Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

2 Pages12>
Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline Boadicee  
#1 Envoyé le : vendredi 7 octobre 2022 21:19:59(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745
17 Rova 4722 - Goka, planque de la Triade du Phénix

Thème - Qiu Li la Courtière





La nuit n'était pas encore passée, mais chacun profitait d'un instant pour prendre un peu de repos plus que mérité, et plus que nécessaire. Ils ne tiendraient jamais la distance en s'épuisant, de toutes façons. Akuma n'avait pas abandonné l'idée de prévenir sa famille, et Qiu vint à sa rencontre, Zetian la suivant de près, la renarde pâle encore bien visible dans la pénombre.
« Akuma? Tu disais que tu voulais prévenir ta famille? Je ne sais pas exactement ce que tu avais en tête, mais Zetian peut peut-être porter un message. Elle est maline et sait ne pas se faire remarquer. »

La demi-oni gratta la renarde entre les deux oreilles.
« Pas vrai ma belle? »

Modifié par un utilisateur vendredi 7 octobre 2022 21:22:25(UTC)  | Raison: Non indiquée

Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Annonce
Offline Brukash  
#2 Envoyé le : mercredi 12 octobre 2022 23:27:11(UTC)
Brukash
Rang : Lecteur
Inscrit le : 11/05/2022(UTC)
Messages : 0
Akuma après de longues discussions et beaucoup de fatigue emmagasinée, se retire un peu du groupe, bien que l'endroit ne se prête clairement pas un un repos réparateur, une petite séance de méditation devrait lui permettre au moins de récupérer un peu d'énergie pour la suite.

Akuma se met en position du lotus et ferme les yeux afin de faire le vide en lui, mais alors que son esprit vagabonde, une ombre semble le troubler. Quelque chose de nouveau, quelque chose qui n'était pas là avant la mort de son père, il tente de dissiper ses ombres en faisant le vide mais alors qu'il est fortement concentré, une voie venue d'ailleurs le tire de sa trance. Bien qu'il lui a semblé être "absent" un long moment, d'après le regard de Qiu cela devait faire seulement quelques secondes qu'il était installé.

« Oui, je dois absolument les prévenir que je suis en vie. Je ne vais pas y aller par quatre chemins. Ma famille porte un lourd secret. Et j'ai hérité de quelques choses de mon père quelques choses qu'il portait à l'intérieur de lui. Cependant si ma famille me croit mort tout comme mon père alors il vont penser qu'un malheur va s'abattre sur eux. Je voudrais les rassurer là dessus. Bien que je leur demanderais d’honorer ma mort comme celle de mon père afin de n'éveiller aucun soupçon sur notre survie. »

Akuma essai de penser à comment joindre par le biais de la louve un membre de sa famille.

« Ta louve peut-elle reconnaitre quelqu'un si on lui décrit ou lui montre? Ou reconnaitre l'odeur des membres de ma famille? Ma sœur ainée s'occupe d'une maison de thé dans le quartier des lanternes rouges. Serait-elle capable de lui apporter un message? »

Modifié par un modérateur samedi 15 octobre 2022 14:54:26(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Boadicee  
#3 Envoyé le : samedi 15 octobre 2022 15:06:31(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745
Thème - Qiu Li la Courtière





Aux côtés de Qiu, la renarde blanche grogne, montrant les crocs d'un air agacé à Akuma, et Qiu s'agenouilla à ses côtés tout en lissant son pelage pour la calmer.
« Shhhh...ça va aller Zetian. Pardonne lui, il ne sait pas à qui il a affaire. Je sais que tu es la meilleure des renardes, moi. »

Son familier un peu apaisé, elle repris avec un sourire un peu contrit.
« Désolée, Zetian peut être susceptible. C'est une renarde, et oui, elle pourrait même lire l'adresse. Ce n'est pas n'importe quelle renarde; elle est sans doute plus maline que moi et sans vouloir me vanter, ce n'est pas rien. Si tu m'écris un message, je peux m'assurer que ta famille l'ai avant le matin. »

A la suite des explications, Qiu se tait...et son sourire disparaît, malgré elle.
« Dis moi...cette maison de thé...rien à voir avec les Feuilles Dorées...si? »
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Offline Brukash  
#4 Envoyé le : samedi 15 octobre 2022 18:36:34(UTC)
Brukash
Rang : Lecteur
Inscrit le : 11/05/2022(UTC)
Messages : 0
Akuma baisse les yeux en direction de l'animal qui l'as pris en grippe. D'un air assuré mais sans aucune menace il tend sa main paume vers le bas en direction du museau de la renarde, et la laisse venir renifler son odeur.


« Milles excuses Zetian. Je suis vraiment mal de ce que j'ai vécu ces derniers heures et je t'ai manqué de respect. Bien sur que tu es une renarde, et si tu veux bien m'aider j'en serais honoré. »

Akuma présente une aura apaisée et bienveillante envers l'animal sachant très bien que cette dernière doit la ressentir. Si la gracieuse créature au pelage blanc, prend le temps de renifler la main d'Akuma ce dernier reste là attendant une approbation pour la caresser chaleureusement. Sinon il recule sa main doucement sans montrer la moindre crainte et redirige son regard vers Qiu

« Et bien, le Kin Tsubaki est la maison de thé de ma famille. Cela signifie Camélia d'or. Je ne sais pas si c'est de cela que tu parles? »
Offline Boadicee  
#5 Envoyé le : mercredi 19 octobre 2022 22:07:19(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745



Zetian sembla hésiter à accorder son pardon à Akuma, mais la renarde finit par cesser de le faire patienter et vint nicher son museau contre l'énorme paume de sa main, frottant doucement sa fourrure contre lui. Et, à sa surprise, elle acquiesça d'un hochement de tête à sa demande d'aide, ayant parfaitement compris le sens de ses paroles. Elle poussa la magnanimité jusqu'à laisser Akuma lui caresser la tête.

La réponse du jeune homme sembla tranquiliser un peu Qiu, qui secoua la tête.
« Non, je pense à un autre établissement, probablement considérablement plus riches et célèbre que celui de ta famille, sans vouloir t'offenser.
Mais c'est pour le mieux, je craignais que nous n'ayons de la famille en commun. »


La jeune tieflinne retrouva son sourire, et farfouilla dans sa sacoche.
« Il me reste un peu de papier et de l'encre, et un pinceau, si tu en as besoin pour ton message. »
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Offline Brukash  
#6 Envoyé le : lundi 31 octobre 2022 21:34:34(UTC)
Brukash
Rang : Lecteur
Inscrit le : 11/05/2022(UTC)
Messages : 0


Akuma acquiesce lorsque Qiu lui propose un parchemin et de quoi écrire. Il se souvient d'un conte que sa mère lui a raconté maintes fois. Pour sur elle devait se douter que c'est lui qui l'a écrit s'il lui fait parvenir. Ainsi elle saura qu'il est en vie. Mais comment lui faire comprendre qu'elle doit faire mine de l'avoir perdu?
« Et bien, j'ai bien une idée pour que ma famille sache que je suis en vie sans prendre trop de risque mais que faire pour qu'elle ne cherche pas à me retrouver. J'imagine que si je fais parvenir ce texte de la manière dont nous l'avons convenu cela devrait lui mettre la puce à l'oreille mais comment être sur qu'elle comprendra? »

Akuma pensif chasse les ombres dans son esprit et se concentre sur ce conte qu’il connait par cœur. Il s'installe tant est que l'endroit puisse permettre de se relaxer et se laisse guider par ses souvenirs d'enfance. Il commence à écrire...

Il y a bien longtemps, un couple de gens adorable vivait confortablement au bord de la mer. Malgré leur richesse, tout deux étaient souvent bien tristes car ils ne pouvaient avoir d’enfants.

Ils avaient tout essayé, consultant patiemment des médecins réputés, et payant des prêtres afin qu’ils mènent rituels et prières. Mais hélas, les années et les années passaient, et aucun enfant ne venait illuminer leur vie.

Finalement, tous deux décidèrent de faire un pèlerinage dans les montagnes qui se dressaient à quelques jours de marche de chez eux.

Ils passèrent de douces collines, puis gravirent les pentes couvertes d’herbe que surplombait de lourds sommets. Ils montèrent et montèrent encore jusqu’à ce qu’un brouillard épais noie le monde autour d’eux.

Alors qu’ils passaient une crête, un petit temple battu par les éléments apparu, drapé dans la brume. Une vieille cloche et une corde élimée pendaient au porche, protégeant les anciennes portes sculptées qui fermaient le sanctuaire.

Le couple frappa dans ses mains et s’inclina, puis sonna la cloche pour en appeler au dieu qui devait garder cet endroit isolé.

– S’il vous plait, donnez nous un enfant.

Seuls les vents répondirent à leurs prières, et après de longues, longues heures, tous deux reprirent à contre cœur le chemin de leur maison si silencieuse.

Contre toute attente, quelques mois plus tard, la dame tomba enceinte et bientôt, elle mit au monde une vive petit fille.

Le couple était ravi de voir leurs espoirs enfin devenir réalité. Leur fille était pour eux la plus belle chose au monde.

Avec ses yeux sombres et sages et son sourire éclatant, elle semblait aussi mystérieuse que la mer. Tendrement, ils décidèrent de célébrer sa nature changeante en la nommant Onami, en l’honneur des vagues qu’on entendait battre la côte près de leur maison.

Le temps passa et Onami grandit en remplissant leur foyer de joie. Bientôt, elle était devenu une belle jeune fille, à la chevelure presque aussi longue qu’elle, et à la peau aussi moirée qu’une perle.

Et un jour, ses parents vieillissant reçurent une première demande en mariage.

– Oh que les années filent…

Onami était encore jeune et insouciante, alors ses parents n’en soufflèrent mot.

Mais, quelques mois plus tard, une deuxième lettre suivi. Puis une troisième et une quatrième arrivèrent, chaque fois signée par des familles de plus en plus respectables.

Les deux vieux ne pouvaient plus les ignorer.

Ils firent venir leur chère Onami et lui tendirent les lettres, Elle leva sur eux un regard choqué qui s’embrumait déjà de larmes :

– Mais je ne veux pas vous quitter ! Non, je refuse de me marier !

Ses parents échangèrent un regard inquiet. Mais devant la détresse de leur fille, ils se turent et remisèrent les lettres, promettant de ne plus jamais en parler.

Un sourire fleurit sur le visage d’Onami et le calme revint dans le foyer. Mais, ces jours heureux ne durèrent pas.

Les mois s’écoulaient et le couple sentaient leurs os faiblir, chaque jour qui passaient laissant des traces sur leurs visages. Il ne cessaient de s’inquiéter pour Onami.

– Qu’adviendra-t-il d’elle après notre mort ? Nous sommes sa seule famille !

Finalement, il n’y tinrent plus :

– Onami chérie, nous t’avons trouvé le meilleur mari qu’une jeune fille puisse trouver. Il est doux et sa famille bonne et chaleureuse. Ils prendront grand soin de toi.

Leur fille les regardait, indéchiffrable. Enfin, elle soupira et s’inclina. Puis elle dit :

– Je n’ai qu’une demande. Et ensuite vous pourrez cesser de vous inquiéter pour moi.

Soulagés, ses parents se réjouirent joyeusement :

– Tout ce que tu veux ma chérie !

– S’il vous plait, faisons tous un pèlerinage au temple dans les montagnes où vous avez prié il y a si longtemps…

C’était un vœux si humble que le deux vieux acquiescèrent immédiatement.

Tous trois prirent bientôt la route, marchant à travers les douces collines, gravissant les pentes couvertes d’herbe, et passant la crête.

Le petit sanctuaire se tenait encore là, toujours battu par le temps. Cette fois si aucun vent ne hurlait, aucun brouillard ne drapait l’endroit. Mais un peu plus bas, un lac de montagne au profond bleu cobalt scintillait sous l’ardent soleil de midi.

Les vieux et leur fille prièrent à nouveau, remerciant le dieu avec gratitude. Puis, ils décidèrent de se reposer quelques instants sur la berge avant de reprendre la route.

L’homme et sa femme s’assirent, alors qu’Onami se dressait sans bouger, l’eau léchant doucement ses pieds.

Soudain, la surface de l’eau se rida. L’ondulation grandit et grandit jusqu’à former une large vague. Avant que ses parents n’aient pu faire un geste, elle balaya Onami, l’entrainant dans les abysses alors que ses longs cheveux tourbillonnaient derrière elle.

Les deux vieux gémissaient seuls sur la rive, leurs cœurs brisés d’avoir ainsi perdu leur fille bien aimée.

Pourtant, alors que l’eau indifférente à leurs pleurs redevenait miroir, une ombre blanche étincela dans les profondeurs.

Elle glissa et serpenta sans heurs, jusqu’à ce que des écailles nacrées ne brisent la surface.

Alors que le couple tombait à genoux en tremblant, un immense serpent blanc émergea du lac. Il s’enroula tendrement autour d’eux et dans un triste sifflement, il murmura :

– N’ayez crainte vous qui avez si fiévreusement prié à mon autel. Ne vous inquiétez plus, je n’oublierai jamais la joie que vous m’avez donné.

Et alors que mari et femme versaient des larmes de tristesse mêlées de fierté, caressant affectueusement les douces écailles d’ivoire, le serpent desserra l’étreinte de son long corps gracieux.

Et Onami disparut, à nouveau engloutie par le lac. On ne la revit plus jamais.


Akuma qui écrit depuis un temps certains, met un point final à sa lettre ne signant pas.

« Et bien, j'ai fini. Voila une bien belle histoire qui me replonge dans ma plus tendre enfance! Espérons que ça puis-ce aider ma famille pour leur deuil. Ma mère passe souvent le soir à la maison de thé pour voir si tout est en ordre. Ma sœur ainée à repris la charge de cette endroit récement et ma mère vérifie que tout ce passe bien. Il faut s'y rendre le soir. »

Akuma regarde la renarde blanche dans les yeux d'un regard intense.
« Tu sauras reconnaitre ma sœur ou ma mère, maintenant que tu m'a senti. Notre famille à un lien fort et tu verras qu'il brûle en elle un amour sans limite. Je compte sur toi. »

Il retourne son attention vers Qiu

« J'imagine que tu va l'accompagner. Tu me diras un peu si la tristesse n’accable pas trop ma mère! Je la sais très forte mais il s’agit de son mari, l'amour de sa vie qu'elle à perdu. et l'un de ses fils. Ca doit être très difficile pour elle.  »

Modifié par un modérateur mardi 1 novembre 2022 12:59:38(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Boadicee  
#7 Envoyé le : mardi 1 novembre 2022 13:19:30(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745



Qiu Li roula la lettre, s'assurant qu'elle était correctement protégée dans l'étui qu'elle confiant à Zetian. La renarde le prit délicatement entre ses crocs. Zetian enroula l'une de ses deux queues autour du poignet de Qiu, qui lissa patiemment la fourrure en répondant à Akuma.
« Non...je suis peut être moins haut placée que toi mais je reste reconnaissable...il vaut mieux que Zetian s'en charge seule. »

Elle se pencha au niveau de la renarde.
« Zetian, sois prudente, d'accord? Transmets le message, attends de voir s'il y a une réponse, et reviens. Je t'aime ma belle. »

La tieflinne caressa une dernière fois la tête de la renarde et laissa cette dernière filer dans la pénombre. Elle soupira...et jeta un regard un peu curieux à Akuma.
« Akuma...? Tu es proche de ta famille...c'est comment, d'avoir une famille? »
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Offline Brukash  
#8 Envoyé le : dimanche 6 novembre 2022 22:22:48(UTC)
Brukash
Rang : Lecteur
Inscrit le : 11/05/2022(UTC)
Messages : 0
Akuma regarde filer la renarde et espère que son message sera bien interprété. Puis en fermant les yeux fais une petite prière afin que tout se passe bien pour la créature messagère et sa famille dans les heures qui viennent.

Il entend résonné la question de Qiu en son fort intérieur et laisse ses pensées lui donner la réponse à lui comme à Qiu
« Heu, c'est comment?
C'est difficile à dire, j'en ai toujours eu une, et une grosse part vient de m'être arrachée. La famille je dirais que c'est comme un refuge.
Pour ma part dans ma famille on à toujours été très proches les uns des autres. Élevés tous ensemble dans la maison. Bien que nos parents ne nous aient pas formé tous de la même manière. J'ai parfois l'impression que ma famille est quelque chose d'unique, de spécial.
Un endroit que personne ne pourraient jamais comprendre ou connaitre.
J'ai beau réfléchir je ne connais aucune autre famille comme la mienne. J'ai bien l'impression que c'est un peu difficile comme question.
Ceci dit avec le recul, je dirais que mes frères et sœurs et moi même avons toujours eu une place dans ma famille chacun d’entre nous semble important peu importe ce qu'on fait ou ce qu'on est censé faire. Mais pourquoi cette question? N'as tu jamais eux de famille Qiu? »

Modifié par un modérateur mardi 8 novembre 2022 21:04:37(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Boadicee  
#9 Envoyé le : mardi 8 novembre 2022 21:31:28(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745



Qiu s'était assise contre un mur, pressant ses genoux contre elle comme pour essayer de compenser l'absence de Zetian. Elle écouta Akuma avec une expression indéchiffrable...peut être une une pointe de tristesse. Elle hésita à répondre, inspirant profondément pour calmer ses nerfs.
« Pas vraiment. Mes deux mères. L'une d'entre elle est morte; et elle n'a pu m'élever que de loin et en secret. L'autre...je tuerais l'autre, un jour. »

Elle secoua la tête, écrasant une larme au coin de ses yeux.
« Oublie ma question. Je n'aurais pas du te ramener des mauvais souvenirs. »

Modifié par un utilisateur mardi 8 novembre 2022 21:32:01(UTC)  | Raison: Non indiquée

Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Offline Brukash  
#10 Envoyé le : mercredi 9 novembre 2022 00:13:59(UTC)
Brukash
Rang : Lecteur
Inscrit le : 11/05/2022(UTC)
Messages : 0

Akuma prit conscience que sa vie, sa famille, est quelque chose certes d'unique comme il venait de le dire mais aussi un un endroit ou l'amour existait entres chacun de ses membres. Du côté de Qiu il sentit que quelque chose était totalement différent. Au point où il en est il ne sait pas dire comment interpréter les paroles de sa nouvelle sœur. Mais s'il peut peut-être lui donner un peu de cet amour qui se donne et se reçoit dans sa famille. Qui sait cela pourrait peut-être aider Qiu à aller de l'avant.

« Ne te tracasse pas. Je suis extrêmement en colère, depuis un moment je chasse mes pensées qui ne cessent de me hanter pour essayer d'aller de l'avant. Je sais que mon père ne voudrait pas que je m'apitoie sur mon sort. Mais il est mort maintenant. Je ne réalise pas encore ce que c'est. Je ne le voyais pas beaucoup. Donc son absence soudaine...pour toujours...je pense que je ne vais apprendre à vivre avec ça dans les semaines ou les mois qui viennent. »

Akuma en prononçant ses paroles semble un peu plus bouillonnant comme si soudain il revivait le moment ou il réalisa que son père était mort.

« Je vais devoir trouver un exutoire, pour ma colère et aussi pour ce qu'il y a de nouveau chez moi. Un héritage familiale, ancestrale. Je pense que cette rage va me servir dans un premier temps. »

Akuma fit une pause comme pour se recentrer, pour chasser ses pensées, cette colère, et se calmer, ressentir à nouveau l'amour, apaisant et rassurant.
« Sache Qiu que désormais tu peux me considérer comme ton frère. Si tu ne cernes pas trop ce que ça implique. Et bien tu peux compter sur moi en toute circonstances! Je serai présent. Si tu veux parler n’hésite pas. Si tu ne veux pas, n'en fais rien! Mais sache que si tu as besoin de moi, un jour qui sait, pour t'aider quelque soit la tâche et bien, je serais là! Même si c'est difficile, surtout si c'est trop difficile, et bien un épaule sur laquelle pouvoir prendre appuie ça aide! »

Akuma, sourit, sincèrement à Qiu. Pour accompagner ses paroles d'un aura de bienveillance.

Modifié par un modérateur dimanche 13 novembre 2022 18:38:34(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Boadicee  
#11 Envoyé le : dimanche 13 novembre 2022 18:46:09(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745
Thème - Qiu Li la Courtière





Qiu cligna des yeux, reprenant une expression moins sérieuse comme si elle réalisait qu'elle avait peut être été trop directe pendant un instant. Elle répondit à Akuma avec un sourire sincère, et vint le serrer dans ses bras...enfin, tant bien que mal, elle était trop petite pour dépasser le plexus du moine et elle n'avait pas les bras assez long pour les passer entièrement autour de lui.

Mais l'intention était là.
« Merci. Je n'ai jamais eu de grand frère, mais je suis contente d'avoir quelqu'un sur qui je puisse compter...Et ça vaut dans l'autre sens aussi! Si tu as besoin de moi...enfin, j'ai perdu un parent, même si ça fait quelques années maintenant. Je sais ce que c'est. Si tu as besoin d'en parler, tu n'as qu'un mot à dire. »

Je pensais clore la scène, à moins que tu ne veuilles rajouter des choses?
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Offline Boadicee  
#12 Envoyé le : samedi 19 novembre 2022 14:49:41(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745
19 Rova 4722 - Chat Sanglant, dans les Terriers

Oyuun l'Orage


Le Chat Sanglant était encore animé même à cette heure tardive, et c'était aussi vrai pour son arrière salle où se trouvait le "ring" - un simple cercle creuse dans le sol, plus bas d'une cinquantaine de centimètres - où les gladiateurs clandestins et amateurs d'arts martiaux venaient se mesurer les uns aux autres contre une commission sur les paris...ou, bien sûr, parier sur les combats. L'endroit attirait clairement les éléments les plus mal-famés des Terriers, ce qui n'était pas peu dire, et l'endroit était sombre, éclairé de lanternes poussiéreuse, et sentait la sueur, le sang et le vin de riz frelaté.


Ca ne signifiait pas que le tenancier du Chat Sanglant - un hobgobelin à l'air revêche - était sans scrupule. L'un de ses employés était un guérisseur plutôt talentueux, chargés de louer ses services aux blessés du ring. Face à Akuma, l'adversaire avec qui il avait partagé le ring quelques minutes plus tôt, laissait ledit guérisseur remettre en place son bras cassé, serrant les dents mais sans grimacer pour autant. Elle avait insisté pour offrir un verre à Akuma, pour le féliciter de sa victoire, et s'était présentée sous le nom d'Oyuun. Elle était jeune, probablement tout juste adulte, mais lui avait tout de même donné du fil à retordre. Elle avait même lancé une illusion en entrant sur le ring, ce dont elle était apparemment coutumière, pour se donner une apparence plus intimidante en combattant.
« T'es un nouveau venu sur cette scène? Ca fait quelques années que je fais ça et je ne t'ai encore jamais croisé. »

Avec un claquement sec, le guérisseur réduisit la fracture, et Oyuun grimaça.
« Aaaagh! Je l'ai senti passer ce coup là... »
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Offline Brukash  
#13 Envoyé le : dimanche 20 novembre 2022 16:16:59(UTC)
Brukash
Rang : Lecteur
Inscrit le : 11/05/2022(UTC)
Messages : 0

Ce soir, Akuma venait de combattre un adversaire retord. Il dû faire étalage de ses talents pour en venir à bout. Bien qu'il cherche surtout un exutoire pour laisser sortir sa rage intérieurs, il lui faut aussi subvenir au besoin de l'entité qui l'habite. Cette dernière doit se rassasier du sang versé, et dans une moindre mesure de la douleur occasionnée à Akuma comme à ses adversaires. Akuma avait suivi un entrainement, pour ne pas laisser le démon prendre le dessus, mais jamais il n'avait pu envisager que cela soit si difficile. Sans savoir si c'était les circonstances du décès de son père et la colère qui en découlait, mais il éprouve désormais un certains désirs de faire mal. C'est ainsi contre sa propre nature qu'il doit se battre et il comprend ce que ne faire qu'un avec le fragment de l'Oni signifie. Maintenant il sait qu'il partagera les besoins et les envies de l'entité comme si c'était ses besoins et ses envies.

Mais alors que son adversaire du jour abdique sous la douleur exercée par Akuma grâce à une clé de bras. Ce dernier doit se retenir de lui briser de toute ses forces et ses à la sueurs de son front qu'il s'arrête à temps. Il sent bien qu'il lui faut aller un peu plus loin pour apaiser son hôte mais il lui refuse.

Après le combat, Akuma est invité par son adversaire à partager un verre. Son sens de l'honneur le pousse à accepter.

Il s'attable près de Oyuun et la salue respectueusement de la tête.

« Bonjour je suis enchanté. Oui, je suis nouveau, disons que j'ai perdu des plumes dernièrement et que j'ai besoin de ça pour laisser sortir la colère en moi. J'avoue avoir peu d’expérience de combat, mais je me suis longtemps entrainé. Je te félicite pour ce soir ce fût un combat très enrichissant pour moi. »

Modifié par un utilisateur dimanche 20 novembre 2022 16:19:57(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Boadicee  
#14 Envoyé le : mercredi 23 novembre 2022 21:43:04(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745
Oyuun l'Orage



Oyuun grimaça quand le guérisseur termina de réduire ses deux fractures avec un claquement sec, et installa une attelle à partir de bambou. La jeune femme, cela dit, paraissait habituée à ce genre de situation, et sourit largement à Akuma, après avoir glissé une pièce au guérisseur.
« Merci! Mais c'est toi qui mérite des félicitations! Je crois que mon bras s'en souviendra...mais bon, c'est pas si grave, j'ai de quoi me débrouiller jusqu'à ce que ça se ressoude...et puis, ce sont mes jambes mon gagne pain. A chacun son style!

J'ai senti que tu avais de la pratique...même ma...disons allure de combat ne t'a pas ralenti! Très classique comme approche, personnellement j'ai appris sur le tas et je préfère un style plus fluide. Plus dansant. Mais je n'ai pas ton poids, ou ta force, non plus.

Perdu des plumes? Sur le ring? Y'a des champions par ici, même si j'aime à me considérer pas trop mauvaise. C'est tes premiers soirs sur le ring?...Tu connais les règles tacites? »
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Offline Brukash  
#15 Envoyé le : mercredi 23 novembre 2022 22:47:41(UTC)
Brukash
Rang : Lecteur
Inscrit le : 11/05/2022(UTC)
Messages : 0


Akuma lève son verre pour trinquer avec Oyuun une fois que son bras et remis en place. Les paroles de cette dernière réconforte tout de même le moine. Lui qui a si peu combattu dans sa vie, de vrai combat, il n'est pas facile pour lui de juger de sa propre maitrise mais un vrai combat voila ce qui lui manquait pour mieux de jauger. Bien qu'il n'as pas eux affaire un un maitre d'art martiaux, ce combat était mené semble t'il par deux combattants aguerris. Et il était l'un d'eux.

« Oui, j'avoue que mon cursus d'entrainement n'as laissé que peu de place à l'improvisation. La rigueur et la discipline furent les maitres mots. Cette rigueur et cette discipline ont aussi permis que je me forge un tel corps. Ce fût dur, fastidieux et j'ai dû faire de sacré sacrifice. Mais je dois bien avouer que la souplesse et la grâce dont tu fais preuve durant le combat sont bien plus spectaculaire.

Je débute sur le ring. J'aimerais peut-être persévéré dans le milieu mais j'imagine qu'il faut trouver un entraineur pour cela. J'avoue que c'est mes premiers soirs, et que je ne connais pas forcément toutes les règles qui régissent ces combats.  »






Offline Boadicee  
#16 Envoyé le : samedi 26 novembre 2022 19:19:06(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745
Oyuun l'Orage



Oyuun répondit avec un sourire tout en descendant la moitié de son verre, mais secoua la tête.
« Oh, pas la peine! Les "pros" qui ne sont pas à leur compte sont très rares. J'ai commencé seule, et crois moi, on apprends vite au bout de la quatrième fracture.

Non, je pensais surtout aux règles tacites de ce qui gravite autour du ring. Exemple: tu peux parier sur tes propres combats, mais si tu te couches, tâche de le faire discrètement. Si le guérisseur essaie de te faire payer plus d'une pièce d'or, parles en au tavernier, ou à l'organisateur, ils ont leurs accords sur les tarifs.

Et surtout, paie tes dus. Un cinquième de tes gains c'pas grand chose, et tu ne veux pas te mettre un gang ou la Collectrice à dos. »

Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Offline Brukash  
#17 Envoyé le : mercredi 30 novembre 2022 22:53:00(UTC)
Brukash
Rang : Lecteur
Inscrit le : 11/05/2022(UTC)
Messages : 0
Akuma descend à son tour la fin de son verre. Il fait signe à l'aubergiste de remettre la même chose.

« Merci pour tous ses conseils, Je pense que je ne me suis pas encore présenté quelle manque de tact! je m’appelle Akuma. Et sinon en dehors des combat tu fait quoi? En vue de ce que ça rapporte j'imagine que c'est pas la seul corde à ton arc? »

thanks 1 utilisateur a remercié Brukash pour l'utilité de ce message.
Offline Boadicee  
#18 Envoyé le : mardi 6 décembre 2022 22:22:19(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745
Oyuun l'Orage



Oyuun descendit la fin de son verre et lui répondit d'un salut de la tête.
« Enchanté, Akuma! Et...je m'entraîne, principalement, mais je ne passe pas beaucoup de temps dehors. Problèmes de santé. Je vis avec ma mère et mes soeurs cela dit, donc on peut vivre sans problème.

Et puis, je ne suis jamais aussi à l'aise que sur le ring de toutes façons. »


Elle grimaça en remuant son bras.
« Même si des fois on apprends à la dure. »
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Offline Brukash  
#19 Envoyé le : mercredi 7 décembre 2022 22:18:49(UTC)
Brukash
Rang : Lecteur
Inscrit le : 11/05/2022(UTC)
Messages : 0
Akuma accueille la nouvelle tournée avec enthousiasme même si son maigre salaire du jour ne lui permettra pas de poursuivre une descente trop rapide. Depuis la mort de son père il ne s'est pas encore accordé le moindre répit. Voici une soirée qui lui permet de décompresser. Puis il sent bien que l'entité présente à ses côtés à été en quelques sortes rassasiée. Bien que ce ne soit que de courte durée ce répit lui permet d'un peu se relâcher.
« Et bien, tu t'entraines seule? A un endroit en particulier? Dans un Dojo ou chez toi? J'avoue que j'aimerais bien trouver un endroit où m'entrainer, je dois faire profil bas pour le moment, je n'ai plus vraiment de chez moi. »

Bien qu'il relâche quelques peu sa garde Akuma veille tout de même à vérifier que personnes ne les espionne.

« Tu es malade? Rien de grave j'espère! Et bien, tu seras vite remis sur pied! Et je me réjouis de te voir combattre à nouveau! »

  • perception : 1d20+5 donne [19] + 5 = 24

Modifié par un modérateur jeudi 22 décembre 2022 18:31:55(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Boadicee  
#20 Envoyé le : jeudi 22 décembre 2022 18:40:02(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745
Oyuun l'Orage



Oyuun répondit avec l'ombre d'une grimace.
« Pas vraiment, non, plutôt un problème de naissance. Je suis moins complètement humaine que j'en ai l'air, cette allure là est un déguisement plus qu'autre chose. Je prends des précautions pour ne pas être repérée, on va dire. Peut être que j'aurais l'occasion de te montrer, un jour! »

Elle tapota sa pommette, réfléchissant aux questions d'Akuma.
« Je m'entraine seule, mais je pratique beaucoup sur le ring surtout. Je n'ai...disons pas beaucoup d'occasions de mettre le nez dehors; mais je vis dans les Hauteurs d'Acier, et il y a des dojo et des écoles militaires à tous les coins de rues. Il ne suffit de pas grand chose pour apprendre des techniques intéressantes aux petites heures de la nuit quand on est observatrice.

Et bien sur, ça ne suffit pas toujours. »
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
2 Pages12>
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

| Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2023, Yet Another Forum.NET