Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

10 Pages«<78910>
Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline Lematou  
#161 Envoyé le : lundi 20 novembre 2017 18:40:39(UTC)
Lematou
Rang : Habitué
Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
« Alors montrez-moi où se trouve l'hospice. Je ne peux prendre de décision au nom de la Princesse ( ou du Prince), aussi ne dérangeons pas un prêtre pour rien au milieu de la nuit. Je vous suis, soldat. » Nedjemibrê accompagna le garde jusqu'à la salle idoine, où il déposa délicatement le corps de Pryia. Ceci fait, l'homme à la peau d'ébène hocha la tête en guise de remerciement puis remonta pour rejoindre les autres. Il accepta docilement, et avec reconnaissance, le verre d'eau proposé par le Prince. Une eau fraîche et pure, qui lui fit particulièrement du bien, chassant le goût amer des cendres qui encrassait sa gorge depuis qu'ils avaient quitté le temple de Vlausta.



Nedjemibrê
Chihili

CLASSE D'ARMURE 20
Contact 15 / Surpris 15
réf+11 vig+11 vol+7
SECONDE CHANCE 1/1
INTERNAL BUFFER 0/1
BURN 5/8
Tempestaire

Points de Vie

79 / 79

Force Ward

15 / 15

...

Nedjemibrê s'était assis sur un coussin légèrement en retrait. Pendant que Célestin racontait leur histoire, il hochait la tête par moment, appuyant ses propos. L'homme à la peau d'ébène semblait à nouveau figé. S'il écoutait d'une oreille le jeune sorcier, il en profita surtout pour laisser les tensions des derniers évènement vécus s'évacuer, s'atténuer, à mesure que Célestin parlait et en faisait peu à peu une histoire.

Lorsque Migwala expliqua qui était le thuvien et quelle était sa relation avec Vlausta, Nedjemibrê n'en fut pas vraiment rassuré. Peut-être seraient-ils tranquilles un moment. Mais, au vu du comportement du tatoué lors de leur retour, l'homme à la peau d'ébène était sûr que le fâcheux ne lâcherait pas l'affaire... Et il pouvait donc revenir en force, épauler par toute la puissance d'une organisation vengeresse à laquelle, malgré eux, ils avaient "volé" leur meilleur client...

Quand le Prince Jawad proposa de prendre congé, Nedjemibrê hocha du chef, et se leva, sans rien dire. La journée avait été longue et l'obligé du Prince aspirait au repos. Il présenta néanmoins ses respects à la princesse et offrit un regard entendu à ses compagnons d'infortune, mêlé de reconnaissance et de fatigue lasse.

Le Prince Jawad et son obligé quittèrent le palais de la Princesse, s'enfonçant dans la nuit de Katapesh.


[Effects Actifs] Force Ward

Modifié par un utilisateur mardi 5 décembre 2017 09:43:57(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 1 utilisateur a remercié Lematou pour l'utilité de ce message.
Offline Guigui.  
#162 Envoyé le : lundi 20 novembre 2017 22:36:23(UTC)
Guigui
Rang : Staff
Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 6,862

Bhaal
rage berserk : 9/16
CA : 21 | C : 14 | D : 19
réf:+5 | vig:+8 | vol:+6

66 / 66


La relation de leur expédition à la Voûte Céleste, de leur rencontre avec Vlausta et de leur combat contre Xul permit à Bhaal de reprendre contenance dans son coin, même s'il eut aussi l'occasion de réaliser à quel point Célestin souffrait d'en parler. Il s'en voulu de l'avoir obligé à cet exercice, mais d'un autre côté, qui d'autre était plus légitime pour le faire ? Non, quoi qu'il lui en coûte, c'était bien à Célestin de rapporter à sa suzeraine et amie les résultats de sa quête. Il en était comme Bhaal lui avait dit, fort de sa propre expérience en la matière : une fois que l'on sait, on ne peut pas revenir en arrière...

Bhaal fut content de voir que le prince et la princesse faisaient bon accueil à Migwala, même s'il n'en avait pas douté un instant. Lorsque la princesse leur donna congé, il se leva pour la saluer et dit simplement : « je vous souhaite une bonne nuit, Princesse. Je sais que vous vous êtes inquiétée pour nous, alors vous dormirez mieux en nous sachant à l'abri dans vos murs. »



Une fois dehors, il aperçut le prince et son "obligé", comme avait coutume de dire l'intéressé, qui s'apprêtaient à regagner leurs quartiers. Il jeta un regard à sa fiancée comme pour dire "attends-moi là" et trotta jusqu'à eux en hélant l'homme à la peau d'ébène. « Nedj ! Attends ! »

Arrivé à leur hauteur, il saisit doucement l'osirien à l'épaule pour l'entraîner à l'écart. « Pardonnez-moi, Prince, je ne vous l'emprunte qu'un instant. » Après avoir fait quelques pas avec lui, il lui dit à voix basse : « écoute... Je voulais te dire que j'ai été content de t'avoir avec nous aujourd'hui. Tu t'es bien battu, et... tu as bien parlé aussi. Tu restes un type bizarre, mais on s'en serait peut-être pas sortis sans toi. Donc je... Enfin... J'y retourne avec toi quand tu veux, voilà, » conclut-il, gêné, en lui tapant sur l'épaule de la main.

L'osirien ne répondit rien mais le regarda, impassible, de ses yeux noirs d'une profondeur absolue. « Ben quoi, t'es encore là ? » éructa-t-il dans une explosion de colère feinte, « je vais pas te sucer la queue, alors bonne nuit ! »

Bhaal s'éloigna si brusquement qu'il il manqua la réponse de l'homme dont la peau se confondait avec la nuit : un sourire sincère qui déclarait que le message du gladiateur était bien passé. Peut-être Alia le vit-elle. Peut-être pas.

Modifié par un modérateur mardi 21 novembre 2017 14:36:45(UTC)  | Raison: Non indiquée

Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211
Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
thanks 2 utilisateur ont remercié Guigui pour l'utilité de ce message.
Offline Lyana  
#163 Envoyé le : mardi 21 novembre 2017 08:00:31(UTC)
Lyana
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/04/2013(UTC)
Messages : 1,492

Alia
CA 22 (C17,D16)
Ref+11* Vig+6* Vol+7*
Représentation : 13/17
Glitterdust : 1/1
Sorts 1 : 4/4
Sorts 2 : 1/4

54 / 58

Alia écouta le récit de Célestin le cœur serré, la tristesse qu'il ressentait s'entendait à chacun de ses mots et elle se désolait de ne pouvoir alléger son fardeau. Jyll saura l'aider, elle saura trouver les mots nécessaires pour apaiser sa peine. Et maintenant qu'il savait le destin de sa famille, il pourra aller de l'avant.

Après son récit, elle prit également congés auprès du Prince et de la Princesse, se rendant à nouveau compte qu'elle était heureuse de les revoir. Jamais elle n'aurait cru ce genre de chose possible il y a encore quelques semaines.

Elle accompagna Bhaal dehors à la suite du Prince et de Nedjamibrê, lorsqu'il la devança pour parler à l'homme d'ébène elle le regarda faire légèrement interrogative mais un léger sourire aux lèvres, son fiancé devait certainement lui dire de façon brutale qu'il avait fait du bon travail. Une façon pour lui de s'excuser de son éclat de la dernière fois sans pour autant présenter de véritables excuses.
Elle frissonna dans l'air frais de la nuit katapeshienne, elle se sentait soudainement fatiguée, la tension ressentit tout le long de leur périple dans le désert disparaissait, cumulée aux dernières nuits sans sommeil, elle n'avait qu'une envie, s'écroulait dans son lit. Après un bon bain. Oui un bain était nécessaire, c'était la première chose qu'elle réclamerait en rentrant dans leurs appartements.
Je posterai le jour, je posterai la nuit, je posterai toujours ^_<
Amarante, championne audacieuse, sylphe née des orages et des elfes (N211)
Aksana, chamane samsarane de la vie (S210)
Alia, derviche de la Fleur de l'Aube aasimar (BM96)
Offline UrShulgi  
#164 Envoyé le : jeudi 23 novembre 2017 17:59:29(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué
Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,520
5ème Érastus 4709, au soir, annexe du Palais des Maîtres


Chacun était parti se détendre à sa façon, essayant de feindre l'absence d'impact psychologique de la journée, comme si elle n'avait été que fatigue. Pour beaucoup, la fatigue restait néanmoins telle qu'elle finit par les laisser bercer par la mélopée des rêves ou du sommeil profond, à la note toujours juste.

Les préparatifs s'accéléraient sans que l'on aborda davantage le sujet de l'expédition, Alia et Bhaal partirent dans leurs prospections respectives, Célestin partit à toute allure avec Jyll on ne sait où quelques heures avant de rejoindre Nedjemibrê pour l'enterrement de Pryia. Nemlak lui, était rentré encore plus tard, parti toute la nuit régler des affaires avec les membres des Étals de nuit, et avec la Source Unique. Gorundal avait aidé Prince et Princesse a vérifier les derniers préparatifs et accords avant leur dernier nuit à Katapesh, leur départ prévu pour le lendemain matin tôt, dès les premiers rayons de soleil.

Célestin était revenu avec Nedjemibrê et Jyll, la cérémonie faite, et la surprise sur le visage de ceux qui purent les croiser. À ses côtés, volant, une silhouette hybride de femme et d'oiseau se tenait, dans des mouvements assez similaires à ceux que faisaient Agathe malgré sa morphologie différente. Ils purent rapidement avoir la confirmation que c'était bien elle, sans que l'on ne put l'expliquer. Il semblait que le passage à la Voûte en avait transformé certains davantage que d'autres.


En fin d'après-midi, alors que les préparatifs avançaient à grands pas et qu'Alia songeait à rester un peu plus longtemps avec Bhaal pour attendre l'hypothétique conclusion du pacte passé avec la Nef du Crépuscule, Vechna vint trouver l'aasimar qui venait de revenir des recherches et prises de contact pour son école.


«  Bonsoir Alia, Prince, Princesse, mes hommages. Le ... la créature est passée. Votre enfant vous attend à l'Église. Nous avons fait sortir les fidèles afin que l'enfant soit plus en confiance. »

Psychologie DD 22

Modifié par un modérateur jeudi 4 janvier 2018 12:40:27(UTC)  | Raison: Non indiquée

Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Offline Lyana  
#165 Envoyé le : jeudi 23 novembre 2017 21:09:17(UTC)
Lyana
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/04/2013(UTC)
Messages : 1,492

Alia
CA 22 (C17,D16)
Ref+11* Vig+6* Vol+7*
Représentation : 13/17
Glitterdust : 1/1
Sorts 1 : 4/4
Sorts 2 : 1/4

54 / 58

Pour la première fois depuis de nombreuses nuits, Alia réussit à dormir, d'un sommeil sans rêve. La fatigue et les épreuves de la journée avaient eu raison de ses peurs, cependant celles-ci réapparurent avant le lever du soleil et la réveillèrent. Elle se sentait pourtant à peu près reposée.

Elle sortit silencieusement, alla jusque dans une cour intérieure du palais et commença à danser, saluant à sa manière le lever du soleil. Elle constata avec plaisir que, malgré le manque d'entrainement, son corps n'était pas rouillé et il exécutait les mouvements qu'elle lui imposait. Les combats avaient maintenu son corps vif et souple et il avait même gagné en précision.

Le soleil apparut enfin et le Palais s'éveillait, elle termina ses étirements et regagna ses appartements alors que Bhaal venait de se lever et commençait à la chercher.

Ils se préparèrent et allèrent revendre le matériel récupéré chez Vlausta puis se renseignèrement pour la Guilde de Bhaal et Khem ainsi que pour son projet d'école de danse.
Elle ne voulut pas aller aux obsèques de Priya, estimant que l'hypocrisie n'avait rien à faire dans cette cérémonie. L'ensorceleuse les avait aidé mais parce qu'elle était également la cible du druide dément. Alia admettait volontiers qu'ils avaient survécu grâce à son aide mais ne parvenait pas à lui être reconnaissante, ils avaient été alliés éphémères et ça s'arrêtait là.

Avant de faire leur démarche administrative, ils virent Célestin et Jyll de retour du temple accompagnée d'une créature ailée vraiment étrange. Très vite, dans ses manières et sa voix, elle reconnut Agathe et n'en revint pas.
« Mais ? Agathe ? Que s'est-il passé ? Quel est ce prodige ? Tu es belle ainsi... »
Elle questionna Célestin jusqu'à ce qu'il lui raconte tout ce qu'il savait puis elle lui posa la question qu'elle avait peur de lui demander.
« Vous allez bien, Célestin ? Vous arrivez à surmonter tout ce que vous avez appris ? »

Enfin la journée s'achevait tranquillement sur la capitale et comme à ce qui était devenue leur habitude, ils étaient tous réunis autour de la Princesse et du Prince lorsque Vechna vint les retrouver. Alia se félicita d'être assise car il n'était pas certain qu'elle aurait pu rester debout alors que la prêtresse annonça la nouvelle qu'elle espérait et redoutait tant. Elle se leva enfin, lentement, le visage pâle.
« Merci... merci Vechna. J'arrive tout de suite, je... Comment va-t-elle ? Est-ce qu'elle est... ? je... je dois... » Elle avait l'impression de perdre pied, elle faisait un pas vers la sortie puis s'arrêta, prise de doute et avançait de nouveau pour s'arrêter encore. Elle se tourna vers la Princesse et le Prince et les salua respectueusement.
« Je vous prie de m'excuser mais je dois vous quitter... je ... il faut... Bonne soirée, que la Fleur de l'Aube veille sur votre sommeil. »

Elle sortit enfin de la pièce, l'air sonné, n'osant croire qu'elle allait bientôt voir sa fille, suivant Vechna moitié courant moitié ralentissant le pas au maximum, comme si elle voulait arriver au plus vite au temple et redoutait l'instant de l'arrivée en même temps. Sans même réfléchir, elle tendit la main sur le côté, cherchant celle de Bhaal sans un mot, instinctivement.
Je posterai le jour, je posterai la nuit, je posterai toujours ^_<
Amarante, championne audacieuse, sylphe née des orages et des elfes (N211)
Aksana, chamane samsarane de la vie (S210)
Alia, derviche de la Fleur de l'Aube aasimar (BM96)
Offline Guigui.  
#166 Envoyé le : vendredi 24 novembre 2017 17:57:39(UTC)
Guigui
Rang : Staff
Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 6,862

Bhaal
rage berserk : 18/18
CA : 21 | C : 14 | D : 19
réf:+5 | vig:+8 | vol:+6

79 / 79


Après un bain et un repas bien mérités pris en compagnie de sa fiancée, Bhaal la suivit dans un sommeil réparateur. Le gladiateur était un survivant : il avait pris l'habitude, de longue date, de dormir quand il pouvait dormir et de manger quand il pouvait manger, et il en fallait beaucoup pour l'empêcher de faire l'un ou l'autre. A en juger par son appétit et son sommeil, les événements de la Voûte Céleste ne justifiaient pas qu'il change ses habitudes.

Au matin toutefois, bien qu'Alia se fût levée bien avant lui, il perçut très bien que son sommeil avait été différent des autres nuits. Pour la première fois depuis plusieurs jours, elle avait réellement dormi, et il en fut heureux. A dire vrai, l'état de sa compagne l'inquiétait, même s'il préférait ne pas lui en parler de peur d'aggraver les choses, et il avait plusieurs fois songé à demander à Célestin s'il connaissait des herbes qui faisaient dormir, afin que la jeune fille puisse se reposer au moins un peu.



Le retour de Célestin après l'enterrement de Pryia suscita l'étonnement et l'émerveillement de ses amis lorsqu'ils purent contempler l'étrange et magnifique créature qu'était devenue Agathe. A Kelmarane, Bhaal l'avait considérée comme quantité négligeable, en l'appelant "le pigeon", mais plus tard, lorsqu'elle s'était mise à parler le langage des hommes, il lui avait bien fallu la traiter comme une personne, ce qu'il avait fait avec d'autant plus de facilité que cela faisait plaisir à Célestin. Mais la spectaculaire transformation survenue dans la nuit restait, pour le gladiateur peu familier des phénomènes magiques étranges, un mystère total.

« Ça alors, quelle drôle de bestiole ! » Fit-il, mi-amusé mi-inquiet, « hors de question de te voir comme une ration supplémentaire en cas de disette, désormais... » Ajouta-t-il en s'esclaffant devant les regards outrés de ses compagnons.



Lorsque Vechna parut en fin de journée, apportant la bonne nouvelle, Bhaal se redressa immédiatement, comme sur le qui-vive, des confortables coussins sur lesquels il était affalé. Ils avaient attendu tellement de jours qu'il avait fini par y penser de moins en moins, et c'était justement au moment où il n'y pensait plus du tout que le destin frappait de nouveau à la porte. Pourvu que tout se passe bien ! Mais Alia comptait sur lui et il fallait qu'il soit là pour la soutenir, aussi bien dans son bonheur retrouvé que dans l'appréhension de quelque mauvaise surprise que le Capitaine de la Nef du Crépuscule aurait pu juger bon de leur faire. Aussi ne dit-il rien. Il se contenta de saluer brièvement le prince et la princesse avant d'emboîter le pas à sa compagne qui, déjà, se hâtait vers la sortie.

« Ça va aller, t'inquiète pas, » dit-il à son amour en prenant la main qu'elle lui tendait, tout en n'étant qu'à moitié convaincu de ses propres paroles. Il fallait que ça se passe bien. Alia le méritait entre toutes et tous. Si quelqu'un dans ce monde méritait de cesser de souffrir, c'était elle.

Il fallait que ça se passe bien.

Modifié par un utilisateur samedi 25 novembre 2017 09:47:54(UTC)  | Raison: Non indiquée

Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211
Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
Offline vaidaick  
#167 Envoyé le : samedi 25 novembre 2017 07:00:52(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur
Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,002

CELESTIN
CA : 17 (C13, D14)
REF +5 VIG +4 VOL +5

46 / 46
Lorsqu'il revint avec la nouvelle Agathe, Célestin était d'humeur mitigée. Les événements de la veille, la métamorphose d'Agathe et la cérémonie pour Priya avaient affecté sa bonne humeur habituelle. Aussi, lorsque Alia complimenta Agathe, il lui sourit faiblement. « C'est une histoire compliquée... Nous en reparlerons tous ensemble... Plus tard... » Il n'avait vraiment pas envie de discuter plus avant, seulement envie de se reposer. « Je... Je crois que ça va... J'ai besoin... de temps, je crois. »

Il ne resta pas plus longtemps avec ses amis. La journée avait été rude, surtout après celle déjà éprouvante de la veille. Kelmarane venait à lui manquer incroyablement, et Solku encore plus - bien qu'il gardait ceci pour lui-même.



De son côté, Agathe semblait plutôt prendre sa transformation avec philosophie. « Merci Alia. Au moins, je sais grâce à toi que selon vos standards, je suis belle ! Ce n'est pas Célestin, trop paniqué par ce changement, qui me l'aurait dit ! » le taquina-t-il en faisant une petite volte sur elle-même devant celui-ci. « Alors, à toi aussi je te plais Bhaal ? » s'enquit-elle, découvrant visiblement les charmes de sa nouvelle apparence.



Lorsque Vechna vint annoncer la bonne nouvelle, Célestin la regarda un instant, sans rien dire. Il vit au comportement d'Alia qu'elle n'avait pas senti cet infime changement de ton dans la voix de la prêtresse, cette légère hésitation dans les mimiques de son visage, qui démontrait, à qui était attentif, que tout n'était pas si rose.

Il émit un sourire de convenance, et voyant le regard de Nedjemibrê, lui fit signe de les suivre. Il profita d'un moment où Alia trottait devant avec Bhaal pour s'approcher de Vechna. « A quel problème devons-nous nous attendre ? » lui chuchota-t-il de but en blanc. « Est-ce que ça vaut vraiment le coup de ne rien lui dire ? »

  • Psychologie : 1d20+11 donne [19] + 11 = 30

Modifié par un utilisateur samedi 25 novembre 2017 23:26:38(UTC)  | Raison: Non indiquée

Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
Offline Lematou  
#168 Envoyé le : samedi 25 novembre 2017 11:35:37(UTC)
Lematou
Rang : Habitué
Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
Une nuit éprouvante.

La veille, même si l'homme aux allures statuaires avait fait tout son possible pour n'en rien montrer, la discussion avec le Prince Jawad avait chamboulé Nedjemibrê. Malgré la fatigue, excité à l'idée de sa libération prochaine, il eut du mal à trouver le sommeil. Et quand celui-ci vint finalement, Nedjemibrê fut poursuivi sans relâche par toute une foule de créatures de feu et de géants aux cheveux embrasés, à travers les rues brillantes d'une cité cyclopéenne aux toits de bronze. Nedjemibrê courrait, courrait... L'air était suffoquant, brûlant... Nedjemibrê avait le souffle court... Trop court... Il voulait hurler mais sa langue desséchée se désagrégeait en cendres amères dans sa bouche... Nedjemibrê prit conscience d'un grésillement... Non plutôt un sifflement... Un chuchotement... Bien qu'il qu'on ne lui parla pas, il comprit que le chuchotement le guidait dans sa course... La foule rattrapait Nedjemibrê, inexorablement... La foule l'acculait au bord d'un précipice... Derrière Nedjemibrê, une mer de flammes infinie... La chaleur montait... Montait... Nedjemibrê se mit à fondre, comme s'il était fait de plomb... Des flammèches léchaient sa peau d'ébène ramollie... La foule se rapprocha encore... Le chuchotement fit comprendre à Nedjemibrê qu'il fallait sauter... Chute... Apesanteur... Flottement... Les flammes avaient disparues ; avec la chute, vint la fraîcheur... Le vent claquait aux oreilles de Nedjemibrê... Il flottait... Flottait... Soudain, une bourrasque le déséquilibra... Le sol se rapprochait... De plus en plus vite... De plus en plus près !... Nedjemibrê allait s'écraser... « Armun Kelisk !!! »

Nedjemibrê se réveilla juste après avoir crié. S'il oublia aussitôt les mots qu'il venait de hurler - et, une fois de plus, ses rêves - une sensation de fraîcheur, comme si une brise le caressait, resta persistante. La nuit était douce, mais les draps de Nedjemibrê étaient trempés de sueur. L'homme à la peau d'ébène en conclut qu'il avait du revivre de ce qui était arrivé la veille... Tout ce feu ; tous ces morts par le feu... Nedjemibrê se leva et se passa de l'eau sur la figure. Cela lui fit du bien. En quelques instant, la brise qui soufflait le sécha... Nedjemibrê songea que les fins rideaux masquant les moucharabiés n'étaient pas troublés par cette brise... La brise lui chuchota que tout allait bien... Nedjemibrê se rendormit tout à fait.

Cette nuit-là, Nedjemibrê fit plusieurs fois le même cauchemar, suivi du même demi-rêve. Sans jamais être certain de ce qui fut réel ou ne le fut pas. C'est au matin qu'il comprit, lorsque Djibrill vint le chercher, qu'il ne rêvait plus et qu'il était enfin revenu à la réalité. L'obligé du Prince Jawad réalisa alors qu'une... brise (!?) soufflait sur lui, et uniquement sur lui... Peut-être était-ce là un aspect de Chihili auquel Nedjemibrê n'avait encore jamais fait attention ? L'homme à la peau d'ébène remit sa réflexion à plus tard : aujourd'hui, il fallait enterrer Pryia. Aujourd'hui, il y aurait fort à faire...




Nedjemibrê
Chihili

CLASSE D'ARMURE 21
Contact 15 / Surpris 16
réf+11 vig+11 vol+7
SECONDE CHANCE 1/1
INTERNAL BUFFER 1/1
BURN 3/8
Tempestaire

Points de Vie

91 / 91

Champ de Force

16 / 16

***

Lorsqu'on annonça que la fille d'Alia était arrivée, Nedjemibrê fut intrigué. Il n'était pas au courant, évidemment. Au vu du trouble de la jeune femme et de sa précipitation à quitter les lieux, Nedjemibrê conclut assez facilement que sa fille devait lui manquer ; depuis très longtemps...

Quand la danseuse disparut, et Bhaal à sa suite, Nedjemibrê interrogea Célestin du regard : fallait-il les suivre ? Auraient-ils besoin d'aide ? L'homme à la peau d'ébène était naturellement enclin à ne pas troubler l'intimité du couple dans un tel moment... Mais en savait-il assez pour bien évaluer la situation ?

Au signe que lui adressa Célestin, Nedjemibrê, curieux, se leva et lui emboîta le pas. Alors qu'ils cheminaient, l'homme à la peau d'ébène était sur le point d'interroger le sorcier quand ce dernier se mit à chuchoter avec la dénommée Vechna. Nedjemibrê, coupé dans son élan et curieux, tendit l'oreille...

[Effets Actifs]
- Champ de Force
- Aérokinésie (JS+2 vs heat, breath weapons, cloud vapors and gases)
- Overflow (Immunité Critiques & Dégâts Précision 15%)

Modifié par un utilisateur lundi 27 novembre 2017 16:47:52(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline UrShulgi  
#169 Envoyé le : lundi 27 novembre 2017 17:57:13(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué
Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,520
Le groupe s'était scindé en deux, Alia et Bhaal en avant, suivis par Célestin, Nedjemibrê, Agate et Vechna. Nemlak levait les yeux au ciel tandis que Gorundal, Jyll, la Princesse et le Prince ne semblaient pas se décider sur une conduite à tenir, les laissant s'éloigner de plus en plus. Vechna sembla chanceler sous la remarque de Célestin, peut habituée à ce qu'on lise en sa personne si aisément.


«  Vous avez raison, il faut les rattraper. »

Les rues, fortement bondées, grouillaient comme des colonies de fourmis à l'assaut des racines d'un arbre, Alia ne pouvait malgré sa grâce les éviter tous, mais l'imposante silhouette pourpre faisait la place nécessaire pour passer sans trop ralentir, malgré quelques timides protestations formulées une fois la masse rouge avancée de plusieurs pas.

Le groupe à la traîne se rapprochait, lentement mais inexorablement, du convoi de tête, qui ralentissait un peu en repoussant la masse de badauds qui croisaient leur chemin, et à quelques mètres des marches menant à l'église, aux portes exceptionnellement fermées, Vechna, dans un effort des moins naturelles, accéléra brusquement le pas pour rattraper Alia, manquant de peu de se faire cueillir par Bhaal sentant une présence fondre sur eux, et qui arrêta son geste en en reconnaissant de justesse son auteur. Vechna attrapa le poignet d'Alia comme pour la freiner, avec une étonnante fermeté.


«  Alia! Je dois vous le dire avant que vous n'entriez. Cet ... votre enfant, elle a subi des sévices corporels. Elle est très craintive, le Père Adrastus a du utiliser sa magie curative à distance pour pouvoir améliorer sa santé. Elle ne risque plus sa vie mais on peut voir dans son regard qu'elle est marquée. »

Vechna ne semblait pas du tout à l'aise et malgré les atrocités qu'elle avait déjà vu et les combats qu'elle avait menés, n'en menait pas large et ne soutenait pas le regard de l'aasimar face à elle.

Modifié par un utilisateur vendredi 8 décembre 2017 11:25:23(UTC)  | Raison: Non indiquée

Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Offline Lyana  
#170 Envoyé le : lundi 27 novembre 2017 20:42:41(UTC)
Lyana
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/04/2013(UTC)
Messages : 1,492

Alia
CA 22 (C17,D17)
Ref+11* Vig+6* Vol+7*
Représentations
19/19
Glitterdust : 1/1
Sorts 1 : 5/5
Sorts 2 : 4/4
Sorts 3 : 2/2

67 / 67

Alia avançait le plus vite qu'elle pouvait sans courir, elle ne voyait qu'à peine la foule présente dans les rues de la Capitale et n'avait pas conscience que Bhaal écartait les passants pas assez rapides.

La silhouette du Temple de Sarenrae apparut enfin, elle ralentit malgré elle, comme si elle redoutait d'y entrer, si elle avait peur de ce qu'elle allait découvrir à l'intérieur. C'est à ce moment là que Vechna la rejoignit pour lui révéler ce qui la mettait mal à l'aise depuis le début.

La jeune femme pâlit prise de vertige, elle se força à avaler sa salive et respirer profondément.
« C'est ce à quoi nous nous attendions, non ? Vu d'où elle vient... Vous avez vu l'être qui l'a amené ? Mais, maintenant elle est sauve, c'est ce qui compte. »

Elle se remit en route, encore plus pressée de la voir.
« Merci de m'avoir prévenue. Est-ce qu'elle... est-ce qu'elle est maudite ou quelque chose comme ça ? »
Sans attendre la réponse, elle reprit sans hésitation et un peu brusquement.
« Peu importe, c'est ma fille. Je m'occuperai d'elle et elle guérira. »

Modifié par un utilisateur lundi 27 novembre 2017 20:43:22(UTC)  | Raison: Non indiquée

Je posterai le jour, je posterai la nuit, je posterai toujours ^_<
Amarante, championne audacieuse, sylphe née des orages et des elfes (N211)
Aksana, chamane samsarane de la vie (S210)
Alia, derviche de la Fleur de l'Aube aasimar (BM96)
Offline Guigui.  
#171 Envoyé le : lundi 27 novembre 2017 22:10:19(UTC)
Guigui
Rang : Staff
Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 6,862

Bhaal
rage berserk : 18/18
CA : 21 | C : 14 | D : 19
réf:+5 | vig:+8 | vol:+6

79 / 79


Désarçonné par la question d'Agathe, se demandant bêtement ce qu'il fallait en penser (et craignant aussi la jalousie d'Alia), Bhaal ne put d'abord que bredouiller vainement. « Euh, ben... Euh, oui, bien sûr ! Enfin, je veux dire... Oui, tu es très belle, tu es... Tu es une très mignonne femme miniature ailée, voilà ! Hem... » Fit-il en se grattant le sommet du crâne et en jetant des regards furtifs vers Alia pour essayer de deviner ce que sa compagne en pensait. La jalousie des femmes, songeait-il, pouvait se loger dans les détails les plus infimes.

« En tout cas, ça me sera plus naturel de discuter avec toi telle que tu es maintenant, plutôt que quand tu ressemblais à un pigeon ! » S'esclaffa-t-il, « mais l'important c'est que tu te sentes bien comme tu es. »



Fendant la foule de ses grands bras quand la lueur jaune de son regard ne suffisait pas à écarter les badauds, Bhaal ouvrait la route pour Alia afin qu'elle n'ait pas à faire cet effort, que sa pureté n'ait pas à se frotter au vulgaire. Finalement, la masse imposante du temple fut visible devant lui, avant de l'écraser petit à petit à mesure qu'il se rapprochait. Mais ce ne fut que lorsqu'ils furent sur le point de pénétrer dans l'édifice que Vechna se décida à leur révéler que tout n'allait pas se passer - ou ne s'était pas passé - aussi bien qu'on aurait pu l'espérer.

« QUOI ??? » Eructa-t-il, moins en colère pour cette petite fille qu'il n'avait jamais vu et qui ne représentait pour lui, même en cet instant, qu'une idée, un concept, la fille d'Alia, que pour Alia elle-même dont il ne savait que trop bien qu'elle était, depuis le début, très affectée par cette affaire. Comment allait-elle réagir ? « Ah les enculés ! Ils... » Mais Alia l'interrompit d'une voix qui se voulait forte.

Elle semblait s'être préparée à cette éventualité. Elle n'avait même pas l'air surprise. En cet instant, le gladiateur la voyait courageuse, volontaire, déterminée, et il l'aima encore plus qu'il ne l'aimait déjà. Restait à savoir si cette attitude participait d'une réelle volonté de faire face, ou si cela relevait de l'auto-persuasion...
Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211
Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
Offline vaidaick  
#172 Envoyé le : lundi 27 novembre 2017 23:44:22(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur
Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,002

CELESTIN
CA : 17 (C13, D14)
REF +5 VIG +4 VOL +5

46 / 46

AGATHE
CA : 20 (C16, D16)
REF +7 VIG +3 VOL +8

23 / 23
Célestin hocha la tête lorsque Vechna avoua à demi-mot qu'elle n'avait pas tout dit. « C'est bien ce que je craignais... » se contenta-t-il de lui répondre. Il regarda du coin de l'œil Nedjemibrê, qui semblait vouloir le questionner. A voix basse, il lui relata ce que, maintenant, tous les proches d'Alia savaient, y compris le Prince : son passé d'esclave, l'enlèvement de sa fille, son désir de la retrouver, l'enquête à la Source Unique, et la promesse de l'étrange capitaine de la lui rendre vivante... sans précision sur sa santé physique ou mentale.

Puis, pressant le pas, il rejoignit Alia aux côtés de Vechna. Celle-ci, dans sa précipitation, ne prit pas garde à la manière de l'aborder, et manqua se prendre un coup de la part de Bhaal. Heureusement, ses réflexes de guerrier l'arrêtèrent à temps, tandis que l'aasimar résumait à Alia la situation.

Celle-ci était étonnamment lucide quant à la situation, elle qui s'était si profondément enfouie dans le déni pendant longtemps. Célestin s'approcha d'un pas et posa une main rassurante sur l'épaule de son amie, la soutenant d'un simple regard, accompagné d'un sourire qui se voulait rassurant, et qui disait "nous serons là pour t'aider et te soutenir". Mais en réalité, sa gorge était trop nouée pour qu'il puisse prononcer le moindre son...

Ce fut donc Agathe qui, devenue peut-être plus téméraire et expressive suite à son changement, vint se poser sur l'épaule de la sang d'ange pour la réconforter. « Évidemment qu'elle reste ta fille, quoi qu'il advienne ! Ne t'inquiète pas, nous sommes tous là avec toi, et nous veillerons sur elle tous ensemble ! Nous sommes une grande famille, non ? Eh bien, si tu le permets, je serai sa marraine la bonne fée ! Comme dans les contes pour enfants. » lui sourit-elle en posant sa main ailée sur la joue.

Modifié par un utilisateur mardi 28 novembre 2017 02:28:09(UTC)  | Raison: Non indiquée

Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
Offline Lematou  
#173 Envoyé le : mardi 28 novembre 2017 09:22:30(UTC)
Lematou
Rang : Habitué
Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214

Nedjemibrê
Chihili

CLASSE D'ARMURE 21
Contact 15 / Surpris 16
réf+11 vig+11 vol+7
SECONDE CHANCE 1/1
INTERNAL BUFFER 1/1
BURN 3/8
Tempestaire

Points de Vie

91 / 91

Champ de Force

16 / 16

***

En entendant la réponse de Vechna, les yeux de Nedjemibrê se plissèrent...

Révolte rentrée, colère, profond mépris... Un sale mélange. Si l'homme à la peau d'ébène s'était lui résigné, presque de bonne grâce, à la vie d'esclave, ce ne pouvait être un choix réfléchi pour une enfant. Et son maître - ou sa maîtresse - semblait avoir abusé du petit être jusqu'à la lie... Nedjemibrê se contenta de hocher la tête à plusieurs reprise, sans mot dire, pendant que Célestin le mettait au parfum ; mais si l'homme à la peau d'ébène restait silencieux, ses yeux se plissèrent plus encore et ses narines frémissaient...

La façon dont Alia prit la chose ramena Nedjemibrê à la raison. Et lui permit de se calmer. Penser au présent et au futur, c'est effectivement ce qu'il y avait de mieux à faire... Nedjemibrê soupira, chassant la colère. Il suivait le petit groupe, à quelques pas derrière Célestin qui avait maintenant rejoint Alia. Le retour à la raison et au présent rappela à l'homme à la peau d'ébène que Katapesh restait une ville dangereuse. Dans l'évènement qui se présentait, l'obligé du Prince ne pouvait aider directement ses nouveaux compagnons. Mais il pouvait au moins rester vigilant pour que tout se passe pour le mieux, plutôt que de se laisser emporter par ses émotions. Aussi, maintenant plus calme, l'homme à la peau d'ébène se mit-il à surveiller les alentours, la foule afin de voir venir les tire-laines, les fâcheux et les vieux ennemis...


  • Perception : 1d20+11 donne [2] + 11 = 13
[Effets Actifs]
- Champ de Force
- Aérokinésie (JS+2 vs heat, breath weapons, cloud vapors and gases)
- Overflow (Immunité Critiques & Dégâts Précision 15%)


Offline UrShulgi  
#174 Envoyé le : mercredi 29 novembre 2017 16:04:25(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué
Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,520
Les gardes se mirent en travers de la double porte, comme si celles-ci fermées ne suffisaient pas à en bloquer le passage, mais tandis qu'ils regardaient vers Vechna, le signe de la main de l'inquisitrice leur fit reprendre leur place d'origine, tandis qu'elle s'avançait pour ouvrir les portes avec sa clé.

Ce geste, si simple, si banal, si quotidien, semblait en cet instant d'une lourdeur sans pareille, d'un danger infini, d'une gravité absolue. Même la veille, qui n'avait pas été une partie de plaisir, semblait, à part peut-être à Célestin, emprunt d'une certaine douceur face à ce qui pouvait advenir entre ces murs.

Et pourtant, à l'intérieur, tout était calme, ou le semblait. La nef, dépeuplée, était plongée dans un silence relatif à l'exception de ce qui semblait être des soubresauts de sanglots, sans qu'on puisse en voir l'origine. Près de l'autel, le père Adrastus regardait les arrivants, d'une mine ferme, ni chaleureuse, ni défiante, de celles qu'on a en revenant de la guerre, toujours debout, mais changé.

Père Adrastus

« Alia, approchez doucement, elle a peur. »

L'enfant était magnifique, mais faisait peine à voir. Ses traits au premier abord ne laissaient rien présager d'un lien de sang avec Alia, jusqu'à ce qu'on observe mieux ses lèvres, son regard, et une certaine aura d'innocence et de pureté qui dégageait un sentiment de similitude. Sa tunique sans manche montrait les stigmates de nombreuses petites blessures fermées, mais pas encore pleinement cicatrisées. Les formes étaient variables, certainement comme leurs origines. La jeune fille regardait l'ancien qui lui faisait face, semblait comme calmée, ou en phase de l'être.

Quand d'autres s'approchèrent, son attention se détournera sur eux, et elle se mit à hurler en voyant Alia et Bhaal, d'un cri si strident qu'il en était presque inhumain.

« Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh! »
Fuyant vers le fond de la pièce, se cachant derrière la statue de Sarenrae, la jeune fille laissa entrevoir le haut de son dos un bref instant en bifurquant derrière la statue, dévoilant deux marques des plus détestables : deux grandes plaies cautérisées, longues, épaisses comme un gros bracelet, dévoilaient par leur forme légèrement diagonale les prémices d'ailes qui ne verraient jamais le jour.

Modifié par un modérateur mercredi 29 novembre 2017 16:23:00(UTC)  | Raison: Non indiquée

Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Offline Lyana  
#175 Envoyé le : mercredi 29 novembre 2017 21:56:33(UTC)
Lyana
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/04/2013(UTC)
Messages : 1,492

Alia
CA 22 (C17,D17)
Ref+11* Vig+6* Vol+7*
Représentations
19/19
Glitterdust : 1/1
Sorts 1 : 5/5
Sorts 2 : 4/4
Sorts 3 : 2/2

67 / 67

Alia resta figée à l'entrée du temple, contemplant celle qu'elle n'avait jamais cru pouvoir revoir un jour. Elle était magnifique, Velanya, sa fille, était encore plus magnifique que dans ces rêves. Des larmes lui montèrent aux yeux devant les plaies qui parsemaient le petit corps, hésitante, Alia se décida enfin à avancer sous l'invitation du Père Adrastus et se figea de nouveau lorsque la petite hurla en les voyant. Elle étouffa un hoquet d'horreur, plaquant sa main contre la bouche, lorsqu'elle vit le dos mutilé. Elle manqua de s'effondrer, se retenant au bras de Bhaal, tremblante.
Elle regardait la statue de la Déesse derrière laquelle la fillette s'était réfugiée, s'y accrochant, implorant Vardishal de la soutenir. Sur son épaule, Agathe lui susurrait des mots de réconfort.

Que lui avaient-ils fait ? Quels monstres pouvaient s'en prendre ainsi à une petite fille ? Qu'avaient-ils fait de ses ailes ?

Une bouffée de haine pure l'envahit, elle ne put s'empêcher de murmurer :
« Ils paieront pour tout cela. Par tout ce qui m'est le plus sacré, ils paieront. »

Mais ce n'était pas l'heure, pour l'heure, il fallait rassurer sa fille, même si elle ne savait pas comment faire, l'enfant était terrorisée rien qu'en les voyant. Plus elle réfléchissait, plus elle sentait la panique monter en elle.

ARRÊTE !

Il fallait qu'elle arrête de penser, il fallait qu'elle respire et qu'elle laisse juste parler son coeur.
Elle inspira et expira plusieurs fois, puis détacha la ceinture soutenant son arme et la tendit à son fiancé.
« Tu peux me tenir Tempête, s'il-te-plait ? Et m'aider à enlever ma chemise de maille ? »

Elle se dépouilla de tout ce qui pouvait sembler martial et se retrouva en simple tenue de lin. Puis elle s'adressa à tous ceux qui étaient dans la pièce.
« Pouvez-vous reculer, s'il-vous-plait ? Sauf vous Père Adrastus, elle n'a pas l'air d'avoir peur de vous. »

Elle attendit un instant, le regard de nouveau tourné vers la statue derrière laquelle la petite n'avait pas bougé et avança très lentement, évitant tout geste brusque. Elle s'arrêta à plusieurs mètres de la Fleur de l'Aube et s'assit à même le sol en tailleur. Elle attendit encore le temps de calmer sa respiration puis se mit à fredonner. Elle chantait la berceuse qu'elle chantait à Velanya lorsqu'elle n'était pas encore née puis quand elle était un bébé. Petit à petit, sa voix se fit plus assurée, plus fort. Ce n'était le chant le plus juste ou le plus technique qui soit mais il était chanté avec tout son cœur, elle mit dans sa voix tout l'amour qu'elle ressentait pour sa fille. Son amour, ses espoirs, ses peines, ses joies. Elle offrait sa vie à sa petite fille.

  • Diplomatie : 1d20+9 donne [11] + 9 = 20

Modifié par un utilisateur mercredi 29 novembre 2017 23:46:36(UTC)  | Raison: Non indiquée

Je posterai le jour, je posterai la nuit, je posterai toujours ^_<
Amarante, championne audacieuse, sylphe née des orages et des elfes (N211)
Aksana, chamane samsarane de la vie (S210)
Alia, derviche de la Fleur de l'Aube aasimar (BM96)
thanks 1 utilisateur a remercié Lyana pour l'utilité de ce message.
Offline vaidaick  
#176 Envoyé le : mercredi 29 novembre 2017 23:37:47(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur
Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,002

CELESTIN
CA : 17 (C13, D14)
REF +5 VIG +4 VOL +5

46 / 46

AGATHE
CA : 20 (C16, D16)
REF +7 VIG +3 VOL +8

23 / 23
Célestin était resté en retrait, laissant Alia entreprendre ses retrouvailles avec sa fille. Il n'était là qu'en spectateur, présent pour soutenir son amie dans l'épreuve, simplement.

Mais malgré ce recul, son cœur fut touché de plein fouet par la détresse de la fillette, sa crainte irraisonnée, et ses meurtrissures. Si ces dernières étaient les plus visibles, elles étaient à coup sûr les moins douloureuses, et les plus aisées à soigner. Alors que les larmes lui montaient aux yeux et que sa gorge se nouait, la fillette se retourna pour s'enfuir, en poussant un cri d'effroi qui hanterait probablement ses prochaines nuits. Au même instant, il reproduit le même geste qu'Alia. Sa main vint se plaquer contre sa bouche qui s'entrouvrait sous l'émotion, tandis que de ses yeux grands ouverts en une attitude de stupeur les larmes ruisselaient sur ses joues.

Sous le choc, il ne put que regarder Alia faire face avec une contenance incroyable, ôtant ses armes et armures lentement pour ne pas encore plus effrayer l'enfant, si cela était encore possible, tandis qu'Agathe prenait son envol pour ne pas la gêner, tout en demeurant sans effort en vol stationnaire à ses côtés. Puis l'aasimar s'avança avec précaution, avant de s'arrêter à quelques mètres de la cachette de l'enfant, et de s'installer. Elle se mit à chanter, un chant d'abord timide, hésitant, de ceux qui n'ont pas été chantés depuis longtemps, mais dont l'air et les paroles reviennent en mémoire rapidement, comme s'ils n'attendaient qu'un signe pour remonter à la surface. Puis il se fit plus fort, plus assuré, alors qu'il reprenait ses droits, celui qu'avait une mère de consoler son enfant apeuré.

A ses côtés, Agathe la regardait, un doux sourire encourageant sur son beau visage. Puis, dès que le chant se fit plus naturel, et qu'elle sut qu'Alia n'avait plus besoin de sa présence, elle s'avança avec grâce dans les airs, doucement, donnant presque l'impression de flotter, au rythme lent de la berceuse. « Bonjour. » commença-t-elle. « Tu dois te demander qui nous sommes, n'est-ce pas ? Et tu dois te demander ce qu'il va encore t'arriver... » lui demanda-t-elle avec une voix emplie de compassion. « Mais tu n'as plus rien à craindre. Nous sommes là pour prendre soin de toi, pour veiller sur toi, et faire en sorte que plus aucun malheur ne t'arrive. » Elle s'arrêta, gardant un vol stationnaire, voyant que la petite fille se recroquevillait encore plus à son approche. « Je m'appelle Agathe. Et la dame qui chante, là-bas, s'appelle Alia. » dit-elle en la désignant brièvement de sa main entre deux battement d'aile. « Je suis sûre que tu l'as reconnue. Et je suis sûre que ce chant éveil en toi un souvenir lointain. » La petite ange lui sourit avec tendresse. « Tu devrais aller la voir. Dès que tu t'en sentiras le courage, rien ne presse. Et tu devrais aller la serrer fort dans tes bras. Elle avait peur de ne jamais te revoir, mais te voilà. Te voilà, enfin. Alors observe-la, vois son regard empli d'amour pour toi. Et quand tu sentiras ton cœur se gonfler, tu sauras... »

Elle s'écarta légèrement de la trajectoire menant de la fillette à Alia. Elle espérait que son discours sorte l'enfant de son effroi.

  • Diplomatie : 1d2+11 donne [1] + 11 = 12
  • Diplomatie : 1d20+11 donne [8] + 11 = 19


C'est un peu mieux avec 1d20 BigGrin

Modifié par un utilisateur mercredi 29 novembre 2017 23:43:01(UTC)  | Raison: Non indiquée

Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
Offline Guigui.  
#177 Envoyé le : jeudi 30 novembre 2017 18:45:47(UTC)
Guigui
Rang : Staff
Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 6,862

Bhaal
rage berserk : 18/18
CA : 21 | C : 14 | D : 19
réf:+5 | vig:+8 | vol:+6

79 / 79


La petite fille hurla avant d'aller se cacher derrière la statue, et les mâchoires du demi-démon se serrèrent en même temps que son cœur. C'était un hurlement de pure terreur, un hurlement qu'aucune petite fille au monde ne devrait avoir à pousser. Et lorsqu'il vit ce qu'ils lui avaient fait...

« L'enculé... » Murmura-t-il d'une voix blanche tandis que la petite fille disparaissait à sa vue, « c'est pas possible de faire un truc pareil... » Elle était magnifique, cette enfant, mais elle était comme une fleur que le capitaine de la Nef aurait broyé dans sa main avant de lui arracher quelques pétales... Par pur plaisir.

A côté de lui, Alia était sur le point de se trouver mal, mais elle s'appuya sur lui et la grosse paluche du gladiateur se posa sur la main délicate de la jeune fille. Et le serment de vengeance de la danseuse trouva son écho dans l'approbation silencieuse de son amant. Ils avaient déjà vu, par deux fois au moins, le vrai visage du Mal, mais c'était là un Mal qui les touchait directement. Oui, ceux qui avaient fait cela connaîtraient la mort et les tourments. La main droite de Bhaal s'ouvrait et se refermait dans des spasmes nerveux qui témoignaient de l'état mental dans lequel il se trouvait.

Une nouvelle fois, Alia fit preuve d'une force et d'une maîtrise d'elle-même qui rendit le gladiateur admiratif. Il prit ses affaires les unes après les autres, assujettissant Tempête, l'arc et son carquois dans son dos et jetant sur son épaule la chemise de mailles à peine plus lourde qu'un vêtement. Et Alia s'approcha doucement, très doucement, avant de s'assoir devant la statue derrière laquelle s'abritait la petite fille terrorisée.

Le moment était historique. Du point de vue de leur histoire personnelle à tous les trois, c'était l'un des moments les plus importants de leur vie. Submergé par l'émotion, les lèvres tremblantes, le géant rouge contempla l'amour de sa vie essayer de ramener vers elle son enfant martyrisée.

Puis Alia se mit à chanter. Sa voix claire s'éleva dans la nef, et c'était un chant d'amour pur, le plus beau chant qu'il lui avait jamais été donné d'entendre, pas parce qu'il était objectivement le plus beau, mais parce que c'était Alia qui le chantait et Velanya qui devait l'entendre. Là, transformé en une massive statue rouge, Bhaal se mit à pleurer, à sangloter silencieusement tandis qu'il contemplait sa compagne. Il n'avait jamais assisté, de sa vie, à une scène aussi tragique et aussi belle, où l'amour et l'horreur se mêlaient en un maelstrom de sentiments qu'il ne parvenait plus à contrôler.
Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211
Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
Offline UrShulgi  
#178 Envoyé le : samedi 2 décembre 2017 17:52:43(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué
Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,520
Le Père Adrastus ne put réprimer une mine pleine de dégoût en voyant l'enfant s'enfuir, comprenant le genre de supercherie (et de vice) auxquels avaient du s'adonner ceux qui venaient d'Ailleurs. Le chant d'Alia emplissait la cathédrale, essayant de chasser les ténèbres qui hantaient le lieu, invisibles mais bien présentes, comme un furtif danger prêt à tout engloutir, et à tout faire basculer.

Les notes vibraient dans l'air, pas toujours justes techniquement, mais parfaites dans l'émotion. Le Père attendit qu'Alia ancra son chant dans la pièce pour user de magie, aidant la si fragile enfant à ne pas fuir à nouveau, apaisant ses émotions par la note continue qu'il greffa derrière la mélopée de l'aasimar. Chacun comprit assez vite qu'il aura probablement pu la calmer plus tôt ainsi, mais qu'il avait attendu que sa mère soit présente pour qu'elle associe cet effet à sa présence à elle, et non à celle de l'homme aguerri.

Les minutes passaient, et Alia restait ainsi, totalement concentrée par le chant. L'enfant, dans un premier temps, se concentra elle sur l'agile créature ailée, et plus petite qu'elle, d'après les mouvements de l'ombre de sa silhouette derrière la statue, cette petite créature qui lui parlait si doucement, et qui parvenait peut-être à arracher à l'enfant un fugace sourire. Son attention dévia vers le chant, ou le toit, alors qu'elle semblait attentive aux sons qu'elle percevait, reniflant entre deux hoquets larmoyants.

Les autres par contre, sentaient bien le temps qui passait, avec une situation qui ne semblait pas évoluer du tout. Combien de temps Alia et Adrastus tiendraient-ils ainsi? Alia flancherait-elle? Nul ne le saurait jamais.

La température sembla monter dans la pièce, mais elle était trop douce pour qu'on l'eut prise pour un danger, ou pour la revanche de Xul. Les vitraux, malgré le moment tardif de la journée, se mirent à briller, de plus en plus, illuminant la pièce d'une clarté qui n'avait rien à envier au plus fort des rayons du soleil. Du soleil!

La statue semblait vivante malgré son immobilité, comme si elle posait ses yeux sur le lieu et ses occupants. Les ténèbres n'avaient nulle part où se cacher, et l'enfant se leva, posant une main sur son front pour essayer de regarder vers le ciel d'où cette lumière devait venir. Elle redescendit sa main en constatant que la lumière venait de partout. Malgré la gravité de l'instant, les esprits se reposaient, déconcertés parfois, par la sensation de douceur, celle d'une mère bienveillante connue ou fantasmée, berçant son enfant, dans une protection telle qu'elle permettait toutes les vulnérabilités, acceptant la fragilité, les erreurs, les errances, dans une étreinte qui signifiait le départ nouveau, l'acceptation, la rédemption.

La fille réussit à regarder l'assistance intégralement, finissant par tourner la tête vers la source du chant, coupant se dernier comme la meilleure lame du pays sectionnant une langue à en stopper immédiatement tout son par son verbe court mais surpuissant.

« Maman ? »

Modifié par un utilisateur vendredi 8 décembre 2017 11:24:12(UTC)  | Raison: Non indiquée

Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Offline Lyana  
#179 Envoyé le : dimanche 3 décembre 2017 21:52:24(UTC)
Lyana
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/04/2013(UTC)
Messages : 1,492

Alia
CA 22 (C17,D17)
Ref+11* Vig+6* Vol+7*
Représentations
19/19
Glitterdust : 1/1
Sorts 1 : 5/5
Sorts 2 : 4/4
Sorts 3 : 2/2

67 / 67

Assise sur le sol du temple en tailleur, Alia ne pensait à rien, sauf à sa fille. Le chant s'élevait dans la vaste salle sans qu'elle n'y prenne garde, sûr qu'elle aurait été corrigé durement si elle avait exécuté un tel chant pendant son apprentissage mais à ce moment précis, elle se moquait totalement de la technique, ne comptait que le message. Elle ouvrait son cœur à sa fille, espérant un miracle.

Et il vint.

La lumière du jour illumina les vitraux, inondant le temple d'un halo doré, rendant la statue de Sarenrae éblouissante. C'était là l’œuvre de la déesse, on ne pouvait en douter. Au fond de son âme, Alia sentit Vardishal répondre à l'appel divin, une chaleur réconfortante envahit le corps et l'âme de la jeune mère.

Des larmes coulaient sur ses joues sans qu'elle n'y fasse attention, le regard figé sur la statue étincelante de la déesse. Elle cligna des yeux plusieurs fois lorsque la petite silhouette apparut timidement, elle continua de chanter, laissant la fillette aller à son rythme. Leurs regards se croisèrent enfin. Une vague d'amour le plus pur traversa l'âme de de la chanteuse.

Le mot le plus magnifique prononcé par une voix d'ange resta suspendu dans les airs un instant, mettant un terme à son chant.
Maman ?

Elle hocha la tête sans détacher le regard de sa fille, sanglotant et riant à la fois. Puis très lentement, elle se leva et fit quelques pas vers la petite fille encore apeurée. Elle s’accroupit à deux mètres d'elle, brulant de la prendre dans ses bras mais se retenant encore. Elle ouvrit la bouche sans parvenir à parler, submergée d'émotion, déglutit puis répondit d'une voix tremblante.

« Oui... oui, ma chérie. Je suis ta maman. Je t'ai retrouvée mon petit ange... je suis ta maman... »

Elle ouvrit ses bras en direction de la fillette, terrifiée de provoquer une nouvelle crise de panique chez sa fille.
Je posterai le jour, je posterai la nuit, je posterai toujours ^_<
Amarante, championne audacieuse, sylphe née des orages et des elfes (N211)
Aksana, chamane samsarane de la vie (S210)
Alia, derviche de la Fleur de l'Aube aasimar (BM96)
Offline Guigui.  
#180 Envoyé le : lundi 4 décembre 2017 00:01:26(UTC)
Guigui
Rang : Staff
Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 6,862

Bhaal
rage berserk : 18/18
CA : 21 | C : 14 | D : 19
réf:+5 | vig:+8 | vol:+6

79 / 79


Le chant d'Alia, bientôt appuyé par la voix grave et monocorde du Père Adrastus, était entièrement tourné vers sa fille, mais il affectait tous les témoins. Et l'action coordonnée des deux sarénites finit par apaiser le géant rouge, traversé par des sentiments trop forts pour qu'il puisse y faire face. Bhaal cessa de pleurer, mais non de ressentir... Encore moins de réfléchir.

Que se passerait-il s'il lui était donné un jour de rencontrer sa propre mère ? Pleurerait-il ? Et elle, comment réagirait-elle ? Comment réagit-on dans ce genre de situation lorsqu'on est une princesse des Abysses, l'incarnation de la malévolence ? Y avait-il la moindre chance pour que sa mère éprouve ne serait-ce qu'un semblant de tendresse ou d'amour pour lui ? La prendrait-elle seulement dans ses bras ?

Mais ces pensées s'envolèrent lorsque l'atmosphère de la nef changea. Étaient-ce les derniers rayons du soleil qui perçaient les vitraux du temple en un glorieux adieu avant de céder la place au crépuscule et à la nuit ? Ou était-ce... autre chose ? Pourquoi la lumière semblait-elle si parfaite tout d'un coup, pourquoi semblait-elle se diffuser dans les moindre recoins ? Et pourquoi la statue de la déesse semblait-elle si vivante, si présente ?

« Maman ? »

Et par ce simple mot prononcé par une petite voix flûtée, ce mot qui lui était, à lui, tellement étranger, le silence se fit. Toute l'assemblée retenait son souffle, mais c'était gagné. Après des années de séparation et de tourments, une mère retrouvait son enfant, martyrisée mais vivante. Tout était encore possible, tout pouvait être reconstruit, réparé, oublié. Tout, sauf la vengeance, dit une voix discordante dans l'esprit du gladiateur.

Et le demi-démon songea avec fierté qu'il avait eu un rôle à jouer dans ce dénouement, lui qui avait d'abord lutté contre le renoncement d'Alia avant de la pousser à mener l'enquête sitôt qu'ils en avaient eu l'occasion. Même si cette enquête les avaient menés à la mort et leur avait fait connaître quelques horribles personnages, ils étaient toujours vivants et l'espoir était avec eux. Ils allaient rentrer à Kelmarane. Ils allaient pouvoir élever cette enfant dans la paix. Il allait devenir son père.

Son père.

C'était là que ça allait se compliquer, mais ce n'était pas le moment de s'en préoccuper. Cet instant était magique. Les larmes d'Alia firent naître à nouveau les siennes, mais il souriait, et regarda Célestin à travers elles. Le moment tant attendu et pour lequel ils avaient tant œuvré, pris tant de risques, était enfin arrivé. Alia était de nouveau elle-même, pleine et entière.
Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211
Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
10 Pages«<78910>
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

| Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2023, Yet Another Forum.NET