Retour



Si vous envisagez de visiter le Val de Sombrelune, soyez prêt à voir le fond du désespoir. Ce qui effraie le plus le voyageur, en dehors des horreurs tapies dans la Laye de Sombrelune, c’est la misère de la population de Falcreux. Les autorités d’Andoran peuvent bien affubler ce misérable village du pompeux nom de Nid-du-Faucon. Tous savent que ce village est un nid de désespoir pour les pauvres bougres qui doivent y vivre, ou plutôt y survivre. Pourtant l’exploitation de l’ébénite est une source de richesse. C’est d’ailleurs peut-être la valeur de ce bois qui explique la misère des bûcherons, exploités par le cynique Consortium des Débardeurs...

- Les Chroniques des Éclaireurs


Falcreux est une halte sommaire sur une route commerciale sinueuse. Elle est installée près de la sinistre forêt de Sombrelune. C’est un village étouffé par la sciure, où l’injustice prolifère. L’ombre de la Faille de Droskar enveloppe d’un linceul morose les âmes qui vivent là. Nombre de gens viennent ici en pensant faire fortune dans abattage d’ébénite tandis que d’autre se rendent dans ce village isolé pour tout recommencer, refaire leur vie en bordure d’une nature vierge, loin des hommes. Les zélotes persécutés et les parias affluent vers Falcreux, où ils pratiquent leurs rites étranges et souvent pervers, libres des entraves de la civilisation. Enfin, des explorateurs se laissent attirer par les promesses d’aventure qu’off rent Nid-du-Faucon. Le village, les gens et tout le reste appartiennent au Consortium du bois, une organisation contrôlée par le chef de facto de la ville, l’ignoble Thuldrim Kreed. Ses décrets mesquins et les marchandises hors de prix du Consortium transforment les villageois en prisonniers aussi sûrement que si Kreed et ses sbires utilisaient des menottes et des chaînes.

Falcreux abrite à peine 1 500 humains et une poignée d’autres races. La plupart des villageois ne se soucient que des quelques pièces qu’ils reçoivent en échange de leur travail harassant et du maigre confort qu’ils en tirent. Quelques-uns se rendent compte que ce qui est mauvais pour les uns est mauvais pour tous et se battent sans relâche contre le Consortium du bois pour améliorer les conditions de vie de leurs voisins… et les leurs par la même occasion. Cette communauté prolifère grâce à un étrange mélange d’avidité, de débauche et d’indépendance obstinée. Les villageois de Falcreux sont la propriété du Consortium, au même titre que les bâtiments, le bois coupé et les autres revenus de la ville. Ils vivent donc dans une pauvreté abjecte et une misère sans fin. Les gens nés à Falcreux (et ceux assez stupides pour s’y installer de leur plein gré… ou ceux qui y sont forcés) mènent une vie angoissante et dépourvue de tout espoir d’une vie meilleure.

Image

1. Le quartier général du Consortium du bois
Ce bâtiment était autrefois l’un des plus impressionnants de Falcreux, mais Thuldrin Kreed le laisse se détériorer alors que son propre manoir brille littéralement sous les ornements. Kreed utilise ce bâtiment pour loger les invités importants du Consortium ou les hommes d’affaires qu’il veut tenir à l’écart de sa résidence privée. Sinon, cet ancien bâtiment, autrefois majestueux et bourdonnant d’activité, reste désert.

2. Le Haut marché
Thuldrim Kreed réserve l’accès du Haut marché à ses hommes les plus fidèles et l’établissement sert donc uniquement les gens qui possèdent une certaine infl uence en ville, à savoir Thuldrim Kreed et ses laquais, Deldrin Baleson, Vamros Harg et les responsables et directeurs du Consortium en visite. Kreed donne une loterie une fois par mois : les neufs heureux gagnants ont accès au Haut marché pour trois jours. Tous les villageois qui travaillent pour le Consortium du bois participent automatiquement à la loterie car le tirage se fait en fonction du numéro de l’employé. Les gagnants peuvent emmener jusqu’à trois membres de leur famille avec eux.
Le Haut marché vend de la viande et des légumes sans une trace de pourriture, de beaux vêtements faits d’autre chose que de la toile, du coton et du cuir, des épices (il y a même un célèbre marchand qui ne vend que du sel) et divers objets qui coûtent plus de 10 pièces d’or.

3. Le Bas marché
Le Bas marché est ouvert à tous et vend les restes alimentaires du Haut marché (y compris des légumes qui commencent à s’abîmer), des viandes très salées et d’autres aliments qui survivent difficilement à leur arrivée au marché. Le Bas marché ne vend rien à plus de quelques pièces d’or et la plupart des articles coûtent une poignée de cuivre.

4. Le Tribunal
C’est dans ce bâtiment que Vamros Harg, le minuscule magistrat halfelin, vend les licences marchandes, valide les propriétés minières ou forestières et juge les affaires civiles ou criminelles.

5. Chez maître Jack
Cette vieille auberge située près des écuries de la ville propose le gîte et le couvert aux nombreux voyageurs qui traversent Falcreux. Elle est tenue par Jack Crimny, un barde à la retraite, bien connu pour ses fameuses crêpes.

6. Tout... Et le reste !
Une boutique insolite tenue par le gnome Brickasnurd. On y trouve de tout : des commodités comme le grain, l’huile de lampe, l’encre et les outils de mineur, aux étrangetés comme le feu grégeois, les antidotes, un pseudodragon pétrifié et des nixes empaillées.

7. Racines et tubercules
Du lierre rampant et de hautes fenêtres occupent la façade de ce bâtiment rustique de deux étages qui porte l’enseigne « Racines et tubercules. » Cette petite boutique pleine d’empreintes boueuses embaume la terre brûlée et les encens épicés. Elle appartient à Laurel, l’herboriste et guérisseuse du village.

8. Le Pigeon voyageur
Situé un peu trop près de la palissade de la ville pour la tranquillité de nombreux citadins, le Pigeon est le meilleur endroit pour les aventuriers, les explorateurs et autres vauriens en quête d’aventure. La taverne sert une boisson locale faite de feuilles d’ébénite fermentées qui peut assommer un ogre en quelques chopes. Des jeux tapageurs comme « les couteaux » ou « chipe une chope chupe » (deux dangereuses activités récréatives au fort taux de mutilation) se prolongent souvent tard dans la nuit. De nombreux aventuriers racontent des histoires à propos du val de Sombrelune, de la Faille de Droskar et des autres environs en échanges d’une chope de bière.

9. Le temple de Iomédae
Il y a peu de prêtres à Falcreux, et aucune autre église n'offre de concurrence à celle de dame Cirthana, qui pourtant ne semble pas très populaire auprès des habitants.

10. La papeterie
Ce bâtiment puant déborde de grosses machines basiques qui transforment les restes de bois en pulpe et la pulpe en papier.

11. La Dame écarlate
Une salle de jeu burlesque qui sert aussi de bordel.

12. Le manoir de Kreed
C’est la demeure du responsable du Consortium du bois

13. La scierie
Cet endroit bruyant grouille de bûcherons qui traînent les troncs venus de la rivière et les transforment en bois.

14. L’entrepôt du Consortium
Un entrepôt pour le surplus de bois.

15. L'embarcadère du passeur
C'est ici qu'il est possible de prendre le bac pour traverser la rivière Écume.

16. Maison d'Argus
Petite bicoque louée par Argus Traad auprès du Consortium.

Les alentours de Nid-du-Faucon

Image

A - Camp de bûcherons principal du Consortium


C - Ancien de la forêt


D - Chaumière d'Ulizmila


L'orphelinat d'Elara
Une femme nommée Elara ouvrit cet orphelinat il y a dix ans, juste après les Guerres du Sang gobelin. Les atrocités commises par les bandes de gobelins en maraude privèrent des dizaines d’enfants de leurs parents et Élara les accueillit. Il y a moins d'un mois cependant, l'orphelinat brûla et tous ses occupants périrent dans l'incendie. Les raisons qui ont poussé Élara à construire son orphelinat aussi loin de la sécurité relative que pouvait offrir la ville alimentent encore les spéculations chez les habitants de Nid-du-Faucon.