Retour

Les humains

La majorité des humains du val de Sombrelune sont d’origine chélaxienne mais possèdent à l’évidence du sang ulfe dans les veines. On trouve des représentants de presque toutes les ethnies humaines dans le val, généralement dans la cité cosmopolite d’Olfden.

Les nains

Les nains exercent une forte influence sur le val de Sombrelune, surtout au nord, là où les montagnes se transforment en contreforts rocheux. L’influence des nains dépasse même celle des humains pourtant omniprésents car ils régnèrent en maîtres incontestés sur le nord du val pendant des millénaires… bien plus longtemps qu’aucune autre race. Bien qu’ils ne soient plus aussi nombreux qu’au sommet de leur puissance, ils continuent néanmoins de repeupler les Cinq Rois. Lors de cet effort de repeuplement, nombre d’entre eux atterrissent sur les pentes de la Faille de Droskar et se dirigent ensuite vers le val de Sombrelune. Les nains représentent donc une part importante de la population rurale du val. Il est rare qu’ils s’installent dans les villes humaines, mais ils commercent souvent avec Olfden (pour se procurer de la nourriture et d’autres produits) et la Falaise de Piren (pour les matières premières qui se trouvent non loin).

Les elfes

La forêt d’Arthfell (qui se scinda plus tard pour former celle de Sombrelune) ne fut jamais un bastion des elfes et ils la considérèrent toujours comme la demeure des fées. Les elfes ne créèrent donc qu’une petite enclave dans cette région, qui disparut lorsque leur peuple quitta Golarion. Ce n’est qu’au cours des dernières années, quand les elfes furent de nouveau assez nombreux pour justifier la présence d’une ambassade qu’ils revinrent au val de Sombrelune. Et ce qu’ils trouvèrent les désespéra. Depuis, nombre d’aventuriers elfes viennent au val pour tenter de réunir les forêts et pour défendre la cause des fées. Bien sûr, pour la plupart des humains, ces objectifs font que les elfes sont malvenus dans la région, et même ceux qui ne sont pas au courant des « projets elfiques » doivent faire face aux préjugés et à l’hostilité des habitants.

Les gnomes

Les gnomes sont d’anciens habitants du Premier Monde et ils sont encore quelque peu liés aux fées. Ils trouvent donc que le val de Sombrelune est un endroit confortable et accueillant. Bon nombre d’entre eux appartiennent au cercle du Feu émeraude et servent joyeusement (à défaut d’efficacement) d’ambassadeurs et de messagers entre les fées et les humains. Dans les villes de Sombrelune, les gnomes font la même chose que dans tout l’Avistan : ils essayent désespérément de s’intégrer (mais échouent toujours de façon spectaculaire). Leur étrangeté raciale et leur lien dérangeant avec les fées en font des êtres dont les Sombrelunois se méfient. Ainsi, leurs tentatives d’intégration bien trop enthousiastes leur gagnent peu d’amis et de nombreux ennemis.

Les demi-elfes

Malgré la tension qui règne dans la région entre les humains et les elfes, les humains continuent de trouver que les elfes sont d’une beauté époustouflante et les elfes trouvent toujours les humains aussi intrigants. Ainsi, de temps à autre, un demi-elfe naît dans le val de Sombrelune. Deldrin Baleson, le prévôt de Nid-du-Faucon, est l'un des plus connus d’entre eux. Il arrive aussi que des demi-elfes originaires d’une autre région viennent au val, mais cette race y reste très rare.

Les demi-orques

Dans cette zone frontalière dont l’économie est basée sur l’industrie intensive, la force et la résistance des demi-orques en font des bûcherons et des gardes très appréciés. Pour cette race souvent dénigrée et haïe, le val de Sombrelune est une terre d’opportunités où le travail et un don inné pour le banditisme permettent réellement de gravir les échelons de la société. L’un des personnages les plus puissants de Nid-du-Faucon est un demi-orque qui en emploie plusieurs autres comme videurs et hommes demains (tout le monde sait, même les demi-orques, que Kabran OEil-sanglantne fait pas cela par loyauté enverss a race, mais uniquement parce que les demi-orques font d’excellents videurs et de bons hommes de main).