Retour

On a un message en signes forestiers qui indique aux elfes qu’on est là pour enquêter sur les bêtes sanguinaires, pourquoi elles le sont devenues, on évalue la menace et soit on l’éradique, soit on va chercher du renfort en cas de besoin.

Ordre de mission : On part avec la sœur adepte Sylvia qui nous guide et apprends aux sœurs Livia et Lumina à repérer les signes des elfes. Soeur Sylvia a les oreilles légèrement pointues. Au bout d’une semaine et demi, on arrive chez les sylvains. Nous somes fatiguées en arrivant. Les arbres sont énormes, il y a des habitations sculptées ou poussées à même de bois dans les arbres, en hauteur. Tou paraît très vieux, comme si ça appartenanit à un lointain passé. On dirait presque que le bois est devenu de la pierre. Des arbres inconnus qui ont des feuilles et des épines. Nous sommes installées dans un typie de 6m de diamètre, avec des paillasses et des poteries. Une gfosse à feu à côté. Ils apprécient qu’on ai amené un réchaud en fonte. L’adepte est montée à l’étage pour négocier un sauf-conduit pour nous, avec un fétiche elfe et sans métal sur elle.

Le camp elfe se prépare à la guerre. 3 sylvains au sol, ainsi que 3 centaures et 2 géants aux oreilles pointues, des géants des forêts typés amérindianes, beliqueux et protecteurs de la forêt. Soeurs Lumina, Livia et Prudence se dirigent vers eux. Ils sont indifférents, ils forment un groupe soudé. Leurs flèches ont plus l’aire d’avoir poussé que d’avoir été fabriquées. Soeur Lumina explique que nous sommes là pour enquêter sur les créatures sanguinaires et lutter contre elle. Un géant se lève pour nous parler, il a été récemment blessé. Il y a des blessures par acide. Soeur Livia demande d’où viennent les blessures à l’acide, ce qui le surprend. Il se renfrogne. Un ours géant émerge d’un trou et rassemble les sylvestres autour de lui. Les sœurs tournent les talons pour rejoindre le camps.

La nuit tombe sans que sœur Sylvia soit revenue. Tous les elfes sont remontés. Soeurs Aliénor et Livia vont vers les tipies au nord, en sautant pour traverser le courant. Ils parlent à un centaure qui les saluent et confirme que la pièce de viande est pour nous. Il indique que les tipies derrières lui sont à des chamanes et qu’il ne faut pas les déranger dans leur méditation. Apparement la rive nord est pour les mystiques et la rive sud est pour les guerriers. Quand Soeur Sylvia redescend, elle est épuisée et s’effondre sur sa paillaisse. Elle n’a pu parler qu’à un membre du conseil.

Au cours de la nuit, alors que l’on finit de dégraisser les armures, une créature pousse des hurlements de loup pour haranguer des troupes. Soeur Lumina sourt pour écouter : une campagne longue et difficile se pépare pour aller repousser l’ennemi au nord. La créature ours grogne pour acquiescer. Le matin, Sylvia remonte dès qu’elle est levée. Un centaure vient prévenir Soeurs Livia et Prudence que les chamanes vont venir manger avec nous à midi. Les guerriers, quand à eux, se préparent au départ. Un efle-loup semble être leur chef, il est plus grand que les autres elfes. Livia essaie se guetter la forêt autour de nous, à l’affut des indice que nous a montré Soeur Sylvia, mais elle ne se sent pas à l’aise et ne voit rien. Soeur Prudence médite sur les énergies mystiques qui baignent la forêt. Elle sent de l’hostilité venant de la forêt, mais de l’indifférence venat du camp des sylvestres. La limite entre les deux est franche. Elle a une vision de notre enfance : notre mère et trois hommes, deux qui semblent lumineux et un qui a l’air martial. Mais il est trop dur ici de faire appel à notre magie. Au réveil, sœur Béonia nous raconte la vie de la Sainte, qui au début de sa vie a été guerrière au service du premier empereur Hagen Dorf, qui a instauré le royaume de dieu (liberté de culte uniquement envers les archons, lynnien – langue morte – comme langue officielle). Au début, c’était plus « arrêter le chaos » qu’ « instaurer le royaume de dieu ».