Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

6 Pages123>»
Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline mdadd  
#1 Envoyé le : dimanche 29 mars 2020 21:54:35(UTC)
mdadd
Rang : Staff
Inscrit le : 23/12/2009(UTC)
Messages : 5,290
Localisation : Charente Aquatique (17)
l y avait eu la fête, les honneurs devant toutes les personnes importantes du Château du Baron Waldemar de Hildebrass, puis l’histoire avait été contée à Bourg et les enfants avaient traversé la rue principale dans une carriole menée par le majordome, Greshym Shorkan, juste derrière un groupe de cavaliers composés du Baron, le Sénéchal, Messire Guillaume et quelques Seigneurs-Cavaliers de Velashu. Ils avaient entendu les vivats des habitants dont ils ne connaissaient pas le visage mais qui sommes toutes étaient heureux de compter ces jeunes petits héros dans le fief de leur baron. Ce dernier avait fait une annonce sur la grande place pour que tous vienne en aide aux orphelins de Khelgür, pour reconstruire le village, venir l’habiter ou encore prendre en charge un de ces enfants ayant tout perdu s’il s’agissait d’un cousin, neveu, d’un membre plus ou moins proche de la famille.

Ainsi la reconstruction commença. Bien-sûr, Marciàn étant le fils de l’ancien chef du village, il devenait légitimement le nouveau chef de Khelgür, même s’il était loin d’en avoir la carrure. C’était en forgeant qu’on devenait forgeron et même si certains pensaient qu’il ne méritait guère cet honneur, ainsi étaient faites les Lois. Les Jumeaux Karel et Agius n’étaient jamais loin pour lui servir e grades du corps et exécuter tout ce qu’il leur demandait de faire. Hormis les adultes sauvés de la grande tour d’assaut, d’autres vinrent s’installer au village durant sa reconstruction. Des ouvriers venus de Bourg qui voulaient « se mettre au vert », de la famille de certains orphelins qui voulaient tenter l’aventure dans un village frontalier à des terres inhospitalières comme les Monts Rouges d’où étaient descendus tous ces monstres qui avaient rasé le village et attaqué le Château, à un moment il y eut aussi des petits groupes d’aventuriers en quête de richesses et de gloire qui s’étaient mis en tête de nettoyer la région, des monstres qui s’étaient dispersés après leur débâcle. Cela dura plusieurs mois puis après l’hiver, une ultime chasse au printemps et ils rentraient de plus en plus souvent bredouilles. Une auberge avait même été construite pour les accueillir et servir de point de rendez-vous de tous les habitants de Khelgür.

Et puis petit à petit la vie reprit le dessus et les choses s’installèrent, se tassèrent, les traces de la tragédie de Khelgür disparaissaient d’année en année, certains héros de cette période étaient tout simplement partis vers des horizons divers. Éric Mercant, celui qui avait fini par prendre les choses en main, était parti quelque peu dépité par un Marciàn qui n’était pas à la hauteur et qui ne faisait pas ce qu’il fallait. Par ailleurs, il était devenu comme obsédé par un besoin de savoir pourquoi, pourquoi ceci était arrivé, comment empêcher que cela se reproduise et il ne trouverait guère de réponses à part peut-être, dans les vieux grimoires du Temple-Bibliothèque de Néthys à Magnimar. Voulait-il devenir un de ces mystérieux Mestres ? Son jeune frère, Ylvian, s’était porté volontaire pour devenir un Garde du Château et était rentré dans la formation des Soldats de Bourg. En effet, la petite ville s’était étendue. Désormais elle avait absorbé les terres qui séparaient le grand village de l’embouchure de l’Ëleban, la rivière qui prenait sa source dans les Monts Rouges, passait par Khelgür et finissait par rejoindre la Grande Rivière de Velashu aux pieds du Château. Des maisons, s’étaient construites, des églises aussi, d’autres places et enfin une Garnison formant des Soldats chargés de la défense de la ville et qui pouvaient devenir une force armée venant épauler le Baron en cas de nécessité. Les meilleurs d’entre eux entraient dans la Garde du Château. Le fils Balrest quant à lui, avait repris la porcherie de son père et était devenu l’un des plus influents opposant au chef de Khelgür. La rivalité existait toujours entre les deux et Keldrim ne se pliait pas aux exigences de Marciàn, même si ce dernier envoyait les Jumeaux pour lui forcer la main. La plupart du temps, ceux qui avaient des problèmes et voulaient que quelque chose soit fait, ils allaient voir Keldrim plutôt que le chef et cela avait tendance à mettre en colère ce dernier. Par ailleurs, ce qui alimentait le conflit était la belle Sulvya, sur qui Marciàn avait jeté son dévolu, ce qui n’était pas réciproque, et que Keldrim protégeait. Enfin il y avait celui qu’on appelait le Gros Ferrèol, le gentil fils de l’herboriste. Il était parti sur les traces de sa mère à en apprendre plus sur les plantes et leurs vertus. Plusieurs fois il avait été voir Saxifrag, l’ermite ronchon pour parfaire son savoir. Marciàn l’avait chassé du village, prétextant qu’il se livrait à des expériences proches de la sorcellerie, une sorte de rebouteux qui attirait le mauvais-œil. Certains savaient qu’il avait fini par trouver un endroit dans la forêt, sans doute pas très loin de l’arbre de l’ermite et qu’il continuait à étudier les plantes ses toutes ses formes.

Bien-sûr il y avait nos jeunes héros intrépides qui avaient bravés tant de dangers et qui avaient acquis le statut de pairs de la baronnie, ce qui n’était pas rien. Chaque année, ils se retrouvaient au Château du Baron à la date anniversaire de la victoire contre les forces du Chaos, du Mal et des Ténèbres. Le Baron suivait de près leur formation respective et il ne se lassait pas d’écouter leurs histoires pendant toute cette année. Bien-sûr ce bon Père Olwyn Rafenor était là aussi et c’était l’occasion de voir la jeune Véolia, sa novice ou encore le jeune Dalkin, le fils du Sénéchal qui suivait les traces de son père et suivait le difficile entraînement des Guerriers. Lorsqu’il le pouvait, Messire Guillaume accompagnait son jeune écuyer apprenti paladin et était présent aussi. Les Cousins, Milesteg et Orloch avaient chacun opté pour un apprentissage du combat. Le premier, devenu écuyer, suivait les préceptes des chevaliers de l’épée de Iomedae et espérait vivement réussir à être adoubé Paladin. Le second, en fait n’avait pas vraiment choisi, mais il était une force monstrueuse de la nature et tout le monde pensait qu’il pouvait devenir un redoutable combattant au service de la Baronnie. Il était donc rentré dans la formation des Soldats de Bourg, même si les choses étaient difficiles à la fois pour lui mais aussi pour les autres apprentis soldats, soldats et instructeurs. Tout le monde n’avait pas la patience de tout bien lui expliquer et le seul allié qu’il s’était trouvé était Ylvian Mercant, le frère d’Érik, qui prenait ce temps et systématiquement sa défense devant les préjugés des autres. Le développement d’Orloch révéla son engeance monstrueuse et… il fallait le dire, fort laide. Bien souvent on le traitait de monstre et la tentation était forte de le considérer comme tel, comme un être maléfique et qu’il fallait le détruire avant que lui ne détruise les autres. Mais il était sous la protection du Baron et aussi d’Ylvian, le cadet des Mercant.

Les jumeaux Taillebois, quant à eux, avaient chacun opté pour des formations différentes. L’un comme l’autre avaient trouvé la Foi en Sarenrae et chacun l’exprimait à sa manière. Wallis se formait auprès de Saxifrag aux techniques de chasse, de pistage et de survie, mais il venait régulièrement au Château prier en compagnie de son frère et du Chapelain dont il était devenu le second novice. C’était l’occasion de revoir Véolia qui était promue elle ou peut-être Sillaw, une fois leur Profession de Foi achevée et leur ordination prononcée, à devenir le prêtre titulaire du temple de Sarenrae à Bourg où une petite Église s’y construisait. D’ailleurs, ce n’était pas la seule église qui voyait le jour. Bourg possédait déjà un temple dédié à Desna. Puis pendant son expansion, une seconde Église avait vu le jour avec un prêtre de la confession d’Érastil. Il était temps maintenant que le culte que suivait le Baron et qui avait sa chapelle au Château, ait son Église aussi à Bourg et que la Foi de la Fleur de l’Aube s’y répande. Ainsi, Sillaw ou Veolia se verrait sans doute devenir l’un le Prêtre Titulaire de Bourg tandis que l’autre serait sans doute le successeur du Chapelain, car ce bon Père Olwyn était vieillissant…

Saxifrag n’avait pas qu’un seul apprenti. Koram avait opté lui aussi pour bien connaître las frissons de la chasse avec les notions de prédateur et de proie, mais aussi il arpentait la région en compagnie de son mentor afin de bien connaitre son environnement, les créatures qui y vivaient, le rôle prépondérant de Saxifrag dans ces terres inhospitalières, la surveillance des Monts Rouges, la survie en terrain hostile et bien d’autres choses qui feraient de lui un de ces mystérieux Rôdeurs capable d’aller n’importe où et de guider n’importe quel groupe. Enfin, Otezea était bien devenue l’apprentie du Mage de a Tour Blanche et bien souvent elle y était enfermée avec maître Taerim le Blanc qui avait pris un sacré coup de vieux avec la disparition de Dragibus, son espiègle petit dragon au ventre rebondit. Il ne s’était jamais vraiment remis de cette perte et Otezea l’avait souvent surpris à rêveur avec un air nostalgique. La fabrication des potions pour le château était devenue son activité principale : L’alchimie… A chaque fois que la jeune fille partait au Château du Baron faire la livraison, elle passait du temps à la chapelle avec ce bon père Olwyn, Veolia et Sillaw. Elle s’intéressait particulièrement à tout ce qui touchait aux soins et aux maux quels qu’ils soient.



Ainsi 7 années passèrent et puis ce fut l’année de la profession de foi, du grand voyage pour l’affirmation, du voyage d’étude ou de confirmation des acquis, du lâché dans le grand bain, chacun devait partir découvrir le monde et achever seul sa formation dans une sorte de voyage initiatique où ils devaient réfléchir à chaque instant sur leurs actes, actions, réactions, etc. un peu comme le compagnonnage. Leur formation serait achevée à l’issue et donc chacun prit sa décision et organisa son voyage… L’année s’étant écoulée, la date anniversaire de la victoire sur les monstres approchant, chacun converge vers le Château du baron, beaucoup plus sûr de lui, beaucoup plus aguerri, mieux préparé devant les obstacles que la vie dressait sur leur route. Voilà un an qu’ils n’avaient vu leur mentor et maître, ils avaient hâte de les revoir et de raconter leur année écoulée devant un fastueux banquet que leur offrirait le Baron. Encore un virage, une montée, puis le chemin s’étire dans la vallée jusqu’à la rive de la Grande Rivière de Velashu. Sur la haute colline rocheuse, le Château du Baron vous attend. Un bac permet désormais de traverser la Grande Rivière depuis la rive Sud où s’étendent les Hautes Terres des nomades Seigneurs-Cavaliers, à la rive Nord, les quais de Bourg qui pouvaient accueillir maintenant le Bac de Bourg et les bateaux marchands qui remontaient la Rivière. D’autres quais plus petits à l’embouchure de la Rivière accueillaient es bateaux de pêche. Moyennant quelques pièces, l’un d’eux pouvait certainement vous faire traverser l’Ëleban pour atteindre l’étroit sentier qui remontait jusqu’au Château. Hardis compagnons, une nouvelle aventure commence…
Tu sais ce que c'est, être réduit à l'état de pulpe ?
thanks 1 utilisateur a remercié mdadd pour l'utilité de ce message.
Annonce
Offline nauron  
#2 Envoyé le : lundi 30 mars 2020 14:36:17(UTC)
nauron
Rang : Membre
Inscrit le : 28/07/2016(UTC)
Messages : 14

Koram
Rôdeur 1
CA 16/12/14
Ref:5 Vig:4 Vol:3

17 / 17


Et voilà, le retour au bercail. Cela faisait déjà un an que Koram avait quitté Kelghür pour partir au sud, très au sud, en étendue Mwangi pour être plus précis. Durant cette année, Koram avait appris à appréhender un nouveau type de terrain, la jungle, et cela lui faisait tout drôle de retrouver les paysages varisiens.
Depuis la sortie du bateau revenant du Garund, il avait traversé Port énigme mais n'y était guère resté, la ville ne le dérangeait pas, mais il préférait largement les grands espaces où il se sentait libre, cette liberté qui était un des domaines les plus forts de la déesse qu'il vénérait, Desna, et il estimait que cette liberté était un des droits fondamentaux de tous. Desna était également une déesse nocturne et il se sentait proche d'elle sur ce plan aussi, comme certains prédateurs.
Lorsque la nuit tombait, que le camp était monté, il n'était pas rare de le voir sortir son luth, et essayé de jouer un peu, mais il débutait encore dans ce domaine...

Ce luth, lui avait été offert par Véolia, une des apprenties du père Olwyn avec qui il avait noué des liens d'amitiés forts. C'est d'ailleurs pour l'accompagner qu'il avait choisi de partir en pays Mwangi, elle partait là-bas en mission humanitaire et il avait voulu la protéger. C'est là-bas qu'il avait rencontré cet aigle qui le suivait aujourd'hui, il l'avait appelé Tai, enfin pas lui, les habitants du village où il l'avait recueilli blessé et soigné puis s’était lié d’amitié avec lui jusqu’à ce qu’il devienne un véritable compagnon.
Il avait hâte de retrouver Saxifrag, son mentor. Il voulait lui dire qu’enfin il comprenait ce que ce dernier ressentait pour l’espèce humaine, après ce qu’il avait vu lors de cette année.

Le trajet de Port énigme à la baronnie se passa en toute quiétude pour Koram, impatient à la fois de retrouver sa famille de salive, ses amis et son mentor. Tai fut lui plus… perplexe, il s’agissait pour lui d’un nouveau monde à découvrir. Il volait régulièrement autour du rôdeur et de Véolia mais revenait assez souvent se percher sur l’épaule de Koram. Du jeune garçon frêle et rêveur, il restait un côté assez rêveur mais le jeune rôdeur avait bien grandit, il mesurait pas loin d’une toise et était massif.
Un poncho recouvrait son armure de cuir et la seule arme visible était son épée à deux mains dans son dos. Il ne portait pas d’arc, il avait donné le sien lors de son voyage et à la place avait reçu une fronde qu’il portait à la ceinture.
Arrivés face à la Velashu qui les séparait de bourg, il trouva un bac et ils y montèrent. Au-dessus de Bourg, se tenait les monts rouges, Koram les regarda, il savait que surveiller l’apparition d’une éventuelle menace ferait partie de ses attributions et il était prêt.

Il regarda Véolia

«  Penses-tu que nous serons les premiers?  »

Il finirent ainsi la traversée, en parlant, se préparant à retrouver les autres.

Modifié par un utilisateur lundi 30 mars 2020 15:02:45(UTC)  | Raison: Non indiquée

Et sur le rêve de Kali construire leur vie
thanks 1 utilisateur a remercié nauron pour l'utilité de ce message.
Offline Miilesteg  
#3 Envoyé le : mardi 31 mars 2020 14:01:02(UTC)
Miilesteg
Rang : Habitué
Inscrit le : 31/05/2016(UTC)
Messages : 36
Localisation : Igny 70

Milesteg
Paladin
CA : 19

20 / 20


Miles était pensif à l'avant de la barque qui le conduisait de Port Enigme à Bourg.
Quel voyage avait il accompli lui, le petit fils du forgeron...

Tout avait commencé quant il était devenu écuyer de Sire Guillaume, puis pour se rapprocher plus de sa déesse et pour servir la cause, il avait passé l'année entière à Dernier-Rempart.
L'attaque de son village et l'attaque de la Baronnie lui semblait bien futile à côté de tout ce qu'il avait vu sur place.
Il y avait temps à faire pour combattre le mal, que ses compagnons étaient exemplaires et se sacrifiaient pour repousser les hordes d'orques venus du Belkzen ou les morts-vivants descendus de l'Ustalav. Mais ils tenaient bon… C'étaient tous des héros.
Il avait participé à cette défense et l'assaut du château de Bourg lui revenait d'ailleurs souvent en tête avant chaque bataille.
Puis l'année écoulée, il avait entrepris son voyage de retour, il avait traversé le Nirmathas puis atteint la Varisie jusqu'à Corvosa.
De là il prit le bateau jusqu'à Port Enigme et enfin une barque pour atteindre Bourg.

Il pensait à ses frères et sœurs d'armes, que s'était il passé pour eux? Comment allait son cousin Orloch, j'espère qu'il se plaisait dans la garde de Bourg. Il lui avait envoyé des lettres mais les avait il reçu?
«  Je n'abandonnerai jamais un compagnon, toutefois j'honorerai celui qui se sacrifie librement.
Je gardera l'honneur de mes amis, à la fois en pensée et en actes, et j'aurai confiance en eux…
Oh dame Iomédaé, protégez mes frères et soeurs.... Qu'ils restent à jamais dans votre lumière... »


Plus la barque remontait le fleuve, plus il revoyait le passé.
Une larme coula sur sa joue, il revoyait la forge de son père défunt et sa mère sur le seuil de la porte à le saluer quand il partait ou revenait du travail.
il revit leur fuite à travers la forêt ainsi que sa première bataille...
Ce fut là qu'il eut sa révélation, il ferait tout pour suivre la voie de L'Héritière.
«  J'aurai foi en l'Héritière. Je canaliserai sa force à travers mon corps. Je brillerai dans sa légion et ne ternirai pas sa gloire par de basses actions.  »

Il avait changé, il portait une armure, à sa taille une épée longue ainsi que dans le dos un bouclier en métal où était gravé une épée nimbée d'un soleil, le symbole de l'Héritière enfin il portait une longue cape rouge.
En regardant son épée, il se rappela
«  J'apprendrai le poids de mon épée. Sans mon cœur pour la guider, c'est inutile, ma force n'est pas mon épée mais mon cœur.
Si je perds mon épée, je perds un outil. Si je trahis mon cœur, je suis mort... »


Il voyait le château de plus en plus net.
Il était temps, il arrivait à la fin de son voyage…

Il descendit de la barque et monta la colline en direction du château.

Modifié par un utilisateur mercredi 1 avril 2020 19:26:21(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 1 utilisateur a remercié Miilesteg pour l'utilité de ce message.
Offline Kali  
#4 Envoyé le : mardi 31 mars 2020 19:33:38(UTC)
Kali
Rang : Nouveau
Inscrit le : 17/08/2016(UTC)
Messages : 3

Otezea

19 / 19


Enfin, le retour à la maison. Otezea, après de longues études auprès du mage Taërim et du père Olwyn, avait choisi de se consacrer à l'art de la guérison. Elle était devenue chirurgienne, une alchimiste spécialisée dans le soin. Elle avait passé son année de compagnonnage à arpenter les routes de la région pour faire profiter à tous de ses talents naissants et c'est avec une certaine hâte qu'elle espérait retrouver sa ville natale pour y installer son atelier et surtout célébrer ses noces avec Erik.

Et oui, comme elle se l'était promis après la bataille de Bourg, elle avait trouvé le courage de se déclarer, et Erik Mercant lui avait répondu favorablement. Leur relation avait été faite de longues séparations entrecoupées de courtes retrouvailles, chacun d'eux étant absorbés par ses études. Mais Erik avait trouvé l'année dernière le courage à son tour de la demander en mariage. Le plan était simple: ils finissaient tout deux leur année d'apprentissage puis, après s'être retrouvés à Bourg, ensemble ils retourneraient à Khelgür pour fixer une date et commencer les préparatifs.

Otezea avançait en direction du bac pour traverser la grande rivière, le cœur léger. Erik avait choisi son frère Ylvian comme témoin, elle avait choisi Véolia. Ne manquait plus qu'à lui annoncer la nouvelle.... Accepterait-elle? Sûrement, c'était son amie la plus proche. Et le père Olwyn accepterait-il d'officier pour le mariage? Plein de questions se bousculaient.

Elle pensa à Erik et le rouge lui monta aux joues, elle allait enfin le revoir.

Modifié par un utilisateur mardi 31 mars 2020 21:28:41(UTC)  | Raison: Non indiquée

Et sur son rêve, construire sa vie.
thanks 1 utilisateur a remercié Kali pour l'utilité de ce message.
Offline blurpy  
#5 Envoyé le : mardi 31 mars 2020 22:51:29(UTC)
blurpy
Rang : Habitué
Inscrit le : 30/08/2014(UTC)
Messages : 1,633
Localisation : charente inférieure

Wallis
Réf 5 | Vig 4 | Vol 3
CA:17| C:13 | D:14
Sorts 2/2
Imitation : 1/1

18 / 18


Analba
Réf 5 | Vig 5 | Vol 1
CA:17 | C:12 | D:15
Taureau:+2For

18 / 18




Le jeune homme se tenait sur la colline et observait Bourg que surplombait le château du baron. Quels changements depuis sa première visite !

Il était apeuré, désespéré, accompagnant son frère aux portes de la mort. La plaine était couverte de peaux vertes qui lui semblaient gigantesques. Le soleil couchant éclairait le paysage de sa lueur sanguine qui présageait de fortes pluies. Les ombres s’étiraient et pointaient leurs doigts décharnés vers la frêle forteresse. Et face à eux, ses frères de salive et lui-même ne représentaient rien, ou pas grand-chose. Et pourtant…

Pourtant, il avait pénétré, malgré sa terreur dans le campement des malivoles. Déguisé en gobelin, il avait trompé leurs vigilances, dérobé des tablettes de pouvoir au sorcier noir, puis il avait gagné le castel pour le défendre, obtenu la grâce de Sarenrae, pris d’assaut une tour mobile avant de la faire chuter, libéré puis caché des hommes et des femmes devenus esclaves des monstres avant qu’enfin le soleil rédempteur réapparaisse aux sons des cors. Ce jour-là, il perdit son enfance et devint un homme.

Un homme qu’il continua à forger dans le bois le plus dur qu’il soit, dans la plante la plus souple qu’il put. Avec l’aide de la fleur de l’aube, chaque matin, son esprit se renforça comme le chêne. La forêt qui l’entourait désormais disciplina son corps tel le roseau. Mais tout cela eut un prix. Se séparer de son autre lui-même. Longtemps il crut ne jamais ressentir cette relation particulière et pourtant…

Pourtant, Il avait tort. Suivant les conseils de son mentor, il ouvrit son cœur et son esprit. Ce furent tout d’abord dans ses rêves qu’il la vit. Puis dans ses pérégrinations qu’il sentit sa présence, pour enfin la rencontrer. Elle se tenait debout, prête à fuir, inquiète de l’attirance qu’elle ressentait pour ce bipède. Son museau se plissa, ses crocs se découvrirent, un grognement se fit entendre. Elle ne comprenait pas pourquoi, contrairement à ceux de sa race, il ne lui faisait pas peur malgré son instinct ancestral. Il tendit un lapereau. Elle s’approcha lentement de trois pas recula de deux, recommençant son manège jusqu’à attraper sa proie. Alors qu’elle la dévora, elle laissa la main du bipède se poser sur son pelage, comprenant qu’un lien se liait entre eux.

Depuis l’homme et la louve coururent à travers les bois de la baronnie, pourchassant les peaux vertes, chassant les créatures nuisibles, l’une hurlant à la lune, l’autre priant le soleil. Ils visitèrent les villages proches de la frontière sauvage afin de montrer aux villageois de respecter les animaux, d’honorer le soleil qui fait murir les blés, de se montrer brave face aux créatures monstrueuses.

Aujourd’hui, c’était un jeune homme sûr de lui qui se tenait sur la colline. Ses cheveux noirs flottaient au vent d’est, tenant son arc de la main droite, il caressait machinalement le pelage dru de la louve de sa main gauche. Il était apaisé, heureux à l’idée de revoir son frère, ses frères et sœur. La plaine était dorée de champs de blés qui dansaient sous les rayons ardents du soleil. La forteresse se dressait fièrement, arborant les étendards de la baronnie.

Les yeux jaunes de l’animal se tournèrent vers son compagnon « Allez ma belle, n’ai pas peur. Bourg n’est qu’un grand village. Et je suis là pour te protéger  »
Humains : I168 Alchimiste 3 / BW116 Bretteur 4/ CC161 scalde 10/14
Tieffelin : V180 Investigatrice 6 /AJ197 Paladin 2
Homme rat : CO231 Pistolier 2
Elfe : W169 Tueur 4
thanks 1 utilisateur a remercié blurpy pour l'utilité de ce message.
Offline Djezebel  
#6 Envoyé le : mercredi 1 avril 2020 19:55:27(UTC)
Djezebel
Rang : Staff
Éclaireur: Éclaireur - contributeur confirmé aux wikis de Pathfinder-FR
Inscrit le : 23/04/2015(UTC)
Messages : 3,026
Localisation : Haute Saone

Orloch
Barbare
CA 15
Ref +1,Vig +7,Vol 0

15 / 15


Orloch avait été embrigadé dans les forces armées de Bourg. Il était déjà bien grand lorsqu'il était enfant, mais il avait réellement poussé, toujours dans une difformité effrayante. Il avait à présent un bras plus gros que l'autre et son regard était toujours aussi vide que celui d'une vache.

Pour sa dernière année, il fut affecté à un petit village frontalier des Monts Rouges. Régulièrement, des orques tentaient des incursions, mais ils étaient trop peu nombreux et désorganisés pour réellement constituer une menace.
Régulièrement, Bourg envoyait du renfort de soldats, parfois pour un mois, ou, comme dans le cas d'Orloch, pour une année.

L'arrivée du Monstre de Kelghür dans les parages ne réjouissait pas la population. Heureusement, à son arrivée, Orloch avait été accompagné par Ylvian Mercant qui fit preuve de beaucoup de patience et de tolérance pour apaiser les craintes des villageois et ménager Orloch.

Quelques jours après son arrivée, alors qu'il mangeait à la taverne, un homme d'apparence avenante voulu jouer aux dés avec Orloch. Celui-ci ne comprenant pas très bien le principe accepta. Il s'agissait de poser des pièces argentées sur la table, de lancer les dés et le gentil monsieur en face disait qui avait gagné.
Le premier coup, Orloch gagna. Le second coup, ce fut ce monsieur. Puis encore lui... et encore.... Orloch était en train de se faire plumer littéralement. D'autres personnes venaient observer le spectacles et beaucoup se mettaient à ricaner.
Orloch ne comprenait pas pourquoi. C'est alors qu'une personne de l'assemblée bouscula le joueur qui fit tomber non pas un dé, mais deux : l'autre étant caché sous sa manche.

"C'est un tricheur !" clama une personne. Orloch regarda les deux dés sur la table. Il ne devait y en avoir qu'un. Tricher, ce n'était pas bien. Et ces gens, s'ils rigolaient, c'est qu'ils avaient compris ce qu'il se passait.
Ce gentil monsieur ne l'était pas tant que ça, il avait voulu être méchant avec Orloch, le faire passer pour un idiot, ce qu'il était, mais ça lui faisait tellement mal de l'accepter.
Il fallait que ça cesse !
Le sang lui monta au visage, il se mit à hurler férocement, fit voler la table contre le mur et empoigna le tricheur. Il lui hurla dessus et se mit à se déchaîner violemment sur lui.
Plusieurs personnes autour s'écartèrent rapidement, tandis que d'autres tentèrent de timides phrases à quelques mètres, histoire de tenter de l'apaiser sans pour autant se prendre un gnon. Mais c'était inutile, le colosse avait déjà asséné un œil poché, une mâchoire démise et une côte cassée à son adversaire qui était totalement sonné.

Orloch prit une semaine de détention pour son comportement. Ce fut Ylvain, lors d'une de ses visites, qui le retrouva seul dans son coin. Il tenta de l'emmener faire de grandes promenades, de lui inculquer le combat uniquement contre des orques et non des humains.
Orloch appréciait Ylvain. Il était gentil, lui. Comme son cousin.

Miles lui avait envoyé du courrier, mais il en était toujours à déchiffrer la première lettre et n'avait pas su répondre seul. Les autres gardes n'avaient jamais le temps pour l'aider, et encore moins la motivation, aussi le colosse se résigna à garder juste les lettres en attendant que Miles puisse les lui lire.

Les journées passèrent, les moins, les saisons.

Un jour, un chariot arriva : il était temps de rentrer à Bourg. Deux ou trois soldats étaient dans le convoi qui allait ramener Orloch au château, certains découvrirent uniquement à ce moment qu'Orloch faisait partie des orphelins de Kelghür.
Ils se mirent à reparler de la fameuse nuit où les orques avaient attaqués, demandant moult renseignements à Orloch qui ne savait quoi répondre. C'était si flou.
Il se souvenait de la cathédrale où tout le monde se tenait la main. De l'attente des blessés. De Koram et la petite maigrichonne avec le bébé dragon près du vieux sage qui était assis pendant qu'une bestiole les attaquait.
La forêt de Kelghür, les feuilles qu'il fallait ramasser... Maman... ? Tiens, ça faisait longtemps qu'il ne l'avait pas vue.

Le monstre regarda le château, l'air toujours aussi inexpressif.
thanks 1 utilisateur a remercié Djezebel pour l'utilité de ce message.
Offline nauron  
#7 Envoyé le : vendredi 3 avril 2020 13:24:07(UTC)
nauron
Rang : Membre
Inscrit le : 28/07/2016(UTC)
Messages : 14

Koram
Rôdeur 1
CA 16/12/14
Ref:5 Vig:4 Vol:3

17 / 17


Ils traversèrent la ville de Bourg, se dirigeant vers le château.
C'était l'endroit où ils se retrouvaient chaque année à la date anniversaire. qu'est ce que ça avait changé depuis cette fameuse nuit face aux monstres.

Plus il avançait plus il avait hâte de retrouver les autres, savoir ce qu'ils avaient vu, fait, et voir ce à quoi ils ressemblaient maintenant, une année passée au gré du vent.
Orloch devait être immense maintenant. Est ce que Sillaw et Wallis se ressembleraient toujours autant? Et Luke? Et Otezea? Et Milesteg? Et lui avait-il changé?
Les questions se bousculaient dans la tête du jeune homme.

Ils finirent par arriver au lieu des retrouvailles annuelles, ils étaient les premiers. Koram n'aimait pas être en retard et il préférait être en avance, de plus il n'était pas seul.

«  Bon ben, nous sommes les premiers, les autres ne vont pas tarder. A moins que tu ne veuilles aller voir le père Olwyn avant? »


Et sur le rêve de Kali construire leur vie
Offline mdadd  
#8 Envoyé le : samedi 4 avril 2020 12:10:32(UTC)
mdadd
Rang : Staff
Inscrit le : 23/12/2009(UTC)
Messages : 5,290
Localisation : Charente Aquatique (17)
ls avaient grandi, ils avaient mûri, certains avaient marqué de leur emprunte leur passage dans la contrée, comme Orloch qui ne passait pas inaperçu, mais de là à faire le lien avec les enfants-héros qui avaient sauvé la baronnie… La date anniversaire de la Victoire sur les Monstres était connue. Habituellement cela provoquait une effervescence aussi bien à Bourg qu’à Khelgür. Parfois une caravane de saltimbanques venait donner des spectacles dans les rues et sur les places de Bourg et les jeunes en profitaient pour fausser compagnie à leurs parents et courir dans les rues jusqu’à tard dans la nuit. Le lendemain, Khelgür accueillait ses héros et un banquet était organisé en leur honneur, même si Marciàn avait tendance à vouloir réduire ou minimiser cet évènement à juste un grand repas à l’auberge du village. Il n’aimait guère se rappeler qu’il n’avait pas été à la hauteur et le temps avait tendance à déformer l’histoire pour lui redonner plus de hauteur et de légitimité, sans compter qu’il avait tendance à retomber dans ses travers d’enfance quand il tyrannisait les autres avec les Jumeaux garçons bouchers Agius et Karel, juste pour rappeler qu’il était le fils du chef et donc c’est lui qui devait décider et les autres, obéir à ses moindres caprices, quand il ne jetait pas les jumeaux pour passer à la bastonnade ceux qui lui résistaient ou ceux qui étaient… différents, comme le gros Ferrèol à l’époque ou encore Keldrim le teigneux qui était celui qui lui avait toujours résisté, Orloch, le « Monstre de Khelgür », ceux qui ne se pliaient pas à sa volonté étaient ses ennemis et ses souffres douleurs et enfin son harcèlement sur les files qu’il trouvait à son gout… Toutes devaient lui revenir étant donné qu’il était le fils du chef et maintenant… Le chef du village. Certes Saxifrag lui avait remué les cottes à plusieurs reprises et lui avait inculqué ses devoirs de chef de village, mais le vieux grincheux acariâtre vivait en ermite et à par ses apprentis qui le voyaient au quotidien, il faisait de moins en moins d’apparitions au village et Marciàn l’avait très bien compris.

Koram.



Milesteg.



Otezea.



Wallis.



Orloch.





Tout le monde était enfin réuni dans la basse-cour, c’était l’heure des retrouvailles. Bien-sûr les premiers pas d’Érik furent vers Otezea. Était-ce l’esquisse d’un sourire qu’on voyait apparaître sur les lèvres du prêtre de Néthys ? Son frère quant à lui était allé directement se présenter au Lieutenant de service avec un parchemin à la main. Il avait disparu dans le poste de garde à la suite du gradé.

Modifié par un utilisateur samedi 4 avril 2020 22:31:15(UTC)  | Raison: Non indiquée

Tu sais ce que c'est, être réduit à l'état de pulpe ?
Offline blurpy  
#9 Envoyé le : dimanche 5 avril 2020 10:41:20(UTC)
blurpy
Rang : Habitué
Inscrit le : 30/08/2014(UTC)
Messages : 1,633
Localisation : charente inférieure

Wallis
Réf 5 | Vig 4 | Vol 3
CA:17| C:13 | D:14
Sorts 2/2
Imitation : 1/1

18 / 18


Analba
Réf 5 | Vig 5 | Vol 1
CA:17 | C:12 | D:15
Taureau:+2For

18 / 18





Ces gens de la ville ne comprenaient vraiment rien. Wallis sentait le stress d’Analba et craignait une réaction inappropriée qui pourrait dégénérer. D’ailleurs lui-même se sentait capable du pire. Tout le long de la traversé de la ville et du fleuve, il caressait sa louve, la rassurant et se rassurant par la même occasion.
Il eut envie de serrer Orloch dans ses bras mais il ne savait comment si ce grand gaillard aurait mesuré sa force et ne l’aurait pas serré trop fort par inadvertance, ce qui aurait pu déclencher une défense de son compagnon. L se contenta d’un geste de la main et d’un simple « hey Orloch » il se pencha et dit à sa louve « Tu sais, il faut pas que tu attaques cet homme. Jamais. D’abord parce que c’est un gentil garçon, ensuite parce qu’il pourrait te faire du mal s’il se sent agressé, et ça je ne pourrais me le pardonner. »puis plus bas« Et puis il peut agir comme un louveteau, sans trop réfléchir »

Il s’étonna de voir les frères Marcian si différents. Avait-il lui aussi pris de la distance avec Sillaw ? Après avoir salué les deux frères, il tenta quelques approches avec Ylvian le plus enjoué. « Salut Ylvian, comment va le village ? pas trop d’incursion des peaux vertes ? Surtout n’hésitez pas à m’appeler si vous rencontrez des problèmes. Un petit message à Saxifrag et j’accours avec Analba, fais-moi confiance  »A son nom, la louve dressa les oreilles. Puis il rajouta « Ton frère, ne me parait pas en pleine forme. Il a des problèmes ? »


Arrivé dans la basse cours, Wallis retrouva le sourire. Il s’agenouilla auprès de sa louve et désigna un à un ses frères de salive.
« Tu vois ma belle, l’homme avec la belle armure est Millesteg, un homme très courageux, tu peux lui faire confiance, il ne ferait pas de mal une louve ou à ses louveteaux, sauf bien sur su tu l’attaques. Comme toi il sortirait ses crocs de fer »

« et celui-ci toujours près de son oiseau, c’est Koram. Il est comme nous proche de la nature et ne fait qu’un avec elle. Ne chasse pas son compagnon, il ferait tout pour lui, comme moi pour toi »

« Voici la belle et intelligente Otezea. Elle passe son temps dans les livres pour les études. Je ne sais pas à quoi tout ce savoir théorique pourra lui servir mais elle a toujours été comme ça. Tiens je ne vois pas son petit compagnon à 4 pattes ? »

Il continua ainsi, présentant un à un tous ceux qu’il connaissait, leur adressant tour à tour un petit signe amical.

Modifié par un utilisateur dimanche 5 avril 2020 10:43:05(UTC)  | Raison: Non indiquée

Humains : I168 Alchimiste 3 / BW116 Bretteur 4/ CC161 scalde 10/14
Tieffelin : V180 Investigatrice 6 /AJ197 Paladin 2
Homme rat : CO231 Pistolier 2
Elfe : W169 Tueur 4
thanks 1 utilisateur a remercié blurpy pour l'utilité de ce message.
Offline nauron  
#10 Envoyé le : dimanche 5 avril 2020 11:06:02(UTC)
nauron
Rang : Membre
Inscrit le : 28/07/2016(UTC)
Messages : 14

Koram
Rôdeur 1
CA 16/12/14
Ref:5 Vig:4 Vol:3

17 / 17


«  Merci. »

Répondit-il à Véolia.

Puis il les vit arriver. Ils avaient tous changé, grandit, mûrit et Wallis avait un loup... non une louve, la tête était trop fine pour être celle d'un mâle.
Il les salua les uns après les autres, leur donna l'accolade, quel bonheur de les revoir.
Il redevenait le petit garçon qui avait trouvé des frères et une sœur en échange de son père disparu dans le massacre...

il posait des questions à chacun

«  Alors ta louve? Comment tu l'as rencontré? Comment elle s'appelle? Tu lui as apprit des tours?

Orloch t'as encore grandit non? Les autres on été gentils

Miles comment doit-on t'appeler maintenant? Chevalier? C'était comment le dernier rempart?

Et toi Ot? T'es prête pour le rituel de salive?

Et Sillaw il est où? Vous avez vu Luke? »


C'était pour Koram un moment de pur bonheur. Il demanda à chacun ce qu'il avait fait pendant cette année et leur raconta la sienne. A l'instar de Wallis il nomma chacune des personnes présentes à Tai en insistant bien sur leur nom.

«  Alors t'as fait quoi, t'es allé où?
Avec Véolia, on est parti dans le Garund. Dans l'étendue Mwangi, le climat est très différent d'ici, la faune et la flore aussi, j'ai mis du temps pour m'y habituer. C'est là bas que j'ai rencontré Tai, il était blessé, je l'ai soigné et on est devenu ami, on a commencé a chasser ensemble et il est très efficace. On est parti en chasse un matin car un jaguar avait été aperçu très prêt du village, et comme je ne maîtrisais pas complètement ce terrain, j'étais devenu sa proie, et sans Tai, il m'aurait eu par surprise. Heureusement il lui à foncé dessus et j’ai eu le temps de réagir. Et on l'a eu, je l'ai ramené au village. Il m'ont fait boire son sang pour que j'ai sa force. je vous dit pas ce qu'il ont fait manger à Véolia... »


Son visage s'assombrit un peu «  La vie est très différente dans cette partie du monde et pourtant on y retrouve des similitudes, parmi certains dirigeants. Là bas, il y a beaucoup de colonisateurs et ils traitent les gens nés comme des esclaves, limite comme des animaux. Et j'ai rien pu faire contre ça, j'étais seul et pas assez équipé...  »

Ce passage réveilla de la frustration chez le rôdeur, sa courte barbe ne cachait pas entièrement la tension de ses masséters, signe qu'il serait les dents.
Et sur le rêve de Kali construire leur vie
thanks 1 utilisateur a remercié nauron pour l'utilité de ce message.
Offline Kali  
#11 Envoyé le : mardi 7 avril 2020 14:31:05(UTC)
Kali
Rang : Nouveau
Inscrit le : 17/08/2016(UTC)
Messages : 3

Otezea

19 / 19


Dès qu'elle aperçut Erik, Otezea ne put empêcher un large sourire de s'étirer jusqu'à ses oreilles. Elle se dirigea d'un pas rapide jusqu'à lui, passant ses bras autour de sou cou, elle l'embrassa. Trois mois! Trois mois qu'ils ne s'étaient vus. Il avait l'air en forme, toujours aussi calme. Elle lui caressa le visage: «  Ça va? Tu m'as manqué. »

Un regard aux alentours lui permit de vérifier la présence de Véolia, il fallait qu'elle lui demande... elle lui sourit et lui adressa un petit clin d’œil complice. Koram l'accompagnait, tiens?! Il avait trouvé un compagnon, tout comme Wallis... un loup?... elle repensa un instant à son petit fennec qui aujourd'hui restait auprès du mage Taërim, ça lui faisait un peu de compagnie depuis le départ de Dragibus......Orloch toujours aussi grand et, Milesteg dans sa belle armure. Ils étaient tous vivants et avaient apparemment réussi chacun dans leurs carrières.

Otezea ne s'était jamais sentie aussi heureuse! Elle se dirigea vers eux pour les prendre un à un dans ses bras.
Avec Milesteg, l'accolade fut froide et compliquée.... l'armure, l'épée et le bouclier....
Avec Orloch, elle essaya avec ses petits bras de l'enlacer par la taille en se hissant sur la pointe des pieds.
Avec Wallis, elle hésita un instant, son loup allait-il apprécier qu'elle s'approche de lui?
Avec Koram, elle hésita moins.... quoique.... ne venait-il pas de lui proposer ce rituel dégoûtant de leur enfance?
Et sur son rêve, construire sa vie.
thanks 1 utilisateur a remercié Kali pour l'utilité de ce message.
Offline Djezebel  
#12 Envoyé le : lundi 13 avril 2020 16:29:27(UTC)
Djezebel
Rang : Staff
Éclaireur: Éclaireur - contributeur confirmé aux wikis de Pathfinder-FR
Inscrit le : 23/04/2015(UTC)
Messages : 3,026
Localisation : Haute Saone

Orloch
Barbare
CA 15
Ref +1,Vig +7,Vol 0

15 / 15


Orloch souriait bêtement.
Le monstre de Kelghür avait bien poussé. Il était toujours aussi monstrueux, le visage en biais, la mâchoire proéminente, le corps voûté, et un bras monstrueusement plus gros que l'autre.

En voyant Wallis, il leva la main, hésitant à donner une claque amicale mais son geste fut retenu. Très doucement, il la posa sur le dos du jeune homme en tapotant, mesurant ses gestes et n'allant pas trop fort.

« C'est drôle de se revoir tous les ans au même endroit ! Hein ! Comme si c'était fait exprès !  »

Quand Koram arriva, il fit "oui" de la tête.
« Hum hum ! Surtout Ylvian, il a été très gentil.  »

Il regarda tout le monde arriver. Lorsque Otézea embrassa Erik, le géant détourna le regard, manquant de rigoler. Il serra avec précaution la petite jeune femme, tout rouge d'une telle attention.

Son regard se posa un instant sur Véolia et il sentit une étrange sensation en lui. Il la trouvait jolie et se souvenait qu'elle était gentille. Mais il se rappela vite qu'il était le Monstre de Kelghür et que jamais il n'aurait l'occasion de connaître le bonheur de la même façon qu'Otezea et Erik.
Il regarda Ylvian en train de parler à la capitaine. Après tout, peut-être que tout le monde n'était pas fait pour la vie à deux.

Modifié par un utilisateur lundi 13 avril 2020 16:29:59(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 1 utilisateur a remercié Djezebel pour l'utilité de ce message.
Offline Miilesteg  
#13 Envoyé le : lundi 13 avril 2020 16:29:39(UTC)
Miilesteg
Rang : Habitué
Inscrit le : 31/05/2016(UTC)
Messages : 36
Localisation : Igny 70

Milesteg
Paladin
CA : 19

20 / 20


Ca y es Miles revoyait ses frères et sœurs… Ils avaient tous changé, c'était la vie mais ils resteront à jamais liés.
Il murmura
«  Frères de sang, à jamais….. »

Miles sourit en voyant son cousin, il avait changé lui aussi. Le bouclier accroché dans son dos, l'arme au fourreau, il se rua sur son cousin et l'enlaça.
«  Orloch comment ca va? Tu a l'air d'un sacré fort gaillard, ca doit filer doux à la caserne. Comment vas tu, je t'ai écrit tu as reçu mes lettres? Je suis content de te voir le cousin…. »

Puis il se tourna vers Otezea, lui sourit et répondit à son accolade. Elle avait l'air radieuse, tant mieux, Erik n'était jamais loin d'elle, il y avait des choses qui ne changeaient pas, tant mieux.
«  Ma sœur, je te salue…. »

Son regard croisa Koram et lui aussi il le pris dans ses bras…
«  Koram, je serai toujours ton frère de sang, rien n'a changé… Quant à Dernier Rempart, c'est un lieu à la fois magique et un tombeau… On y voit des miracles mais aussi l'horreur… Mais parlons plutôt de toi tu as l'air en forme
 »


Enfin il vit Wallis et sa louve, il étreignit le premier et s'inclina respectueusement devant sa louve.

«  Mon frère, c'est bon de te revoir, et je vois que tu es en bonne compagnie…  »

Finalement il poursuivit les retrouvailles en donnant l'accolade à Véolia, Erik.
thanks 1 utilisateur a remercié Miilesteg pour l'utilité de ce message.
Offline nauron  
#14 Envoyé le : mercredi 15 avril 2020 11:25:27(UTC)
nauron
Rang : Membre
Inscrit le : 28/07/2016(UTC)
Messages : 14

Koram
Rôdeur 1
CA 16/12/14
Ref:5 Vig:4 Vol:3

17 / 17


Koram décrispa un peu les mâchoires, mais son regard brûlait toujours de colère.

«  Je vais demander au vieux si il est là et sinon au baron, ce que je peux faire. Je ne laisserai pas ce que j'ai vu là bas se reproduire chez moi. Des chefs qui dominent par la force et la peur. Il abusent de ceux qu'ils sont censés protéger.
Marciàn est de la même trempe que ces dirigeants et je me suis juré de ne plus jamais laisser courir.  »


Il regarda ses frères et sœurs, l'air grave.

«  C'est mon devoir de protéger les habitants, et c'est par là qu'il faut commencer. Si le vieux ne lui a pas fait entendre raison, je le ferai »

Ses traits étaient tirés, il ressemblait à un prédateur, il avait le poing droit serré.

Modifié par un utilisateur mercredi 15 avril 2020 12:41:17(UTC)  | Raison: Non indiquée

Et sur le rêve de Kali construire leur vie
thanks 1 utilisateur a remercié nauron pour l'utilité de ce message.
Offline Kali  
#15 Envoyé le : mercredi 15 avril 2020 12:39:24(UTC)
Kali
Rang : Nouveau
Inscrit le : 17/08/2016(UTC)
Messages : 3

Otezea

19 / 19


Otezea connaissait bien les "attaques " de Marcian mais elle savait aussi que ce genre de situation demandait une certaine subtilité pour être réglée. Le Baron appuierait-il Koram? Il y avait tellement d'autres chef comme Marcian sur ces terres.....
Elle attrapa le poing serré de Koram aux creux de ses mains:

«  Calme-toi Koram, les choses ne sont pas si simples. Tu risques juste de te mettre dans une mauvaise situation...Je te promets de t'aider à le contrer mais pas comme ça, il faut un plan, un plan qui pourrait le museler définitivement....sans violence.  »

Le rappel de l'existence de cette petite merde lui donnait la nausée. Elle ne voulait pas de ça maintenant.
Et sur son rêve, construire sa vie.
thanks 1 utilisateur a remercié Kali pour l'utilité de ce message.
Offline nauron  
#16 Envoyé le : mercredi 15 avril 2020 18:33:36(UTC)
nauron
Rang : Membre
Inscrit le : 28/07/2016(UTC)
Messages : 14

Koram
Rôdeur 1
CA 16/12/14
Ref:5 Vig:4 Vol:3

17 / 17


Le geste d'Otezea réconforta un peu Koram, mais il se sentait prisonnier des paroles de cette dernière... il n'avait rien d'un beau parleur, rien d'un leader, il ne savait pas échafauder de plan.
Mais sa famille n'était pas comme lui, ils était plus malin, ils auraient une idée, si il étaient d'accord pour l'aider...

«  Tu as une idée de plan? Il en faut une pour demain, car c'est là que nous le verrons, lui et puis ses larbins...
Si quelqu'un a une idée je suis preneur, sinon... »


Et sur le rêve de Kali construire leur vie
thanks 1 utilisateur a remercié nauron pour l'utilité de ce message.
Offline mdadd  
#17 Envoyé le : mercredi 15 avril 2020 19:03:54(UTC)
mdadd
Rang : Staff
Inscrit le : 23/12/2009(UTC)
Messages : 5,290
Localisation : Charente Aquatique (17)
ans la ronde des retrouvailles, Véolia était devenue femme, plus sûre d’elle, toujours souriante, le visage éclairé comme si elle irradiait la lumière du soleil ou de l’aube, elle salua chacun avec enthousiasme et sincérité, félicitant chacun pour sa réussite – Miles avait de la prestance dans sa belle armure, Orloch était impressionnant avec son gabarit hors normes, mais il resterait toujours pour elle, un gentil gros nounours, Otezea était devenue une très belle femme et elle la félicita avec Érik, espérant pour eux un futur rempli de bonheur, elle rassura Koram, un geste qui semblait habituel depuis un bon moment - « tout va bien se passer, ne t'inquiète pas » - elle s’émerveilla devant la louve de Wallis, le renouveau s’était manifesté par l’appel de la nature chez le jumeau.

Sillaw

Et en parlant de jumeau d’ailleurs, n’en manquait-il pas un ? – « Hé alors ? On n’attend pas Sillaw ? » – Fit une voix joyeuse derrière le groupe ? – Le second jumeau venait sans doute tout juste d’arriver pendant les échanges. S’il n’avait pas les traits aussi ressemblants que ceux de Wallis, on aurait pu croire à un mendiant qui avait perdu son chemin. A l’origine, il portait le même genre de robe sacerdotale que Véolia, mais la sienne était en bien moins bon état. Il avait sans doute beaucoup voyagé avec son grand bâton de pèlerin, la saleté des routes boueuses, la poussière, peut-être aussi des bivouacs dans des endroits peu communs, comme des granges, des bas-côtés, des ruelles sales des grandes villes, difficile de savoir où est-ce qu’il avait traîné ses frusques, mais en tout cas la vie de pèlerin itinérant lui avait donné un air de vagabond. Il salua chacun et surtout son frère bien-sûr, demandant des nouvelles depuis la dernière fois qu’ils s’étaient vus, autrement dit l’année dernière, avant qu’il n’entame sa profession de Foi sur les routes de Varisie. Il avait dit qu’il gagnerait chaque grande ville en passant par les petits villages et en suivant les caravanes marchandes. Et c’était ce qu’il avait fait. De formidables rencontres humaines, de longues veillées au coin du feu, surtout parmi les nomades varisiens…

Habituellement, chaque année, le seigneur des lieux les accueillait lorsqu’ils se rejoignaient ainsi dans la basse-cour. Mais pas cette fois-ci.

Lieutenant
Bertholom
Enguerrand

Ce fut plutôt le Lieutenant Enguerrand, un ancien sergent parmi les soldats du château qui avait participé activement à la bataille contre le sorcier, qui vint les quérir, il y avait eu de la promotion… – « Salutations à tous et à toutes. Le Chapelain, Monseigneur Olwyn Rafenor, vous attends dans la grande salle. Si vous voulez bien me suivre… » – Il salua à la mode militaire, puis dans un demi-tour impeccable, il devança le groupe en direction de la haute-cour, puis de l’escalier qui menait à la porte principale. Celle-ci donnait sur la longue salle où se tenaient les banquets, les audiences, les réceptions, les conseils, etc. La voix du sergent de la garde et les quelques lumières allumées sur le chemin de ronde, aux postes de guet et les braseros encadrant la barbacane donnaient une ambiance plutôt grise et peu chaleureuse, bien loin de la liesse populaire. Le groupe suivit le sergent.

Érik
Mercant

L’aîné des Mercant donna le bras à Otezea, le visage un peu fermé. Il regardait partout, sans doute à la recherche de son frère qui avait disparu dans la Salle de Garde dès leur entrée au château – « Le temps de la paix est passé » – commenta-t-il à mi-voix à la jeune femme à ses côtés. Et tu sais que je ne laisserai pas cet incapable de Marciàn te faire quoi que ce soit.

Ils entrèrent dans la grande salle. Le baron ne versait pas dans le luxe, quelques tenures suspendues entre les fenêtres, dépeignant de grandes prairies où courraient des troupeaux de chevaux sauvages, quelques scènes de chasse, un ruban de tapis au sol pour marquer l’allée principale, les tables alignées le long des murs, il n’y en avait qu’une seule de tirée au centre, non loin du fauteuil d’autorité, pour ne pas l’appeler trône, sur lequel d’ailleurs était assis le chapelain qui paraissait fatigué et vieilli. Point de baron, ni de Messire Guillaume, le Sénéchal se tenait à ses côté, tel un garde du corps immobile, le visage figé dans une expression sévère, quelques soldats de la Garde au niveau des accès principaux, rien d’inhabituel, le fils du Sénéchal n’était pas là, lui non plus, même s’il n’avait joué qu’un rôle très mineur durant la bataille et enfin de majordome, Greshym Shorkan. La table était dressée. Le chapelain se leva, avec difficulté visiblement, comme s’il était perclus de rhumatismes.

Chapelain
Olwyn
Rafenor

Il avait des difficultés pour respirer par une profonde respiration limite encombrée – « Bienvenus mes enfants, venez-venez, prenez place. Dame Fila a dû encore faire des merveilles aux cuisines. Je suis heureux de vous voir. Vous avez l’aire en bonne forme, ça fait plaisir. Greshym… Voulez-vous lancer le service s’il vous plait ? » - D’un geste il invita le groupe à prendre place à la table, tandis qu’il se rasseyait sur le trône en buffant comme s’il venait de courir un 100m – « Haaa la vieillesse… C’est bien la seule chose contre laquelle on ne peut pas luter. Je crois que Sa Sainteté de l’Aube m’a déjà accordé de bien belles années supplémentaires. Mais même la Grande Guérisseuse ne peut lutter contre le temps et le jour où je vais me présenter devant la Dame des Tombes approche. Je ne sais pas si je passerai l’hiver… Et il y a encore tant de choses à faire… » - Il regarda tour à tour Véolia et Sillaw, ses deux novices dont l’enthousiasme venait de prendre un sacré coup.

Modifié par un utilisateur vendredi 17 avril 2020 17:50:39(UTC)  | Raison: Non indiquée

Tu sais ce que c'est, être réduit à l'état de pulpe ?
thanks 1 utilisateur a remercié mdadd pour l'utilité de ce message.
Offline nauron  
#18 Envoyé le : jeudi 16 avril 2020 12:36:54(UTC)
nauron
Rang : Membre
Inscrit le : 28/07/2016(UTC)
Messages : 14

Koram
Rôdeur 1
CA 16/12/14
Ref:5 Vig:4 Vol:3

17 / 17


Grâce au geste d' Otezea et de Véolia, Koram réussi à se calmer, même si sa détermination n'était en rien entamée.
L'arrivé de Sillaw fut de nouveau une bouffée de joie. Il lui donna également l'accolade.

Il lui dit dans un sourire:
«  T'es dégueu. On dirait vraiment Wallis quand on s’entraînait au camouflage dans la boue... »

L'arrivée du sergent rendit du sérieux au jeune homme.

Pourquoi le baron n'est pas venu?

Il suivit le groupe et réagit intérieurement aux mots d'Erik.
la paix terminée? Qu'est ce qu'il s'est passé depuis que nous sommes parti?

Lorsqu'ils arrivèrent dans la grande salle, Koram comprit ce qu'avait voulu dire Erik, le baron avait dû partir régler une affaire, peut être des orcs? Ou pire...

Voyant le père Olwyn diminué par son âge, il imagina facilement l'impact que cela aurait sur Véolia aussi il tenta à son tour de la soutenir, il posa ses mains sur ses épaules, pour la soutenir.
Il savait pertinemment que c'était le cycle de la vie, la nature, mais cela n'empêchait pas la tristesse et la douleur...
Il prit place à table et écouta le père.

« Que se passe t-il? »

Modifié par un utilisateur jeudi 16 avril 2020 12:37:28(UTC)  | Raison: Non indiquée

Et sur le rêve de Kali construire leur vie
thanks 1 utilisateur a remercié nauron pour l'utilité de ce message.
Offline Miilesteg  
#19 Envoyé le : jeudi 16 avril 2020 20:22:57(UTC)
Miilesteg
Rang : Habitué
Inscrit le : 31/05/2016(UTC)
Messages : 36
Localisation : Igny 70

Milesteg
Paladin
CA : 19

20 / 20


Miles était inquiet, rien ne se passait normalement. Ou était le baron et sire Guillaume? Qu'est ce que Marcian avait encore fait?
Une seule chose était positive, Wallis allait bien. Et tous les frères et sœurs étaient réunis.


«  Mes hommages mon Père, que la lumière d'Iomédaé vous garde. »

Miles s'installa à la table et attendit la suite du discours du Père.
thanks 1 utilisateur a remercié Miilesteg pour l'utilité de ce message.
Offline Kali  
#20 Envoyé le : vendredi 17 avril 2020 13:39:09(UTC)
Kali
Rang : Nouveau
Inscrit le : 17/08/2016(UTC)
Messages : 3

Otezea

19 / 19


Otezea sourit en retour à son fiancé avant d'entrer dans la grande salle, elle savait qu'elle n'était pas seule. Mais son sourire s'effaca dès qu'elle posa les yeux sur le père Olwyn. Son ancien mentor avait tellement vieilli en un an! Et qu'elle était cette toux?

« Mon père! »

Son premier geste fut de se rapprocher de lui et de regarder autour d'elle ce qu'elle pourrait utiliser pour améliorer son confort. Un coussin pour poser ses pieds? Une couverture pour le réchauffer? Un verre d'eau à lui servir?

Message secret pour mdadd :
...

Modifié par un utilisateur vendredi 17 avril 2020 13:42:13(UTC)  | Raison: Non indiquée

Et sur son rêve, construire sa vie.
thanks 1 utilisateur a remercié Kali pour l'utilité de ce message.
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
6 Pages123>»
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

| Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2020, Yet Another Forum.NET