Table des Matières [Cacher/Visualiser]


      La prophétie
      La quête du ciel
      Les citadelles célestes
      Les Cinq Rois
      L'ère sauvage
      Khadon le Puissant
      La Déchirure
      La théocratie du régicide
      L'exode

La prophétie

Grande est la mémoire des nains ; pourtant, une grande partie de leur histoire sur leurs origines sous les montagnes a été oubliée. Torag forgea d’abord les nains dans les profonds replis de la terre en leur donnant la forme d’êtres parfaitement adaptés à leur environnement sombre et dangereux. Voués au dur labeur, ils étaient satisfaits de leur sort pendant un temps. Torag était leur maître et ils s’efforçaient de gagner son approbation. Les siècles s’écoulèrent et Torag leur révéla une simple prophétie : lorsque le sol tremblerait sous leurs pieds, ils devraient regagner la surface au plus vite. Lorsque La pierre-étoile s’écrasa en -5293 AR, les nains surent que cette chute était le tremblement de terre tant attendu ; ils entamèrent alors le fastidieux voyage vers la surface.

La quête du ciel

Ils durent surmonter de nombreux dangers et de trahisons lors de ce périple qui dura trois cents ans. Nombre de nains décidèrent d’ignorer la Quête et de rester dans les profondeurs de leurs montagnes, pour finalement devenir les malfaisants duergars. Les nains engagés dans la Quête se chamaillèrent, élaborèrent des plans pour remplir leurs propres objectifs et reprirent finalement le contrôle de leur civilisation.

Alors qu’ils s’approchaient chaque jour un peu plus de la surface, ils repoussèrent leurs dangereux ennemis, les orques, devant eux. Malheureusement, les frictions internes prirent une telle importance qu’ils durent se séparer pour former plusieurs petites factions. Pendant une vingtaine d’années, ils concentrèrent leurs efforts sur le combat mené entre eux et contre les orques, et la Quête du ciel fut alors quelque peu délaissée. Taargick, le premier grand roi nain, parvint finalement à unifier son peuple grâce à un savant mélange de diplomatie, de sagesse et de violente coercition ; suite à cela, il se couronna lui-même roi de tous les nains et fonda la nation de Tar Taargadth en -5133 AR. Les nains achevèrent la sanglante Quête du ciel en -4987 en tant que citoyens de ce puissant empire.

Les citadelles célestes

En atteignant la surface, les nains découvrirent que les orques, qu’ils avaient inlassablement combattus sous les montagnes, s’étaient multipliés. Au lieu de débarrasser le monde de ces monstres, ils avaient simplement repoussé une horde qui allait désormais déchaîner ses foudres sur les habitants de la surface.

Pour faciliter l’effort de guerre épique contre les orques, les nains bâtirent dix magnifiques Citadelles célestes. Ils profitèrent de leur incroyable expérience en matière d’ingénierie pour créer ces merveilles architecturales. Des remparts de pierre s’élevaient haut dans le ciel et pouvaient être aperçus à plusieurs kilomètres à la ronde. Ces grandes cités se développèrent dans la sécurité de leurs murs de pierre et d’acier.

Pendant presque un millier d’années, les nains firent de leurs majestueuses Citadelles célestes des bastions de civilisation au sein de ce monde nouveau et sauvage. Grâce à leur avantage tactique évident, leur population augmenta rapidement. Cependant la lutte contre les orques continuait, sauvage et implacable. En -3708, l’impensable survint et les orques parvinrent à envahir Koldukar, une Citadelle céleste qui porte actuellement le nom de forteresse de Belkzen. Lors de la bataille des Neuf Pierres, les orques firent une brèche dans les remparts de la Citadelle et expulsèrent les nains hors de Koldukar, en massacrant ceux qui étaient restés en arrière pour combattre avec courage. Sept mille ans plus tard, les orques gardent toujours fermement le contrôle de leur plus importante forteresse, rebaptisée Urgir pour en faire leur capitale non-officielle. La perte de Koldukar est une source accablante de déshonneur pour la race naine dans son ensemble et beaucoup rêvent de la reconquérir et de mettre un terme définitif à la menace que représentent les orques.

Avec le temps, le pouvoir des nains déclina de nouveau, ce qui coïncida malheureusement avec la résurgence des forces orques : leurs attaques barbares dévastèrent la civilisation naine. En 1551 AR, le gouvernement central du Tar Taargadth s’effondra et chaque Citadelle céleste fut obligée de se débrouiller seule. Celles-ci tombèrent les unes après les autres entre les mains des orques et d’autres menaces, jusqu’à ce que quatre d’entre elles seulement demeurent intactes : Fort Dongun en Alkenastre, Heaume dans les montagnes des Cinq Rois, Janderhoff en Varisie et Kravenkus dans les montagnes de Fin du Monde.

Les Cinq Rois

Une nouvelle civilisation naine se développa rapidement autour de Heaume. À l’intérieur des montagnes des Cinq Rois, cinq nations naines distinctes prospérèrent, chacune menée par un frère différent. En 1557, Gardrick Ier, le baron et maire de Heaume, fonda Gardadth. Deux ans plus tard, son frère Saggorn le Saint fonda le Royaume pieux de Saggorak.

L’année suivante, Doggon fit de même en fondant Doggadth, le Royaume impénétrable. Grak le Cadet établit son propre Royaume laborieux de Gradokan en 1561. Enfin, Taggrick Ier (également connu sous le nom de Taggun Ier) fonda son Royaume éternel de Taggoret en 1562.

Même s’ils étaient frères, chacun avait ses propres projets et ils se querellaient pratiquement sans cesse. En 1571, neuf années environ après la fondation du dernier royaume, Saggorak et Doggadth connurent la guerre civile et les trois autres en furent rapidement victimes. Malheureusement, cette guerre ne fut que la première d’une série de dix-neuf guerres civiles brutales et inutiles, qui éclatèrent au cours des sept cents années suivantes.

Les familles naines finirent par se fatiguer du carnage et reçurent une délégation venue de la Kalistocratie de Druma pour négocier ce qui allait devenir l’accord de Kerse. Ce traité mit fin aux guerres civiles et signa le début d’une paix durable pour l’ensemble des habitants des montagnes des Cinq Rois. Pour célébrer cette grande réussite, les cinq rois commanditèrent la création d’imposantes statues à leur effigie, sculptées directement sur les plus hauts sommets des montagnes. Le roi de Taggoret acheva sa sculpture en pleine montagne avant que les autres n’aient même terminé leurs plans et, malheureusement pour lui, les autres firent tout leur possible pour surpasser la grandeur de son oeuvre en créant des monuments toujours plus grandioses de leur personne. Toutefois, dans la passe de la Tour royale, le mémorial de Taggoret reste impressionnant du haut de ses 60 mètres.

L'ère sauvage

Cette paix nouvelle ne dura que cent soixante ans, interrompue par la menace de leurs anciens ennemis, les orques. En 2492, les orques envahirent une fois de plus les terres naines, en plein coeur des montagnes des Cinq Rois. Heaume fut assiégée pendant cinq ans et les orques parvinrent à franchir les murs extérieurs. Pourtant, les défenses intérieures réussirent à coincer les assaillants et le royaume de Gardadth put alors maintenir la paix. Malheureusement, cet évènement fut le dernier que cette nation dut gérer, car elle s’effondra immédiatement après, laissant Heaume seule avec aucun royaume à soutenir. Les orques envahirent Doggadth aussitôt après avoir abandonné Heaume. Pendant dix-neuf ans, les nains défendirent leur cité, mais Doggadth tomba malgré tout. Les orques ne s’arrêtèrent pas là et firent le blocus de Saggorak en 2507, tout en envahissant Grakodan qui tomba au bout de deux ans seulement. Ils mirent fin au siège réussi de Saggorak lorsque le dernier nain mourut de faim en 2519, douze ans après le début du siège. Taggoret fut le dernier royaume à tomber après une longue guerre de dix-sept ans. L’ère des montagnes des Cinq Rois arrivait donc à sa fin.

Une période de débandade, que les nains appellent l’Ère sauvage, lui succéda : pendant sept cents ans, les orques contrôlèrent la presque totalité des montagnes des Cinq Rois. Seule Heaume tenait bon en défendant les civilisations naine et humaine contre les envahisseurs orques de la région.

Khadon le Puissant

Au bout d’un certain temps, la menace orque reflua, en partie grâce à l’expansion humaine, et les nains furent une fois de plus en capacité de réclamer leurs anciens forts. En 3197, Khadon le Puissant fit son apparition dans les montagnes des Cinq Rois et entreprit de tuer les habitants orques en les repoussant lors de la bataille de la passe de Tranchebrume en 3279. Le chef orque, Tarkdok aux Nombreuses lances, fut pourchassé et sa dépouille exhibée dans les montagnes pour dissuader toute nouvelle attaque orque. Khadon fonda l’empire de Tar Khadurrm en 3279.

Trente-trois ans plus tard, Jernashall fut fondée et, même si Heaume restait la capitale du nouvel empire, Jernashall devint sa principale cité. En réalité, Jernashall prit tant d’importance que les nations du Chéliax et de l’Isger approchèrent le Tar Khadurrm pour obtenir de l’aide afin de construire une vaste ville à la surface, près de Jernashall. Cette nouvelle cité, baptisée Raséri Kanton, fut fondée en 3451 et devint rapidement un centre commercial vital entre le Tar Khadurrm, le Chéliax et l’Isger. La même année, le roi Khadon décéda après avoir atteint un âge extrêmement avancé et son fils Sidrik fut couronné roi du Tar Khadurrm.

La Déchirure

Quelques dizaines d’années plus tard, la métropole affairée de Jernashall, dont l’importance se développa grâce à sa citésoeur de Raséri Kanton, fut désignée capitale du royaume et devint le centre de la vie naine dans les montagnes des Cinq Rois. Pendant cinq cents ans, le Tar Khadurrm et ses cités prospérèrent. Au début des années 3900, les premières rumeurs d’une éruption volcanique imminente dans la Faille de Droskar atteignirent Jernashall, mais l’orgueil démesuré des nains les poussa à ignorer ces avertissements. Imperturbables, ils s’attendaient à ce que leurs talents en ingénierie les sauvent de toute perturbation d’origine volcanique. Ils étaient certains que les talents de leurs ancêtres allaient les sauver.

En 3980, la faille de Droskar entra en éruption et Jernashall trembla sur ses fondations, mais tint bon. Cependant les nains crurent à tort que le fort s’en était sorti complètement indemne. Le jour suivant, une nouvelle éruption éclata et, au grand désespoir des habitants de Jernashall, ils remarquèrent que le premier séisme avait endommagé les fondations de leur cité. La grande chute de magma située au centre de celle-ci cracha des flots de lave qui provoquèrent, en quelques instants seulement, la mort de tous ses habitants. Pour Raséri Kanton, la situation était tout aussi inquiétante. La cité entière fut ensevelie et seuls quelques bâtiments situés dans les hauteurs restèrent debout. La presque totalité des habitants des cités jumelles de Jernashall et Raséri Kanton périrent dans la Déchirure de la faille de Droskar. En réponse à cet événement, le roi Sidrik III décida que Heaume redevenait la capitale de la nation et abandonna les cités sous la Faille qui, au fil du temps, furent envahies par des monstres.

La théocratie du régicide

Le déclin du Tar Khadurrm trouve ses origines dans la Déchirure. Celle-ci détruisit l’âme de l’empire nain et ses citoyens se laissèrent peu à peu aller à l’apathie et à la paresse, tout en oubliant leurs coutumes et ce que signifiait le fait d’être le peuple élu de Torag. Pendant cinq siècles, les nains des montagnes des Cinq Rois menèrent leur vie sans jamais véritablement reprendre le dessus. Le roi Talhirk l’Industrieux chercha à réinsuffler l’esprit et l’éthique du genre nain à son peuple. À sa mort, ceux-ci se divisèrent à nouveau et chacun tenta de s’emparer du pouvoir pour son bénéfice et celui de sa famille. Garbold, le fils de Talhirk, fut couronné après maints conflits internes et négociations passionnées.

Malheureusement, une nouvelle trahison vit le jour : Ordrik, le cousin de Garbold (son plus proche conseiller, mais également prêtre de Droskar, le sombre dieu du labeur), était le compagnon assidu du roi. Il gardait une influence constante sur Garbold grâce à l’utilisation de drogues, et il l’obligea à céder de plus en plus de son pouvoir aux prêtres de Droskar. Ordrik assassina son cousin et s’empara du trône en 4369.

Il tenta alors de créer une théocratie entièrement tournée vers l’adoration de Droskar. Les guerres de la Forge firent rage pendant treize ans, période pendant laquelle les généraux loyaux envers la couronne combattirent pour conserver leur royaume. Ils échouèrent et, en 4382, Ordrik se désigna lui-même théocrate et déclara que tous les nains devaient maintenant travailler au nom de Droskar. C’est à cette période que débuta la seconde ère de dur labeur des nains. Pendant presque cent ans, les habitants des montagnes des Cinq Rois travaillèrent dans le simple but de travailler. Ils perdirent bientôt tout sens de l’art et de la beauté et la qualité de leurs créations déclina peu à peu. C’est à cette période qu’ils tombèrent au plus bas en matière d’artisanat. Ils se hâtèrent pour bâtir temples, chapelles, forges, cathédrales, tours et ateliers en l’honneur de Droskar, mais oublièrent l’objectif de leurs efforts. Finalement, leur médiocrité se détériora encore davantage et leurs bâtiments commencèrent à s’effondrer parfois même avant leur achèvement.

L'exode

Nombre de nains réalisèrent alors qu’ils ne pourraient continuer à vivre dans des maisons sous la montagne aussi piètrement construites et entretenues. Ils commencèrent à fuir vers les autres royaumes nains dans les montagnes des Cinq Rois, mais aussi vers la Druma et les monts de l’Esprit. Beaucoup de fidèles loyaux à Droskar s’offensèrent de cette défection et tentèrent de forcer les familles et les voisins à rester dans la Faille de Droskar. Finalement, les prêtres ne purent garder la mainmise sur leurs frères et la théocratie d’Ordrik s’écroula en 4466, avec des bâtiments entiers emmurés ou complètement abandonnés. La plupart de ceux-ci sont maintenant utilisés comme tanières par des humanoïdes ou d’autres types de monstres, mais certains groupes (particulièrement les Éclaireurs) pensent que de fabuleux trésors peuvent encore être découverts dans ces cités oubliées, sur les crânes et les doigts squelettiques des princes, marchands et prêtres nains morts depuis longtemps.

Pendant les deux cent cinquante années qui suivirent la chute du royaume de Droskar, que les nains appelèrent l’ère Effondrée, aucun ne réussit à rassembler son peuple dans leurs anciens domaines. Les quatre Citadelles célestes restantes sont de robustes métropoles, mais rien de plus que des cités-états ; les « royaumes » des montagnes des Cinq Rois n’en ont actuellement que le nom. Beaucoup de nains rêvent de réunifier leur empire fracturé, mais pour l’instant aucun n’a eu les capacités, le prestige ou la volonté nécessaires pour passer à l’acte.