Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

3 Pages<123
Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline Capuche  
#41 Envoyé le : dimanche 17 mai 2020 22:17:42(UTC)
Capuche
Rang : Nouveau
Inscrit le : 25/06/2017(UTC)
Messages : 1

Arno

9 / 25

CA 17 (CC 13/CS 14)
Ref 18 / Vig 14 / Vol 12
Initiative +5



« Et bien je dois reconnaître qu'il n'y avait nulle malice ou volonté de nuire à mes propos. Disons que je découvre un nouveau monde et que j'ai du réfléchir à voix haute en tentant de démêler quelques nœuds encore inextricables, ou du moins imaginer certains scenarii. Oublions donc ce fâcheux incident, voulez-vous? »

Oh des duels à mort. L'aristocratie et sa fierté piquée? Bon... il faut reconnaître que dans certaines bouges et ruelles, le panache et la manière en moins, on use des mêmes procédés pour souvent des broutilles.
Ça reste une idée néanmoins... A noter.

Saisir le contexte global, le jeu des alliances, des relations, des services rendus et à rendre. Une théorie interessante et certainement vrai, mais possiblement un poil complexe pour un néophyte.
Pour reprendre la métaphore du 'jeu' et de l'échiquier politique, tant que l'on n'est pas capable de reconnaître un pion d'un cavalier, ni d'en connaitre les possibilités de mouvements et jeu, le jeu dans sa gloablité restera difficile à saisir

« Comme je disais donc, puisque me voici promu au rang de pion sur votre fameux échiquier politique, et donc partie intégrante d'un nouveau jeu... J'ai encore quelque peu du mal avec les règles, et il est tellement tentant de vouloir regarder le jeu de son adversaire ou partenaire pour mieux saisir les enjeux et subtilités de la partie en cours.
Et en ce qui concerne autant de subitilité d ema personne, j'aurai en effet probablement besoin de quelque temps et leçons accélérées.

Vous nagez probablement dans ce milieu depuis votre tendre enfance, laissez moi donc le temps de m'acclimater. »

Modifié par un utilisateur dimanche 17 mai 2020 22:56:29(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Hikari  
#42 Envoyé le : jeudi 28 mai 2020 21:54:13(UTC)
Hikari
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 06/06/2018(UTC)
Messages : 115


La journée fut rude pour Nicholas.
Après être passé aux portes de la mort au Sénat, puis à nouveau dans l’entrepôt la veille, l’avis que l’on a de son environnement est forcément altéré. Les côtes toujours endolories, notamment sur le flanc gauche du thorax, lui rappellent que ce n’est pas passé loin. Cette nuit-là, dans un lit des plus moelleux d’une auberge des plus luxueuses d’une ville des plus grandioses, ton sommeil est agité. Mauvais rêve ou simple souvenir des jours passés, tu te réveilles en sueur en pleine nuit, la poitrine douloureuse. Mais… cette douleur est différente. Elle semble provenir de l’intérieur de la cage thoracique, battant à toute allure… Une étrange pulsation, pourtant différente de celles de ton cœur, battant la chamade. Comme si quelque chose de nouveau émanait de toi, comme si quelque chose cherchait à sortir, à se libérer.

De nombreux sentiments t’assaillissent soudainement… Une soif de justice, de vengeance, d’ivresse… mais également de tristesse, de joie, et de tolérance… Des sentiments qui, s’ils te paraissent authentiques, te paraissent tout autant étrangers. Au fur et à mesure que ces sentiments s’estompent, la douleur diminue également, jusqu’à disparaître. D’instinct, ton regard se porte vers la fenêtre, où il croise celui d’une grive aux yeux perçants. Difficile de percevoir clairement sa robe noisette dans la nuit, mais avec la lune derrière lui et l’œil brillant, l’oiseau parait d’autant plus majestueux, presque mystique.

L’oiseau piaille une fois, une seule et unique fois, et son appel semble résonner en toi. Comme un oisillon semblant attendre la becquée, il reste là, immobile, au bord de la fenêtre. La pulsation revient, et la sensation que tu ressens alors est difficile à décrire, comme si cet oiseau et toi partageait un lien. C’est comme si vous partagiez une connexion inexplicable, comme si à travers son œil, c’est toi-même que tu voyais. Comme si tu étais l’oiseau et que ton corps n’était qu’une tunique de chair empruntée, voire limitée. Tu remarques alors que les plumes de l’oiseau sont abîmées au thorax également, comme si vous partagiez la même blessure. Ce n’est qu’une coïncidence bien sûr, et ce n’est qu’un oiseau, mais ça en reste troublant.

La grive baisse lentement la tête, un geste pouvant s’apparenter à une référence, sans te quitter du regard, gazouille joyeusement, puis s’envole, laissant le silence ainsi qu'une plume abîmée derrière elle. Quelques secondes plus tard, le bruit de la grive se fait de nouveau entendre depuis l’extérieur du bâtiment, probablement depuis la rue adjacente.
Offline Luciole  
#43 Envoyé le : vendredi 29 mai 2020 00:41:24(UTC)
Luciole
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 1,649

Nicholas

13 / 20

CA16 (C12, D15)
Ref 16 /Vig 16 / Vol11
Fav nation : +2


Il s'était finalement laissé tomber dans le lit proposé avec un soupir de contentement. Bien sur, il avait esquissé une grimace en sentant la pression sur ses cotes mais d'ici quelques jours et avec de la magie, ça n'y paraîtrait plus... Louée soit la magie!

Nicholas avait rapidement sombré dans le sommeil, relâchant des heures de tensions accumulées... Si l'inconscience était venue sans se faire prier, le repos réparateur avait été bien plus réticent. Il s'était tourné, retourné... Et avait fini par se redresser, le cœur au bord des lèvres. Hein ? Que ! Quoi ! Bon sang... Il n'avait aucune idée du cauchemars qui l'avait tiré du sommeil mais pour qu'il se retrouve dans cet état il avait du être carabiné... Quoique... non.. trop chose différentes. Il se sent tout à la fois avide de sang, et la tête qui tourne joyeusement. Au bord des larmes et pourtant le cœur battant. Battant bien trop vite. Est il seulement réveillé se demande t'il alors qu'il prends conscience que ce ne sont pas ses sentiments à lui mais... mais que pourtant il les ressent intimement.

Sa main se porte à sa tête et il tourne le regard vers la fenêtre. Pourquoi ? Il n'en sait rien mais trouve que c'est une évidence... Le jeune noble repousse d'un geste automatique ce qui reste de draps et se lève, s'approchant sans vraiment prendre garde à ce qui l'entoure. L'oiseau seul l’intéresse. Une grive note t'il dans un coin de son esprit. Une grive au plumage reflet du sien. Il porte de nouveau les yeux à sa propre poitrine encore enveloppée d'un bandage, et les repose sur son petit invité dont la silhouette se mêle à son propre reflet sur la vitre..

L'espace d'un instant il lui semble comprendre le chant de l'oiseau. Et il lui semble que c'est lui même qui pépie... Et paradoxalement ça lui semble parfaitement logique. Il cligne des yeux, la grive s'incline et s'en va... C'est ridicule et pourtant. Pourtant il lui semble la comprendre, être lié à ce chant mélodieux. Il doit probablement rêver... Mais si c'est un rêve, et qu'est ce que ça pourrait être d'autre, autant le suivre. Il comprendra peut être ainsi ce que tente de lui glisser son esprit.

La rue adjacente ? Nicholas enfile rapidement une chemise et suivant le chant, ouvre la fenêtre. Il n'y a personne dans la rue.. Le noble se laisse tomber, s’apprêtant à amortir sa chute avant de se diriger vers le chant de la grive. Il y a définitivement quelque chose de bien trop étrange pour qu'il ne suive pas...



  • discretion : 1d20+7 donne [20] + 7 = 27
  • acrobatie : 1d20+4 donne [2] + 4 = 6
  • aie : 1d6 donne [3] = 3

Modifié par un utilisateur vendredi 29 mai 2020 09:03:04(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Hikari  
#44 Envoyé le : vendredi 29 mai 2020 23:40:56(UTC)
Hikari
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 06/06/2018(UTC)
Messages : 115


Rapidement arrivé au sol -c’est le moins que l’on puisse dire-, mais avec la discrétion d'un félin, tu te retrouves nez à nez avec la grande rue du Canal, l’artère longeant la rive Est de l’embouchure du Porthmos. Ce soir, Oppara est silencieuse. Paisible, calme… délicieuse. La voûte céleste bleutée illumine délicatement la grande rue pavée et les bâtiments qui s’y trouvent.
Seul le clapotis du torrent trouble le doux silence qui s’est installé dans la capitale. Le torrent… et la grive, dont l’appel résonne de nouveau. L’oiseau tourbillonne tout près de toi tout en gazouillant, comme s’il paradait, avant de s’éloigner, et se pose finalement sur un ponton proche du pont voisin. Impossible pour toi de distinguer son regard d’aussi loin, mais tu as pourtant la sensation qu’il t’observe, qu’il attend une réponse. Une sensation d’autant plus étrange qu’elle semble émaner de tous tes sens simultanément. Tu distingues sa silhouette se détachant des ombres, mais tu entends toujours son gazouillis, tu sens une légère mais agréable émanation, mélange de thym et d’airain, et sans savoir pourquoi, tu associes cette odeur à celle de ses plumes.

Au fond de toi, la pulsation s’adoucit mais accélère, irrégulière mais agréable, telle une partition de musique entre les mains d’un maître. L’espace d’un instant, une brise se lève et bruit à ton oreille, murmure inaudible, avant de laisser le silence régner de nouveau sur la ville.
L’oiseau semble attendre, impassible, au bord du fleuve.
Offline Luciole  
#45 Envoyé le : samedi 30 mai 2020 15:48:12(UTC)
Luciole
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 1,649

Nicholas

13 / 20

CA16 (C12, D15)
Ref 16 /Vig 16 / Vol11
Fav nation : +2



Si franchir la fenêtre discrètement ne s'est guère révèle difficile, la descente est plus... Mmmm... rapide que prévue et le dandy serre les dents en arrivant au sol et maudit silencieusement son propre équilibre, l'architecte en charge de l'auberge et leurs agresseurs de la veille pour faire bonne mesure. Ou du matin même, il ne sait pas vraiment quelle heure il est... La rue du Canal est plus calme qu'il ne l'aurait imaginé et le son reposant de l'eau le fait s'interroger l'espace d'un instant sur l’intérêt profond de cette escapade.

Aucuns lui réponds sa conscience. Jouer les filles de l'air alors qu'un lit merveilleusement confortable l'attend et qu'il n'est pas au mieux de sa forme est idiot. Oui, mais ce n'est pas ce que lui murmure son cœur qui s’élance et danse au son du gazouillis de la grive. L'oiseau semble se jouer de lui, l'observant. Le narguant peut-être, ou juste le charmant de son chant. Il tourbillonne près de lui.

« A quoi est ce que tu joue...? » Murmure t'il comme pour lui même... Cela n'avait pas de sens. Ceci dit, qu'est ce qui l’empêchait d'en inventer un...?

« J'aimerais bien savoir qui tu es et ce que tu me veux... » continue t'il sur le même ton,«  joli chanteur, » avant de s'approcher pour s'accouder au pont face à l'oiseau moqueur.

Modifié par un utilisateur dimanche 31 mai 2020 00:44:06(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Hikari  
#46 Envoyé le : mardi 2 juin 2020 23:51:16(UTC)
Hikari
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 06/06/2018(UTC)
Messages : 115


Le volatile, sur son ponton perché, pointait son bec vers le nobliau. Ce dernier, qui semblait l’intriguer, avait l’air de bouleverser son petit cerveau. Il incline la tête, comme s’il ne comprenait pas un traître mot en provenance de ta bouche, mais tu ne peux t’empêcher de penser que vous partagez la même question : « Qui est tu et que me veux-tu ?  »

Une brise vient faire tressaillir les feuilles des arbres, mais la grive reste là, presque immobile, contemplative. Elle te semble agir comme si… comme si elle attendait quelque chose, comme si elle cherchait une réponse. Ce qui est absurde : tu n’as jamais vu un oiseau chercher une réponse, ou le manifester via son regard du moins. Non, ce qui est plus singulier, c’est que tu sens, au plus profond de ton être, qu’il cherche la réponse la réponse à cette même question que tu viens de lui poser. Il se fend d’une autre inclination, laquelle te fait à nouveau penser à une révérence, et s’immobilise à mi-hauteur du mouvement.

Des images te viennent à l’esprit, indépendamment de ta volonté. Des souvenirs en fait. Tu vois ton père et ses idéaux corrompus, la noblesse d’Oppara se vautrant dans les pâtisseries tandis que les gueux des bas-quartiers souffrent parfois de malnutrition, le sang des innocents versé lors du massacre du Sénat, et au final, à quoi pensent la plupart des gens ? Aux bénéfices qu’ils peuvent en tirer. Une autre pulsation vient à heurter des côtes endolories. Au même moment, l’oiseau fait un moment de recul, comme s’il venait de partager cette douleur. Sans te quitter du regard, il réarrange une plume sur son torse, puis se fend d’un autre piaillement sonore, bien plus bruyant que les précédents, surtout au milieu du silence de la rue.
Offline Luciole  
#47 Envoyé le : jeudi 4 juin 2020 20:48:18(UTC)
Luciole
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 1,649

Nicholas

13 / 20

CA16 (C12, D15)
Ref 16 /Vig 16 / Vol11
Fav nation : +2


Bon, ils étaient visiblement deux curieux à se dévisager... Et heureusement pour lui que la rue était vide parce qu'il ne donnait pas très cher de son ego si on le surprenait au beau milieu de la nuit à parler avec un oiseau. Et que c'était probablement la même chose du coté adverse vu le coté clairement interrogatif et dubitatif du chant. Et puis... depuis quand il trouvait un chant de.. de... de pigeon là interrogatif. Il n'était pourtant pas un spécialiste des volatiles par tout les dieux.

Bon... okay, ce n'était pas un pigeon. Il en savait au moins assez là dessus et sentait vaguement ce que cette association pouvait avoir de vexant pour le petit volatile qui le scrutait...

Et il reste là à le regarder... A l'examiner d'une manière par trop.. intime. Car ce ne sont pas des pensées ou des souvenirs particulièrement agréable qui lui remontent à l'esprit. Beaucoup trop de choses qui le façonnent, qui l'ont au fil des années définies d'une certaine manière en le forçant à se positionner sur un point ou un autre. Qui continuent parfois encore de le faire. Et qui n'ont pas à sortir. Qui devraient être verrouillées au plus profond de lui, inaccessible à tous, sauf à lui même lorsqu'il se sentait d'humeur à l'introspection. Nicholas n'aimait pas ça. Du tout... Et cette douleur qui semble partagée...

« Alors tu es bien gentil, mais je comprends pas. Pas plus que tu n'as l'air de comprendre toi d'ailleurs... » Repond-t-il avec une pointe de morgue... « N'est ce pas petit chanteur? » Appuyé sur le pont il observe la grive... tendant finalement un doigt vers elle.« A moins que tu ne soit l'espion d'on ne sait quel magicien... Qu'en pense tu mon cher ?  »
Offline Hikari  
#48 Envoyé le : vendredi 5 juin 2020 11:36:54(UTC)
Hikari
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 06/06/2018(UTC)
Messages : 115


L’oiseau t’observe un moment, comme s’il t’écoutait… ou qu’il cherchait à comprendre ce que tu lui veux. Il dévoile alors l’une de ses ailes et la place devant lui, en éventail, avant de s’affairer à réarranger ses plumes. De temps à autre, il s’arrête pour te surveiller, le regard vif, perçant. Tu n’obtiens nulle réponse de la part du turdidé, mais tandis qu’il t’observe, tes propres pensées s’orientent vers la réciproque à ta question. Tu t’imagines la grive te répondre avec une voix nasillarde et joueuse, bien que cela ne soit pas le cas.

… Si tel était le cas, je ne te le dirais sans doute pas.
Et si ton hypothèse était erronée, pas plus tu n’en saurais.


Puis, de nouveau le silence. Nul bruit, nulle parole, nulle pensée… Un instant comme coupé du temps. Seul le remous de l'eau du Porthmos trahit l'écoulement du temps. L’oiseau se penche vers le fleuve, et semble observer son reflet, songeur.

La voix semble à nouveau raisonner au fond de toi. Comme si ton subconscient s’adressait à toi de manière distincte, audible.

… Et toi nobliau ? Qu’en penses-tu ?
Accomplirais-tu cette tâche, si elle t’était dévolue ?
Ne penses-tu donc pas que les espions, au milieu de cette société de nantis corrompus, ne sont rien d’autre que des pions, jouant le jeu des barbus ?
Cette société dans laquelle le lit où tu es né t’interdit de viser plus haut,
où l’on te demande de ramper au lieu d’espérer, puisque la plupart ne sont bons qu’à courber le dos ?


La grive se penche en avant et claque du bec, comme si elle cherchait à envoyer un message à son reflet. A le pincer peut-être, ou que sais-tu d'autre ?

Modifié par un utilisateur samedi 6 juin 2020 02:58:48(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 1 utilisateur a remercié Hikari pour l'utilité de ce message.
Offline Luciole  
#49 Envoyé le : lundi 8 juin 2020 17:42:11(UTC)
Luciole
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 1,649

Nicholas

13 / 20

CA16 (C12, D15)
Ref 16 /Vig 16 / Vol11
Fav nation : +2


C'était donc dit, il s'était fait moucher par un étourneau de la taille de son poing songe il avec un amusement croissant. Ou plus probablement, par son propre imaginaire dont il faisait de cet l'oiseau le porte parole.

« Elle était rhétorique mon cher c'est accordé
mais même les évidences peuvent parfois être cités »


Un sourire et un amusement qui s’efface lentement tandis qu'il s'écoute se questionner, comme pourrait le faire son reflet dans le miroir en se demandant à quel point ce reflet ne fait qu'énoncer des questions auquel il n'a pas de réponses à donner. Des questions qu'on peut se poser en regardant passer l'eau et en songeant qu'il serait si facile de la suivre. D’arrêter de penser. Arrêter de douter... Mais comment avoir raison ou répondre d'un tour de passe passe face à soi-même. Face à votre Ombre tapie dans votre propre esprit. Cette ombre qui ne se leurre pas sur votre vrai nature ?

«  Pourquoi ne le ferais je point ? Pourquoi vaudrais je mieux que ces même hobereaux considérant autrui comme un pion à jouer ? Dit moi merle moqueur, qu'est ce qui me vaudrait d'être l'exception...  » Murmure t'il.

Nantis corrompus, petits pions et barbus ... Il n'y a nulle joie sur le sourire presque doux qu'il esquisse...
« Tu te trompe mon cher. Je ne méprise point les hommes ; le tort des livres et des historiens est de nous les montrer différents de ce qu’ils sont, c'est tout.  »

La douceur s’efface vers plus de dureté

« Et si je ne veut ramper, et me débat pour grimper que croit tu donc que ce soit, hormis le fruit de mon égo ? Un égo qui refuse que l'Empire où il est né termine dans la poussière où on le croit voué. Tout comme je refuse de laisser quiconque décider pour moi de ce que sera ma place. Mon orgueil m'y pousse, et mon dos rechigne à se courber devant ceux qu'il n'estime pas. Et pourtant en politique, je sais attendre mon heure.. Et plus encore, je m'y amuse... Il n'y a pas grand chose à sauver tu vois »

A quoi cela sert-il de se débattre face à soi-même lorsqu'on sait que le portrait renvoyé ne sera pas celui lumineux auquel les autres aspirent?
thanks 1 utilisateur a remercié Luciole pour l'utilité de ce message.
Offline Hikari  
#50 Envoyé le : jeudi 11 juin 2020 18:13:40(UTC)
Hikari
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 06/06/2018(UTC)
Messages : 115


L’oiseau pivote vers toi, l'air circonspect. A la clarté de la lune, ses ailes scintillent, t’évoquant un amas d’étoiles au milieu d’un ciel nocturne et nébuleux. Une autre pulsation résonne dans ta poitrine. Penchant la tête en avant, la grive plisse les yeux, comme si elle cherchait à t’analyser, ou avait du mal à te comprendre… Puis elle se ravise, et son regard retourne au fleuve.

… L’exception dis-tu ? Quelle arrogance, mon jeune ami…
Sache qu’il y autant d’étoiles en cette belle nuit
Que d’êtres d’exceptions au sein des ruines de l’empire.
Mais là où certains naissent exceptionnels, d’autres choisissent de le devenir...
Nombreux sont ceux, serviles, qui se contentent du moindre effort
Mais sache que tout être sans exception porte en lui un pouvoir qu’il ignore…


La voix qui murmure à ton oreille te semble plus malicieuse, plus envoûtante… Tu ne ressens pourtant pas la sensation d’être manipulé, c’est plus comme si… elle cherchait à te faire réfléchir, à te faire réagir. Comme si ton moi profond cherchait à te faire découvrir une autre partie de toi même, ou à te tester.

L’Ego, quel bien vilain mot.
Critiqué, accusé de tous les maux,
C’est pourtant lui qui jusqu’ici t’a mené
Tout comme c’est lui qui te définit en tant qu’individu singulier.

Nombreux sont ceux à vivre à travers le reflet qu’on leur renvoie
Nobles comme roturiers, tous à la même enseigne
Couverts de chaînes dorées, suivant leur chemin de croix
Car c’est ainsi que cette société leur impose son règne.


La grive se tourne de nouveau vers toi, déployant ses ailes, comme si elle cherchait à se rendre plus grande, plus impressionnante, et cela malgré sa petite taille. Son air se fait plus hostile, plus teigneux... mais tu ressens que ça n'a rien à voir avec toi.
Cette situation ne te met-elle pas en émoi ?
Joue le jeu des masques, et trace ta propre voie
Brise le miroir, et enterre derrière toi
L’idiot qu’ils veulent que tu sois.


La voix s’arrête quelques instants, te laissant dans tes pensées, avant de te poser une autre question.

La vraie question est la suivante : que désires-tu, petit Karthis ? Que désires-tu plus que tout, et qu’es-tu prêt à faire pour l’obtenir ?

Offline Luciole  
#51 Envoyé le : jeudi 11 juin 2020 20:52:18(UTC)
Luciole
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 1,649

Nicholas

13 / 20

CA16 (C12, D15)
Ref 16 /Vig 16 / Vol11
Fav nation : +2


S'il a longuement réfléchit à ce que lui souffle la voix, il rit doucement maintenant.

« Non, non, ne te trompe point mon ami à plume, je ne suis pas en train de me plaindre de mon égo ou de le critiquer, loin de là. Inutile de tenter de me convaincre qu'il n'est pas une mauvaise chose, je le suis déjà. Convaincu. Et je ne gémis point sur le chemin que je suis en train de prendre... Bien au contraire. Mais on peut simplement faire quelque chose, tout en étant lucide sur les raisons qui vous y poussent. Même les méchants peuvent vouloir qu'advienne la meilleure des solutions. C'est juste le pourquoi qui change... »

Le noble n'a pas l'impression d'être sous l'influence d'un sort. Que la situation soit particulière, c'est une certitude, mais il lui semble bien que c'est lui qui réfléchit même si son interlocuteur est.. une grive. Alors autant se faire à l'étrangeté de l'instant. A cet étrange relation qui semble s'installer, tout comme cette sensation de.. d'identification peut-être. Certains naissent exceptionnels et d'autres décident de le devenir...? Son esprit s'attarde quelques instants sur la notion. Il a toujours considéré que lui l'était. Pourquoi ne le serait il pas ? On lui a toujours répété que pour peu qu'il s'en donne la peine, il avait en lui le potentiel des plus grands. Alors il s'était donné cette peine... Mais c'est vrai. D'autres, tant d'autres peuvent aussi l'être pourvu qu'ils en aient l'occasion.
Mais les occasions ne devaient pas juste être attendues sagement. Elles devaient être crées, saisie. Pour pouvoir être sage, il fallait être l’aîné. Et ne se contenter que de vouloir un futur de plus en plus terne, stérile. Un titre creux...

« Je suis arrogant. » Reconnait-il sans honte, voir même avec une bonne dose d'amusement.« Et je refuse à quiconque le droit de se considérer comme supérieur à moi s'ils n'ont pas les capacités intellectuelles pour. S'ils n'ont pas l'esprit assez vif. »

La fierté est visible dans les prunelles de l'aristocrate et si l'oiseau semble plus teigneux, lui même regarde bien au dela du Porthos.

« Les pièces se sont mis en place, la partie a déjà débutée. Beaucoup vont vouloir jouer, mais le Grand Jeu est le chemin que j'ai choisit. Ma place à la table, je vais la gagner, peut importe les masques que je vais porter pour ça. J'ai une partenaire de jeu, et des alliés. Je choisirait ce que sera mon reflet.  » Un sourire carnassier et railleurs fleurit un instant sur ses levres. Il décidera de son propre destin.

Qu'est ce que je veux... On pouvait le formuler de nombreuses manières. Certaines séduisantes, d'autres moins. Utiliser des périphrases, ou être bien plus clair... Nicholas redresse la tête, rendant à l'oiseau étoilé son regard.

« Le Pouvoir. » Réponds-t-il sobrement avant de détailler.«  Le pouvoir de pouvoir changer les choses, d'influencer le futur de l'empire. Le pouvoir de guider les décisions qui seront prise pour éviter le gouffre qui s'ouvre sous nos pieds... » Quand à ce qu'il était prêt à faire... Il pouvait toujours prétendre être prêt à tout, personne même pas lui ne saurait si c'était vrai ou non. Ou il pouvait prétendre à des principes... sans savoir s'il s'y tiendrait le jour venu. « Cela as t'il du sens de faire des réponses vides tant que les vrai choix n'ont pas a être faits... »

Il incline légèrement la tête sur le coté.

« Et toi qui joue les reflets... Que veut tu...? Que me veut tu et jusqu'où est tu prêt à aller ? »
Offline Hikari  
#52 Envoyé le : mercredi 17 juin 2020 00:01:19(UTC)
Hikari
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 06/06/2018(UTC)
Messages : 115
Dès lors que tu prononces le mot « Pouvoir », tu sens une autre pulsation en toi, plus puissante. La grive te fixe, tête penchée en avant, et semble sourire. Cette fois-ci, ça a l’air réel. L’animal est là, mais à travers ses yeux braqués sur toi, tu décèdes une intelligence hors du commun. Non pas que ce genre de bestioles soient dépourvu d’intellect en temps normal, bien au contraire, mais celle-ci semble tout à fait singulière. C’est une intelligence humaine qui se reflète dans les yeux de l’oiseau. Ce n’était pourtant pas cette impression qu’il te faisait au début de cette rencontre, à croire qu’il s’est passé quelque chose en lui, comme si quelque chose s’était éveillée chez lui aussi. Une simple sensation, une simple hypothèse, rien n’est moins sûr.

Le Pouvoir dis-tu… Et par la patience qui plus est… Intéressant…
La patience a beaucoup plus de pouvoir que la force, en effet…


L’oiseau déploit ses ailes, se voulant séduisant.
Ne vois-tu pas ce que je veux ? Ce que TU veux ?


Une autre pulsation vient à retentir dans ta poitrine, plus violente que la précédente. Elle est suivie d’autres pulsations de plus en plus rapides mais plus douces, devenant presque imperceptibles. Tu te rends alors compte que ses pulsations que tu ressens pourrait bien correspondent à certains battements de cœur de l’animal en face de toi. C’est une situation difficile à décrire, mais le lien que tu ressens vis-à-vis de l’oiseau semble se renforcer, comme si cette conversation durait depuis des jours. Un rapide coup d’œil à la lune t’indique pourtant que l’heure semble toujours la même.

Tu es moi, et je suis toi… Une seule et même personne…
Tes vœux, tes désirs… Transforme les en serment...
Et en cette soirée, avant que minuit ne sonne,
Naîtra en toi un nouveau pouvoir, un don resplendissant…

Deviens maître de ton sang, éveille-toi au secret des arcanes, et accomplit tes désirs !
Notre lien deviendra le vent de la rébellion qui changera le futur de l’empire !

Libère toi… conclue la voix sur un murmure.

Modifié par un utilisateur mercredi 17 juin 2020 00:30:03(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Hikari  
#53 Envoyé le : vendredi 26 juin 2020 09:00:44(UTC)
Hikari
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 06/06/2018(UTC)
Messages : 115
Connaissances supplémentaires sur le garde du corps d’Eutropia :

Il est très difficile d’obtenir des informations fiables sur ce dernier. Celui que nombre de gens appellent « Le Muet », un surnom qui ne semble guère lui plaire, semble tout bonnement être sorti de nulle part il y a deux ans, date de son affectation au service de la princesse. D’un autre côté, rien ne semble lui plaire à cet homme, il reste froid, distant et méfiant en toute circonstance. On le dit incapable de ressentir les émotions positives, la rumeur comme quoi il ne serait pas humain semble venir de là. On l’avait alors présenté sous le pseudonyme de Darwin Hautlion, mais tout porte à croire qu’il s’agit d’un pseudonyme. Depuis, un lien fort s’est établi entre la princesse et se dernier, bien qu’ils ne communiquent presque jamais à haute voix.

Derrière ses allures de maraudeur se cache un bretteur de grand talent. On raconte également que le bougre aurait de solides bases en magie et en alchimie, ce serait une sorte d’homme à tout faire d’Eutropia. Ceux qui ont pu s’entrainer contre lui ou le voir se battre au Sénat savent qu’il manie les lames avec une rare dextérité, se montrant rapide et brutal, mais ne semble éprouver aucune satisfaction dans la victoire. Personne ne l’a jamais vu perdre un duel, bien que ce dernier se prête rarement à cet exercice.

Au vu de ce que sait Nicholas, tu peux estimer les choses suivantes :
Niveau 10+
> Compétences de roublard
> Connaissances en magie profane
> Maîtrise tout le panel des armes de guerre
thanks 1 utilisateur a remercié Hikari pour l'utilité de ce message.
Offline Luciole  
#54 Envoyé le : samedi 12 septembre 2020 20:40:52(UTC)
Luciole
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 1,649

Nicholas

13 / 20

CA16 (C12, D15)
Ref 16 /Vig 16 / Vol11
Fav nation : +2


Une pulsation. Un battement de cœur plus puissant. Non, il est loin de rêver... Son pouls s’accélère, tout comme son cœur bat de plus en plus sourdement. Comme s'il venait de terminer un long sprint mais en bien plus... profonde.

Tentant de contrôler son souffle pour n'en rien montrer, Nicholas fixe l'oiseau face à lui. Ce n'est pas une intelligence animale qui lui fait face mais bien le reflet de la sienne. Elle vole, virevolte, se pare de ses plus beau reflets. Le défi du regard et de la plume de se laisser prendre au jeu et à sa propre vivacité.

« Je..- » Il se sent comme au bord d'une falaise, presque happé par l'abîme qui s'ouvre devant lui.

Une pulsation supplémentaire, plus violente, manque de le faire trébucher et le jeune noble porte la main à sa poitrine. Son cœur se met à battre, de plus en plus vite. Non, ce n'est pas un battement de son cœur... Mais celui de l'oiseau qui lui fait face. L'écho qui résonne jusqu'en lui, tout comme ses propres pensées se retrouvent dans la créature ailée.

La grive n'est que...Oh....L'évidence est là et tout parait beaucoup plus simple. Beaucoup plus évident. Il se redresse lentement, tendant un doigt où il sait que son minuscule vis-à-vis va se poser.

« Tu es moi, je suis toi... Deux faces pour un même être.
De mon sang à ton sang il n'y a qu'un seul pas
Notre destin est commun nous en serons les maîtres
De ton sang à mon sang je te reconnais là.

Je te nomme et te révèle.
Sedaï. »


Un murmure et pourtant il sent que ses mots le lient plus que ne le pourraient un serment inébranlable. Et ses propres émotions se reflètent dans la grive, tandis qu'il ressent celles de l'oiseau minuscule. Sa satisfaction profonde. Et la férocité qu'elle cache sous le plumage qu'elle peigne du bout du bec. Celle minuscule sensation dans sa poitrine d'un autre cœur qui y bat, plus petit, plus rapide et tout aussi attiré par tout ce qui va se passer.

Un battement d'aile, et elle se perche sur son épaule. Le temps semble reprendre son cours. Ils sont deux. Mais ne sont qu'un.

Oui, la suite va être intéressante....

Offline Luciole  
#55 Envoyé le : dimanche 13 septembre 2020 00:32:07(UTC)
Luciole
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 1,649
Quelques activités pendant l'ellipse :

-Présenter Reiksaj à Cyrielle (probablement le soir même si je parviens à dénicher dans quelle auberge ou théatre il se trouve actuellement).
-Rentrer au manoir, rassurer ma famille sur le fait que Nicholas ai survecu au Sénat (je ne doute pas que certains en seront désolés).
-Commencer à lister quatre ou cinq jeunes cibles qui pourraient être recrutés. De preference, au moins une femme parmis eux.
- Discuter de ça avec Lucas (et son père potentiellement : ses connaissances et son expériences pourront être très rentables).
-Lancer le projet et rencontrer les premières cibles. Laisser la suite à Lucas pour qu'il continue à se mettre en place durant notre absence.
-Tenter de prendre en main l'annoblissement d'Arno pour qu'il ai les moyens d'être un alliés sur le terrain. Proposer la même chose à Joanna.

Offline Hikari  
#56 Envoyé le : mardi 15 septembre 2020 23:36:04(UTC)
Hikari
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 06/06/2018(UTC)
Messages : 115
Résumé de la rencontre avec ta famille :

Au manoir, tu n’es pas accueillie avec les honneurs. Si certains membres peuvent montrer une touche de tendresse, ton père t’accueille avec un « Ah. Voilà autre chose. » des plus… déplaisants. Il est évident que même si l’homme a des plans pour toi, ce n’est pas sa priorité du jour. En te renseignant, tu apprends que vous avez perdu une cousine éloignée au Sénat. A entendre les tiens, peu importe, elle était plus gênante qu’autre chose. L’ambiance à la maison te semble sensiblement plus hostile que d’ordinaire. Il est clair que la famille est en ébullition, et qu’elle compte bien montrer son soutien à Pythareus, du moins pour l’heure.


Concernant ces jeunes que tu souhaites trouver, fouillant tantôt dans ta tête, tantôt dans tes papiers, tu arrives à extirper quatre noms. Tu n’as pas la certitude qu’ils aient choisi un camp ou l’autre, mais tu sais seulement qu’ils pourraient faire office de bonnes recrues.
Le premier, Sir Jules Delasise, n’est pas le meilleur ces bretteurs, mais possède un esprit affuté. Les Delasise sont tombés en disgrâce il y a quelques années de cela, mais tu te souviens d’eux comme de nobles proches des Zespire, la famille de haute lignée favorable à la cause du peuple. Il serait sans doute du côté d’Eutropia.

Ensuite, les jumeaux Valentin et Aurelia Constantina. Ceux-là, aucun doute à tes yeux : ce sont des perles rares. Deux bretteurs et magiciens de talent, issus d’une petite famille noble aujourd’hui pauvre, sans doute à cause de Pythareus. A l’époque, leurs duels dérayaient les passions en haut lieu. Le plus difficile sera de mettre la main sur eux, tu n’en a pas entendu parler depuis des siècles, mais Lucas en saura probablement davantage à leur sujet.

Et enfin, Sir Hector Braham, un chevalier que Lucas doit sûrement connaître, ferait un bon candidat également. Il est issu d’une petite famille, mais tu as déjà entendu son nom, ça te laisse supposer qu’il a du talent. Un doute persiste sur son allégeance.


Direction le fil RP2 du discord pour Reiksaj. Tu le trouveras dans le « Théâtre de l’Orador », un petit théâtre sans prétention mais néanmoins assez distingué.
Direction le fil RP4 du discord pour interagir avec Arno & Joanna.

Modifié par un utilisateur mardi 15 septembre 2020 23:37:13(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Hikari  
#57 Envoyé le : vendredi 30 octobre 2020 16:49:38(UTC)
Hikari
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 06/06/2018(UTC)
Messages : 115
Quelques infos sur la famille Fenton :

La famille Fenton est une famille noble mineure qui a su sortir son épingle du jeu en misant sur des établissements thermaux et sur le divertissement de luxe. Ils disposent d’une petite richesse et, s’ils ne sont pas très influents, sont en contact avec la plupart des familles influentes, lesquelles aiment passer du temps dans leurs thermes. En soi, ils pourraient être très influents s'ils étaient dirigés d'une main de maître, ce qui n'est pas le cas, loin s'en faut.

Officiellement, plusieurs membres de la famille sont médecins ou guérisseurs, bien qu’ils ne louent leurs services qu’à une clientèle un minimum fortunée. Hors de question pour eux de donner dans la charité. La santé et la détente, c’est avant tout un business.
Officieusement, il se pourrait que leurs établissements servent occasionnellement de maison de passe et que leurs médecins conçoivent des drogues, réservées uniquement à une clientèle élite. C’est bien sûr illégal, mais toléré grâce à des pots-de-vin aux hauts fonctionnaires taldans. Le Taldor, ce n'est pas le Xa Hoi, ici l'argent et l'influence priment souvent sur la loi.

Le chef de famille est le père Fenton. Très soucieux de l’image de la famille, il semble prêt à tout pour progresser dans la hiérarchie des classes sociales. En ce qui concerne son allégeance… C’est compliqué. Il semble davantage du côté d’Eutropia, mais se rangera certainement du côté du plus offrant, et pour le moment c’est Pythareus. Il a tendance à se montrer "passif" et préfère mener sa barque dans son coin plutôt que de prendre des risques.

La famille comprend également deux fils et une fille, mais ceux-ci n’ont pas fait parler d’eux. Sans doute des nobles décadents parmi tant d’autres.

Offline Hikari  
#58 Envoyé le : lundi 9 novembre 2020 14:03:35(UTC)
Hikari
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 06/06/2018(UTC)
Messages : 115
La famille Betony :
Les Betony sont une petite famille noble peu connue. Ils se sont illustrés au cours de la Croisade Étincelante, il y a de nombreuses années de cela. Depuis, comme de nombreuses familles de petite noblesse, ils sont restés quasi-silencieux, en dehors de leur compté. Ils avaient autrefois quelques vignobles et élevages... sans plus.
Tu sais qu'ils ont des droits en tant qu'intendants des Lotheed, notamment celui de demander une audience avec Bartelby.


Le jubilé des Tangaras :
C'est une sorte de célébration de la journée des fondateurs du compté. La tradition locale prétend que lorsque le comte Markolian Stavian a inauguré le palais, il y a huit siècles de cela, un tangara écarlate débarqua sur sa pelle et chanta ses louanges. C'est devenu un jour de congé pour les classes inférieures, mais l'aristocratie célèbre l'évènement avec deux jours de festins, de jeux, de danse, de tournois, se clôturant sur une chasse. Faire une bonne impression au jubilé est un excellent moyen pour gagner de l'influence.

Modifié par un utilisateur lundi 9 novembre 2020 14:04:10(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Hikari  
#59 Envoyé le : lundi 22 mars 2021 13:33:16(UTC)
Hikari
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 06/06/2018(UTC)
Messages : 115
La famille Marthane :

La famille Marthane est une famille noble mineure provenant de Cassomir.
Ils étaient autrefois relativement influents, mais ils ont fait faillite dans leurs diverses affaires. Ils ont presque tout vendu, hormis une grande bibliothèque et une fabrique de livres. Grâce à des relations et un talentueux doigté, ils ont réussi à reconstruire une base solide, mais ils restent affaiblis par rapport à ce qu’ils étaient autrefois.
Ce genre de fête est l’occasion de renforcer des alliances existantes et d’en tisser de nouvelles, quelque chose de crucial pour la famille si elle souhaite conserver ses privilèges, ou redorer son blason.



Offline Hikari  
#60 Envoyé le : mardi 30 mars 2021 23:01:21(UTC)
Hikari
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 06/06/2018(UTC)
Messages : 115
Quelques noms :

Dame Crabbe :
Jamais entendu parler jusqu’à aujourd’hui.

Baronne Voinum :
Femme de caractère et de discipline, la Baronne est un ancien commandant de la Phalange Taldane. C’est un grade d’officier supérieur, qui l’autorisait à commander un bataillon, soit cinq cent soldats. Elle est aujourd’hui retraitée, mais ça ne l’empêche pas d’avoir conservé un corps forgé pour le combat, sans doute bien plus endurant qu’il n’y parait, ainsi que de nombreuses relations et le respect de ses semblables.
Elle est très respectée de ses gens et prend soin de ses terres, contrairement à ce qui semble vous entourer, et n’aime pas beaucoup la politique, un classique pour une militaire pragmatique. La baronnie des Voinum est l’une des quatre formant le comté de Meratt, dans lequel vous êtes.

La rumeur raconte qu’autrefois, elle aurait fréquenté une jeune femme de son comté. Ça avait alimenté quelques ragots, mais l’affaire a vite été étouffée lorsque les deux femmes ont trouvé mari. Tu ne te souviens plus de qui était l’autre personne en revanche… Et c’était il y a longtemps, tu n’étais même pas né lorsque ça s’est produit. Tu as dû l’apprendre au détour d’une leçon sur la forme et l’étiquette, quelque chose comme ça.

Tribun Piscum :
Jamais entendu parler jusqu’à aujourd’hui.

Jarl Merkondus :
Le Jarl est un riche marchand de Moda, qui s’intéresse beaucoup -peut-être même un peu trop- à la politique locale et aux besoins des différentes baronnies. A part ça, c’est plutôt un étranger, c’est à se demander ce qu’il fait là. Comme invité, j’entends. Peut-être est-il en affaires avec le Comte ?

Sir Lotheed-Casava :
C’est un cousin éloigné de la famille, assez proche de Bartelby.
C’est un fanfaron, un fainéant et un tyran. La famille "principale" (la tienne) ne l’aime pas. Il fait "honte à leur image". Il a une réputation de parasite, n’a pas de domaine de résidence connu et a peu d’influence. En revanche, il a un certain flair pour trouver ce qui gêne autrui et suffisamment d’intellect pour s’en servir.


Sir Docamus :
Jamais entendu parler jusqu’à aujourd’hui.

Sir Aquus :
Jamais entendu parler jusqu’à aujourd’hui.

Chevalier Glamariel :
Jamais entendu parler jusqu’à aujourd’hui. Le nom te fait penser à une consonnance elfique. Or les elfes chevaliers… ce n’est pourtant pas ça qui court les rues. Sans doute un elfe du Kyonin si c’est le cas, ou plus probablement un demi-elfe, croisé entre une lignée du Kyonin et une lignée noble locale.


thanks 1 utilisateur a remercié Hikari pour l'utilité de ce message.
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
3 Pages<123
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

| Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2023, Yet Another Forum.NET