La gazette de Talingarde

Talingarde

Un modèle étincelant de vertu et de loi.

Alignement : loyal bon

Capitale : Matharyn (105 000)

Villes importantes : Ghastenhall (82 000), Daveryn (59 000), Havelyn (21 000), Fort Lointain (9 500), Aldencross (1 800), Varyston (1 200)

Dirigent : roi Makadian V le Brave, Protecteur des justes

Gouvernement : monarchie religieuse

Langues : commun, nain

Religion : Mitra, le Seigneur Etincelant

Population : Humain (60%), nain (25%), demi elfe (10%), elfe (3%), autres (2%)

Histoire

L’ascension de la maison Darius

Talingarde est un royaume paisible et prospère au début de la campagne, mais a connu un passé troublé. Il y a seulement 80 ans, le royaume a traversé une amère guerre de succession entre la maison Barca, à la noblesse majoritairement demi elfe, et la dynastie humaine de la maison Darius. Les deux partis revendiquèrent le trône. C’est dans la plaine de Tamberlyn, juste au nord de la capitale, que deux grandes armées se rencontrèrent et décidèrent du futur de ce territoire. La première était commandée par le roi Jaraad, de la maison Barca, un grand héros demi elfe monté sur un griffon, symbole de sa maison. La deuxième était menée par Markadian de la maison Darius, un jeune paladin parvenu qui ne daignait pas se courber devant tous les dieux du panthéon Talinéen (en particulier devant Asmodeus). Cette bataille reste la plus fameuse de toute l’histoire de Talingarde.

A la fin de cette bataille, Markadian tua Jaraad sur les berges du ruisseau Tamberdyn et revendiqua le trône. La bataille s’avéra avoir été en réalité un massacre. La puissance militaire de la maison Barca était défaite, et la maison Darius accéda au pouvoir. Il aurait alors été aisé pour la maison Darius d’assouvir leur vengeance sur leurs anciens ennemis, mais le nouveau roi Markadian I dit "le Victorieux" montra sa miséricorde. Il permit aux nobles de la maison vaincue de garder leurs terres s’ils acceptaient de jurer fidélité à leur nouveau roi, et de ne s’incliner que devant le grand dieu Mitra. L’offre fut acceptée, et la paix revint à nouveau sur Talingarde. La crise de succession s’acheva et la religion de l’île fut scellée. Mitra, le Seigneur Etincelant devint le dieu quasi unique des Talireans.

Le Victorieux sur le trône

Quand Markadian I accèda au pouvoir, il y avait une grande incertitude sur ses capacités à gouverner. Alors qu’il était un grand combattant, il n’avait jamais régné et il était légitime de douter des possibilités de ce jeune paladin à contrôler ce pays divisé. Il rassura rapidement tout le monde. Il était cette sorte de dirigeant comme on en voit seulement tous les mille ans. A la bataille de Fort Lointain, il fit subir aux gobelours du nord une défaite sanglante, les dispersant pour des générations. Il s’opposa aux pirates qui s’étaient établis sur les côtes Est de l’ile et les rejeta. Il semblait que le Victorieux soit imbattable sur un champ de bataille. Sa réputation était telle que, dans les dernières années de son règne, il se contenta d’envoyer une missive à un seigneur rebelle qui disait : "Devrions nous nous rencontrer sur le terrain des armes ?". Le seigneur rentra rapidement dans les rangs.

A la fin du règne du Victorieux, la quasi-totalité de l’île au sud du Mur de Garde était fermement sous la domination de Talingarde. Seules quelques parties de la forêt de l’ouest, la Caer Bryr, restaient sauvages est mal connues. Il s’avéra être aussi un constructeur et un homme d’état. Il fit passer la capitale Matharyn d’une petite ville à une grande métropole. Il renforça le Mur de Garde, y fit bâtir trois nouvelles forteresses. Il adoucit les taxes, attirants à nouveau des marchands de tout Golarion vers son île. Il rendit personnellement visite aux tribus Yutak et passa des accords de paix avec leurs plus grands chefs. Et bien qu’il fortifia le culte de Mitra et découragea celui d’Asmodeus, il toléra les temples du Prince de Nessus tant qu’ils se faisaient discrets.

Le Victorieux resta sur le trône pendant 46 ans, apportant un âge d’or à Talingarde. De nos jours, on trouve des statues de ce roi dans presque toutes les villes et villages à travers le royaume. Il eut quand même son point faible. Comme tant de grands dirigeants, il fut un grand soldat et un grand roi, mais un piètre père.  

Le Savant et le Fou

A la mort du Victorieux, son fils ainé Martius accéda au trône sous le nom de Markadian II "Le Savant". Plus un savant qu’un roi, Martius s’avéra très désintéressé par les affaires du royaume. Il fit bâtir la Grande Bibliothèque à Matharyn et commença la rénovation d’un vieux château familial en un magnifique palais connu sous le nom d'Adarium. Dès que la première aile de l’Adarium fut achevée, il s’y retira et ne fut plus que rarement aperçu en public.

L’autre fils du Victorieux, le prince Hallen, n’était pas si réservé. Bien qu’il n’avait aucun pouvoir officiel, il régna souvent en l’absence du roi et avait acquis une grande loyauté de la part des chevaliers du royaume. Cela fut un arrangement acceptable. Après tout, le prince était un soldat et un héritier du Victorieux. Il pouvait devenir le dirigeant de fait alors que le roi officiel se pavanait dans son lointain palais. Hélas, le prince Hallen était aussi fou.

Le prince devint convaincu que sa mère, qui était morte en couche, n’était pas la reine mais un ange de Mitra. Il se crut lui-même un demi-dieu incapable de faire la moindre erreur. Au début, la folie du prince était à peine perceptible. Il s’habillait souvent tout en blanc et avait même une paire d’ailes magiques, spécialement faites à son intention, qui lui permettaient de survoler la capitale.

Avec le temps, les hallucinations commençèrent. Il croyait communier avec des soit disant anges qui lui murmuraient qu’il devait remplacer son frère et devenir le vrai et immortel maître de Talingarde. Le roi reçut des rapports alarmants sur la folie du prince et ses intrigues, mais refusa de leur accorder de crédit. "Mon frère ne fait que plaisanter" était la plus connue des réponses du roi. Finalement le prince "angélique" ne put attendre davantage. Il vola jusqu’à l’Adarium et, avec une épée de feu, il assassina son propre frère et s’auto proclama roi Markadian III, l’Immortel. Le règne de six ans de son frère venait de prendre fin.

Pour un temps assez court, il est possible que les revendications au trône de Markadian III puissent avoir été reconnues. Après tout, son frère était peu aimé et le bruit se répandait que le son départ était une bénédiction. Le nouveau roi pouvait bien être un messager divin de la volonté de Mitra. Mais dans les jours suivants, des décrets insensés arrivèrent de l’Adarium. Le roi décréta que le jour sain de Mitra ne serait plus le solstice d’été mais plutôt celui de son propre anniversaire. Il ordonna que l’armée se prépare à l’invasion des Enfers et intima ses mages d’effectuer des recherches afin d’ouvrir un gigantesque portail. Dans un premier temps, il expliqua à ses conseillers ahuris que son armée allait se rendre à travers ce portail jusqu’au royaume étincelant de Mitra lui-même pour recruter une armée d’anges. Puis il mènerait personnellement cette compagnie afin d’envahir les neufs enfers et renverser Asmodeus. En fin de compte, son peuple en eut assez de ces folies. Officiellement, les récits historiques s’accordent à dire qu’après seulement cinq mois de règne, Markadian III, le Fou, essaya de s’envoler de la plus haute tour de l’Adarium en oubliant ses ailes magiques. Plus vraisemblablement, il aura été poussé par ses paladins qui ne pouvaient plus tolérer les blasphèmes de ce fou.

La faute au Diable

Fort heureusement, Martius (Markadian II) avait un fils : Marcus. Le petit fils du Victorieux n’était ni fou ni reclus. Il eut la sagesse d’éviter l’Adarium et la capitale pendant le déchainement angélique du prince Hallen. Marcus était un beau chevalier de 19 ans et le portrait de son grand père. Ainsi fut-il épargné à Talingarde les affres d’une nouvelle guerre de succession. Marcus retourna à la capitale et fut couronné Markadian IV le Zélé. Le nouveau roi réalisa rapidement qu’il devait assoir son pouvoir et donner une explication pour les six et demies dernières années. En bref, il avait besoin d’un ennemi pour unifier son peuple. Il en trouva un en la personne du culte d’Asmodeus. Le roi Markadian IV accusa le culte d’avoir usé de magie noire pour invoquer un diable afin de posséder le précédent roi afin de le rendre fou. C’était une solution politique des plus brillantes, bien que pure fiction. Il reporta les fautes de la maison Darius sur un petit culte marginalisé et impopulaire. Ce fut le début de la Purge des disciples d’Asmodeus. Les Chevaliers d’Alerion menèrent leur juste rétribution et détruisirent les temples du culte. Les hauts prêtres furent brulés au bucher et la secte dut entrer dans le secret. Pendant vingt années, le Zélé s’assit sur le trône, et durant ce temps, il fit de son mieux pour annihiler le culte d’Asmodeus et il y parvint presque.

Markadian IV mourut assez jeune, seulement à 41 ans, d’une mystérieuse maladie. Il y eut des rumeurs selon lesquelles le culte d’Asmodeus aurait placé une malédiction sur le roi. Ces rumeurs ne firent que renforcer la purge du culte.

Un nouveau roi valeureux

Markadian IV fut suivi de Markadian V, son fils. A 22 ans lors de son accession au trône, au même âge que le Victorieux, il règnera pendant 16 années comme un roi compétent et énergique qui a fait de son mieux pour laisser les mauvaises parties de l’histoire dans l’oubli. Aimé de son peuple, il a démontré à maintes reprises qu’il était le digne héritier du Victorieux. Tôt dans son règne, il mena personnellement son armée pour aider le Mur de Garde contre une nouvelle incursion des gobelours. C’est sur le front qu’il a gagné son titre de Brave. Markadian V a fait perdurer la prohibition du culte d’Asmodeus, mais il n’a pas poursuivi la purge avec la même motivation que son père. Après tout, la bataille est largement remportée et personne n’a entendu parler à Talingarde d’un culte d'Asmodeus depuis des années.

Il a plutôt tourné son attention vers l’ouest et le nord, espérant être le roi qui soumettra toute l’ile de Talingarde sous la domination de sa dynastie. Il a cependant échoué dans un de ses devoirs. Il n’a pas encore produit d’héritier mâle. En fait, il n’a qu’un enfant, une superbe et très intelligente princesse nommée Bellinda. A vingt ans, elle est déjà un prodige dans la magie des arcanes. Si son père n’obtient aucun héritier, la question est ouvertement posée de savoir si le peuple de Talingarde acceptera de suivre une reine au lieu d’un roi. Son histoire doit encore être écrite.  

Géographie

Talingarde est un archipel composé de plus d’une centaine d’îles. Il peut être divisé en six régions, chacune ayant ses propres caractéristiques. Cet archipel est situé à environ 1000 km à l'ouest de la Varisie.

Les Havres Cambriens (The Cambrian Ports)

C’est le centre de la nation de Talingarde et le point culminant de sa culture et de son pouvoir. Cette région est délimitée par trois grandes cités : la capitale Matharyn, Ghastenhall et le port oriental de Daveryn.

Grandcœur (The Heartland)

C’est ici que la majorité de la population de la nation de Talingarde vit et travaille. Ressemblant à une succession de villages désuets, c’est un paysage de terres agricoles sans fin interrompu par endroits par de petites forêts bien entretenues. Ceux qui comprennent vraiment la nation ont savent que Grandcœur est la force vive de Talingarde. Les cités peuvent bien abriter les richesses et la culture, mais sans ses partisans fidèles, ses chevaliers de l’arrière-pays et sa chaleureuse population des champs, Talingarde ne serait qu’un rêve.

La Ceinture (The Borderlands)

Située entre Grandcœur et les Terres Sauvages du nord, cette région frontière représente la limite de la puissance Talinéenne. Incapable de complètement conquérir le nord après des siècles d’incursions et de conflits brutaux, c’est le roi Accarius IV, dit l’Architecte, de la maison Barca, qui fit ériger la première version du Mur de Garde. Dans des cercles plus intellectuels, il est toujours appelé la ligne Accarienne. Accarius fit construire neuf châteaux qui gardent la frontière. Plus tard, Markadian I le Victorieux en fit ajouter trois autres. Quiconque contrôle ces places fortes peut effectivement interdire aux gens du nord l’accès à Grandcœur.

Le Mur de Garde a été conçu pour contenir les monstres et les sauvages afin que le reste de l’île puissent finir par être conquis et pacifié. Il n’a jamais été supposé être une structure permanente telle qu’il est devenu. Le succès du Mur de Garde a rendu les gens du sud plus complaisants. Pourquoi envahir le nord quand le sud est si prospère ? Le Mur a tellement bien réussi à repousser les assauts répétitifs des envahisseurs barbares humanoïdes. Les douze châteaux sont maintenant des garnisons maintenues en fonction, mais peu est fait pour dominer les Terres Sauvages.

Caer Bryr

La partie ouest de l’île est recouverte par une forêt massive qui donne son nom à cette région. De petites villes frontières Talinéennes fleurissent dans le sud moins forestier, mais le nord demeure un pays de brumes et de légendes. La Caer Bryr est réputée hantée et remplie de monstres. Il y a des histoires de dragons et d’anciennes entités maléfiques qui se tapiraient dans les profondeurs des bois. Les seuls à se permettre de voyager à travers cette région sont les barbares Iraens, une tribu humaine primitive qui vénère les esprits des bois. Les Iraens ne révère pas Mitra ni ne font hommage au roi, préférant leurs propres croyances rudimentaires et leurs chefs barbares. Pire, en période de famine, les Iraens peuvent rapidement se transformer en pillards contre les colonies Talinéennes. De fait, leur relation avec Talingarde est au mieux tendue. Cependant, malgré les occasionnels raids et escarmouches, il n’y a jamais de conflit à grande échelle entre les Iraens et les Talinéens.

Les Terres Sauvages (The Savage North)

Au-delà du Mur de Garde s’étendent les Terres Sauvages. Souvent, cette région est considérée comme à peine plus qu’une désolation pleine de glace et de monstres. Ceci est complètement erroné. Le nord est recouvert par des forêts et des plaines riches de vie. C’est là que résident trois sortes de populations depuis longtemps diabolisées et ignorées par les gens plus civilisés du sud. Les brutaux Burabars, tels que se nomment eux-mêmes les gobelours, les Naatanuks, une race d’ours polaires intelligents et les mystérieux elfes arctiques. Bien que peu soit connu du nord, il est certain que c’est la plus vaste région inexplorée de toute l’ile. Bien des roi Talinéens ont rêvé de conquérir ce nord. A ce jour, ces rêves restent inachevés.

Les îles Yutak (The Lands of the Yutak)

Cette chaine d’îles est habitée par les Yutaks, de petits humains bruns basanés. Ces îles étant très froides, inhospitalières et inadaptées à l’agriculture et aux pâturages, les Talinéens les ont laissées aux Yutaks. Là où les gens du sud voient des terres désertiques, les Yutaks voient un océan rempli de poissons et de phoques. Dans leurs kayaks monoplaces ou leurs plus spacieux umiaks, ils parcourent les eaux pour récupérer des fourrures et de la nourriture. Occasionnellement, les petits clans s’unissent pour chasser une baleine.

Rarement, un umiak apparait hors des brumes, rempli d’ivoire et de fourrures et naviguant jusqu’à l'un des ports de la côte ouest, parfois aussi loin que celui de Daveryn, y font leur commerce, et disparaissent à nouveau. Les Yutaks ne vendent jamais leurs produits contre de l’or mais plutôt contre de l'acier, le cuir et certains produits indispensables. Un marchand avisé garde toujours un stock de harpons à pointes d’acier au cas où il rencontrerait un Yutak.

Peu de Talineans parlent l’étrange langue musicale des Yutaks, et peu de Yutaks comprennent le commun. Les Yutaks, à l’image des Iraens, possèdent leurs propres divinités et leurs propres coutumes. Cependant, alors que les Iraens sont secrets et xénophobes, les Yutaks sont des gens sociables. Les voyageurs le long de la côte ouest racontent des histoires de Yutaks qui, sans invitation, se sont joints à des Talineans autour d’un feu de camp. Ils partagent leur viande de phoque et leurs étranges mais belles chansons avec des étrangers avec qui ils ne peuvent même pas communiquer. Il est dit que, si vous êtes polis et que vous partagez votre propre nourriture, les Yutaks peuvent laisser derrière eux un cadeau pour marquer leur passage.

Organisations

Les Chevaliers d’Alerion

Cette vénérable confrérie des chevaliers dédiée au service de Mitra était jadis un ordre mineur. Toutefois, au cours de la guerre de succession, elle était le seul ordre aux côtés de la maison Darius. Toutes les autres s’étant rangées du côté de la maison Barca. Avec la victoire de Markadian et l'élévation de la maison Darius à la royauté, cet ordre s’est élevé pour devenir le plus grand et le plus prestigieux à travers le pays. "Voler avec les aigles" (le symbole héraldique de l’Alerion est l'aigle) est utilisé comme synonyme à se joindre à cet ordre. Farouchement religieux, tous ses membres doivent prêter serment de service à Mitra et soutenir son Eglise. Serments de chasteté et de pauvreté ne sont pas rares parmi les membres les plus fervents de cet ordre, mais ils ne sont pas nécessaires.

Cas unique, cet ordre de chevaliers ne nécessite pas d’avoir le sang noble. Tout roturier qui peut passer les tests rigoureux d'adhésion peut devenir membre. Bien sûr, l'écrasante majorité de ses membres sont de haute naissance. Est-il fréquent que des agriculteurs pratiquent le cheval et l'épée ? Pourtant, certains des membres les plus prestigieux sont des héros communs qui ont répondu à l'appel du Seigneur Etincelant. De nos jours, on pourrait pardonner à quelqu’un de penser que c’est le seul ordre de chevalerie dans le pays. C'est faux, bien sûr (voir ci-dessous), mais ce qui est indéniable, c'est que cet ordre est l'organisation militaire la plus influente en Talingarde.

Cet ordre est dirigé par une personne pas des moins augustes que le roi lui-même. Markadian V, le Brave, est le plus haut gradé des membres des Chevaliers d’Alerion.

La Confrérie Sacrée du Griffon

L'autre grand ordre de chevaliers en Talingarde, la Confrérie du Griffon, est en fait une coalition d’ordres plus anciens qui se sont regroupés après que le nombre de leurs membres fut réduit quatre-vingts ans plus tôt, durant la guerre de succession. Essentiellement laïque, leur ordre ne nécessite aucun serment divin pour y adhérer. Il nécessite cependant un sang noble.

Depuis la guerre de succession et leur pardon par le Victorieux, la Confrérie a prouvé sa loyauté envers Talingarde à maintes reprises. De nombreux hommes ont servi comme commandants sur le Mur de Garde. Ils ont occupé tous les niveaux militaires possibles de tout leur prestige.

Encore aujourd'hui, il ne fait aucun doute que c'est un ordre en déclin. Dirigé par le seigneur Vastenus de la maison Barca, le plus fidèle commandant du roi, il reste un peu de jalousie au sein des membres à propos du grand prestige dont jouissent aujourd'hui les chevaliers d’Alerion.

L'Eglise de Mitra

S'il y a aujourd'hui, en Talingarde, une organisation qui peut rivaliser avec la maison royale en terme de pouvoir, c'est l'Eglise de Mitra. Il n'existe pas de communauté, quelle que soit sa taille, qui n’ait pas au moins une église et un prêtre de cette religion. Elle est impliquée dans la vie quotidienne des paysans comme aucun autre groupe. Chaque naissance, chaque décès, chaque mariage et chaque festival est présidé par un prêtre de Mitra.

Ecrasante, l'Église est une force pour la bienveillance à travers tout le royaume. N'y-a-t-il jamais eu dans l'histoire une organisation avec une telle puissance et influence, et pourtant si épargnée par la corruption ? Cela ne veut pas dire que l'Eglise n'a pas eu ses scandales. Des prêtres qui se livrent à leurs vices, des évêques qui détournent des fonds à des fins personnelles, des cardinaux qui utilisent leurs fonctions pour le pouvoir au lieu du travail sacré, cela se produit. Mais ce qui rend l'Eglise de Mitra aussi remarquable est la rareté de ces débordements. Les serviteurs du Seigneur Etincelant ont la confiance du peuple de Talingarde, et cela pour de bonnes raisons.

Dirigée par le Haut cardinal Vitalian d’Estyllis, l'Eglise est à l'apogée de son influence et de sa culture. A Matharyn, la capitale du royaume, la grande cathédrale du Sanctum Solaris vient juste d’être achevée. Ses fresques élancées et ses magnifiques statues sont sans égales sur l'île.

L'Ordre Béni de Saint Macarius

Cet ordre monastique s'est consacré à la guérison de la maladie et à soulager les souffrances du peuple, suivant ainsi les traces de son fondateur Saint Macarius le Martyr. Ils agissent sans gain ni anticipation de remboursement. Cela leur a valu la gratitude et l'amour du peuple à travers le pays.

De plus, en temps de guerre, les frères de cet ordre ont accompagné l'armée dans la bataille. Guérissant les deux camps, ils firent de leur mieux pour minimiser les pertes humaines. Il y a même des histoires de moines qui auraient soigné des gobelours ayant attaqué le Mur de Garde, dans l'espoir que ces actes de bonté finiraient par conduire les envahisseurs hirsutes à reconsidérer leur vie de violence.

Cet ordre a un autre titre de gloire. La plupart du clergé qui suit Mitra ne lancera jamais le moindre sort divin. La plupart des prêtres, malgré leur adoration de Mitra, ne sont pas des canaux directs de sa volonté. Parmi les rares prêtres pouvant effectivement utiliser la magie divine, la grande majorité sont des membres de cet ordre. Le chef de cet ordre préfère rester anonyme, mais il se trouve sans doute au monastère de Saint Macarius, base centrale des opérations de l'ordre et site fondateur.