Introduction



Je ne sais pas pourquoi je prends ce soir la plume pour coucher par écrit nos aventures. J'ai toujours gardé à l'esprit que seuls les vieux magiciens reclus en haut de leurs tours pouvaient s'ennuyer suffisamment pour tenir de tels mots.

Alors pourquoi le faire? Parce que la Compagnie de l'Orient est en marche. Parce que nous nous dirigeons aux devants de grands dangers et que nous ignorions tout de ce qui nous attend.

Parce que nous ignorons même si nous serons capables d'en ressortir vivants.

Finalement, c'est probablement cette idée qui guide mes mains ce soir. Une image ne me quitte plus depuis notre visite des marais. Je repense sans cesse aux os blanchis Tsutamu et à l'inimaginable volonté qui a animé sa dépouille pour accomplir sa tache. Et je me rends compte que si par malheur il n'avait laissé son testament derrière lui, nous n'aurions jamais compris sa mission et n'aurions jamais pu rétablir l'injustice qui avait frappé ce noble guerrier.

Si nous ne devions jamais ressortir des ruines de Brinewall, que resterait-il de nous? De notre mission? De nos intentions?

Que laisserions-nous à nos proches?

J'espère plus tard relire ces lignes au coin d'un feu, un sourire ironique aux lèvres devant tant de candeur.

J'espère que ce journal ne jouera jamais le rôle de testament.

Ces pages comptent les aventures de la Compagnie de l'Orient.




Ventdi 4 Desnus 4711



Le voyage avait plutôt bien débuté. Calmement à vrai dire. Trop aux yeux de Kitano. Pour ma part, j'ai tendance à apprécier la quiétude. L'idée de devoir sans arrêt guetter mes arrières pour éviter de me faire tuer ne sied guère ni à ma personnalité, ni à mon style de vie.

Cet après-midi, Sandru nous a envoyé chercher de l'eau. Une mission des plus risquées qui nécessitait au moins la participation des cinq petits jeunes de la caravane.

Je n'ai pu prendre cette mission pour autre chose qu'une punition. Ou une sorte de farce. Quitte à envoyer du monde parce que les tonneaux remplis d'eau pouvait peser lourds, n'envoyer que des hommes aurait été largement suffisant! Sinuk, Kitano, Sandru lui-même et moi aurions pu nous en charger!

Il aura fallu l'attaque d'un monstre aquatique pour que je me rende compte que rien n'est indemne de danger dans nos contrées. Rien que de repenser aux puissantes mâchoires de ce monstre se refermant sur les chaires frêles de Saya m'emplit d'horreur. J'ai manqué de vigilance et je m'en veux terriblement.

Je sais bien qu'il ne m'est pas possible d'assumer toute la sécurité du groupe et là n'est pas la question. Mais... j'ai fait l'enfant. Je n'ai pas accepté la mission et l'ait pris de mauvaises grâces.

Saya a cherché à me réconforter et au fond de moi, je me dis que si elle avait pu guetter les lieux comme elle le fait d'habitude, tout ceci ne se serait jamais produit.

Bref, tout s'est bien terminé et nous allons dès demain reprendre notre route. Je pense que nous avons tous tiré de précieuses leçons de ce qui nous est arrivé aujourd'hui.

Chaque épreuve nous rendra plus fort et plus prudent. Nous découvrons la vie d'aventurier.

Mais l'aventure ne laisse que rarement une seconde chance.




Lunedi 7 Desnus 4711



Je m'étais promis de coucher ce soir des anecdotes sur la vie quotidienne au sein de la troupe pour que ce journal ressemble à autre chose que le témoignage des innombrables dangers que nous avons dû traverser avant d'atteindre Brinewall.

J'aurais ainsi pour raconter la complicité surprenante de Shalelu et de Sinûk. Je reste circonspect devant leur relation d'ailleurs. Quel âge peut bien avoir l'elfe? Même si elle semble jeune pour sa race, elle a dû voir défiler plus d'hiver jusqu'à présent que je ne pourrais espérer en connaître dans toute ma vie, même si Sarenrae ne devait me rappeler à elle qu'aux limites de l'espérance de vie humaine.

Sinuk doit lui faire l'effet d'un enfant en bas âge. D'une petite chose frêle et périssable? Et pourtant, je peux constater jour après jour que le lien se renforce entre ces deux personnes que tout devrait séparer.

Les elfes sont une réelle énigme à mes yeux, mais je me rends compte qu'il en va de même pour Sinûk. Il faudrait que je prenne le temps d'apprendre à le connaître. Il semble pourtant si solitaire... Comme s'il portant toute la misère du monde sur ses épaules.

Enfin trêve de digression, mes réflexions sociologiques sur notre groupe ne pouvaient être menées à leur terme parce que nous avons été attaqués par une troupe de barbare. L'affaire a été rapidement menées grâce aux talents d'éclaireur de Shalelu et aux guerriers d'exception de notre troupe. Je suis resté admiratif devant la capacité de Sandru à gérer la crise et à établir au mieux une stratégie adaptée à notre défense. Il s'est ce qu'il fait. C'est un caravanier hors pair.

Je suis cependant surpris par l'attaque des barbares: est-ce là le lot commun des caravanes? Je n'avais pas idée à quel point les marchands risquaient chaque jour leurs vies pour nous ramener les denrées des régions éloignées...




Mercantdi 9 Desnus 4711



Image
Je suis exténué ce soir. Les conditions climatiques ont été désastreuses aujourd'hui.

En général, je prends toujours le premier tour de garde mais là, je crois que je vais essayer de donner mon tour à Kitano. J'écris ça, mais je sais que je ne le ferais pas. J'aurais honte de jouer sur sa corde sensible alors qu'il a tout autant souffert que moi, si ce n'est plus étant donné qu'il s'est chargé de calmer les chevaux malgré la tempête battante.

Non, j'accomplirais mon devoir, quel qu'en soit mon état.

Nous sommes restés confinés les uns contre les autres dans les chariots la plupart du temps et j'ai essayé de discuter avec Inari. "Essayer" est le mot juste je pense. En fait, avoir une conversation avec elle est facile et naturel. Elle parle souvent pour deux d'ailleurs, donc on s'ennuie rarement.

Mais ce n'est pas ce que j'attendais de notre entretien. J'aurais aimé mieux la connaître. La connaître vraiment.

A mes yeux, elle n'a toujours été que la gentille serveuse d'une auberge un peu perdue au sein d'un village oublié. Et pourtant...



Je n'arrive pas à trouver les mots. Voilà plusieurs minutes que je regarde cette page blanche et je n'y arrive pas. Quels sentiments m'inspirent-elles maintenant? Je l'ignore. Je l'ai vu faire des choses formidables et en même temps avoir recours à des forces qui me dépassent, dont je ne suis toujours pas sûr qu'elles soient positives.

Je l'ai vu sourire, rire, avoir de la compassion et de l'inquiétude pour ses pairs. Et j'ai vu une haine froide au fond de son regard.

Quant à moi... Il faut que j'y réfléchisse encore. Il faut que j'apprenne.






Juredi 10 Desnus 4711



La caravane a encore été attaquée. Par des gobelins. Le raid n'a pas fait long feu. Mais encore une fois, je ne regarderais plus jamais les marchands de la même manière.



Lunedi 14 Desnus 4711



Demain, nous entrons à Brinewall. Je ressens un mélange d'excitation et d'angoisse. Tant de légendes ont été décrites sur ce lieu. Lesquelles ont ne serait-ce qu'une once de vérité? Parce que si la moitié de ce qu'on dit sur cette forteresse est vrai, nous n'en ressortirons probablement pas vivants. Et pourtant, j'ai toute confiance dans les capacités de mes compagnons et je ferais tout mon possible pour les aider.

Mais je suis obligé d'être inquiet, surtout après les événements de la veille.

Je n'ai pas pris le temps d'écrire ce qu'il s'est produit alors. J'étais trop fatigué et je me suis effondré sur ma couche le soir venu. D'ailleurs, personne ne m'a réveillé pour le tour de garde. Je leur en suis reconnaissance, mais je ressens une grande honte à m'être laissé aller de la sorte. Ils étaient tous au moins aussi fatigués que moi, alors qu'ils avaient été blessés - et parfois même grièvement. Il ne faudra pas que cela se reproduise.

Toujours est-il qu'une partie importante de notre matériel est en miettes suite à l'assaut d'un groupe d'ogre. J'ai bien que cru que notre dernière heure avait sonné. Mais heureusement, Kitano, Sinûk et Saya ont donné le meilleur d'eux-mêmes.

Espérons qu'il en sera de même pour demain. Mais j'ai confiance en eux.

Je ne peux pas m'étaler ce soir et pourtant j'ai beaucoup de choses à écrire. Mais il faut que je médite intensément pour demain. Nous n'aurons pas le droit à l'erreur.