Retour

Il n’y a pas de lunettes astronomiques (elles n’existent pas encore), le bâtiment est assez ancien. Les murs sont couverts de calculs, les symboles des mondes sont sur des tentures. Il y a un miroir d’eau rectangulaire au centre, avec du sable fin autour. Une femme ratisse le sable, l’abbé va lui parler et nous laisse visiter. L’abbé fait partie de l’ordre astrologique Kyrionite. Des fils semblent faire des liens entre certaines sphères sur les tentures :

• entre la sphère des anges et le plan matériel par un fil d’or

• entre la sphère d’eau et le plan matériel et le plan des ombres

• entre le plan des dragons et le plan de l’air et le plan éthéré

• un fil d’or part du plan du feu et entoure tous les autres

• il y a des fils teints avec du sang de dragon (un colorant qui coûte très cher, utilisé pour représenter les ennemis)

Cette tenture a été ramenée par sainte Jeanne, elle a une faible aura d’illusion. Elle l’aurait acheté à un marchand oriental, lors d’une vente à la cour de Phillipe 2 Longuépée. Elle viendrait de Novgorod. L’illusion a tenu devant la flamme de Kyrion, l’abbé pense que cela vient de l’apôtre déchu Enoch.

Des anges sont partis lutter contre le dragon selon la volonté de l’Unique, et ont été enfermés avec lui. L’apôtre Desmetor serait dans ce plan, dans un combat sans fin.

Il y a également une autre tenture, représentant une vision géocentrique du système solaire.

L’abbé nous dit que les mages hermétiques utilisent des figures géométriques, des dessins pour canaliser leurs puissances. Il nous parle du Grand Horloger, un principe hérétique des méridionaux (les archoniens). Il connaît un peu les archoniens car ils sont très bons astrologues. Il ne sait pas pourquoi les tablettes de la loi sont liées au plan du feu.

Les deux ennemis principaux :

• le Dieu Poisson qui dévore les corps

• le Dragon Rêveur qui dévore les âmes et vole dans les rêve en poussant au mal

Les deux ennemis seigneurs démons : mal, chaos, désordre.

Les 4 grands maux : peste, guerre, famine, mort.

Les traîtres : il y en a deux sortes

• les anges noirs : les archons qui n’ont pas suivi l’Unique lors de la création des tablettes de la loi (ou même avant), ils sont représentés beaux et lumineux mais pourchassant l’Unique. Ils n’ont pas supporté la participation de toutes les forces de la loi, et des 14 apôtres (dont les 7 déchus). Ils ont été chassés de l'Elysium.

• Ceux qui ont trahis en prenant du pouvoir au moment de la création des tablettes de la loi, ils ont été bannis, ils se font la guerre, ils ont amassé des esclaves. On les appelle souvent les diables.

Les menaces ne sont pas vraiment des ennemis, et du coup sont plus une quantité neutre qu’une réelle opposition.

• Les anges des forêts narguent en permanence les tablettes de la loi en restant sur le plan matériel

• les anciens dieux

• Les archons morts sont à mi-chemin entre le monde des anges et le monde matériel.

• L’imposteur : facétieux, menteur, surtout connu des méridionaux

Pendant ce temps, Soeur Béonia parle avec la vieille femme qui lui demande son anniversaire. D’après les calculs partant de la naissance de notre sœur, un notable d’un grand âge a dû arriver en ville avec nous. Elle le demande, et finit par demander à quel ordre nous appartenons. Soeur Béonia refuse de répondre car donner le nom de notre ordre est un interdit. « Une vérité qui cache un mystère », dit la vieille femme, et elle consulte les astres.

Pendant une prière, cette même vieille femme vient nous voir en demandant à Prudence et Lumina si elles ont du sang d’ange. Elle nous amène dans un laboratoire d’alchimie, dans lequel il n’y a que des femmes en blanc. Elle demande des cheveux de Soeur Prudence, qu’elle met dans une écuelle en bois pour fabriquer une potion d’augure. Elle pense que le présage concerne Soeur Prudence, et non un notable. Soeur Prudence lui dit qu’elle comprend l’alchimie, et que son sang blesse les créatures mortes-vivantes. La vielle prend un peu de son sang puis. soigne Prudence, elle demande aussi à Soeur Lumina de jeter son rayon sur la fiole. Elle les garde toute la nuit pour préparer des potions. Elle donne à Prudence des composantes et de quoi faire des potions, car elle pourrait en avoir besoin dans l’avenir. Une dizaine de prêtres, et même le prieur et l’avoué de venir, pour que toutes les prières de Laudes soient récitées d’une certaine manière dans toute la ville, avec de nombreuses mortifications physiques. Nous sommes prises d’extase, nous avons l’impression de naviguer dans le brouillard et d’apercevoir certaines choses de temps en temps, par exemple :

• le village des bûcherons vide avec les sylvestres qui reprennent les lieux

• la hutte de la vieille Berthe vide

• le village de l’embouchure qui se reconstruit doucement avec les mères du cercle des épées qui y bivouaquent et sanctifient une statue du Dieu Poisson

• Le village où on a vécu, ou la peur fait des dégâts

• On est croquées par une mâchoire de dragon → on quitte la vision

À ce moment-là, la vieille femme (une mère) a une vision des hordes inhumaines, le sang noir dont des ogres mages, qui déferle des montagnes. Mais on ne sait pas de quelles montagnes. Des messages sont immédiatement envoyés à Grygor de Gloucister et Sainte Hildegarde. Ils attaquent ce soir. Cette vision viendrait de l’apôtre Uriel. À la fin de cette prière, presque tout le monde est épuisé et rejoint sa cellule.