Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline Scordard  
#1 Envoyé le : jeudi 7 juillet 2022 23:40:18(UTC)
Scordard
Rang : Habitué
Inscrit le : 13/12/2016(UTC)
Messages : 2,093


Hell's Retribution
Acte I - Pour le bien de tous
Premier mouvement - Tomber sur un os.



« Salut tout le monde ! Bienvenue à cette célébration nocturne et illégale au sein du Palefrenier ardent ! La seule auberge de Remesiana qui ne craint pas le couvre-feu ! Toute personne qui a combattu à la bataille de Remesiana a droit à un remontant ! » lança Gelliano à l'assistance avec une voix joyeuse.

La scène était devenue habituelle. Depuis l'invasion, l'auberge du demi-elfe tieffelin le plus célèbre et le plus estimé de la cité de l'orgueil était devenu le lieu de détente, une soupape de sécurité nécessaire dans un univers de remise en cause des libertés. Le gouvernement laissait habituellement faire. Le peuple avait besoin de digérer la cuisante défaite face à la Glorieuse Reclamation, ses paladins et ses anges. Il fallait dire que le Palefrenier ardent était le principal refuge des mécontents quelle que soit la période considérée. Sous le gouvernement du Chéliax, l'auberge était un refuge pour les critiques de la maison Daelyr. Et maintenant que le gouvernement était tombé, la grande auberge était devenu un abri pour les mécontents de la grande réclamation. Quelle que fut le temps, les affaires de Gelliano "Wink" Tharbeck étaient toujours bénéficiaires.

Fondée dans un ancien relais de messagers, lequel avait été largement agrandi pour devenir le plus grand bâtiment du quartier de la Roue de Fortune, les histoires de marins racontaient qu'on pouvait y loger plusieurs centaines de personnes tellement la bâtisse semblait démesurée par rapport aux autres bâtiments du quartier. Cela dit, c'était sans doute très exagéré. En revanche, l'établissement était célèbre chez les marins comme les fermiers. Ce qui faisait que les produits du terroir comme de la mer y était d'une très grande qualité. La personnalité de l'aubergiste y était pour beaucoup. Particulièrement physionomiste, il se souvenait de chacune et chacun des clients avec qui il discutait. Charismatique et doté d'une excellente mémoire, il était toujours à même d'organiser un bon plan pour dépanner quelqu'un dans le besoin. C'était sans doute pour ça que quelqu'un comme le juge itinérant Eaque Chart était venu ce soir. Ce juge voyageait dans tout le Chéliax et avait certainement du voler sa licence à un clerc d'Asmodeus ivre dans une taverne. Mais il faisait partie de ces auxiliaires de justice qui travaillait dans l'ombre de l'Empire pour faire que les choses fonctionnent au niveau local. A la fois chasseurs de prime, notaire, écrivain public, comptable, juge et officiers d'état civil, ces corbeaux étaient un mal nécessaire. Dans la cité de l'orgueil, certains juges itinérants s'étaient fait une spécialité d'accompagner les équipages de corsaires en tant que commissaires pour veiller au respect des règles du tribunal des prises. Mais ce n'était pas le cas de celui-ci.

« ... et c'est pour cela que la Glorieuse Réclamation va contre les intérêts de la loi... » expliquait le juge d'un ton un peu morne d'un discours que vous trouvez trop long.

Il disait quoi déjà ? Qu'est-ce que c'était chiant ! Tout le contraire de Gelliano ! Impossible de se souvenir de la moindre bribe de ce que cet "orateur" vous avait raconté. Et pourtant... Vous êtes là... Une boisson la main... Vous êtes venus ce soir car vous en avez marre de cette Glorieuse Réclamation et de ces étrangers qui vous dictent votre manière de penser et des pseudos anges qui prétendent lutter "pour le bien"... Comme le nouveau discours du gouvernement... C'est peut-être l'alcool qui parle, à moins que vous n'ayez jamais fait preuve d'une grande ouverture d'esprit... Mais aussi oubliable et soporifique que ce discours vous ait semblé, il éveille un sentiment d'injustice en vous. Vous semblez avoir saisi l'idée maitresse en ayant oublié les mots qui l'enrobaient et cette idée évoque comme une sorte de sentiment de sagesse. En fait, il a raison ce type !

C'est un soir désormais ordinaire à l'auberge du Palefrenier ardent, mais ce soir vous êtes visiblement plusieurs à partager ce sentiment. Visiblement, ce Eaque Chart fait paradoxalement l'unanimité ou en tout cas il prêchait des convertis..

Modifié par un utilisateur jeudi 1 septembre 2022 15:46:39(UTC)  | Raison: Non indiquée

Annonce
Offline Scordard  
#2 Envoyé le : dimanche 24 juillet 2022 17:20:45(UTC)
Scordard
Rang : Habitué
Inscrit le : 13/12/2016(UTC)
Messages : 2,093
Disposition du RDC de la taverne.

Le hall central comprend également un étage au dessus ouvert qui permet de voir la scène. Celui-ci ne figure pas sur la BM.

Modifié par un utilisateur mardi 9 août 2022 23:56:07(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Boadicee  
#3 Envoyé le : dimanche 4 septembre 2022 14:51:37(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745



Thétys Heptane grimaça dans son verre en descendant une nouvelle gorgée du brandy bas-de-gamme qu'elle avait commandé auprès de ce cher Gelliano. Un peu d'argent en poche, elle aurait pu sans doute se permettre de viser plus haut que le bas de l'étagère, mais quoi qu'elle boive l'alcool avait toujours un arrière goût de fumée et de fer. La grimace de la gnome s'accentua en entendant le juge Chart terminer son discours. "Contre les intérêts de la loi", il avait de ces formules! Loi ou pas, la Réclamation avait les armes, armures et les hommes pour faire imposer sa volonté, et les raclures qui se prétendaient protecteurs de la cité n'avaient pas l'air enclines à les en empêcher.

Une pulsation douloureuse résonna sous le crâne de Thétys, comme une pointe enfoncée dans son oeil aveugle dont l'impact se diffuserait jusqu'à sa mâchoire, mais la rage amère noya la douleur. Elle baissa les yeux sur l'anneau qu'elle portait au doigt, le même qui masquait la lame dans son dos ou les dagues qu'elle gardait un peu partout.
Cristabel...

Chart avait raison, mais en dehors de grands discours, on ne pouvait pas dire que le juge avait grand chose à apporter. Ce n'était pas comme si Thétys avait besoin d'être convaincue...si elle avait pu redécorer les murailles de la ville avec les cadavres des paladins et des nobles en claquant des doigts, elle s'en serait usée les phalanges.

Ses macabres réflexions furent interrompues lorsqu'elle repéra un visage à la fois familier et à la compagnie tolérable. Elle bondit à bas de son tabouret, verre de brandy à demi vide à la main, et alla s'installer à proximité de Francesco Alcane.
« Bonsoir Francesco. Venu écouter les discours du juge? Ou bien il y a autre chose qui t'amène au Palefrenier Ardent? »

Modifié par un utilisateur dimanche 25 septembre 2022 19:16:55(UTC)  | Raison: Non indiquée

Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Online septimus  
#4 Envoyé le : lundi 5 septembre 2022 12:24:05(UTC)
septimus
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 26/08/2014(UTC)
Messages : 5,574

Francesco Alcane
CA : 16
Ref +5, Vig +5, Vol +9
Focus Spell 2/2
Spell: 3/3
Etat : rigide

22 / 22


Francesco était parti s'encanailler. La situation en ville était trop chaotique pour lui, et il considérait le Palefrenier Ardent comme un endroit suffisamment neutre pour y passer une soirée à tâter le pouls de la ville et de ses habitants, du moins le gras de la majorité silencieuse, celle qui n'était ni partisan d'Asmodéus et ses lubies tyranniques ni de ces bénis oui-oui de la Glorieuse Réclamation qui n'avaient que les mots de "libération" et de "liberté" à la bouche. Que des mots pieux qui n'avaient, selon lui, aucune prise sur le réel. Il avait placé Mark I, son prototype de garde-du-corps/majordome dans un coin sombre non loin, et il "chatouillait" machinalement l'assemblage métallique étrange et volant autour de sa tête. Ceux qui le connaissait savaient que ce truc volant était une création à la fois des Plans et de son esprit, une sorte d'élémentaire d'Aeon. Francesco buvait tranquillement sa bière, une de qualité, en écoutant distraitement d'une oreille le juge itinérant haranguer les foules non-éduquées de la ville. Il espérait sans doute trouver ici quelques soutiens à "l'ordre d'avant" qui devait lui être cher, à lui, mais qui n'était ni cher au cœur de la majorité, et certainement pas à celui de Francesco. Si Francesco, en bon Alcane, voulait que le pouvoir change de main, il n'appréciait pas plus que le pouvoir atterrisse dans les mains des paladins et autres suivant de Iomedae. "L'Héritière", pensa avec sarcasme Francesco. Toujours en bon Alcane, Francesco avait du mal à considérer Iomedae comme une héritière convenable pour la Foi perdue d'Aroden. Où étaient passés les dogmes sur le progrès de la société, de la technologie, de la pensée humaine supérieure à celle des autres sous-espèces ? Perdues sur le compte de l'Honneur, du Bien d'autrui, et autres inepties...
Oui, le juge avait raison, d'un point de vue légal. Mais Francesco savait que la force pouvait faire changer les lois. Après tout, ils n'étaient pas dans un univers où la Loi s'appliquait de manière parfaite : ils n'était ni dans la Cathédrale d'Abadar ni dans les tréfonds des tourments des Enfers. Ils étaient sur Golarion, aussi imparfait que l'avaient souhaité les Dieux. Alors il avait raison, mais cela ne changerait pas que la "Loi du plus fort" s'appliquait en premier lieu, qu'importe les jérémiades des légalistes... Si seulement il y avait une possibilité d'agir, pour que ce ne soit ni la Glorieuse Réclamation ni la Maison Thrune qui avait le pouvoir... Mais cela, ça restait un vœu pieu.
Perdu dans ses réflexions, il fut surpris par l'arrivée de la gnome Thétys. Il la connaissait. Elle faisait partie de la Famille. La sœur d'adoption de sa belle sœur. Francesco tiqua un moment. Il devait s'avouer qu'il n'aimait pas trop la gnome : une boule de colère comme seuls les gnomes pouvaient produire, alors que lui était calme et posé. Une sorte de chaud-froid, mais Francesco savait qu'elle était de confiance, et aussi qu'elle faisait partie de la Famille. Rien que ça le poussait à accepter la gnome telle qu'elle était.

« Oui Thétys, je suis venu voir comment le peuple réagit, et essayer de voir par où il va aller. La situation est changeante. Instable. Il y a des risques, et des opportunités, dans un sens comme dans l'autre. Il ne m'est pas aisé de voir de quel côté de la Balance les choses vont aller. Cet idiot utile de juge a certes raison, mais cela ne donne pas pour autant des armes au peuple pour se révolter, et je ne connais pas grand monde qui iraient prendre les armes et risquer sa vie pour un point de loi litigieux, même moi. N'est-ce pas ?

Néanmoins, cela ne veut pas dire qu'on ne peut rien faire, ni encore moins qu'on ne doive rien faire. Mais en ce qui me concerne, je ne vois pas trop comment attaquer ce problème. Tu as des idées Thétys ? Des idées avec de vraies chances de réussite je veux dire... »
précise Francesco qui sait combien la gnome a des idées partant dans tous les sens, le plus souvent avec une arme blanche dans la gorge de quelqu'un comme visuel, mais cela n'aiderait pas dans le cas présent.
Offline Boadicee  
#5 Envoyé le : dimanche 11 septembre 2022 16:24:59(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745




Thétys étrécit un oeil, un tic dont elle ne parvenait pas à se débarrasser depuis la bataille. Le sous-entendu dans les paroles de Francesco ne lui avait pas échappé, et elle n'appréciait pas particulièrement l'idée qu'elle soit trop impulsive pour réussir quoi que ce soit.

Si elle était honnête avec elle même, elle devait bien admettre qu'elle avait parfois tendance à se laisser emporter. Mais elle n'était pas stupide pour autant, ou incapable de concevoir un plan.
« Hum. Sur un point de loi litigieux, certainement pas. Mais si tu es là, c'est que tu as pu le sentir comme moi. La ville est en ébullition, et tôt ou tard, quelque chose va céder. Et crois moi...donne une bonne raison au peuple, et je suis sûre que les volontaires se présenteront d'eux mêmes. Y'avait bien des volontaires pour défendre ces raclures de Thrune, c'est loin d'être une bonne raison pourtant. »

La question de Francesco la pris au dépourvu, et la gnome haussa un sourcil curieux, avant de demander avec un demi-sourire.
« Mon cher Francesco, es tu en train de me demander la recette d'une révolution? »

Malgré la pointe de sarcasme dans sa réponse, la question avait touché juste, et les pensées de la gnome tournaient à toute allure.
Serait-ce si difficile...? De quoi a-t-on besoin, vraiment, pour amorcer les feux de la révolution?

Modifié par un utilisateur dimanche 25 septembre 2022 19:17:05(UTC)  | Raison: Non indiquée

Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Offline Scordard  
#6 Envoyé le : dimanche 18 septembre 2022 13:32:17(UTC)
Scordard
Rang : Habitué
Inscrit le : 13/12/2016(UTC)
Messages : 2,093
Tout autour de notre duo d'apprenti révolutionnaires les propos des gens sont plus mitigés. Ils sont globalement en colère mais aucun ne part vraiment dans le même sens. Deux hommes se prenaient à parti :

« Puisque je te dis que c'est la faute des Daelyr, si nous en sommes là ! Voilà ce qu'il en coute de confier le pouvoir à des corsaires ! Des pirates en dentelles, oui ! » s'exclamait un homme portant des habits qui ressemblaient à ceux d'un chasseur.

« La maison Daelyr a fait ce qu'elle pouvait ! Aucune armée de Remesiana n'aurait pu résister à cet attaque surprise. La ville ne fait que payer son désir de vivre hors du monde qui l'entoure. Le juge l'a dit : ailleurs au Chéliax, les nobles résistent et affrontent les forces des cieux ! L'empire nous aurait protégé ! » répondit le marin.

« Tu dis n'importe quoi ! Anges ou diables, tout ça c'est des trucs malhonnêtes... On est pas comme ça ici ! »

Un troisième larron se joignit au groupe.

« C'est un peu facile de rejeter la faute sur les Daelyr et les Dioso. Et les autres corsaires ? Et le syndicat ? On a vu les écumeurs sur le champs de bataille que quand il fallait dépouiller les cadavres ! »

« Dis pas de conneries ! Tu sais bien que les pauvres doivent accepter tous les travaux, même les plus désagréables... Personne d'autre n'aurait été ramasser le corps des pauvres jeunes gens tombés ce jour-là. »

« Tout ça pour jeter la plupart des corps retrouvés dans des fosses communes... »

« En même temps... A leur place, je ne sais pas ce que j'aurais fait d'autres... Il y en avait tellement... »

La dispute cède la place à la tristesse et le bruit des bières que l'on vide remplace celui de la discussion.

Comme pour accompagner ce nouvel élan de mélancolie et apaiser, un barde monta sur la scène. Il portait plusieurs masques accroché à la ceinture et un autre sur le visage qui lui donnait un air à la fois un peu triste et mystérieux.

Il sortit une flutte en os et commença à jouer un air plus joyeux pour redonner un peu de joie à l'assistance. C'était un air de marin qui avait été à la mode il y a une dizaine d'année intitulé "la chaussée des pierres noires". Tous ceux qui étaient à Remesiana à l'époque le connaissaient.

"Malhonnête" - expression populaire de Remesiana
Offline Boadicee  
#7 Envoyé le : dimanche 25 septembre 2022 19:35:10(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745



Thétys était plongée dans ses réflexions lorsque l'assemblée entra en effervescence, les remarques fusant de toute part. Elle fronça un sourcil et serra le poing qui ne tenait pas son verre, s'efforçant de ne pas briser de nouveau quelque chose qui appartenait au Palefrenier Ardent. Mais malgré tous ses efforts elle ne parvint pas à se maîtriser complètement, lançant au chasseur, au marrant et à leur compère.
« Daelyr, croisés ou l'empire...c'est une botte, en fin de compte! Je ne sais pas pour vous, mais j'ai pas tellement le goût de la lécher, qu'elle ait un arrière goût de sel, d'eau bénite ou de souffre! »

Elle se détourna, reprenant à l'adresse de Francesco, alors que la musique de la "Chaussée des pierres noires" résonnait dnas la salle commune, apaisant un peu ses nerfs à vif, et étouffant les échos de la bataille de Remesiana qu'elle pouvait encore entendre.
« Tout le monde est en colère...mais personne n'a de direction. Ou n'ose; peut être. »
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Online septimus  
#8 Envoyé le : mardi 27 septembre 2022 10:37:35(UTC)
septimus
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 26/08/2014(UTC)
Messages : 5,574

Francesco Alcane
CA : 16
Ref +5, Vig +5, Vol +9
Focus Spell 2/2
Spell: 3/3
Etat : rigide

22 / 22


Francesco resta de marbre à la question de Thétys.

« La recette d'une révolution ? Je ne sais pas, et je ne crois pas la connaître. La Réclamation a eu l'air de la connaître, on peut le reconnaître. Ils ont trouvé un symbole, ont su rallier le peuple et une soldatesque autour de ce symbole. Le reste, c'est de la stratégie rondement menée et des discours qui, on doit le reconnaître aussi, touche la populace oppressée par le régime des Thrunes. Bref, si on veut commencer quoique ce soit, il faudrait trouver un symbole... Ou à défaut le créer peut-être. Mais je ne sais pas comment... »

Francesco s'arrêta alors de parler dans le brouhaha du peuple mécontent pour écouter l'air entrainant du barde. La "chaussée des pierres noires". Francesco aimait cet air : ça lui rappelait ses premières années d'une liberté partielle de ses premières années d'adulte. Insouciantes, et sans but, mais qu'il regardait toujours avec un peu de mélancolie, et de regret d'avoir été si oisif. Par son ascendance, il aurait peut-être une vie plus longue que les humains de sa famille, mais cela ne devait pas être une excuse pour l'apathie...

Tiré de sa rêverie par Thétys, il acquiesça.

« Oui, tout le monde en a marre de lécher des bottes, mais même une révolution ne fera que changer le goût de la botte en question. Enfin, si c'est la mienne je ne serais pas contre, et toi non plus je pense, n'est-ce pas ? On en revient au début de notre conversation : sans plan, sans direction, il est difficile de faire un premier geste... »
Offline Boadicee  
#9 Envoyé le : jeudi 29 septembre 2022 16:38:41(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745



Thétys soupira, et termina son verre, laissant le brandy lui brûler la langue et la gorge. L'alcool n'avait jamais vraiment l'impact qu'elle espérait, mais cela ne l'empêchait pas de profiter des occasions qu'offrait le Palefrenier Ardent dès qu'elle en avait l'occasion.

Le fait que Francesco ne l'avait pas arrêté ne lui avait pas échappé, cependant, et le regard de la gnome s'aiguisa, alcool ou pas. Elle se pencha vers l'aphorite, poursuivant à voix basse.
« Je ne pensais pas qu'on serait du même avis, sur le fond. Soyons honnête, il y a tout à faire. Que ce soit contre la Réclamation ou l'Empire, nous n'avons ni le nombre, ni l'équipement, ni les moyens à notre avantage. Tout ce que nous avons c'est notre connaissance de la ville, et une cause.

Il y a énormément à faire, mais je dirais que le point de départ est: trouver un lieu sûr, et nous organiser. Savoir sur qui on peut compter pour monter quelque chose, qui sera fiable.

Ensuite...je partage ton avis. Il nous faut un symbole. Il faudra qu'on en discute plus en détail discrètement. Mais pour que qui que ce soit se rallie à ce symbole, il faudra prouver deux choses. D'une, qu'on est une meilleure option que le régime en place. De deux, que ledit régime n'est pas capable de tenir ses engagements et n'est pas aussi fort qu'il veut en donner l'impression...De toutes façons, il y aura des cibles prioritaires à neutraliser si on veut qu'une véritable révolte ait une chance. »


Elle esquissa un sourire, mais ce dernier n'atteignit pas ses yeux, le bleu cobalt tout aussi froid que le gris laiteux de son oeil blessé.
« Qu'en dis tu Francesco? Bon départ? »
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Offline MrCroque  
#10 Envoyé le : mardi 4 octobre 2022 23:16:08(UTC)
MrCroque
Rang : Nouveau
Inscrit le : 14/03/2016(UTC)
Messages : 2

Elle remettait les pieds au Palfrenier ardent pour la première fois depuis des années, et pour être honnête, elle n’aurait jamais imaginé cela en pareilles circonstances. Arrivée le matin même depuis Couronne d’Ouest en catastrophe, elle n’avait eu aucun moment de répit, le temps d’apprendre tout ce qu’elle pouvait sur les dernières semaines, les batailles, les bouleversements politiques, économiques, les héros, les morts… Ses parents, fort heureusement, étaient bien vivants et c’était l’essentiel. Enfin, la priorité, car il y avait bien d’autres victimes à dénombrer, dont Silventus Alcane. La nouvelle n’avait pas été assez brutale pour lui tirer une larme, mais plutôt pour la plonger dans un profond embarras. Son avenir, celui de sa famille, et de toute la ville, étaient à présent à la fois autant de possibles que d’incertitudes et cela avait le don de la tourmenter.

Alors elle avait fini sa tournée des chaumières par le Palfrenier, passage obligé pour quiconque voulait prendre la température des classes prolétaires de Remesiana. Elle avait assisté au discours toujours percutant de Gelliano assise dans un coin, toujours couverte de sa cape de voyage dont le capuchon lui permettait de limiter les regards curieux. Percevant des bribes de conversation à la volée, elle venait d’entendre quelqu’un discuter avec Francesco Alcane. Son coeur sauta un battement : elle ne savait pas si elle devait immédiatement aller lui parler, ou bien quitter cet endroit immédiatement. Cependant, elle savait reprendre rapidement son sang froid. Sa réaction instinctive était clairement exagérée, elle ne craignait rien à lui adresser la parole. Tout le chaos engendré par la Glorieuse Réclamation ne saurait lui être imputée, cette simple idée était absurde.

Elle se leva, révéla son visage et ajusta son anneau par réflexe pour être sûre que que les regards peu attentifs ne voient que ses robes mauves sophistiquées sous une cape de bonne facture. Ses pièces de cuirasse avaient mieux fait d’échapper à l’attention des quidams. Elle finit de se frayer un chemin et se présenta devant Francesco, saluant son interlocutrice, visiblement interrompue dans leur conversation mais l’occasion ne se représenterait peut-être pas.

« Franceso, ma dame, bonsoir à tous les deux. Navré de vous interrompre mais il y a des choses dont nous aurons à discuter dès que vous serez disponible mon oncle. »

Elle s’interrompit, gênée. Le réflexe conditionné serait dur à effacer. Mais cette bourde là pouvait être rapidement oubliée

« Je comprends que les gens sont passablement agacés. A raison il me semble, mais je suis rentrée aujourd’hui en ville, j’ai besoin d’en savoir plus. Et de manger un morceau. Quand vous le pourrez, faites le moi savoir, j’apprécierais votre compagnie. »

Modifié par un utilisateur mardi 4 octobre 2022 23:38:36(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 1 utilisateur a remercié MrCroque pour l'utilité de ce message.
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

| Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2022, Yet Another Forum.NET