Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

14 Pages«<121314
Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Online Anadethio  
#261 Envoyé le : mercredi 19 septembre 2018 18:13:04(UTC)
Anadethio
Rang : Habitué
Inscrit le : 19/06/2015(UTC)
Messages : 2,384

~ Airi ~

20 / 20

CA 13 (C13,D10)
Ref 18 / Vig 14 / Vol 14
Inductions : 2/4
écharde d'ombre A
Points héroïques : 2/3


Et finalement vous aviez rejoint l'appartement de Firwin... Depuis le baldaquin tu avais passé quelques minutes a te laisser porter par les émotions imprimées dans la bague des récupérateurs... il vibre de fierté, de reconnaissance...

« C'est pas impossible que ça soit la clef... J'ai l'impression que ça a été donné a Eliath par le créateur de l'endroit qu'on cherche... En récompense pour sa progression ou quelque chose du genre. »

Ici, ce n'était pas le grand confort mais après une journée pareille le lit te semblait absolument merveilleux... Délicieusement moelleux et tu t'y était blottie avec une telle joie que tu avais presque plaint le drow et même tes parents de ne connaitre le plaisir incommensurable de s'endormir dans un lit douillet après une longue journée...

Inutile de l'évoquer oralement, la réponse de Firwin a cette assertion était trop facile a deviner... Et puis tu aurais bien aimé connaitre réellement cet état de méditation autrement que par l'intermédiaire des pierres...



Au matin il faut passer rapidement a la salle des fêtes pour faire ton rapport et autre avant de couper vers la morgue. Tu ne te faisait pas franchement d'illusion quand a l’état d'esprit de ta factor lorsque tu lui raconterais... Mais baste. Tu as décidé de continuer a faire jouer la discrétion. Le choix avec la vitesse n'était pas évident mais... Bref.

Le temps de faire le trajet et vous retrouvez le deuxième drow... qui semble presque malade. Mais en bien. Si les tentatives d'assassinat lui rappellent les bases fondamentales de la politesse... Bah... Tu n’irais pas jusqu'à lui recommander une thérapie régulière a cause des effets secondaires potentiels mais... bref. Tu te montre donc chaleureuse, oubliant les affronts qui, après tout, ne sont pas grand chose...

Mettre la main sur le bariaure est un poil plus compliqué jusqu'à ce que l'idée du poteau soit évoqué. Bien. Et voilà qu'ils trouvent l'antre poussiéreuse ou Burichladich s'est installé pour écluser. Le choix te sidère un peu mais reste finalement raccord avec le personnage...

Direction la morgue donc... Sur place vous rencontrez Siflir qui ne brille pas par son enthousiasme mais d'un autre côté... A sa place tu ne serrais probablement pas ravie non plus d'avoir du chamboulé tes projets pour parler a un mort... Et a plus forte raison a un mort qui se prenait pour un chien pendant les dernières semaines de sa vie.

« Merci d'avoir fait le déplacement... Vous avez déjà entendu parler d'Eliath ou vous voulez la chanson ? »

Une fois cette question réglée, tu enchaîne :

« Je suppose que communiquer avec lui vas impliquer certaines limitations. Pourriez-vous nous les indiquer que nous puissions nous préparer au mieux ? »



Et puis vous arrivez en haut des marches... L’accueil est, comme de bien entendu, chaleureux au possible... Et tu te contente donc de répondre avec flegme :

« Nous aimerions voir quelqu'un qui ne l'est plus. Il a été apporté a la morgue avant-hier... »

Si on te demande des détails tu les fournira sans hésiter mais tu ne tiens pas particulièrement a répéter quinze fois la même ritournelle...


Modifié par un utilisateur mercredi 19 septembre 2018 18:16:36(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 1 utilisateur a remercié Anadethio pour l'utilité de ce message.
Offline Oolie  
#262 Envoyé le : mercredi 19 septembre 2018 22:47:49(UTC)
Oolie
Rang : Habitué
Inscrit le : 26/06/2016(UTC)
Messages : 93

Bruichladdich
CA 16
En forme
Ki : 0

22 / 22


Bruichladdich se retourna quand ses compagnons entrèrent enfin dans la taverne. Curieusement en forme au vu de l'état dans lequel vous l'avez quitté la veille, il finit rapidement sa choppe en vous voyant :

« Ah enfin, j'ai cru vous attendre! Heureusement, bien qu'il ne parle pas beaucoup, ils sont sympa ici, ils te paient pour boire leurs pintes, c'est pas la meilleure bibe, mais elle requinque!  »

Se tournant vers les hommes poussières, il troubla l'ambiance régnante en ces lieux, sans remarquer qu'il faisait "tache" dans cet environnement.
« A la revoyure!! Y a des chances qu'on se recroise! »

Message secret pour Lematou :
...


Bruichladdich suivi alors ses compagnons jusqu'à la morgue et bien qu'il était régulièrement bruyant, il se fit étonnamment discret en ce lieu.

Modifié par un utilisateur mercredi 19 septembre 2018 22:48:42(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 1 utilisateur a remercié Oolie pour l'utilité de ce message.
Offline Luciole  
#263 Envoyé le : jeudi 20 septembre 2018 09:35:31(UTC)
Luciole
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 1,649

Firwin

19 / 19

CA18 (C13 ,D15)
Ref 18 / Vig 12 / Vol 13
Panache 5/5
Charmante vie : 3/3


Message secret pour Lematou, Dasai :
...

Le trajet en palanquin est décidément plus reposant que celui a pied songe le drow, sans même une pensée compatissante pour ceux qui les supportent.

« En tout cas il y tenait suffisamment pour ne pas l'avoir perdue même dans son état. Et si c'est le cas, il n'y a plus qu'à obtenir l'emplacement du portail, fin... si vous ne le connaissez pas déjà.. Une idée de comment vérifier? En tout cas, c'est moche d'accomplir assez pour se faire reconnaître et de finir en jappant après...  »

Airi doit être vraiment épuisée car elle s'écroule comme une masse dans le lit et le drow s'installe à son tour, fermant les yeux, pour se laisser entraîner dans une méditation reposante...



Au matin, il faut se résoudre à quitter la chaleur du logis et le livre dans lequel il s'est plongé pour reprendre le travail. La sensat doit passer à la salle des fêtes, lui annonce elle. Il y survivra, profitant de son absence dans les étages de leur faction pour flâner et se renseigner sur les prochaines représentations prévues. Celle de ce soir est intéressante mais... il la connais deja. A son retour, ils peuvent enchaîner vers la morgue...

Bien sur avec ça, ils sont loin d'être les premiers. Mouna a déjà prévenue qu'elle ne viendrait pas mais Zszaufein les attends déjà et qui est salué d'un ton léger et amical.. Mais par contre... le bariaure n'avait pas expliqué qu'il serait en train de vider les réserves d'un bar...? Un truc avec un poux.... Sauf que, il n'y a aucune enseigne a proximité pouvant même vaguement évoquer ledit poux. Ou ledit bariaure d'ailleurs.

Le Poteau viendra à leur secours... Ca aussi ça doit pas être une vie, ou une non-vie d'ailleurs. Rester planté là à se faire planter, sans mauvais jeux de mots... Quelle horreur... Par contre il est pratique. Et permet de conclure que Bruichlladich devait être sacrement imbibé quand on lui a dit le nom du bistrot. Mais son enthousiasme est... rafraîchissant au milieu de ces morts en sursit, êtres fades qui occupent les lieux. Il n'aurait absolument jamais pensé à les qualifier de "sympa". Nan, vraiment...

« Au moins tu as fait tes réserves pour là où nous allons. Ca me surprendrais qu'ils disposent de leur taverne à l’intérieur... »

Non, sans rire...

L'absence de Djaimis se confirmant, ils ne l'attendent pas et se pointent vers la morgue. Le drow espère simplement que le génasi n'aura pas fait de mauvaise rencontre... mais si c'est le cas, il a suffisamment de ressources pour s'en sortir; Il est probablement en train de se distraire quelque part dans le Bazar...

Un matois les dévisage a l'entrée de la Morgue..Siflir donc se présente il. Mouais, il a l'air quand même sacrément atteint lui aussi. Mais le passage à la Salle des Fêtes n'a donc pas été inutile. Et contrairement à la plupart de ses collègues, il ne donne pas envie de discuter. Des fois que ce serait contagieux... Enfin, vu ce pourquoi il est là, le pourquoi du comment est assez simple. Causer avec les morts ne doit pas être très bon pour l'ancrage dans le réel. Les salutations sont donc polies mais non suivies.

Quelques pas derrière la sensat, ils arrivent finalement en haut des escaliers. Baste, Airi expliquera tres bien la raison de leur présence... Après tout, c'est elle la patronne pour le moment.
thanks 1 utilisateur a remercié Luciole pour l'utilité de ce message.
Offline Lematou  
#264 Envoyé le : jeudi 20 septembre 2018 11:37:35(UTC)
Lematou
Rang : Habitué
Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
Le peinturluré plonge son regard dans les yeux d'Airi, comme tiré du sommeil.
« Vous voulez faire parler un mort. » dit-il, les yeux brillants, presque gourmands.
« C'est tout ce qui m'intéresse... » ajoute-t-il, s'éteignant à nouveau.

Puis, à la demande d'Airi, il développe, à nouveau intéressé : « Vous aurez droit à trois questions. Ce genre de contact est difficile à établir... et à maintenir... » Le matois lâche un soupir, comme à regret, avant de continuer « Je ne pourrais maintenir le pont que quelques minutes. Aussi, soyez avisée... Si vous avez de la chance, il coopéra de bonne grâce. Mais ça, on ne peut le prévoir. » Il soupire à nouveau.
« S'il me prend en grippe, il peut vouloir m'empailler. Ça arrive parfois... Je ne peux rien garantir. Mais c'est une expérience fascinante, vous verrez ! Leur expérience de la mort... C'est tellement unique ! Les suppliants, eux, oublient... » Pour une fois, le visage de Siflir c'est clairement illuminé, avant que son masque d'ennui ne l'éteigne à nouveau. Le matois mate vaguement la Morgue...



« Toutes mes condoléances...  » balance le garde d'une voix monocorde, en s'écartant. Ses compères font de même, sans se presser, invitant les arpenteurs à gravir l'escalier de pierre sans parapets qui conduit à l'entrée monumentale de la Morgue : une immense double porte de bois noir, massive, gaînée de cuivre verdissant et entrouverte - ce qui, vu la taille de l'entrée, suffit largement à laisser passer les éplorés par paquet de dix.


Ambiance, ambiance :


Nos héros passent les massives doubles portes pour déboucher dans une salle impressionnante. Ici, on a le tarin qui suffoque, le temps de s'habituer, à la saturation d'effluves douceâtres et capiteuses : un pot pourri d'épices, de résines, de substances alchimiques (genre formol) et, pas suffisamment masqués, des relents de charogne... On a les mirettes qui se perdent dans les ombres du haut plafond en coupole ou les profondeurs du lac en marbre noir et poli qui fait office de sol. Puis on s'habituent à la lumière chiche des lampes à huiles qui dessinent des fantômes un peu partout... Et on repère que l'endroit, comme tout hall d'entrée qui se respecte, est nanti de portes desservant d'autres lieux ; toutes fermées pour l'heure.
Enfin, on réalise qu'on frissonne un peu, on réajuste instinctivement sa cape ou son paletot, on a envie de se moucher - il fait bien frisquet dans la Morgue. Et on avise que ça bouge là-dedans. Enfin, ça bouge... On compte une demi-douzaine de biges, tous vêtus de robes grisâtres ou noires, quasi-immobiles, portant un insigne des Hommes-Poussières, qui vous dévisage franchement, sans moufter.

Les Morts attendent qu'on les sollicitent...

Et c'est ce que ne manquent pas de faire, pas bégueules pour un rouget, nos vaillants héros. Alors qu'ils s'avancent, l'écho du moindre de leurs pas se répercute sous le dôme, se disperse dans toute la salle et brise la quiétude des lieux. Ça dérange ? Mais quand faut y aller... En tout cas, les Morts, eux, ne cillent pas.

Un des Homme-Poussière sur lequel on ne s'attardera pas - car son rôle, sans vouloir le froisser, s'avère de peu d'intérêt dans cette histoire - rencarde d'une voix sans passion nos enquêteurs.
« ... les sans-noms, c'est la Grise qui s'en occupe. Torrana la Grise... » leur explique le dénommé Jour-de-Suie, après les avoir assurés de toutes ses condoléances, de sa voix éraillée et neutre.

Jour-de-Suie n'a pas demandé aux arpenteurs ce qu'ils comptaient faire avec leur sans-nom - ni même pourquoi ils le cherchaient. À la vérité, il s'en carre ; ces cannés-là, on l'aura compris, c'est pas son rayon... Il a écouté d'une esgourde plus que distraite la chanson que lui ont servie nos héros. Mais il en a retenu l'essentiel - en ce qui le concernait - et connait ses devoirs de préposé à l'accueil.

« Attendez ici ; je vais la chercher... » explique-t-il, avant de se disparaître à travers la double porte qui fait face au groupe. Les arpenteurs ont le temps d'apercevoir une salle richement décorée - tentures, bannières, trophées - traversée d'ombres et de silhouettes qui vont et viennent, lentement, très lentement - avant que les portes ne se referment sans un bruit (leurs gonds sont certainement soigneusement huilés).


Après cinq bonnes minutes à se les geler et à renifler dans le recueillement - minutes pendant lesquelles on se demande comment Bruichladdich fait pour tenir tranquille - les arpenteurs avisent avec un soulagement certain les portes par lesquelles Jour-de-Suie les a quitté s'ouvrir à nouveau.

Le préposé à l'accueil est accompagné d'une matoise vêtue de noir, respirant la gaité comme un jour de pluies glaireuses. Une lune, tout aussi noire, est tatouée sur son front. Sûrement histoire d'être raccord, ses cheveux aussi sont noirs.La matoise s'avance jusqu'au groupe, comme glissant sur le marbre - comme la plupart des Morts, en fait - pendant que Jour-de-Suie reprend sa place, s'immobilisant un peu plus loin.

« Oui ?... » demande-t-elle simplement, d'une voix un rien mielleuse et du ton de l'affairée qu'on ne dérange pas pour rien.

Torranna, montre-nous ta lune (Religion DD18, possible de faire 10) :



La Morgue (passez votre curseur sur les mini-zones orange pour la visite guidée).

Modifié par un utilisateur jeudi 20 septembre 2018 15:30:21(UTC)  | Raison: Non indiquée

Online Anadethio  
#265 Envoyé le : samedi 22 septembre 2018 22:55:25(UTC)
Anadethio
Rang : Habitué
Inscrit le : 19/06/2015(UTC)
Messages : 2,384

~ Airi ~

20 / 20

CA 13 (C13,D10)
Ref 18 / Vig 14 / Vol 14
Inductions : 2/4
écharde d'ombre A
Points héroïques : 2/3


La (brève) intervention de Siflir permet d'un peu mieux cerner le personnage... Et bien il est vrais que l’expérience sera pour le moins intéressante. Et que ne chercher la nouveauté que par ce biais devait fatalement mener a un caractère plus proche de celui des gérants des lieux que de la majorité des Sensät... Le tout étant d’espérer pour lui qu'il ne sombre pas dans la routine... L'endroit était si... gris...

Trois questions donc ? Voilà qui simplifiait beaucoup les choses. Il allait falloir être franche... Mais du coup ça laissait potentiellement de la place. Bon... Bien sur avec une cervelle de clébard il faudrait peut-être passer pas mal de temps a démêler des inepties... Tu te tourne vers tes compagnons pour leur demander :

« Le lieu. Et la manière. Quelqu'un pense a quelque chose d'autre qui soit utile ? »



Comme tu t'y attendais plus ou moins ils ne font aucune difficulté : vous ne devez pas être le premier, ni le plus hétéroclite des groupes venus récupérer un cadavre ici... depuis le pic. Et puis... Les présents semblent dotés d'une telle morgue... Il est peu probable d'avoir la chance de se réchauffer les sangs avec un petit esclandre...

D'ailleurs c'est a se demander s'ils utilisent de la magie pour maintenir la température des lieux aussi désagréablement froide... L'attente est longue et a part te frotter énergiquement les bras pour les réchauffer il n'y a pas grand chose a faire...

C'en est tellement désagréable que ça en deviendrait intéressant, pourtant lorsque finalement le préposé reviens avec celle que tu suppose être Torrana la Grise, tu ne t'attarde pas sur la symbolique déplaisante de ce qui orne son front pour engager la conversation : puisque l'étrange sensation de l'instant doit prendre fin... autant découvrir ce qu'ils ont d'autres a vous faire découvrir...

« B... Salutations. »

Non. "Bonjour" ne semblait pas adapté à la situation et rien de mieux ne t'était venu... Tu te reprend. Puisqu'on en est là...

« Celui que nous aimerions voir a été trouvé par un certain Tom l'Endeuillé. Il l'a trouvé avant-hier vers l'anti-pic. Humain. Taille moyenne. Maigre. Une vieille robe bleu a étoiles qui lui allait quand il mangeait plus. »

Et bien voilà. A présent restait a savoir a quel point il allait falloir graisser l'appareillage poussiéreux des morts...


Offline Lematou  
#266 Envoyé le : mercredi 26 septembre 2018 19:10:45(UTC)
Lematou
Rang : Habitué
Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214

Ambiance, ambiance (toujours la même : c'est le thème du lieu) :



Suite à la requête d'Airi, la Grise semble perturbée et marque un temps avant de répondre ; ça cogite sous sa lune.
« Pourquoi voulez-vous retrouver ce corps, déjà ?... » demande-t-elle, manière de gagner du temps, tout en cherchant du regard Jour de Suie. La femme Homme-Poussière semble mal à l'aise...


Indifférent à la détresse de la Grise, Jour-de-Suie se contente de hausser les épaules, le regard perdu dans le vague. Il hoche vaguement du chef.



« C'est que...  » reprend Torranna, sans avoir écouté la réponse à sa précédente question - si tant est qu'on lui en ait fait une.
« ... Je m'occupe bien des Sans-Noms mais juste de leurs corps... Pas de leurs effets... Le mieux serait de... Il faut consulter le registre des entrées. Oui, voilà ! Pour savoir quels corps ont été déposé par ce Tom... À réception des Sans-Noms, nous numérotons les corps et consignons les paiements, voyez-vous ? Mais leurs effets... Ils sont jetés, la plupart du temps... Enfin, quand je m'en occupe, ils n'en n'ont plus... ». La Grise hésite - sans doute qu'elle réfléchit.
Psychologie, Linguistique ou Local DD 12 ; possible de prendre 10 mais un gros jet donnera + d'infos :

« Mais... Avec le nom du... Récupérateur ? J'aurais les numéros... Et je pourrais consulter mon registre, savoir où est le corps... Mais aujourd'hui... » La matoise se met alors à marmonner, au rythme d'une énumération. Ses yeux roulent un peu dans leurs orbites. Ça cogite tout haut. Les plus méfieux pourraient croire qu'elle incante. Mais non : pas d'embrouille. Et la Grise enchaîne rapidement avec des paroles plus intelligibles : « C'est que j'ai tant à faire... Est-ce que vous pouvez repassez demain ? »
Dans sa voix, on perçoit la supplique d'une femme débordée - ou dépassée.
Psychologie DD 16 ; possible de prendre 10 mais un gros jet donnera + d'infos :



Mater Jour de Suie pendant l'échange :


La Morgue (passez votre curseur sur les mini-zones orange pour la visite guidée).

Modifié par un utilisateur jeudi 27 septembre 2018 08:41:36(UTC)  | Raison: Corrections mineures ^^

Online Anadethio  
#267 Envoyé le : lundi 1 octobre 2018 09:21:13(UTC)
Anadethio
Rang : Habitué
Inscrit le : 19/06/2015(UTC)
Messages : 2,384

~ Airi ~

20 / 20

CA 13 (C13,D10)
Ref 18 / Vig 14 / Vol 14
Inductions : 2/4
écharde d'ombre A
Points héroïques : 2/3


Oh... Béjaume donc ? Lorsqu'elle ouvre la bouche il n'y a pas de doute sur le sujet... Ou alors c'est que son accent est vissé jusqu'à la moelle... A moins que ça ne soit un style qu'elle se donne... Mais l'hypothèse te semble hasardeuse quand il est question d'une femme poussière... Bref. Probablement nouvelle en poste par voie de conséquence.

Tu soupire lorsqu'elle commence a radoter puis a évoquer son manque de temps... Hors de question de la laisser te faire perdre plus de temps... Et puisque l'endroit semble se prêter a une ambiance procédurière... Et bien tu laisse transparaître l’exaspération au fond de ta voix l'exaspération d'une femme de bonne famille qui n'a pas foncièrement envie de perdre son temps... Mais qui reste encore assez gracieuse, mielleuse... malgré le sarcasme dans sa voix...

« Ma chère... Vous savez bien que vous me demandez l'impossible. Si je n'avais pas conscience de la probité des fidèles de Belsameth j'envisagerais presque que vous essayez de gagner du temps pour dissimuler un... vice de procédure...

Rassurez-moi... Il ne s'agit tout de même pas de ça ? »


Une pause pour permettre a la menace voilée de faire effet avant d’enchaîner sur un mode plus complaisant.

« Enfin... Il se trouve que je suis assez pressée. Et je me doute que vous aurez besoin de motiver vos petites mains... Une vingtaine de jaunets devraient leur donner du cœur à l'ouvrage ne pensez-vous pas ? »


thanks 1 utilisateur a remercié Anadethio pour l'utilité de ce message.
Offline Lematou  
#268 Envoyé le : mardi 2 octobre 2018 18:38:56(UTC)
Lematou
Rang : Habitué
Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214

Ambiance, ambiance (toujours la même : c'est le thème du lieu) :



La Grise d'abord mal à l'aise et se défendant des allusions d'Airi avec un rire très gêné, semble finalement ravie d'empocher de quoi se donner du cœur à l'ouvrage. Même si du cœur, c'est pas évident que les Morts en ait. Quoi qu'il en soit, la dévote a changé de ton.
« Les morts vous remercient...  » susurre-t-elle à Airi, en faisant disparaître les jaunets dans sa manche.
Puis, se tournant vers Jour-de-Suie, elle l'apostrophe. « Bon...  » commence-t-elle.
« Est-ce que tu peux vérifier quel corps ont été déposés par ce fameux Tom ?... Nous seront là-haut. »


Jour-de-Suie, pas cheftain pour un sou, acquiesce du chef et s'esquive lentement par la porte qu'il avait empruntée pour aller chercher Torranna.


Se tournant vers Airi, la Grise s'explique - sur le ton de quelqu'un qui récite la leçon qu'il encore en train d'apprendre.
« C'est au second étage que nous nous gérons des Sans-Noms, gente dame. Le temps que Jour-de-Suie retrouve l'information dont nous avons besoin - qui elle, se trouve consignée ailleurs - je vous invite à me suivre. De toute façon, les corps des Sans-Noms en partance sont là-haut. Si nous l'avons toujours, le vôtre y sera... »

La Grise effectue alors une demi-volte, presque élégante, qui convie l'ensemble du groupe à la suivre et effectue quelques pas vers la porte située à l'ouest du hall d'entrée...

Je suis obligé d'arrêter là pour aujourd'hui car - honte à moi - la description de certains lieux est restée sur mon lieu de travail... Et je ne voudrais pas commettre d'impair en ne me fiant qu'à ma mémoire. Donc, à moins que vous ne vouliez pas suivre Torranna - ou que vous vouliez lui poser des questions avant - je poste la suite demain en fin d'aprèsm, en considérant que vous la suivez (j'éditerai alors ce post).

Modifié par un utilisateur mardi 2 octobre 2018 18:41:10(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Luciole  
#269 Envoyé le : mercredi 3 octobre 2018 22:14:59(UTC)
Luciole
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 1,649

Firwin

19 / 19

CA18 (C13 ,D15)
Ref 18 / Vig 12 / Vol 13
Panache 5/5
Charmante vie : 3/3



Les morts attendent qu'on les sollicite et ne sont sacrément pas jouasses... Firwin, quelques pas derrière la sensat songea que décidément, question accueil chaleureux on pouvait repasser. Dur de distinguer entre les hommes poussières qui s'étaient déjà fait graver et ceux qui étaient encore en attente. Ils respiraient une telle joie, une telle vitalité...

En tout cas, si l'humaine censée prendre en charge leur cas semble bien vivante, elle n'a pas l'air beaucoup plus vivace que Jour-de-Suie... Et son accent et sa posture la trahissent dès qu'elle ouvre la bouche. Par la Rose, une béjaune ! Ils a fallut qu'ils tombent sur une fichue novice visiblement incertaine de ce qu'elle est sensée faire...

Un peu d'arrogance et quelques jaunets lui rappellent rapidement quel est son rôle là dedans. Firwin retint un rire, mais pas un sourire narquois, devant la perte d'assurance de Torranna puis sa pâle tentative pour sembler reprendre le contrôle... Si prévisible...

Nonchalant, le drow suivit le mouvement, résistant même à l'envie d'interrompre la Bejaune pour voir si elle perds le fil de sa récitation ou de tester les limites de ses connaissances. Autant garder ça si jamais elle ne parvient pas à leur trouver les restes d'Eliath... Ne restait qu'à espérer qu'ils n'auraient pas déjà traité le cas du sensat..

thanks 1 utilisateur a remercié Luciole pour l'utilité de ce message.
Offline Lematou  
#270 Envoyé le : jeudi 4 octobre 2018 09:18:58(UTC)
Lematou
Rang : Habitué
Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214


Suivant la Grise qui file sur la gauche, nos héros découvrent une pièce pavée de dalles de pierre d'un noir tellement mat qu'il semble absorber la lumière - on a un peu l'impression, en marchant dessus, de flotter sur le néant ou de s'être paumé dans le plan de l'énergie négative... Brrr... - et au plafond voûté, noir lui aussi, et très bas. Si bas, que les deux drows, en passant la porte, rentrent instinctivement la tête dans les épaules pour éviter de faire la poussière avec leurs belles tignasses blanches. Les murs, tout aussi noirs, sont gravés d'embrasures blanchâtres et traversés de pilastres qui forment des arches et finissent par se rejoindre au centre de la coupole du plafond.

Aux appliques - vides pour le moment - et aux riches tentures suspendues ça et là, on devine que cette pièce sert pour des cérémonies (funèbres, cela va de soi), de temps à autre. Au beau milieu de la pièce, une dalle de marbre blanc, suffisamment grande pour s'y allonger peinard, est suspendue à un savant mécanisme de chaînes huilées montées sur rails. L'ensemble semble permettre de déplacer la dalle dans la pièce, voir de la faire verser.

Une chouette ambiance de caveau...

La Grise traverse la pièce sans plus de commentaires et ouvre une nouvelle porte. Suivant le guide, le groupe débarque dans une pièce semblable à la précédente, si ce n'est que sur la dalle suspendue repose un grand drap blanc recouvrant quelque chose dont aucun des arpenteurs n'a de doute quant à sa nature et qu'un zombi - un vieux cadavre animé tout sec - portant au front le numéro 360, huile consciencieusement les chaînes avec des gestes las et répétitifs. À l'arrivée de nos fiers aventuriers, 360 s'interrompt et se met à humer l'air dans leur direction... L'air forcé dans ses poumons desséchés et percés fait des bruits de soufflet.

Torranna se retourne vers le groupe et explique, sa voix se voulant rassurante : « J'espère que vous ne craignez pas les morts-vivants ? En tout cas, soyez rassurés : si vous n'allez pas les chercher, ils ne vous feront rien. Ils sont sous contrôle... »
Puis la Grise contourne le zombi graisseur, qui, bien qu'il grogne un peu, s'est remis à graisser. Elle traverse la pièce, invitant les arpenteurs à suivre ses pas, tout en jetant de temps en temps un coup d’œil en arrière - surement manière d'être sûre qu'il n'arrive rien de fâcheux et ouvre finalement une nouvelle porte. Qui donne directement sur un escalier qui colimaçonne vers le haut et le bas.



Après avoir gravi un bon paquet de marches - marches qui, au passage, semblent étudiées pour que même un bariaure puisse les franchir sans trop galérer - les arpenteurs déboulent dans une vaste salle - grandiose même. On aurait pu dire magnifique si elle n'était chichement éclairée par trois-quatre lampes à huile, ce qui fait pauvre, faut avouer.

Ici, quatre salles ouvertes, découpées en voûtes, piliers et pilastres - tout de pierre noire, évidemment - supportent le dôme du toit de la Morgue en se fondant en une immense coupole.

On devine, entre les ombres des piliers sis tout autour de la pièce, d'étroits couloirs qui longent les murs extérieurs, à la manière d'un cloître.

Au centre de la pièce, une forêt de chaines prend racine au plafond, permettant à une bonne tripotée de dalles de marbre blanc de faire fi de la gravité. Sur beaucoup d'entre elles, des linceuls masquent pudiquement des clamsés.
Les zombis 401, 191, 189, et 327, dirigés par un vieil Homme-Poussière à la barbe fournie qui tousse à en cracher ses poumons - et a l'air très las ou mou du bulbe - déplacent des dalles, huilent des chaînes ou déposent un paquet macabre sur une dalle. Sur un chariot - ou plutôt sur une sorte de massif bloc de pierre monté sur des rails au sol, sont entassés des canés emballés.

Au loin, un grincement régulier annonce le rapprochement d'une dalle (inoccupée) poussée par un zombie - le 359, que nos arpenteurs devinent plus qu'ils ne l'avisent.

Juste le temps pour les arpenteurs d'embrasser du regard l'ensemble de la pièce que la trogne couverte de cendres de Jour-de-Suie se dessine à l'entrée d'un escalier. Finalement, ils sont dégourdis, ces Morts.
Le matois, sans un regard aux arpenteurs, refile une note griffonnée à la Grise avant de disparaître par où il s'est pointé.


La Grise sort alors un gros registre d'un placard et, munie de sa note, consulte.
« Alors voyons voir... Les corps du lot 782905712AP...  » marmonne-t-elle.

Puis, d'un coup, la matoise tire la tronche. Effarée ? Désolée ? Se retournant vers nos héros, qui sentent l'embrouille venir - comme Firwin, qui a eut le nez creux, l'avait redouté - elle annonce, la voix chevrotante : « ... Je... Je suis désolée... Ce lot... Ces corps sont partis pour... Nous les avons déjà envoyé au... Crématorium... C'était... C'était un de vos proches ? ».

Le Crémaquoi ? Folklore Local ou Connaissances Plans DD10 (tous les persos passent automatiquement ce test sauf Bruichladdich, qui lui, doit se creuser les méninges - et faire rouler un dé):


Torranna... Torranna... Psychologie lunaire, DD 12 (possible de prendre 10 mais un gros jet donnera + d'infos) :


Avant que nos vaillants héros aient pu réagir, Siflir balance un bruyant soupir d'exaspération et grince des dents : « Au Crématorium, putain !... Tout ce savoir... Toutes ces morts gâchées !!!...  »
Le matois, qui sent rend bien compte qu'il n'y a plus rien à faire, se renfrogne encore plus qu'il n'est possible - et rumine son dépit dans son coin.


La Morgue - RdC
La Morgue, second étage
(passez votre curseur sur les mini-zones orange pour la visite guidée).
Offline dasai  
#271 Envoyé le : vendredi 5 octobre 2018 14:23:31(UTC)
dasai
Rang : Habitué
Inscrit le : 27/04/2016(UTC)
Messages : 2,830

Zszaufein

19 / 19

Airi semblait gérer la situation. Aussi, Zszaufeiin suivit en silence et la laissa négocier avec l'étrange femme sans faire de commentaire. Contempler une autre béjaune qui avait choisi un chemin complètement différent du sien lança une phase pensive qui amplifia son comportement en retrait... Le comportement de la Grise le fit cependant tiquer
Son attitude semble étrange, même pour une femme poussière
Il prit à son tour la parole, tentant de creuser...
« Quel malheur, c'était effectivement un ami très proche. Comment se fait-il qu'il ait déjà été envoyé? Les procédures ne prévoient-elles pas plus de temps?  »
  • Diplomatie : 1d20+9 donne [1] + 9 = 10
  • bluff : 1d20+11 donne [8] + 11 = 19
thanks 1 utilisateur a remercié dasai pour l'utilité de ce message.
Offline Lematou  
#272 Envoyé le : vendredi 5 octobre 2018 16:52:27(UTC)
Lematou
Rang : Habitué
Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
Remarquer que... Psychologie DD 20 :


Affichant un sourire désolé, la Grise déballe :
« Non, malheureusement... J'en suis... désolée. Là d'où je viens, nous avions d'autres coutumes. Ici, on m'a expliqué qu'on ne peut pas garder les corps trop longtemps. Qu'autrement, la Morgue serait débordée. Enfin...  » Torranna se tourne vers le vieux toussif, et comme l'autre n'en a rien à cirer de la discussion, reprend, un ton plus bas.
« ... Pas les Sans-noms...  »

Avec l'air complice et grave de celle qui vous révèle une injustice, la Grise balance : « Lorsqu'un corps est apportés par des proches, il est gardé le temps de la veillée funèbre et de la cérémonie. Et plus ils paient, plus cela peut durer longtemps - les corps sont embaumés ou gardé intacts par magie. Depuis que je suis ici, personne n'a jamais réclamé de Sans-noms... Mais, vu comme cela fonctionne, j'imagine que vous ne devez pas être les premiers à chercher un proche disparu et "récupéré" dans la rue... Je suis désolée ; ce sont les ordres... » conclut-elle, haussant les épaules, l'air gênée.

Haussant à nouveau le ton, enfin se mettant à branler du râtelier normalement, la béjaune ajoute : « Voilà... J'ai envoyée la dépouille de votre ami, en même temps que d'autres, au Crématorium à la sixième cloche avant l'Anti-Pic...  »
Ou autrement dit, pendant que nos héros poireautaient devant la niche d'Elliath, le bige se faisait envoyer brûler ailleurs...
« Si vous voulez le pleurer... Voulez-vous faire graver son nom dans le marbre, afin qu'il ne soit pas oublié, au mémorial public ? » Son ton est plus froid, sans émotions, tranquille.


Et remarquer que... Psychologie DD 16 (possible de prendre 10 mais un gros jet donnera + d'infos) ou Guilde & Faction DD16 (à faire suivre d'un jet de psychologie en ce cas) :

Modifié par un utilisateur vendredi 5 octobre 2018 16:55:53(UTC)  | Raison: Non indiquée

Online Anadethio  
#273 Envoyé le : mardi 9 octobre 2018 23:24:37(UTC)
Anadethio
Rang : Habitué
Inscrit le : 19/06/2015(UTC)
Messages : 2,384

~ Airi ~

20 / 20

CA 13 (C13,D10)
Ref 18 / Vig 14 / Vol 14
Inductions : 2/4
écharde d'ombre A
Points héroïques : 2/3

Calme... Rester calme... Ne pas relâcher ta frustration sur le dos de cette petite enflure... Ne pas en profiter pour lui faire part de tout le mépris que t'inspire sa pitoyable divinité... Tu prend ton temps pour t'assurer que ta voix ne tremble pas au moment de reprendre la parole, profitant des interventions de tes compagnons... L'annonce de l'heure de l'inhumation te rassure : agir plus vite n'aurait rien changé... Mais pourtant...

Oh... Et bien même si ce n'est pas franchement vos affaires... Il serrait dommage de passer à côté d'informations... Et puis l’expérience même si elle n'était pas des plus agréable valait d'être vécue jusqu'au bout...

Tu te tourne vers Siflir pour lui demander :

« Puisque nous sommes là... Que diriez vous de poser quelques questions a quelqu'un d'autre ? »

S'il répond par l'affirmative, tu te retourne en direction de la gérante et sur un ton presque jovial tu demande :

« Et bien... profitez donc d'avoir le nez dans ces registres. Cette nuit, le même Tom a rapporté une autre série de corps... J'aimerais vérifier l'un d'eux. Qui est mort de la même manière que celui qui m'intéressait... »


thanks 1 utilisateur a remercié Anadethio pour l'utilité de ce message.
Offline Oolie  
#274 Envoyé le : mercredi 10 octobre 2018 23:14:36(UTC)
Oolie
Rang : Habitué
Inscrit le : 26/06/2016(UTC)
Messages : 93

Bruichladdich
CA 16
Perplexe
Ki : 0

22 / 22


Bruichladdich était resté en retrait durant tout le temps passé à la morgue, mais ne ratait rien des échanges.

A ce qui semble la fin de ceux-ci, il se tourna alors vers Firwin qui se trouvait à ses côtés afin de lui glisser discrètement quelques mots

« T'as pas l'impression qu'elle nous prends pour des béjaunes avec son histoire du corps, bien trop rapidement débarrassé? J'ai le sentiment de m'être fait empailler et qu'on nous cache le soltif.  »

Modifié par un utilisateur mercredi 10 octobre 2018 23:15:10(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 1 utilisateur a remercié Oolie pour l'utilité de ce message.
Offline Lematou  
#275 Envoyé le : jeudi 11 octobre 2018 12:11:24(UTC)
Lematou
Rang : Habitué
Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
À la propose d'Airi, Siflir reprend du poil de la bête. Il en sourirait presque.
« Parfait ! » répond-t-il en hochant du chef.

Torranna, elle, fronce les sourcils, clairement agacée.
« Il s'agit également d'un de vos proches, j'imagine ?... J'espère que tous vos amis n'ont pas été récupérés de la même façon... Comme je vous l'ai expliqué, je n'ai pas toute la journée... » lance-t-elle, fielleuse, en détournant son regard de la fille de grossium pour dévisager ostensiblement Zszaufeiin.

Quoiqu'il en soit, le pourliche semble avoir été suffisant pour que la Grise obtempère à nouveau et, tout en demandant - un peu sèchement - des précisions à Airi, la préposé aux Sansnoms griffonne une note qu'elle remet à 401. Puis elle lui désigne une entrée d'escalier, celle-là même par laquelle s'est esquivé Jour-de-Suie, d'un geste péremptoire. Escalier par lequel 401 disparait aussitôt - enfin, à la vitesse d'un bougre mort dont les pieds traînent sur le sol et cahotent à chaque dalle - sans rechigner.



Un silence de mort s'installe à peine perturbé par les cliquetis des chaînes, les grognements des zombis affairés et la toux du vieil Homme-Poussière...


Torranna fait la gueule et compte les secondes en tapant du pied, alourdissant l'ambiance déjà pesante d'encens et de putrescence.

Plusieurs anges passent...



401 finit pas se ramener. Torranna récupère un papier froissé dans la main griffue et desséchée du zombi. Et le même tour de manège se reproduit.

Après consultation du registre : « Vous arrivez trop tard pour son corps à elle aussi...  » assure la Grise d'une voix morne.

La danseuse s'est définitivement fait la malle...

À nouveau, la Grise vous propose d'aller faire un tour par le mémorial public - manière presque polie de vous inviter à vous tirer.

Torranna... Torranna... Psychologie DD 19 (possible de prendre 10 ; possibilité d'avoir + d'info sur un très gros jet) OU Guilde & Faction DD 15 suivi d'un jet en Psychologie (possible de prendre 10 pour le G&F) :


La Morgue - RdC
La Morgue, second étage
(passez votre curseur sur les mini-zones orange pour la visite guidée).

Modifié par un utilisateur jeudi 11 octobre 2018 12:12:03(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline dasai  
#276 Envoyé le : jeudi 11 octobre 2018 16:46:51(UTC)
dasai
Rang : Habitué
Inscrit le : 27/04/2016(UTC)
Messages : 2,830

Zszaufein

19 / 19

Cette étant définitivement étrange, mais Zszaufeiin ne parvenait pas à mettre le doigt sur ce qui n'allait pas... En tous cas il avait le sentiment qu'ils n'obtiendraient rien de plus qu'elle
« Et bien je vous remercie grandement pour votre aide et espère que nous ne vous avons pas trop importuné! Sur, je pense que nous allons suivre vos conseils et aller au mémorial... »
Zszaufeiin marque une courte pause, sans bouger, pour laisser à l'un de ses compagnons l'opportunité de relancer une conversation s'il le souhaitait
Après tout, ils connaissent mieux les usages que moi...
  • diplomatie : 1d20+9 donne [2] + 9 = 11
thanks 1 utilisateur a remercié dasai pour l'utilité de ce message.
Offline Luciole  
#277 Envoyé le : jeudi 11 octobre 2018 18:33:53(UTC)
Luciole
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 1,649

Firwin

19 / 19

CA18 (C13 ,D15)
Ref 18 / Vig 12 / Vol 13
Panache 5/5
Charmante vie : 3/3


A ce niveau là, ça tenait de l'art estimait le drow. Du mauvais art. La donzelle leur jouait une jolie comédie de désolation. Et n'était même pas douée pour ça... Enfin, ça n'était pas surprenant venant d'une poussiereuse mais justement, elle aurait pu s’épargner (et leur épargner par la même occasion) sa pantomime... qu'elle se force à leur annoncer ses condoléances en mimant -mal- un sentiment qu'elle n'éprouvait certainement pas ne rendait cela que plus... artificiel. Faux.

Peut être que c'est parce qu'elle est fraîchement arrivée qu'elle n'a pas encore pris les habitudes des Morts... Mais dans ce cas là, franchement, tenter d'être empathe ne provoque qu'une seule chose. L'impression qu'elle se fiche d'eux. Mouais... Et visiblement c'est la même chose pour ses compagnons. Il hoche la tête et réponds sur le même ton au bariaure, profitant des discussions avec la grise.

« Tu veux dire que toi aussi sa servilité à deux jaunets te laisse de marbre? Oh si, ils ont clairement pas mal de trucs sous leur tapis mais... une bejaune pareille n'est au mieux qu'un joli pion dispensable. Enfin, joli, faut aimer le genre putrescible... Par contre je doute qu'on ai les arguments pour les convaincre de sortir le soltif... mais je suis sur que si un certain kender cherche des réponses il en trouvera ici.. Tu pourras lui transmettre l'info, le spectacle pourrait être intéressant... »

C'est une chose de se rendre compte qu'on le promène, c'en est une autre de suivre la piste en oubliant le où et le quand. Et pour le coup, ils n'ont pas les moyens d'obtenir des réponses de force... Alors il va falloir être sage. Pour le moment.

Sauf si bien sur la patronne en décide autrement, mais Firwin doute qu'elle décide de prolonger ce bras de fer... et histoire d'être clair sur ce que lui inspire la grise, la toise narquois et glacial lorsqu'elle se permet d'arborer un ton bien au dessus de sa condition d'humaine. Enfin... il sera heureux de quitter cette atmosphère bien trop feutrée à son gout.



Online Anadethio  
#278 Envoyé le : samedi 13 octobre 2018 11:56:51(UTC)
Anadethio
Rang : Habitué
Inscrit le : 19/06/2015(UTC)
Messages : 2,384

~ Airi ~

20 / 20

CA 13 (C13,D10)
Ref 18 / Vig 14 / Vol 14
Inductions : 2/4
écharde d'ombre A
Points héroïques : 2/3

Bien. Les soupçons de Mordi sont donc confirmés. Tu est prête a parier que vous auriez pu arriver trente secondes après Tom que la réponse aurait été la même... Un voile passe sur tes yeux... Tu hésite quelques instants puis dans un soupir tu répond :

« Merci de votre aimable coopération... »

Tu adresse un regard désolé a Siflir et fait signe aux autres de laisser tomber... Si une part de toi tenterais bien d'en apprendre plus tu ne te fait pas d'illusion : tu es sur le territoire des hommes poussière et tu tiens trop a garder ta fraîcheur... Le retour a la sale des fêtes sera des plus désagréables... Mais en attendant tu as toujours une dernière piste a exploiter.


Une fois sortis, tu propose aux autres d'aller boire un coup tout en leur expliquant ce que tu perçoit de la suite des événements :

« Bon... Je connais encore quelqu'un qui peut éventuellement tirer quelques informations des affaires d'Eliath qu'on a récupéré. Mais au delà de ça je sèche un peu... J'vais passer au temple de Desna voir s'il peut m'aider. »

Il est visible que les derniers événements te laissent de franchement mauvaise humeur...


Offline Lematou  
#279 Envoyé le : mercredi 5 décembre 2018 09:15:45(UTC)
Lematou
Rang : Habitué
Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
14 Pages«<121314
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

| Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2023, Yet Another Forum.NET