Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

7 Pages«<567
Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline Uktar  
#121 Envoyé le : jeudi 3 octobre 2019 16:12:35(UTC)
Uktar
Rang : Habitué

Inscrit le : 21/06/2010(UTC)
Messages : 4,325
Localisation : Codognan(30)

78 / 78

Explosion: 2/7
Sorts niv 0: 4/4
Sorts niv 1: 6/6
Sorts niv 2: 5/5
Sorts niv 3 : 5/5
Sorts niv 4 : 4/4
Forme animal: 4/4
CA : 15

En d'autre circonstance, il aurait volontiers participer à ce genre de jeu, ou était le temps ou l'amusement était de rigueur? Pendant un court instant il se rappela leur première vadrouille, le binôme qu'il formait avec son compagnon Keldrim lui manquait!!
Mais l'heure n'était plus à l'amusement et voir s'effondrer le pauvre Fredrigo l’attrista. Tout en soupirant il chuchota à Florentia « J'espère que tu as ce qu'il faut pour que demain matin il n'ai pas l'esprit embrumé? »

La disparition de la dame, ne plaisait pas au druide. Il chercha du regard dans les endroits les plus sombres.
Il chercha également s'il n'y avait pas quelques rongeurs qu'il aurait pu imiter pour plus de liberté.


CA:15


Offline nauron  
#122 Envoyé le : jeudi 3 octobre 2019 17:51:27(UTC)
nauron
Rang : Membre

Inscrit le : 28/07/2016(UTC)
Messages : 12

Florentia
Alchimiste 8
Bombes:14/14
DEF : 19/15/14
Etat: normal

62 / 62


«  Oui, j'ai ce qu'il faut, mais je ne sais pas si il le mérite... Qu'est ce que tu en dis? »

Répondit la jeune sylphe un sourire taquin aux lèvres.
Elle savait exactement qu'il lui restait plusieurs bontés de l'alchimiste pour remonter les héros du drakkarys en cas de besoin.
Et sur le rêve de Kali construire leur vie
Offline mdadd  
#123 Envoyé le : dimanche 6 octobre 2019 19:42:04(UTC)
mdadd
Rang : Staff

Inscrit le : 23/12/2009(UTC)
Messages : 5,290
Localisation : Charente Aquatique (17)

a soirée s’étendit tard dans la nuit pour ceux qui avaient le cœur bien accroché. Pour d’autres, comme le Sieur Tampoli, elle fut de plus courte durée. Pourtant le Charmeur de ces Dames de Magnimar, rempli d’anecdotes de conquêtes fortuites de femmes adultères aux maris revanchards et jaloux, les premières cornes accompagnèrent son récit, mais le breuvage ressemblant à un vin au fort gout fruité, lourdement alcoolisé et laissant un goût amer dans tout le circuit digestif, tout en piquant le palais et la langue afin de réveiller les papilles, finit par avoir raison de sa résistance qui n’était pourtant pas si légère que cela. Frédrigo devait sans doute apprécier des vins plus légers et raffinés comme ceux du Taldor ou de l’Andoran ou encore plus exotiques que ceux du lointain Qadira. Ce Drakkarys était aussi fort et rude que l’étaient les Ulfes et il allait bien avec le folklore local. Oradin quant à lui n’avait aucune peine à rester digne après plusieurs cornes. Il put allègrement discuter avec les riches marchands qui occupaient la tablée, car le groupe ne prenait pas toutes les places à la table d’honneur, sans compter que L’Pêchou ne pouvant se résoudre à occuper une telle position, avait libéré une place supplémentaire, préférant la fosse et ses banquettes plus simples et à son niveau. C’était le moment pour le serviteur d’Abadar, de prendre des nouvelles du commerce dans ces contrées, tout comme l’un d’eux lui demanda en retour de leur parler du commerce en Varisie et quelles nouvelles il rapportait de maître Hakeen, leur compatriote. Ce dernier avait bonne réputation, un commerce solide et était un guerrier redoutable. D’après qu’il fut un de ces nobles ulfes qui aurait pu devenir Jarl d’une petite contrée ou d’un fief, tout comme le seigneur Asvig, mais l’appel de la route avait été plus fort que celui des guerres incessantes, des razzias et des grands voyages vers des Terres Inconnues à piller.

Quant au rôle des femmes ulfes dans leur société, Florentia obtint quelques éclaircissements qui n’étaient sans doute pas pour plaire à la liberté des femmes. En quelque sorte, les femmes n’avaient pas les mêmes rôles, devoirs, droits et privilèges selon leur statut social. Le plus bas était l’Ambátt, la femme esclave, issues de terres lointaines et rapportées des razzias, raids et guerres, elles étaient chargées des tâches lourdes et les plus ingrates comme les labours, le travail du sel, du grain, les élevages et parfois les plus chanceuses et les plus serviables s’occupaient des très jeunes enfants en tant que fóstra, la nourrice. Puis venaient les femmes de classe moyenne, une majorité des femmes ulfes, leur rôle se limitant au foyer dont elles s’occupaient et où elles règnaient de plein droit et en pleine autorité en l’absence de leur époux parti à la guerre. Elles devaient se marier, faire des enfants, les élever, prendre soin des personnes plus âgées et s’occuper de la maisonnée, c'est-à-dire de la plupart des tâches ménagères. Au retour de leur mari, elles étaient entièrement dévouées à celui-ci, car il est celui qui peut apporter la fortune, protéger le foyer et défendre la famille. Enfin la dernière catégorie appartenait à la noblesse. Ces femmes avaient de hautes responsabilités. Elles étaient régentes en l’absence de leur mari, intendantes, supervisaient les travaux importants pour renforcer ou agrandir le foyer ou le fief de leur époux, elles étaient les gardiennes des traditions familiales, responsables de l’éducation des enfants, elles protégeaient l’honneur de la famille et du clan, incitant parfois les hommes à exercer leur droit de vengeance et à partir en guerre pour cela, elle devenaient la húsfreyja, la maîtresse de maison, qui gagnait ainsi en autorité comme en indépendance et jouissait en retour d'un profond respect. En effet, l'épouse ulfe participait de la sorte à la position et à la fortune de son mari. Elle n'était jamais tenue pour un objet de plaisir, on la respectait et ses avis étaient toujours écoutés car elle était la gardienne des Lois, de la Sagesse, du Trésor et de la Famille dans le foyer.

Il existait d’autres catégories de femmes qui avaient un statut social particulier. Celles qu’on appelait les skjaldmö, les femmes-guerrières qu’on appelait aussi les Vierges du Bouclier. Elles étaient de redoutables guerrières et participaient activement au combat sur les champs de bataille jusqu’à ce que vienne le temps d’avoir un époux. Elles perdaient alors toute combativité, identité et indépendance pour devenir une femme ulfe dépendante de son époux. Puis viennaient les Völvur, des femmes élues des Dieux, des prophétesses, des sorcières, des devins. Très souvent c'étaient des femmes âgées et seules ayant coupé toutes attaches familiales. Quel que soit leur statut social ou leur rôle, les femmes ulfes ne partageaient pas une tablée avec des invités en présence de leur mari. L’époux devait garder pleine autorité devant ses hommes mais il acceptait sans problème les conseils de son épouse. Celle-ci restait toujours en retrait et s’occupait de la bonne marche du service, elle ne partageait la table de son époux que lorsqu’ils étaient uniquement en famille avec leurs enfants. Bien-sûr cela ne s’appliquait pas aux invitées qui n’avaient pas les mêmes mœurs, origines, coutumes, comme c’était le cas de Florentia.

Les conversations durèrent aussi une bonne partie de la nuit pour ceux qui voulaient veiller. Rien ne forçait les gens à rester le plus tard possible. Lorsqu’on était fatigué, on allait tout bonnement trouver une place sur les larges banquettes qui bordaient les murs latéraux et on dormait du sommeil du juste, au chaud et sous la protection des soldats ulfes qui se relayaient toute la nuit. Le Jarl quitta la table vers minuit, après avoir salué et remercié tous les invités pour avoir fait de cette soirée une bonne soirée riche en événements et histoires. Il promit aux jeunes héros de leur faire escorte dès l’aube jusqu’à la lisière de ce qu’on appelait la Svartskov, quelque chose qui pouvait se traduire comme « la forêt noire » en langue commune, c’était quelque part là-dedans qu’Asger vivait en ermite, au milieu des bêtes sauvages. Il ne pouvait guère apporter plus d’aide, personne ne savait exactement où il se terrait et la forêt était bien trop dangereuse surtout en cette période où les meutes de loups se rassemblaient car ils commençaient à être affamés et les monstres finissaient de faire leurs réserves pour l’hiver, car... « winter is coming » !
Tu sais ce que c'est, être réduit à l'état de pulpe ?
Offline nauron  
#124 Envoyé le : dimanche 6 octobre 2019 20:58:37(UTC)
nauron
Rang : Membre

Inscrit le : 28/07/2016(UTC)
Messages : 12

Florentia
Alchimiste 8
Bombes:14/14
DEF : 19/15/14
Etat: normal

62 / 62


La soirée se poursuivait, les informations que recueillait la jeune sylphe ne lui plaisait pas spécialement mais bon ce n'était pas son problème principal...

Elle tira sa révérence peu après le chef de maison puis se trouva un coin pour se reposer, elle prépara le nécessire pour réaliser une bonté de l'alchimiste pour Frédigo afin d'optimiser son efficacité.

A son réveil, elle prépara des extraits de résistance aux énergies destructrices pour tout ceux qui en avait besoin, elle vérifia méticuleusement ses composants, ses ingrédients pour les bombes et commença à lire.En attendant que les autres se lèvent.

Quand elle estima qu'il fut l'heure pour le perdant du Drakkarys, elle alla le voir le secoua et posa la bonté de l'alchimiste près de lui puis parla:

«  Allez debout, on boit la potion pour faire plaisir à la femme du marchand et on se remet »

Heureusement que notre séducteur n'ai pas eu le temps de se lancer le défi de séduire la dame du Jarl...
Et sur le rêve de Kali construire leur vie
Online poulosis  
#125 Envoyé le : mercredi 9 octobre 2019 19:53:01(UTC)
poulosis
Rang : Habitué

Inscrit le : 10/11/2010(UTC)
Messages : 4,199
Localisation : Nantes

Oradin
Sorts Ora niv1 : 4/4
Sorts Pal : 2/1
Châtiment : 3/3
Impo. 3d6 : 8/8
Pacte +1 : 1/1
CA 23/11/22

90 / 90

Oradin avait passé une bien bonne soirée parmi tous ces marchands réunis chez le jarl. Fort de ses nouvelles connaissances dans le commerce local, il s’était focalisé sur la qualité des mets servis. Son estomac était trop passionné pour qu’il puisse l’ignorer et snober tous ces plats. Aussi, chaque corne enfilée était accompagnée de son plat. Il ne se souvenait pas d’un aliment présent sur la table qu’il n’avait pas goûté. Toujours sur la route, le nain savait combien il était important de profiter de la moindre abondance de nourriture. Ses réserves étaient ainsi assurées !

À un moment donné, il s’aperçut que Frédrigo s’était assoupi. Il sourit. Visiblement, le tombeur de ses dames, qui s’était tant vanté de ses conquêtes féminines, était moins expert en boissons. Un éclat malicieux éclaira soudain son regard. Il repéra dans le foyer un morceau de bois pas encore entièrement consumé et transformé en charbon. Il le réserva et lorsqu’il fut refroidi, se pencha sur le barde avachi sur la table, le morceau noirâtre dans sa pogne. Il s’activa brièvement et se recula, contemplant son œuvre. Voilà que son compagnon ressemblait davantage au portrait du nobliau superficiel dressé dans ses histoires. Une belle moustache était dessinée sur son visage, pour lors figé dans l'inexpressivité du sommeil, partant au-dessus des lèvres pour venir s’enrouler avec emphase sur les joues.

Sifflotant, il jeta le charbon dans le feu, sortit se laver les mains dans la neige et soulager sa vessie et ses tripes bien pleines. Heureux de cette chaleureuse soirée, il salua les quelques quidams encore debout à son retour et s’allongea sur une fourrure disponible, non sans avoir ôté son armure et rangé le tout contre le mur, avec ses armes et son paquetage. Les ronflements du nain ne tardèrent pas à retentir dans la pièce par ailleurs plus calme.

Au réveil, il s’étira et s’occupa aussitôt de nettoyer son équipement. Il se plongea ensuite dans ses prières à Abadar, comme chaque matin, et renouvela la magie qui le protégeait des écarts de température. Il sortit alors devant, se déshabilla entièrement, et se frictionna le corps avec la neige tout en sifflotant un air de marche entraînant. Bien ravigoté et décrassé, il put profiter de nouveau du confort de la maison. Là, il s’harnacha pour se sentir comme un petit peton dans une pantoufle, avant de rejoindre ses compagnons déjà levés.

« Veinard ! Tu vas pouvoir remercier vivement Florentia pour te remettre la caboche à l’endroit, mon ami. Un bon bain dans la glace, rien de tel pour t’ouvrir l’appétit et profiter de ce petit-déjeuner royal ! » Fidèle à sa pholosophie de se remplir l'estomac à chaque occasion accordée par Abadar, lui-même s’attela à la tâche avec son entrain usuel. « Je n'ai pas rêvé hier soir. Le Jarl nous a proposé une escorte pour nous amener au plus près d'une certaine forêt. J'espère que nous n'allons pas tarder à décamper. Cette maison est une bénédiction pour les voyageurs, mais la tentation croît à chaque bouchée de prolonger encore quelques temps notre séjour, ce que nous ne pouvons hélas nous permettre. Rôôôô, ce pain à peine sorti du four ! Une pure extase ! »
En cours:
Endure elements

Modifié par un utilisateur dimanche 13 octobre 2019 14:20:37(UTC)  | Raison: Non indiquée

Utilisateurs actuellement sur ce sujet
7 Pages«<567
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

Privacy Policy | Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2019, Yet Another Forum.NET