamais essayé de que tu as fait. Peut-être est-ce là une de leur face cachée ? Tu devrais en faire une pierre, Airi chérie... Au moins, tout ne serait pas perdu dans cette triste affaire ! »
Semblant peu à peu reprendre du poil de la bête, la factor continue :
« C'est vraiment vraiment dommage... Mais la vie continue ! Si tu en as eu, tu iras te faire rembourser tes faux-frais, ma chérie. »
Puis, songeant à nouveau aux remarques de sa factionnaire sur les agissement des Hommes-Poussières, elle théorise.
« C'est bizarre cette histoire. Je n'aurais jamais imaginé une alliance entre les Morts et les Chaoteux... En tout cas, ne va pas farfouiller à la Morgue, ma chérie. Ce serait une expérience inédite, mais l'endroit regorge de mort-vivants. Et Skall n'est pas un tendre. L'assassin par contre... Cet assassin pourrait être le maillon faible du petit complot que je suspecte... Mais j'ai besoin d'y réfléchir - savoir comment agir. Prends-toi quelques jours, Airi chérie, et fais attention à toi : évite pour le moment de te promener dans la Ruche seule... »

Skall ? Guilde & Faction (réussite auto pour Airi) : c'est le factol des Morts. Même si peu peuvent, sans mentir, se vanter de l'avoir vu, la chanson en fait une liche extrêmement puissante et raconte qu'il est factol en place depuis des temps immémoriaux. Bref, le genre de lascar auquel on a pas envie de se frotter sans une très bonne raison.

À partir de là, à moins qu'Airi veuillent continuer/développer cette discussion avec la factor, elle est libre de partir. Du coup, à toi de voir où elle (Airi), sera aux environs de 7 cloches après le Pic (d'ici 4 cloches) : Mehoko la trouvera à ce moment-là.
Offline Lematou  
#18 Envoyé le : mercredi 5 décembre 2018 09:27:29(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 209
France

Offline Lematou  
#19 Envoyé le : mardi 15 janvier 2019 19:21:08(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 209
France

Au Sensorium Privé, Airi n'en mène pas large. Il y a tellement de tout... Et surtout, les expériences sont référencées mais au thème, à l'émotion, au sentiment, au ressenti. Par auteur aussi, bien sûr. Mais comment savoir si Machin de Trucmuche était contemporain de Timlin et des Croissants ?... La galère... Il faut à l'aasimar échanger un bon moment - la barbe !... - avec le mimir dans la caboche duquel tout cela est répertorié. Il aide comme il peut, le brave bougre, plein de bonne volonté. Mais dans le genre malin, on a facilement vu mieux... 

La routine s'installe : causer avec le mimir, visionner une nouvelle expérience, faire choux-blanc, réitérer... Heureusement que la plupart des souvenirs gravés dans la pierre que la fille de grossium se tape l'un après l'autre sont loin d'être ennuyeux.

Et finalement, à force d'essayer, le mimir lui trouve un court témoignage d'un intérêt certain.
Errance & Libération (il fallait la trouver, celle-là... le mimir a fait fort !), retranscrite par un certain Adam.

À tes pieds – fort laids et tordus – un abîme sans fond. Tu le contemples un instant avant de lever les yeux vers une paroi verticale et infinie de roche brute. Tu balaies du regard le chemin qui serpente le long du roc, sur lequel ton corps encombrant tient tout juste, et qu'il a parcouru un milliard de fois au moins. Mais c'est une impression. La vérité c'est que tu as perdu le compte...

Le chemin fait le tour du gouffre ; c'est un puit gigantesque. Quelques niches dans la roche, également réparties, s'ouvrent dans la paroi. Des niches à peine assez grandes pour s'y asseoir, recroquevillé, les orteils au bord du vide – et pourtant, tu les vois confortables ; tu y as dormi. Le fond de chacune de ces niches miroite. Tu sais ce que c'est : des portails. Tu sais aussi qu'ils ne te permettent pas de sortir. Ils te narguent.

Sans cesse, ils te mènent sur le chemin. Ailleurs sur le chemin. Mais toujours sur le chemin. Le chemin qui tourne en rond...

Tu sais que tu es prisonnier. Tu te rappelle qu'Elle t'as enfermé ici, sur le chemin. Elle ? Pourquoi ? Tu ne t'en rappelles plus... Tu te rappelles que les marques sur le roc que tu traçais avec les ongles disparaissaient à chaque fois que tu dormais.... Tu te rappelle que tu luttais. Tu ne sais plus comment... Tu as abandonné ; tu ne sais plus quand. Il y a longtemps – peut-être. Comment le savoir ? Les marques s’effaçaient. Tu ne sais plus... As-tu faim ?... Peut-être. Tu ne sais plus. Tu en doute... Tu as beaucoup oublié.

Tu traînes sur le chemin...
Un peu d'exercice... Il ne faut pas tomber... Tes jambes te font vaguement mal. Tes bras aussi. Tout ce qui te sers de corps te fait mal... Ce qui te plaît : si tu as mal, c'est que tu es encore vivant. Tu passes un des portails, au hasard. De toute façon, à quoi bon...
Flash
Te revoilà sur le chemin. Peut-être ailleurs ? À force, tu connais chaque grain de la roche, chaque petite imperfection... Mais à force, tu oublies. Alors tu te perds...

Tu erres sur le chemin...
Longtemps.
Longtemps ?... Va savoir... Au hasard, tu repasses un portail... Le même, peut-être ? Ils se ressemblent tous...
Flash
Et... Tu ressens l'illumination ? Un incroyable exultation ?... La solution était donc si...


Soudain, Airi sent qu'il se passe un truc étrange !... Son esprit vacille ! On l'agresse ?! Quelque chose ?... C'est le... Le souvenir qui l'attaque ?!
Une voix tonne dans son esprit, grave et rocailleuse : « Tu m'auras pas ! »
L'aasimar à tout juste le temps de réaliser que c'est la voix de celui qui a retranscrit l'expérience avant de tomber dans les pommes...


Quand elle reprend ses esprits, elle ouvre les yeux sur des visages connus – enfin, au moins de vue – et désagréablement proches. Des Sensats l'entourent (et tous n'ont malheureusement pas l'haleine fraîche), qui avec des sels, qui tendant un thé, qui avec une gourde d'eau ou qui avec un godet de bibe.
Encore un peu dans le coton, Airi entend des : « Ça va ? »« Une expérience forte, on dirait ! Comme je t'envie...  »« Dommage, la pierre s'est fendue...  »« Raconte, Airi ! Raconte !  »« Laisse-la souffler, espèce de goujat ! Aide-là plutôt à se relever... »

En quelques minutes, Airi aura à nouveau les idées claires. Et se rappelle. Enfin, pas tout : elle sait qu'il y avait une solution à ce labyrinthe. L'intervention de la voix l'a empêcher de trouver laquelle. Mais... Si ce matois - ce Adam, si c'est bien son blaze - a gravé son souvenir dans la pierre, c'est il est forcément sorti.

Sur Adam, tristement rien. Ni le mimir, ni aucun Sensat n'en n'ont jamais entendu parler... Il n'y a pas d'autre pierre à son nom. Aussi notre aventure ne retiendra de ce contributeur sous pseudonyme que cette anecdote à sensations fortes.

Online Anadethio  
#20 Envoyé le : mardi 29 janvier 2019 19:26:23(UTC)
Anadethio
Rang : Habitué

Inscrit le : 19/06/2015(UTC)
Messages : 503

~ Airi ~

26 / 26

CA 17 (C13,D14)
Ref 18 / Vig 14 / Vol 14
Inductions : 2/4
écharde d'ombre A(1)
Points héroïques : 3/3

Puisque visiblement le hasard semblait vouloir te pousser sur ce chemin... Et bien soit. Lutter contre le courant est vain. Et puis... ce n'est pas comme si, au fond, l'idée n'était pas excitante... Pour débuter donc, essayer de mettre la main sur quelques informations... Tu as laissé les autres derrière toi et es sortie au plus proche de la salle des fêtes... Puis te fait porter jusqu'à bon port tout en réfléchissant a ce que tu as le plus intérêt a chercher...

Trois conclusions s'imposent : primo... tout ce qui pourrait avoir un trait avec Ses prisons... Des fois que... Deuzio : des informations sur votre prisonnier. Tertio... Il est peu probable que des pierres correspondant a tes recherches existent... Après tout pour pouvoir fabriquer une pierre du premier type, il fallait être revenu... et pour en fabriquer une du second... il fallait avoir été suffisamment marqué par une personne pour faire une pierre sensorielle a son propos... enfin une pertinente.



Finalement tu avais mis la main sur quelque chose... Sur quelque chose de très intéressant... Et de bien des manières... Finalement tu reprend tes esprits... Autant de monde ? Tu es bien reconnaissante à celui ou celle qui demande qu'on te laisse un peu d'air...

« Heu... La pierre ? Elle est intacte ? Non ? Ah... Je... C'est comme si quelque chose - quelqu'un ne voulait pas que je vois la fin... Hum... J'ai dans l'idée que ça pourrait valoir le coup de faire une pierre a partir de ça. Presque certaine que c'est celui qui a fait la pierre qui a fait ça. Mais pourquoi avoir fait la pierre dans ce cas ? »

A moins que ça ne soit lié a la raison pour laquelle on n'entend personne parler de comment il s'en est sorti... Si c'est Son oeuvre...



Lorsque finalement les autres te rejoignent tu leur adresse un sourire amusé :

« Alors ? La pêche a été bonne ? Zszaufein ? Tu t'es enfin décidé a répondre a mes questions existentielles ou tu tiens trop a ton aura de mystère ? Il te fait gagner quoi ton maître chanteur ? »

L'intonation sur le "aura de mystère" ne laisse pas franchement de doute sur l'émotion que ladite aura t'inspire : elle t'inspire un mélange d'amusement, de bienveillance et de fatigue bien particulier... Puis sur un ton tout aussi relâché, à Firwin accompagnant tes propos d'une œillade a l'autre drow :

« ನೀವು ನನಗೆ ಹೇಳಿ? ನೀವು ಎಲ್ಲ ಸಮಯದವರೆಗೆ ಗ್ರಂಥಾಲಯದಲ್ಲಿ ಮಾತ್ರ ಹುಡುಕಿದ್ದೀರಿ ಎಂದು ನೀವು ನಂಬುವಂತೆ ಮಾಡಲು ಹೋಗುತ್ತಿಲ್ಲ ... »

Céleste

Modifié par un utilisateur mardi 29 janvier 2019 19:27:34(UTC)  | Raison: Non indiquée

Utilisateurs actuellement sur ce sujet
2 Pages12>
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2019, Yet Another Forum.NET