Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

6 Pages«<456
Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline poulosis  
#101 Envoyé le : samedi 1 octobre 2022 18:30:53(UTC)
poulosis
Rang : Habitué
Inscrit le : 10/11/2010(UTC)
Messages : 4,203
Localisation : Nantes

Oradin
Sorts Ora niv1 : 4/4
Sorts Pal : 2/2
Châtiment : 3/3
Impo. 4d6 : 9/9
Pacte +2 : 1/1
CA 27/12/26

100 / 100
Soulagé, le nain ricana de manière légèrement forcée, en entendant Frédrigo dans sa tête. Puis des marmonnements inintelligibles sortirent de sous sa barbe, sans doute pour exprimer sa gêne teintée d’indignation à l’évocation de ses ultimes paroles. Ses pieds piétinaient le sol alors qu’il secouait la tête.

Ses pensées se détournèrent enfin de ce scabreux sous-entendu pour se pencher plus attentivement sur l'étonnante question de Florentia. Àson tour, il se concentra pour tenter de parler sans ouvrir la bouche. Hélas, un siècle de pratique orale, pas évident de l’abandonner aussi rapidement ! Son visage ne quitta pas sa teinte cramoisie, tellement il poussait fort pour expulser ses pensées en-dehors de son crâne, avec un gémissement sous-jacent qui évoquait une activité naturelle beaucoup moins glorieuse.

Euh ... Tout dépend surtout dans quel délai la tâche doit être réalisée. Un seul nain suffit, s’il a suffisamment de temps pour le creuser, ce tunnel. Et puis oui, bien sûr, le ravitaillement est important. Mais c’est quoi cette question ?! Il fronça les sourcils puis écarquilla les yeux, prenant conscience qu’il était à bout de souffle. Avec un grand sifflement, il inspira à fond, pour reprendre sa respiration, bloquée tout le temps de sa diatribe mentale.

Le sang revenu au cerveau, il comprit qu’il y avait là sans doute quelque blague obscure sur ses congénères. Il parla cette fois tout haut. C’était bien plus facile ! « Gare à vos joufflus ! Ça sent la carabistouille, ça ! »
Offline Kali  
#102 Envoyé le : dimanche 2 octobre 2022 16:38:16(UTC)
Kali
Rang : Nouveau
Inscrit le : 17/08/2016(UTC)
Messages : 3

Asger
Rodeur 8

88 / 88


Asger avait regardé avec un vif intérêt l'intérieur de la maison de l'homme-aux-yeux-d'argent. Espérant percer encore quelques mystères sur son étrange ami. Un ami peu ordinaire, il s'en doutait depuis quelque temps maintenant.... Un ami peut-être même extraordinaire si l'on écoutait les dires du Maître de Cordée.

Comme les autres, il attrapa presque religieusement un quartier de pomme d'argent. Dernier leg du Pêchou. Et espéra secrètement que, peut-être ainsi, il pourrait de nouveau communiquer avec lui en plus de ses camarades d'aventure.
Ses premières paroles intérieures s'adressèrent d'ailleurs à lui: L'Pêchou? Tu m'entends? ignorant superbement le problème mathématique posé par dame Florentia.

Dans Port-Ebène, il s'était calmement laissé guider jusqu'au bateau. Après un salut discret de la tête vers la capitaine et après avoir vérifié que Spectre le suivait, il monta sur le pont et attendit les ordres.
Et sur son rêve, construire sa vie.
thanks 1 utilisateur a remercié Kali pour l'utilité de ce message.
Offline mdadd  
#103 Envoyé le : dimanche 23 octobre 2022 16:31:46(UTC)
mdadd
Rang : Staff
Inscrit le : 23/12/2009(UTC)
Messages : 5,290
Localisation : Charente Aquatique (17)
Le groupe ne tarda pas à se retrouver au milieu du pont principal, près du grand et unique mât. Autour, des Sylmarins s’affairaient à différentes manœuvres de cordages et de voiles tandis que d’autres finissaient d’enduire la coque extérieure d’une substance gélatineuse. Une trentaine de sylmarins étaient à la manœuvre et la capitaine faisait claquer les ordres qu’ils exécutaient immédiatement. Elle semblait maîtriser son sujet et il ne fallut pas longtemps pour que les préparatifs fussent terminés et que le moment de larguer les amarres survint. « Flottant » sur la densité végétale formée par les frondaisons des arbres titanesques, une vaste étendue vert émeraude s’étendait à perte de vue, bruissant sous le vent et formant des vagues de verdure roulant sur des centaines de kilomètres. Le Radeau des Cimes semblait glisser sur cette masse végétale, sans doute aidée par cette substance répandue sur sa coque de bois léger et portée par les alizés et autres vents de force variable plutôt chaotiques à cette altitude. La Déferlante prend rapidement de la vitesse et ne tarde pas à surfer quelques vagues végétales lorsque celles-ci roulent dans la bonne direction : l’ouest, toujours à l’ouest. Les manœuvres à la voile permettaient aussi d’orienter le vaisseau et l’observateur sur la vigie ne cessait de scruter des petits fanions réalisés avec des feuilles diaphanes, lui permettant de connaître instantanément le sens du vent et de communiquer l’information par des claquements de langue répondant à un code établi. En bas, les marins tiraient sur des cordes permettant de tendre ou relâcher le couple de voiles, mais aussi de les faire pivoter selon un axe horizontal ou vertical et enfin de les faire pivoter autour du mât, pouvant tourner ainsi sur 360°. L’impressionnant système était extrêmement élaboré et il ne fallait pas moins d’une vingtaine de Sylmarins à la manœuvre, tandis que la petite dizaine restant se postaient tout autour ou à la vigie afin de scruter les environs guettant les moindres dangers, le tout coordonné par les ordres de la Capitaine Loriane.

Mais quels étaient les dangers que les Sylmarins guettaient ? D’après leurs dires, ils étaient nombreux, à commencer par les redoutables sirènes sylvestres et bien-sûr le Dragon Léviathan qu’ils surnommaient le « Dévoreur de Navires ». Mais visiblement, les Sylmarins semblaient plutôt agités, mélange d’excitation et de superstition, à l’idée d’aller pêcher des Perles d’Ambre sur le territoire d dit monstre. C’était l’endroit où on en trouvait le plus et de belle taille, même si leurs chances de mourir étaient très importantes. D’ailleurs, il n’y avait pas que les dangers de surface dont il fallait se prémunir. Dans les profondeurs insondables de l’Océan Vert, mystérieuses cathédrales d’humus et de lumière crépusculaire, rôdaient des dangers tels que les squales forestiers, les anguilianes les pieuvres à fourrure ou les méduses fongiques, celles-là même qui leur servaient à fabriquer la fameuse substance dont ils enduisaient la coque de leurs Radeau des Cîmes. Par ailleurs, plus on descendait dans les profondeurs, plus l’air devenait dangereux. La fermentation ou décomposition des végétaux des abîmes provoquait des vapeurs hallucinogènes, c’était là la limite des « plongées » des Sylmarins, au-delà, la végétation de raréfiait et on plongeait dans des brumes insondables, brumes qu’ils considéraient comme mortelles… C’était sans doute quelque part dans ces brumes que se trouvait l’antre du Dévoreur de Navires, mais impossible de vérifier et pourtant c’était aussi là que nos jeunes héros devraient plonger, descendant jusqu’aux pieds de ces arbres titanesques, là où ils étaient censés trouver la cité cyclopéenne… Le voyage risquait d’être… Intéressant. En parlant de voyage, la Capitaine avait annoncé environ 2 jours de voyage avant d’atteindre le Phare de Yanz, une curiosité de l’Océan Vert, un vertigineux donjon de bois blanc bâti sur les frondaisons d’un gigantesque arbre fossilisé. Il servait autrefois à surveiller le rivage des Terres Sombres, mais naviguer dans ses « eaux » était dangereux, étant donné que c’était le territoire de chasse du Dragon Léviathan. Aussi il fut vite abandonné et il fallait rester vigilant car sa lumière n’avertissait plus les Sylmarins du danger du rivage…

Après de longues heures de navigations et tandis que le soleil descendait bas à l’Ouest, ses rayon embrassant les feuillages, piquetant la verdure compacte de pourpres et d’ors comme un automne paradoxal, la capitaine ordonna la « Veille ». Le couple de voiles fut alors relâché, l’ancre jetée et le Radeau des Cîmes s’immobilisa, se laissant porter par les vagues végétales. Une vingtaine de Sylmarins s’équipèrent alors pour la plongée : un curieux masque respiratoire couvrant la bouche et le nez, réalisé par une membrane maintenue par des lanières de cuir, 4 gants de cuir qui ressemblaient à des gants de boxe mais qui à y regarder de plus près devaient sans doute pouvoir s’ouvrir, un harnais permettant de s’accrocher aux cordes qui allaient leur servir de guide, des harpons à pointe de nacre, bien-sûr des sacoches qu’ils devaient remplir de Perles d’Ambre. Sur le navire, la dizaine de Sylmarins restant allaient sécuriser les cordes de descente des plongeurs sous l’œil vigilant de la capitaine, la main sur la poignée de son épée et un léger sourire à l’intention des jeunes héros, invités, passagers – « Si vous voulez vous exercer à la plongée ou la pêche des Perles d’Ambre, c’est le moment. Vous serez bien-sûr accompagnés par les plongeurs les plus expérimentés qui vous serviront de guide. Nous resterons ici pour la nuit, la pêche va durer plusieurs heures. Nous repartirons à l’aube. Il est trop dangereux de naviguer vers le Phare de Yanz la nuit. Des volontaires ? »

Message secret pour Kali, mdadd :
...
Tu sais ce que c'est, être réduit à l'état de pulpe ?
Offline Nauron  
#104 Envoyé le : lundi 24 octobre 2022 23:07:28(UTC)
Nauron
Rang : Membre
Inscrit le : 28/07/2016(UTC)
Messages : 17

Florentia
Alchimiste 9
Bombes:15/15
DEF : 20/15/15
Etat

en transe

70 / 70


C'était la première fois que Florentia assistait à la manœuvre d'un tel bâtiment et c'était également la première fois qu'elle "naviguait" sur cet océan vert, le voyant de plus près, elle l'observa attentivement, l'espace d'un instant elle se demanda si ils n'étaient pas après tout en train de voler, voler sur un parapluie retourné emporté par le vent et s'élevant ainsi au dessus de la cime des arbres.

Voler...

C'était une sensation tellement grisante, se mouvoir dans les airs, sans aucune contrainte comme les oiseaux ou plus brièvement grâce à la magie. Mais c'était un tout, un objectif, une raison de vivre libre comme l'air pensa t-elle.

Ramenée à la réalité par les ordres de leur capitaine, elle écouta avec la curiosité qui la caractérisait l'énumération des dangers qui les guettaient.

Lorsque furent évoquées les vapeurs hallucinogènes, Florentia voulut savoir ce qu'il en était, quelle était cette substance qui povait s'apparenter à une drogue et troubler les sens des plongeurs? Pouvaient-ils essayer de s'en prémunir?

Il faut aller voir ce que c'est et s'il est possible de s'y immuniser. Je plonge, qui vient avec moi?

communiqua-t-elle par télépathie aux autres possesseurs de quartier de pomme d'argent.

Puis lorsqu'on lui proposa de plonger, elle sauta sur l'occasion, on lui présenta l'équipement qu'elle observa sous toute les coutures, cherchant à comprendre leur fonctionnement puis imaginant de possibles améliorations. Elle n'hésita pas et posa les questions au fur et à mesure qu'elles lui arrivaient en tête.

«  Comment cela marche t-il? Comment est-ce fabriqué? Comment doit-on l'utiliser? Et pourquoi? »

Après avoir reçu ses réponses, elle s'équipa puis vint se placer prête à plonger.

«  Je suis prête à plonger! » Mais pas à faire la plonge

Mdadd je te laisse faire tout les test de connaissances possible pour aider cette pauvre Florentia à comprendre comment fonctionne ces équipements
Et sur le rêve de Kali construire leur vie
Offline poulosis  
#105 Envoyé le : mercredi 26 octobre 2022 16:58:08(UTC)
poulosis
Rang : Habitué
Inscrit le : 10/11/2010(UTC)
Messages : 4,203
Localisation : Nantes

Oradin
Sorts Ora niv1 : 4/4
Sorts Pal : 2/2
Châtiment : 3/3
Impo. 4d6 : 9/9
Pacte +2 : 1/1
CA 27/12/26

100 / 100
Écarté dans un coin qui ne risquait pas de gêner les manœuvres, Oradin souriait béatement. Il ne pouvait qu’admirer la cohésion de l’équipage. Un parfait exemple de quelques-uns des concepts prônés par sa divinité et qu’il affectionnait particulièrement : ordre et discipline au service d’un voyage en toute sécurité. Chacun jouait son rôle avec sérieux et application, tout en restant attentif aux autres, afin de conserver une coordination sans faille, le tout pour atteindre l’objectif du groupe. Une mécanique bien huilée guidait la Déferlante. Qui plus est, ce n’était pas de l’eau qui les cernait à perte de vue, mais un océan de verdure. Pour un peu, il se serait crû sur un drôle de chariot glissant au milieu d'une prairie balayée par le vent. L'illusion était telle qu'il s'attendait presque à apercevoir quelques bovins et un ruisseau, au détour d'une colline. Oui, le nain se sentait décidément en sécurité, à cet instant.

Hélas, les meilleurs moments ont une fin. Le bateau était solidement amarré aux branches. Son estomac se réjouissait déjà des victuailles à venir. Imaginer des bovins avait immanquablement suggéré une bonne côte de bœuf au dîner du soir. Mais non. L’activité proposée lui rappelait un mauvais souvenir, bien trop frais pour vouloir le revivre aussit tôt. Il avait moins hâte que Florentia de contempler par lui-même les fameuses perles dans leur milieu naturel. Le feu roulant de questions auquel les pauvres matelots devait faire face le divertit, cependant.

Plonger dans d’obscurs gouffres inhospitaliers le rendait méfiant. Certes, il avait déjà pratiqué l’escalade à plusieurs reprises. Parcourir les routes exigeait parfois de franchir des obstacles très abrupts, ne serait-ce que pour éviter de rebrousser chemin. Ici, la pratique obligeait visiblement à porter un masque. Tous les dangers énumérés par la capitaine s’égrénèrent dans sa tête. Il avait demandé des précisions à l’équipage sur les créatures citées : qu’était une anguiliane ? Quelles étaient leurs capacités ? Comment s’en prémunir ? Avaient-elles un défaut de cuirasse ? Et ainsi de suite pour chaque danger potentiel. Ces profondeurs étaient un univers totalement inconnu pour lui. Toutes les réponses le prépareraient pour assurer au mieux son rôle : protéger son équipe, défendre ses compagnons. Comme les marins, il prenait son rôle très au sérieux.

Il s’avança à son tour. « Peuh ! Encore une corde à descendre ?! Je crois que j’ai eu ma dose de corde, aujourd’hui ! ... Bon, quand faut y aller, faut y aller. Et comment remonterons-nous, une fois en bas ? Est-il préférable que j’enlève mon armure ? » Passé lui-même par l’apprentissage, il écouta attentivement les consignes des maître de la discipline et suivit scrupuleusement leurs conseils.
Offline Kali  
#106 Envoyé le : vendredi 28 octobre 2022 21:14:19(UTC)
Kali
Rang : Nouveau
Inscrit le : 17/08/2016(UTC)
Messages : 3

Asger
Rodeur 8

88 / 88


Asger se sentait plutôt bien sur ce navire. Le vent, les arbres, la nature, l'extérieur tout simplement. Il souriait un peu béatement en observant le paysage.

L'idée de la plongée lui plut. Un peu d'excercise ne lui ferait pas de mal et puis, il fallait s'entraîner.

«  Attends ici! » ordonna-t-il à Spectre.
Puis il alla s'équiper aux côtés de Florentia tout en écoutant attentivement les conseils prodigués par les plongeurs experts.
Et sur son rêve, construire sa vie.
Offline Uktar  
#107 Envoyé le : vendredi 18 novembre 2022 13:43:41(UTC)
Uktar
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/06/2010(UTC)
Messages : 4,329
Localisation : Codognan(30)

85 / 85

Explosion: 8/8
Foudre: 9/9
Sorts niv 0: 4/4
Sorts niv 1: 7/7
Sorts niv 2: 6/6
Sorts niv 3 : 5/5
Sorts niv 4 : 4/4
Sorts niv 5 : 3/3
Forme animal: 4/4
CA : 15-> 18

Toujours sous sa forme de petit singe, le druide Ferrèol était resté le plus souvent sur l’épaule de son compagnons d’enfance qui était Frédrigo. Il avait observé depuis le départ, cette immense océan de verdure, tentant d’apercevoir une des espèce y vivant. Il avait également chercher dans sa mémoire, les années d’apprentissage ou Saxifrag lui avait tout appris, s’il lui avait parlé de ces derniers, mais la jeunesse avait fait qu’il ne c’était que très peu intéressé à la faune. Plus concentré sur la flore, maintenant il fallait réparer ces lacunes !

Quoi qu’il en soit, il n’avait pas les connaissance nécessaire pour prendre la forme d’une des espèce vivant sous le navire, il lui fallait encore et encore observer et peut être même en rencontrer un pour savoir et apprendre. Il avait demandé la faveur de pouvoir respirer dans n’importe quel circonstance, il espérait que cela serve là ou il allait accompagné ses compères.

Ne voyant pas Fredrigo se porter volontaire, il sauta sur l’épaule de la jeune Sylfe, pour montrer son envie de les suivre.




Bulle de vie


Offline mdadd  
#108 Envoyé le : dimanche 20 novembre 2022 16:40:39(UTC)
mdadd
Rang : Staff
Inscrit le : 23/12/2009(UTC)
Messages : 5,290
Localisation : Charente Aquatique (17)
Tandis que la Déferlante « jetait l’encre » ou plutôt une sorte de grappin géant pour stabiliser le radeau de cimes, les plongeurs tout comme les héros qui avaient décidé de tenter l’expérience, s’équipaient. D’après les Sylmarins, il fallait descendre au moins jusqu’au troisième palier pour trouver les premières perles d’ambre. Chaque palier représentait une profondeur d’environ 27 brasses et c’était précisément à partir du troisième palier qu’il fallait porter le masque respiratoire afin d’éviter les vapeurs toxiques exhalés par les végétaux. Le dit masque était constitué d’une membrane de cuir plaquée sur le visage et surtout les fonctions respiratoires, nez, bouche, par une armature de cuir qui faisait le tour de la tête, comme un masque. Chaque plongeur fut aussi équipé d’un harnais léger permettant d’accrocher la corde qui les reliait au navire et enfin chacun se vit remettre 4 « stab », des gants pouvant se déplier comme des ailes de chauve-souris, permettant d’augmenter la surface de portance et de se stabiliser à un niveau donné pendant que le plongeur se livre à la récolte des fleurs d’ambre et enfin de crampons pour pouvoir s’agripper aux grosses branches ou aux troncs si nécessaire. Le crampons pouvaient parfois être utilisés comme arme afin d’éloigner ou dissuader les squales forestiers, pieuvres à fourrures, anguilianes et autres joyeusetés qui pouvaient les prendre pour cible durant leurs plongées, le temps de remonter vite fait à l’abri du radeau des cimes.

Une fois prêts, les plongeurs basculèrent par-dessus bord, plongeant pour certains, se laissant tomber pour d’autres, pour se laisser absorber et disparaître rapidement dans l’immensité végétale. Emportés par le poids de leur équipement, sans forcer la descente, les plongeurs descendent lentement dans l’extraordinaire densité du feuillage qui s’était refermé sur eux. Au-dessus, le chant des alizés bruissant à la surface a laissé sa place à une symphonie de cris, d’appels, d’exclamations animales feutrées, telle une véritable jungle habitée et vivante. Le soleil devient une pénombre émeraude où filtrent d’immenses colonnes de lumière par les très rares trouées de la canopée. Florentia, Asger et le singe Ferrèol sont chacun guidés par un plongeur Sylmarin, même si sous sa forme animale, le jeune druide n’avait guère besoin d’aie, juste de savoir où ils allaient. Pour ce premier palier, il y avait surtout du feuillage qui formait une très épaisse couche sur une petite dizaine de brasses avant de commencer à apercevoir des terminaisons de branches qui allaient très vite former un entrelacs assez complexe. Puis la descente allait devenir un peu plus ardue, il fallait trouver un passage et ne pas se laisser piéger par l’enchevêtrement de branches et de lianes. A ce jeu, les plongeurs semblaient redoubler de prudence et leur corps filiforme ainsi que leur souplesse et agilité étaient vraisemblablement un atout majeur, atout que n’avait pas tout le monde…

Donc pour chaque PJ et pour chaque palier :
- 3 tests d’escalade ou de natation par palier = pas besoin de test d’escalade pour Ferrèol qui a une vitesse d’escalade
- 2 jets de 1d8

Vous descendez 3 paliers donc une rafale de jets svp. Si vous ne vous sentez pas de faire un RP, vous pouvez utiliser le fils [AdJ] Init et Perception
Tu sais ce que c'est, être réduit à l'état de pulpe ?
Offline Uktar  
#109 Envoyé le : jeudi 24 novembre 2022 13:01:33(UTC)
Uktar
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/06/2010(UTC)
Messages : 4,329
Localisation : Codognan(30)

85 / 85

Explosion: 8/8
Foudre: 9/9
Sorts niv 0: 4/4
Sorts niv 1: 7/7
Sorts niv 2: 6/6
Sorts niv 3 : 5/5
Sorts niv 4 : 4/4
Sorts niv 5 : 3/3
Forme animal: 4/4
CA : 15-> 18

Ils avaient tous basculé dans l'océan de verdure, la sensation de liberté rattrapa très rapidement Ferrèol, car avec son gabarit il savait qu'il n'était pas toujours le plus agile du groupe. Mais là il se jouait des branches, tout en se faufilant entre le feuillage. Sa seule préoccupation était de ne pas perdre le groupe qui parfois avançait relativement lentement.
Si bien qu'il pouvait se permettre d'observer et de tenter d'anticiper n'importe qu'elle approche.

  • Perception : 1d20+18 donne [15] + 18 = 33
  • Vitesse de progression palier1 : 2d8 donne [11] = 11
  • Vitesse de progression palier2 : 2d8 donne [4] = 4
  • Vitesse de progression palier3 : 2d8 donne [8] = 8





Modifié par un utilisateur jeudi 24 novembre 2022 13:02:51(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline poulosis  
#110 Envoyé le : samedi 26 novembre 2022 09:54:19(UTC)
poulosis
Rang : Habitué
Inscrit le : 10/11/2010(UTC)
Messages : 4,203
Localisation : Nantes

Oradin
Sorts Ora niv1 : 4/4
Sorts Pal : 2/2
Châtiment : 3/3
Impo. 4d6 : 9/9
Pacte +2 : 1/1
CA 27/12/26

100 / 100
Dire qu’ils étaient encore dans les nuages vingt-quatre heures plus tôt ! Et voilà qu’ils s’apprêtaient à plonger dans les profondeurs abyssales d’une forêt aussi haute qu’une montagne, où l’obscurité régnait en maître. L’absence de lumière ne gênera pas le nain. Ses yeux s'adapteront pour qu’il puisse observer son environnement sans difficulté sur une vingtaine de mètres. En outre, sa formation de paladin l’avait préparé à combattre le Mal jusque dans sa tanière, souvent un refuge plongé dans les ombres. Non, basculer dans l’abîme ne l’inquiétait pas. Sa foi le protégeait de toute peur, désormais.

Par contre, le déplacement en lui-même était une nouvelle fois problématique. Déjà, nager dans un océan de verdure le perturbait. Cela lui rappelait encore les trop récentes traversées sur l’eau salée. Il avait songé rester dans le bateau. Mais un paladin n’abandonnait pas son équipe. Et puis au final, ils n’allaient pas véritablement nager mais descendre le long des arbres. Il pouvait considérer cette descente comme une épreuve d’escalade. Restait alors le vrai souci : ôter son armure. Elle était son chef-d’œuvre et un souvenir de sa collaboration avec son père, donc très cher à son cœur. L’abandonner sur le pont lui coûtait. Elle formait aussi comme une seconde peau. Il ne la quittait jamais. Il se sentait comme nu, sans elle. Et il y avait Durirak aussi.

Il regarda les autres basculer par-dessus bord. Il soupira. Le devoir l’appelait… Il se retrouva aussi nu que possible. Son “piolet” dans le dos, le pic de guerre lourd, sa dague à la ceinture, un casque sur la tête, et de simples vêtements froissés, l’apparence du nain était presque comique, avec sa mine revêche, semblant mettre au défi quiconque oserait se moquer. Il ne s’attarda pas sur le pont.

  • Escalade 1 : 1d20+8 donne [2] + 8 = 10
  • Escalade 2 : 1d20+8 donne [9] + 8 = 17
  • Escalade 3 : 1d20+8 donne [13] + 8 = 21
  • Escalade 4 : 1d20+8 donne [1] + 8 = 9
  • Escalade 5 : 1d20+8 donne [3] + 8 = 11
  • Escalade 6 : 1d20+8 donne [17] + 8 = 25
  • Escalade 7 : 1d20+8 donne [20] + 8 = 28
  • Escalade 8 : 1d20+8 donne [12] + 8 = 20
  • Escalade 9 : 1d20+8 donne [15] + 8 = 23
  • Jet d8 1 : 1d8 donne [3] = 3
  • Jet d8 2 : 1d8 donne [6] = 6
  • Jet d8 3 : 1d8 donne [6] = 6
  • Jet d8 4 : 1d8 donne [4] = 4
  • Jet d8 5 : 1d8 donne [8] = 8
  • Jet d8 6 : 1d8 donne [7] = 7

Offline Nauron  
#111 Envoyé le : samedi 26 novembre 2022 21:53:55(UTC)
Nauron
Rang : Membre
Inscrit le : 28/07/2016(UTC)
Messages : 17

Florentia
Alchimiste 9
Bombes:15/15
DEF : 20/15/15
Etat

en transe

70 / 70


Florentia se répétait les consignes qui leur avait été données par le capitaine, ce genre d'activité pour le moins inhabituelle était un plaisir pour la curiosité de la sylphe, mais alors qu'elle réfléchissait au moyen de mesurer de manière sûre la place des paliers, elle se perdit dans des idée d'optimisation de la recherche de filons de perle et ne vit pas que le paladin avait enlevé son armure et entamait son escalade...

Elle avait sur elle un extrait de poisson singe qu'elle voulait lui proposer pour l'aider mais le voyant déjà partit, pragmatique elle bu le sus nommé extrait et en profita.

Extrait de poisson singe: vitesse de 3m en nage et en escalade pendant 9 minutes

  • d1 : 1d8 donne [6] = 6
  • d2 : 1d8 donne [1] = 1
  • d3 : 1d8 donne [1] = 1
  • d4 : 1d8 donne [5] = 5
  • d5 : 1d8 donne [3] = 3
  • d6 : 1d8 donne [5] = 5
Et sur le rêve de Kali construire leur vie
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
6 Pages«<456
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

| Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2022, Yet Another Forum.NET