Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline Dalvyn  
#1 Envoyé le : mardi 9 juillet 2019 22:39:08(UTC)
Dalvyn
Rang : Référent

Inscrit le : 15/12/2009(UTC)
Messages : 17,054
Localisation : Dinant (Belgique)

Voici la traduction d’un billet de blog par Mark Moreland publié sur le site de Paizo.

Depuis la première fois où nous avons révélé la carte du monde de campagne de l’Âge des Présages perdus avec ses 10 grandes régions et les noms de certains emplacements existants mis à jour, des fans nous ont demandé des informations à propos de l’Étendue Mwangi. Eh bien, aujourd’hui, je suis content de pouvoir exaucer leur souhait avec un bref aperçu de l’évolution qu’a vécue la jungle la plus connue du monde d’une édition à l’autre.



Une des principales différences entre l’Étendue Mwangi et les autres régions du monde de l’Âge des Présages perdus est que l’Étendue n’a quasiment pas de nations avec des capitales et des frontières bien précises ; au lieu de cela, elle comporte quelques cités-états éparpillées à travers une vaste étendue de jungles, de savanes, de marécages et de montagnes où se cachent mille et une aventures. Que ce soit Nantambu et sa vénérable académie magique la Magaambya, Mzail dirigée par le dieu-enfant momifié Walkéna ou encore le port mercantile de pirates Cap-Sanglant, chacune de ces entités politiques est détaillée avec le même niveau de détails que les nations de la mer Intérieure. Nous nous sommes tout spécialement efforcés de garantir que chacune d’elles soit décrite avec le point de vue d’un natif plutôt qu’à travers les yeux d’étrangers arrivant dans la région afin d’explorer et d’y rechercher des civilisations perdues. Ceux qui aiment l’Étendue Mwangi depuis longtemps devraient apprécier ce nouveau point de vue et la variété d’histoires qu’il permettra d’inspirer aux joueurs et aux MJ.



Sur la côte ouest de l’Étendue se trouve les Terres détrempées, un nom qui recouvre à la fois les nations inondées de Lirgen et de Yamassa, qui ont été détruites lorsque l’Œil d’Abendégo s’est formé au large de leurs côtes. Aucun gouvernement centralisé ne dirige ces contrées détrempées et les quelques communautés antédiluviennes qui ont survécu ne sont guère plus que des spectres en ruines de leur gloire d’antan désormais aux mains de cannibales, de cultistes et de monstres. De nombreux réfugiés Lirgenis et hommes-lézards se sont exilés vers la ville mwangie de Jaha et, contrairement aux anciens habitants disparus de cette ville, l’ont ouverte aux visiteurs qui espèrent apprendre des célèbres astrologues et collaborer avec eux pour trouver une méthode permettant de mettre fin à l’ouragan enragé et se réapproprier leur contrée d’origine.



Au sud des Terres détrempées, l’ancienne nation du Sargave a subi d’incroyables changements au cours de ces dernières années. Une révolution incitée par la population native de la nation a renversé le gouvernement colonial chéliaxien qui était au pouvoir depuis plusieurs siècles et a établi la nouvelle contrée de Vidrian à la place du Sargave. Comme toutes les autres nouvelles nations, Vidrian a encore une longue route devant elle avant d’être vraiment stable, mais ses habitants espèrent que le fait de se diriger eux-mêmes amènera une ère de prospérité et d’innovation. Sous la direction des héros de la révolution, le conseil dirigeant d’Anthusis (autrefois Éléder) espère établir de nouvelles alliances commerciales et militaires tant à l’étranger qu’au sein de l’Étendue et empêcher les efforts de colonisation comme ceux du Sargave de se reproduire à nouveau ailleurs dans le Mwangi.



Les humains ne sont pas les seuls habitants de l’Étendue Mwangi cependant : de riches sociétés d’elfes et d’orques sont également présentes. Les elfes des nations de Mualijae (les Ekujae, Kallijae et Alijae) occupent la majeure partie de l’Étendue d’une manière ou d’une autre et, même s’ils ne font plus partie d’une nation unifiée comme autrefois, ils continuent d’exercer une influence importante sur la région toute entière. Les orques du lac Ocata, quant à eux, ont une portée bien moindre mais leur influence n’en est pas moins forte. Après la mort du Roi Gorille et la chute d’Usaro, ce sont ces orques de la jungle qui ont mené les efforts pour ramener la stabilité dans la région et reprendre leurs contrées natales des mains des forces démoniaques qui les dirigeaient autrefois.



Les PJ provenant de l’Étendue Mwangi ou familiers de cette région peuvent choisir entre 8 nouveaux backgrounds tels que Bonuwat élu des vagues, Lion lumineux et chercheur des Shoris ou encore acquérir un tatouage béni de la part des orques mwangis. Les héros actuels qui espèrent émuler les pouvoirs et les traditions des Dix guerriers magiques et du Vieux-Mage Jatembe peuvent également adopter l’archétype de guerrier magique.



Guettez attentivement le troisième et dernier récit court de Tim Pratt plus tard cette semaine dans la série des Histoires des Présages perdus. La semaine prochaine, nous voyagerons vers l’Avistan du sud et la grande région du Vieux Chéliax avec un nouveau récit écrit par Liane Merciel.

Modifié par un utilisateur mercredi 17 juillet 2019 16:55:32(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 5 utilisateur ont remercié Dalvyn pour l'utilité de ce message.
Annonce
Offline Agasha Takeshi  
#2 Envoyé le : mercredi 10 juillet 2019 13:04:00(UTC)
Agasha Takeshi
Rang : Habitué

Inscrit le : 31/12/2009(UTC)
Messages : 1,482
Localisation : Paris

La révolution en Sargava, c'était suggéré dans un module ou un article, ou c'est un truc qui arrive sans aucune annonce ?
Offline Dalvyn  
#3 Envoyé le : mercredi 10 juillet 2019 14:40:34(UTC)
Dalvyn
Rang : Référent

Inscrit le : 15/12/2009(UTC)
Messages : 17,054
Localisation : Dinant (Belgique)

Je loupe peut-être un module ou l'autre qui se déroulait au Sargave (et que je n'ai pas lu pour ne pas me spoiler) mais, à ma connaissance, la principale aventure qui se passait là-bas était la campagne Serpent's Skull.

Au cours de celle-ci, les PJ partent en quête d'une ancienne cité disparue et de ses secrets, dont ils peuvent faire profiter diverses factions (comme les pirates, les mantes Rouges, le gouvernement du Sargave, le consortium Aspis et/ou la Pathfinder Society). L'aventure ne va pas jusqu'à traiter les conséquences de la découverte de la ville et les modifications dans le jeu d'influence des diverses factions, donc la révolution indiquée dans l'article plus haut n'est pas explicitement dépeinte, mais c'est une conséquence possible / logique de la campagne à mon sens.

Ceci dit, c'est aussi un changement qui ne découle pas forcément aussi directement des campagnes que les autres changements mentionnés avant.
Offline Dalvyn  
#4 Envoyé le : vendredi 12 juillet 2019 02:32:44(UTC)
Dalvyn
Rang : Référent

Inscrit le : 15/12/2009(UTC)
Messages : 17,054
Localisation : Dinant (Belgique)

Ceci est la traduction d’une histoire courte écrite par Tim Pratt et publiée sur le blog de Paizo.

Hazidah se tenait, droit comme un piquet entre deux autres étudiants, le premier un homme-lézard dégénéré et l’autre, un elfe sauvage Ékujae, alors que leur enseignant maigrelet, Mawunyo, gesticulait avec un bâton en direction des pics couverts de lierres, des arches grâcieuses et des larges tours du Magaambya, la plus grande académie magique de toute l’Étendue Mwangi, voire du monde.

« Vous vous embarquez dans une vie d’étude et de service. » La voix de Mawunyo était riche et forte malgré sa silhouette frêle ; elle évoquait chez Hazidah le souvenir inconfortable des voix des prêtres de l’Enfant Sans Mort qui résonnaient là d’où il venait. « Vous avez été choisis parce que nous décelons de grandes promesses en vous, de la passion et de la volonté, de l’esprit et de l’intellect, de la force et de la jugeotte… et peut-être quelques grains de sagesse qui pourront grandir et éclore si on les nourrit. » L’assistante de l’enseignant, Kweku, ricana et Hazidah risqua un coup d’œil dans sa direction. Elle accompagnait apparemment Mwunyo depuis des années, voyageant avec lui jusqu’aux extrémités lointaines du monde (voire même au-delà, à en croire certaines rumeurs). L’ourlet de sa robe était éclaboussé de boue ; ses cheveux étaient composés de milliers de tresses en désordre ; et une heure après l’avoir rencontrée, Hazidah était plus qu’à moitié amoureux. Problématique.



Mawunyo poursuivit. « Vous venez d’endroits différents mais vous êtes tous des enfants de l’Étendue, tout comme moi. Nous sommes les successeurs et les héritiers du Vieux-Mage Jatembe, qui a dit que ceux qui utilisent la magie portent une grande responsabilité, et que nous devons nous servir de nos connaissances pour améliorer le monde. Cela, je le fais en enseignant à des individus comme vous. »

« Et en battant à mort des démons à l’aide de baguettes, » dit Kweku.

Mawunyo haussa les épaules, qu’il avait osseuses. « Quand je suis à l’étranger. Quand c’est nécessaire. Avec des baguettes faites tout spécialement dans ce but. » Il frappa son bâton contre le sol, bâton qui n’avait pas particulièrement marqué Hazidah comme étant menaçant jusqu’ici, mais qui semblait l’être maintenant. « Nous n’avons pas besoin de telles armes ici. Nantambu la cité du Vent Chantant, est l’endroit le plus sûr où j’ai vécu. »

« Tellement sûr que nous partons parfois juste pour ressentir le frisson du danger, » dit Kweku.

Mawunyo ne sembla pas remarquer son intervention. « Ceux qui veulent du mal à la cité découvrent rapidement à quel point il est dément d’attaquer un endroit que des centaines de mages considèrent comme leur demeure. Aucun attaquant n’a eu besoin d’apprendre cette leçon récemment. Cette sécurité nous donne la liberté nécessaire pour apprendre en paix. Je suis ici pour vous aider à découvrir comment vos talents peuvent servir au mieux le monde. » Il s’appuya sur son bâton et observa chacun des étudiants tour à tour. Les yeux de l’instructeurs semblèrent pénétrer l’âme d’Hazidah. Hazidah espérait que ce n’était pas le cas.

Le vieil homme reprit la parole. « Dites mois : une fois que vous aurez obtenu les pouvoirs dont vous rêvez, quels objectifs comptez-vous atteindre ? »

L’homme-lézard parla lentement, avec de nombreux mots dans une langue qu’Hazidah ne connaissait pas, mais, dans l’ensemble, cela semblait avoir un rapport avec l’amélioration du mode de vie des femelles de son espèce. Peut-être s’agissait-il d’une femme-lézard ? Hazidah ne savait pas du tout comment faire la distinction. Les créatures de ce genre n’étaient pas très courantes chez lui, à Mzali. Puis l’elfe prit la parole, quelque chose d’abstrait à propos de la combinaison des arts arcaniques et druidiques pour forger une sorte d’alliage magique à la fois plus puissant et plus flexible que chacune des deux parties. Mawunyo et Kweku opinèrent du chef avec un air pensif pendant ces deux discours, puis ils se tournèrent vers Hazidah.

Il redressa sa colonne vertébrale et dit « Je viens de Mzali, la demeure de l’Enfant Sans Mort, qui dirige mon peuple avec leu feu et la terreur. Connaissez-vous l’endroit ? »

« J’y suis déjà allé, » dit Mawunyo. « Quand c’était un lieu à la gloire déclinante, avant que l’enfant-momie Walkéna ne s’éveille et n’en prenne le contrôle. Mais je n’y suis pas retourné depuis lors. »

« Les citoyens ne sont pas… encouragés à quitter la cité, » dit Hazidah. « Walkéna exige obéissance et sacrifice, et sa loi est cruelle si vous n’avez pas ses faveurs. Il y a un groupe, les Lions lumineux, qui cherchent à renverser Walkena et à rendre le contrôle de la cité aux vivants. Les Lions ont découvert mon intérêt pour les arcs arcaniques et ont proposé de m’aider à venir ici. Ils l’ont fait par pure gentillesse… mais j’aimerais leur rendre la pareille et mettre les pouvoirs que je pourrais acquérir au service de leur cause. Si personne ne s’oppose à Walkena, il atteindra son but d’unifier l’Étendue toute entière sous sa bannière enflammée. Il détruirait aussi cet endroit par le feu. Je veux empêcher cela. »

Mawunyo et Kweku hochèrent de la tête à ces paroles, exactement comme ils l’avaient fait aux proclamations ambitieuses des autres étudiants, et en son for intérieur, Hazidah fut soulagé.

« Prenez l’après-midi pour vous familiariser avec vos quartiers, » dit Mawunyo, « et au moins avec les environs de l’académie. Je vais réfléchir à ce que je sais de vos objectifs et de vos ressources et, demain, nous nous rencontrerons à nouveau pour discuter des premières étapes de vos études. » Il se retourna et partit en marchant, utilisant son bâton plus comme un accessoire que comme une aide pour marcher, selon les observations d’Hazidah. Peut-être était-il moins frêle qu’il ne le paraissait.

Le groupe se dispersa et Hazidah se dirigea vers son dortoir, se demandant où il pourrait bien trouver un endroit où s’isoler pour consigner les événements du jour. Kweku le rejoignit et avança à ses côtés. « Mzali, » dit-elle. « Tu as encore de la famille là-bas ? »

« Je… pas vraiment, plus vraiment. » Il pensa un bref instant au feu, aux cendres et aux taches sur les pierres mais repoussa ces images. Les actions avaient des conséquences. Il ferait des choix plus sages que ceux de ses parents et de ses frères. « D’une certaine manière, tous les habitants de Mzali sont ma famille et méritent d’être libérés. » Cela sonnait comme une phrase qu’un ami des Lions pourrait dire.

« Je suis désolée d’entendre cela. » Elle se retourna et se mit à marcher à reculons de manière à pouvoir lui faire face tout en lui parlant, parvenant à grimper facilement plusieurs marches en marche arrière. « Cet endroit doit te sembler bien différent. Pas juste différent au niveau du style architectural mais aussi des différentes sortes de gens, la musique dans l’air, l’absence d’une atmosphère de terreur omniprésente… »

« C’est… un changement très rafraichissant. »

Kweku hocha la tête et prit la tête pour traverser une large plazza déserte. « Je voulais te dire, il y a un groupe plutôt petit mais très impliqué, qui étudie le problème de ton Enfant Sans Mort Walkéna. J’en connais quelques membres. Il y a même un mage de la tempête et du soleil parmi eux. Peut-être voudrais-tu que je te présente ? »

Hazidah hésita. Il ne savait pas s’il avait été envoyé dans cet endroit sur l’ordre direct de l’enfant-dieu Walkéna lui-même, comme l’avait prétendu le prêtre qui l’avait recruté, ou s’il faisait partie d’un projet propre au prêtre lui-même mais, quoi qu’il en soit, sa mission était à la fois simple et immensément complexe : trouver la faiblesse de l’académie et découvrir comment les mages qui s’y trouvaient réagiraient face à une invasion par les forces de Mzali, afin que l’Enfant Sans Mort puisse plus facilement contrer leur plans. Faire partie d’un groupe qui s’occupe tout spécialement de la menace que représente Walkena serait parfait pour rassembler ce type d’informations, mais cela pourrait également l’exposer à plus d’attention, et sa mission était censée être lente, prudente et durer des années. « Je ne suis pas certain d’avoir beaucoup à offrir à un tel groupe. »

« Oh, je ne sais pas. » Kweku afficha un large sourire. « Avoir un agent double à qui les prêtres de l’Enfant Sans Mort font confiance pourrait être un grand avantage pour nous. »

Hazidah s’immobilisa. Sa main se dirigea lentement vers l’intérieur de ses robes mais Kewku renacla. « Tu perdrais un combat contre moi dans tous les cas mais, quoi qu’il en soit, jette un coup d’œil vers le haut avant de tenter quoi que ce soit. »

Il tourna rapidement son regard vers le haut et vit quelque chose dans l’air au-dessus de lui, comme un reflet de soleil sur du métal poli. Les histoires disaient que les mages de la tempête et du soleil volaient haut au-dessus de l’académie et guettaient les menaces qui s’en approchaient… et qu’ils étaient capables de s’occuper de dangers bien plus grands qu’Hazidah. Il baissa sa main et fixa Kweku droit dans les yeux. « Je suppose que j’aurais dû faire semblant de ne pas comprendre. »

« C’est ce que de nombreux espions auraient fait… mais ça nous permet de gagner du temps. Nous sommes au courant depuis le moment où tu t’es présenté comme candidat. La magie qui cache ton mensonge est bonne mais nous avons creusé ton histoire et nous avons trouvé des éléments qui ne résistaient pas quand on grattait un peu. » Elle se rapprocha de lui ; il se raidit, s’attendant à une attaque, mais au lieu de cela, elle enroula son bras autour du sien. « Marche avec moi. »

« Est-ce que tu m’emmènes pour me faire exécuter ? Ou pour briser ma volonté et faire de moi ton serviteur ? »

« Ta vie sous le contrôle de l’Enfant Sans Mort a été difficile, Hazidah. Tu vois des ennemis partout. Je ne suis pas ton ennemi. Je suis son enseignant. Et ce que je vais t’enseigner aujourd’hui, c’est que tu es dans le mauvais camp. »

Hazidah secoua la tête. La loyauté était primordiale, le fondement de tout temple, le sol sous chaque pas, et transgresser cette règle envers Walkena menait à la punition des Sept soleils en colère. Le prêtre qui l’avait recruté avait pris des précautions pour s’assurer de la loyauté d’Hazidah, même si sa foi vacillait. « Même si je me laissais berner par tes mensonges, mon obéissance est garantie par des pouvoirs qui sont bien au-delà de ma volonté. »

« Oh oui, je sais, » dit Kweku. « Les sorts qui te lient ont eux-mêmes des sorts qui les lient. Il faudra les enlever si nous voulons avancer. » Elle le tapota sur le bras. Il tenta de se souvenir de la dernière fois qu’il avait été touché de manière aussi amicale. « Ça tombe bien, que nous soyons dans la plus grande académie magique du monde, entourés par des experts en magie, non ? »

Son cœur chavira à son toucher. Il n’avait jamais rencontré de personnes comme elle chez lui ; elle était intelligente et puissante, mais elle était désordonnée, impulsive et franche. Tout ce qu’il aurait dû détester : un individu natif de l’Étendue qui avait été corrompu et affaibli par le monde extérieur et qui cherchait à ramener ce poison chez lui. Et c’était bel et bien du poison. Il pouvait faire semblant d’être d’accord, les laisser penser qu’ils étaient parvenus à le rallier à leur cause tout en rassemblant des informations à utiliser contre eux… c’était certainement possible d’être un agent triple.

Elle trébucha sur une pierre décelée et plaça sa main sur le bras d’Hazidah pour se stabiliser… puis laissa sa main à cet endroit tout en continuant à marcher.

« Est-ce que tu… on travaillera ensemble ? » Il fixa du regard ses doigts qui étaient posés sur son avant-bras.

« C’est l’idée, oui. Je serai ton agent, Haz. On fera de grandes choses ensemble. »

Haz. Son coeur Chavira à nouveau, et il pensa : et si elle transmet sa corruption, à moi ? Ne valait-il pas mieux combattre maintenant et mourir, tant qu’il était pur ? Ou avait-il juré allégeance à la mauvaise flamme : la flamme du pouvoir de son maître, plutôt que la flame qui brûlait en son sein ?

Elle s’écarta pour le guider à travers une arche à la base d’une tour sombre et, lorsqu’elle lui tourna le dos, il tendit les bras dans sa direction.

Même lui ne savait pas encore, à ce moment-là, s’il le faisait pour l’étrangler ou la prendre dans ses bras.


thanks 2 utilisateur ont remercié Dalvyn pour l'utilité de ce message.
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

Privacy Policy | Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2019, Yet Another Forum.NET