Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

8 Pages«<678
Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline Miilesteg  
#141 Envoyé le : jeudi 14 février 2019 18:31:16(UTC)
Miilesteg
Rang : Habitué

Inscrit le : 31/05/2016(UTC)
Messages : 36
Localisation : Igny 70

Milesteg
Enfant
CA : 8

6 / 6


Miles Teg regarda le château bouche bée. Il n'avait connu que le village et là il se sentait tout petit.

«  Ca y est, c'est fini? Nous sommes enfin en sécurité?
Ou sont les autres gardes, ils sont partis délivrer les prisonniers ?
Y a peut être papa et maman avec eux....
C'est ça? »


Il regardait le mage plein d'espoir....
Offline nauron  
#142 Envoyé le : vendredi 15 février 2019 14:00:52(UTC)
nauron
Rang : Membre

Inscrit le : 28/07/2016(UTC)
Messages : 12

Koram
CA : 12

1 / 5


Koram avait marché en silence dans les cavernes,avait buté sur des reliefs rocheux, et surtout n'avait pas décoléré de la punition injuste que leur avait infligé Keanou, les enfant à ses côtés l'avaient peut-être d'ailleurs entendu murmurer, la voix cassée que ce n'était pas juste et que une fois grand il se vengerait.

Une fois la capuche enlevé, Koram, en colère, ne quitta pas le roublard des yeux. Il n'avait pas confiance en ce dernier et son abus de pouvoir avait rajouté une couche sur la détermination du jeune homme de devenir fort, plus jamais il ne serait à la merci d'individus comme celui-là.

«  Un jour tu le paieras » marmonna t-il, plus pour lui même que pour son entourage, tout en fixant vers son bourreau ses yeux emplis de colère.

Modifié par un utilisateur vendredi 15 février 2019 14:02:01(UTC)  | Raison: Non indiquée

Et sur le rêve de Kali construire leur vie
Offline nauron  
#143 Envoyé le : dimanche 17 février 2019 20:53:35(UTC)
nauron
Rang : Membre

Inscrit le : 28/07/2016(UTC)
Messages : 12

Otezea

5 / 5


Un château! en vrai! Ouah! Otezea s'imaginait déjà près d'un grand feu de cheminée, des desserts raffinés plein la bouche, en robe de soie entourée de gens polis et bien éduqués. Se souvenait-elle de comment faire une révérence? Ils étaient sauvés!
Et sur le rêve de Kali construire leur vie
Offline Djezebel  
#144 Envoyé le : dimanche 17 février 2019 21:24:55(UTC)
Djezebel
Rang : Staff


Inscrit le : 23/04/2015(UTC)
Messages : 1,725
Localisation : Haute Saone

Orloch
Brute
CA 8
Ref -2,Vig +0,Vol -1

6 / 6


Orloch regarda autour de lui, la bouche ouverte, l'oeil hagard. Il avait l'impression d'être dans une immense bassine.

Les murs étaient hauts. Il y avait des hommes. Est-ce que les gens des châteaux étaient différents de ceux de Khelgür ? Allaient-ils voir en lui autre chose qu'un monstre ? Une faible lueur d'espoir brilla dans le coeur du gros garçon pendant une seconde. Jusqu'à ce qu'un regard ne le remette à sa place de curiosité monstrueuse.

Orloch baissa la tête et patienta près de son cousin.
Offline blurpy  
#145 Envoyé le : mardi 19 février 2019 08:02:51(UTC)
blurpy
Rang : Habitué

Inscrit le : 30/08/2014(UTC)
Messages : 1,623
Localisation : charente inférieure

Wallis
Réf : 0 | Vig : -1 | Vol : 0
CA:11 | C:11 | D:10

5 / 5


Incapable de réagir, Wallis se laissa enfiler la cagoule sur sa tête et suivi, tel un animal envoyé à abattoir, les consignes du roublard. Levant les pieds plus qu'il ne fallait, glissant sur le sol pour ne pas perdre pied. Il tenta bien de compter ses pas pour pouvoir retourner vers la sortie si ils étaient attaquer par une créature, mais rapidement il perdit le fil. Les oreilles aux aguets, il entendait les pas de ses amis. les mêmes que les siens, hésitants, prudents, lents. Cela le rassurait un peu de ne pas être seul. Et puis la marche aléatoire stoppa comme elle avait commencé. Avec douceur. Ses narines reconnurent l'air libre bien avant qu'on lui retire enfin sa cagoule. La lumière du jour l'aveugla un instant, puis petit à petit les images parvinrent à son cerveau. D'abord les formes, un humanoïde proche et des bâtiments autour. Puis les couleurs. enfin l'absence de couleur. Entre le gris et le noir des pierres, le marron du sol et des poutres apparentes, il regrettait déjà sa forêt et son village. Ses yeux s'accrochèrent sur le brasero et instinctivement il s'en approcha en se frottant les mains. Peut être que les tremblements le quitteraient.

Déjà Miles posait les bonnes questions, mais à voir l'air des adultes, il se doutait fort bien que leurs parents n'étaient pas là.

Il fixa le braséro et se laissa hypnotiser par le mouvement des flammèches et les lueurs mouvantes des braises.

Il murmura
« nos parents sont morts. On les verra plus. Plus jamais. »




Humains : I168 Alchimiste 3 / BW116 Bretteur 4/ CC161 scalde 10/14
Tieffelin : V180 Investigatrice 6 /AJ197 Paladin 2
Homme rat : CO231 Pistolier 2
Elfe : W169 Tueur 4
Offline mdadd  
#146 Envoyé le : dimanche 24 février 2019 15:26:04(UTC)
mdadd
Rang : Staff

Inscrit le : 23/12/2009(UTC)
Messages : 5,290
Localisation : Charente Aquatique (17)

es enfants s’habituaient doucement à la luminosité extérieure et resserrèrent leurs frusques sur eux tellement ils furent saisis par le froid. Le silence des adultes et le regard fuyant du garde en disait long sur les questions de Milesteg. Wallis avait sans doute raison, une dure réalité qu’il faudrait accepter tôt ou tard, mais il y avait vraiment très peu d’espoirs pour les parents qui avaient éventuellement survécus du massacre de leur village. Que pouvaient faire aussi peu de soldats face à une horde de centaines de monstres appuyés par un puissant sorcier maléfique ? Si le Mage de la Tour Blanche restait pensif et silencieux, le Roublard de Port-Énigme avait déjà gravi un escalier qui l’avait mené jusqu’aux remparts et il parcourait celui-ci en jetant des coups d’œil vers l’extérieur tout en questionnant les deux soldats qui s’y trouvaient. Les enfants quant à eux regardaient avec étonnement partout cette petite forteresse, espérant cette fois qu’ils étaient au moins en sécurité et que leur course folle serait enfin terminée. Leurs yeux inquisiteurs repérèrent un autre garçon d’à peu près leur âge qui se trouvait ou cachait devant l’une des portes du rez du bâtiment fortifié. Les deux-trois marches descendantes permettaient de former un trou suffisant pour que le garçon à la tête châtain clair s’accroupisse et reste discret, mais la curiosité le faisait lever la tête de temps en temps pour regarder cet étrange groupe qui venait de surgir dans la cour.

Quelques minutes plus tard, le soldat ressortit du bâtiment par la porte de l’étage et descendit précipitamment l’escalier jusqu’à la cour avant de parcourir la distance qui séparait le bastion de la tour devant laquelle se tenaient les enfants. IL s’inclina devant le groupe et s’adressa à Taërim – « Le baron va vous recevoir, monseigneur, veuillez me suivre ! » – Et il fit un demi-tour réglementaire avant de s’éloigner de nouveau vers l’escalier du Bastion, sous le regard étonné et la bouche en « o » du garçon à demi-caché au rez. Encore quelques pas, encore quelques marches, la lourde porte renforcée et cloutée qui s’ouvre sous l’impulsion de deux soldats à l’intérieur, deux de plus pouvaient compter les enfants, et voilà le groupe qui entrait dans une grande et longue pièce au plafond haut avec de nombreuses fenêtres hautes, étroites et barrées de croisillons en fer forgé qui ne permettaient pas le passage d’une personne et qu’on pouvait obturer grâce à des panneaux en bois. Chaque fenêtre était un renfoncement dans le mur, comme une alcôve et était bordée de deux bancs de pierre permettant ainsi à deux-trois personnes de s’asseoir tout en contemplant la vue extérieure et de discuter en toute discrétion. Un épais rideau sombre aux couleurs bigarrées marron et vert feuille devait permettre de fermer l’espace et ainsi donner l’impression que la pièce ne possédait que des murs droits sans ouvertures. Quant à la pièce principale, pas moins de 4 cheminées à foyer ouvert s’inscrivaient dans les murs latéraux, deux de chaque côté, un grand tapis coloré courait en partie centrale tout le long de la pièce. Il représentait des scènes où des cavaliers chevauchaient ans une grande plaine vallonnée et herbeuse, nombre de ces cavaliers portaient des heaumes surmontés de panaches ou d’ailes, ils étaient armés d’arcs, d’épées et de lances et repoussaient des barbares en peaux de bêtes extrêmement musclés avec des armes très impressionnantes bien souvent tenues à deux mains. Le regard suivait ce long tapis jusqu’à une grande table en travers encombrées de parchemins, puis encore derrière, un dais de pierre permettait de mettre en hauteur un siège en bois mouluré et sculpté, représentatif de l’autorité. Une grande tapisserie vert-feuille descendait sur toute la largeur et la hauteur du mur derrière le trône. En son centre, un grand écu représentait un magnifique destrier noir entrain de cabrer sur fond sable, le symbole du baron. Le mur derrière le trône ne prenait pas toute la largeur de la pièce, des passages se dessinaient ensuite sur les côtés, menant à des portes rectangulaires solides et renforcées.

La pièce était chaleureuse et n’était pas vide ni de mobilier, ni de personnes. Ci et là des tables poussées sur le côté, le long des murs avec des sièges ou bancs autour, des fauteuils près des cheminées formant un arc de cercle comme pour délimiter un petit salon privé, des petits meubles adossés aux murs latéraux, vaisseliers, bancs à dossier dont l’assise servait aussi de coffre. Lorsqu’on levait enfin les yeux vers le plafond, celui-ci devait se situer à environ une quinzaine de pieds du sol. De nombreuses poutres traversaient la pièce sur sa largeur et supportaient un plancher bois tout simple. Il devait y avoir un étage là-haut mais pour l’heure, ce n’était pas le moment d’explorer le château. Des personnes se tenaient autour de la table au fond.

Capitaine
Rhidan

Il y avait un grand gaillard aux larges épaules, aux cheveux grisonnants et courts, au visage rude et carré. Il portait une armure toute en métal qui le recouvrait du cou jusqu’aux pieds, ne laissant que la tête nue à moins que ce heaume à côté soit le sien. Une épée sur le côté, une hache pendant sur l’autre, une dague en troisième arme dans son fourreau, le guerrier était impressionnant et son armure et son visage montraient les stigmates de nombreux combats aussi bien anciens que récents. Il portait aussi le même tabar que les soldats du baron.

Père
Olwyn

Il se tenait droit à côté d’un autre homme plus petit et bien portant, revêtant une grande aube orangée bordée de fourrure dorée. Quelque chose était brodé au fil d’or sur son torse. Cela représentait une magnifique femme debout les bras écartés, la main gauche, tournée vers le haut, portait une flamme, la main droite quant à elle, tenait un cimeterre flamboyant. La femme devait être un ange, ses ailes déployées remontaient au-dessus de la tête pour se rejoindre au niveau des extrémités et sa chevelure formait un grand soleil. L’homme était assez âgé, une barbe fournie blanche, une chevelure épaisse et indisciplinée, il tenait un bâton épais et plus grand que lui supportant une statuette représentant cette même femme brodée sur son torse ? Enfin un cimeterre battait son flanc.

Messire
Guillaume

Un autre homme faisait partie de ce groupe. Il était plutôt jeune, peut-être une vingtaine d’années tout au plus, grand, athlétique, il portait une armure en métal lui aussi, un plastron, des plaques sur les avant-bras et les cuisses, le reste étant couvert de maille, maille qui formait aussi une cagoule qu’il n’avait pas encore revêtue et qui pendait en capuche derrière sa tête. L’homme avait les cheveux blonds, mi- longs, des mèches un peu rebelles, un regard doux et apaisant, un symbole peint sur son plastron. Il s’agissait d’une épée dressée, pointe vers le bas, un soleil flamboyant derrière la garde. Il portait une épée à longue et large lame dans son fourreau sur le côté, un écu arborant le même symbole que sur son plastron posé à côté de lui, une masse d’arme battant son flanc de l’autre côté de son épée, une dague dans son fourreau. Un jeune guerrier au sourire avenant et au regard accueillant. Enfin une quatrième personne complétait ce comité d’accueil. Il avait un gabarit assez proche du guerrier grisonnant, grand, robuste, le visage carré, les cheveux poivre et sel, une barbe courte, le visage marqué par de récents combats mais aussi sans doute beaucoup de fatigue, le corps recouvert d’armure par-dessus laquelle il portait un tabar, des pièces ornementales sur l’armure, une large épée, un fléau d’arme, une dague, il arborait sur son tabar le symbole du baron et portait aussi un collier en or aux maillons marges qui supportait une plaque dorée sur laquelle un relief représentait la femme-ange qu’on voyait sur le vieil homme au bâton. Les yeux bleus, le visage dur, il y avait comme un air de famille entre lui et le jeune guerrier blond. Par contre l’homme semblait prendre tout l’espace autour de lui. Une fois qu’on avait croisé son regard, on avait l’impression qu’il était impossible de ne plus ressentir sa présence. C’était très intimidant. Avec de telles personnes, les choses allaient forcément s’arranger et pourtant les visages n’étaient gère souriants…

Le soldat s’approcha de la table avec les enfants et les deux aînés derrière lui. Il s’inclina devant l’homme aux cheveux poivre et sel – « Votre seigneurie… Monseigneur Taërim Le Blanc, Mage de la Tour Blanche, Maître Keanou et les enfants de Khelgür ! » – A l'énonciation de leur nom, Taërim et Keanou s’inclinèrent devant le baron, en signe de respect.

Baron
Waldemar

Ce dernier fit un signe de tête affirmatif tout en regardant ce groupe quelque peu hétéroclite devant lui puis d’une voix posée et calme répondit – « Merci Enguerrand, retournez à votre poste… » - Le soldat claqua un salut et s’en retourna à l’extérieur. Le protocole étant passé, le crépitement des flammes dans les cheminées accompagnèrent les pas résonnants du soldat vers la sortie. Le baron s’approcha des aîné et les prit tour à tour dans ses bras dans un geste de réelle fraternité et de joie – « Taërim ! Il était temps ! Keanou ! Vieille fripouille ! Comme je suis heureux que vous ayez réussi à venir jusqu’ici, le temps nous est compté et cette nuit nous devons être prêts. L’assaut de la nuit dernière a été très rude et je pense que Morggédhon prépare quelque chose de plus vicieux cette fois. La sentinelle de la Tour de l’Aigle a repéré des mouvements dans le bois au Nord du château. Il va falloir savoir ce qu’il se trame. Mais avant il y a plus urgent. » – Il se retourna vers un serviteur du château, un homme très maigre et très grand, d'une taille de plus de 6 pieds, la cinquantaine athlétique, entièrement chauve, les sourcils rasés, laissant un crâne nu, la peau tannée par l'exposition au soleil, l’homme portait une tenue assez simple mais impeccable – « Greshym ! Allez aux cuisines et demandez à Dame Fila de quoi restaurer copieusement nos visiteurs » – Puis il se tourna vers l’homme bien portant en robe sacerdotale – « Père Olwyn, à voir cet enfant sur le disque flottant, je pense que vos bons soins sont requis. » – Enfin il se tourna de nouveau vers les enfants et s’inclina devant eux – « Je suis Waldemar de Hildebras, votre baron. Voici le père Olwyn Rafenor, le chapelain du château, prêtre de Sarenraé » – fit-il en désignant l’homme bien portant et souriant qui s’approchait déjà avec enthousiasme – « L’homme aux cheveux gris est le capitaine Rhidan Tangletorn, le sénéchal du château et enfin le jeune homme que vous voyez là-bas est mon fils, messire Guillaume, il vient d’être adoubé chevalier de l’épée de Iomedae au Temple Forteresse de Magnimar. Dites-moi qui sont nos jeunes héros ici présents ? » – Taërim invita les enfants à se présenter à leur tour devant le baron., même si c'était drôlement impressionnant et intimidant...
Tu sais ce que c'est, être réduit à l'état de pulpe ?
Offline nauron  
#147 Envoyé le : dimanche 24 février 2019 20:24:09(UTC)
nauron
Rang : Membre

Inscrit le : 28/07/2016(UTC)
Messages : 12

Koram
CA : 12

1 / 5


Koram n'en croyait pas ses yeux, c'était beaucoup plus grand que le moulin, et c'était tout en pierre. A l'intérieur, il vit les hommes en armures, à la vue de leurs armures Koram sut qu'ils étaient de grands combattants, par contre le Baron était copain avec Keanou, c'était pas juste...

Quand Taërim leur fit signe de se présenter, Koram fit une révérence maladroite puis se présenta d sa voix cassée.
«  Je m'appelle Koram, mon papa c'est un bûcheron, le meilleur de Khelgür même, il s'appelle Anatol... »
Le jeune garçon marqua une pause puis reprit
«  S'appelait Anatol, il est mort comme tout les grands là-bas, mais il reste les enfants et il faut les sauver, vous devez les sauver, c'est votre devoir... »

Koram s'arrêta, le regard suppliant vers le baron.

Modifié par un utilisateur dimanche 24 février 2019 23:57:19(UTC)  | Raison: Non indiquée

Et sur le rêve de Kali construire leur vie
Offline Djezebel  
#148 Envoyé le : dimanche 24 février 2019 21:44:46(UTC)
Djezebel
Rang : Staff


Inscrit le : 23/04/2015(UTC)
Messages : 1,725
Localisation : Haute Saone

Orloch
Brute
CA 8
Ref -2,Vig +0,Vol -1

6 / 6


Orloch se tourna à droite et à gauche, cherchant des yeux les "jeunes héros" qui devaient se présenter. Son regard se posa sur le vieux magicien. Il ne pouvait pas être "jeune" même s'il devait à coup sûr être héros.
Il regarda le roublard. Lui n'était pas vieux. Mais pas jeune non plus... et il n'avait en rien l'attitude qu'il se faisait d'un héro.

Puis Koram parla. Orloch compris et acquiesça bêtement avant d'enchaîner en levant la main comme pour demander la permission de parler.

« Orloch ! Chui l'fils de maman.  » acquiesça-t-il en tentant de se présenter comme Koram.
Offline Miilesteg  
#149 Envoyé le : lundi 25 février 2019 14:35:30(UTC)
Miilesteg
Rang : Habitué

Inscrit le : 31/05/2016(UTC)
Messages : 36
Localisation : Igny 70

Milesteg
Enfant
CA : 8

6 / 6


Miles Teg était impressionné surtout par ce jeune homme en armure, il s'inclina du mieux qu'il put devant le baron.

«  Bien le bonjour monseigneur baron, je me nomme Miles Teg, le fils du forgeron.... Vous allez nous aider ? Il reste plein d'enfants la bas chez nous.... Et en traversant le camp nous avons vu plein de prisonniers, il faut les aider, ce sont nos parents ça se trouve..... »

Il finit dans un sanglot.

Offline blurpy  
#150 Envoyé le : lundi 25 février 2019 20:47:45(UTC)
blurpy
Rang : Habitué

Inscrit le : 30/08/2014(UTC)
Messages : 1,623
Localisation : charente inférieure

Wallis
Réf : 0 | Vig : -1 | Vol : 0
CA:11 | C:11 | D:10

5 / 5


Ainsi il y avait d'autres enfants dans le château. En tout cas au moins un. Il semblait curieux et se cachait mal. Il n'aurait pas vécu plus de 10 secondes dans le camp des gobelins

Wallis se demandait qui il pouvait bien être. Son attention fut totalement prise par celui qui montrait sa tête puis la rabaissait dès qu'il s'apercevait que Wallis le regardait. Il avait envie d'aller le voir mais il ne savait pas s'il avait le droit. Le garde l'aurait-il seulement le laisser se déplacer. Certainement pas. Il aurait pu se perdre, ou alors être pris pour un voleur.
Ce garçon était-il un voleur ou un espion des gobelins ?

Il regarda autour de lui et vit que personne ne s'en inquiétait
Ou alors il est invisible, et je suis le seul à le voir.

Tout à ces pensées il s'aperçut à peine que le groupe repartait et rentrait dans une grande salle. Les suivant sans réfléchir vraiment, tout en montant les marches, il continua à jeter un œil sur le garçon qui n'arrivait pas à cacher, à présent, sa surprise.

Dans la salle, il fut impressionné. Tant de mobilier, tant de place vide, tant de cheminée. C'est que ça devait en consommer du bois. Toute sa famille, voire tout le village aurait pu vivre du bois brulé dans cette pièce pendant tout un hiver. Le seigneur devait être immensément riche. Plus que le roi certainement.
Et pourtant il semblait désormais si familier avec les autres vieux dans la pièce.

Soudain le seigneur parla de Sillaw. Un enfant sur un disque, il y en avait qu'un. L'espoir revenait. Ils allaient enfin s'en occuper et le guérir. Wallis amorça un mouvement vers son frère mais s'arrêta lorsque chacun de ses frères de salive se présentait.

Koram se vantait. Comme si son père était le meilleur bucheron !!! Alors que sa mère savait même pas reconnaitre un chêne d'un saule. Orloch et sa réponse simple puis Miles qui à présent craquait. Ca c'était nouveau. Alors qu'on pouvait toujours sur lui...

Le ragard du seigneur poursuivit son chemin et se posa sur Wallis

Il bomba le torse
« Je m'appelle Wallis et lui là bas sur le disque c'est Sillaw, mon frère. On est les fils de Ralph Taillebois et Valis Taillebois qui sont aussi les meilleurs bucherons de Kerlgur. On a volé...... »

Se demandant si le seigneur allait le punir pour vol, le ton de sa voix baissa

« Enfin pas vraiment volé, mais pris au sorcier noirs de grosses tablettes magiques qui pourraient sauver le monde ou le détruire, je sais plus. Mais vachement magique. » le rythme s'accéléra « Et on a vu des prisonniers qu'on pourrait libérer, et pleins de gobelins autour du château. Faut que vous faisez attention. Ils risquent de vouloir tout casser le château. faut pas les laisser faire.  »
Il pris un ait conspirateur et palça sa main à coté de sa bouche comme pour raconter un secret
« D'ailleurs j'ai vu un enfant qui se cacher dans la cour. Vous êtes sur que c'est pas un gobelin déguisé. parce que si nous on peut se déguiser en gobelin pour vol... prendre des tablettes, ils peuvent peut-être devenir des enfants pour voler le bois de la cheminée »

Modifié par un utilisateur lundi 25 février 2019 20:53:10(UTC)  | Raison: Non indiquée

Humains : I168 Alchimiste 3 / BW116 Bretteur 4/ CC161 scalde 10/14
Tieffelin : V180 Investigatrice 6 /AJ197 Paladin 2
Homme rat : CO231 Pistolier 2
Elfe : W169 Tueur 4
Offline Kali  
#151 Envoyé le : mardi 26 février 2019 17:02:47(UTC)
Kali
Rang : Nouveau

Inscrit le : 17/08/2016(UTC)
Messages : 3

Otezea

5 / 5


Otezea était très impressionnée.... Les garçons arrivaient à se présenter les uns après les autres avec une telle facilité..... C'est de sa toute petite voix d'avant qu'elle répondit le plus courageusement possible:
« Je m'appelle Otezea. Je suis la fille de .....(elle agita sa main devant son visage en secouant la tête pour écarter les mauvais souvenirs) ils sont tous morts de toute façon.... » Elle fit une révérence comme son père lui avait appris et elle se tut. Les histoires des enfants n'intéressaient pas les adultes de toutes façons et puis, tout avait été dit.
Et sur son rêve, construire sa vie.
Offline mdadd  
#152 Envoyé le : dimanche 10 mars 2019 14:52:46(UTC)
mdadd
Rang : Staff

Inscrit le : 23/12/2009(UTC)
Messages : 5,290
Localisation : Charente Aquatique (17)

n à un les enfants se présentèrent du mieux qu’ils pouvaient au baron qui les regardait tour à tour avec intérêt. Orloch fut même surpris de le voir ne pas froncer les sourcils ou avoir un geste de recul ou de dégout en le voyant. Cet homme n’inspirait que confiance et bienveillance, lorsqu’on se retrouvait si près de lui, on avait l’impression de baigner dans une aura de quiétude et sérénité. Tout coup, le monde paraissait moins dur, plus lumineux et équilibré et tout devenait possible. Le silence simplement perturbé par les crépitements du bois dans les cheminées s’installa pendant quelques temps. On aurait dit que le baron jaugeait les enfants du regard, puis il s’arrêta un instant sur le disque et non pas sur Sillaw mais les fameuse tablettes de marbre noir qui y étaient déposées à côté de l’enfant que le père Olwyn prenait dans ses bras délicatement pour l’emmener avec lui. Le jeune chevalier regardait lui aussi le disque flottant et son contenu. Le père et le fils restèrent plusieurs secondes sans ciller, les sourcils froncés à présent et le regard devenant sombre, la main crispée sur la garde de leur épée. Il se passait quelque chose et cela faisait froid dans le dos, comme si tout à coup les cheminées ne parvenaient plus à réchauffer cette grande salle qui aurait pu accueillir tous les villageois de Khelgür en une seule fois. Ce fut Taërim qui s’interposa entre le disque et les regards figés, comme si par cette seule présence physique cela rompait le lien qui devait s’être établi par la vue – « Oui je sais que vous ressentez le mal intense qui se dégage de ces Phylums. Nous devons les détruire immédiatement pendant que la lumière du jour pénètre encore par la coupole de la chapelle et baigne l’autel sacré. Tous ensembles nous pouvons les détruire et grandement affaiblir Morggedhon. Cela nous donnera un avantage et nous laissera une chance. Hâtons-nous ! »

Baron
Waldemar

Quant au baron, il répondit tout de même aux enfants avec un sourire retrouvé et rassurant – « De ce que je comprends, vous venez de Khelgür. Vous avez semble-t-il échappé au pire et vous voilà ici dans ma grande salle après quelques périples dont il va falloir me raconter dans les moindres détails. Bien-sûr que je vais faire tout mon possible pour sauver tout ce qu’il me sera possible de sauver. Nous allons d’abord tous vous soigner et détruire ces maudites tablettes. Ensuite nous allons tenir un conseil de guerre une fois que j’aurais toutes les informations en mains.  »– Il se pencha vers Wallis avec un air de confidence – « N’ayez crainte, jeune homme, pour cet espion dans la cour… Il s’agit de Denmel, le fils du capitaine Rhidan… Je vous le présenterai si vous voulez. Allez, il n’y a plus de temps à perdre, suivez-moi tous ! » – Le baron pris la tête, suivi par Taërim le Mage Blanc et son disque flottant, le père Olwyn qui portait Sillaw, puis les enfants. Messire Guillaume, le fils du Baron fermait la marche, laissant le capitaine Rhidan et Keanou dans la grande salle. Visiblement, le sénéchal et le roublard de Port-Énigme ne venaient pas à la chapelle, mais discutaient déjà autour de la grande table en travers en regardant des grands parchemins déroulés avec plein de dessins dessus que les enfants ne pouvaient voir car ils étaient trop éloignés. Keanou et le capitaine montraient du doigt plusieurs endroits et discutaient certainement de points précis.

La suite <ICI>
Tu sais ce que c'est, être réduit à l'état de pulpe ?
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
8 Pages«<678
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

Privacy Policy | Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2019, Yet Another Forum.NET