Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

2 Pages12>
Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline Lematou  
#1 Envoyé le : samedi 13 octobre 2018 15:07:51(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
France

C'est aux environs de sept cloches après le Pic,que Firwin, qui se ballade aux abords du Grand Bazar - probablement à la recherche de l'inspiration ou d'un foulard mieux assorti à la couleur de ses mirettes, avise des gars de l'Harmonium à l'entrée d'une ruelle ombreuse qui débouche sur le marché.

Rien d'étonnant : on en voit de temps à autre dans le secteur, même si dans le coin, la tranquillité de tous et le respect de chacun sont gérés par les Indés. Mais à l'occasion, des Têtes de bois passent par là, manière de montrer qu'ils participent à l'ordre des lieux. Enfin, ils font figuration et se rappellent à la mémoire des Indés.

Mais ce qui fait tiquer Firwin, et le fait se couler subrepticement derrière le paravent d'un étal, c'est qu'il avise parmi ces tête de bois une sale caboche...


La tête de con qui lui avait cherché des embrouilles alors qu'il ramenait ses prunes à Dirmandra ! Le bige dégage toujours cette même sale aura. Et il a toujours l'air aussi sûr de lui...
Deux autres bougres - des têtes de bois aussi, vraisemblablement - discutent avec lui.

S'il le voulait, Firwin pourrait facilement s'approcher sans se faire remarquer - en contournant un ou deux étals - et laisser traîner une oreille... Mais le veut-il ? La manœuvre n'est pas sans risques. Et même s'il est en territoire ami, plus la ruelle est sombre, plus on a vite fait de se faire graver dans le marbre...
Annonce
Offline Luciole  
#2 Envoyé le : dimanche 14 octobre 2018 18:54:22(UTC)
Luciole
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 118

Firwin

26 / 26

CA19 (C14, D15)
Ref 18 / Vig 12 / Vol 13
Panache 5/5
Charmante vie : 3/3



Le drow flânait agréablement entre les étals, se laissant porter par le courant de la foule et échangeant par moment quelques phrases avec des connaissances. A cette heure ci, la lumiere avait largement décrut et bientôt la transition entre le marché de jour et de nuit s'amorcerait du coté du Grand Bazar. Un moment de mouvement et de couleur qui le fascinait... et puis, il lui fallait impérativement trouver ce chapeau. Il avait promis d'en avoir un adapté pour la soirée qui s'amorçait... avec une plume l'avait-on mis au défi. Avec une plume soit. Mais encore fallait il quelque chose qui ai un peu de panache. Bon, encore deux larges pics avant de rejoindre les autres...

Tient... un foulard gris perl- Firwin ne savait pas vraiment ce qui l'avait poussé à tourner légèrement le regard vers ce groupe de Têtes de bois... par contre c'était le genre de cas où il appréciait son instinct. Reposant le tissu avec un sourire au marchand, il se trouva soudainement très intéressé par le paravent d'un étal qui se retrouva par un heureux hasard entre lui et l'autre crétin congénital.

Et autant avec Air' et un drow inconnu à proximité, de nuit dans le quartier de la Dame il n'était pas très chaud pour prendre des risques qui seraient retombée sur son amie.... autant là... il n'aimait pas trop quand ces guignols en armure venaient jouer au petit soldat chez lui. Surtout maintenant... S'approcher ne serait pas très dur songeât l'indé, suivant machinalement le contour de sa boucle d'oreille... et décidément il n'aimait pas ce con, pas plus qu'il n'en avait peur. Ce n'étaient pas ces médiocres qui allaient lui dicter son comportement.

L'heure lui était favorable... et plus la ruelle était sombre, plus le drow pouvait riposter. Sans compter que les toits lui offriraient, au pire, une solution.... Se laissant guider par son instinct -et son mauvais caractère- Firwin se laissa glisser derrière les étals, naturellement. Histoire d'en comprendre un peu plus sur les tenants et aboutissants.... peut etre..

Offline Lematou  
#3 Envoyé le : lundi 15 octobre 2018 11:19:33(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
France

Bien que la foule se fasse moins dense aux abords du marché, Firwin n'est pas remarqué. À cet heure, c'est un quidam parmi d'autres. Et surtout, les biges qui intéressent l'elfe noir semble s'intéresser eux, à autre chose. En pleine discussion, ils scrutent en direction du marché de temps à autre et semblent... hésiter ?

« Il doit être loin, maintenant, terré quelque part dans ce gourbis... C'est marre ! » balance le capitaine, les machoires serrées. Rageur, il tend la tête vers les abords du Grand Bazar, sans sortir les ombres de la ruelle où il se trouve...
« Putain d'Indés...  » lance-t-il rageur, comme on dresserait un poing impuissant face à la tourmente, fixant les lanternes colorées qui égayent les étales.

« Il a pas pu aller si loin, capitaine... On était sur ses talons... » remarque une des têtes de bois, pendant que son compère pousse une porte du pied, s'assurant qu'elle est bien fermée.
« Ce rat doit être planqué par ici... Derrière une de ces guitounes pourries ou sous un tas d'ordure... »

« Vous croyez ?! » s'exclame le capitaine, menaçant. « J'espère pour vous que vous avez raison ! S'il a filé, c'est de votre faute ! Alors grouillez-vous de le trouver qu'on le finisse, avant que ces putains d'Indés nous trouvent ! » assène-t-il, éventrant un tas d'ordure de son épée, pendant que ses deux sous-fiffres, les épaules basses, s'agitent et se mettent à passer le coin de ruelle au peigne fin, s'avançant peu à peu - et prudemment - en direction des abords du marché (et donc de la planque de Firwin).


Firwin restera-t-il assez discret ? Pour le savoir, un p'tit jet !

Alors qu'il observe cette scène assez pathétique, le noir bretteur sent comme un poids sur ses épaules... Comme si lui aussi, on le matait à l'insu de son plein gré !

Perception DD12 (impossible de prendre 10) :


Offline Luciole  
#4 Envoyé le : mardi 16 octobre 2018 00:38:50(UTC)
Luciole
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 118

Firwin

26 / 26

CA19 (C14, D15)
Ref 18 / Vig 12 / Vol 13
Panache 5/5
Charmante vie : 3/3


Le drow se fond entre les étals, se glissant entre leurs ombre sans attirer la moindre attention. Ce n'est pas très dur, juste une question d'attitude et de démarche... Et à quelques mètres de ces bavards en armures profite de leur petite discussion.

Les traits fins du bretteur se durcirent au fur et à mesure des échanges, tandis qu'il prends conscience de ce dont ils parlent. Les misérables crevures, immondices sur pattes... Infectes et lâches cafards...Pas même capables d'assumer leurs actes... pathétiques... ha, et ensuite c'est ceux de sa race qu'on qualifiait de pourritures...? Eux au moins avaient le courage de leur cruautés. La main de Firwin se posa doucement sur son fourreau, trop maître de lui pour céder aux sirènes lui susurrant de leur faire payer ici et maintenant leur présomption et leur arrogance.

Ils cherchaient quelqu'un, un Indé visiblement. Oh, non... ça n'allait pas se passer aussi simplement que ça et- Là... Planqué.... Oh bordel. Ast... La colère que ressentait Firwin devint alors toute personnelle. Ils n'étaient plus simplement méprisables, non, ils étaient morts. Peut-être pas tout de suite, il y avait plus urgent. Genre sortir Astrack de là, peu importe le prix. Mais ce cheffeton dont il connaissait maintenant les traits ne passerait pas l'année. Mais la priorité absolue était Ast. Et s'il n'intervenait pas, ils allaient le trouver.

Trop tard pour provoquer l'intervention d'autres Indés, ils n'étaient qu'en bordure du Bazar et ça pourrait prendre quelques minutes avant que d'autres ne soient informés. Impossible d'aller jusqu'à lui sans attirer leur attention sur tout les deux, et il risquait de se prendre un mauvais coup... Très bien... Le symbole de Milani à son cou pends légèrement. Voilà bien un cas où celle qui fleurit dans l'adversité avait son mot à dire.

Firwin pris une brève inspiration, hochant rapidement la tête pour Astrack et portant une main à ses lèvres pour lui faire signe de ne pas moufter... tandis qu'il allait puiser dans les réserves de son Sang. Une magie qui était son du et allait aujourd'hui servir à un peu plus qu'à des tours de lumière ou d'ombre. Il ne faut que deux battements de cœur pour qu'il la sente faire effet. Heureusement que les soudards prenaient le temps de chercher.

Désolé Ast, ça allait un peu surprendre et certainement pas faire du bien à son état mais seule cette solution le mettrait à l'abris de cette vermine dégénérée....

Profitant du mur qui cachait le huline à ses poursuivants, le drow fit un geste rapide de la main le soulevant en quelques secondes hors de portée des Têtes de bois et de leurs armes. Astrack étant un habitué des hauteurs, il ne lui suffirait que d'un petit geste pour se laisser glisser sur le toit maintenant à une dizaine de centimètres de lui.

Et parce qu'il fallait assurer leur attention, et être certain qu'ils braqueraient leurs regards sur lui et non sur le courrier volant (pas qu'ils aient l'habitude de lever le regard ces crétins disciplinés, mais on ne savait jamais)... Le drow fit deux pas sur le coté, se plantant directement dans l'entrée de la ruelle et haussant la voix de manière à être directement entendu dans la rue passante à quelques mètres... Ainsi la rumeur passerait. Et puis à contre-jour, il serait plus impressionnant encore... Dommage qu'il n'ai pas trouvé son chapeau. Ni son foulard d'ailleurs.

« Tient, tient, tient.... Mais qu'est ce que nous avons içi ...? Des fauteurs de trouble cherchant querelle sur le Marché ? Des Tête de Bois perdus venus chasser de l'Indé ?  »

Si avec ça lâché à voix haute, narquois, les autres n'étaient pas rapidement alertés, ce serait très décevant... Et il avait des chance d'avoir toute leur attention. Maintenant, le tout était d'être suffisamment audible pour attirer assez d'auditeurs pour que même eux n'osent pas agir devant. Et assurer un bon spectacle. Tous les instants qu'il gagnerait seraient des chances supplémentaires pour qu'Astrack soit en sécurité sur son toit... et pour que la cavalerie arrive. Et si ça tournait plus mal... et bien... c'était un autre spectacle qu'il voulait bien mener aussi, et peu importe les conséquences... Ce n'était pas aujourd'hui que son caractère contrariant allait apprendre à plier.

Je part du principe que j'ai le temps de lancer le sort en le faisant directement, et que Firwin se met bien en vue pour attirer toute leur attention dès le moment où le premier fait mine de passer l'angle. (il compte sur les 2/3 secondes de surprise pour qu'il s’arrête dans son mouvement avant de passer ledit angle et finir de monter Astrack en loucedé...)

Modifié par un utilisateur mardi 16 octobre 2018 00:39:26(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Lematou  
#5 Envoyé le : mercredi 17 octobre 2018 09:22:21(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
France

Répondant à la volonté de Firwin, Astrack s'affranchit de la gravité. Le Galand ne l'est plus trop... Il grimace mais parvient à ne pas l'ouvrir alors que sa carcasse en piteux état - lui, au poil d'habitude si soigné, est maculé de sang et sa veste souffre d'une ouverture béante qui n'a pas été faite par un tailleur très doué – se dégage des ordures dans lesquelles elle était planquée.

En trois battements de paupières, Astrack flotte à hauteur du bord de la toiture, heureusement sans lierre-rasoir. Là, l'uline dévisage Firwin, interdit. « Et maintenant ? » semblent demander les mirettes écarquillées du copain en panique, en suspension à six mètres au dessus du plancher des vaches. Mais Firwin a d'autres chats à fouetter et pas le temps de lui expliquer : c'est que les Têtes de Bois ne perdent pas leur temps et, ayant testé les portes alentours – elles sont bien fermées - s'apprêtent à dépasser l'angle fatidique...


Curieux ou surpris, depuis le marché quelques biges tournent la tête en direction de Firwin alors qu'il accuse à voix haute - et sans preuves ; il ne manque pas de toupet, ce drow ! - de pauvres miliciens de bien vilaines pratiques (J'ai fait faire un petit pas de placement à Fifi, histoire qu'il se mette bien en évidence).
Les deux miliciens pilent, leurs quinquets – qu'on aperçoit à travers leur visière - braqués sur l'outrecuidant. Ne sachant trop comment réagir, ils sont comme paralysés – assurément dans l'attente d'un ordre de leur capitaine.

Qui lui, fronce les sourcils, comme s'il cherchait à remettre une vieille connaissance – ou plus simplement – réfléchissait. Après un rictus soudain et peu amène, le gazier se met à fureter des mirettes alentour, comme s'il cherchait quelque chose – ou quelqu'un – au-delà de Firwin.
Firwin qui se retient évidemment de jeter un regard en l'air pour vérifier qu'Astrack a finalement compris ce qu'il devait faire et a réussi à attraper le bord du toit afin de s'y tracter...
« Chasser de l'Indé ? Qu'est-ce que tu racontes, enfumé ?... Tu cherche une chambre pour la nuit et t'as pensé à la Caserne, c'est ça ?! » s'étonne rageusement l'officier, sans vraiment regarder Firwin, puisque ses yeux furètent.

Psychologie DD15 :

Offline Luciole  
#6 Envoyé le : mercredi 17 octobre 2018 18:53:40(UTC)
Luciole
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 118

Firwin

26 / 26

CA19 (C14, D15)
Ref 18 / Vig 12 / Vol 13
Panache 5/5
Charmante vie : 3/3


Aux crimes déjà existants des soudards, on pouvait donc ajouter le mauvais gout le plus flagrant puisqu'ils avaient osé s'attaquer à la veste du Galant. Celle ci est fichue. Reste à tout faire pour que ce ne soit pas aussi le cas de son porteur.

Comme ne pas vérifier comment il s'en sort. Genre quoi, il faut lui faire confiance. C'est pas une petite égratignure qui va lui faire du mal... Et bordel, depuis le temps qu'il se fiche de lui et de son inaptitude à voir le monde depuis le haut, il ne va pas se renier maintenant. Faire confiance au copain. Faire confiance aux copains... Foutraille, bougez vous les gars !

Mais en attendant, autant s'en payer une tranche... Quitte à, autant faire ça en beauté...

« Allons bon, vous êtes des vrais ? Et moi qui pensait qu'avec cette allure de soudards en maraude vous aviez volé ces armures et vous n'étiez qu'à la recherche d'un peu plus de basse besogne... Faites excuses vos seigneuries de l'Harmonium..  »

La tonalité de Firwin n'a rien de contrite ou de conciliante... bien au contraire, démentant totalement ses paroles.

« C'est vrai que vous, vous ne feriez pas du sale boulot de meurtrier... Par contre, la chanson va très vite vous savez... Je croit que votre place n'est pas ici et que du travail vous en avez justement par là bas... Qu'en pensez vous...? Ça serait encore le plus sage... »

D'un signe de tête le drow leur désigne la direction opposée. Loin des rues enjouées du marché... Et parfaitement conscient que tout peut arriver.
Offline Lematou  
#7 Envoyé le : vendredi 19 octobre 2018 12:04:38(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
France

Aux abords du Marché, Firwin n'en mène pas large...

« Tu insulte l'Harmonium ?! » constate, en haussant le ton, l'un des sous-fifre (celui le plus en arrière) - démontrant par là un esprit de déduction rare.
Son compère, pas plus bête, ni moins soupe au lait, laisse tomber sa matraque et se saisit de son happe-vilain, menaçant. « Si tu veux jouer au con, citoyen, tu vas nous trouver... » grince-t-il du râtelier, sous son casque.

Il fait mine d'avancer sur Firwin, dont la main droite glisse imperceptiblement vers la garde de son épée... Le bretteur, tout hâbleur qu'il soit, n'en mène pas large. Il est seul, ils sont trois. Et la situation ne risque pas de tourner au duel d'honneur mais plutôt au sale combat de rue.

Mais le bige est stoppé net par l'officier qui vient de lui chopper brusquement l'épaulière.

Firwin ne peut pas se risquer à jeter un œil derrière lui. Mais il est fort tenté, car l'officier fixe quelque chose par devers le bretteur.
« Rolgh ! Ceux qui pètent plus haut qu'leur fondement ont aussi une place dans la grande Harmonie... C'n'est malheureusement pas un délit...  » souffle-t-il, énervé, à son milicien avant de lui chuchoter rapidement quelque chose au niveau de l'oreille Perception DD 16 :

Le regard plein de défi, fixant Firwin droit dans les quinquets, l'officier clame : « Ce sont de graves accusations que tu portes à notre encontre,citoyen ! J'espère pour toi que tu as les moyens d'étayer tes balivernes, autrement il t'en cuira - et salement. Alors, si tu penses que l'un de mes hommes, ou moi-même, a commis un méfait, fait franchement branler ton râtelier ! Nous répondrons de nos crimes, au nom de l'Harmonie ! Parle maintenant, citoyen ! Qu'est-ce que tu as vu !? Ou on va faire tous les quatre un tour à la Caserne pour tirer cette affaire au clair... » ... au clair... de la lame ?

Firwin entend des bruits derrière lui ; sans se retourner, il devine que les abords du marché s'agitent. Des matois se rapprochent. Les spectateurs s’agglutinent. Certainement des Indés, mais aussi des clients et des marchands. Il va falloir assurer : le bretteur se trouve au devant de la scène... et le trou du souffleur est vide.

Modifié par un utilisateur vendredi 19 octobre 2018 12:25:53(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Luciole  
#8 Envoyé le : samedi 20 octobre 2018 18:31:04(UTC)
Luciole
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 118

Firwin

26 / 26

CA19 (C14, D15)
Ref 18 / Vig 12 / Vol 13
Panache 5/5
Charmante vie : 3/3


Firwin leva un sourcil, se retenant d'applaudir le brillant esprit qui lui faisait face. Ce serait certes jouissif et lui ferait un bien fou mais n'améliorerait en rien la situation. Il s’apprête néanmoins à éviter le coup qui va forcement partir. Parer avec incəlik en urgence, reculer, et - La main de l'officier s'abat sur l'épaule de son sous fifre.
Il y avait donc des Têtes de Bois capables d'utiliser en partie le pois chiche qui leur servait de cerveau. Dommage... enfin, probablement... Son intégrité physique s'en félicitait en tout cas. Son esprit lui...

Le bruit qui s'intensifie derrière eux le rassure sur un point. Astrack a saisi ce qu'il devait faire : se mettre en sécurité sur le toit. Mais à quel prix... Dans la pénombre et caché comme il l'était, impossible de connaitre la gravité de ses blessure et les seuls indices sont bien trop inquiétants pour qu'il les ignore. Crainte qui ne fait qu'augmenter avec ce qu'ils marmonnent entre leurs dents. Il faut donc mettre fin à l’échange pour monter le rejoindre en quatrième vitesse

Bordel. C'est qu'en plus ils s'en félicitent ces crevards. S'il était certain de pouvoir abattre les trois, et d'être encore vivant pour descendre Ast de son toit, Firwin n’hésiterait pas longtemps. Mais pour l'heure ça ne servirait à rien de montrer le mépris et la colère qu'il ressentait. Mieux valait qu'ils le croient faible si cela lui donnait l'avantage ensuite. Et sauver Boule de Poil lui donnerait l'avantage. Et il connaissait le visage de l'officier. La chair était plus faible que l'acier.

Ouvrant largement les mains en geste d'étonnement, le drow, presque affable, réponds. Il n'y a pas besoin de creuser bien loin pour trouver de l'amusement.

« Des accusations ? Allons bon... j'avoue ne pas comprendre. N'ai je pas déjà présenté mes excuses pour vous avoir méjugé simplement parce que vous aviez l'air louche caché dans votre ruelle en train de fureter en loucedé? Il est vrai que je n'aurais pas du m’arrêter aux apparences... Vous n'en voudriez quand même pas à quelqu'un d'intervenir lorsqu'un événement lui semble louche, n'est ce pas? Mais à moins que ne pas avoir la bonne tonalité soit devenue un crime, ce dont je doute, je ne vous accuse de rien d'autre qu'avoir été suspects. Mais puisqu'il apparaît que je me suis mépris et excusé et que vous êtes de respectables membres de l'Harmonium et nous avons réglé cela au clair, je peut vous laisser reprendre votre tache ô combien importante...? »

Saluant légèrement, le drow commence à s'éloigner pour se glisser parmi les spectateurs...
Offline Lematou  
#9 Envoyé le : mardi 23 octobre 2018 10:28:53(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
France

Le capitaine plisse des yeux alors que Firwin se retourne. Mais d'abord ne dit rien. Ça cogite sous ses tempes grises - ça pèse le pour et le contre. Alors que le drow s'éloigne, il finit par balancer : « Étonnant qu'un matois d'ton espèce puisse confondre une armure de l'Harmonium avec celle d'un larron... Mais peut-être as-tu plus d'année au compteur que ton p'tit minois laisse à supposer et qu't'as la vue qui défaille un peu ?... La prochaine fois, avant d'accuser à tort, prends le temps d'y regarder à deux fois, citoyen. Nous nous battons pour que l'ordre règne dans cette taule, pas pour y commettre des méfaits... »
Après cette sortie - qui permet à l'officier d’entériner le pseudo-délit de Firwin sans trop perdre de son autorité, faut bien le dire - le lascar se tourne vers ces hommes et, du menton, leur ordonne de rebrousser ruelle. Les têtes de bois se tirent. Sans doute ont-ils des courses à faire, ailleurs.

Les quelques matois qui s'étaient rapprochés retournent vite à leurs activités interrompues ; tractations, flânerie, surveillance de leur étal... Quelques Indés captent Firwin du regard et hochent de la caboche : « Bien tourné, camarade ! » semblent-ils lui dirent.

Une fois que les Têtes de Bois ont disparu au tournant du pâté de guitounes, à la demande de Firwin, on cherche un soigneur. Sans trop savoir pourquoi... Après tout, personne n'a été blessé dans cette histoire : le bretteur aurait-il prit un coup de chaud à la tête ? Mais certains des camarades sont plus finauds qu'ils en ont l'air et pigent qu'il y a anguille sous roche - et qu'à la tronche que leur tire le bretteur, c'est pas l'moment de poser des questions idiotes. Aussi filent-t-ils sans demander leur reste.

Pendant que ça courate à travers le marché, Firwin bondit sur un mur. Puis, enchaînant des contorsions périlleuses, mais qui ne manquent pas de panache, le drow parvient à se hisser sur le toit...


Là, le bretteur découvre Astrack, inanimé.

Pas besoin d'être un as en premiers secours pour capter que l'uline en a sacrément besoin, de secours : le raisin coule, tel un lon fleuve tranquille et fait une flaque dans la gouttière du toit, bouchée par des ordures arrivées là on ne sait comment...
Sans être un as - il est même plutôt nul à ça - Firwin qui a déjà subit son comptant de plaie (ou en a observé sur d'autres) capte que c'est pas normal... (saignement 1/round : Premiers Secours DD15 ou magie de soins pour stopper l'effet)

Un diagnostique rapide à vue (jet gratuit en terme de temps) ? Premiers Secours DD 10 (impossible de prendre 10) :

Modifié par un utilisateur mercredi 24 octobre 2018 10:27:55(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Luciole  
#10 Envoyé le : mercredi 24 octobre 2018 14:30:42(UTC)
Luciole
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 118

Firwin

26 / 26

CA19 (C14, D15)
Ref 18 / Vig 12 / Vol 13
Panache 3/5
Charmante vie : 3/3


Surtout ne pas répondre à la raclure humaine... Le but est d'obtenir son départ, pas de lui faire remarquer que s'il a effectivement quelques décennies de plus, il a également plusieurs siècles devant lui.... contrairement à cette vermine mortelle dont jusqu'au nom serait oublié...

En tout cas l'excuse est suffisamment tournée pour que le capitaine ne trouve rien à y redire. Pas sans risquer de passer plus encore pour un enfumé. Et il entraîne ses larbins décérébrés avec lui. Parfait.

Si le bretteur remercie d'un rapide hochement de tête les quelques Indés qui s'étaient ramenés, il en profite pour, sans donner plus d'indication -pas l'temps pour bavasser- leur indiquer qu'il a un besoin urgent d'un soigneur. Ou d'un prêtre ou peu importe mais de quelqu'un sachant refermer des tripes à l'air. Quelques uns percutent. Pour les autres, tant pis, pas le temps d'expliquer et sans plus se préoccuper des avis des uns ou des autres, le bretteur s'élance sur un mur.

Firwin n'a beau pas être un grimpeur émérite, l'adrénaline lui donne des ailes et s'il manque de glisser sur une saleté de pierre polie ses réflexes poncés par les années d'entrainement réagissent pour lui et c'est tout en finesse qu'il parvient à ce foutu toit, anxieux de ce qu'il va y trouver.

Les règles de sécurité sur une surface aussi élevée sont oubliées. Pas le temps de faire de l'approche prudente et en quelques instants le drow est aux cotés de l'uline. Un coup d’œil rapide est suffisant pour qu'il fasse un premier inventaire des dégâts et grimace.

Putraille, c'est pas gagné. S'il n'a jamais eut à subir pareille blessure, il les a déjà vu sur d'autres et sans interventions ils y passaient en quelques minutes

« Bon sang Ast, ils t'ont pas loupé. Reste avec moi mon vieux...Interdiction de m'clamser dans les bras. Tu va pas leur faire ce plaisir à ces creuvard.  »

Ça ne sert pas à grand chose de lui causer vu son état, mais ça permet d'occuper une partie de son esprit pendant que l'autre évalue la situation. Le faire redescendre ne prendra que quelques instants. Mais même en lévitation, est ce que ça ne risque pas d'aggraver le tout ? Parvenir d’abord à arrêter le saignement en faisant un bandage de fortune. Profonde inspiration. Y a des moments de vérité, où faut pas se louper et... c'en était un. Surtout pour Astrack.

Vu l'état des fringues du galant, rien n'était utilisable. Trop souillée d'eau, de déchets et de sang après sa fuite. Retirant son écharpe de soie, Firwin s'en servit comme d'un pansement, le tissu absorbant le sang et refermant grossièrement la plaie. Ce qui comptait c'était que ça arrête de saigner... Respirer tranquillement. Il savait ce qu'il faisait, il l'avait déjà vu faire. C'était bien que ça ne devait pas être si difficile que ça... Pourvu que ça suffise. Bon... de toute façon il avait fait de son mieux....Putraille, pourvu que ça suffise... Ça devait suffire !

« Aller mon grand, on va r'descendre. La cavalerie et un vrai doc' ne devraient pas tarder à arriver. Et on va les attendre tranquillement. Tout va bien s'passer maint'nant. »

Vu l'état d'Astrack, c'était autant pour se convaincre lui même que pour l'uline qu'il causait...

Son sort était encore actif et, incantant en quelques instant une feuille morte sur lui même pour accompagner la descente du Galant en le faisant léviter vers le bas, l'indé se laissa tomber à son tour... Encore heureux qu'il ait eut cette possibilité, sinon vu leurs poids respectif c'aurait été coton...

A quelques mètres de la ruelle, contre un mur, Firwin allongea le blessé, entouré dans sa cape pour le tenir au chaud s'asseyant à ses cotés pour qu'il soit le plus confortablement installé et gardant un oeil sur la teinte rougeâtre du pansement de fortune caché maintenant sous le vêtement.

« Tu pourras rire autant que tu veux Boule de Poil, et me traiter d'mère poule quand tu sera remis, mais ça va aller... Tout va bien se passer... »

Et le premier qui osait s'approcher pour autre chose qu'un moyen de soigner Astrack ou sans être un indé risquait de se retrouver avec deux pieds de kar'rach entre les côtes... Quand il était stressé, les vieux réflexes ressortaient.

Modifié par un utilisateur mercredi 24 octobre 2018 17:09:09(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Lematou  
#11 Envoyé le : jeudi 25 octobre 2018 13:20:43(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
France

« Je t'en dois une bonne, hein ?... Enfin, je sais pas trop si je devrais être si reconnaissant que ça... Un vrai pote aurait aussi sauvé ma veste ! » plaisante Astrack, la voix faible, mais bien vivant.


Car Firwin avait agit vite et bien, donnant à son compère l'opportunité de râler et plaisanter pour de nombreuses années à venir. Ou du moins - après tout, ne nous avançons pas trop - encore un temps.

Après que le bretteur ait fait flotter le corps inanimé du coureur des toits jusqu'à la rue, s'étaient vite pointé deux-trois Indés munis d'un prêtre - un peu brusqué le prêtre, mais conciliant tout de même. Le matois, un jeune gnome, avait remis l'uline sur pied en un tournemain, en appelant à la gloire de Waukeen. Puis avait tendu la main, pour les bonnes œuvres de sa Puissance. Firwin avait mis la sienne à la poche, Astrack avait refusé qu'il paie et voulu payer à sa place. Firwin avait insisté, Astrack aussi, Firwin avait eut le dessus et, finalement, une fois l'affaire conclue, le jeune bigot s'en était allé répandre la parole de sa Puissance à travers le Grand Bazar.

Astrack, capable de marcher grâce à la magie du prêtre - enfin, la magie de Waukeen ; rendons à Waukeen ce qui lui appartient - a vite proposé à son pote d'aller s'en jeter un, histoire de se remettre - et de causer un peu. Ce coup-là, c'est Astrack qui avait offert sa tournée (et les suivantes...)

Waukeen ? Religion DD 15 :

Firwin crache 12 jaunets pour un sort de Soins Légers.

Après l'avoir remercié - quand même ! - l'uline toise Firwin, l'air un peu penaud...
« Firw', faut qu'j'te dise : j'ai encore laissé traîner mes esgourdes où j'aurais pas dû... Mais c'est par hasard ! Enfin, cette fois... » finasse-t-il, l'air un rien sournois et fier de lui, malgré sa situation peu enviable.

« La revente de soltifs c'est juteux. Alors quand j'ai avisé ces biges en train de branler du râtelier à propos d'une épée, j'me suis approché en loucedé. Mais ils m'ont capté, les salauds ! L'officier m'a taillé dans l'cuir avant que j'ai eu le temps de leur bonnir quoi que ce soit - ou d'filer par les toits. Il fait mal, l'enfumé ! J'ai couru... Et la suite, tu connais. »

Là, Astrack s'avale une bonne rasade de bibe avant de se rapprocher de Firwin pour lui chuchoter à l'oreille.
« L'Harmonium est sur un coup. Ils veulent récupérer une épée qu'ils pensent bien puissante, Lumière qu'ils l'ont appelée, au nez et à la barbe d'la Garde Fatale. D'après c'que j'ai entendu, l'épée est dans un Dédale. Tu m'diras, les cons : faut être sacrément azimuté pour s'aventurer dans une de ses foutues prisons. Mais d'après c'que j'ai compris, les Fatalistes vont y aller de toute façon. Après tout, s'ils y clamsent, j'suppose que ça sera l'sourire aux lèvres ? Mais ces gars de l'Harmonium racontaient qu'ils allaient leur emboîter le pas pour les doubler. Leur plan c'est d'les guetter chez Lu' - tu sais, la vendeuse de clefs ? - parce qu'ils savaient que les Fatalistes y passeraient forcément. Qu'après, y aurait plus qu'à les prendre de vitesse, vu qu'ils connaissaient l'entrée. Ils ont pas dit où c'était... Ce soltif, je te l'offre, mon pote. Revend-le à qui tu veux ou oublie-le, c'est p'tet plus sage... »
Lu' ? Voir le fil de Zsz

Se sentant plus plus léger après s'être débarrasser de son soltif, Astrack ajoute, après avoir commandé le second round : « Ça m'fait froid dans l'dos qu'des biges pareils mettent la paluche sur cette épée, si elle est aussi puissante qu'ils le disent... Va falloir qu'on s'tienne à carreaux, mon pote ! Enfin, moi, surtout... J'vais pas m'ranger des voitures mais j'vais faire le mort un temps, histoire que ces enfumés oublient que j'existe. D'après ce que tu m'as jacté, ils me croient clamsés, hein ? Ça m'arrange... Un p'tit manque à gagner mais j'm'en r'mettrai ! »

Modifié par un utilisateur jeudi 25 octobre 2018 13:29:12(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Luciole  
#12 Envoyé le : lundi 29 octobre 2018 22:16:29(UTC)
Luciole
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 118

Firwin

26 / 26

CA19 (C14, D15)
Ref 18 / Vig 12 / Vol 13
Panache 3/5
Charmante vie : 3/3



« Taratata, un vrai pote sais faire en sorte de te convaincre que c'est enfin le moment de changer de tailleurs. Ca fait au moins cinq ou six mois qu'il est passé de mode de toute manière.  »

Répond Firwin, faussement insouciant tandis qu'il sent un poids disparaître...


Remercier les copains de leur coup de main, coup de main dont le drow ne doute pas qu'ils aient compris les tenants et aboutissants en voyant l'état d'Astrack en revenant avec le gnome. Le mot passera que même les abords du marché ne sont plus surs. Le bretteur n'a aucune idée de qui peut bien être la Puissance du matois - c'est pas franchement son truc les Puissances- mais la seule chose qui importe est son efficacité. Et peu importe les protestations de l'uline, il n'avait qu'à se laisser soigner et laisser Firwin casquer.

Assez d'émotions pour l'moment et les deux indé se retrouvent bientôt attablés devant une bibe sans même avoir attiré plus que des regards méfiant devant le sang séché qui imbibe leur deux tenues.

Le sourire en coin du coursier est accueillit avec un ricanement amusé...
« Par hasard... noon? ... toi? Ce s'rait bien la première fois... Raconte donc, et j'espere bien que ça vaut le tarif payé... C'est qu'en plus de faire mal, il avait une sale tronche. Boudiou, j'me suis demandé si j'allait devoir me dueller les trois à la fois... » Le drow laisse échapper un sourire satisfait... « Je suis bien sur certain que c'est moi qui l'aurais emporté évidement, mais les conséquences aurait pu être... délicates. »

Particulièrement attentif, Firwin attends la fin de l'explication pour laisser échapper un sifflement admiratif...

« Mazette... Et bien mon vieux... je capte mieux pourquoi ils voulaient ta pelisse... Et ouep, si jamais ils y parviennent, ça risque d'être un poil plus délicat pour nous.  »

Une gorgée... presque pensif... il ajoute d'un ton sourd...

« Et vu la tronche qu'il m'a tiré, je suis bien certain que si j'recroise cet empaillé dans un endroit où il a un semblant de courage... Il va tout faire pour obtenir ma tête. Que je préfère largement là où elle est. Du coup, si j'peux non seulement les planter et m'débrouiller pour que ce joujou n’atterrisse pas entre leur mains... C'est tentant. Par contre, c'est clair que faudrait vraiment un argument massif pour m'faire me pointer dans une de ses prisons. »
Offline Lematou  
#13 Envoyé le : mercredi 31 octobre 2018 15:54:23(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
France

« Heh, comme je te comprends ! » s'exclame le Gallant, en tendant sa choppe pour trinquer.

« Faudrait être sacrément azimuté pour aller y pointer le bout de son museau... » rajoute-il, après une bonne gorgée, en toisant Firwin du coin de l’œil. « N'empêche... »
Astrack s'interrompt pour se rapprocher à nouveau de son pote.

« N'empêche qu'un chevalier de la gueuserie suffisamment culotté pourrait se faire un joli p'tit pactole, s'il arrivait à la faire à l'envers à ces enfumés ! En passant ni-vu ni-connu j't'embrouille, juste après la guerre... Cette épée, elle doit valoir son pesant de jonc ; surement plus ! Moi j'ai eu mon compte... Et toi, tout lascar que t'es, crois-moi, t'es pas d'taille, mon pote. T'aurais surement pu en perforer trois d'un coup d'un seul... » ... ce disant, le Galand plisse les yeux et prend un air coquin, manière de souligner qu'il prend les fanfaronnades de son potes pour ce qu'elles sont... « ... mais de c'que j'ai capté, c'est carrément une petite troupe qu'ils vont envoyer là bas d'dans. Ils comptent pas empailler les Fatalistes en faisant dans la dentelle, si tu vois c'que j'veux dire... Trop nombreux pour que tu en fasse une seule brochette. Alors pense à tes fesses et prends exemple sur ton vieux pote Astrack. Contente-toi de revendre le soltif - c'est cadeau ! Et profites-en pour rester au vert un moment, que cet officier t'oublie. Parce que crois-moi, d'ici quelques cycles, cet enfumé aura d'autres chat à fouetter. Et ça m'étonnerait qu'il cherche à se venger longtemps. Si tu avais été plus vif en paroles, je ne dis pas... Mais là... Je t'ai connu plus en forme ; l'inquiétude sans doute. Alors ne te rappelle pas à son bon souvenir et ça devrait aller crème... Et puis, ça te ferait pas de mal : tu deviens pâlichon, à force de traîner tes bottes dans la Cage. »

L'uline boit à nouveau avant de reprendre, de la mousse plein les moustaches et l’œil malicieux. « Je me tire pour Négoce. J'ai quelques... amies là-bas qui sauront bien me recevoir... » raconte-t-il, en léchant sa mousse, ce qui lui donne un expression gourmande. « Il ne tient qu'à toi d'en profiter aussi... »

Puis, plus sérieux, il demande à Firwin : « Si tu sais pas à qui revendre le soltif, m'est avis que les Fatalistes t'en devrais une bonne si tu les prévenais que leur plan est éventé. Mais tu peux toujours offrir le soltif à Bria ou aux jumeaux. Ils sauront peut-être quoi en faire... Tiens ! Si j'étais toi, je mangerai aux deux râteliers : celui du ventre et celui de la bonne cause. Enfin, moi je porte pas mon code de l'honneur en cocarde ! » taquine l'uline.

« Et surtout, moi, je vais mettre les voiles... » conclut le Galand en finissant sa chope d'une traite, signe qu'il amorce son départ.

Modifié par un utilisateur mercredi 31 octobre 2018 17:12:39(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Luciole  
#14 Envoyé le : vendredi 2 novembre 2018 18:21:15(UTC)
Luciole
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 118

Firwin

26 / 26

CA19 (C14, D15)
Ref 18 / Vig 12 / Vol 13
Panache 3/5
Charmante vie : 3/3


Un léger sourire flotte sur les lèvres du bretteur et plus sérieux il réponds sur le même ton...

«  J'entends bien mon vieux, et ne t’inquiète pas trop, ce soltif là ne va pas être oublié... J'avais une idée assez proche. C'est une chose de vouloir faire des trous dans la Garde lorsqu'ils ne s'y attendent pas, mais s'ils sont prêts à réagir ça devient une autre paire de manche. Ils ne sont pas non plus réputés pour leur douceur et leur délicatesse... Que des choses qui devraient plaire à ces enflures de l'Harmonium.  »

Un rire léger et il ajoute avec un regard complice.

« Va donc prendre tes vacances chez tes amies, et n't'en fait pas pour moi. Même sans cette histoire, j'ai trouvé un peu d'occupation. Figure toi que j'ai croisé un de mes congénères nouvellement arrivé en ville. Un peu béjaune sur les bords mais sacrément bien fichu et avec ce p'tit quelque chose en plus... L'arrogance peut-être. Du coup, je vais traîner encore un peu à Sigil pour l'moment...  »

« Ceci dit... Bonne idée... j'vais passer au Lion Rouge avant... Y a des chances que Lesander y traîne j'pense. »

Sans relever la plaisanterie de l'uline, ni se lancer dans un long débat sur la différence subtile entre honneur et égo, et levant à son tour sa choppe pour la finir tranquillement, Firwin demanda, taquin..

« Tu arriveras jusqu'à la croisée sans te perdre tu croit?  »
Offline Lematou  
#15 Envoyé le : samedi 3 novembre 2018 18:00:07(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
France

« J'espère bien qu'il ne sera pas perdu : c'est que j'y ai laissé des poils, moi ! » s'amuse Astrack, mi-figue, mi-raisin.

Astrack fait claquer sa langue, comme lorsqu'on apprécie un bon plat. « Et bien, et bien ! On dirait que tu as trouvé de quoi t'amuser, mon pote ! Mais fais-bien gaffe à te pas te fourrer dans la gueule du loup à cause d'une jolie breloque, aussi charmante soit-elle ; on a qu'une vie, quoiqu'en disent les suppliants... Enfin, je sais bien que je parle dans le vide... Et qu'à ta place, j'enverrai bouler mon vieux pote. Mais au moins, garde-toi bien de marcher sur les plate-bandes des Têtes de Bois... » demande le Galant, en attrapant son pote de toujours par l'épaule.

Puis, après ce geste de franche camaraderie, l'uline se lève.
« Bon, assez traîné... Je vais voir si je peux choper ce gnome pour qu'il finisse le travail. Il doit pas être parti bien loin, avec ses petites pattes. Et... »
« Tu arriveras jusqu'à la croisée sans te perdre tu crois ? » ... l'uline fait semblant d'être vexé, se drapant d'importance, puis rigole de bon cœur.

« Merci pour le fichu : ça fait un peu fillette mais ça me va pas si mal... Allez, salut, mon pote : tu sais où me trouver !... » Poing sur la poitrine, il lance un dernier regard à Firwin, avant de tourner casaque à la volée, simulant une forme d'enfer.



Un passage au Lion Rouge apprend à Firwin que Bria ne s'y trouve pas, ni les jumeaux. Le drow pourrait les y attendre - car il sait qu'ils tiennent conseil tous les cycles ici, à l'Anti-Pic - mais il sait aussi où il peut être sûr de trouver Tomay. Descendant d'une longue lignée de forgerons, quand elle n'endosse pas sa casquette de meneuse aux côtés des jumeaux, la matoise aide à l'échoppe de famille, Aux Lames Gazouillantes, sise allée du Vent Rouge dans le Grand Bazar. Une des rares forges de la Cage qui ne soit pas tenue par un Dévôt ou un Fataliste. On y fond des objets en argent.

L'elfe noir trouve Bria au comptoir de vente ; derrière elle, on aperçoit la forge et le reste de sa famille qui travaillent, martèle et fondent.


Même derrière un comptoir, difficile de confondre Bria Tomay avec une simple vendeuse. Si elle n'a jamais chanté à la Salle des Fêtes, peu de bardes peuvent s'enorgueillir d'avoir une voix aussi charmante que la sienne. Et l'affranchie, en plus d'être physiquement intelligente, dégage toute l'assurance d'une indépendante convaincue. C'est loin d'être à la portée du péquin moyen de la lui faire à l'envers.

Pendant qu'elle conclut la vente d'une belle soupière, elle avise le bretteur de ses chaleureux yeux noirs. Et, à ce regard, Firwin sait que, bien qu'il n'est qu'un factionnaire parmi tant d'autres - les Indés sont nombreux, elle l'a remis.

La vente terminée, Tomay, écartant une mèche noire de son front, salue Firwin : « Toi, je ne pense pas que tu sois là pour te payer des cuillère en argent ! » professe-t-elle.

Modifié par un utilisateur lundi 5 novembre 2018 11:52:25(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Luciole  
#16 Envoyé le : mardi 6 novembre 2018 19:07:24(UTC)
Luciole
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 118

Firwin

26 / 26

CA19 (C14, D15)
Ref 18 / Vig 12 / Vol 13
Panache 3/5
Charmante vie : 3/3


Incapable de retenir un large sourire sourire devant sa dernière sortie, le drow laissa filer son ami sans plus en rajouter qu'un dernier salut et un clin d’œil avant qu'il ne se détourne.

Le temps pour lui de terminer sa choppe et à son tour, l'elfe noir se détourne du troquet...

Par où commencer...? L'Armurerie où le Lion Rouge ? Mmm l'auberge sera plus proche, donc autant commencée par là. Sifflotant, Firwin s'enfonça donc dans les allées du Grand Bazar, se laissant porter par la foule, et se glissant avec une aisance née d'une longue habitude parmi ses flux. Ça n'avait pas été son choix le plus inspiré songeât il, en constatant qu'aucun des trois qui l’intéressait n'y était actuellement et ayant clairement autre chose à faire qu'attendre sagement jusqu'à l'anti pic. Bon... Il savait où dénicher Bria. Et si la matoise n'y était pas, il réviserait ses priorités.

Coup de chance... cette fois il avait visé juste. Un hochement de tête et un sourire léger pour la saluer, le bretteur attends tranquillement que l'humaine achève ses ventes. Ça n'est pas suffisamment urgent pour mériter un vrai dérangement.
« Ah j'adorerais mais je ne saurais pas où les ranger... » Élude t'il avant d'ajouter par principe. « Je te dérange pas trop j'espère...? Mais j'ai entendu parler d'un soltif qu'à pas encore trop circulé... Tu as déjà entendu parler de Lumière? Une épée qui serait dans un dédale.... ? »

Après tout, Bria était très loin d'être ignorante.... elle en saurait peut-être plus...
Offline Lematou  
#17 Envoyé le : mercredi 7 novembre 2018 18:55:49(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
France

« C'est bien dommage ! Mon frère vient de finir de polir un très joli service... J't'aurais fait un prix ! » s'amuse la meneuse de la Libre Ligue

À la question du bretteur, Bria plisse les yeux avant de lui balancer la chanson de sa voix au timbre cassé et toujours charmante.

« J'suppose, ouais. Lumière... C'était pas le p'tit nom que Vartus Timlin, le factol des Croissants, avait donné à son épée ? Parait que le lascar s'est fait encagé pour avoir eu les yeux plus gros qu'le ventre. Et que quand ses factionnaires ont capté que Timlin avait disparu, la faction est pour ainsi dire passée par le ver. Qu'entre 3 cloches avant l'Anti-Pic et 3 cloches après, ils avaient tous pris la poudre d'escampette et renié leur daron. Mais ça, c'est la légende. Je peux te dire que c'est pas tout à fait vrai : j'ai déjà croisé quelques biges qui pensent encore comme lui... C'est quoi ton soltif, Firwin ? J'te préviens : j'veux pas d'ennuis avec Elle. » demande-t-elle, intéressée mais prudente.

Modifié par un utilisateur mercredi 7 novembre 2018 18:57:37(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Luciole  
#18 Envoyé le : jeudi 8 novembre 2018 00:34:10(UTC)
Luciole
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 118

Firwin

26 / 26

CA19 (C14, D15)
Ref 18 / Vig 12 / Vol 13
Panache 3/5
Charmante vie : 3/3


Les Croissants? Encore une faction perdues dans l'oublis après avoir vu trop gros.. Probablement il y a pas mal de décennies car il n'en a pas le moindre souvenir...

« Je t'rassure, moi non plus...  » admet le bretteur, esquissant machinalement un cercle du coté du cœur. Il a beau adorer les ennuis, là il sait qu'il ne joue plus dans la même cour. « Mais ouais, ça collerais. La lame va réapparaître. Une expédition de la Garde Fatale doit partir pour le dédale où traîne son propriétaire s'il est encore vivant. Et s'il ne l'est pas, ils n'auront qu'à se servir. Ils ont du obtenir le soltif de l'entrée et du portail. Mais ils ne sont pas les seuls. Les Tête de Bois savent aussi où est l'portail et sont suffisamment certains qu'les autres vont réussir pour avoir monté leur propres troupes pour les doubler... Ils ont décidé que Lumière serait à eux.  » Il laisse passer un instant avant d'ajouter.
« Ils ont tenté d’éviscérer l'Galant et l'ont poursuivit pour l'achever jusqu'aux abord du Bazar sur un simple doute qu'il avait entendu pour éviter que ça se sache. Je sais pas ce qu'ils comptent faire avec, mais si cette épée est aussi puissante qu'ils le pensent ça risque de ne pas être très jouasse si l'Harmonium la récupère.  »

Pas une perspective très enthousiasmante.... vraiment pas...

« Ça sent mauvais à quel point? »

Modifié par un utilisateur jeudi 8 novembre 2018 09:30:18(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Lematou  
#19 Envoyé le : jeudi 8 novembre 2018 09:55:33(UTC)
Lematou
Rang : Habitué

Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
France

« Comment va Astrack ?! » demande Bria, inquiète

Puis, après que Firwin l'ait rassurée sur le sort du Galant, elle ajoute, le front grave.
« La chanson raconte que Vartus n'a du son ascension qu'à cette épée. Je ne sais pas si on peut s'y fier, mais même si ce n'est qu'une partie de la vérité - après tout, elle est vieille d'au moins un siècle, cette chanson - ça pue... Ces enfumés de Têtes de Bois en ont toujours après nous : les libres penseurs, ça les emmerde. Mais la Garde Fatale est aussi dans leur collimateur. Et pas qu'un peu. Faut dire qu'à vouloir pousser le multivers à sa fin, ils ont pas beaucoup d'amis... Empailler les Fatalistes d'une épée légendaire : tout un symbole, hein !... Mais ça, c'est leurs oignons. » remarque-t-elle.

« Ce qui craint pour nous... C'est qu'une fois qu'ils auront réglé leur embrouilles, ça va nous retomber sur le haricot, c'est sûr. Si les Têtes de Bois mettent la main dessus, ils vont s'en servir, de cette épée. Mais ça, c'est s'ils réussissent leur coup... »

Tout en arrangeant un peu son comptoir, la meneuse des Indés continue à développer ses idées.
« Il s'agit quand même d'une de ses cages. J'sais bien qu'on chante qu'il y a toujours une sortie. Et qu'elle n'est énigmatique que pour le bougre à qui elle est destinée... Elle doit aimer jouer sur les nerfs de ceux qu'elle encage... Mais ils croient que, parce qu'ils ne sont pas Vartus, la sortie sera si facile à trouver ?! Je ne connais personne qui se soit aventuré dans un dédale et encore moins qui en soit ressorti pour le raconter !... Parole, faut être un sacré coqueret pour se lancer dans un truc pareil ! »

Bria croise les bras et ajoute : « Conseil d'amie, Firwin : tu ferais mieux de pas t'en mêler. Pas la peine de donner aux Têtes de Bois un prétexte pour nous emmerder... Ni d'aller perdre ton joli minois dans un Dédale. Ça métonnerait qu'on puisse entrer là-dedans et en ressortir benaise, comme on sort de sa guitoune. Mais vu que tu me racontes qu'ils ont l'air sûr de leur coup... on va prendre les devant ! Je vais faire passer le mot et on va surveiller leurs mouvements. S'ils mettent la main sur Lumière, avec ta parole et celle d'Astrack, moi et les jumeaux ont pourrait peut-être faire valoir à la Chambre qu'ils l'ont piquée aux Fatalistes ; on aura probablement leur soutien... Et leur faire confisquer l'épée par les Greffier. T'as des blazes, qu'on sache sur qui faut garder un œil ? »

Modifié par un utilisateur jeudi 8 novembre 2018 10:02:51(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Luciole  
#20 Envoyé le : samedi 10 novembre 2018 12:26:45(UTC)
Luciole
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 118

Firwin

26 / 26

CA19 (C14, D15)
Ref 18 / Vig 12 / Vol 13
Panache 3/5
Charmante vie : 3/3


« Ca va aller pour lui, quand je l'ai quitté il était de nouveau capable de plaisanter. Il doit être en train de passer le portail pour terminer de se remettre à Négoce. Ca sera plus tranquille qu'ici.  » Rassure le drow rapidement.«  J'suis tombé sur lui avant qu'il y passe et j'ai... mmm... convaincu ses poursuivants d'aller voir ailleurs s'il y était. Mais à quelques minutes près on l'perdait.  »

Firwin ne détaillera pas beaucoup plus, préférant s'attarder sur des détails plus pratique et sa légère grimace en disant suffisamment sur l'état du matois lorsqu'il l'avait trouvé...

« Pour les trois qui ont tenté de s'offrir une pelisse d'uline, il y avait deux péquins casqués et visiblement pas finaud, mais c'est pas franchement un critère très rare par chez eux... le capitaine, un humain, la quarantaine... des traits assez austères et des cheveux blancs. Coupés courts... L'air de pas rire souvent mais pas à prendre à la légère je pense... Pas du genre à tomber dans le premier appât venu. Ah, et il se trimbalait sans casque. Difficile d'en dire plus, il avait vraiment rien de particulier...  » Firwin hésita... et rajouta... « Quoique... si.... mais j'saurais pas comment le qualifier... j'avais dejà croisé cet enfumé et il avait un truc malsain. Le genre d'impression quand tu t'approche qui dérange, qui te fait froid dans le dos.. 'fin... »
Le bretteur hausse les épaules, sans vraiment finir sa phrase...

« En tout cas ils iront guetter du coté de Tivvum Antiquités. Histoire de chopper le soltif de la clé je suppose. Je compte déjà aller glisser un mot aux Fatalistes. Ils auront plus de mal à les empailler s'ils sont au courant... Et pour l'reste... t’inquiète pas pour moi Mère Poule, j'ai pas encore renoncé à c'qu'y m'restait de bon sens et un dédale n'est pas très tentant même pour un bibelot aussi clinquant que celui là. Ceci dit, les Têtes de Bois ont pas besoin de prétextes pour nous emmerder. Notre simple présence suffit à les faire chier. Et j'suis pas certain que le passage devant la Chambre donne quelque chose avec juste le soutien des Fatalistes...non? » rajouta il, dubitatif...

Il n'avait pas franchement confiance dans la Chambre pour estimer qu'y plaider sans une vrai dose de soutiens servirait à quelque chose. La Trinité marchait trop ensemble pour se tirer dans les pattes surtout lorsque de vrai enjeux étaient sortis... et un artefact capable d'influence la Kiegtanz en était un...

Modifié par un utilisateur samedi 10 novembre 2018 13:22:04(UTC)  | Raison: Non indiquée

Utilisateurs actuellement sur ce sujet
2 Pages12>
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2019, Yet Another Forum.NET