Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

13 Pages«<10111213>
Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline Thoulkas  
#221 Envoyé le : lundi 30 janvier 2017 10:55:23(UTC)
thoulkas
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/08/2015(UTC)
Messages : 2,961

Sillaw
Réf : -2 | Vig : -1 | Vol : 1
CA:9



SIllaw fut également surpris par l’homme étrange et son attitude, mais suivit ses compagnons, essayant de les motiver tant bien que mal à poursuivre malgré la fatigue immense, et que cette journée cauchemardesque serait bientôt finie, et qu’ils avaient sauvés le village en trouvant l’Ermite.

«  Allons mes frères et sœurs, on ne perds pas espoir, nous avons réussi, on ne peut pas en rester là. Vous êtes tous de grands sauveurs !  »

Il observait les environs, étant celui qui a l’heure actuelle était le plus en forme.



  • Consti : 1d20-1 donne [16] - 1 = 15
  • Survie : 1d20+1 donne [8] + 1 = 9
  • Perception : 1d20+5 donne [19] + 5 = 24

Modifié par un utilisateur mardi 14 février 2017 10:43:12(UTC)  | Raison: Non indiquée

Le ridicule ne tue pas et ce qui ne tue pas rend plus fort, donc le ridicule rend plus fort Laugh
Les blagues faut toutes les faire on ne sait jamais qu'il y ait une bonne. Laugh
Offline Djezebel  
#222 Envoyé le : lundi 30 janvier 2017 21:16:50(UTC)
Djezebel
Rang : Staff


Inscrit le : 23/04/2015(UTC)
Messages : 1,725
Localisation : Haute Saone

Orloch
Brute
CA 8
Ref -2,Vig +0,Vol -1

6 / 6


Orloch avait sursauté à plusieurs reprises mais lorsqu'il vit le loup arriver, il saisit son gourdin telle une main de géant qu'il aurait pu agripper, levant à hauteur d'épaule son arme, ajustant sa prise et stabilisant son équilibre sur ses pieds.

A moins bien sûr qu'il n'était en train de se cacher derrière son gourdin, sait-on jamais, sur un malentendu.

Il vit alors l'homme étrange partir rapidement avec l'animal et commença à le suivre, puisque les autres faisaient pareil.

  • Constit : 1d20 donne [12] = 12
  • Survie : 1d20-1 donne [18] - 1 = 17
  • Perception : 1d20-1 donne [14] - 1 = 13
Offline Miilesteg  
#223 Envoyé le : lundi 30 janvier 2017 21:30:48(UTC)
Miilesteg
Rang : Habitué

Inscrit le : 31/05/2016(UTC)
Messages : 36
Localisation : Igny 70

Milesteg
Enfant
CA : 8

6 / 6


Miles était vert de rage, il avait affronté plein d'épreuves pour tomber sur un malotru qui ne semblait pas se soucier d'eux....
Il vit ses compagnons tenter de suivre l'allure de l'ermite et de son loup et se mit lui aussi à les suivre.

  • Constitution : 1d20-1 donne [18] - 1 = 17
  • Survie : 1d20-2 donne [6] - 2 = 4
  • Perception : 1d20-2 donne [5] - 2 = 3


Voyant ses amis avoir du mal à suivre le rythme, il prit la main de Koram et d'Ozetea pour les aider à suivre la cadence

«  Courage les amis, on est une famille, on reste tous ensemble, on va y arriver... »

Modifié par un utilisateur lundi 30 janvier 2017 21:35:14(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline mdadd  
#224 Envoyé le : dimanche 5 février 2017 22:07:55(UTC)
mdadd
Rang : Staff

Inscrit le : 23/12/2009(UTC)
Messages : 5,290
Localisation : Charente Aquatique (17)

Les enfants emboitèrent le pas de l’ermite. Celui-ci marchait à grands pas et allait vite, n’était visiblement pas gêné par la densité de la végétation au contraire des enfants qui ne cessaient de se prendre les pieds dans les racines, lorsque ce n’étaient pas les taillis qui essayaient de s’accrocher à leurs vêtements. Si Orloch et Milesteg parvenaient à suivre le rythme du vieil acariâtre qui malgré l’âge paraissait infatigable, c’était beaucoup plus difficile pour Otezea et Koram qui étaient fatigués par tant de péripéties. Les jumeaux Taillebois étaient partagés. L’un arrivait à suivre quant à l’autre il accusait la fatigue. Dans l’ensemble les enfants étaient obligés de courir derrière l’ermite qui prenait de la distance et il fallait parfois se mettre à sprinter pour ne pas le perdre ? Nul ne savait quelle mouche l’avait piqué, il fonçait à travers la forêt, la main gauche posée sur la garde de son impressionnante épée qui battait son flanc et l’autre tenant la hampe de sa lance qui servait plus de bâton de marche, le visage fermé et sévère comme s’il était concentré. Orloch sentait comme une force sauvage émaner du vieil homme, une force bestiale comme une rage intérieure qui l’animait, il se comportait comme un animal, comme un loup, comme le loup qui filait devant et dont on ne voyait que par moment le panache de sa queue disparaitre derrière un fourré.

Milesteg attrapa Koram d’une main et Otezea de l’autre afin de les aider à ne pas être trop distancés. Ils étaient une « famille » et personne ne devait rester derrière ; Orloch était comme fasciné par la force animale qui se dégageait de l’ermite et ne se préoccupait que d’avancer. Pour une fois son gabarit hors norme était un avantage. Les jumeaux s’entraidaient et finalement le petit groupe arrivait miraculeusement à ne pas perdre l’ermite. La course folle dura un bon quart d’heure, un véritable enfer pour les enfants et ils arrièrent exténués jusqu’à lui qui s’était tout à coup arrêté tout en saisissant sa lance à deux mains comme s’il s’attendait à réceptionner la charge d’un ennemi. Parvenus à sa hauteur, ils purent voir la raison de ce soudain arrêt. Il scrutait vers les fourrés et taillis, sans doute à la recherche d’un signe ou d’un mouvement. Le magnifique loup blanc était quant à lui arrêté lui aussi près d’une petite boule de poils qui se tortillait au sol, une patte prise dans une sorte d’imbroglio de corde et de lianes solides. Le petit animal semblait effrayé par le grand loup près de lui, terrorisé même. Il tremblait comme une feuille – Œil de Nuit ! – ordonna l’ermite. Aussitôt le grand loup plia les oreilles en arrière et bondit loin du petit animal, regardant une dernière fois puis disparaissant dans la forêt.

ermite

L’ermite se tourna vers les enfants tout en sortant son énorme coutelas de son étui en peau animale. Sa main large n’avait aucune peine à saisir la poignée de l’arme, la lame était légèrement incurvée sur son tranchant et droit de l’autre côté. La partie droite était dentelée près de la garde quant à la partie effilée, nul doute qu’elle devait être aussi tranchante qu’un rasoir. Il tendit l’arme en la tenant par la pointe, à qui voudrait s’en saisir – « Encore un de ces maudits pièges de ces maudits Kobolds ! Ce n’est pas normal qu’ils viennent ci loin des Monts Rouges. Un groupe de braconniers sans doute. Tenez ! Prenez-le ! Tuez le ou libérez le, mais faites vite, je ne supporte pas quand un animal souffre trop longtemps. Et là il est promis à une lente agonie si vous ne faites rien ! Je vais essayer de trouver leurs traces à ces chiens galeux ! » – Une fois qu’un enfant se saisit du coutelas, il se met à chercher aux alentours puis dans les fourrés et les taillis, des traces de passage de ce qu’il avait appelé des braconniers kobolds. Quant au petit animal, ce devait être un bébé ou petit de quelque chose comme un loup ou un fennec. Il avait le poil blanc qui virait au jaune puis à l’orangé au bout des pâtes, les enfants n’en avait jamais vu jusqu’à maintenant, il n’était pas plus grand qu’un chat et il se tortillait en tout sens tout en mordillant les entraves qui ne faisaient que se resserrer autour de ses pattes et lui couper le sang. Il n’avait aucune chance de s’en sortir sans aide extérieure…

Suivant ce que vous faites, des jets seront nécessaires.
- Tuer l’animal = La cible est sans défense et ne peut échapper à un coup de grâce. En principe le toucher est automatique, mais je demande toujours de faire un jet d’attaque et éviter le fumble. S’il n’y a pas fumble alors le coup touche automatiquement et inflige des dégâts critiques, soit ici [1d4 + Mod Force (minimum 1)] x2 pour le critique. Si la victime ne meurt pas à cause des PV perdus, il fait un test de Vigueur DD10 + dégâts infligés pour ne pas mourir sous le choc.
- Libérer l’animal = test de sabotage ou de Dex DD15 avec le coutelas. Plusieurs personnes peuvent aider. Chaque participant réalise un test de Dex (ou de sabotage), on prend le score le plus élevé auquel on rajoute +2 à chaque fois qu’un autre participant (aide) réussit un DD de 10 ou plus.

Modifié par un utilisateur lundi 6 février 2017 22:09:20(UTC)  | Raison: Non indiquée

Tu sais ce que c'est, être réduit à l'état de pulpe ?
Offline blurpy  
#225 Envoyé le : lundi 6 février 2017 19:19:43(UTC)
blurpy
Rang : Habitué

Inscrit le : 30/08/2014(UTC)
Messages : 1,623
Localisation : charente inférieure

Wallis
Réf : 0 | Vig : -1 | Vol : 0
CA:11 | C:11 | D:10

5 / 5


L'animal pros au piège ne paraissait pas méchant, mais effrayé.

« Comme nous, il a peur et il est un peu perdu. On ne peut ps le laisser comme ça. il faut qu'il puisse retrouver ses parents.
maintenant que nous avons trouvé l'ermite il va s'occuper de nous et nous nourrir. Inutile de le tuer.

Je vais essayer de le libérer. Attention à ne pas vous faire mordre »


Il prit le coutelas puis s'approcha doucement de l'animal quel qu'il fut, lui parlant gentiment sans faire de gestes brusques

« Là gentil.
On est pas méchant tu sais.
On va te sortir de là »


  • sabotage : 1d20 donne [13] = 13


Il y était presque, il avait besoin d'aide. il regarda son frère en premier, l'implorant de ses yeux

Modifié par un utilisateur lundi 6 février 2017 19:21:47(UTC)  | Raison: Non indiquée

Humains : I168 Alchimiste 3 / BW116 Bretteur 4/ CC161 scalde 10/14
Tieffelin : V180 Investigatrice 6 /AJ197 Paladin 2
Homme rat : CO231 Pistolier 2
Elfe : W169 Tueur 4
Offline Miilesteg  
#226 Envoyé le : lundi 6 février 2017 21:11:08(UTC)
Miilesteg
Rang : Habitué

Inscrit le : 31/05/2016(UTC)
Messages : 36
Localisation : Igny 70

Milesteg
Enfant
CA : 8

6 / 6


Miles lâcha la main de ses amis et les regarda tous avec douceur.

«  Vous voyez ensemble on arrive à tout, je suis fier d'être parmi vous. »

Miles apprécia l'attitude du jumeau.

«  Ma foi je vais tacher de t'aider. »

Il tenta de planter son baton du côté pointu et faire levier sur le piège.


«  Doucement petit loup on va te sortir de la. »

  • Sabotage : 1d20-2 donne [13] - 2 = 11

Modifié par un utilisateur lundi 6 février 2017 21:12:17(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Djezebel  
#227 Envoyé le : lundi 6 février 2017 21:53:28(UTC)
Djezebel
Rang : Staff


Inscrit le : 23/04/2015(UTC)
Messages : 1,725
Localisation : Haute Saone

Orloch
Brute
CA 8
Ref -2,Vig +0,Vol -1

6 / 6


Orloch savait qu'il était effrayant. Beaucoup d'enfants, qui s'étaient retrouvés par hasard nez à nez avec lui, avaient eu sur leur visage cette expression d'horrible stupeur, les yeux écarquillés pendant quelques secondes. Puis généralement la personne se ressaisissait très vite et ricanait aussi bien de sa peur que de la laideur de la chose qu'il venait de croiser.

Orloch ne voulait pas faire peur à un petit animal, aussi, même s'il avait très envie de prendre dans ses mains une petite bête. Il se souvint la dernière fois avec une souris, elle était si mignonne avec ses grands yeux noirs... mais elle avait voulu s'échapper, alors Orloch l'avait retenue et la souris avait fait "spouitch"... Elle était devenue toute rouge et gluante, il n'avait rien pu faire.

Orloch baissa la tête et patienta.


thanks 2 utilisateur ont remercié Djezebel pour l'utilité de ce message.
Offline Kali  
#228 Envoyé le : lundi 6 février 2017 22:18:04(UTC)
Kali
Rang : Nouveau

Inscrit le : 17/08/2016(UTC)
Messages : 3

Otezea

5 / 5


Otezea resta figée devant la scène du petit animal coincé dans le piège. Encore des horreurs, ça ne s'arrêtera donc jamais? Encore toute essouflée de sa course dans la forêt, elle réussit à articuler dans un chuchotement un: « Pitié.... les garçons... aidez-le.... » elle les regarda tous d'un air implorant.

Elle rassembla ses deux mains sur sa poitrine, les doigts entrelacés elle ferma les yeux et du fond de son cœur en appela à la bonté d'Erastil. « O Erastil, donne la force à notre nouvelle famille de délivrer ce petit animal innocent »

Puis elle s'approcha de Wallis et Milesteg, prête à réceptionner le petit animal et lui prodiguer les premiers soins.
Et sur son rêve, construire sa vie.
Offline nauron  
#229 Envoyé le : lundi 6 février 2017 22:34:35(UTC)
nauron
Rang : Membre

Inscrit le : 28/07/2016(UTC)
Messages : 12

Koram
CA : 10

5 / 5


Koram regarda l'animal captif et fut d'accord avec ses frères, il fallait libérer cette pauvre bête, lui donner une chance de survivre.

«  je vais vous aider à le libérer »

  • escamotage : 1d20 donne [9] = 9
Et sur le rêve de Kali construire leur vie
Offline mdadd  
#230 Envoyé le : samedi 11 février 2017 22:25:48(UTC)
mdadd
Rang : Staff

Inscrit le : 23/12/2009(UTC)
Messages : 5,290
Localisation : Charente Aquatique (17)

e vieil ermite farfouillait dans les taillis et les buissons, disparaissant parfois derrière un massif ou un groupe d’arbres, puis revenant toujours en ronchonnant et après avoir déclenché visiblement plusieurs systèmes de collets et de petits pièges à loups installés par les créatures qu’il avait mentionnés. Il paraissait complètement horripilé par le comportement de ceux qu’il appelait « ces chiens de Mussien ! ». Il maugréait sans cesse à chaque fois qu’il désarmait et neutralisait un de leurs pièges, parlant de chasse aveugle et irrespectueuse pour l’équilibre de la nature et de sa faune. Visiblement, il exécrait tout ce qui était du braconnage qui ne se préoccupait guère de la nature de la victime qui pouvait être un petit ou une jeune femelle pleine.

Mais les enfants avaient une toute autre occupation qui monopolisait leur concentration, leur attention et leurs efforts. L’un des jumeaux avait saisi le coutelas de l’ermite. Il pesait sacrément lourd, ce qui surprit quelque peu le garçon qui dut le prendre à deux mains pour relever la pointe. Puis il s’en servit pour découper les cordages avec l’aide de Milesteg et Koram, tandis qu’Otezea restait juste derrière eux, très anxieuse et prête à bondir pour récupérer le pauvre petit animal paniqué et entravé. Orloch quant à lui, restait en retrait, la tête baissée, sa dernière expérience avec les animaux ne s’étant pas bien passée. Il se savait hors normes, il ne fallait pas être très fute-fute pour le comprendre. Il n’y avait qu’à voir comment les autres enfants le traitaient d’ordinaire et comment les adultes détournaient leur regard lorsqu’il arrivait vers eux. Il y avait vraiment très peu de personnes qui osaient l’accepter tel quel. Les animaux n’avaient pas ce genre de réaction, ils ne se fiaient pas à l’apparence et ils ne ricanaient pas devant lui après avoir exprimé une grimace de dégout, ils ne lui jetaient pas des pierres non plus, mais les animaux n’étaient pas assez solides pour le garçon au gabarit extraordinaire. Aussi il resta contrit et en retrait se rappelant la pauvre petite souris qu’il avait voulu garder…

Puis enfin à force d’efforts conjugués, même si certains n’avaient pas apporté grand-chose dans le démêlement du piège, ils s’étaient entendus et avaient formé un travail d’équipe et d’entre-aide qui au final était payant. Le petit animal sauvage restait couché par terre, tétanisé, regardant tout autour s’il y avait une échappatoire dans ce cercle d’enfants qui le cernait. Il avait tenté de se relever mais visiblement les pattes avant qui s’étaient retrouvées entravées lui faisaient mal et il n’arrivait pas à se mettre sur ses quatre pattes. Par ailleurs il avait l’air tout petit, ce devait être un enfant ou un bébé. Tremblant de peur, il regardait tour à tour les enfants, se demandant sans doute à quel prédateur il avait affaire. Ce fut l’ermite qui ouvrit le cercle et ramassa l’animal en se raclant la gorge. Sa grosse main semblait pouvoir l’écraser comme une mouche mais il le saisit avec une extrême délicatesse et douceur, le plaçant dans le creux de sa main pour l’observer

ermite

« C’est un fennec aux pieds de feu. Ça s’appelle comme ça. Il ne doit pas avoir plus de quelques semaines. Maintenant que vous avez mis la main dessus, il ne peut pas retourner à la vie sauvage. Votre intervention a changé sa nature et la Nature ne l’acceptera plus. C'est un orphelin maintenant. Puisque vous avez décidé de le sauver, c’est à vous de vous en occuper désormais. Vous en êtes responsables ! Il va falloir le soigner, le nourrir et l’éduquer. Je vous montrerai comment faire. La vie et la survie dans la nature répond à des règles qu’il ne faut surtout pas oublier, sinon cela vous coûte tout simplement la vie… ».

Il s’écarta avec le petit fennec pour aller ramasser quelques feuilles d’un petit arbuste. Il s’accroupit et déposa le petit animal sur sa large cuisse puis cracha dans sa main avant d’y malaxer les feuilles pour y mêler le suc en roulant et frottant fortement ses mains l’une contre l’autre. Une fois qu’il obtint une sorte de pâte il déchira deux petites bandes de tissus en bas de sa tunique. Il sépara la pâte obtenue en deux portions qu’il étala sur les bandes puis il réalisa un pansement sur chacune des pattes avant du fennec toujours impressionné par la montagne humaine qu’il avait à côté de lui. Une fois son travail fini, il se releva avec l’animal dans sa main – « Voilà qui lui permettra de bien guérir. A vous de vous en occuper maintenant ! » – Dit-il en tendant l’animal aux enfants. – « Je prends quelques affaires et je vous ramène au village. Je n’aime pas beaucoup que ces Chien de Mussien trainent dans ce coin, c’est beaucoup trop près de Khelgür ! En route et trainez pas, sinon la nuit va vous rattraper et avec elle, les loups se mettront en chasse. Et ce n’est pas des petits Gobelins comme vous qui les arrêteront ! » – Une fois débarrassé du petit fennec, il partit à grands pas, forçant à nouveau les enfants à le suivre à un rythme d’enfer…
Tu sais ce que c'est, être réduit à l'état de pulpe ?
Offline Djezebel  
#231 Envoyé le : lundi 13 février 2017 15:27:51(UTC)
Djezebel
Rang : Staff


Inscrit le : 23/04/2015(UTC)
Messages : 1,725
Localisation : Haute Saone

Orloch
Brute
CA 8
Ref -2,Vig +0,Vol -1

6 / 6


« Mais... au village tout a brûlé... » objecta Orloch d'une voix pâteuse, en regardant le petit animal aux yeux noirs comme la souris.
Il pensait au village en ruine, aux adultes morts. A aucun instant lui était passé par la cervelle que l'Ermite songeait aux autres enfants.

« Pis j'ai faim, j'ai soif et je suis fatigué...  ». Le monstre de Khelgür baissa l'échine et racla le sol d'un de ses pieds.

Modifié par un utilisateur lundi 13 février 2017 15:29:25(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline blurpy  
#232 Envoyé le : lundi 13 février 2017 17:44:55(UTC)
blurpy
Rang : Habitué

Inscrit le : 30/08/2014(UTC)
Messages : 1,623
Localisation : charente inférieure

Wallis
Réf : 0 | Vig : -1 | Vol : 0
CA:11 | C:11 | D:10

5 / 5


Wallis pris le petit animal dans ses mains, comme pour le protéger.

« Là tu vois ? tout va bien. »

Il le tendit vers otezea

« Tu veux le caresser aussi ? »
Humains : I168 Alchimiste 3 / BW116 Bretteur 4/ CC161 scalde 10/14
Tieffelin : V180 Investigatrice 6 /AJ197 Paladin 2
Homme rat : CO231 Pistolier 2
Elfe : W169 Tueur 4
Offline Kali  
#233 Envoyé le : lundi 13 février 2017 23:43:26(UTC)
Kali
Rang : Nouveau

Inscrit le : 17/08/2016(UTC)
Messages : 3

Otezea

5 / 5


Otezea acquiesça d'un petit signe de tête et commença à le caresser. Il était doux. Elle se remémora quelques instants de paix partagés avec Vick, le chat roux de la voisine. Il montait souvent sur ses genoux à la recherche de caresses pendant qu'elle cousait et se terminait toujours par les remontrances de sa mère car il mettait des poils partout sur les ouvrages. Vick, est-ce qu'il avait survécu lui?

« Je peux l'avoir? » demanda-t-elle doucement à Wallis.
Et sur son rêve, construire sa vie.
Offline Miilesteg  
#234 Envoyé le : mardi 14 février 2017 10:34:45(UTC)
Miilesteg
Rang : Habitué

Inscrit le : 31/05/2016(UTC)
Messages : 36
Localisation : Igny 70

Milesteg
Enfant
CA : 8

6 / 6


Miles se dit que ses amis en avait assez mais ils devaient continuer de courir derrière l'Ermite et surtout il fallait penser aux autres enfants du village qui comptait sur eux...
Il commença à parler avec douceur

«  Les amis, notre périple n'est pas fini, il faut rentrer au village, tous les enfants comptent sur nous, avez vous oublier? Nous sommes fatigué, nous avons faim, nous voulons nous reposer, mais nous devons continuer, pour les enfants qui comptent sur nous, en mémoire de nos parents.... Haut les cœurs et repartons tous ensemble, il n'y a plus de chef, ni d'adversaires, il n'y a que la famille et notre mission à finir.... Otezea enroule bien le petit bout dans tes habits pour ne pas le laisser tomber et en route...
Allez cousin c'est reparti...
Pour Khelgür!!! »

Offline Thoulkas  
#235 Envoyé le : mardi 14 février 2017 10:57:03(UTC)
thoulkas
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/08/2015(UTC)
Messages : 2,961

Sillaw
Réf : -2 | Vig : -1 | Vol : 1
CA:9



Sillaw regarda la petite créature, y prêtant attention dans un premier temps mais laissant alors les autres s’en occuper.

«  Cela ira Ote pour courir avec le fennec ? Nous devons vite rentrer, la protection de l’ermitte sera la bienvenue au village au plus vite car peut-être il y a aussi des créatures qui font des pièges et il faut protéger les autres.

Dites monsieur, vous qui êtes un nermitte, vous pouvez comme dans les légende vous transformer en grand aigle majestueux et nous ramener en volant à l’endroit des cendres du village ?  »

Le ridicule ne tue pas et ce qui ne tue pas rend plus fort, donc le ridicule rend plus fort Laugh
Les blagues faut toutes les faire on ne sait jamais qu'il y ait une bonne. Laugh
Offline nauron  
#236 Envoyé le : mardi 14 février 2017 19:07:11(UTC)
nauron
Rang : Membre

Inscrit le : 28/07/2016(UTC)
Messages : 12

Koram
CA : 10

5 / 5


Koram regarda le petit animal devenir un membre de leur petite bande, il n'avait aucune idée, et probablement même pas conscience de ce qu'impliquait de prendre soin d'un animal. Par contre il se dit qu'il lui fallait un nom, et il se demanda si le fennec devait lui aussi faire parti de leur " famille"

«  euh, comment l'on appelle? est ce qu'il devient un des nôtres? On lui fait le rituel des frères et sœur de salives? On l'a bien fait avec Orloch....  »

Puis encouragé par les paroles des autres, il se prépara à repartir vers la fin, ou du moins le pensait-il, de leur périple.
Et sur le rêve de Kali construire leur vie
Offline Kali  
#237 Envoyé le : samedi 18 février 2017 22:34:49(UTC)
Kali
Rang : Nouveau

Inscrit le : 17/08/2016(UTC)
Messages : 3

Otezea

5 / 5


Otezea serra le petit fennec contre elle et répondit à Koram:
« Euh.... on verra plus tard. Rentrons au village d'abord. »
Le coeur en joie, elle s'élanca à la poursuite de l'ermite. Ils rentraient au village! Ils rentraient au village! La joie lui donnait des ailes.
Et sur son rêve, construire sa vie.
Offline mdadd  
#238 Envoyé le : mardi 28 février 2017 23:00:15(UTC)
mdadd
Rang : Staff

Inscrit le : 23/12/2009(UTC)
Messages : 5,290
Localisation : Charente Aquatique (17)

e petit animal tremblait à présent entre les mains d’Otezea tandis que sans commenter, l’ermite poursuivait sa route à un rythme élevé. Cette fois le parcours leur parut moins long pour regagner le chêne pétrifié par la foudre. Tous les enfants étaient concentrés sur leur effort commun, Milesteg ayant repris ses encouragements afin que tous puisse suivre le rythme sans en perdre en chemin. Ils arrivèrent essoufflés devant l’arbre gris tandis que le vieil homme était déjà rentré et farfouillait à l’intérieur avant d’en ressortir avec une sacoche bien renflée passée en bandoulière. Il regarda les enfants puis rentra à nouveau dans l’arbre avant d’en ressortir quelques instants plus tard avec une poignée de fruits lisses et rouges. Otézea reconnut immédiatement les baies d’aubépines semblables à celles que lui avait montrées Ferréol plus tôt dans la matinée. L’incompréhension devait se lire dans tous les regards et pour simple explication il en distribua une à chaque enfant, une seule… Au grand dam d’Orloch qui en aurait bien dévoré plusieurs poignées, voire plusieurs seaux. C’était donc comestible, mais que voulait faire ce vieux fou avec simplement une aussi petite baie par personne ?

ermite

Tandis que les enfants restaient interdits, il finit par récupérer encore quelques affaires dont cet amas de mailles roulé en boule comme on aurait roulé un tas de nippes, qu’il sangla au-dessus de sa sacoche. Il avait de plus en plus un air guerrier ainsi affublé de son ceinturon d’arme avec sa grande épée sur le côté et maintenant cette maille en vrac. Il prit son bâton et claqua la porte histoire de réveiller les enfants qui devaient sans doute profiter de cet instant pour récupérer des forces – « Mangez ! Et traînez pas ! Vous êtes venus jusque-là, vous pouvez faire le chemin en sens inverse ! Je ne m’occuperai pas de vous, ce sera de votre faute si vous lâchez en chemin ! » – Et sans plus d’explications il s’élança à grands pas dans la forêt tel un enragé poursuivant sa proie. Les enfants eurent à peine le temps d’apercevoir le grand loup blanc saluer leur départ avant de s’en retourner vers la demeure de l’ermite sans doute pour la garder en son absence. Y avait-il un autre choix que de manger cette baie puis de courir derrière l’ermite ? A part s’écrouler sur place au cœur de la forêt tandis que la nuit arrivait à grands pas, le parti était vite pris.

Une simple petite baie et pourtant la surprise fut de taille même pour Orloch. Elle était fraiche et savoureuse et tout à coup la faim disparut complètement comme s’il avait dévoré comme un ogre jusqu’à satiété. Plus encore, les traces de fatigue disparurent et un regain d’énergie et de chaleur les parcourut. Cette baie était réellement extraordinaire et il n’y avait désormais plus aucune raison de trainer sur place. La course poursuite commença ainsi. Il fallait sans cesse rattraper ce vieux fou qui semblait ne jamais vouloir s’arrêter ni ralentir, traçant un chemin différent de celui qu’avaient pris les enfants et sans aucun doute beaucoup plus direct. Ils n’eurent pas l’opportunité de compter le temps qu’ils mirent à retourner au village après tant de péripéties, galères, embuches, énigmes et rituels, tellement ils restaient concentrés sur un seul objectif : ne pas se laisser distancer et donc ne pas se retrouver complètement perdus en pleine nuit dans la forêt. Cet effort extraordinaire les força à se soutenir les uns les autres, les plus forts aidant les plus faibles, plusieurs fois Milesteg encouragea les autres enfants et faisait son possible pour qu’aucun ne soit laissé derrière. Orloch ne savait pas pourquoi tout le monde semblait s’affoler ainsi mais au regard des efforts de son cousin cela devait être très important et il essaya de ne pas être celui qui ralentirait le groupe, parfois faisant faire un bond en avant à Otezea ou encore Koram lorsqu’il les prenait soudain par les épaules pour les soulever et les faire avancer plus loin. Le monstre de Khelgür avait une force prodigieuse qu’il ne mettait pas à profit pour se défendre contre tous ceux qui sans arrêt se moquaient de lui. Les frères Taillebois quant à eux se soutenaient l’un l’autre, tantôt l’un était plus fatigué que l’autre et il se reposait sur son jumeau le temps d’un court repos puis les rôles s’inversaient. Il était impossible de dire s’ils avaient partagé autant d’efforts l’un et l’autre, mais en l’occurrence l’harmonie des jumeaux leur permit de suivre le train d’enfer imposé par l’ermite.

La nuit était tombée sur les ruines du village de Khelgür lorsque le groupe émergea en trombes de la forêt. Sans ralentir le rythme, ils traversèrent les champs et gagnèrent les habitations ravagées par les incendies suivis des pluies diluviennes. L’ermite semblait regarder partout mais il se dirigeait toujours d’un pas rapide et sûr vers le moulin qui ressemblait dans la nuit à un roc solitaire dressé au milieu d’un désastre recouvert de suie. Ce furent L’Pêchou qui accueillit le groupe. Il devait sans doute avoir pris ce tour de veille tandis que les autres enfants s’étaient réfugiés à l’intérieur du moulin et aussi à l’extérieur près de l’entrée lorsqu’il n’y avait pas assez de place dedans. Des petits feux flamboyaient entre des monticules de pierre pour former une sorte de barrière sommaire autour du seul habitat encore possible. Bien-sûr Marciàn et ses acolytes devaient être à l’intérieur, comme la veille, dehors, Ferréol, Keldrim ou encore Sulvya et les frères Mercant n’avaient pas trouvé de place à l’intérieur et s’étaient blottis contre le mur extérieur du moulin, au plus près des petits feux. Soudain L’Pêchou sauta du petit monticule de pierre sur lequel il était accroupi et se mit à arpenter le tour du moulin aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur – « Y sont rev'nus ! Y sont rev'nus ! Y sont rev'nus ! Y sont rev'nus ! Y sont rev'nus ! » – ne cessait-il d’hurler jusqu’à ce qu’il soit sûr que tout le monde soit bien réveillé. L’ermite se retourna vers le petit groupe qui le suivait haletant – « Je vais commencer à regarder ce qu’il s’est passé. Attendez-moi là ! » – dit-il d’un ton autoritaire, le regard froid et dur, avant de s’éloigner au milieu des ruines d’un pas lent, le regard plongé vers le sol. Parfois il se baissait comme s’il regardait quelque chose à terre, il posait la main dessus ou palpait du bout des doigts, puis il poursuivait son inspection. Quant aux enfants, rapidement, ceux qui étaient dans le moulin sortirent et ceux qui étaient dehors émergèrent aussi, puis un cercle se forma autour de nos jeunes héros d’un jour. Érik Mercant sourit subrepticement à Otezea, faisant un petit signe affirmatif à la jeune fille. Ils devaient sûrement en avoir des choses à se raconter…

Vous me ferez 1D20 lors de votre prochain post, svp.

Modifié par un utilisateur dimanche 5 mars 2017 18:39:13(UTC)  | Raison: Non indiquée

Tu sais ce que c'est, être réduit à l'état de pulpe ?
Offline Kali  
#239 Envoyé le : jeudi 2 mars 2017 16:07:19(UTC)
Kali
Rang : Nouveau

Inscrit le : 17/08/2016(UTC)
Messages : 3

Otezea

5 / 5


Lorsqu'Erik lui sourit, Otezea rougit des pieds à la tête et annonca d'une timide voix:
« On a réussi. On a traversé la forêt, trouver l'ermite et maintenant, il va nous aider. »

  • jet : 1d20 donne [14] = 14
Et sur son rêve, construire sa vie.
Offline nauron  
#240 Envoyé le : jeudi 2 mars 2017 16:18:51(UTC)
nauron
Rang : Membre

Inscrit le : 28/07/2016(UTC)
Messages : 12

Koram
CA : 10

5 / 5


Koram fut un peu plus affable qu'Otezea:
«  C'était trop fort, on a réussi à trouver l'ermite, on a grimpé dans les arbres car y'avait un ours en bas et on à vu un arbre énooooooorme plus gros que la plus grosse des maisons. Mais on a pas pu monter dessus on avait pas le temps...
Et puis on a couru avec un loup...et on a vu un c.. ce... un cerf tout blanc, il nous a regardé puis il est partit. Il était beau....
Et on a libéré ça  »

Koram montra le petit animal
«  On sait pas encore comment l'appeller mais on va choisir maintenant qu'on est revenu. Hein! »
Koram était tout excité de raconter leur périple, ses yeux brillait, il était fier de ce qu'ils avaient fait.

  • jet d20 : 1d20 donne [9] = 9
Et sur le rêve de Kali construire leur vie
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
13 Pages«<10111213>
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

Privacy Policy | Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2019, Yet Another Forum.NET