Retour

Nous 5 (Mélodie étant dans un état critique) sommes dans notre chambre commune avec notre tante, sœur Lucretia, qui a l’air affolée. Elle nous demande ce qui s’est passé et comment nous sommes arrivées dans le caveau à la base de la tour. Sœur Lumina essaie de se rappeler de l’initiée qui les a amenées à la base de la tour. Apparemment l’endroit est interdit aux initiées et aux adeptes, nous n’aurions jamais du y être menées. Les autres sœurs semblent être à peu près d’accord sur la description, mais sœur Lucretia ne la reconnaît pas. Une sœur arrive, une femme dans la force de l’âge mais bien campée sur ses jambes, elle porte une toge de mère Zélote : mère Célestina, la mère qui s’occupe des offices et le sponsor de sœur Livia. Elle invite sœur Lucretia à suivre une de ses adeptes pour aller au chevet de Mélodie. L’autre sœur adepte rentre à l’intérieur et reste dos à la porte, tandis que la sœur Zélote Célestina nous invite à prier. Elle incante une zone de vérité, que sœur Lumina reconnaît et elle murmure « zone de vérité ». Elle, Sœur Aliénor et Sœur Béonia baissent leur barrières mentales et ne résistent pas au sort de mère Célestina. Sœur Prudence n’arrive pas à résister, Sœur Livia si. Elle demande aux cinq sœurs comment elles se sont retrouvées dans cette crypte et ce qu’on leur a dit « Méditez dans cette salle, la lecture des murs peut vous aider. » Ensuite elle nous interroge une à une pour voir de quels détails elles se rappellent. D’abord Sœur Aliénor, qui se rappelle de psaumes apparemment interdits aux sœurs en-dessous du rang d’adepte. Ensuite Sœur Béonia qui lui parle de comment elle a ressenti la menace venant de l’eau, bloquée par la foi des anges. Quand elle en parle, toutes les sœurs sentent planer une menace. Mère Célestina incante un cercle de protection contre le mal puis deux autres sorts. Le dernier est dans une langue ancienne et codée avec des accents de céleste et des traces de lynnien. Elle dit ensuite à Soeur Béonia que sa purification sera longue. Ensuite Soeur Livia dit qu’elle a regardé les murs, puis qu’elle s’est rendue compte que sœur Mélodie n’allait pas bien. Elle cache des choses ? Elle doit rester cloitrée pendant les deux prochaines semaines pour être purifiée, elle doit aussi ne pas parler. Ensuite Soeur Prudence parle des textes qu’elle a lu sur les Azatas et l’Unique. Les Azatas sont partis dans les forêts rétablir l’équilibre, l’Unique a bannit des archons dans le désert et les condamnant à la non-mort. Elle doit lire une série de texte sacrés jusqu’à oublier ce qu’elle a lut. Mère Célestina lui dit de dans le cas spécifique de sœur Prudence, elle se doit de la protéger ainsi que le reste du Monastère. Enfin Sœur Lumina lui parle des écrits en Grac Ancien et en Shémélit qu’elle n’a pas pu lire, ainsi que les mêmes textes que Sœur Prudence. Elle devra lire les mêmes textes que sa sœur et enfouir ses souvenir au plus profond d’elle (ce qui ne veut pas dire les oublier). Elle veut nous voir une fois par jour pendant la première semaine. Nous discutons ensuite de la justice ou l’injustice des décisions de Mère Célestina. Nous détectons nos alignements : nous sommes toutes extrêmement mauvaises et chaotiques du point de vue des alignements. On vient nous chercher : à partir de maintenant, nous sommes suivies par deux adeptes pour nous surveiller. Mélodie est dans le coma et doit être exorcisée par les Mères Supérieures Oglana et Ursula Célestia. Toutes trois sont dans la bibliothèque. Soeur Prudence et Soeur Lumina vont à la bibliothèque, sœur Aliénor et sœur Béonia font leur exercices, sœur Béonia jusqu’à l’épuisement. Elle se sent libérée d’un grand poids dès la première nuit, Soeur Vie de Sainte Varonaele : la croyante, l’archéologue et l’aposta. Les psaumes à lire par Lumina et Prudence sont dans l’apostat. Soeur Grania leur fait la lecture et nous dit que ce livre est réservé aux adeptes. Devant la foi aveugle des ses coreligionnaires hommes qui suivaient l’Unique aveuglément. Elle a dut leur cacher ce qu’elle a trouvé. Elle est ensuite rentrée dans une politique du secret qui est propre à son ordre. Mère Grania élude les questions de Soeurs Prudence. Apparemment Sainte Varonael devait se purifier souvent à cause de ce qu’elle devait faire pour l’ordre : elle priait, elle s’en remettait aux anges. Les deux sœurs prennent des notes sur la purification. Elle vont ensuite demander conseil à Mère Sonia du jardin des simples qui les fait arracher des mauvaises herbes sans outil, jusqu’à l’épuisement. Peut endurantes, elles y arrivent assez vite. Elles perçoivent une lumière et ont l’impression, au seuil de l’inconscience, que quelqu’un vient nous dire des choses à l’oreille qu’elles ne comprennent pas. Au bout de la journée de jardinage, elles se sentent libérées d’un grand point. Le jour suivant, elles se sentent béates. Soeur Béonia, au cours d’une cérémonie, se fait remettre le premier livre de Sainte Varonael : elle est désormais une porteuse des saintes écritures. Les sœur adeptes en ont 2, les mères Zélotes en ont 3, la mère supérieure en a 4. De sont côté, Livia a détecté trois pierres avec une aura maléfique à la base de cette tour. Le 3e jour, Soeur Aliénor et Soeur Béonia sont appelées pour aider sœur Livia. Elles sont conduites dans la tour où est Livia et on leur bande les yeux et on leur met du coton dans les oreilles. Elles refusent les baillons. Mère Célestina est avec une femme qui semble étrange, qui est sous son contrôle et qui « ne peut pas aller contre sa nature », et qui de plus est d’alignement maléfique. Son aura n’est pas rouge cependant mais violette. Mère Célestina prévient Livia qu’elles vont aller dans un endroit différent, mais qui est ici (un autre plan?). Elle touche la poitrine de Livia, Livia touche les épaules de Béonia et Aliénor. Tout autour d’elle devient flou et perd toute couleur. La femme maléfique est très visible, moitié femme moitié démon. Ce monde est sombre, mair Mère Célestina est très blanche et elle tient une chaine qui va jusqu’au coup de la démone. Céleste inquante deux cercles (mal et chaos), la créature tombe au sol et Mère Célestina a un regard peiné pour elle. Les pierres maléfiques sont des prisons pour des créatures maléfiques qui les consultent et profèrent des menaces de mort. Mère Célestina explique à Livia que sa tâche, si elle l’accepte, est de traquer le mal partout où il est. Le subterfuge est parfois nécessaire pour mener à bien cette mission. Dans ce monde, la bibliothèque semble très solide et parcourue de lumière orange. Apparemment elle a été construite il y a bien longtemps, elle est là sur tous les plans. Elle a permis à la sainte de cacher ses secrets.. Il est difficile d’y rentrer et d’en sortir. La tour où on a vu les écritures est visible, et surtout le puis. Il devait être magnifique mais il est souillé, fracassé et une chose suintante le couvre : la trace du passage de l’ennemi. Apparemment, les mystères de la bibliothèque n’ont pas encore été tous perçés. Sur le retour, elles passent devant la statue de la Sainte. Dehors, les fleurs poussent et tombent en poussière à vue d’oeil. La statue ne semble pas aussi solide que la bibliothèque, mais quand même plus solide que le reste du monastère.

Dans nos nouveaux offices, nous apprenons que Sainte Varonael avait des ennemis, dont les cultes masculins de la lumière. En tant qu’aspirantes, nous allons entrer dans le secret et l’hétérodoxie. Les autres cloîtres de Sainte Varonael sont au nombre de trois et sont cachés. On peut parler aux elfes par contre, car ils se moquent de notre hétérodoxie. Première messe : bienvenue dans le secret. On sait qu’il y a encore beaucoup de choses à apprendre mais que tout vient avec le rang. On a vraiment l’impression de rentrer dans une société secrète.