BRIMORAK
FP 5
Source : Le livre des damnés page 124
PX 1 600
Extérieur (démon, Mal, extraplanaire, chaos, feu) de taille P, CM
Init +7 ; Sens vision dans le noir 18 m ; Perception +10
DÉFENSE
CA 18, contact 14, pris au dépourvu 15 (Dex +3, naturelle +4, taille +1)
pv 57 (6d10+24)
Réf +8, Vig +9, Vol +3
Capacités défensives sang bouillant, Aura souffle de fumée (1,50 m, DD 17)
RD 5/fer froid et Bien
Immunités électricité, poison
Résistances acide 10, froid 10
RM 16
Faiblesses vulnérabilité au froid
ATTAQUE
VD 9 m
Corps à corps épée longue, +11/+6 (1d6+3/19-20 plus 1d6 feu) et sabot, +0 (1d3+1, plus 1d6 feu)
Attaques spéciales souffle (ligne de 6 m de sang bouillant, 5d6 dégâts de feu, Réflexes DD 17 1/2 dégâts, utilisable tous les 1d4 rounds), sabots de feu
Pouvoirs magiques (NLS 6 ; concentration +8)
1/jour – marche dans les airs, boule de feu (DD 15), téléportation suprême (soi-même et 25 kg d’objets uniquement), convocation (niveau 3, 1 brimorak, 50%)
CARACTÉRISTIQUES
For 17, Dex 16, Con 19, Int 12, Sag 12, Cha 15
BBA +6 ; BMO +8, DMD 21
Compétences Acrobaties +12, Bluff, +11, Discrétion +16, Connaissances (ingénierie) +10, Connaissances (plans) +10, Perception +18, Psychologie +10
Modificateurs raciaux +8 en Perception
Langues abyssal, céleste, draconique, igné ; télépathie 30 m
Particularités arme de feu
ÉCOLOGIE
Environnement quelconque (Abysses ; régions volcaniques)
Organisation sociale solitaire, bande (2-6) ou section (7-16)
Trésor standard (épée longue, autres trésors)
CAPACITÉS SPÉCIALES
Sang bouillant (Sur). Le sang d’un brimorak est en perpétuelle ébullition. Il peut cracher ce fluide immonde et brûlant, que l’on traite comme une attaque de souffle, mais ce sang améliore également ses capacités défensives. Une créature qui inflige des dégâts à un brimorak à l’aide d’une arme tranchante ou perforante est éclaboussée de sang bouillant et subit 1d4 points de dégâts de feu à chaque fois qu’elle parvient à le toucher avec ces deux catégories d’armes. Les créatures qui manipulent des armes à allonge ne subissent pas ces dégâts.
Sabots enflammés (Sur). Les sabots d’un brimorak sont en feu et laissent des traces noircies de son passage sur les surfaces en bois et en pierre et sur la plupart des sols solides. Ce feu surnaturel ne met cependant pas le feu aux surfaces sur lesquelles marche le démon. Il est ainsi plus facile de pister un brimorak ; les tests de Survie effectués pour le traquer bénéficient d’un bonus de circonstances de +8. Ils utilisent leur pouvoir de marche dans les airs pour empêcher leurs adversaires de remonter leurs piste ou pour provoquer peur et terreur en laissant des marques sur des surfaces incongrues (sur les toits, par exemple). Si l’adversaire du brimorak est à terre, le démon peut effectuer deux attaques de sabot au lieu d’une seule.
Arme de feu (Sur). Par une action libre, un brimorak peut embraser une arme de corps à corps qu’il manipule (y compris une arme à deux mains, mais pas une deuxième arme portée dans sa main non-directrice). Cette arme inflige alors 1d6 points de dégâts de feu supplémentaires. Ces dégâts se cumulent avec les éventuels points de dégâts de feu que l’arme peut infliger par ailleurs. L’arme perd cette capacité si le démon la lâche.
Souffle de fumée (Sur). Un brimorak peut expirer des bourrasques de fumée nauséabondes. Ces bourrasques l’entourent sur un rayon de 1,50 mètre. Elles ne sont pas suffisamment opaques ou nocives pour obscurcir la vision ou étouffer les individus situés à proximité, mais leur toxicité rend fiévreuses les créatures non immunisées aux poisons. Un jet de Vigueur DD 17 immunise au souffle d’un brimorak en particulier pendant 24 heures. Le DD du jet de sauvegarde est basé sur la Constitution.
Mesurant à peine un mètre, cet humanoïde, aux traits bestiaux et à la peau gris-bleu agrémentée d’étranges rayures enroulées, porte des robes crasseuses et dépenaillées. Une fourrure sombre couvre sa tête et ses bras et ses jambes se terminent par des sabots en feu. Ses yeux rougeoient aussi intensément que l’épée enflammée qu’il brandit d’une main et son souffle envahit l’air ambiant d’une fumée grise et toxique.

Les brimoraks sont petits et dépassent rarement les 90 centimètres, mais ils sont étonnamment forts malgré leur petite taille. Ceux qui sous-estiment ces démons ne vivent généralement pas assez longtemps pour apprendre de leurs erreurs, car les brimoraks exploitent au plus vite le moindre de leurs avantages lorsqu’ils affrontent des ennemis plus grands qu’eux, après les avoir affaiblis à l’aide de leur magie du feu. Un brimorak typique pèse près de 100 kilos à cause de sa musculature et son ossature particulièrement compactes.

Écologie

Les brimoraks prennent forme à partir des âmes de pyromanes et de ceux qui ont manipulé le feu de leur vivant pour torturer et tuer d’innocentes victimes, surtout des sorcières, des hérétiques et divers « criminels » du même type, en les brûlant sur un bûcher. Le feu ne blesse pas un brimorak, mais il ressent la douleur qu’il provoque et le bouillonnement de son propre sang lui rappelle constamment les péchés de sa précédente vie. Cette douleur constante est quelque peu apaisée lorsque qu’il utilise l’un de ses pouvoirs magiques basés sur le feu ou qu’il souffle ; même si cette particularité n’a aucun effet en termes de jeu, ce soulagement momentané le pousse à souffler et à utiliser sa magie dès que possible pendant les combats. Beaucoup de brimoraks deviennent masochistes à cause de cette douleur perpétuelle. En combat, ils montrent peu, voire aucun instinct de survie et n’hésitent pas à provoquer des attaques d’opportunité et à ignorer des adversaires dangereux pour s’en prendre à un ennemi sans défense. Ce mépris pour leur survie ne va cependant pas jusqu’à un comportement véritablement autodestructeur ; un brimorak qui a perdu plus de la moitié de ses points de vie devient soudainement plus prudent. À la différence de la plupart des démons qui peuvent se téléporter à volonté, les brimoraks peuvent utiliser ce pouvoir magique seulement une fois par jour et l’utilisent le plus souvent pour se mettre hors de danger plutôt que pour tendre des embuscades à leurs adversaires.

Habitat et société

Dans les Abysses, les brimoraks sont souvent des contremaîtres, des brutes ou des soldats au service de démons plus puissants. Ils ne connaissent pratiquement rien d’autre que le combat et lorsqu’ils ne se rassemblent pas pour attaquer un ennemi, ils ont tendance à se battre sans arrêt entre eux pour prouver leur supériorité. Sur le Plan matériel cependant, les brimoraks occupent des places de commandement beaucoup plus importantes. La plupart sont appelés par les sorts d’allié d’outreplan ou de contrat pour servir des lanceurs de sorts mortels, certains échappent au contrôle de leur invocateur et décident de rester sur Golarion. Débarrassés de leurs seigneurs démoniaques et des invocateurs contraignants, les brimoraks libres sur le Plan matériel ont bien conscience de leur statut de monstre et s’adaptent intelligemment. Ils ne se lancent pas sans réfléchir dans une orgie d’incendies criminels et de destruction et commencent avant tout par se cacher. Ils préfèrent rôder dans les catacombes, les égouts et les quartiers pauvres et délabrés des grandes villes ou dans les territoires sauvages désertés. Un brimorak livré à lui-même cherche généralement une tribu d’humanoïdes sauvages, comme des gobelins, des orques, des gnolls ou des barbares, et impose son autorité en tuant le chef, plusieurs des membres les plus puissants de la tribu… jusqu’à ce que les survivants se plient à ses ordres. Par conséquent, la majorité des brimoraks rencontrés sur le Plan matériel sont souvent des solitaires à la tête de tribus d’humanoïdes féconds et agressifs. Souvent, lorsqu’un brimorak parvient à s’imposer dans une tribu d’humanoïdes particulièrement superstitieux, il est considéré à la fois comme un chef et comme un dieu que ses fidèles, naïfs, vénèrent par peur et par ignorance. Bien entendu, le brimorak profite amplement de la situation et exige de nombreux sacrifices de la part de ses fidèles. Il utilise ses capacités défensives et ses pouvoirs magiques pour accomplir des « miracles » et punit régulièrement quelques fidèles qui auraient bafoué des préceptes imaginaires ou réels. Une fois la tribu complètement terrifiée et soumise au brimorak, il peut profiter des joies du carnage en lançant la tête d’une croisade insensée destinée à brûler les bâtiments et les membres des tribus voisines. Le brimorak pousse ses soldats au combat jusqu’à ce que sa tribu soit détruite ou que des adversaires plus puissants parviennent à les stopper. Les brimoraks qui se retrouvent enfin face à des adversaires capables de les tuer ne s’attardent pas pour défendre leurs fidèles et préfèrent se téléporter vers d’autres régions, où ils pourront réitérer le processus en cherchant une nouvelle tribu de sauvages à mener à sa perte.

Même s’ils se cantonnent essentiellement aux régions des Abysses envahies par le feu et la fumée, ils sont généralement très nombreux dans ces endroits. Les seigneurs démons comme Flauros recrutent les brimoraks dans leurs armées abyssales d’infanterie. Leur pouvoir sur le feu réduit leur efficacité lorsqu’ils sont confrontés à la plupart des fiélons, mais ils s’avèrent particulièrement dévastateurs contre d’autres types d’adversaires.
Le contenu officiel de ce wiki appartient à et a été utilisé avec l'autorisation de Black Book Editions.
Pathfinder-RPG est une création de Paizo Publishing.
Vous pouvez réemployer des extraits du texte officiel à condition de mentionner clairement des liens vers Paizo Publishing,Black Book Editions et Pathfinder-FR
Ce site se base sur les licences Open Game License et Pathfinder Community Use Policy.