Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

2 Pages<12
Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline Luciole  
#21 Envoyé le : dimanche 26 mai 2019 21:06:26(UTC)
Luciole
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 134

Alaëiel

11 / 11

CA14 (C10 ,D14)
Ref 12 / Vig 12 / Vol 17
Réservoir 0/4
Sorts 1 : 1/4


La petite arcaniste dissimule un soupir de soulagement. Il n'est pas aussi désespéré qu'elle l'avait, un instant craint... Par contre, il est hors de question de le lui montrer...
« Oui. Tu t'es clairement mal exprimé.  »
Confirme t'elle un petit sourire suffisant aux lèvres et sur un ton gentiment moqueur. Sourire qui s'adoucit cependant lorsqu'elle reprend...

« Les obligations familiales sont importantes certes... mais c'est tout de même un peu vexant de partir du principe de sa... faiblesse? Enfin, en tout cas, c'est comme ça que ce serait interprété par chez nous. Vouloir venir imposer une aide à un proche qui ne nous l'a pas demandé est une affaire délicate. Intrusive... Surtout si ce n'est pas fait subtilement. Même si c'est une mère ou un frère. »

Le regard se fait soigneusement neutre...

« A moins d'avoir de vrai raisons de penser qu'on a pu contrarier sa liberté...  »haussement d'épaules « Mais je sais que ce n'est pas la culture humaine alors je ne peut pas vraiment juger ce qu'il en est. Vous êtes bizarres à croire que tout repose sur vous... »
Et c'est qu'elle a réellement l'air perplexe la petite Alaëiel.
« Mais j'suppose que c'est ce qui fait votre charme » conclut elle joyeusement.


Offline Capuche  
#22 Envoyé le : mardi 28 mai 2019 11:43:30(UTC)
Capuche
Rang : Nouveau

Inscrit le : 25/06/2017(UTC)
Messages : 1

Thanys

2 / 21

CA 16
(Contact 13,Surpris 13)
Ref 17 / Vig 14 / Vol 12
Ténébres (0)
Lueurs Féériques (1)
Ombres dansantes (1)


Faut-il poursuivre sur le sujet maternel?
Probablement pas, l'arcaniste ayant eu l'air de faire confusion sur tes motivations, il serait inutile d'aggraver son doute en continuant à apporter de l'eau à son moulin.

«  La culture humaine hein? J'ai pour ainsi dire baigné dans les deux, mais vécu plus longtemps parmi les humains. On dit les elfes trop distants et détachés, certains les prétendent même remplis de morgue...  » Un sourire un peu moqueur? Provocateur? Qui laisse en tout cas sous-entendre que par bien des aspects et situations passées, tu t'es inclus dans une 'certaine' catégorie. «  Au fil du temps... comment dire? je vous qualifierais.. d'inconstants. Parfois bien trop repliés sur vous-mêmes par rapport au monde extérieur. Et parfois semblant exploser, comme débordants d'une trop grande fougue. »

Un instant de silence, tu la scrutes, une moue toujours moqueuse sur les lèvres.

«  Je dois néanmoins reconnaître que votre présence à vous deux dans cette expédition semble contredire ce détachement des problèmes extérieurs et des autres.
Tiens, et quitte à parler du "aider l'autre", c'est quoi exactement votre.. relation avec Tinufaë? Je la trouve, comment dire.. très protectrice à ton égard, rassures-moi, tu ne serais pas une sorte de sommité de là ou tu viens?  »


C'est à dire que outre le côté "garde du corps" et la monture quelque peu atypique, et en prenant en compte le soin vestimentaire des deux donzelles, on était en droit de se poser la question.
Même si cela semblait improbable au vu de leur participation à cette expédition.

«  Ne me dis pas que je dois t'appeler Princesse?  »

Allez, on se dit qu'on part sur un concours de moqueries de bonne guerre?

Modifié par un utilisateur mardi 4 juin 2019 12:42:46(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Luciole  
#23 Envoyé le : vendredi 31 mai 2019 23:28:00(UTC)
Luciole
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 134

Alaëiel

11 / 11

CA14 (C10 ,D14)
Ref 12 / Vig 12 / Vol 17
Réservoir 0/4
Sorts 1 : 1/4


Les yeux se lèvent vers le ciel.
« Bah... en même temps, je suis plus âgée que tous les humains actuellement en vie. Ou presque tous. Alors tu m'excuseras sur l'aspect distant. Il parait qu'on tourne la tête un instant et.. ils se retrouvent avec une tripotée d'enfants ou de petits enfants. » De la morgue... ce qu'il ne fallait pas entendre. Elle lui en donnerait du détachement tient. Mffff ! Bon, en même temps ça lui faisait plaisir que lui aussi se trompe. Si un semi elfe n'était pas capable de faire la distinction, alors elle n'avait rien à craindre. La changeline expliqua donc très sérieusement.
« On sait prendre notre temps pour les choses qui comptent, et ne pas s'encombrer l'esprit avec les problèmes inutiles... C'est très différent. »

Vu ce qu'il rajoute... il la faisait tourner en bourrique, n'est ce pas? Par contre à la supposition suivante, elle est bien incapable de dissimuler sa stupéfaction autrement que par une quinte de toux.

«  Une.. Une sommité..?  » Heu... clairement pas. Ah non, non. « Heu... non... ou sinon j'suis pas au courant. Et du coup je te confirme que non. J'ai beau être absolument géniale et modeste, ca n'a pas l'air de faire beaucoup d'effet par chez nous.  » Un léger rire... Quelle est leur relation avec Tinufaë? Question compliquée...« Tinufaë est ma sœur de cœur, et elle a toujours été très protectrice. Que ce soit envers moi, envers d'autres, ou même envers un écureuil ou un pauvre petit moineau qu'elle trouverait blessé. Alors bon... Méfie toi qu'elle ne décide pas de te ranger dans cette catégorie. »

Il lui a soufflé une idée...
« Par contre si tu veux m'appeler Princesse, je dit pas non !  »

Offline Capuche  
#24 Envoyé le : mardi 4 juin 2019 13:25:38(UTC)
Capuche
Rang : Nouveau

Inscrit le : 25/06/2017(UTC)
Messages : 1

Thanys

2 / 21

CA 16
(Contact 13,Surpris 13)
Ref 17 / Vig 14 / Vol 12
Ténébres (0)
Lueurs Féériques (1)
Ombres dansantes (1)



«  Mouais... c'est justement cette version des faits qui doit être agacante "on tourne la tête et hop". Ca peut donner l'impression que vous ayez le sentiment de vivre et évoluer à une autre vitesse, sur une autre plan que les autres races.
Enfin...  »


Un petit rire au ''ou alors je ne suis pas au courant''. C'est presque charmant, tout comme cette fausse fausse-modestie mise en scène.

«  Je vais me méfier pour Tinufaë alors, je remplis quelques critères que tu rapportes. Même si pour l'instant, j'ai l'impression d'être à ... l'abri de cette trop grande bonté. Et ce n'est même pas un reproche!

Quant au surnom, j'y songerai, mais il ne faut pas abuser des bonnes choses et le petit dernier me plaisait bien. »


Voili, voilou....

Hem...

Tu ne sais pas comment rebondir après cela.
Les interactions sociales n'avaient jamais été ton fort, et même si l'elfette avait de quoi mettre à l'aise... Il te semblait avoir épuisé tes sujets de discussions.

Donc et bien euh... soit on la laissait rebondir sur autre chose.
Soit on attendait gentiment l'arrivée des autres.

C'était un bon plan non?
Tu regardes d'un air faussement intrigué autour de toi, cherchant une diversion ou un échappatoire.

Alors à bien y penser, il y avait bien quelque chose qui te revient à l'esprit.
Quelque chose d'incongru s'étant déroulé sous terre tout à l'heure.
Incongru, intriguant et presque malaisant.
Presque car ce serait un comble si le semi-drow devait être celui mal à l'aise dans un groupe mais quand même.

«  Humm... on les avait laissé si loin ces montures? Je... Espérons qu'elle rentre vite.  »

Difficile maintenant de la quitter du regard, alors que le souvenir ne quitte plus ton esprit.

«  Humpff.. autant se lancer. Je te poserai bien une dernière question, je songe à quelque chose mais... et bien tu n'es pas obligée d'apporter une réponse hein ? C'est juste que, ca m'a échappé sur l'instant, le combat toussa... mais il s'est passé quelque chose en bas.
Plus précisèèment, tu as dit quelque chose et je me demandais...  »


La fin de la question reste en suspens. Autant voir déjà sa réaction, si elle tique.

Modifié par un utilisateur dimanche 22 septembre 2019 23:10:37(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Luciole  
#25 Envoyé le : dimanche 22 septembre 2019 20:34:02(UTC)
Luciole
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 134

Alaëiel

11 / 11

CA14 (C10 ,D14)
Ref 12 / Vig 12 / Vol 17
Réservoir 0/4
Sorts 1 : 1/4


Le sujet est visiblement sensible pour le semi...humain donc, au vu de son ressentis. En même temps, songe elle, c'est compréhensible de se raccrocher au coté qui ne vous repousse pas. Mais son point de vue changera probablement au fil des décennies. L'elfe se contente donc d'un léger sourire, sans répondre. Probablement qu'il le prendra comme une confirmation.

Le silence retombe...

C'est apaisant le silence. Enfin, le silence où on entends le vent qui danse dans les branches du sycomore...

« Mmm? Oh, elles en ont probablement pour une bonne demie heure, probablement un peu plus. Mais ne t’inquiète pas, je suis sure que tu saura repousser tout danger qui se présenterait entre temps. Genre un lapin sauvage et féroce. Ou un papillon de guerre. Ça peut être terrible un papillon de guerre... Surtout si tu t'interpose entre SA fleur et lui. »

Non, non, elle ne se fiche pas de lui. Pas du tout... Et penche légèrement la tête pour écouter sa question, moqueuse...

Vu les précautions qu'il semble prendre, elle se demande bien ce qui lui passe par la tête... Pense il à lui demander la couleur de ses sous-vêtements ou le doudou préféré de Tinufaë ou - Ah non... Ah non... en fait elle aurait peut-être préféré... Allons, il y avait peut être un espoir....

« J'ai dit quelque chose moi ? Quand ça? Aië probablement... et heu... attention ?  »

On pouvait toujours rêver...

Offline Capuche  
#26 Envoyé le : dimanche 22 septembre 2019 23:51:49(UTC)
Capuche
Rang : Nouveau

Inscrit le : 25/06/2017(UTC)
Messages : 1

Thanys

2 / 21

CA 16
(Contact 13,Surpris 13)
Ref 17 / Vig 14 / Vol 12
Ténébres (0)
Lueurs Féériques (1)
Ombres dansantes (1)



Il y a certaines situations ou il est si facile de flairer le malaise déclenchée par une simple question.

Un instant tu t'en voudrais presque que d'avoir rompu le silence et la presque harmonie qui s'était installée, mais... et bien c'était plus fort que toi.
C'était difficile à exprimer, mais tes propres origine,s ton histoire, quelque chose dans tout cela, te poussait à rechercher la compagnie d'autres... d'autres gens différents.
Sylphiane, Thess'na. Elles aussi étaient rejetées pour ce qu'elles étaient.
Et ce lien en quelque sorte vous avaient poussé l'un vers l'autre. Ou en tout cas t'avait poussé vers elles.

En quelque sorte, la recherche de la bizarrerie, l'étrangeté, était devenue un style chez toi.
Et plus bas, dans les profondeurs, alors que tu l'avais entendue si distinctement, un instinct avait frissonné en toi.

En soi, la chose pouvait paraître banale.
Il s'agissait juste d'une langue après tout.

Mais au final, et bien, pas vraiment une langue comme les autres. Si?
Après tout, elle avait déjà parlé de fées. Mais cela semblait concerner Tinufaë.
Et.
Et elle semblait s'y connaitre... tellement bien en la question.

«  Je présume que ça t'a échappé, en bas, dans la bataille. A vrai dire... l'aklo n'est pas une langue que l'on avoue savoir manier sans gêne habituellement.  »

Un silence pour appuyer la phrase à venir avec un sourire.

«  Mais je suis habitué à être affreusement plus gênant que le reste, du coup ne t'inquiètes pas pour toi. »

Il y a comme une lueur dans les reflets mordorés de ton regard.

Modifié par un utilisateur mercredi 25 septembre 2019 22:52:30(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Luciole  
#27 Envoyé le : lundi 23 septembre 2019 14:01:17(UTC)
Luciole
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 134

Alaëiel

11 / 11

CA14 (C10 ,D14)
Ref 12 / Vig 12 / Vol 17
Réservoir 0/4
Sorts 1 : 1/4


Tout ça pour ça ? Oh, et bien pas la peine d'en faire une montagne songe Alaëiel. Si ce n'était que la forme et non le fond....

« Ah ça? Oh mais ne t’inquiète pas hein. Bien sur que je parle aklo, mais en même temps, je connais des tas de langues. Draconique, sylvestre, tadorien,... et ainsi de suite. Ce n'est pas pire ou plus gênant que maîtriser le gobelin... » un léger silence.. et elle précise. « Je parle aussi gobelin au cas où tu te demande.... »

Le fait qu'elle ne l'ai jamais appris n'était qu'un détail, une virgule dans la phrase. Elle aurait pu l'apprendre.

« N'importe quel érudit avec un minimum de culture magique devrait connaitre l'aklo même si c'est vrai qu'on ne s'en vante que peu...  »

Mmmm... elle en avait trop dit ou pas assez... L'air légèrement gênée, la changeline compléta...

« C'est que c'est ... heu... un peu vulgaire. Et quand je dit un peu, je devrais plutôt dire carrément. Tout est à double sens ou avec des sous entendus sadiques, humiliants ou carrément obscènes. Ils doivent avoir plus d'une vingtaines de terme pour...heum...Fin... tu voit l'idée !Du coup c'est idéal pour les insultes.... Et j'était un peu énervée... pis y avait une chance qu'elles comprennent..... »

Une pensée lui traverse l'esprit et elle lui lance un regard horrifié.

« Rassure moi, tu n'as pas compris hein ! Dit moi que tu n'as pas compris un traître mot de ce que j'ai raconté ! Et puis, d'où tu reconnais cette langue? »

Offline Capuche  
#28 Envoyé le : mercredi 25 septembre 2019 23:07:49(UTC)
Capuche
Rang : Nouveau

Inscrit le : 25/06/2017(UTC)
Messages : 1

Thanys

2 / 21

CA 16
(Contact 13,Surpris 13)
Ref 17 / Vig 14 / Vol 12
Ténébres (0)
Lueurs Féériques (1)
Ombres dansantes (1)



Après tout oui... elle semblait tellement bien connaître le sujet qu'il semblait naturel de maitriser le langage des fées.
Oui pourquoi pas.
N'importe quel érudit.
Et bien... admettons.

Et ca en était... décevant à vrai dire.
Heureusement qu'elle en était comique avec son inquiétude sinon tu en aurais presque tiré une tronche.

«  Et bien à vrai dire, non je n'ai pas tout compris, mais je crois avoir saisi comme une thématique, l'idée générale du message que tu as voulu passer.
Je ne suis pas un... 'grand érudit' comme certain ou certaines, je n'ai jamais appris cette langue. Il y a peu, je savais juste qu'elle existait.
Je crois que c'est... comment dire? Un autre effet d'une certaine rencontre récente. Je sais que c'est de l'aklo, je comprends l'idée générale et pourtant je serais bien incapable de le parler si je le voulais.  »


Espérons qu'elle ne prenne pas la nouvelle avec trop de gravité cette fois-ci.

« En tout cas, ça n'avait rien de ....

Princier.  »

Modifié par un utilisateur mardi 1 octobre 2019 20:05:46(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Luciole  
#29 Envoyé le : jeudi 26 septembre 2019 18:19:11(UTC)
Luciole
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 134

Alaëiel

11 / 11

CA14 (C10 ,D14)
Ref 12 / Vig 12 / Vol 17
Réservoir 0/4
Sorts 1 : 1/4


Il n'avait jamais appris cette langue et se plaignait de n'avoir compris que l'idée générale... Que lui fallait il donc ? Et s'il avait compris globalement ce qu'elle avait raconté.. mais... pourquoi ces questions. Il devait surement avoir une grande idée derrière la tête, une idée sans doute trop complexe pour qu'elle puisse la percevoir. Ou pas... C'qu'il n'en était pas drôle à tant de maintien.

« Dit toi que ça sauvegarde la chasteté de tes oreilles et de ta langue? Et non ça n'avait rien de princier...  » Peut être en le secouant un peu? Le sourire se fait plus... moqueur.. «  Si tu veux vraiment une traduction littérale ...Ça parlait de maternité, de différents orifices et d'ordures... en gros.  » rajoute elle d'un ton léger avec un battement de cils et un geste négligent de la main...
« En agrémentant d'un peu de couleurs pour faire bonne mesure bien sur... Je regretterais presque qu'ils n'aient pas compris eux. »

Satisfaisant n'était pas le terme, en y repensant... mais tout de même. Tout de même un peu... Ceci dit, la question suivante qui se posait c'était... que voulait elle faire de lui? Le but premier de lui donner quelques bases quant à ses nouveaux pouvoirs était acquis... La provocation peut être?

« Ceci dit, je suis sure que toi aussi tu as des talents cachés... à part attirer tout les regards j'entends... non ?  »

Tous les regards, la suspicion, et puis les fléchettes des mites... Ah oui, et les rejetons féeriques...

Modifié par un utilisateur jeudi 26 septembre 2019 18:49:34(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Capuche  
#30 Envoyé le : mardi 1 octobre 2019 20:56:55(UTC)
Capuche
Rang : Nouveau

Inscrit le : 25/06/2017(UTC)
Messages : 1

Thanys

2 / 21

CA 16
(Contact 13,Surpris 13)
Ref 17 / Vig 14 / Vol 12
Ténébres (0)
Lueurs Féériques (1)
Ombres dansantes (1)



Hochement de tête réprobateur.

«  D'orifices..oh.... je n'avais pas saisi cette nuance. Je comprends mieux leur désarroi à présent, tant de vilenie en une si frêle chose, ça a du les perturber, c'est certain.  »
Peut-être songer à creuser tout de même. Tant de littérature et d'aisance. En une langue si peu usitée. Enfin, tu le crois.

Il y a comme un instant de flottement. C'est étrange. Comme si chacun tâtait le terrain, sans savoir quoi chercher en réalité.
Il faut lui reconnaître qu'elle est charmante, surtout lorsqu'elle sourit et.
Et tu t'égares.


«  Des talents cachés? Moi? Et bien... il faudra m'excuser il se pourrait que d'autres soient tellement bien cachés que je les ignore moi-même pour l'instant. Je suis un être plein de surprises pour moi-même en quelque sorte, une pièce rare donc, un éternel renouvellement intérieur.

Sinon je t'ai déjà parlé ou prouvé mes talents d'escalade?
Oh, et je fais de très jolis bouquets. Sans prétention, mais jolis.
Sans parler de cuisine. Je n'ai jamais fait la cuisine pour le groupe? Et bien c'est peut-être tant mieux après tout.
Ah j'ai des prédispositions pour amadouer les animaux, mais je ne tenterai pas sur lees thylacines de l'autre jour, pas certain du résultat.
Et puis hummm... une excellente dentition, oui tout à fait.

Quoi d'autre voyons... que te dire sur moi...  »


Manifestement tu t'amuses.
Difficile de dire si cela relève de la moquerie ou de l'auto dérision.

Modifié par un utilisateur lundi 14 octobre 2019 15:02:36(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Luciole  
#31 Envoyé le : mercredi 9 octobre 2019 23:02:15(UTC)
Luciole
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 134

Alaëiel

11 / 11

CA14 (C10 ,D14)
Ref 12 / Vig 12 / Vol 17
Réservoir 0/4
Sorts 1 : 1/4


Frêle.. frêle... non mais il s'était regardé le grand escogriffe ? Elle n'était ni frêle, ni petite ! D'accord elle n'était pas très grande mais elle n'était pas petite ! Elle était sexy et adorable, mais pas frêle ! D'abords ! Mfffff !

Enfin... ce qui fallait reconnaître c'est que du coup la provocation semblait marcher puisqu'il attrapait la balle en vol et en rajoutait... Reprenant la même petite moue amusée, Alaëiel fit mine de compter sur ses doigts.

« Alors oui, effectivement tes talents d'escalade viennent d'être prouvé. Sur une paroi, tu as la grâce, la vivacité et l’élégance d'un aigle déplumé.  »
Un deuxième doigt se lève : « j'en conclut que tes papilles sont absolument ravies que ce soit moi qui m'occupe de la cuisine. Je t'ai déjà dit que j'a-do-rai aussi avoir un commis. C'est pratique les commis, on peut les envoyer faire toutes les taches un peu répétitive comme éplucher les légumes. Ou s'ils sont sage leur faire goûter les sauces pour avoir leur avis. Ou les fonds de gâteaux. C'est dommage, on avait fini tous les petits gâteaux que j'avais fait avant d'aller te libérer. On a oublié de t'en garder... Faudra que j'en refasse. Tu aimes les gâteaux n'est ce pas ? Toutes les personnes sensées aiment les gâteaux. N'est ce pas...? »

Ça sonnerait presque comme une menace. Un troisième doigt...
« Alors vu les traces, je suis certaine que tu pourras essayer sur les suivants. Y en a certainement d'autres. Je croit en toi ! Ou sur le cervidé géant dont on a vu la trace sinon? Et si tu te loupe, j'ramasserais tendrement les morceaux.

La dentition... Dois je en conclure que tu ne manque pas de mordant? C'est intéressant, dit moi... »
C'est qu'elle paraîtrait presque songeuse... avec un sourire jusqu'aux oreilles et une lueur étrange dans le regard. Presque gourmande... avant de hausser les épaules fataliste.

« Je ne sais pas... J'aime garder un peu de mystère chez ceux qui m'entourent, du moins jusqu'à ce que je les découvre... Et puis c'est bien plus drôle de découvrir par soit-même que de se faire offrir un récit déjà peaufiné. »

L'elfette se redresse. C'est vrai quand même qu'elle est vraiment petite. Elle lève une main au dessus d'elle, se protégeant les yeux qu'elle braque vers le ciel

« Nos ancêtres foulaient ces terres autrefois tu sais... Et quand je voit ça je peut comprendre pourquoi ils les aimaient... Elles rengorgent d'occasion et de vie. »

Au loin, les autres sont maintenant en vue...


Offline Capuche  
#32 Envoyé le : lundi 14 octobre 2019 15:30:31(UTC)
Capuche
Rang : Nouveau

Inscrit le : 25/06/2017(UTC)
Messages : 1

Thanys

2 / 21

CA 16
(Contact 13,Surpris 13)
Ref 17 / Vig 14 / Vol 12
Ténébres (0)
Lueurs Féériques (1)
Ombres dansantes (1)



Tu l'écoutes.
Sérieuse, ironique, moqueuse.

Un sourire aux lèvres.
Provocatrice, menaçante, souriante.

Elle en devient franchement attachante, cette... petite.

«  Alors de un... je n'ai rien a rajouter.
De deux... on avait dit assistant, et me voilà commis, c'est possible de revoir les petites lignes du contrat? Malgré ma passion des pâtisseries, j'aimerai renégocier certains termes.
De trois, je... disons qu'il y a faune et faune. Et celle du coin me semble discrètement un poil trop exubérante si tu vois ce que je veux dire.
De quatre... et bien mystère. A toi de voir si tu veux connaître la réponse à cette question.

Oh et ne t'inquiètes pas. Je me laisse plein de mystères personnels sous le pied. De talents cachés, de qualités insoupçonnables. Le temps de m'en souvenir, de les retrouver et je pourrais peut-être t'en faire la démonstration dans les jours à venir.  »


Elle se lève, avance de quelque pas.
Ton regard la suit, vaguement baladeur, avant de fixer la vue qu'elle contemple.

«  Une vue bien agréable il faut le reconnaitre. Il faut bien que le côté sauvage ait quelque attrait.  » Un silence. «  Ca pour être pleines de vie... Je dois dire qu'il y a une certaine majesté dans les cas de gigantisme croisés jusque là.. mais aussi la preuve d'une grande rudesse et brutalité.  »

Modifié par un utilisateur lundi 14 octobre 2019 15:40:46(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Guigui  
#33 Envoyé le : dimanche 24 mai 2020 22:39:57(UTC)
Guigui
Rang : Staff

Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 7,183

Alaëiel, Darmrok : au fil de l'eau (I)


Tanière des kobolds, 3 Sarénith 4711, le soir


'est le début de soirée, ils ont fini d'installer le camp et sur le feu mijote un ragout. Ce n'est pas exceptionnel mais ça devrait être agréable pour tous... Elle a couvert le tout et demandé à Claradelia si elle pouvait surveiller la suite.
L'avantage des taches qui occupent les mains, comme la cuisine, c'est qu'elles laissent l'esprit libre de vagabonder, et de reflechir. De se plonger dans ses souvenirs...

Et puis, ça le laisse libre aussi de tourner et retourner les questions. Parce que la changeline n'aime pas les questions sans réponses, ou admettre une ignorance totale..

Le principal interessé pourra sans doute combler les zones de flou...
« Darmrok, je peut vous parler un moment ? C'est à propos de ce qui s'est passé tout à l'heure » Se lance Alaëiel, faisant un signe de tête pour leur proposer de s'éloigner un peu. Histoire d'éviter d'être le centre de l'attention. Surtout si elle se plante en fait.



Assis à l'écart, dos à un arbre, les jambes allongées et les yeux rivés sur ses bottes, le demi-orc relève la tête, surpris. Il n'est pas plus causant que pendant l'installation du camp, mais il a l'air... de moins mauvaise humeur. Plus pensif. Il regarde la changeline un instant sans répondre, puis fait un geste avec ses mains, paumes vers le haut, comme pour dire "pourquoi pas, s'il le faut". Il se lève en prenant sa bardiche, mais se ravise et la repose. Les vieux réflexes ont la vie dure, mais là, vraiment, il sait qu'il n'aura pas besoin de son arme...

Surtout qu'il conserve son épée, qu'il réajuste dans son dos. Il ne sait pas très bien pourquoi il fait ça. Il a les idées peu claires depuis le combat. Mais, après avoir ressassé ses pensées tout l'après-midi, il se rend compte qu'il n'est pas mécontent que l'arcaniste lui propose un brin de causette. Il se dirige vers elle avec un geste d'invite. « Après toi, princesse, » lui fait-il, la laissant choisir la direction.



Il n'est pas très engageant... mais ça, elle s'y attendait, songe la changeline tandis qu'il la regarde, et déjà elle se prépare à battre en retraite vers la chaleur réconfortante du campement, mais il bouge. Acceptant sans un mot.
Elle n'est pas mécontente de voir qu'il met de coté sa bardiche. L'arme est plus grande qu'elle. C'est aussi le cas de l'épée mais... bah de toute façon il est une arme de destruction massive à lui tout seul. Alors un peu plus un peu moins. D'autant que ça ne risque pas de s'améliorer si ses idées sont les bonnes.

L'elfe esquisse un sourire. Princesse ? Et bien, il cache un peu plus de sophistication qu'elle ne lui en aurait donné crédit. Princesse... ! Elle prends la tête, se dirigeant vers le ruisseau non loin. Le chant de l'eau jouera peut être un effet apaisant et dans tous les cas couvrira le bruit éventuel de leur discussion. Il aura l'intimité qu'il désire peut-être.

Passant de pierre en pierre avec précaution (il ne manquerait plus qu'elle se casse la figure" elle s'assoit finalement sur un rocher, laissant trainer les orteils dans le courant froid.
«  Comment ça va...?  »
Le laisser parler. S'il en a envie.



Debout au milieu du ruisseau, en équilibre sur deux pierres plates, les mains sur les hanches, le demi-orc contemple l'endroit à la lumière du soir, clair en cette saison. Des demoiselles et divers insectes volants virevoltent au-dessus de l'eau et sur les berges en un ballet continu. L'endroit est très beau, très paisible. Paisible... Est-ce qu'on peut aimer la paix quand on sert la Guerre ?

« Ouais, ouais... » Répond-il distraitement au bout d'un instant, sans se rendre compte immédiatement qu'il n'est pas raccord avec la question. Il se tourne vers la menue changeline, gracieusement installée sur son rocher. Pourrait-on imaginer deux êtres plus dissemblables ?

Darmrok la dévisage un instant. Est-ce qu'elle lui demande réellement s'il va bien ? « Euh... Je veux dire... J'ai pas l'habitude de ce genre de question. C'est vrai que vous autres elfes, vous êtes plus... soucieux des autres, ou quelque chose comme ça. C'est nouveau pour moi. » Il se détourne de nouveau pour contempler un instant la course de l'eau et les reflets de la lumière sur l'onde. « Je suis venu ici, tout à l'heure. Enfin, non, un peu plus haut. Mais au bord de l'eau, oui. C'est plus... C'est mieux pour... gamberger. » Le demi-orc semble confus... soucieux... vaguement triste, aussi. Un mélange de tout cela. Rien à voir, en tout cas, avec le visage de brute bravache et goguenarde qu'il présente habituellement.



Les seuls bruits qui montent de la nature environnante sont le bourdonnement des derniers insectes diurnes et les cris des oiseaux ou des créatures qui se réveillent. On entends un peu plus loin le bruit étouffé du campement et le chant de l'eau. Un entre deux, entre chien et loup... Ce n'est pas vraiment calme mais oui, c'est apaisant. Les premières étoiles ne tarderont pas à apparaître songe t'elle en levant les yeux au ciel. C'est un peu comme lui d'ailleurs...
Elle est obligée de lever les yeux pour le regarder et le fait qu'il reste debout n'arrange pas les choses. Comment peut on être aussi massif sans en souffrir ? Sans avoir l'impression d'être écrasé en permanence. Alors du bout de l'orteil, elle lui envoie quelques gouttelettes sur les bottes.

Il l'a suivie. Mais il a l'air absent. C'est étrange de le voir dans cet état. Elle le laisse parler... S'il veut se confier, et si, surtout, il ne la considère pas comme trop étrangère pour ça. Mais peut être est ce parce qu'elle est étrangère justement qu'il le peut. Parce que leurs cultures sont diamétralement opposées. «  Je ne sait pas si on peut parler de souci des autres... » murmure t'elle. « Juste de ceux qui nous sont proches... Et là encore, s'imposer serait.. Je ne sait pas.. on ne peut pas imposer à quelqu'un de parler s'il n'en a pas envie. Juste lui dire que s'il le désire il trouvera une épaule et une oreille attentive. Ou même juste une présence. »
Un silence. « Ça fait du bien parfois de savoir que les autres sont là. Moi ça me fait parfois du bien…. ». Lui est un monstre à l’extérieur. Elle c’est à l’intérieur…Elle ne vaut pas mieux. Et elle sait que Tinufaë sera là lorsqu’il le faudra. Que ce soit dans un an ou un siècle. Allons, le bruit de l’eau la déprimait mais il n’était pas temps de s’apitoyer sur soi-même...
« Ce que vous avez vécu mérite bien qu’on y gamberge un peu non? »



Darmrok se tourne à nouveau vers Alaeïel pour la dévisager, comme s'il essayait de comprendre quelque chose. Est-ce qu'elle veut dire... Qu'elle considère qu'ils sont proches ? Il hoche la tête après ses dernières paroles, mais se détourne pour masquer l'émotion qui, à nouveau, l'étreint. « C'est pas que je veux pas en parler, c'est juste que... Je trouve pas les mots, c'est trop... » Dit-il d'une voix brisée, faisant le geste d'extraire quelque chose de sa bouche avec sa main.

Inspirant profondément pour garder sa contenance, il reprend. « J'étais... dans un endroit plein de brume. Y'avait rien d'autre... De la brume et c'est tout. Et un gnome... Il avait l'air complètement fou. Il m'a proposé de me faire rencontrer quelqu'un qui m'aiderait à... mieux servir Gorum... Mais ça sentait mauvais. Une ombre a commencé à se former. Et y'a eu comme un... une vibration dans l'air... Une voix m'a parlé. Une voix de femme. Elle m'a dit de fuir, que mes griffes ne pouvaient rien contre l'ombre. Alors j'ai fui, j'ai fui et le gnome s'est fait déchiqueter pendant que je fuyais... Il hurlait... J'entends encore ses hurlements dans ma tête ! » Gémit-il d'une voix rauque, les dents serrées. Il se ramasse sur lui-même et se prend la tête avec les mains.

Pendant un instant, le demi-orque reste ainsi, comme tétanisé, puis il se détend quelque peu et reprend. « Quand j'ai arrêté de courir, j'ai commencé à voir comme... des lumières... des étoiles... Chacune avait sa propre couleur, et elle émettait un son. Et... je crois que vous, vous étiez parmi ces lumières. Toi, Tinufae, Thanys... Enfin, je sais pas exactement qui était qui, mais vous étiez là, oui... Et puis la voix m'a parlé de nouveau. Elle m'a dit qu'elle pouvait pas se montrer... que je devais rentrer dans mon corps et que... que sa déesse avait parlé à Gorum, et qu'il... acceptait de m'aider ! »



L'elfe fait mine de ne pas voir l'émotion, trouvant soudain un interet tout particulier à un des rochers qui constituent le cours d'eau. Elle hoche simplement la tête et lorsqu'il reprends contenance, l'écoute, attentive.
Sur ses traits se succedent de l'interet, de l'étonnement, de la reflexion..
« Un gnome...? Mais que faisait un gnome dans..  » Dans quoi en fait... « je ne sait pas où..  » Il gémit, se ramasse sur lui même, et elle se redresse brusquement, remarquant à peine que du coup elle a flanqué ses pieds à l'eau.. Mais dejà il se détends et se reprends...
« Darmrok, vous n'etes plus dans cette brume. Il n'est plus là, c'est le souvenir de ses cris, pas ses cris que vous entendez. Ne laissez pas une voix vous assaillir. Ne la laisse pas continuer à s'en prendre à toi...  »Elle a beau se vouloir rassurante, elle aimerais bien pouvoir le vérifier mais... Il va falloir faire sans.

« Des lumières et des étoiles... c'est une conceptions assez poétique pour parler des esprits et des ames je suppose. Vu l'état où tu était... mais... Darmrok, à quoi ressemblait cette déesse, ou cette voix? »



« A quoi elle ressemblait ? » Répète Darmrok, presque surpris de la question. Son regard va de droite et de gauche, comme s'il cherchait un souvenir qui voletait devant lui, invisible, et qu'il ne parvenait pas à attraper. « C'était... un murmure. Un souffle. Elle me chuchotait à l'oreille. »

Il prend une nouvelle inspiration avant de continuer. La relation de son expérience mystique semble lui coûter autant que lui faire du bien. « Quant à la déesse... La voix n'a pas dit de qui il s'agissait. Je ne l'ai pas vue, je n'ai pas vu sa lumière. Et en effet, je me suis dit que ces lumières pouvaient être des âmes... ou en tout cas des forces vitales. Certaines étaient petites, ou faibles, d'autres brillantes et énormes. Il... Il n'y avait pas que des mortels parmi ces lumières... » Ajoute-t-il dans un souffle.



Un murmure.. Un souffle.. Bon sang, ça lui évoque terriblement quelque chose
« Darmrok, je sais que ce n'est pas facile mais est ce que ce murmure te semblait.. chaleureux..? Ou passionné? Ou moqueur..? » Alaëiel semble terriblement sérieuse, comme attentive à chacune de ses paroles. « Parce que, voit tu, tu n'est pas le premier à qui ce genre de phénomène arrive. Avant qu'on ne te rencontre, Thanys a perdu conscience après un combat et il m'a raconté s'etre retrouvé dans une lande étrange. C'est l'Astral, ou l'Ether... Un endroit où les... âmes sont plus lumineuses, plus symboliques, suivant leur force et ce qu'elles sont... Mais ce que tu as vécu est bien plus intense que ce qu'il a pu entrapercevoir.  » Elle le fixe. « Je te crois, Darmrok. »



« Thanys a déjà vécu ce genre de truc ? » S'écrie Darmrok, abasourdi. « Attends... Déjà, qu'il ait été blessé au point de tourner de l’œil, ça me la coupe. Par contre, que mon... "voyage" là-bas soit bien plus intense que le sien, j'en suis pas complètement étonné... » L'espace d'un instant, le Darmrok qu'Alaëiel connaît, impertinent, gouailleur, est de retour.

« Mais pour le reste, d'accord, mettons que ce soit... ce que tu dis. C'est toi l'érudite, après tout. Quant à la voix, je saurais pas te dire. Elle était pressante, elle disait que le temps manquait. Je me souviens de ça. »

Pendant un instant, Darmrok regarde devant lui, les yeux dans le vague, comme s'il essayait de se remémorer quelque chose d'autre. Mais rien ne semble lui revenir, et il reprend le cours de son récit. « Quoi qu'il en soit, j'ai vu une lumière plus... sauvage, plus... pulsante, et j'ai cru que c'était moi au début, mais en fait... A mesure que j'essayais de m'en rapprocher, je me suis rendu compte qu'elle était... énorme. Puissante. Pleine de... fureur, de sauvagerie, comme... comme une bête sauvage, en fait. Quelque chose de naturel, en tout cas. De primal, même. »

A mesure qu'il parle, maintenant, son débit et sa respiration s'accélère. « Et alors qu'elle me voit et s'avance vers moi, il y a une autre lumière, encore plus énorme et puissante. Non pas pleine de fureur, mais dure, implacable, indestructible. Et les deux lumières se rencontrent, et... s'affrontent... Et... je vois... » Darmrok, de plus en plus agité, ne se rend pas compte qu'il parle désormais au présent, comme s'il revivait le moment dont il parle. Il tord ses larges mains l'une dans l'autre, et des larmes coulent le long de ses joues.



« Disons qu'il avait un talent pour énerver nos adversaires qui l'ont donc particulièrement visé... Ok, il a encore ce talent... » l'ironie est à peine dissimulée.
Bien sur que c'est elle l'érudite. Elle peut au moins être ça a défaut de savoir manier une arme...
Le recit de Darmrok l'emporte de nouveau, et elle se rends compte qu'il en parle de nouveau comme s'il y était, comme s'il était de nouveau emporté, comme....
La changeline qui s'était rassit, se releve précipitement. L'eau du ruisseau dépasse largement ses chevilles et elle vacille avant de se rapprocher, les chausses désormais trempée de Darmrok. Et lui poser la main sur l'épaule. Elle ne sait pas s'il faut craindre un coup mais, curieusement, ne le pense pas. Par contre, elle sent qu'il ne mérite pas d'être seul en ce moment.
Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211
Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
Offline Guigui  
#34 Envoyé le : dimanche 24 mai 2020 22:53:02(UTC)
Guigui
Rang : Staff

Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 7,183

Alaëiel, Darmrok : au fil de l'eau (II)


S'il sent la petite main de la changeline sur son épaule, il ne s'en rend pas compte à ce moment, totalement dévoré par sa vision. « Je vois... Je le vois, Lui... Gorum ! Il est immense ! Il dégage une puissance... une puissance... » Ses mains s'agitent comme pour essayer de montrer ce qu'il ne parvient pas à formuler en mots. « Et la créature est immense, elle aussi. Elle porte de grands bois, comme ceux d'un cerf. Elle se jette sur Mon Seigneur, Il... Il la repousse de Son épée, encore et encore... Le choc est... monstrueux... Les vagues de puissance me pénètrent... J'ai l'impression que je vais me faire déchiqueter... »

Mais la puissance de la vision de Darmrok, à nouveau convoquée par les mots, est trop forte. Il trébuche, et ses lourdes bottes s'enfoncent dans l'eau. Ses épaules s'affaissent, il se prend la tête dans les mains, ratatiné sur lui-même, sans plus mot dire. Le demi-orc et la changeline restent un moment ainsi, presque immobiles, la petite main de l'arcaniste impuissante posée sur la large épaule du guerrier.

En fin de compte, la vitalité de Darmrok reprend le dessus. Le visage défait, sa voix de basse réduite à un murmure rauque, il termine son histoire. « Je... J'entends à nouveau la voix. Quelque chose me... transperce. Ça fait mal et, en même temps, c'est agréable... Je suis tiré en arrière, de plus en plus vite. Ça défile... Je parcours une grande distance... Je vois un corps devant moi. Mon corps... Et... C'est tout... »

Darmrok se redresse, et son visage est marqué par la souffrance. Il baisse les yeux vers Alaëiel. « J'arrive pas à m'enlever ça de la tête... Tu comprends ? Le combat... Gorum... Je le vois tout le temps, c'est comme si j'étais encore là-bas... »



Elle s'est tue, ne l'interrompant pas pendant qu'il se replonge dans ce qu'il a vécu. Ce qu'il pense avoir vu avec les yeux de l'âme. Et pourtant, elle en a envie. Mais elle se retient. De toute manière il ne l'entendrait pas perdu qu'il est dans son esprit. Une forme cornue.. Elle ne sait pas. Le seul qui pourrait être évoqué ne corresponds absolument pas. C'est trop vague ! Il trébuche et Alaëiel manque d'être entrainée, se raccrochant à l'épaule pour ne pas finir complètement à l'eau. Elle ne peut rien faire d'autre qu'attendre, attendre et rester là, à le toucher et lui offrir peut-être un lien vers la réalité.
« Sauf que tu ne t'es pas fait déchiqueter. Tu es revenu à nous, en mauvais état certes, encore marqué par ton combat mais pas déchiqueté.  »Complète-t-elle d'une voix douce. « Ce que tu as vu n'est pas destiné à des esprits mortels, nous ne sommes pas fait pour supporter le spectacle des Puissances lorsqu'ils liberent leurs forces... Et Notre Seigneur de Fer n'est pas de ceux qui font dans la demi mesure... Darmrok. Il est venu à toi et t'a marqué. Il ne l'aurait pas fait s'il n'avait pas estimé que tu avais la Force de supporter ce poids »



Les mots d'Alaëiel apaisent le demi-orc terrassé par le souvenir de sa vision. Sa voix seule lui fait du bien, elle est comme un fil qui maintient son esprit attaché à cette vie, en cet instant, à cet endroit. Darmrok baisse les yeux et hoche la tête en silence. Il ne peut que se rendre à sa raison.



Elle le regarde qui s'est relevé, montant même la main vers sa joue, pour l'effleurer. Il hoche la tête. « Ce n'est pas quelque chose qu'on peut oublier, le poids d'un Dieu.... Et aussi, les attentes d'une autre. Mais ça peut devenir une force... » Bon, c’est sur que dit comme ça, c’est une pression supplémentaire, mais l’arcaniste ne pense pas qu’il le verra comme ça. Il n’a pas l’air du genre à douter de lui même ou à se poser des questions existentielles. Enfin, pas en temps normal. Elle sourit et prend un ton un peu plus taquin…
« Ou sinon elle n’aurait pas pris la peine de te soigner à ton retour parmi nous. Tu es en bien meilleure forme que tout ce que nous aurions pu faire… D’ailleurs, tu sais les seuls autres cas que je connaisse avec certitude de contact divin… ? Lorsqu’une Puissance reconnaît au sein de son église un nouveau prêtre. On dit même que chez les Calistriens ses favoris passent une nuit fantastique en Sa compagnie… Bon, par contre ça doit être plus douloureux chez les Gorumites…. »
L’anecdote pourra peut être lui changer les idées, et, à la base, c’était quand même pour lui parler de cette possibilité qu’elle l’avait entraîné...



Darmrok regarde un moment la petite changeline en clignant des yeux, sans comprendre. « Tu veux dire que... Cette vision... Mon Seigneur aurait pu vouloir faire de moi un... prêtre ? » Puis l'idée fait son chemin dans son esprit. « Tu sais... Je ne vous l'ai pas encore dit mais... J'ai déjà eu une vision, en fait. C'était il y a longtemps... enfin, ça ne fait pas longtemps pour vous autres elfes : un peu moins de deux ans. J'étais encore mourant, comme d'habitude, » fait-il dans un demi-sourire blasé. « J'ai participé à une grande bataille. Ma tribu, le Crâne Cornu, contre les Arrache-Coeur. Ça a été un massacre invraisemblable. Et à un moment, j'agonisais tranquillement sous un tas de cadavres quand j'ai vu... Mains Sanglantes, un des hérauts de Gorum, une sorte de démon plein de crocs et de griffes, tracer un sillon sanglant parmi les combattants, amis comme ennemis... Et à chaque coup, il me regardait, et il prononçait la phrase rituelle : "vas-tu te battre ? Vas-tu te battre ?" »

Le demi-orc fait une pause avant de continuer. Visiblement, vider son sac lui fait du bien. « Il n'était pas vraiment là, bien sûr. Enfin, pas en dehors de ma tête. Mais il m'a donné la force de vivre ce jour-là, et de ce jour j'ai cherché Mon Seigneur de Fer à chaque moment de ma vie, et dans tout ce que je faisais. Ça m'a valu d'être banni, d'ailleurs... Enfin, plus exactement, de m'enfuir avant d'être exécuté. Et donc, au fil de mon errance, d'arriver jusqu'ici. De vous rencontrer. Mais je ne comprenais pas pourquoi... » Il fait une nouvelle pause, cherchant comment formuler ce qu'il veut dire. « Je veux dire, mon âme est déjà acquise à Mon Seigneur. Pourquoi une nouvelle vision ? J'ai cherché une raison tout l'après-midi... Et la meilleure explication, tu viens de me la donner, parce que... Je sens... Quelque chose de nouveau en moi... Comme... Une connexion, j'en sais rien... » A nouveau, ses mains, qui semblent vouloir extraire quelque chose de son torse, expriment quelque chose que ses paroles ne parviennent pas à transcrire.



Lorsque le demi-orc répète sa supposition, elle hoche la tête. «  Ce n’est peut être pas la bonne explication hein, mais…  »Mais tandis qu’il lui raconte une precedente vision, Alaëiel songe qu’elle n’est probablement pas tombée si loin que ça… «  Même s’il n’était que dans ton esprit, c’est quand même marquant. Et si c’est une vision habituelle de ceux de ta foi, tu m’étonne qu’on vous prenne pour des brutes sanguinaires… brrrr…. » La perspective d’avoir un démon la regardant pendant un massacre en tentant de l’inciter à y participer lui faisait froid dans le dos. «  Sinon, sache que ma réponse à pareille question serait un non rédhibitoire.  »Répond elle avec un large sourire. Alaëiel doute qu’il s’en vexe. Il sait bien que la changeline n’est pas une fidèle du seigneur des batailles.
«  Par contre, vos noms de tribus sont franchement glauque.. sans vouloir te vexer bien sur mais Arrache Cœur ? Vous avez de ces titres…. Ça donne froids dans le dos. Mais qu’est ce que tu as bien pu faire pour manquer te faire exécuter ensuite ? C’était après avoir quitté ta tribu ?  »

Il repart sur l’impact qu’avait eut cette vision sur lui… Ah oui, c’est vrai qu’elle est peut-être un peu trop curieuse.
«  Tu as combattu aujourd’hui un adversaire terrifiant si j’en croit la description que m’a fait Tin’. Peut-être était ce l’épreuve qu’il attendait. Celle vers laquelle il t’avait guidé pour être sur que tu était digne de le représenter. Et c’est ce lien spécial que tu ressent maintenant. Il t’a reconnu. Bon après… Ça va être compliqué de te trouver un petit massacre à faire là tout de suite pour fêter ça. Va falloir attendre ce fameux Seigneur Cerf.  »



« Le Seigneur Cerf ? » Répond Darmrok, décidément en meilleure forme, « c'est pour lui que je me suis engagé... Je veux dire : que j'ai accepté leur charte débile. J'ai aucune illusion là-dessus, ceux de Restov nous envoient à la mort dans l'espoir qu'on mettra suffisamment le bordel sur le territoire de ce Seigneur Cerf pour l'affaiblir. J'espère que toi et ta copine en êtes conscientes ? Mais moi ça me va. J'ai fait ça pour trouver Mon Seigneur et trouver ma voie, parce que je savais qu'il y aurait de quoi m'employer dans cette région sauvage et pleine de bandits. Et visiblement, ça marche... »

Le demi-orc prend la main de la changeline et la dirige vers le rocher qu'elle a quitté tantôt au péril de ses doigts de pieds. Puis il l'aide à remonter avec une délicatesse qu'on pourrait presque qualifier de courtoisie, avant de venir s'assoir à côté d'elle. « Quant à ma vision... Mains Sanglantes n'est qu'un des aspects de Gorum. Le plus sauvage, le plus aveugle, sans doute. Je ne crois pas qu'il soit très suivi. Mais tu as bien vu comment je me bats : évidemment que je suis une brute sanguinaire, ça ne fait aucun doute. Mais ça ne veut pas dire que j'ai pas de principes. »

Darmrok tourne la tête vers sa partenaire de rocher : « Toi tu ne te bats pas, c'est vrai, enfin... Tu ne te bats pas de la même façon. Beaucoup de gorumites te regarderaient avec mépris, j'imagine. Moi-même, au début... » A ce moment, il hésite, et choisit de ne pas finir sa phrase. « Mais tu n'es pas dépourvue de courage, ça j'ai pu le voir. Alors, après tout... Peut-être que certaines choses que je tenais pour acquises ne sont pas si vraies, en fin de compte. »

Il contemple la course de l'eau quelques instants, et semble se remémorer des événements lointains. Finalement, il reprend. « Quand... Quand je suis rentré au Crâne Cornu, j'ai découvert que le chef Gormuz avait fait la paix avec les Arrache-Cœur - et ouais, t'as raison, leur nom est pourri, mais c'est tous des dvoraks. Il y avait eu trop de morts, on pouvait pas se permettre de continuer la guerre... Mais moi, avec ce que j'avais vécu, avec tous mes copains qui avaient fini en tas bouffés par les vers, et avec tout ce que les anciens nous avaient bassiné à propos d'honorer Gorum, j'ai pas supporté. J'ai... défié son autorité devant ses guerriers. Enfin, ceux qui restaient. Ça ne pouvait que mal finir. C'est un pote à moi, Grimnir, un bâtard lui aussi - on a grandi ensemble - qui m'a sauvé la peau. J'ai pu m'enfuir avant de me faire choper. J'espère qu'il a pas eu d'ennuis après ça. Moi, j'ai pas mal bourlingué ensuite... Et me voilà, » conclut-t-il en toute simplicité.



Il semble décidément aller bien mieux. C'est nettement plus rassurant que de le voir perdu dans ses pensées... La réponse au commentaire sur le Seigneur Cerf s'accompagne d'un sourire sarcastique et d'un léger gloussement. « Bon sur que nous savons qu'on nous a envoyé dans une impasse. Ou du moins qu'ils espèrent que nous nous entretuerons. Ça nous est apparu assez clairement quand nous avons constatés qu'il n'y avait aucun humains parmi ceux envoyés ici... Mais... nous n'avons pas l'intention de mourir. Tout comme pour être franche, nous ne nous estimons pas particulièrement liées par cette charte. C'est surtout un prétexte. Et s'il y a de l'adversité et bien.. c'est ça qu'on appelle l'aventure non ? En nous considérant comme négligeables, ils nous ont surtout libéré de tout engagement moral que nous aurions pu avoir. Et de base, il n'y en avait pas franchement... alors... J'aime contrarier ceux qui croient pouvoir tout prévoir.  » L'arcaniste rit toute seule.

La nuit a fini par tomber, doucement, sans s'annoncer et sans qu'ils ne la remarquent vraiment. Elle s'en rend compte en constatant la présence d'étoiles alors qu'il la raccompagne avec une douceur étonnante vers un promontoire moins gelé. Mais ce n'est pas si froid songe l'arcaniste, si elle songe aux étendues neigeuses de Iobarie. Elle sourit. « Je sait. Tu n'est pas une colère ou une rage aveugle. Tu aimes le challenge et peut-être un peu trop l'hémoglobine mais... je ne t'ai pas vu agresser quelqu'un gratuitement ou si tu ne l'estimais pas capable de répliquer... » Elle reste silencieuse quelques instants. « Et surtout, tu n'es peut-être pas très cultivé mais tu es loin d'être un imbécile et tu sais te servir de ta tête pour remettre en cause des préjugés. Tous n'en sont pas capables, loin de là. »
Alaëiel sourit doucement lorsqu'il la complimente. Enfin, c'est probablement un compliment important pour lui. « Merçi du compliment mais.. peut-être qu'ils n'auraient pas tout à fait tord tu sais... Je ne suis pas particulièrement courageuse et ils trouveraient ma magie détestable. Mais c'est vrai que je suis contrariante et j'ai un caractère de merde.  » Elle grimace. « Je déteste laisser quelqu'un s'imaginer qu'il a raison si je suis persuadée du contraire et, même si le sang ne coule pas directement je sais manier le verbe pour faire saigner ma cible. Tu pourras demander à Thanys... Et je n'ai pas peur de mourir. Peut-être que ça suffit pour être considérée comme courageuse. » Ou désespérée. Elle ne sait pas trop. Heureusement que Tinufaë n'est pas là, elle aurait droit à un de ces sermons... Darmrok au moins ne la jugera pas là dessus. Probablement pas.

L'eau, l'autre témoin de la scène emportera bien vite cette discussion...Un mot lui semble inconnu. La changeline fronce les sourcils... « Dvorak? Qu'est ce que c'est...? » Elle écoute la réponse avant de rajouter. « Oui, et te voilà.... Je suis plutôt contente que Grimnir t'ai sauvé. Tu nous as aussi sauvé aujourd'hui. Je ne suis pas sure que nous aurions réussis sans toi.  »



Toujours assis sur le rocher, Darmrok semble apprécier les compliments de la petite changeline, si on s'en réfère à la façon dont il tortille son énorme masse de muscles. S'il n'était pas aussi vert et s'il ne faisait pas presque nuit, on aurait dit qu'il rougit. « Oh... » Fait-il, gêné, « Ben... Disons que... Vu que c'est moi la brute sanguinaire, et ben... C'est mon rôle de... faire ça... » Mais il semble soucieux de changer rapidement de sujet. « Dvorak, c'est de l'orque. Ça veut dire "connard". Ou "enculé". Ou... "fils de chèvre". En fait, ça a plein de sens selon la façon dont tu l'emploies. Hem... »

Le demi-orc lève la tête un instant pour contempler les étoiles, avant d'aborder un sujet plus sérieux. « C'est vrai qu'au fond j'en sais pas tellement sur toi. Sur vous deux. Sur ce qui vous a amenés ici. Pour le caractère, j'avais remarqué, oui, » dit-il en riant presque. « Mais... tu devrais avoir peur de mourir. Moi j'ai peur. A chaque fois. Enfin, à chaque fois que c'est sérieux. Je ne jette pas ma vie aux orties quand je décide de me battre, au contraire : c'est parce qu'on a peur de mourir que le combat nous rend vraiment vivants. D'une certaine façon, c'est la volonté de vivre qui permet de tuer, pas la volonté de tuer. Enfin, c'est ce que j'ai appris... Mais c'est étrange qu'avec la promesse d'une vie aussi longue, tu... » Il hésite, cherchant manifestement ses mots pour ne pas la brusquer. « Tu n'accordes pas plus de valeur à ta vie. Elle est comme ça aussi, Tinufaë ? Qu'est-ce qui vous est arrivé pour que... ? »

Il hésite à poursuivre, craignant d'en demander trop. Après tout, elle saura elle-même finir cette phrase, si elle le souhaite.



« Oh...  »Il va falloir que la jeune elfe étudie l'orc de plus près. Enfin, la langue orque ! Ça ne peut pas être pire que le gobelin de toute manière. Ou l'aklo....
Darmrok a levé la tête pour regarder les étoiles, ce qui lui permet de ne pas le regarder et de suivre du regarde le courant qui serpente. Elle lui ressemblait un peu l'eau, toujours à fuir en avant sans jamais remonter en amont. Oui, il avait raison bien sur, elles avaient été assez discrètes sur leurs raisons d'être là. Éludant d'un trait d'humour ou d'un sourire mystérieux. Mais sur ce point, ça ne changerait pas. Comment le pourraient elles sans perdre leur crédibilité.
Elle secoue presque imperceptiblement la tête lorsqu'il continue. Comment avait elle pu penser croire qu'il ne lui servirait pas l’éternel refrain. La vie était précieuse, oui, elle le savait... Elle le savait beaucoup trop même.
« Non, rassure toi, je suis la seule à partager cet avis et Tinufaë me tomberait dessus si je l'évoquait devant elle.  » Elle est normale, elle. La voix se fait un peu plus dure. Pas plus élevée, mais plus lourde. « Il y a des choses bien pires que la mort tu sais. Alors, je ne gaspillerais jamais mon existence, mais d'autres choses me terrifient infiniment plus... C'est la volonté de vivre qui permet d'avancer, pas la peur de mourir. Je ne veux pas rester figée et planquée sous mon lit. Et si ça signifie que je ne verrais pas tous les siècles qui me sont promis, ça me va. Au moins ceux que j'aurais vu passer auront le mérite de valoir le coup... »
Quoi y rajouter... Bien sur qu'elle veut vivre. Mais pas à n'importe quel prix...



Darmrok abaisse son regard vers son interlocutrice tandis qu'elle consacre ses efforts à éluder sa question. Il fait la moue mais acquiesce. Contrairement à lui, elle a peut-être des choses à cacher, après tout, et de bonnes raisons de les cacher. Ça ne le dérange pas plus que ça, après tout, chacun a le droit d'avoir ses secrets.

Ils restent un petit moment ainsi, silencieux, attentifs au tintement clair de l'eau qui coure sur les rochers. Mais soudain, un GROUÎÎK sonore vient perturber cette harmonie. Faussement gêné, le demi-orc répond au regard interrogateur de sa camarade avec un sourire. « Et ben... Faut croire que crever, ça donne faim. Je pourrais bouffer un kobold sans le vider. Ton ragoût doit être prêt, maintenant, si les autres l'ont pas laissé cramer. Mais avant... J'aurais une question. » Il marque une pause avant de poursuivre. « Tu voudrais bien... M'apprendre un peu votre langue ? Je me suis trouvé un peu démuni, aujourd'hui, pour comprendre où on en était avec les kobolds. Et comme tout le monde parle elfique dans le groupe... »



Il n'avait rien dit. Probablement de la désapprobation muette mais si tel était le cas elle n'y pouvait rien et ferait avec. Du moment qu'il évitait d'en parler à sa protectrice autoproclamée.
C'est tout de même paisible... C'est agréable... silen-GROUÎÎK ah ben non pas silencieux... « Ah non, pas touche aux kobolds, on s'est donné suffisamment de mal pour les remettre en état... En plus, il sont trop maigres, ce serait filandreux... » répond elle avec un large sourire et un rire « Par contre, tu as raison. S'ils l'ont laissé cramer, c'est eux qui finissent dedans ! »
Le demi orc semble chercher ses mots, et tandis que la changeline se relève sur les rochers, elle écoute, plutôt curieuse de ce qu'il va bien pouvoir lui sortir... « Heu.. oui bien sur. Par contre, ne t'attends pas à ce que ce soit facile. C'est pas pour être vexante mais je sais que la prononciation est assez compliquée pour les néophytes quand le larynx n'est pas formé. C'est comme le chant... Mais avec quelques efforts tu devrais au moins arriver à te faire comprendre. » Elle lui tend la main, comme pour l'aider à se relever. « On les rejoint ? »
Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211
Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
Offline Luciole  
#35 Envoyé le : vendredi 29 mai 2020 18:30:16(UTC)
Luciole
Rang : Habitué

Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 134

Alaëiel, Thanys : l'explication


Tanière des kobolds, 3 Sarénith 4711, le soir après le repas


e reste de la soirée avait eu lieu dans une ambiance... disons particulière. En réalité tu n'étais pas le seul ayant choisi de jouer la distance, et puisque l'yrch en faisait de même, l'atmosphère habituelle du camp avait quelque peu changé et les principales interactions se faisaient entre les trois elfes et Claradélia tentant de temps à autre quelques tentatives diplomatiques. A vrai dire, le silence était surtout rompu par le babillage incessant de la nouvelle arrivante.

Dans ton coin, à distance respectueuse du feu sur lequel repose une marmite en train de mijoter, tu t'occupes l'esprit en graissant ton armure nouvellement acquise. Son nettoyage initial était somme toute sommaire, et tu ne voudrais pas que la rouille qui en tache certains recoins s'étende. Puis tu passes à ton arme, dont tu nettoies les lames, les débarrassant des dernières traces de sang qui la tâche, n'en déplaise à certains.

Tu reposes ta cuillère dans ton écuelle vide. De l'autre côté du feu, un Darmrok est revenu un peu plus vivace de son escapade champêtre avec l'arcaniste. Grand bien lui fasse, même si sa pique t'est restée quelque peu en travers de la gorge.

Improbable groupe que le vôtre. Hétérogène s'il en est même si il tend à s'elfiser peu-être un peu trop à ton goût. Toi? Oh ca ne compte pas, tu ne t'es jamais réellement considéré comme un elfe. on t'a trop souvent rappelé le fossé qu'il existait entre toi et eux.

Cela doit être normal après tout qu'il existe des tensions et des accrochages entre gens si différents. Tu aurais juste apprécié que cela ne soit pas biaisé et uniquement basé sur tes origines. Maintenant que tu as parlé avec la jeune chasseresse, la blessure de la pique d'Alaë est moins vivace, partie rejoindre une collection de souvenirs bien fournie. Il en reste qu'il demeure l'interrogation initiale du pourquoi de cette attaque. Claradélia a soufflé un semblant de réponse. Tu aimerais bien avoir le fin mot de l'histoire.

C'est que cette distanciation sociale devient d'un pesant...
Tes pupilles irisées fixent l'arcaniste au delà des flammes, pensif.




La changeline, en grande conversation avec Tinufaë et Amaranthe a laissé de coté ce qui reste de son ragout. Elle a vu un peu trop grand.. bha.. Ca faisait parti de ces plats qui s'amélioraient encore en mijotant une seconde fois...
Les récits de la sylphe suffisent à faire miroiter tout un monde qui reste à découvrir. Et Alaëiel trouve un charme exotique à la description d'une société si semblable à celle qu'elle connait et à la fois différente...
Un rire leger tandis qu'elle se sert quelques gorgées d'un café que Tinufaë regarde d'un air écœuré car bien trop sucré. La journée a été éprouvante et ca fait du bien de se détendre...
De l'autre coté du feu, Thanys qui s'est isolé toute la soirée la scrute. Oui ? L'arcaniste penche légèrement la tête, l'air interrogatrice...



Tu tressailles lorsque vos regards se croisent, te figurant que, l'esprit ailleurs, tu la fixes obstinément depuis quelque temps.
Bon elle ne semble ni offusquée ni en colère, mais en réalité plutôt attentive.

Tu te lèves, ramasses ton écuelle, et te dirige vers la marmite vidée, abandonnée à son triste destin.

«  Je vais faire un peu de vaisselle.
...
Alaëiel, je peux vous parler?  »


La rivière est un peu à l'écart. Tu en apprécierais le calme pour l'occasion.



Effectivement, il avait bien quelque chose en tête songe Alaëiel lorsqu'après avoir ramassé son écuelle et la marmite, le demi drow se tourne vers elle. Que disait elle déjà sur la journée éprouvante ? Quelque chose souffle à la changeline que ce n'est pas précisément pour la complimenter sur ses talents de cuisinière qu'il lui propose ce petit tête à tête.

Du coté de la rivière bien sur. Alors que ses chausses ont a peine fini de sécher de leur précédente incursion dans le courant. Tant pis, elle survivra bien et fera payer si nécessaire son rhume aux deux drôles qui l'y ont poussé.
« Bien sur. »

C'est vrai que c'est un choix qui se tient. Le courant est toujours aussi apaisant pour ceux qui profitent de son chant et il permet d'assurer un peut d'intimité. Un échange de regard rapide avec Tinufaë. Au moins, celle ci leur assurera ladite tranquillité vis à vis de la nouvelle arrivante même si elle est bien certaine que la froide demoiselle de glace exigera sa ration de détails plus tard.

D'un pas léger, l'arcaniste suit le jeune homme, comme tranquille quant à leur discussion. Mais quelque chose lui dit que ça risque d'être compliqué. Comme marcher sur des œufs. Des œufs d'hypogriffes tient. Avec leurs parents tout proches. Une petite voix chantante lui affirme que tout va bien se passer. C'est ça oui.... S'il attends des excuses, il risque d'être déçu...

Tient, les étoiles sont beaucoup plus visibles que précédemment. Un signe de Desna peut être auquel elle adresse un sourire. Tout doit sembler si simple vu de là haut... Et voilà donc ce cher torrent glougloutant.
Tu ou vous...? Bonne question... Bon, elle n'était plus fâchée donc...
« Tu voulais me parler du coup...? »



La marmite et l'écuelle s'en vont prendre leur bain de minuit improvisé. Le concept est tentant d'ailleurs, il y a quelque chose de reposant dans cette idée de campement pour quelques jours après vos précédentes journées de randonnée quasi continu. Et l'endroit ne manque pas de charme en pleine nuit, au milieu des arbres, près du courant chantant, alors que tu contemples l'astre lunaire, capuche rabattue en arrière.
Bon si la vaisselle peut attendre, il serait sans doute malaisant que de temporiser la discussion. Pour qui? Cela parait assez évident. Bah au moins elle n'a pas été suivie par sa compagne...
Elle choisit le tutoiement. Tant mieux.

«  Oui, je pense qu'il est important que nous puissions parler de l'incident de tout à l'heure. Au calme et à tête reposée. Afin de ne pas... pourrir sinon notre relation du moins celle du groupe. »

Bon évidemment il était assez facile d'envisager lequel d'entre vous serait rejeté du groupe si cela venait à dégénérer.

« Bon, je ne vais pas te mentir, ce que tu as dit là bas m'a blessé. Pas tant les propos en fait que .. et bien l'effet de surprise, je m'y attendais pas. » Geste d'apaisement, paumes vers le haut. « Si j'ai préféré partir, Claradélia a déjà pris le temps de venir me parler un peu et démêler les faits. Selon elle, je t'aurais offensé, et tu t'es contenté de ma retourner joliment la monnaie de la pièce. »

Tu souris en la regardant.

« Venant de la part de quelqu'un de si maladroit qu'il en devient incapable de faire du mal, c'est un peu fort, mais je reconnais que je ne me remets pas les paroles exactes que j'ai pu prononcer à ton égard. Il ne me semblait y avoir insinué volontairement aucune malice, et mis à part de forts vilains préjugés... Bref... Elle a raison? »



Temporiser n'aurait pas été particulièrement malaisant. Surprenant certes, mais après tout c'est lui qui voulait cette discussion - okay elle savait pourquoi... Et s'il a besoin de temps pour se lancer et bien... pourquoi pas.
Elle s'assoit au bord de l'eau, regardant près d'elle le récipient qui a été envoyé baigner.

Le début est surprenant. Intéressant mais surprenant. Il pense donc que leur petit.. conflit ponctuel risque altérer leur relation, et plus encore celle de leur entourage? Elle ne voit pas vraiment pourquoi mais l'écoute avec intérêt.

« Ah mais j'espère bien !  » Bon, s'il s'attendait à des excuses, c'était raté. «  Avec le soin que j'y ai mis pour viser là où c'était douloureux, je sais bien que je t'ai blessé. Sinon, ça n'aurais pas eut de sens. Et j'ai préféré le faire vite et bien plutôt qu'y réfléchir trop longtemps. Je ne t'en voulait pas à ce point là... »
Le sourire qu'elle lui renvoi n'est pas exempt de malice.
« Rho, et puis cette partie là c'était aussi pour éviter que Amaranthe te saute à la gorge et te faire payer d'avoir en plus ignoré que je te battait froid. Et... Visiblement Claradelia est plus attentive que toi...  »

Elle reste silencieuse quelques instants, comme le scrutant à demi incrédule avant de soupirer. «  Bon sang, Tinu avait raison ! Sérieusement !? Tu as réussit à être à ce point odieux sans même t'en rendre compte ? Alors oui, elle a raison. Enfin Claradelia a raison. Mais inutile de t'excuser je te l'ai déjà fait payer et doublement. »
Au vu de son petit sourire, elle, en tout cas, n'a pas de problèmes de consciences.



Bon un deuxième point pour Claradélia, le mantra calistrien était parfaitement appliqué. Et le naturel avec lequel cela était énoncé étire un peu plus ton sourire alors que tu retires tes bottes en l'écoutant parler.

« Odieux? Je ne sais pas si je préférais les qualificatifs inoffensifs et maladroit à vrai dire... Mais je dois reconnaitre que jamais, sur le coup, je n'ai eu l'intention ou la volonté de.... enfin bref...  »
C'est vrai si elle ne demandait même pas d'excuses et s'estimait déjà quitte, inutile de rajouter dans le pathos.

«  Il faut te reconnaitre un certain talent avec les mots que tu sais manier, à défaut d'armes.  »
Assis sur la rive, tu étires les jambes et trempes tes pieds dans l'eau à côté de l'écuelle immergée et de la marmite se remplissant lentement d'eau avant de toucher le fond.

«  On se dit quittes et on s'en tient là du coup?  »



La jeune femme agite le doigt, tout sauf menaçante mais qu'importe... « Mais attention hein ! Tu ne recommence plus à insinuer que j'ai mauvais fond ou que je manipule ou sacrifie autrui pour mon bon plaisir ! Ou sinon je m'appliquerait de nouveau à te donner raison.  » Quoique.. « Disons plutot pour mon interet. C'est mieux. Ca sonne mieux. »

Visiblement elle considère que le commentaire sur son verbe comme un compliment sincère et observe le drow. Répondant d'un rire léger , dit=#01A9DB]Je suis même nulle avec une arme, tu peux le dire... il faut bien équilibrer ma langue de vipère..[/dit] Tandis qu'il a mis les pieds dans l'eau, comme prêt à une discussion tranquille au bord de la rivière ou bien une amorce à ce que,le conflit étant réglé, chacun retourne à ses occupations, la changeline se relève finalement. Elle s'étire, lentement.

Sont ils quittes...? Bonne question. Bien sur, sur le point de leur petit désaccord, ils le sont... Mais sur le reste...

« Mais tu sais... je sais faire des tas de chose avec ma langue... » Rajoute t'elle avec un petit sourire, s'apprêtant à se détourner pour retourner au camp...



Donc c'est réellement ce que tu aurais dit. Bon a priori tes propos ont marqué les autres alors que tu n'es pas fichu de te les remémorer. Admettons. Ca fait encore un point pour Claradélia.

Les choses semblant se régler finalement, tu t'allonges sur les galets de la rive, bien décidé à profiter de l'obscurité convenant si bien à cet endroit reposant. Tu souris un peu plus, nostalgique, à la mention de langue de vipère, des souvenirs remontant, et pas si désagréables. Tu te demandes si un jour, tu auras de nouveau des nouvelles de Sylphiane.
Elle aussi savait faire des...
...
Tu te redresses un peu trop vivement.

« Et bien ...  »
Qu'est ce qu'il lui prend?
Elle semble sincèrement être passée à autre chose et avoir reléguer votre accrochage loin derrière elle, mais de là, à... ca?

« Blessante, cassante, mais aussi cajolante voire réparatrice, ca en fait déjà des talents dont je peux témoigner. Autre chose à rajouter?  »
Tu es à moitié redressé, un genou encore au sol, tourné vers l'arcaniste, un fin sourire sur les lèvres, tes sourcils arqués dans une position amusée.
Mais presque malgré toi, sur la défensive.



Il n'a pas l'air de réaliser immédiatement ce qu'elle a dit. Certainement que l'information n'est pas encore arrivée au cerveau sinon elle serait certaine d'obtenir une réaction. Ou alors de ne pas avoir l'appareillage qui convient. .. Il n'est quand même pas innocent à ce-
Il se redresse vivement et elle constate satisfaite qu'elle a bien réussit à perturber sa routine et ses capacités de réflexion.

« Qui sait.... Il y a probablement des tas de choses à approfondir...longuement... » Répond elle d'une voix douce sans le quitter du regard... Un regard très particulier qui s'attarde sur lui. Elle se détourne finalement pour retourner vers le feu de camps, silhouette à contre-jour tandis qu'elle s'éloigne de Thanys, accentuant peut -être très légèrement les mouvements de ses hanches tandis qu'elle s'éloigne.
« A tout à l'heure.... »



Effroyable petite peste...
Le regard rivé presque naturellement sur le postérieur qui s'éloigne beaucoup trop nonchalamment pour être honnête, tu mets un instant à te remettre de la sortie de l'elfe.
La voilà qui se la joue provocatrice...
En voilà une qui cherche à jouer de son petit effet ou jauger ta réaction. Pas assez fou pour rentrer dans son jeu. certainement peu sincère, mais soit, tu profiteras de cet amuse gueule sans conséquence.

« A tout à l'heure, oui...  »
Tu la suis du regard jusqu'à ce que sa silhouette se fonde dans l'obscurité.
Nouveau sourire. Tu te rallonges, les pieds dans l'eau. Un bruit métallique te rappelle le prétexte de ta venue ici et tu remarques sans grande réaction la marmite partie flotter entre deux eaux plus loin...

Foutue elfe.
Ton sourire s'élargit.
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
2 Pages<12
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

Privacy Policy | Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2020, Yet Another Forum.NET