Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

6 Pages«<3456>
Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline Boadicee  
#81 Envoyé le : lundi 1 mars 2021 12:36:16(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745

Oyuun
CA 18 (C18, D12)
Réf+7 Vig+4 Vol+3
Ki 1/3
PK 2/3
Etat : patiente

23 / 27

L'ouverture de Khaliun fit rougir Oyuun qui se trouva bien heureuse que l'alcool ai interrrompue ce fil de pensée auquel elle n'avait pas la moindre idée de comment répondre. Elle saisit la quinte de toux pour reprendre un semblant de contenance.
« Oh! Désolée...C'est de l'alcool de riz. C'est vrai que je ne ressens pas ses effets comme la plupart des gens, donc j'ai tendance à oublier que c'est très fort, en fait. Ca va aller? »

Autour d'elles, les ténèbres s'étaient épaissies...la nuit était bien là.
« Je m'attendais à monter la garde seule, mais je suis contente que tu sois avec moi. »

Oyuun hésita, cherchant ses mots, le regard fuyant; mais elle se résolu finalement à poser la question qui l'intriguait.
« Je...voulais te demander quelque chose. Que voulait dire l'esprit quand il a dit "marquée par les dieux"? Ca a eu l'air...difficile à entendre. »
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
thanks 1 utilisateur a remercié Boadicee pour l'utilité de ce message.
Offline Hikari  
#82 Envoyé le : lundi 1 mars 2021 21:45:22(UTC)
Hikari
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 06/06/2018(UTC)
Messages : 112



Toujours les yeux dans le vague, Khaliun lapait le bout de sa langue dans le vide, entre ses lèvres entrouvertes, cherchant -vainement- à se débarrasser de l’alcool qui lui brûlait la bouche. S’il était très bon, elle n’avait clairement pas l’habitude. Il fallait dire que dans le désert, on était vite limité en termes de choix, c’était d’ailleurs l’une des choses qui la poussait à vouloir s’ouvrir aux autres cultures que la sienne.

« Oui, ça va aller, t’en fais pas.  » tenta-t-elle d’articuler.

Elle regarda passer Unmei, se demandant ce qu’il regardait. Son épaule, lui aussi ? Peut-être pouvait-il la voir, mais n’en avait jamais parlé ? Il faudra qu’elle le lui demande, lorsque l’occasion se présenterait. Mais pas pour l’heure de préférence.

«  Je suis contente d’être avec toi également.  » lâcha-t-elle avec un clin d’œil.



La mine de Khaliun s’assombrit un instant lorsqu’Oyuun lui posa la question, mais le visage de la mutabi-qi reprit rapidement de ses couleurs, un sourire crispé aux lèvres.

« Ce n’est rien de grave, ne t’inquiète pas. Ça… ça ne vous gênera pas, je te le promets.  » répondit-t-elle, comme si elle sentait le besoin de rassurer la moniale, ou de se justifier.

« J’imagine que je te dois- que je vous dois des explications… enfin, pour peu que ça intéresse cela dit… Ma magie, ces pouvoirs… Ils ne sont pas "conventionnels".  » finit-elle par répondre, regardant ses mains, tendues en avant.

« Je les ai obtenus, d’un coup, comme ça. Un jour j’étais une simple chasseuse ordinaire, et pas des meilleures, et le lendemain, il me suffisait de fortes émotions et d’agiter la main pour faire apparaitre de l’eau potable.  » affirma-t-elle en s’exécutant, montrant la véracité de ses propos.

« Ce n’est pas quelque chose de naturel… et ça ne me vient pas de ma famille, j’en suis certaine. Dès lors, les choses commencèrent à changer pour moi. Les mutabi-qi sont des gens superstitieux tu sais… Si quelque chose échappe à leur compréhension, c’est qu’un esprit ou une divinité en est la source. Et comme je n’ai jamais été la plus parfaite d’entre eux et que je me laisse facilement emporter par mes émotions… il n’en faut parfois pas plus pour être considéré comme un monstre…  »



Son regard se perdit dans le vide quelques instants, les yeux emplis d’une sorte de mélancolie.

« Enfin bref… Quelques temps plus tard, j’ai commencé à voir les esprits. Ils viennent parfois à moi… me murmurent des choses…
Comme si le fait d’avoir des pouvoirs sortis de nulle part ne suffisait pas à passer pour une anomalie, je suis à ma connaissance la seule des miens à les voir. Si d’autres le peuvent, ils ne me l’ont jamais dit en tout cas.  »


Khaliun lâcha un petit rire nerveux, moqueur.
« Autant te dire qu’en plus de passer pour un monstre, il m’arrive de passer pour une menteuse, ou pour une folle. Du coup… j’en parle pas en temps normal, c’est plus simple.  »

Elle se rendit compte qu’elle n’avait pas entièrement répondu à la question de la moniale, jetant un rapide coup d’œil à son épaule avant de revenir dans le regard d’Oyuun.

« Ah oui, pardon. Y’en a un juste là. Mais tu ne le vois pas et ne l’entend pas j’imagine… Ne t’inquiète pas, j’ai l’habitude… Oh attends, j’ai une idée !  »

Elle sortit sa plume et son encrier, ainsi que son carnet à dessins -lequel était déjà bien rempli-. Puis elle se mit à tracer les formes du supposé esprit. Lorsqu’elle dessinait, elle était totalement absorbée dans son art, un peu comme une enfant, d’une certaine manière.

  • Dessin (Artisanat) : 1d20+8 donne [7] + 8 = 15


« Voilà, il ressemble à peu près à ça. Et il s'appelle Tulaan.  » confia-t-elle, timide, montrant le croquis.

Dessin :

thanks 1 utilisateur a remercié Hikari pour l'utilité de ce message.
Offline Boadicee  
#83 Envoyé le : mercredi 3 mars 2021 17:34:50(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745

Oyuun
CA 18 (C18, D12)
Réf+7 Vig+4 Vol+3
Ki 1/3
PK 2/3
Etat : inquiète

23 / 27


Oyuun se mordit la lèvre. Elle réalisait qu'elle avait soulevé un sujet sensible, et se demandait si sa curiosité et l'envie d'en savoir plus sur Khaliun en valait la peine. La réponse de la mutabi-qi confirma ses craintes, mais il était trop tard pour revenir en arrière à présent. Silencieuse, Oyuun écouta attentivement ce que Khaliun avait à lui dire.

Lorsque les paroles de cette dernière s'éteignirent, Oyuun passa un bras autour de ses épaules. Elle évitait d'ordinaire ce genre de contact, mais l'heure n'était pas à préserver son apparence. Elle serra Khaliun contre elle. Sa voix était empreinte d'un sérieux qui ne lui était pas familier.
« Khaliun. Ce n'est pas pour nous que je m'inquiète. C'est pour toi. Crois moi, je sais parfaitement à quel point il en faut peu pour être considéré comme un monstre, même dans une cité aussi cosmopolite que Goka.

Et tu peux aussi me faire confiance quand je t'assure que je n'ai pas hérité de ce genre de superstitions. Pour l'heure, je dirais surtout que tes pouvoirs nous ont bien aidé. D'où qu'ils te viennent, ils sont un atout précieux dans le désert. Et même si ils ne sont pas naturels, ils ne te définissent pas! Ce qui te défini, c'est le fait que tu sois maintenant une chasseresse hors paire, une guide d'exception, et une amie. »


La mention des esprits, et surtout le dessin, firent briller les yeux de la moniale.
« Vraiment? Wow...je n'avais pas réalisé à quel point le monde doit être différent de ce point de vue. On m'a beaucoup parlé des esprits, mais je n'en avais jamais rencontré! Euh...il m'entend? Remercie le de veiller sur toi si ce n'est pas le cas. »

Elle hésita un instant et ajouta.
« Il y a...quelque chose dont je dois te parler. Je dois en parler à chacun d'entre vous, mais je voudrais que toi et Meï soyez au courant les premières. Je ne peux pas vraiment te le montrer maintenant, mais...je ne suis pas aussi humaine que j'en ai l'air. »

Oyuun détourna le regard, anxieuse, et peinant à croiser celui de Khaliun.

Modifié par un utilisateur mercredi 3 mars 2021 19:01:14(UTC)  | Raison: Non indiquée

Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
thanks 1 utilisateur a remercié Boadicee pour l'utilité de ce message.
Offline Hikari  
#84 Envoyé le : samedi 6 mars 2021 03:08:59(UTC)
Hikari
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 06/06/2018(UTC)
Messages : 112


Le regard volage de Khaliun se perdit un instant sur le visage d’Oyuun, et la mutabi-qi se surprit à déglutir tandis que la moniale se mordait la lèvre inférieure. Dès lors, la fille du désert commença à rougir et utilisa une technique secrète qu’elle avait l’habitude d’utiliser pour se sortir des situations gênantes : pivotage de tête, quatre-vingt-dix degrés droite, les cheveux en ombrelle de défense, mimant un soudain intérêt pour le cheval resté dans cette direction.

Mais comme toute ombrelle, cette technique avait un point faible. Elle ne pouvait pas contrer les attaques fourbes, telles que celle dont fit preuve Oyuun. Surprise, Khaliun mit un moment à réagir, se rapprochant encore un peu plus de la couleur de la pivoine. Il fallait dire aussi que si elle appréciait les contacts physiques, sous toutes leurs formes, la mutabi-qi n’avait que rarement l’occasion d’en avoir, et encore moins avec des étrangers. A vrai dire, c’était même la toute première fois, les kitsunes faisant un peu partis de la famille, du moins à ses yeux. Et les autres membres de son clan pouvaient bien avoir un avis différent, elle s’en fichait pas mal.

Cette sensation de malaise avec un gadaad pouvaient sans doute paraitre ridicule aux yeux de ces derniers, mais c’était une réaction somme toute assez courante dans un peuple vivant en vase clos, tels que l’étaient les Mutabi-qi. Et encore, c’était sans compter les diverses croyances liées aux contacts avec les non-membres de la tribu. Encore une fois, traditions stupides songeait l’oracle.

Se ressaisissant rapidement, Khaliun se para d’une autre des armes de son arsenal, qu’elle savait utiliser à bon escient, notamment pour cacher le fond de sa pensée : un petit sourire soulagé, compréhensif, compatissant.
Elle lâcha un petit rire amusé, nerveux, avant de répondre à Oyuun.

« Merci pour ces beaux compliments… ils me touchent, je t’assure. Tu es bien la première personne à me le dire, tu sais… Enfin, la seconde, en comptant ma sœur… mais c’est différent. Ne t’inquiète pas je te dis… ces pouvoirs… je… on en reparlera une autre fois, si tu veux bien. Mais ne t’inquiète pas je te dis, tout ira bien.  » répondit-elle, tentant un sourire convaincant.


Non… je ne peux pas me permettre de te parler de la Mère des Cauchemars maintenant… Je ne sais même pas s’ils me viennent vraiment d’elle, je n’en ai pas la preuve formelle, mais… si c’est le cas… je sais déjà comment ma quête se finira…
J’en ai rêvé, il était dit que l’élue de la Mère de la Lune unira les peuples du désert, se dressant contre leurs oppresseurs et confrontant la fille de la Mère des Cauchemars lors de sa dernière bataille… et je ne connais qu’une seule personne choisit par la Mère Lune… et si ma théorie est juste… qu’une seule autre liée à la Mère des Monstres…


Elle chassa rapidement cette pensée de son esprit, préférant savourer l’instant présent, comme le lui avait suggéré Mei.




Récupérant son carnet, Khaliun lâcha un autre rire, joyeux et sincère cette fois-ci.

« Oh, le monde n’est pas si différent tu sais… il y a juste quelques petites bestioles de plus dans le décor… Mais le reste est toujours le même.
Et oui, il t’entend. Je crois même que tu l’amuses bien, il t’aime bien !

Pour répondre à ta question… les mutabi-qi craignent les esprits pour la plupart, comme celui qui souhaite que je reste à l’écart de ses enfants… Ce que je peux comprendre hein, il n’y a pas de mal…
Mais les esprits dont je te parle… ils sont peu nombreux. Sept pour être exact. Un jour, si ça te tente… ou si ça tente les autres aussi, qui sait… je pourrais vous présenter un peu chacun. Mais pour l’heure, je n’ai pas eu l’impression que ça intéressait les autres. Il y en a des choses à dire pourtant tu sais ! Ce sont de vraies fripouilles ! Regarde.  »


Elle prit un objet de sa besace, son outre d’eau, et la lâcha, à l’horizontale. Plutôt que de simplement tomber à ses pieds, la gourde flotta un instant puis roula jusqu’à trois bons mètres d’elle, un évènement impossible selon les lois de la physique, et finit par s’ouvrir, se déversant dans le sol.

« Je t’assure que c’est amusant la première fois… mais quand c’est trois fois par jour, depuis plusieurs années… c’est pas la même chose.  »




Quant à la dernière proposition d’Oyuun… elle était étrange. Khaliun haussa un sourcil, dubitative.
Pas autant humaine qu’elle n’en avait l’air ? Elle dissimule donc sans doute sans ascendance… mais pourquoi la cacher ? Doku et Unmei ne cachaient pas leur ascendance fiélonne, et ils avaient même l’air d’être parmi les plus innocents du groupe... et ils étaient très bien acceptés parmi les leurs d’ailleurs. Les cas de Mei et Xian étaient un peu à part, leurs espèces étant plus qu’acceptées dans la région… mais elles n’en étaient pas "plus humaines".
Quelle ascendance cachait-elle donc ? Elle aurait bien pu être une drow, ces êtres légendaires du sous-sol, que Khaliun aurait trouvé ça exotique et même attirant, sans doute... dangereusement attirant, certes, mais attirant néanmoins. Au final… si l’humain avait quelque chose de commun, de réconfortant par sa banalité… il n’en restait pas moins ennuyant.

Khaliun se demanda comment conforter la moniale dans sa décision… puis lâcha l’un de ses petits soupirs moqueurs.

« Soit. J’attendrai le moment de ton choix Oyuun.
Mais n’oublie pas deux choses ma belle : tout d’abord, tu l’as dit toi-même : ce n’est pas ce que la nature nous impose qui nous définit. Ce sont nos choix et nos actions.

Et autre chose, et ça je veux que tu l’incrustes dans ta caboche : être humain, ce n’est pas quelque chose de positif. Tu l’as dit toi-même également : il en faut peu pour être considéré comme un monstre… mais qui est le monstre ? Celle qui ne choisit pas ses origines, ou celui qui la juge pour ce qu’elle n’est pas ?  »


Sur ses paroles, qu’elle estimait sages -Khaliun avait beaucoup d’égo-, la mutabi-qi haussa les sourcils, laissant la moniale à sa réflexion, puis son regard retourna vagabonder vers l’horizon, cette ligne inatteignable… son premier amour à vrai dire, avec lequel elle n’avait jamais pu flirter, la faute à ses fichues traditions. Une fois de plus.

Elle se souvint des paroles de Tsung, ce matin-même.
"Vous deviendrez une ambassadrice de notre peuple. Vous pourrez raconter nos histoires et les expliquer à ces gens. Ce que vous direz sur nous. Ces étrangers le prendront comme une vérité de votre part... Si vous restez intégrée dans votre groupe d'expédition vous aurez un pont vers la plupart des factions de l'expédition..."


Elle pesta, amusée. Autre soupir moqueur.

« Bah ! Il ne se passe rien ici… On reste là tous les trois, comme des glands, à surveiller le vent. Qu'est ce qu'on a à droite ? Des marais à perte de vue. Et à gauche ? Des marais à perte de vue. Et attends, là-bas, qu'est ce que c'est ? De la steppe ? Ah non, ce sont des marais, à perte de vue.

Tu devrais rentrer et apprécier leur musique, ça te fera du bien, et elles se sentiront moins seules. Elles font les fières avec leur musique, mais crois-moi, pour en faire moi-même à mes heures perdues... et sans auditoire... c'est pas ce qu'il y a de plus agréable.

Et plus sérieusement, j’aimerais que quelqu’un veille sur elles, et j'ai confiance en toi. Ces petits esprits… ça peut être dangereux ces bêtes-là. Ne va pas croire que j’essaye de te chasser… mais je me sentirais rassurée de te savoir auprès d’elles, je n’ai pas une entière confiance en ces machins. Ils ne sont pas hostiles… mais ils pourraient tous nos tuer, si c’était leur souhait. Ne les sous-estime pas. Ils ne jouent pas dans la même cour que nous.

Et emmène Unmei avec toi s’il te plaît. Il t’écoutera. Je peux me charger seule de la garde vous savez. Je vais placer quelques pièges au sol, et mon esprit et moi, nous verrons le danger arriver de loin. Je crie dès que je vois quelque chose. Vous serez là en moins de temps qu’il n’en faut pour dire baijiu ! »
affirma-t-elle, jetant un regard à la flasque d’Oyuun.

« Par contre… à charge de revanche ma grande, ne crois pas que je vais te laisser filer si facilement.  » lâcha la mutabi-qi avec un sourire provocateur, la montrant du doigt.



Fun fact : l’objet qui tombe est vraiment dû aux esprits : c’est la malédiction de Khaliun "Esprits facétieux" qui provoque cet effet.

On peut conclure le fil pour l’heure si vous voulez.

Modifié par un utilisateur samedi 6 mars 2021 03:20:48(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 2 utilisateur ont remercié Hikari pour l'utilité de ce message.
Offline Scordard  
#85 Envoyé le : samedi 6 mars 2021 22:48:56(UTC)
Scordard
Rang : Habitué
Inscrit le : 13/12/2016(UTC)
Messages : 2,093
[La discussion continuera dans le fil principal.]
Offline Scordard  
#86 Envoyé le : mardi 20 avril 2021 17:59:04(UTC)
Scordard
Rang : Habitué
Inscrit le : 13/12/2016(UTC)
Messages : 2,093
31 Arodus 4720 - Fin de matinée - Entre deux marais

En chevauchant entre deux marais vous pourriez ressentir l'envie de vous exprimer sur la journée chargée d'hier.

Le temps est particulièrement radieux et vous n'avez pas encore complètement idée de ce qui vous attends à environ 20 kilomètres de là.
Offline Boadicee  
#87 Envoyé le : mercredi 21 avril 2021 18:46:09(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745



La sécheresse et la brusquerie dans le ton d'Unmeï firent tressaillir la ru-shi. Ses traits funèbres se tordirent un instant dans un masque de douleur, mais l'impression fut fugace au point que l'on puisse douter qu'elle se soit vraiment produite. Elle ouvrit la bouche, comme pour répondre, mais se ravisa, et, l'air sombre, entrepris de seller Souffle, se préparant pour le départ.

Le début de leur chevauchée se déroula dans un silence qu'on ne pouvait que qualifier de pesant, malgré la brise qui faisait danser chevelures et crinières des chevaux. Oyuun avait naturellement pris la seconde position, juste derrière Meï qui était l'éclaireuse de leur petite expédition. Mais au bout de quelques minutes, elle prit son courage à demain et retint sa monture, guidant Souffle pour se placer aux côtés d'Unmeï. Elle se força à inspirer.
« Unmeï, il faut qu'on parle. »
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Offline vaidaick  
#88 Envoyé le : mercredi 21 avril 2021 21:39:52(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur
Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,002

Unmei Hōkā
CA : 19 (C11, D18)
REF +1 VIG +7 VOL +4

31 / 31

RAGE 10/10
BLESSINGS 3/3

La discussion avait cessé avant même de réellement avoir commencé. S'enfermant dans son silence, Unmei termina d'enfiler son armure, de préparer ses affaires, puis alla prier, comme chaque matin. Mais cette fois-ci, son esprit était ailleurs, sans cesse perturbé par des pensées parasites, et il eut bien du mal à rester concentré, l'habitude et la routine faisant la plus grande partie du travail.

Le trajet se passa dans un silence morne, alors qu'Unmei fermait la marche. Son regard se posait malgré lui fréquemment sur la chevelure et le dos d'Oyuun. Son maintien en selle, ses mimiques, ses postures étaient identiques à celles dont il avait l'habitude. Tout en elle lui rappelait celle qu'il connaissait - ou croyait connaître. Et pourtant, il avait l'impression de regarder une étrangère...

Puis elle ralentit le pas de sa monture, laissant Xian et Khaliun la doubler, jusqu'à ce que le cheval du tiefflin arrive à hauteur de la sienne.

Ah bon, il faut qu'on parle ? Pourquoi, t'as encore d'autres secrets à révéler ? furent ses première pensées, sarcastiques. Mais il prit une grande inspiration et retint son fiel. Il lui devait de la laisser parler. Il souffla doucement.

« Je t'écoute... »
Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
Offline Boadicee  
#89 Envoyé le : jeudi 22 avril 2021 20:35:41(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745



Oyuun, tendue comme une corde de violon, sembla se détendre un peu. Sa prise sur les rênes de Souffle se relâcha. Bien...la première étape était franchie, Unmeï acceptait de l'écouter.
« Je...je sais que j'aurais du t'en parler plus tôt...et je suis désolée de t'avoir cachée l'étendue de ma nature. C'est à ça que je dois le fait de ne pas réagir...normalement à la magie de guérison.

Je... »


Elle s'interrompit, cherchant ses mots.
« J'aurais voulu te le dire, mais à Goka, comment faire? Comment trouver un endroit loin des regards indiscrets? C'est ce que je me suis longtemps dis.

Mais maintenant, je réalise que c'était une excuse que j'essayais de me donner. La vérité, c'est que j'avais peur. Peur que tu ne comprennes pas et que tu...M'abandonnes. Tu l'as sans doute remarqué quand nous étions encore à Goka, mais je n'ai pas d'ami. J'ai mes soeurs, et ma mère, mais avant de vous rencontrer tous, je n'avais pas de proches.

Je...Ne voulais pas être seule. Mais au final, l'esprit m'a forcé la main. Je ne savais pas comment réagir, mais je ne voulais pas attendre plus longtemps parce que je savais que ça ne ferais qu'empirer les choses. »


Achevant sa phrase, Oyuun se tut, une hésitation dans la posture...
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Offline vaidaick  
#90 Envoyé le : vendredi 23 avril 2021 01:43:34(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur
Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,002

Unmei Hōkā
CA : 19 (C11, D18)
REF +1 VIG +7 VOL +4

31 / 31

RAGE 10/10
BLESSINGS 3/3

Unmei écouta les explications, les excuses d'Oyuun. Mais au lieu de le calmer, ses paroles ne firent qu'attiser sa colère.

« Peur... que je ne comprenne pas ? » gronda-t-il, se contenant à grand peine pour maintenir un semblant de discussion. « Moi ? Que je ne comprenne pas ? » Il se désigna du doigt, son index crochu tendu vers son visage à la peau sombre garni de crocs, au-dessus duquel pointaient ses cornes démoniaques. « Non mais regarde-moi ! Regarde-moi ! Je suis La Bête ! Tu le sais ! Tu m'as connu dans les arènes ! Crois-tu vraiment que je me soucie de ton apparence ? Des apparences ? »

Il poursuivit, ayant besoin de vider son sac. « T'ai-je déjà donné la moindre raison de ne pas me faire confiance ? » Il ne lui laissa pas le temps de répondre à la question. « C'est moi qui t'ai fait entrer dans la Compagnie du Yamaraj. Quand tu m'as expliqué ta particularité vis-à-vis des énergies positives et négatives. T'ai-je posé la moindre question ? Non. J'ai respecté ta décision de ne pas en dire plus, et je t'ai fait confiance. Et quand tu as eu besoin que je te soigne après notre combat contre les hobgobelins, qui était là, à tes côtés ? Et quand au fort nous nous sommes rendu compte que nous n'avions pas assez d'énergie négative pour te soigner, qui a insisté pour trouver une solution, pour obtenir une baguette magique ? » Il baissa la voix jusqu'à être à peine audible. « Mais, pour une raison qui m'échappe, tu n'as jamais trouvé le moment idéal pour m'accorder ta confiance... Avant aujourd'hui... »

Il désigna du menton les trois autres qui avaient pris une certaine avance, et reprit sur le ton grondant d'une bête fauve. « Mais elles, tu les connais depuis à peine deux semaines. Tu ne sais rien d'elles. Et de nous tous, c'est à elles que tu as choisi de faire confiance en premier... A elles. Pas à moi... »

Il soupira. « Désolé... Je... Je n'ai aucun droit de t'en vouloir... C'est ta vie, tes choix... Je suis juste... » Un crétin de bête blessée dans son amour propre ? Un abruti jaloux de ne pas avoir été le premier à l'apprendre ? « Juste... déçu... » laissa-t-il tomber simplement.

Modifié par un utilisateur vendredi 23 avril 2021 08:46:35(UTC)  | Raison: Non indiquée

Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
Offline Boadicee  
#91 Envoyé le : samedi 24 avril 2021 14:41:57(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745



Oyuun tressaillit sous l'impact des mots, plus qu'elle ne l'avait jamais fais sous celui des coups. L'espace d'un instant, il semblait qu'elle veuille se recroqueviller, se taire, et fuir. Un éclat dur passa dans son regard. Elle avait assez fui.
« Je ne peux qu'imaginer. Mais tu as tords. Pas sur tout, bien sûr...tu as toujours été à mes côtés depuis notre rencontre, comme je me suis efforcée d'être aux tiens. J'y ai manqué. Et pour cela, je suis désolée, même si je sais parfaitement que ces excuses ne changent pas le fait que je t'ai blessé.

Mais sur le reste...je te fais confiance. Entièrement. Je te fais confiance parce que tu m'as déjà sauvé la peau, comme j'ai sauvé la tienne. Je ne peux pas imaginer beaucoup de liens plus forts. Je ne t'en ai pas parlé en même t'en qu'au reste de notre groupe par un concours de circonstances. Xian m'a repéré lorsque nous étions au fort, je n'ai pas eu d'autre choix que de lui dire. Et je réfléchis à la bonne occasion depuis le début de notre mission...mais l'esprit m'a forcé là main. J'en ai d'abord parlé à Meï et à Khaliun parce que je ne pouvais plus supporter de porter ce masque un instant de plus.

Mais lorsque j'ai repris un peu de mon sang-froid, j'ai crains la réaction de l'esprit. Je n'ai pas osé avancer démasquée en sa présence. C'est pour ça que je me suis dévoilée ce matin. Je ne voulais rien te cacher. Pas plus longtemps.

Et tu as tords sur autre chose. Je ne connais pas Meï et Khaliun, depuis aussi longtemps que toi, c'est vrai. Mais je les connais suffisamment pour savoir que je peux compter sur elles. Que je peux avoir confiance en elles, autant qu'en toi. Qu'elles sont mes amies.
Ca vaut aussi pour Xian, d'ailleurs. »


Durant sa tirade, la ru-shi s'était échauffée, ses joues grises enflammées de la plus pâle nuance de couleur.
« Je sais que j'ai fais des erreurs. Mais je ne peux pas revenir dessus. Tout ce que je peux faire maintenant, c'est essayer de les réparer. Je me doute que tu n'en as pas la moindre envie...j'espère juste que tu me laissera la chance de le faire. »
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Offline vaidaick  
#92 Envoyé le : samedi 24 avril 2021 18:44:47(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur
Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,002

Unmei Hōkā
CA : 19 (C11, D18)
REF +1 VIG +7 VOL +4

31 / 31

RAGE 10/10
BLESSINGS 3/3

Quand Oyuun termina de parler, un long moment de silence se fit, seulement brisé par le son des sabots qui frappaient le sol. A vrai dire, Unmei n'était déjà pas à l'aise avec les relations sociales, et encore moins lorsqu'elles étaient tendues et qu'on ne pouvait pas taper sur quelqu'un ou quelque chose.

Il finit par rompre le silence. « Je... Je n'ai pas beaucoup d'amis non plus. Ni vraiment de famille d'ailleurs... » commença-t-il sur un ton gêné. « Je... Ne suis pas doué pour ça... Je veux dire... En plus de ma sale gueule qui repousse naturellement les gens... » tenta-t-il d'ironiser.

Un soupir, jetant un regard vers le trio de tête. « Je ne crois pas pouvoir en espérer autant. Tu as de la chance si tu peux les considérer comme tes amies. En tout cas, une chose est sûre, c'est que toi, je ne veux pas te perdre... »

Il redressa la tête, regardant son amie plus en détails. « Bon je vais pas te mentir, t'as pas une gueule de porte bonheur non plus. Mais au moins je me sens moins seul. » Cette fois, c'était avec un sourire franc qu'il s'adressait à elle. « Surtout avec le départ de ma sœur... » A cette évocation, il tourna la tête vers le fort, comme s'il pouvait espérer la voir d'ici. « Quelle andouille celle-là... » dit-il comme pour lui-même.

Modifié par un utilisateur samedi 24 avril 2021 18:45:39(UTC)  | Raison: Non indiquée

Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
Offline Boadicee  
#93 Envoyé le : dimanche 25 avril 2021 18:03:31(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745



Oyuun laissa flotter le silence, elle savait qu'il fallait parfois permettre aux mots de faire leur chemin. Elle ne parvint pas à retenir un sourire lorsque son ami lui répondit, et elle se pencha spontanément sur sa selle pour entourer son épaule d'un bras.
« Moi non plus, Unmeï. Moi non plus. Si tu veux toujours de moi à tes côtés, je serai ravie d'y être! »

Sa dernière remarque fit rire la ru-shi, étirant son sourire déjà démesuré. Mais malgré son allure un peu perturbante, on n'aurait pu confondre l'expression qui l'animait avec autre chose que de la joie.
« Hey, contente d'être désormais à bord de cette galère! »

La mention de la soeur d'Unmeï ramena un peu de sérieux chez Oyuun, mais elle acquiesça.
« Je ne te le fais pas dire...mais ne t'inquiète pas. Elle est capable de se défendre. »
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Offline vaidaick  
#94 Envoyé le : lundi 26 avril 2021 23:36:59(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur
Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,002

Unmei Hōkā
CA : 19 (C11, D18)
REF +1 VIG +7 VOL +4

31 / 31

RAGE 10/10
BLESSINGS 3/3

Le geste d'Oyuun fit faire un bond dans la poitrine du grand cornu, alors qu'il ne savait comment réagir à ce soudain élan d'affection auquel il n'avait jamais été habitué. « Euh... Bah... Oui ! Oui, évidemment ! » balbutia-t-il, un peu gêné.

Il se racla la gorge, et répondit la dernière remarque de son amie. « Oh, je m'inquiète pas pour elle par rapport au hobgobelin. Ce serait pour lui qu'il faudrait se faire du souci ! » ricana-t-il. Mais il reprit bien vite son sérieux. « C'est plutôt que... Moi aussi, j'ai un truc à te dire... » Il hésita un instant, cherchant comment formuler en quelques mots une chose aussi complexe. « Comme tu l'as compris dans la grande tente de commandement quand Doku l'a annoncé à voix haute, c'est ma sœur. Mon idiote de sœur jumelle. »

Il soupira. « Je me fais appeler Unmei Hōkā, mais c'est juste un nom d'emprunt. Je suis né dans une famille principalement humaine. Mon vrai nom c'est Unmei Kaoriko. C'est un nom... que je n'ai pas gagné le droit de porter. Mes origines feraient de l'ombre à la réputation de ma famille. » Il portait son regard loin devant lui, comme n'osant pas croiser celui d'Oyuun. « Doku et moi avons vécu cachés dans notre grande propriété. Puis ils m'ont envoyé vers mes 10 ans auprès d'un de leurs amis marchand itinérant, Zou Jin, après qu'on ait failli découvrir notre existence. Ils ont gardé Doku avec eux, et lui ont payé anonymement une formation de soldat. Et puis... Elle a été capturée par des hobgobelins, puis a eu son haut fait d'arme, son titre de Fléau des Hobgobelins et son poste de sergent, et ils l'ont accueillie à bras ouverts comme une des leurs. Mais moi... Moi, je ne suis qu'un mercenaire. On ne peut m'associer à leur nom. »

Il reporta son regard sur Oyuun. « Tu comprends ? M'associer à leur nom ternirait leur réputation, et Doku l'a fait devant ses supérieurs ! Si l'information remonte jusqu'à Goka, non seulement leur réputation en prendrait un coup, mais en plus je n'aurai plus jamais une chance de faire partie intégrante de cette famille... Et je ne sais pas comment ils réagiraient vis-à-vis de Doku... » Il souffla par le nez avec un petit sourire désabusé. « La seule solution... Ce serait que je gagne leur respect, une notoriété, le droit d'être lié à cette famille, avant que ça n'arrive... Mais c'est pas au fin fond de ces marais que ça arrivera... »

Il balaya des yeux le paysage avec un air désemparé puis secoua la tête. « Voilà, tu connais le secret de mes origines. Et putain, je sais pas quoi faire là... » Il était assez inhabituel de l'entendre jurer. « Elle m'a mis dans une sacrée merde... Avant, j'avais tout le temps devant moi, et tant pis si j'échouais. Mais maintenant, c'est une course contre le temps... »
Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
Offline Boadicee  
#95 Envoyé le : jeudi 29 avril 2021 20:10:42(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745



Oyuun laissa derrière elle sa joie retrouvée, écoutant, l'expression soucieuse, Unmeï. Elle n'avait pas soupçonner la profondeur des affaires de la famille Kaoriko.
« Je vois...je frissonne rien qu'à l'idée de ne pas pouvoir compter sur sa propre famille...je ne sais pas où j'en serai, sans la mienne.

Est ce que tu sais pourquoi ils ont gardé Doku avec eux, et pas toi? »


A mesure que le tiefling complétait ses explications, le regard d'Oyuun se fit de plus en plus sombre.
« Quel genre de famille prête plus d'attention à sa réputation qu'à la vie d'un de ses enfants...!!? Pardonne moi de le formuler ainsi, mais...es tu sûr qu'ils te méritent?

Cela dit, je comprends que tu sois effectivement dans la galère. Et si c'est la voie que tu veux emprunter, tu peux compter sur moi. Et oui, peut être qu'il s'agit maintenant d'une course contre le temps, mais tu n'es plus seul, maintenant! Si je peux t'aider, tu peux compter sur moi! Et je ne doute pas que je ne suis pas la seule de cette avis. »


Elle offrit un nouveau sourire à son ami, essayant de lui remonter le moral.
« Ne t'en fais pas, on ne pas traîner dans ces marécages indéfiniment. »
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Offline vaidaick  
#96 Envoyé le : mardi 4 mai 2021 00:30:47(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur
Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,002

Unmei Hōkā
CA : 19 (C11, D18)
REF +1 VIG +7 VOL +4

31 / 31

RAGE 10/10
BLESSINGS 3/3

« Non... » laissa-t-il tomber à la question concernant le fait d'avoir gardé Doku plutôt que lui, avant de se reprendre. « Enfin... Si... Je crois... Je pense que c'est parce qu'elle s'intéressait à la création de parfums, le métier de ma mère... Et puis... On est que des garçons dans la famille... C'est la seule fille... Ça a du jouer... » Il eut un petit sourire. « Et puis, il fallait surtout nous séparer... Ensemble, on faisait bien trop de conneries pour rester longtemps incognitos. C'était mieux que ce soit moi qui parte. »

Il secoua la tête. « Je n'ai pas été mal traité tu sais, bien au contraire. Ils m'ont confié à l'un de leurs amis, et j'ai appris beaucoup de choses auprès de lui, en plus de rencontrer des gens formidables, comme Lingxin, ma préceptrice. C'est elle qui m'a initié à suivre Arqueros. Et puis... Je ne t'aurais certainement pas rencontré non plus. » lui sourit-il. « Tu vois, c'est pas si mal ! »

Il n'avait sans doute jamais autant parlé de lui-même, et quelque part, ça le soulageait de pouvoir raconter ce qu'il avait vécu à une oreille attentive, mieux, à une amie. « Et toi ? Tu... » Il hésita une seconde. « Tu savais déjà tout ce qu'a dit l'Esprit, ou ta mère ne t'avait pas expliqué tes origines ? » Nouvelle hésitation. « Et... Tu comptes faire quoi maintenant ? »
Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
Offline Boadicee  
#97 Envoyé le : samedi 8 mai 2021 19:43:44(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745



Somme toute, Unmeï avait l'air d'avoir plutôt bien vécu son enfance, ce qui rassura beaucoup Oyuun. Même si sa famille avait tout de même des choses à se reprocher dans cette histoire, peut être qu'elle s'inquiétait trop. Et puis, le dernier point soulevé par le tiefling était on ne pouvait plus vrai.
« Très juste! Tu m'aurais manqué, et en plus je ne serai pas ici! Je leur dois une fière chandelle, quelque part... »

Le retour sur son passé projeta de nouveau une expression sombre sur son visage.
« Hum...non, elle ne m'avait rien dit. Et même si j'aimerai lui en vouloir, je peux comprendre qu'elle n'ait pas pu m'en parler. Surtout considérant les circonstances et les épreuves qu'elle a du endurer pour atteindre Goka. Elle ne m'empêche pas de chercher des réponses, c'est déjà ça, mais j'aurais quand même quelques mots à lui dire quand je la reverrais.

Et dans l'immédiat...je suis venue à Shaguang pour en apprendre plus sur mes ancêtres, au départ. J'ai d'autres raisons qui se forment chaque jour de vouloir explorer cette contrée, mais je n'ai pas perdu cela de vue. J'ai bien l'intention de profiter de mon rôle dans l'expédition pour essayer d'en découvrir plus et pourquoi pas de localiser la terre de mes ancêtres.

Ca, et il me semble que je viens de promettre à un certain camarade mercenaire de l'aider à accomplir des faits d'armes qui lui permettrons d'être reconnu... »
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Offline vaidaick  
#98 Envoyé le : lundi 10 mai 2021 22:34:49(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur
Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,002

Unmei Hōkā
CA : 19 (C11, D18)
REF +1 VIG +7 VOL +4

31 / 31

RAGE 10/10
BLESSINGS 3/3

Unmei hochait la tête en écoutant la réponse de son amie. Ainsi, elle non plus ne s'était pas vue confié la vérité sur ses origines, ce qui leur faisait un point commun de plus. Il sourit à la dernière déclaration d'Oyuun. « Oh zut ! » fit-il, l'air faussement embêté. « Si je veux que tu puisses tenir ta promesse sans t'empêcher de mener tes projets à bien, il semblerait que je sois contraint de t'accompagner ! » Il lui décocha un grand sourire garni de crocs.

En son for intérieur, il se sentait soulagé. Toute tension était partie, même mieux, il se sentait encore plus proche d'Oyuun maintenant qu'ils avaient parlé à cœur ouvert. Il regarda vers l'avant les trois cavalières qui chevauchaient devant eux, et soupira. Ils avaient assez discuté, et il ne fallait pas oublier que l'endroit pouvait être dangereux. « Je t'accaparerais bien encore un peu, mais c'est pas très professionnel de laisser les filles sans protection. » déclara-t-il à contrecœur.
Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
Offline Scordard  
#99 Envoyé le : samedi 30 octobre 2021 08:02:01(UTC)
Scordard
Rang : Habitué
Inscrit le : 13/12/2016(UTC)
Messages : 2,093
31 Arodus 4720, Village Luwa, soir

Le repas du soir dans les appartements du docteur offrait une nouvelle occasion au groupe de discuter un peu.voire resserrer les liens..

La journée avait été moins remplie qu'hier, mais non moins surprenante et parfois éprouvante.

La découverte de plusieurs nouvelles cultures, notamment l'étonnante tribu Luwa, mais aussi encore une nouvelle faction souterraine. Les duergars venaient s'ajouter aux mystérieux hydromanciens et aux mercenaires hobgobelins anarchistes.

Le groupe avait pu partager sa découverte de l'esprit avec le docteur.

Mei et Khaliun avait chacune retrouvé une partie de leur famille, Chaque famille possédant son propre style, dirait-on.

Oyunn avait décidé d'assumer publiquement son apparence quitte à se faire mal voir. Heureusement, les gripplis étaient plus ou moins indifférent. Le prêtre de Droskar ne jugeait pas les gens sur leur apparence. Et les membres de l'expédition du Docteur L'un n'en étaient pas à leur première bizarrerie. Les choses seraient sans doute différentes à Fort Yaofang et au Lingshen. Celui qui l'avait le plus mal pris pour le moment était l'autre quota beau gosse du groupe, en la personne d'Unmei. Ce dernier semblait avoir un peu pris de travers la révélation du secret dont il avait été l'un des derniers membres du groupe informé malgré leur amitié désormais ancienne.'

Mais finalement, tout ceci n'était pas grand chose par rapport à l'odeur. Cette odeur d'oeuf pourri qu'il y avait en permanence dans l'air dans ce maudit marais de souffre. Cette odeur diminuait l'acuité des sens et pesait sur n peu sur le moral de tout le monde.
thanks 1 utilisateur a remercié Scordard pour l'utilité de ce message.
Offline Boadicee  
#100 Envoyé le : dimanche 31 octobre 2021 16:35:39(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745



Oyuun mangeait en écoutant les conversations autour d'elle, essayant d'en apprendre plus sur ses futurs compagnons de voyage et ses employeurs. A présent qu'elle le connaissait un peu mieux, le Docteur Lun paraissait excentrique, mais plus aussi distant. Il avait simplement...un autre rythme qu'elle.

Chassant de son mieux les inquiétudes concernant leur accès aux marchandises dont ils avaient besoin de son esprit, elle se félicita que son odorat soit atténué. L'odeur était difficile même pour elle. Elle n'osait imaginer ce qu'il devait en être pour ses compagnons.

En revanche, le repas n'avait pour elle aucun intérêt. Elle mangeait mécaniquement, ne prêtant pas attention au goût de cendre que la nourriture avait pour elle. Au lieu de ça, elle reporta son attention sur les autres convives.
« Dites moi, Docteur Lun...je ne peux m'empêcher de remarquer que mon apparence ne vous inquiète pas. Avez vous rencontré beaucoup de mes semblables? Je crois que le terme approprié est "ru-shi", mais je n'en suis pas certaine. »
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
6 Pages«<3456>
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

| Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2022, Yet Another Forum.NET