Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline Anadethio  
#1 Envoyé le : dimanche 26 avril 2020 16:43:07(UTC)
Anadethio
Rang : Habitué
Inscrit le : 19/06/2015(UTC)
Messages : 2,380
Ce sujet est a votre disposition pour mettre vos BG et autres informations pertinentes autour de votre personnage dans UN post que vous pourrez éditer au besoin.

Un seul post par PJ qui devra comprendre :

- Un lien vers sa fiche.
- Des réponses au questionnaire ci-dessous
- Les informations annexes qui peuvent sembler pertinentes.

Vous pouvez utiliser la balise "secret" si ça vous semble adapté mais n'en abusez pas... Bien des choses ne méritent pas d'être secrétés pour les autres joueurs (je ne dit rien sur les autres PJ notez) et de toute manière dans une communauté de cette taille presque tout se sait.

Tout post en dehors de ce cadre sera supprimé pour permettre au MJ d'y voir clair. Pour discuter c'est par >ici< ou sur le discord.

Le questionnaire donc...

- Position au sein du Village : votre travail, si vous avez une position sociale particulière,...

- Origine : Vous êtes né ici ? Vous venez d'ailleurs ?

- Réputation : ce qui se dit de vous... (bien entendu je serais peut-être amenée a modifier ça en fonction du reste de vos réponse)

- Occupations : En dehors du travail... Comment passe-tu tes longues soirées d'hivers ou tes pluvieuses après-midis d'automne ?

- Sombre secret : Il y en a peut-être un... Il n'y en a peut-être pas. C'est peut-être un secret de polichinelle. Mais il y a bien quelque chose que tu ne veux pas avouer a tous ou qui assombris ta vie...

- Aspiration : ton rêve. Ce truc que tu aimerais bien faire une fois dans ta vie mais auquel tu as un peu renoncé par réalisme.

- Religion : Quel est ton rapport à la religion ? De quels dieux te sent-tu proche ?

- Apparence : Tu ressemble a quoi ?

- Proches : Amis, famille, mentor ou que sais-je... Vous devez m'en définir à minima 2 au sein du village.

- Tensions : Tout ne se passe pas bien au village et il est plus que probable qu'une personne au moins ne te revienne pas... a moins que ça ne soit l'inverse ? Qui ? Pourquoi ? Comment ? Et pourquoi l’ornithorynque ?
Annonce
Offline Mornelune  
#2 Envoyé le : lundi 27 avril 2020 03:21:46(UTC)
Mornelune
Rang : Habitué
Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 4,428

"Trois doigts"
Grincheux
CA:19 Ctact:13 Flat:16
Vig:18 Ref:17 Vol:14

15 / 15
Andreï dit "Trois doigts"
https://www.pathfinder-f...edirect=1&NS=Parties
(y'a aussi un lien sur mon jeton.)

Poste au village: Cuistot et bouilleur:

Il est le coté technique de la taverne/auberge du village, il achète la viande que lui ramène les chasseurs, les denrée que lui amène les paysans, (si y'a pas de boulanger dans le village il s'en occupe probablement),les bucherons du bois pour chauffer le bâtiment, et faire marcher les fours et alambiques... Cuisine et prépare les alcools artisanaux locaux (bière, hydromel, liqueurs...)

Il s'occupe de faire fonctionner le principal lieu de socialisation du village (probablement aussi), pas du coté social et service (y'a le tavernier, sa femme et sa famille pour ça.) et parfois de calmer les bagarres.

Origine:
Il vient du nord du Brévoy, de l'Issie, d'une famille de serviteur d'un petit seigneur local, Il a fait partie presque une dizaine d'année avec une compagnie de mercenaire, principalement du convoyage, des aides à la garde de certaines villes durant les foires estivale et aux festivals, de l’élimination/capture de bande de brigand et quelques petits conflits entre nobles. Il est arrivé dans le village y'a une dizaine d'année.

Réputation:
Taciturne, bourru, grincheux..."Trois doigts" respire pas la joie de vivre. Mais il fait bien son boulot et est réglo niveau commerce et parole. Après quand on le connait bah ça reste pas un joyeux luron. Son boulot de mercenaire a ancré en lui une vision sombre de l'humanité, combiné à la rudesse proverbiale des issiens justifie cette partie de sa réputation.
Il est aussi réputer pour savoir se battre, pour un cuistot de taverne, et certain voyageurs un peu trop entreprenant on eut des surprises.

Occupations:
En dehors de ses nombreuses occupations culinaire à la taverne il aime bien jouer au cartes, avec une préférence pour le tarot, il aime les jeux d'adresse. Participe régulièrement au entrainement de tout les volontaires armés pour se maintenir en forme et formé un peu les paysans les moins dégourdi si ils tombent sur une bête sauvage (voir les organises si y'en a pas.).
Étrangement pour un gars qui passe le plus clair de son temps à créer divers alcool il boit très peu et jamais jusqu’à l'ivresse.

Sombre secret:
il parle pas trop du temps de ses campagnes de mercenaire, pas des missions en tout cas, des anecdotes rigolotes de campement, de blagues de foires et autres mais pas des combats. Il a tuer des gens, pas des anges mais pas forcément des salauds non plus, ça le chagrine pas, mais c'était pas glorieux, donc autant le taire.
Il a aussi un fils, laissé à sa mère, qui suivait la compagnie jusqu'a ce que son état ne lui permettent plus et le temps qu'il rentre la retrouvée a la fin de son contrat (un peu plus d'un an), elle avait trouvé quelqu'un d'autre. Il lui a laissé une grosse partie de ses gains et a décidé de changer de vie (un peu marre et un peu jaloux.).

Aspiration:
Sa vie lui va bien pour l'instant, bon le fait que l'autorité local soit une saloperie de brigand ça pourrait être mieux, c'était mieux avant en somme. Mais on va pas se faire buter pour éviter de se faire chourer des saucisses et un ou deux tonneau de picole de temps en temps...

Religion:
Panthéiste, une petite prière aux dieux pour que les bon souris et les mauvais l'oublie de temps en temps ça coute pas grand chose. Sans être très pieux il participe au rites religieux locaux, temps qu'ils ne sont pas en relation avec une divinité maléfique. Il se sent proche de la nature, mais pas trop de l'image qu'il se fait des dieux de la nature dont il a entendu parler, pas qu'il soit un expert, mais le sujet ne l'intéresse pas vraiment. Il fait attention à respecter toute les divinité, et a les remercier régulièrement.

Apparence:
Un homme dans la trentaine, brun, cheveux court, de taille moyenne et plutôt trapu, l'air bourru, quelques cicatrices de vielles batailles sur son visage (nez cassé et remis en place, entaille sur le coté droit du front.), mâchoire carrée, bien rasé au niveau de la barbe, une bonne hygiène globale.
Son trait le plus distinctif c'est qu'il a que trois doigts à la main gauche, ayant perdu son auriculaire et son annulaire gauche en arretant un coup de dague "avec ma main plutôt qu'avec ma gorge" comme il le dit quand on lui demande. D'ailleurs au village tout le monde l’appelle "Trois doigts" la plupart ne connaissant pas son prénom.
Il est la plupart du temps armé, les habitudes on la vie dure et le coin est plutôt sauvage, et porte souvent son armure et son bouclier en cas de problème a l'auberge.

Proches:
Niveau famille: ses parents et frère et sœur, restés au service de leurs maitres, a qui il écrit parfois (genre deux ou trois fois par ans.) et son fils (Loran, vivant a Restov avec sa mère Amélia) et qu'il va voir trois fois par an. (au retour des beau jour, durant la foire estivale de restov, et un peu avant la fin de l'automne.).

Au village son meilleur ami est Marlin l'aubergiste (a peut près le même age que lui), Marlin tenait la cuisine a l'époque ou trois doigt à débarquer, et Marlin n'était pas doué, Andreï s'est plaint, Marlin lui a demander "tu peux faire mieux", "oui", "prouve le", "ok", 'tu cherches pas du boulot?"
Au fil du temps ils sont devenu très amis, Marlin ayant hérité la taverne de son père mais pas le talent culinaire. Marlin a depuis agrandi sa famille qui bosse au service. (sa femme Lena et ses mômes, son ainée de 14 ans Misha, son fils de 11 ans Bran et leurs frères jumeau de 8 ans Davin et Danim)
L'auberge a bien profité de la présence de "Trois doigts" et de ses plats et des divers boissons, elle a un peu grandie depuis son arrivé, et est redevenu le cœur (ou plutôt l'estomac) du village.

Le second bon contact est avec un des chasseurs reconnu du coin , Hector Aquiles, qui au fil des années de prise et de vente a sympathiser, et qui rate pas un entrainement de la "milice" locale ensemble.

Et en troisième, Julia Pommier, la dernière fille d'un paysan du coin qui a un petit verger fruitier (le père Pommier, nom traditionnel que le propriétaire du verger obtient en même temps que son héritage. Bon on l'appelle le nouveau Pommier pendant trois ou quatre ans pour la forme avant qu'il récupère le patronyme familial.). Une jeune femme dans le début de la vingtaine, timide et boiteuse (suite a une fracture mal gérée quand elle était petite) qui, depuis qu'il a mit une torgnole à un gamin qui se moquait d'elle et la brutalisait un jour où il venait chercher des fruit chez son père, elle le voit comme un exemple, malgré son handicap il aide la communauté et apporte sa contribution (en fait ses deux doigts perdu le gène peu ou pas.) et est tombé amoureuse. Elle est plus ou moins devenu apprentie cuisto/brasseuse pour avoir une raison d'être a ses cotés, et Andreï ne s’aperçoit pas du tout des sentiments de la gamine (comme il l'appelle.)

Tension:
Il aime pas bien que des brigands contrôle la région, profiter du travail des autres sans se fouler et en brutalisant les faibles c'est pas une vie. Et seul bah il fait pas le poids, ceux qui résistent ce font buter, donc bon, il ferme sa gueule et il encaisse.
Après le fait qu'il soit bourru pas très liant aide pas à ce faire des amis, mais son air d'ours mal embouché la plupart du temps armé calme la plupart des ardeurs. Même quand on est un brigand, vaut mieux demander poliment et savoir jusqu'où on peut pousser le bouchon...
Et sinon il a rien contre les ornithorynques, d'étrange créatures non? probablement pas bien naturelle comme les ours hibous, mais en plus petits, moins dangereux et plus mignons...

Modifié par un utilisateur mercredi 29 avril 2020 13:43:23(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 2 utilisateur ont remercié Mornelune pour l'utilité de ce message.
Offline Zangdar  
#3 Envoyé le : lundi 27 avril 2020 12:56:36(UTC)
Zangdar
Rang : Habitué
Inscrit le : 15/07/2014(UTC)
Messages : 58

Cynor Risgard

CA:16 Ctact:11 Flat:15
Ref:15/Vig:16/Vol:16

15 / 15

Position au sein du Village : Chasseur/ Cueilleur
Il aide principalement son père et sa mère dans leur tâche respective, son père étant chasseur et sa mère agricultrice mais aussi herboriste. La famille Risgard n'est pas très bien vu dans le village leur origine obscurs et leur vie isolé n'aidant pas à leur donner une bonne image.

- Origine :
Cynor Risgard est né dans quelque part dans la forêt entre Pitax et le Brévoy alors que ses parents Anora et Dogar fuyaient la région de Pitax. Il y a environ 18 ans ses parents s’installent non loin du village et commencent une vie plutôt recluse, vivant de chasse et de cueillette. Il fallut plusieurs années pour qu'ils s’intègrent à la communauté ce qui engendra quelques rumeurs.

- Réputation :
Anora la mère est apicultrice tandis que son père Dogar passe pour un chasseur compétent. Cependant aucun membre de la famille ne semble vraiment utiliser ses talents au maximum, ne venant vendre que leur surplus à la communauté loin de profiter au mieux de leur compétence. Leur origine Pitaxien et leur vie marginal provoquent une méfiance de la part de la majorité des villageois, s'ils vivent comme ça c'est qu'il y a quelque chose à cacher (espion, loup-garou, sorcière, bien des rumeurs ont plané autour des Risgard).
Cynor pour sa part semble plus investi dans la vie du village venant parfois seul pour profiter de l'animation du bourg.
Il a cependant hérité de la réputation de ses parents, il passe parfois pour quelqu'un de sauvage et de peu amène. On dit qu'il préfère la vie avec les animaux, qu'il sabote les pièges des autres chasseurs et qu'il peut même parfois parler avec la faune locale.

- Occupations :

Cynor en plus d'aider ses parents, s'occupe en travaillant le cuir pour sa famille mais parfois avec Ana Vicendre afin de l'aider à confectionner des bibelots et autres babioles. Il se joint aux célébrations et autres fêtes de village contrairement à ses parents et vient même parfois à la taverne pour profiter de l'ambiance et des alcools locaux en compagnie d’Anna ou de Julius.
Mais son plaisir principal reste les expéditions en forêts avec Téah.

- Sombre secret :
En plus de l'origine sombre de sa famille Cynor a d'autre secret, le premier est Téah, une jeune louve sauver du piège de chasseur de la région. Cynor préfère éviter que le village soit au courant car cela risque de poser des problèmes avec certain habitant, il cache donc son existence.
Sinon Cynor libère parfois les prises d'autre chasseur quand cela lui semble justifié, même s’il n’a jamais été pris sur le fait, cela entraîne quelques tensions au sein du village.

- Aspiration :
Cynor voudrais retourner à Pitax voir le pays d’origine de ses parents et peut être faire changer les choses là-bas, réussir là où ses parents ont échoué. Mais honnêtement qui est-il pour espérer changer une région en entière.

- Religion :
Cynor respect la nature sauvage et son équilibre. Il se sent proche de Gozreh même s'il n'a jamais vraiment suivi d'enseignement particulier, pour lui les actes remplacent les prières la plupart du temps. Il reste peu investi dans les autres dieux mais respectant les coutumes tant que cela ne va pas à l'encontre des préceptes de la nature.

- Apparence :
Cynor est un jeune homme bien bâti au visage plutôt quelconque, il est grand, brun, les cheveux mi-long et porte des habits en peau et en fourrure et à tendance à sentir le chien mouillé. Il vient au village généralement équipé d’un arc et d’une serpe. Il est d’un naturelle peu avenant et a tendance à toujours observer les gens avant de leur parler ceux qui a tendance à les mettre mal à l’aise.

- Proches :
En plus de sa famille, Cynor entretien une bonne relation avec Anna Vicendre une jeune paysanne qui vend de la vannerie ainsi que des sculptures et colifichets en bois. Il n'est pas rare qu'il lui apporte des essences de bois peu communes et passe des après-midis à confectionner des décorations avec elle. Ana est une jeune femme calme et méticuleuse , elle possède une joie de vivre communicative et des talents certains en sculpture.
Il discute aussi souvent avec Julius Dursouche un ancien du village, physiquement affaibli, le dos écrasé par les années et le travail en plein air. Julius est aussi sec qu'une brindille et il possède de long cheveux blanc vaporeux mais garde toujours une vivacité d'esprit et une mémoire impressionnante. Il partage ensemble la passion pour la faune et la flore de la région, Cynor lui apporte souvent de la nourriture ou des plantes médicinales.

- Tensions :
Cynor est en conflit avec Marcus Onis un chasseur du cru (plutôt médiocre), celui-ci l’accusant de saboter ses pièges et de faire fuir les proies (ce qui est principalement faux). Les altercations sont rares car Cynor évite au maximum d’être à proximité de lui et Marcus bien que sanguin ne va jamais très loin dans ses actions craignant la possible vengeance de ses parents trop étranges. Cela n’empêche pas Marcus de traité les Risgard de famille maudite, Cynor de fils de sorcière et autre nom d’oiseau.

Modifié par un utilisateur mercredi 29 avril 2020 15:02:08(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 3 utilisateur ont remercié Zangdar pour l'utilité de ce message.
Offline Egfrid  
#4 Envoyé le : lundi 27 avril 2020 15:00:22(UTC)
Egfrid
Rang : Nouveau
Inscrit le : 04/04/2020(UTC)
Messages : 1

Kathal
discret
CA:17 Touch:14 Flat:13
Ref: 18 Vig: 12 Vol: 14

12 / 12


Kathal des Deux Saules
Draft V5




Position au sein du Village :
« Je suis éleveur de chevaux à l’écurie des deux saules dont je suis le propriétaire.
La ferme des deux saules se trouve à 3 km à l'Est du village. Elle est composée de la ferme à proprement dite et de l’élevage de chevaux. Nous sommes le seul élevage de chevaux de la communauté du Champ d’Orties. Il nous arrive souvent de prêter des chevaux aux membres de notre communauté pour les travaux agricoles ou autres. »


Origine :

Muadnat
des Deux Saules


Suanach
des Deux Saules


« Je suis un natif de la communauté. A la mort de mes grand-parents, mon oncle, Muadnat, a hérité de la partie agricole et ma mère, Suanach, de la partie équestre de leurs terres. Je n'ai jamais connu mon père, un étranger, qui n'a pas réussi à s'intégrer dans notre communauté et qui a disparu du jour au lendemain au grand désespoir de ma mère. Ma mère s'est remarié avec Tugdual qui m'a adopté comme son fils.

Tugdual
...


Après avoir tenté de parcourir le monde, je suis revenu après leur décès et j'ai récupéré, non sans mal, l'héritage dont mon oncle Muadnat s'était emparé... Il aura fallu l'intervention du conseil de la communauté pour faire céder mon oncle. »


Réputation :
« J'ai la réputation de bien connaître les chevaux et d'être un cavalier émérite. De mémoire d’anciens, on a toujours vu Kathal sur un cheval parcourir les champs, les plaines, les vallons et les forêts des environs de Champ d’Orties.
Pour certains, je ne suis qu'un bâtard qui a spolié les terres de son oncle. »


Occupations :
« Tous les soirs, je passe à la taverne pour boire un verre ou deux pour me tenir au courant des dernières nouvelles et rencontrer la communauté. C’est un rituel auquel je ne déroge jamais et qui me permet de penser à autres choses qu’aux chevaux et la gestion de l’écurie des Deux Saules. Le jour de marché, j'en profite pour venir passer quelques moments avec mon ami le forgeron Dubán et sa famille. Dubán et moi finissons alors la soirée à la taverne. »

Sombre secret :
Né de père inconnu.
« Pour maintenir à flot les écuries des 2 saules, je n'ai pas hésité à utiliser tous les moyens dont le vol et le recel de chevaux. Certains fins observateurs auront pu me voir quitter notre village de nuit, seul, à cheval en direction de Restov pour revenir quelques jours plus tard avec plusieurs chevaux toujours à la nuit tombée. »
Kathal faisait partie de ceux qui avait acceptés de s'engager auprès de Paul et Elena, les parents de John, lors de leur tentative de se rebeller contre le Seigneur Cerf. Il n'a jamais pu accepter que des brigands s'imposent de la sorte. Cela fait déjà huit ans que le Seigneur Cerf a assassiné aux yeux de tous Paul et Elena. Toutefois, bien que ce jour là il fut à l'écurie, un sentiment diffus de culpabilité continue de l'habiter depuis lors.

Aspiration :
« Depuis la mort de ma mère, j'ai renoncé à parcourir le monde à la recherche du père que je n'ai jamais eu. »

Religion :
Fort de l’adhésion aux valeurs éducatives que ma mère m’a transmise, mon quotidien est rythmé par de petites prières :
Le matin, je prie Gozreh pour que mes chevaux se portent bien ainsi qu'Erastil pour qu'il protège notre communauté du Champ d'Orties et qu'II lui permette de prospérer.
Le soir, je prie Cayden Cailean à la Taverne. Parfois, pris de boisson, je prie secrètement Iori pour avoir un jour la connaissance de mon histoire et de mes origines paternelles.
La nuit, je prie Desna pour les rêves qu'elle m'offrira.


Apparence :
Approchant la trentaine, cheveux roux et courts, Kathal se déplace toujours à cheval et sent toujours l'écurie... Malgré son age, on continue à le prendre pour le gamin qu’il était à parcourir le pays en tous sens. Il est vrai qu’avec sa frimousse presque imberbe, sa relative petite taille, son regard amical et ses taches de rousseurs, on peine à croire qu’il est le propriétaire de l’écurie des Deux Saules. Mais ceux qui le connaissent, savent que cela va faire bientôt plus de neufs printemps qu’il dirige l’élevage.

Proches :
« La ferme est composée de plusieurs bâtiments dont la moitié appartient à mon oncle, Muadnat. La cour est coupée en deux par une haie de végétation et les deux saules, ceux-là même qui ont donné le nom de la ferme et de l'écurie.
Chacun vit de son côté.

Teafa
Touck


Mon oncle vit avec ma tante Teafa (qui se désespère de cette situation) et ses 4 métayers (une femme et 3 hommes). Ils n'ont pas d'enfants. Agdae, le neveu de Teafa, vient de s'installer avec eux.

Archú
...


Scoth
...


Avec moi, vivent un apprenti (Menma, fils du forgeron) et un couple de palefreniers (Archú et Scoth), à l'automne de leurs vies, que j'ai toujours connu s'occupant de l'écurie.
Je considère Archú et Scoth comme les parents que je n'ai plus : ma mère décédée et ce père inconnu. »

« Je m'entends très bien avec Dubán, le forgeron de notre communauté, qui nous rend service comme maréchal-ferrant. Nous nous connaissons depuis l'enfance et je le considère comme un frère. Il m'a confié en apprentissage Menma, son fils âgé d'une douzaine d'années, qui est passionné par les chevaux. »

Dubán
Bolzar


« Paul et Elena, les parents de John, avaient pris mon parti face à mon oncle Muadnat et je leur en ai été toujours reconnaissant. J'étais revenu depuis presque deux ans quand leur terrible assassinat eut lieu. En leur souvenir, j'ai affirmé à John que la porte de l'écurie des Deux Saules lui sera toujours ouverte.
 »

Tensions :
« Mon oncle Muadnat, le frère de ma mère Suanach, qui n'a toujours pas digéré que je reprenne l'élevage de chevaux de ma mère. Nous sommes en froid ! »

Muadnat
des Deux Saules

Modifié par un utilisateur mercredi 27 mai 2020 10:55:48(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 2 utilisateur ont remercié Egfrid pour l'utilité de ce message.
Offline vaidaick  
#5 Envoyé le : lundi 27 avril 2020 15:34:05(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur
Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,002

JOHN
CA : 14 (C12, D12)
REF 17 VIG 16 VOL 16

20 / 20
En « vert » se trouve ce que John pourrait répondre si on lui posait la question, et s'il se sentait assez à l'aise avec la personne pour en parler.

En italique se trouve ce dont John ne parle jamais, avec personne, mais qui peut se savoir malgré tout.

- Position au sein du Village :

« J'ai pas de réelle position officielle au village. J'vis à l'écart, proche de la forêt, plutôt en autarcie quoi. Mais faut pas croire que j'fais rien pour la communauté : j'm'atèle à maintenir une forêt propre et en bonne santé : j'coupe les branches ou les arbres morts et malades, et j'ramène c'dont j'me sers pas au village. Y a toujours besoin de refaire une charpente, ou de nouveaux meubles, ou j'sais pas quoi... Bref, c'est utile quoi. Des fois j'trouve des plantes médicinales. J'en ramène à Ana - Ana Datel, pas Anna Vincendre hein - ça lui rend service. C'est parfois Gentri qui récupère ma cargaison. J'sais pas quoi en penser d'lui. Il s'est installé au village il y a deux ans. Il semble sympa, mais il a toujours l'air aux aguets et de vouloir fuir que'que chose. En plus il prie Desna, la déesse du voyage, alors pourquoi il reste là ? Il a p't-être vécu un truc dur, j'sais pas...

Ah pis à part ça j'pose des collets et j'chasse pour me nourrir. Quand j'choppe plus que c'dont j'ai besoin, j'le partage avec les plus nécessiteux. J'aime pas gâcher c'qu'offre la nature. »


- Origine :

« J'suis né ici. J'crois que mes parents étaient pas du coin, mais j'sais pas vraiment d'où ils étaient. Ils s'appelaient Paul et Elena. J'préfère pas parler d'eux... » Sur son visage fermé, la tristesse prend le pas un instant. « Hein ? Ouais, "s'appelaient". T'as compris, ils sont morts. Mais j'veux pas en parler j't'ai dit. »

Un silence.

« Pff... T'es pas du genre à lâcher l'affaire toi, hein ? J'avais onze ans quand c'est arrivé. J'avais pas d'autres famille, et pas envie d'une autre famille. J'vais faire court : j'ai grandi seul, et j'me suis démerdé seul. Mes parents m'avaient appris tout c'qu'y fallait pour ça. »

- Réputation :

« Si t'étais là y a huit ans, tu sais pourquoi j'vis à l'écart, et t'as pu te faire ta propre opinion. Si t'es arrivé plus récemment, alors t'as dû entendre parler de moi. Et sûrement pas en bien. "Le pauvre garçon" pour certains, "Il va nous apporter des ennuis comme ses parents" pour d'autres... Dans tous les cas, ils ont pas trop envie de me croiser, mais ils me tolèrent. Et puis tant que je rentre pas trop dans leur vie, ils me laissent tranquille. »

- Occupations :

« Quand j'peux pas sortir, j'm'occupe avec le bois que j'ai coupé, et les livres que mes parents m'ont laissé. J'me souviens des histoires qu'y m'racontaient, des êtres féeriques... j'fais des bidules en bois qui leur ressemble, j'en ai toute une collection. J'crois qu'ça m'aide à garder un lien avec mes parents, un souvenir d'eux... Bien qu'avec le temps, leur visage soit devenu de plus en plus flou... Et puis j'aime bien l'travail du bois, c'est reposant. »

« Nan, par contre j'vais pas souvent au village. Et pas pour boire ou pour jouer. Nan, j'traîne pas trop dans les lieux fréquentés. J'préfère les p'tits regroupements à deux ou trois. D'toute façon, y a pas tant de personnes qu'ça qui veulent profiter de ma présence. » John a un petit rire désabusé. « Ouais, j'facilite pas les choses non plus, j'te l'accorde. Mais j'peux pas m'voir la gueule de certains aussi, c'est plus fort que moi. C'est pour ça que quand je livre l'auberge, j'passe toujours par l'arrière cour. Trois Doigts prend la livraison, et basta. »

- Sombre secret :

Quand Paul et Elena sont arrivés dans le village il y a vingt ans, celle-ci était enceinte et attendait John. Ils n'avaient rien de fermiers, mais se sont installés un peu à l'écart du village, et avec patience se sont intégrés petit à petit à la communauté. Paul était un habitué de la nature et un bon chasseur, tandis qu'Elena, qui étaient très douée avec les chevaux, proposa son aide à l’Écurie des Deux Saules dès que John marcha suffisamment bien pour accompagner son père en forêt, vers l'âge de trois ans.

Lorsque le Seigneur-Cerf a commencé à sévir dans la région il y a une dizaine d'années, les villageois n'ont pas su comment réagir. D'abord, les raids étaient sur des villageois isolés, qui n'avaient pas d'autres choix qu'obéir. Puis, peu à peu, l'autorité du Seigneur Cerf s'est installée, de plus en plus visible. Paul et Elena ont voulu se rebeller contre le Seigneur Cerf. Combattants aguerris, ils ont convaincu une partie des villageois que c'était maintenant ou jamais qu'il fallait arrêter les agissements de ce brigand... Mais une autre partie avait peur. Se rebeller, ça voulait dire des morts et des blessés. Beaucoup craignaient trop pour leur vie et celle de leurs proches, et préféraient voir une partie de leur dur labeur volée, que leur vie écourtée. Surtout avec tout ce qu'on racontait sur lui : ce ne serait pas un humain, mais une créature terrible pour certains, un démon pour d'autres...

Il ne fallut pas longtemps pour que le Seigneur Cerf apparaisse au village en personne, accompagné d'une quinzaine d'hommes armés et paraissant bien renseignés sur la situation. Ce jour-là, personne ne fit un geste pour défendre ses parents. Dépassés par le nombre, ils furent traînés sur la place centrale, et exécutés comme exemples, devant ses yeux d'enfant à peine âgé de onze ans, chacun d'une flèche dans l’œil droit, avec une précision inhumaine. Il n'a jamais pu en obtenir la preuve, mais il est certain qu'un voire plusieurs des membres du village les ont trahis pour protéger leurs petites vies tranquilles.

Depuis, nombre des villageois évitent de le croiser, certains par honte de ne pas avoir pu sauver ses parents, d'autres par crainte qu'il leur cause à son tour un jour des ennuis.


- Aspiration :

Message secret pour Anadethio :
...


« Mes envies ? J'sais pas... J'crois que j'aimerais m'casser d'ici. J'me sens pas vraiment à ma place. Mais pour aller où ? En fait, j'me sens bien que dans la forêt, quand j'suis seul. Là, j'peux faire c'que j'veux, personne pour m'regarder, personne pour m'juger, j'suis dans mon élément. »

- Religion :

« Ma religion ? J'crois qu'j'me sens proche d'la Foi Verte. R'mercier la nature pour ses bienfaits, et la respecter, c'est ça qu'm'ont appris mes parents. Les dieux ? Bah j'sais pas trop... J'les prie pas. J'crois pas qu'y s'intéresseraient à un gars comme moi... S'ils doivent veiller sur nous, c'est pas parce qu'un bonhomme comme moi leur aura demandé, hein !? Et puis ça doit chiant d'recevoir sans arrêt des d'mandes ! "Ô Dieu fais ceci pour moi". "Ô Dieu veille sur cela". C'pas notre esclave. Si tu veux un truc, fais en sorte de l'avoir, au lieu de d'mander aux autres. Faudrait vraiment que'que chose d'exceptionnel pour qu'j'en prie un. Et si ça doit être le cas, ce s'rait pour l'remercier d'un truc, pas pour lui d'mander, tu vois ? »

- Apparence :



- Proches :

« Des proches ? J'en ai pas. J'm'entends pas trop mal avec certaines personnes, mais d'ici à parler de proches...

Félicity, la fille du bourgmestre, ouais, j'l'aime bien. Elle est humaine, et pis elle aime bien s'balader en forêt. Des fois ça m'fait une compagnie agréable. Ouais, j'sais c'que j'ai dit, que j'aimais bien être seul en forêt. Mais y a des moments où la solitude, ça pèse. Et juste une présence, sa présence, bah ça fait du bien. Elle parle pas beaucoup. Enfin si, des fois quand elle est lancée elle s'arrête pas ! Mais elle m'demande pas d'en faire autant, et surtout, elle sait quand respecter le silence. Et ça, ça n'a pas de prix.

Y a Vance Onis aussi, l'un des fils du boulanger. Il est pas très dispo, mais parfois, le soir, il arrive à trouver du temps libre. J'crois que vivre dans une famille aussi nombreuse, des fois, ça l'pèse. Il fait partie des aînés, et faut qu'il gère les plus petits. On discute souvent de tout ça. Moi qui suis seul, sans parents ni fratrie, et lui qui est à l'inverse. Il s'rend pas compte de la chance qu'il a... Mais j'crois que j'comprends son ras-l'bol. Moi j'suis libre quand j'veux. Pas lui.

Et puis Cathal, et les gens de l'Écurie des Deux Saules. Ma mère y travaillait, et Cathal, comme sa mère avant lui, l'ont toujours bien traitée. Et j'crois qu'elle les aimait bien. J'sais que quand il est r'venu au village, ma mère a soutenu Cathal pour qu'il récupère c'qui appartenait à sa mère. Le peu de temps qu'elle a travaillé pour son oncle, Muadnat, j'ai bien vu qu'elle était moins heureuse d'aller travailler. J'le connais pas trop celui-là, mais il a pas bonne réputation. Moi j'aimais bien venir voir bosser ma mère quand j'étais p'tit, et j'étais toujours bien accueilli. J'croise encore Cathal de temps en temps, c'est un brave type. Y m'dit que j'peux passer quand j'veux à l'écurie. Mais j'préfère pas... Trop de souvenirs d'elle...

J'aime bien Ana Vicendre aussi. Elle est rigolote, elle arrive à m'arracher des sourires. Et pis elle partage avec moi l'amour du bois. Du coup quand j'en ai trop, parfois j'lui en donne. Mais j'reste jamais bien longtemps avec elle. On discute un peu technique, et c'est tout. De toute façon elle passe trop de temps avec Cynor, et y m'met mal à l'aise, j'sais pas pourquoi. »


- Tensions :

« Des tensions ? Pas vraiment. J'évite la majorité des gens, et la majorité des gens m'évitent. Alors du coup y a que ceux qui veulent vraiment me parler et avec qui j'ai envie de parler qui me parlent. Forcément ça limite pas mal les tensions. Y a juste quelques connards, ceux qui croient que j'sais pas qu'y bavent dans mon dos, qui f'raient mieux de pas m'parler s'ils veulent pas recevoir mon poing dans la gueule. Mais généralement, y suffit d'un regard pour qu'y s'tiennent à l'écart, donc tout va bien. »

Modifié par un utilisateur dimanche 3 mai 2020 23:23:41(UTC)  | Raison: Non indiquée

Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
thanks 3 utilisateur ont remercié vaidaick pour l'utilité de ce message.
Offline PassingBy  
#6 Envoyé le : mardi 28 avril 2020 09:00:12(UTC)
PassingBy
Rang : Habitué
Inscrit le : 10/04/2013(UTC)
Messages : 983

Gentri San
Lunatique
JDS : 16/14/18
CA:20 Contact:13 Surpris : 17
Invocations : 5/5
Sorts N1 :2/2

16 / 16
Gentri San


- Position au sein du Village : Gentri est l'herboriste et aide de la soigneuse du coin, une certaine Ana Datel.

- Origine :
Gentri San vient de Varisie. Orphelin recueilli par le culte de Desna, on lui a vendu toute son enfance les joies de l'aventure et du voyage, et la bonne étoile qu'offrait sa déesse. Il suivit dès qu'il le put un prêtre de Desna itinérant, qui accepta de le prendre en élève. Gentri voyagea plusieurs années avec Tot Karmon, plus que tout les autres apprentis qu'il eut jusqu'à présent. Une relation de confiance et d'amour peau de vache se construisit entre eux. Le maitre consacra des heures a pester contre l'imbécilité chronique "du pire apprenti de sa vie" qui parvenait a venir à bout de ses réserves de patience pourtant proverbiale. L'élève lui profita avec insouscience de la protection du prêtre et vécu les promesses d'aventures qu'on lui avait décrit dans sa jeunesse. Il ne faisait aucun effort pour toute la théorie et l'écriture, n'arrivant pas à se concentrer suffisamment longtemps. Mais il n'était pas dépourvu de bagou, talent et d'instinct quand il le devait.
Lorsque fut l'heure de se séparer, a 30 ans, Maitre et élève retournèrent au point de départ de leur voyage, comme c'était la tradition, et Gentri choisit sa voie dans l'inquisition du culte de Desna.

Son rôle ? Poursuivre sa destinée, aider son prochain à réaliser la sienne, et sécuriser les voyages de tous, pour tous.
Il parti donc de Pointesable, par la route, comme tout bon pèlerin, et voyagea quelques temps. En chemin, il rencontra des compagnons qui devinrent ses amis. Lors d'une escorte de marchand vers le royaume d'Andor, un mystérieux personnage vint requérir l'aide de vaillant héros, pour sauver le village du coin d'un petit groupe de gobelin, promettant une récompense faramineuse par rapport à la difficulté de la tâche. Le crochet prenant une demi-journée, et après une âpre négociation avec le marchand en chef, le petit groupe d'aventurier avait prévu 3-4 heures de detour avant de retrouver la caravane.
Les choses tournèrent mal, tous périrent sauf lui, il réussi à retrouver les marchands, qui n'osèrent pas lui poser plus de questions que les réponses apportées par son état : en sueur et en sang, complètement traumatisé, les yeux fixant le vide.
Par bonheur, aucun bandit n'attaqua, et il pu arriver en Andor.
A la suite de ça, Gentri se confina un temps, et prit le temps de se soigner, avant de voyager de nouveau, car c'était la mission impérieuse de sa déesse. Il effectua un travail de docker dans les ports d'Andor, avant de repartir pour de bon avec quelques sous en poches.
Il reprit la route, mais quelque chose avait changé en lui.

Les événements l'amenant à Champs d'Ortie se passèrent deux années avant l'arrivée de la mystérieuse créature au pendentif à la choppe de bière.
Alors qu'il voyageait non loin du Brévoy conformément à son adage, "Evites tous les ennuis", sur la route principale et relativement entretenue de la région, il entendit un craquement venant du bosquet à côté de lui. Ni une, ni deux, étant seul, il couru dans la direction opposée, pour s'écarter au plus vite du danger. Malheureusement, le carreaux d'arbalète qui lui traversa l'épaule ne rata qu'à deux doigts son cœur. Saignant abondamment, il ignora sa douleur, et invoqua sa déesse pour lui permettre de mettre les voiles au plus vite. Il courut jusqu'a s'effondrer dans un buisson à quelques kilomètres de l'altercation. Il n'entendit pas de chevaux le poursuivre, il ne sentait que le sol, l'humus doux et légèrement humide sur sa peau. Sentant la fin approcher, il pria Desna, plein de regret de n'avoir jamais pu se vaincre lui même. Elle lui apparut, enfin, du moins, c'est ce qu'il crut.

Ana Datel trouva d'abord une des gouttelettes de sang sur le sol de son chemin vers son petit jardin d'herboriste. Puis elle trouva une flaque de sang, et des bottes sortant d'un buisson. Curieuse, elle fouilla pour trouver un pauvre ère agonisant au sol. Le retournant, celui-ci murmurant des paroles incompréhensibles, elle arracha sa chemise et s'activa a faire la chose qu'elle savait le plus faire : sauver des vies.


- Réputation : Gentri est vu comme une personne travailleuse, proche de son prochain, mais plutôt discrète et pas très courageuse. Il trouve les mots pour apaiser, mais ne sera jamais le premier volontaire intrépide à braver natures et dangers.

- Occupations : La danse est devenu un passe-temps favori de Gentri. Une danse martiale, avec sa lamétoile, lente et voluptueuse. Il aime aussi partir à la cueillette d'herbes médicinales, écouter le chant de la nature et du vent, et profiter de l'extérieur. Lorsqu'il pleut, il s'abrite proche d'un porche ou dans l'encadrement d'une fenêtre et pense profondément. Parfois il regarde le feu. Ou la crinière de feu d'une certaine rebouteuse.
Il aime aussi la pêche quand il en a l'occasion.

- Sombre secret :
Son premier secret est l'amour qu'il porte pour Ana. Tous le monde s'en doute, et, presque tous le monde s'étonne qu'il n'ai jamais rien tenté.
Quant a son second secret...


- Aspiration : Finir sa vie en ayant vaincu sa tourmente intérieur, et servi Desna à son humble façon, mais de tout son coeur.

- Religion : La religion est une protection, une balise de lumière dans la noirceur aux yeux de Gentri. Il sert Desna de tout son coeur. Il sympathise avec les idéaux de Iomédae, et sa lutte contre les démons.

- Apparence : Gentri est un homme d'âge mur, en bonne forme physique, sans pour autant être un tas de muscle. Les yeux marrons, le peau légèrement hâlée, il n'est pas très grand, sans être petit. Son visage n'est pas moche, et ses yeux pétillent lorsqu'il débat, cogitte sur la nature des choses et philosophe. Il a quelques ridules venues avec le temps.

- Proches : Ana Datel est à la fois un mentor et un amour qu'il n'aura jamais. Il travaille dès qu'il peut avec elle, et l'aide dans la quête perpétuelle de nouvelles plantes médicinales.
Il a un lien particulier avec Dan Carfeuille, le fils du fermier Carfeuille, qui est intéressé par les enseignements de sa Déesse. Avec l'accord du vieux fermier veuf, il est devenu une sorte l'apprenti de Gentri, lorsque le jeune homme n'est pas occupé à la ferme.

- Tensions : La bande du seigneur Cerf lorsqu'elle est de passage lui donne des sueurs froides. Maintenant résident permanent du village, habitant dans le grenier du fermier Carfeuille, il tente d'éviter à tout prix le contact avec cette bande, et se montre armé seulement de sa langue et talent diplomatique lorsque le contact est obligatoire.
Il n'est pas particulièrement détesté, bien qu'un certain Bari Touck ne l'aime pas trop : en effet, l'homme rondouillard a des vus sur la rebouteuse, et il n'aime pas que le discret Gentri traîne autour de celle-ci constamment.

Modifié par un utilisateur mercredi 29 avril 2020 08:18:03(UTC)  | Raison: Des ptites fautes


P266 - MJ
thanks 2 utilisateur ont remercié PassingBy pour l'utilité de ce message.
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

| Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2022, Yet Another Forum.NET