Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Online Dalvyn  
#1 Envoyé le : jeudi 17 septembre 2020 18:35:53(UTC)
Dalvyn
Rang : Référent
Inscrit le : 15/12/2009(UTC)
Messages : 17,695
Localisation : Dinant (Belgique)
Ceci est la traduction d’une aventure courte publiée sur le blog de Paizo et écrite par Andrew Bud Adams.

Juché sur ses ongles noirs, Fumbus pencha la tête pour observer les indications données par la jolie boussole d’airain. Il affichait un large sourire impatient, observant tantôt le visage du magicien et tantôt la boussole d’Éclaireur, se demandant lequel des deux était le plus difficile à déchiffrer. Cependant, la difficulté principale pour le moment était la porte renforcée qui les séparait… mais plus pour longtemps. La mèche de la bombe gobeline sifflait et raccourcissait à vue d’œil, même si Ezren n’y prêtait apparemment pas attention.

« Par là ? » demanda Fumbus sur un ton empli d’espoir.

Ezren ouvrit la bouche pour répondre… mais trop tard. Le sifflement de la mèche fut absorbé dans cette minuscule seconde d’excitation qui précédait l’explosion. Puis du rouge jaillit, à la fois de la bombe et dans les yeux de Fumbus. Une onde de choc éclaboussa les compagnons d’étincelles et de débris. L’explosion avait entre-ouvert la porte, le chambranle de fer plié et arraché plus fortement à la hauteur du gobelin. Ezren allait devoir se faufiler dans le passage.

Le magicien essuya d’un revers de main la suie incrustée dans ses cheveux blancs. « Je suppose… » toussa-t-il.

« Suppose ? »

« L’inscription précédente menait à cet endroit, » admit Ezren tout en plongeant de côté dans l’ouverture créée par Fumbus. « Mais j’avais espéré qu’il ne s’agissait pas de la dernière. » Il alluma une torche enfichée de l’autre côté de la porte et observa ses alentours. « Oh, » soupira-t-il tout en laissant retomber son bâton et sa boussole.

La porte avait été renforcée pour de bonnes raisons. Elle protégeait un trésor varié réparti en piles dont la texture dorée reflétait la lumière de la torche. À moitié varié, plutôt ; les lueurs ne dévoilaient que la moitié gauche de la salle. En son centre se trouvait un coffre plus grand que Fumbus, qui s’étonna du fait qu’un si grand nombre de pièces se trouvaient en-dehors du conteneur. C’était comme s’il avait explosé tant il y en avait. Une trouvaille impressionnante, c’était certain, mais le grande-guibole qui tirait un long visage semblait rechercher quelque chose d’autre.

« Des champignons ? » proposa Fumbus, désireux de donner son aide. Il les avait cueillis pour leurs vertus alchimiques, mais ils pouvaient également tout à fait faire office de snacks.

Ezren se contenta de lever un sourcil en regardant le champignon bleu dans la main du gobelin.

« Ce n’est pas de la mousse de cerveau en fin de compte, » le rassura Fumbus. « J’en suis quasiment certain. »

« Quoi qu’il en soit… » dit le magicien. « On dirait que nous avons suivi la trace des écrits jusqu’à leur conclusion prévisible et décevante. »

« Des dessins, » lui rappela Fumbus, pour la dixième fois.

« Euh… oui. » Ezren désigna d’un geste du doigt les plaquettes qui pendaient autour du cou de Fumbus, « Comme ces choses, je suppose ? »

Le petit alchimiste tapota les plaquettes sur lesquelles étaient gravées des runes représentant ses formules. Les cliquetis satisfaisants qu’elles produisaient étaient une musique plaisante à ses oreilles. Ezren avait tenté de le persuader que ces dessins symboliques et « des écrits » étaient la même chose, mais le gobelin savait bien que ce n’était pas le cas. « Exactement, oui. » répondit-il tout en avalant une nouvelle poignée de champignons.

C’est à ce moment-là qu’il remarqua qu’il était collé. Une substance huileuse entre son pied et les dalles. Il ne savait pas s’il s’agissait d’un résidu produit par sa bombe ou de la bave tombée quand il avait avalé ses encas.

Entre temps, Ezren s’était mis à faire les cent pas, ignorant toutes les distractions à part la boussole d’Éclaireur qu’il tenait, ouverte, dans sa main. Il la laissa le guider, tout en pensant à haute voix « Les inscriptions ont disparu après qu’on les ait lues. Le jeu de piste se termine ici ? Difficile d’être complètement affirmatif. » Il s’arrêta et fit un pas en arrière pour observer l’entièreté de la salle.

« Non, ça ne vient pas de moi, » murmura le gobelin au fil de morve qui pendait au bout de son doigt.

« Fumbus, à quoi la lumière dans cette salle te fait-elle penser ? »

« Mais c’est bien la morve de quelqu’un, cependant. »

« Fumbus ? »

« Hein ? » Fumbus observa les gestes compliqués d’Ezren qui désignaient tour à tour la partie illuminée de la salle et la moitié plongée dans l’ombre et les comparaient. « Oh. C’est comme le visage devant lequel le Maître des Sorts prie. »

« En effet… » dit pensivement Ezren. Il se remit à marcher mais, cette fois-ci, en se dirigeant en ligne droite vers la moitié plongée dans l’ombre. « Une dualité frappante. Peut-être un indice qu’il faut regarder au-delà des apparences. Parce que, et c’est un point important, les coordonnées ne mènent pas vers cette porte mais… » Son pas suivant déclencha un léger tintement métallique qui résonna autour de l’emplacement vide dans sa boussole d’Éclaireur. Il s’immobilisa, comme pris par la peur, ou l’excitation plutôt, puis il prononça une incantation. Une lueur bleuâtre familière se répandit, illuminant une plateforme jusque là invisible et des marches de pierre en zig-zag qui y menaient. La source de la lueur était une nouvelle inscription, et même Fumbus s’émerveilla face au fait qu’elle était bien plus grande et longue que les énigmes précédentes.

« Hmm… » ronronna fièrement le magicien. « Je peux lire les écrits sur le mur. »

« Les dessins, » le corrigea Fumbus.

Ezren ne répliqua pas. Il était déjà occupé à gravir le premier palier qui menait vers la plateforme en hauteur. Fumbus avait été fasciné quand il l’avait regardé déchiffrer les autres inscriptions, mais le rituel était devenu un peu répétitif. Il se préoccupa moins de la signification des dessins magiques et s’intéressa plutôt au mucus qui recouvrait le sol de la salle. C’était une sorte de pâte qui maculait les pièces d’or. Quand il parvint à extirper l’une des pièces, il devint méfiant : était-ce vraiment une pièce d’or, ou plutôt une sorte d’écaille qui se serait détachée. Il se prépara à la mordre pour s’en assurer, puis s’immobilisa la bouche grand-ouverte.

Le coffre lui souriait.

Il écarquilla les yeux et regarda à nouveau. Non, ce n’était pas son imagination. Les rebords dorés autour du couvercle du coffre étaient incurvés, ressemblant peut-être même à une créature qui grimaçait, mais il était certain que ce n’était qu’une ressemblance. Quasiment certain.

Depuis la plateforme, Ezren poussa un cri de victoire. « Une empreinte de conjurateur ! Bien sûr. C’est la même inscription, qui voyage à chaque fois. Changeant d’emplacement… »

Fumbus avait désormais le nez tout près de la traînée de mucus, pour la renifler et en remonter la piste. Bien vite, il se retrouva plongé dans les pièces collantes jusqu’aux genoux. Le coffre était encore plus gigantesque vu de près. Il pouvait quasiment voir son reflet dans ses faces luisantes.

C’est à ce moment-là qu’il poussa un cri, aigu et involontaire, parce que les lèvres d’or du coffre s’étaient écartées et une langue rosâtre en avait jailli. Longue et aussi tordue qu’une couverture humide, elle l’avait frappé en plein visage et l’avait propulsé vers l’arrière.

Ce n’était pas son imagination !


Illustration par Juan Miguel Lopez Baraea extraite de Pathfinder Lost Omens : Pathfinder Society Guide


Le coffre se glissa vers lui avec un silence angoissant, comme s’il voulait continuer à profiter de son camouflage. Sans détourner les yeux de la créature, Fumbus appela son compagnon. Mais Ezren se contenta de lui répondre Shhhht. L’inscription était plus longue, plus complexe que les autres et il avait besoin de temps pour en percer les mystères. Fumbus pesta en évoquant la concentration inébranlable de l’humain.

La créature le remarqua également. Elle avait dû décider qu’Ezren lui-même était une proie plus facile, car elle changea de direction et se mit à se rapprocher des escaliers à l’aide d’au moins huit tentacules.

Fumbus admira son intelligence. Se déguiser, puis prendre pour proie un magicien distrait ? Peut-être était-elle plus intelligente qu’il ne l’avait supposé. Il savait d’expérience ce qu’une seconde chance pouvait signifier pour un monstre incompris. Un futur possible apparut soudainement devant ses yeux : serrer la main… enfin, le tentacule de la créature, la prendre dans ses bras, lui donner à manger des cornichons et d’autres choses marinées, lui demander de porter une ceinture, utiliser son mucus tout collant pour des créations alchimiques…

Mais désormais, la créature montait les escaliers, et était presque assez proche d’Ezren pour l’agripper par l’arrière. Fumbus avala un élixir qui avait le même goût que cette impression quand vous avez le pied qui dort, puis il bondit par-dessus la créature qui se trouvait sur le second palier. Elle tenta de le frapper et il lui balança des bombes quasiment plus vite qu’il ne parvenait à les allumer. Chaque bombe frappa puis explosa, comme des geysers oranges qui entraient en éruption sur la peau de la créature. Mais la langue et les tentacules continuèrent de s’agiter.

« Des dessins… » murmura Ezren depuis la plateforme.

La créature se retourna vers le magicien distrait, se soulevant comme un coffre sur pilotis.

Pris de panique, Fumbus prépara quelque chose de différent, versant un mélange chimique en ébullition dans un galet spongieux. L’éponge se mit instantanément à grandir jusqu’à quatre fois sa taille et à se solidifier, devant une coquille fragile renfermant quelque chose de chaud et d’affamé. Malgré cela, le gobelin prit le risque d’attendre trop longtemps, voire de déclencher la chose trop tôt : il la cacha derrière son dos et siffla en direction de la créature, espérant que cela attirerait son attention.

Ce fut le cas. Sa gueule grand-ouverte fit apparaître non pas des trésors ou des objets magiques mais des lignes de dents acérées. Elle étendit sa langue et ses pseudopodes en direction de Fumbus… qui se déplaça. Comme une grenouille avec une mouche, la créature attrapa la bombe de Fumbus en plein vol et l’engloutit. Tout d’abord une minuscule seconde de silence… puis la créature s’allongea soudainement avec un bruit d’explosion étouffé. Ses tentacules tremblèrent. Sa langue jaillit comme des entrailles déversées, ratatinée et blanchie par les brûlures acides. Son corps glissa sur les pierres et redescendit les escaliers.

Fumbus suça ses dents tristement. « Pas si intelligent que ça, je suppose. »

« Oh, ne sois pas si dur, » dit Ezren tout en détournant finalement son attention du mur. « Mais je dois te remercier. »

Le gobelin haussa les épaules et chipota avec son tranche-chien, à la fois fier et embarrassé.

La grimace ridée du magicien s’adoucit en un sourire et tout en tendant le doigt, il dit « Des dessins. »

Fumbus agrippa ses tablettes à formules. « Hein ? »

« Des dessins ! Tu avais raison après tout. L’inscription n’est pas une affirmation, ni un ordre, mais un verrou à combinaison. Quand on ne lit pas les runes de manière correcte, elles se déplacent, et deviennent plus longues. Mais si on les met dans le bon ordre… »

Il toucha les symboles magiques brillants un par un avec son bâton, mais dans un ordre qui semblait aléatoire. Chaque symbole se mit à briller plus intensément, jusqu’à ce que l’inscription entière ait été activée. À ce moment-là, elle se transforma et se réarrangea dans l’ordre choisi par Ezren. La phrase en forme d’arc changea de forme et se transforma, jusqu’à ce que les runes disparaissent pour former une nouvelle forme, celle d’un portail ouvert. Une fine couche laiteuse magique camouflait l’endroit où il menait, mais Fumbus pressentait que ce n’était pas simplement de l’autre côté du mur.

Le tintement métallique provenant de la boussole d’Éclaireur d’Ezren retentit à nouveau. Il l’étudia, hocha la tête de manière déterminée, et la referma. « Bien. Mettons-nous en chemin ! Mais fais peut-être un peu moins de bruit une fois arrivé de l’autre côté, hein, Fumbus ? Nous n’avons aucune idée des créatures qui pourraient s’y tapir ! »

Le gobelin ouvrit la bouche pour répondre… mais décida plutôt de la remplir de champignons bleus.

Modifié par un utilisateur vendredi 18 septembre 2020 01:08:06(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 5 utilisateur ont remercié Dalvyn pour l'utilité de ce message.
Annonce
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

| Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2020, Yet Another Forum.NET