Retour

Karl : chef des pêcheurs Téodruk : fabricant de piège, et ses 2 fils Manfred : riche artisane du village qui fait les barques et vend le bois de construction, et son fils Un ancien avec ses deux filles Le bourgmestre avec sa fille Bertilde On est au village de la Pêche aux Marais

Les six sœurs arrivent dans la réunion, sur les roulements de tambours de Mélodie : les conversations s’arrêtent. Lumina annonce qu’elle peut accorder la bénédiction la bénédiction de la déesse à des artisans : ça intéresse Téodruk et Manfred, elle va voir Téodruk car elle pense reconnaître en ses fils les fabricants de papyrus du village. Béonia va discuter du piège avec Karl et rejoint donc Lumina, avec Aliénor. Mélodie va parler au Bourgmestre et choure le livre de compte pour l’amener vers le bourgmestre, suivie de Livia.

Discussion sur le piège Trop petit, ils le prévoient pour un poisson de max 2m. On leur annonce qu’il faut plutôt compter sur 15 coudées (5 m). Aliénor sort la perche brisée par le monstre, les jumeaux fils de Téodruk l’examinent. D’après les jumeaux et Lumina, préparer un piège pour immobiliser la bête va être compliqué vu qu’il faut un système de déclencheur efficace sous l’eau. Attirer la bête va être simple : elle doit commencer à avoir faim.

Le bourgmestre et Manfred discutent des dettes, et Manfred se plaint que le monastère n’ai pas envoyé les bonnes personnes. Il est contre le piège car ça va consommer trop de ressources. Manfred parle de sœurs qui peuvent vaincre la bête sans vaincre la bête.

Prudence parle avec une famille de trois personnes, dont la vieille Gasvinte, des potiers et des tisserands. Ils ne savent pas trop quoi faire. Ils descendent du fondateur du village. Ils pensent que les pièges ne marcheront pas et qu’il faut plutôt déplacer les victuailles et les enfants.

Manfred élève la voie et toutes les sœurs se joignent à la conversation pour trouver un piège qui puisse bloquer la bête, sauf Lumina qui discute avec les fils Téodruk. La conversation s’apèse et s’organise : la vieille Gasvinte rejoint la conversation. Manfred parle d’aller chercher de quoi faire des épieux et de faire bloc autour de la commune les autres lui lance un regard du genre « tout te fous de nous ? ». Gasynte parle de la vieille Berthe qui allait bien cet après-midi. Par contre apparement, ses fils sont attardés. Toutes les sœurs la visitent quand elle vient. On parle du piège : un collier avec un appât pour immobiliser la bête. Aliénor détecte son alignement : loyal légèrement mauvais.

Mélodie démarre une musique comme prélude à la messe où Lumina va bénir les fils Téodruk pur leur piège, Prudence pour son alchimie pour empoisonner la bête, Manfred qui va faire un harpon, un tailleur de bois et elle-même en réserve. A la fin de la messe, les 4 villageois bénis fendent la foule. Ils se sentent vraiment investis de la grâce de Dieu, surtout Manfred qui semble très pieux. Il a l’air de nous faire confiance maintenant. Son alignement de surface a changé : il a l’air relativement bon.

Lumina parle papyrus avec les fils Téodruk, qui le font avec des jonc très jeunes.

On se lève à l’aube, Manfred est sur le départ avec ses ouvriers et son fils, qui est débraillé. Karl et Fred Sept Doigts sont là. Aliénor commence l’entraînement de Kram. Livia va voir la famille de Malo. Prudence reste au dispensaire où les sœurs ont dormi. Béoni va avec Manfre, Lumina avec les artisans

Béonia : Manfred est très dur avec son fils qui doit reprendre les affaires à sa mort. Le fils Manfred est sûr de faire don bon boulot et fait de la merde.

Les fils Téodruk n’ont pas dormi de la nuit pour faire le piège (ils avaient plein d’idées).

On part avec des villageois armés d’épieux pour aller tuer le monstre.