Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

18 Pages123>»
Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline UrShulgi  
#1 Envoyé le : lundi 2 janvier 2017 16:55:16(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué
Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,520
15 Desnus 4709, Arène marchande, soir : Veni Vidi Vici


Un certain farniente avait pris d'assaut l'escouade du matin, qui n'aspirait qu'à du repos, de la paix, et pour certains, des réponses. La petite communauté de Kelmarane était enjouée, des renforts, des habitants (et des clients) arriveraient dans les prochaines semaines, les menaces immédiates étaient écartées, les pertes étaient minimes, et depuis que l'église avait été nettoyée de la corruption qui y régnait, le soleil semblait se faire resplendissant, mais supportable, loin de l'air suffoquant que pareille lumière amène d'habitude. Un signe de plus pensaient beaucoup de présents.

Almah avait passé l'après-midi à s'entretenir avec le reste de la caravane après avoir parlé avec Alia, qui l'avait interpellée sur le sujet sensible du prisonnier, chef jusqu'à récemment des gnolls de la ville, et Templier de légende. Almah avait rapidement décidé de gracier l'homme, mais ne souhaitait pas qu'il parte avant d'être remis sur pieds et d'avoir copieusement mangé.

Les chameliers avaient passé l'après-midi à cuisiner, rendant la sieste agréable ou infernale selon l'appétit de chacun, ils avaient sacrifié au bord de falaise une chèvre au midi, comme le voulait leur coutume en cas de jour important. Les odeurs de carcasse étaient restées au loin alors qu'ils avaient offert le reste de la bête pour Rhondar, et les odeurs de viande grillée mariné venaient à toutes les narines.

Kurrelak tentait de faire amende honorable et de s'acclimater aux nouveaux occupants, préparant les tables pour tous les convives et servant les boissons. On pouvait se dire qu'il avait du perdre un œil dans son incapacité à se défendre mais il semblait plutôt qu'il avait seulement perdu un œil là où beaucoup des siens étaient morts.

Almah n'avait pas entamé la soirée par un grand discours, pas même sur Kardswann, la nouvelle de sa libération, en plus de se constater en voyant le géant s'enfiler les pintes entre deux mets, avait rapidement fait le tour de Kelmarane par le bouche à oreille. Nemlak, Bhaal, Alia, Célestin et Jyll étaient convié avec Khem, Garavel et Zastoran autour de la même table, qui pour l'occasion était faite de deux tables rondes juxtaposées.
Autour, les chameliers s'étaient groupés avec Piye et Dashki, les Lames des Sables à leur gauche, et le reste des Lions à droite. Plus loin, Undrella discutait avec les marchands, et le gobelours, sous les yeux attentifs de deux gardes.


« Merci de vous être joints à moi ce soir. Je n'ai pas de mauvaise nouvelle à vous annoncer, ni de chose à vous vous faire faire, je tenais à vous partager les fraîches nouvelles que j'ai reçues par télépathie. Les Maîtres du Pacte envoient des aujourd'hui des soldats, ainsi que quelques marchands qui viendront s'installer et s'étaient placés sur une liste d'attente. Le reste, une majorité, sera composé d'artisans et ouvriers, ainsi, je préfère vous le dire, d'esclaves. Ils arriveront en trois vagues, avec la moitié des soldats dans la première, et un quart dans les suivantes. Je réfléchis à la politique à prendre face à l'esclavage ici, et ferait mon possible pour trouver une solution qui arrangera tout le monde, ou du moins ceux qui le méritent. Une fois les soldats présents, je m'absenterai avec vous pour que nous fassions faire reconnaître vos droits, à Alia et Bhaal, ça sera l'occasion de conclure quelques contrats et de négocier des informations, ainsi que des installations. En seront ceux qui voudront en être. Je n'ai rien à vous demander de faire, aussi vais je vous demander : avez vous des projets immédiats ou imminents? »

Sans hâte mais dans la foulée, Jyll leva la main jusqu'à hauteur de visage et prit la parole.

« Avec Célestin, nous pensions remettre de l'ordre dans l'église, et enterrer les corps de ceux qui sont tombés au combat où dont le repos a été profané. Je ... je ferai une cérémonie, pour ceux qui le souhaitent. Je me demandais d'ailleurs si ... si les gens ici présents qui ont pu affronter des sans-repos qu'ils avaient connu souhaitaient que nous les enterrions ou non. » Timide, Jyll regardait le centre de la table sans plonger son regard dans les yeux de ceux qu'elle visait. « À part ça, je vais essayer de m'investir dans l'église, ou dans le monastère, je ne sais pas trop ce que vous comptiez en faire. »
Khem regardait sa sœur sans rien dire, sirotant le contenu de son verre, regardant si quelqu'un voulait prendre la parole, avant de se glisser en second à répondre.


«  Le jour où vous irez à Katapesh j'en serai, je pense monter une compagnie de mercenaires, peut-être avec un associé, et j'crois qu'y faut se faire enregistrer en guilde pour ça. Je pensais aussi à rester, et à me faire payer pour arpenter les terres alentours, faut qu'on voit un peu plus loin que les abords de Kelmarane, qu'on voit si y a des ennemis ou des gnolls, où y a des vers géants, ce genre de choses. Voilà. » dit il sans trop savoir comment conclure, peu habitué à parler futur avec autant de monde.

Modifié par un utilisateur mercredi 27 septembre 2017 11:04:18(UTC)  | Raison: Non indiquée

Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Annonce
Offline Lyana  
#2 Envoyé le : mardi 3 janvier 2017 00:47:53(UTC)
Lyana
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/04/2013(UTC)
Messages : 1,492

Alia
CA 22 (C17,D17)
Ref+8* Vig+4* Vol+5*
Représentation : 15/15
Glitterdust : 1/1
Sorts 1 : 4/4
Sorts 2 : 3/3

48 / 48

Alia était heureuse.

L'entrevue avec la Princesse avait dépassé toutes ses espérances, comme l'avait prédit Kardswann, Almah ne retenait pas le jann prisonnier mais il devenait en plus son invité. Elle sentait la joie de Vardishal se mélanger à la sienne à l'idée de son compagnon de lutte libéré de l'emprise daemonique et de retour parmi eux.

Kelmarane était bel et bien libérée et ils s'étaient même fait un allié de choix avec le Templier. La satisfaction d'Alia était doublée par le sentiment d'avoir fait ce qu'il fallait, comme elle avait eu raison d'insister pour l'épargner !

Depuis son entrevue avec la Princesse, le sourire ne quittait pas les lèvres de la jeune danseuse et ses pas étaient encore plus aériens que d'habitude. Elle se sentait légère, toute inquiétude l'avait désertée. Elle savait que ce n'était qu'éphémère, que les peurs et la tristesse reviendraient mais pas ce soir. Ce soir, elle était heureuse, elle était avec l'homme qu'elle aimait, entourée d'amis et elle était libre.

Lorsque la Princesse les questionna, elle redevint sérieuse un instant et baissa la tête, respectueuse.

« Je ne puis vous répondre à l'instant, Princesse, je dois encore réfléchir afin d'être certaine de prendre la bonne décision... Mais je puis déjà vous dire que je n'envisage pas un instant de partir d'ici, enfin à part pour vous accompagner à Katapesh. »
Elle se tourna, de nouveau souriante vers Jyll. « Si je puis vous être utile en quoi que ce soit, n'hésitez pas à me le faire savoir, j'aimerai vraiment vous aider. Sarenrae a été trop longtemps négligée en ces lieux, elle mérite des lieux à Sa hauteur. »

Puis Khem parla de son projet et elle regarda son compagnon, le sourcil relevé en une question muette.



La nuit était tombée sur le désert mais dans l'arène la soirée n'était pas finie, le vin coulait à flot et les rires se faisaient plus forts. Alia riait, elle avait bu un peu plus que de coutume et si elle n'était pas ivre, elle était dans une béatitude heureuse.
Felliped, le barde libéré, venait de sortir son oud et jouait des airs entrainants, augmentant la liesse générale.

Souriant plus grand encore, Alia se leva et empêcha Bhaal de la suivre avec un sourire énigmatique, elle alla chuchoter à l'oreille du barde qui hocha la tête avec véhémence en réponse puis elle sortit de la salle.

Un bon quart d'heure passa, lorsque soudain un son discordant retentit dans la salle faisant taire tous les convives. Felliped avait troqué son oud contre un instrument en bois semblable aux flutes qui charmaient les serpents qu'il portait à la bouche. Heureux de l'attention qu'il avait réussit à obtenir, le musicien transforma les notes stridentes en une mélopée lancinante et joua un air qui semblait se répéter à l'infini quand elle apparut de nouveau.

Alia était quasiment méconnaissable dans la tenue qu'elle venait de revêtir. Elle avait troqué sa cuirasse de combat ou la robe simple de lin pour une tenue brodée d'or et de paillettes. La jupe descendait bas sur son bassin laissant voir le mouvement lent de ses hanches qu'elle balançait au rythme de la musique alors que le haut mettait en valeur sa poitrine et descendait sur le ventre afin d'en accentuer la finesse et le dessin parfait. Des voiles oranges suivaient le moindre des mouvements de ses pieds nus. Elle s'était maquillée, le trait de khôl soulignait le vert de ses yeux, ses lèvres paraissaient plus rouges que d'habitude et l'anneau qu'elle portait à son nez et qu'elle avait relié à l'une de ses boucles d'oreille par une chaîne dorée ouvragée accentuait la symétrie de ses traits.
Les lourds anneaux qu'elles portaient à ses poignets et chevilles cliquetaient à chacun de ses pas et répondaient au son lancinant de la ghaïta de Felliped.

Elle glissait sur le sol au rythme de la musique, tournant sur elle-même, tenant en main Tempête, lui faisant faire des arabesques non plus pour tuer mais pour célébrer le bonheur d'être vivante.
Elle ne faisait qu'un avec l'arme qui se fondait en un ruban orange lors d'une volte rapide.

Ses pieds touchaient à peine le sol ou au contraire glissaient langoureusement, elle prenait plaisir à danser, non l'une de ces danses lascives et sexuelles qu'on lui faisait exécuter auparavant, mais une danse de joie, mimant les scènes de combat dans un ballet aérien, célébrant leur victoire et le bonheur d'être vivante. Elle virevolta autours des convives de façon de plus en plus rapide, jusqu'à ce qu'on ne voit plus qu'un tourbillon d'or et de feu alors que la mélopée s'accélérait sans fin. La musique s'arrêta brutalement et elle s'écroula en sueur, le souffle court, le corps arqué vers l'arrière, la tête relevée, les yeux braqués dans ceux de son amant, souriant à pleines dents.

Modifié par un utilisateur mardi 3 janvier 2017 07:41:11(UTC)  | Raison: Non indiquée

Je posterai le jour, je posterai la nuit, je posterai toujours ^_<
Amarante, championne audacieuse, sylphe née des orages et des elfes (N211)
Aksana, chamane samsarane de la vie (S210)
Alia, derviche de la Fleur de l'Aube aasimar (BM96)
thanks 4 utilisateur ont remercié Lyana pour l'utilité de ce message.
Offline Guigui.  
#3 Envoyé le : mardi 3 janvier 2017 18:03:39(UTC)
Guigui
Rang : Staff
Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 6,862

Bhaal
rage berserk : 14/14
CA : 18 | C : 12 | D : 16
réf:+3 | vig:+6 | vol:+4

57 / 57



Après leur entrevue décisive avec Kardswann, Bhaal n'avait pas souhaité accompagner Alia dans sa requête auprès de la princesse Almah pour demander la grâce du templier. Non qu'il la désapprouvait, bien au contraire, mais il estimait que la jeune fille ne courait plus aucun danger auprès de la princesse qui était devenue leur véritable amie. Il n'avait pas besoin de la protéger d'Almah en quelque façon, et il ne désirait pas être derrière elle en permanence... comme son ombre.

A dire vrai, il éprouvait le besoin d'être un peu seul. Tout était fini. Ces quelques semaines folles s'étaient finies en apothéose et tous ses souhaits s'étaient réalisés. Il se sentait plus fort, mieux armé, plus expérimenté. Il avait affronté des ennemis qu'on ne croise pas dans une arène, et il avait beaucoup appris. Et il n'y avait pas que les armes. La femme qu'il avait rencontré, qui s'était prise d'amour pour lui et qu'il aimait d'un amour fou - d'un amour à mort - l'avait, en quelques jours bénis, changé à tout jamais. Désormais, même si Alia disparaissait, il savait, au fond de lui-même, qu'il ne reviendrait pas en arrière. Ces semaines avaient été les plus riches de toute sa vie.

Et maintenant ?

Le demi-démon redescendit dans le grand hall et commanda une pinte de bière au serveur gnoll. Muni de sa chope, il sortit de l'arène malgré la chaleur de midi qui montait. Il éprouvait le besoin de voir le ciel, loin de toute cette pierre au-dessus de lui, et de sentir le vent brûlant du désert. Tournant dans l'une des rues qui débouchaient sur l'arène, il s'efforca de lutter contre le sentiment de vide et la peur de l'inconnu qui l'envahissaient. De gladiateur et esclave, on l'avait fait mercenaire. De mercenaire, homme libre. Et d'homme libre, citoyen et notable. Maintenant que tout danger était écarté et que nulle menace ne pesait sur eux, son regard se porta vers l'avenir et cette vérité s'imposa à lui avec force. Tôt ou tard, Alia se révélerait pour ce qu'elle est, ils seraient connus comme les héros de Kelmarane, tueurs du démon, la belle et la bête. Les paroles de Kardswann lui revinrent en mémoire. Le génie avait vu juste : ils allaient devenir célèbres.

Bordel de merde.

Ironiquement, malgré son statut d'ancien esclave, Bhaal avait une expérience très précise et concrète de la célébrité. Elle était, avec l'argent, le fondement du métier de gladiateur, et même les esclaves, combattants de second rang, comme lui, pouvaient connaître leur heure de gloire en remportant des victoires. C'est-à-dire, très précisément, en ne mourant pas. Mais les gladiateurs libres qui ne mouraient pas, eux, devenaient pratiquement des héros. Il imaginait assez bien leur vie. Toujours des tas de gens pour s'occuper d'eux. Toujours des tas de gens pour venir les voir. Jamais seuls. Jamais tranquilles.

Jamais ça !

Le souvenir d'une voix froide et dure - d'une voix de magicien - lui revint à la mémoire, et des paroles tout aussi froides : « même si tu deviens libre un jour Bhaal, tu auras toujours des chaînes. Tu ne seras jamais réellement libre. » Et ce rire, ce rire de dément qui prenait le demi-orque lors de ses rares moments d'exaltation. Était-ce de lui qu'il riait maintenant ? « HA HA HA HA HA HA HAAAA ! »



« PUTAIN ! » Le cri claqua dans la rue déserte et le coup de poing partit, faisant exploser le plâtre écaillé du mur près duquel il se tenait. Bhaal s'adossa au mur et s'efforça de respirer pour se calmer. Mais plus il essayait de se calmer et plus les questions qu'ils se posait tournaient, tournaient... Comment faire ? Comment faire qu'Alia m'aime ? Comment faire pour l'aimer ? Comment faire pour être libre ? Comment faire avec l'argent ? Et moi, je suis qui, putain ? Il regarda sa main : il s'était quelque peu blessé mais, par chance, ça ne se verrait pas trop, surtout avec la couleur de sa peau.

Il lui fallut un petit moment pour reprendre contenance et se sentir capable de retourner vers sa bien-aimée, ses amis et la vingtaine de personnes qui composait maintenant la petite troupe. Il retrouva Alia, radieuse, presque exaltée, qui lui sauta au cou pour lui apprendre la libération de Kardswann. Alia avait besoin de ce genre de chose, elle avait besoin de sauver les gens. Cela la rendait heureuse. C'était peut-être pour cela, après tout, qu'elle l'aimait.

Bhaal était, somme toute, inquiet mais heureux, et en tout cas suffisamment remis pour donner le change et ne rien laisser paraître des doutes qui continuaient à l'étreindre. Mais le repas, pris rapidement, car tout le monde savait maintenant qu'il y aurait un banquet, le trouva quelque peu absent, souriant mais peu attentif, l'esprit ailleurs. Et lorsque la chaleur de l'après-midi écrasa tout et que l'heure de la sieste vint, il se retira avec sa bien-aimée. Alia ne pouvait se retenir d'exprimer sa joie, et la voir ainsi était un enchantement pour les sens. Sa grâce, la chaleur de sa voix, la lumière de ses yeux et la pureté de sa peau, tout en elle concourait à créer une atmosphère où l'on se sentait bien par le simple fait d'être près d'elle, même dans une froide cellule mal tenue. C'était cela, le vrai miracle d'Alia. Il l'écouta parler, tandis qu'elle était lovée contre lui, la tête sur sa poitrine, de l'avenir et du bonheur d'être vivant, libre et victorieux, avec la vie devant soi. Sa voix le guidait tandis qu'il plongeait doucement vers un demi-sommeil bercé du timbre mélodieux de la jeune fille.



Les courtes heures passées avec Alia avaient fait leur office et rasséréné le géant rouge. Auprès d'elle, tout était plus facile tant elle était remplie d'espoir, de sorte que Bhaal était parvenu à mettre ses inquiétudes de côté pour jouir du moment présent. Chaque chose viendrait en son temps, et c'était un jour de victoire et de liesse. Il était inutile de gâcher ce moment heureux, pour lui-même mais surtout pour Alia.

Convié à la table de la princesse, il se montra souriant et disert, riant avec ses amis, évoquant les souvenirs de leur quête commune et de leurs combats. Il raconta, goguenard, comment il avait convaincu ses amis de retirer la corde du puits dans le temple de Nethys soit disant pour ne pas risquer de signaler la présence du magicien pendant sa nuit solitaire, mais bien « pour lui faire les pieds », ce à quoi Nemlak rétorqua, avec le calme dont il était coutumier, que cela ne l'avait pas dérangé le moins du monde et qu'il ne s'en était même pas rendu compte, n'ayant pas remis les pieds dans la salle des statues. « Ça ne m'étonne pas de toi, » maugréa Bhaal dans l'hilarité générale.

Vint le moment ou la princesse se leva pour leur parler, leur donner des nouvelles fraîches et leur demander s'ils avaient des projets pour la suite. Lorsque Khem parla de monter un groupe de patrouilleurs, Bhaal rendit son regard à Alia avec un œil complice, et hocha la tête. Lorsqu'il eut l'occasion de parler, il déclara : « Princesse, je n'ai pas besoin de vous dire ce que je vais faire, si je vais rester ou non, car vous le savez. Kelmarane, maintenant, c'est chez moi. C'est chez nous, » ajouta-t-il en baissant les yeux vers sa compagne. « Et bien sûr, je vais à Katapesh avec vous, même si ça ne m'enchante guère... mais là il le faut. Pour la suite, je pense faire la même chose que Khem, » continua-t-il en regardant le rôdeur au lion. « Nous en avons parlé, je suis l'associé en question. Il semblerait que je doive continuer à tuer des gnolls, en fin de compte, mais ça me distraira. Si je reste toute la journée à la maison à ne rien faire, Alia va me tuer. » Il accompagna sa provocation d'une grimace lorsqu'il reçut le coude de l'intéressée dans l'abdomen.



Au plus fort de la soirée, chacun riait et buvait au son du oud du barde qu'on avait autorisé à chanter quelques chansons, mais rapidement encouragé à se contenter d'un accompagnement sans paroles. Non pas qu'il chantât mal, mais personne n'avait envie, ce soir, de concentrer son attention sur lui. Dans une ambiance électrique très particulière, tout le monde avait envie de parler et de rire avec tout le monde.

Bhaal discutait depuis un moment avec Khem de leurs futurs projets quand Alia se leva, une expression gracieuse sur le visage, mélange de mystère et d'espièglerie, et l'invita à ne pas la suivre avec un sourire mutin. Il la regarda partir le temps d'un instant de réflexion et reprit sa conversation avec le rôdeur.

Quand Alia reparut, Bhaal s'en rendit compte immédiatement et ne la quitta plus des yeux. Elle était comme... métamorphosée et magnifiée à la fois. Il était tellement surpris et subjugué qu'il ne comprit pas immédiatement qu'elle était venue pour danser, mais il fut vite détrompé. Enfin, danser... Le mot ne rendait pas justice à ce qu'Alia faisait. Vriller, voler, volter, pointer, sauter, tournoyer surtout. Dans les yeux écarquillés de Bhaal, sa bien-aimée était bel et bien devenue une tornade de chair, de tissu et d'acier et, maintenu dans l'illusion par les rubans colorés, il ne parvenait plus à distinguer, après certains enchaînements, ou étaient les jambes d'Alia et ou était ses bras. Elle était bien destinée à manier une lame nommée Tempête.

Mais c'était bien plus qu'une prouesse physique. Ce qui rendait la danse d'Alia unique, c'était la grâce et la légèreté qui émanaient d'elle, et les figures les plus hardies semblaient faciles lorsqu'elle les exécutait. Elle offrait à son public médusé une grâce proprement céleste, une poésie du mouvement et du corps au-delà des possibilités humaines, une grâce transcendant les mots que seule sa lignée pouvait atteindre. Après un ultime et magnifique tourbillon de couleurs qui concluait un crescendo savamment orchestré, Alia s'immobilisa dans un silence soudain, et c'était lui qu'elle regardait, exaltée. Il ne put détacher les yeux de ce regard, celui de la Vie même. Hébété, il la regardait, tout simplement, embrassant chaque pouce, chaque particule d'elle pour graver à jamais en lui son image.

Après un court instant de silence, ce fut un tonnerre d'applaudissements. Sans quitter sa bien-aimée des yeux, Bhaal se mit à applaudir lui aussi, lentement, comme engourdi, sans vraiment se rendre compte de ce qu'il faisait.

Modifié par un utilisateur mercredi 4 janvier 2017 23:54:32(UTC)  | Raison: Non indiquée

Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211
Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
thanks 1 utilisateur a remercié Guigui pour l'utilité de ce message.
Offline vaidaick  
#4 Envoyé le : mardi 3 janvier 2017 23:08:53(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur
Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,002

CELESTIN
CA : 12 (16)
REF +3 VIG +3 VOL +4

39 / 39
Célestin avait passé l'après-midi avec Jyll à parler de leur futur. Maintenant que le temple était libéré du mal qui l'habitait, il lui avait fait visiter les lieux, elle qui souhaitait s'investir dans le culte de Sarenrae. Prenant des notes, il avait relevé les travaux esthétiques qui lui semblaient importants pour redonner tout son cachet au bâtiment, demandant son avis à sa mie, mais délaissant l'aspect structurel auquel il ne connaissait rien. Il espérait simplement que le temple n'ait pas trop souffert des intempéries et qu'il ne nécessiterait pas de gros travaux de rénovation.

Quand arriva le soir, il se joignit à la fête avec le sourire, toujours accompagné de son soleil et de son petit ange perché sur son épaule. Voyant que Kardswann avait été convié, il s'approcha d'Alia. « Je ne peux que te féliciter. Tu avais raison, pour Kardswann. Sarenrae nous apprend que chacun a droit à la rédemption, et tu nous en fais là une belle démonstration, petite ange. »

Il s'assit aux côtés de Jyll, et écouta le discours d'Almah. Lorsque ce fut au tour de la belle sarénite, il ne put s'empêcher de la regarder en souriant. Il était fier d'elle et du tact avec lequel elle avait abordé le sujet du père de Nemlak.

La soirée poursuivit son cours, chacun discutait de tout et de rien avec son voisin, détendu, de bonne humeur. Il ne se rendit pas tout de suite compte du manège d'Alia, ni de sa disparition temporaire. Mais quand elle revint, il en eut le souffle coupé. Elle était belle et sensuelle, respirant la joie, attirant sur elle tous les regards tant masculins que féminins. Il devait bien admettre que pendant toute la danse, il ne la quitta pas des yeux. Quelle grâce, quelle élégance ! Quand elle eut fini, il applaudit, souriant de toutes ses dents.

Modifié par un utilisateur jeudi 5 janvier 2017 00:30:21(UTC)  | Raison: "à droit" => "a droit"

Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
Offline UrShulgi  
#5 Envoyé le : jeudi 5 janvier 2017 16:54:54(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué
Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,520
Nemlak avait disparu dans l'après-midi, passant du temps à l'infusium à l'étage avec Undrella avant de s'éclipser on ne sait où. Il était apparu pour le repas du soir, juste à temps pour le repas auquel la princesse l'avait convié. Buvant juste ce qu'il fallait par politesse, il paraissait avoir l'esprit loin des considérations des autres, certainement, comme à son habitude, dans d'obscurs projets connus de lui seul, ou des seuls concernés. À la remarque de Jyll, Nemlak se figea un instant, laissant craindre le pire. Il se contenta, stoïque, de répondre

« Je n'ai pas encore décidé, je vous donnerai ma décision d'ici une semaine. »
Considérant la chose réglée, il ajouta, plein de déférence
« Princesse Roveshki, permettez moi encore de saluer votre mérite dans la réussite de ce projet, vous avez su nous laisser la confiance nécessaire pour mettre à profit nos compétences, et écraser l'opposition. Cette ville est votre à présent, et comme je vous l'avait annoncé en vous donnant ma parole, j'ai de grands projets pour aider votre ville à reprendre sa gloire d'antan, celle pour laquelle mon père s'est battu. Les terres sont fertiles de Pesh, aussi je pensais en développer son commerce avec l'aide des contrebandiers qui nous on aidé, ainsi que de la harpie Undrella, qui est une fort bonne alchimiste. Nous pourrions créer un pesh unique, une plantation gardé par ma magie, des soldats, et des employés formés et contrôlés. Cela serait une formidable occasion d'utiliser les contacts de ces marchands sur le fil tout en les gardant à l'œil pour la sureté de votre royaume. » dit il en baissant la tête pour appuyer son respect, un bref instant.
« Je nourrissais également, princesse, le long projet de remettre à neuf le temple de Nethys, quand je l'aurai entièrement exploré, et compris ses secrets. Nous pourrions en faire une académie ou une école, pour élèves triés, ou fortunés.
Ma volonté d'amener votre cité à la hauteur de son potentiel est sans faille. Je vous accompagnerai à Katapesh si vous le souhaitez. »


Le discours de Nemlak semblait lui faire bonne impression, la princesse leva son verre vers ceux qui avaient fait le plus gros du boulot pour gagner cette ville.

« À la nôtre! » S'essuyant la bouche après une gorgée, elle reprit.
« Je mettrai deux gardes avec vous Jyll pour votre tache, et songerai au reste de vos propositions. Le voyage jusqu'à Katapesh prendra des semaines, il nous faudra attendre pour nous y rendre. Nous pourrions aussi aller à Solku si vous préférez, il sera possible aussi là-bas d'officialiser votre statut. Nous verrons pour vous reconstruire des maisons là où ça vous plairait, si c'est possible. Khem, vous et Bhaal pouvez disposer du fort au Nord si vous souhaitez développer ça à l'extérieur des murs, on peut aussi chercher un emplacement intra-muros si cela a votre préférence. La ville subira beaucoup de changements dans les prochains mois, il faudra les escorter tout en gardant l'œil, les gnolls reviendront peut-être. Mais l'heure n'est pas aux discours de mauvais augures, profitons un peu de ce repas qui sera mieux qu'hier à n'en pas douter. »

Garavel souriait mais ne disait rien, il semblait fatigué, comme quelqu'un ayant fini une garde de plusieurs mois, et dont le poids du monde retomberait subitement. Zastoran avait écouté attentivement les dires de Nemlak sur le temple, l'œil usé par la vie devenait soudainement vif comme celui d'un enfant rêvant à cœur ouvert.

Dashki essayait de se faire copain avec l'aubergiste, tandis que les chameliers recevaient les éloges de tous ceux qui mangeaient. Les bandes étaient bruyantes, mais procédèrent à un concerto de silence alors qu'Alia se lançait, au son des courants de Feliped, dans une danse dont le Katapesh a le secret. Progressivement, les mains et les pieds rejoignaient la mélopée au rythme des mouvements et des arrêts de la Sarenite, qui illuminait la scène comme sa déesse au milieu des nuages, les gens se synchronisaient malgré la boisson au point que c'était l'arène elle-même dont le cœur semblait battre avec les pas de la danseuse.

La foule ne fut pas avare d'éloges et d'acclamations quand le soleil dansant eut terminé, forçant le tavernier à un service redoublé pour remonter les verres qui s'étaient vidés à toute allure. Almah observait, médusé par pareille agilité. Zastoran semblait redécouvrir la fonctionnalité de certains zones humaines, Haleen semblait désireuse d'apprendre à faire la même chose (ou désireuse d'Alia), Khem se saoula encore plus vite pour oublier que c'était la compagne de son futur frère d'arme, et les contrebandiers sifflaient à tout va. Les deux gardes de service regardaient dans le calme mais avec intérêt les gesticulations excitantes et inspirantes de l'aasimar. Garavel lui, restait de marbre, au contraire de Nemlak, qui affichait un radieux sourire. On pouvait voir qu'il faisait un effort pour se joindre à l'humeur du moment.

Intérieurement, il souriait pour une toute autre raison.

Quel marchand attardé a bien pu vendre pareille mine d'or à un prix si misérable? Haha.



La soirée finie, Kardswann se leva pour rejoindre Garavel, qui lui rendit son arme, tandis que Nemlak prenait congé pour écrire un parchemin.

Le jann se tourna vers la table alors qu'il observait sa hache comme si c'était une personne chère à son cœur.

«  Demain, je m'entraînerai avec votre champion. Après ça, je partirai voir ma princesse. Merci pour votre clémence princesse, j'ai la mémoire longue, je vous revaudrai ça. »
Il tourna les talons et parcourut quelques mètres avant de freiner son avancée, puis la stopper.
«  Alia, avant que je ne parte, voulez vous que l'on passe au Monastère? Je ne sais pas si ça pourra vous aider à quelque chose mais si je reconnais un écrit, ou un objet le concernant ou lui appartenant, je pourrais vous le dire. »

Modifié par un utilisateur jeudi 5 janvier 2017 17:20:34(UTC)  | Raison: Non indiquée

Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Offline Lyana  
#6 Envoyé le : jeudi 5 janvier 2017 20:18:43(UTC)
Lyana
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/04/2013(UTC)
Messages : 1,492

Alia
CA 22 (C17,D17)
Ref+8* Vig+4* Vol+5*
Représentation : 15/15
Glitterdust : 1/1
Sorts 1 : 4/4
Sorts 2 : 3/3

48 / 48

Alia se releva sous les acclamations du public et salua gracieusement. Elle souriait toujours, heureuse d'avoir pu danser pour une autre raison que tuer.
Elle avait oublié combien elle aimait danser, combien elle aimait sentir la musique courir dans ses veines et se laisser totalement envahir par les figures acrobatiques qui pliaient son corps selon leur volonté. Il était loin le temps des entrainements douloureux et des pleurs lorsque la maîtresse de danse forçait ses membres à prendre des postures logiquement impossibles.

Elle rejoignit son gladiateur d'un pas encore sautillant, attrapa le verre qu'elle avait laissé à moitié plein, le vida à grandes gorgées, assoiffée après l'exercice, s'assit près de son amant, lui prenant la main et la serra tendrement.
Elle souriait doucement en remerciant lorsqu'on venait la féliciter mais ne participait que très peu aux conversations, l'esprit encore pleine de musique, ses pieds bougeaient au rythme d'une musique qu'elle était la seule à entendre.

Elle était libre, elle était heureuse, elle ne s'était jamais sentie aussi en vie. Elle savait que c'était éphémère, que demain les doutes reviendraient, la douleur de l'absence également mais ce soir tout cela était éclipsé par leur victoire, par le miracle d'être encore en vie.

Où qu'elle regarde, ses yeux revenaient toujours sur le géant rouge qui se tenait à ses côté, la peau nue des bras de la jeune fille ne cessait de le frôler, sa main revenait sans cesse sur la main ou la cuisse masculine, elle ne se lassait pas de le toucher.

Sans s'en rendre compte, la soirée se terminait doucement, Kardswann se leva et invita à nouveau Bhaal à s'entrainer ensemble puis il lui proposa de l'accompagner au monastère. Elle fut d'abord surprise du ton et de la façon dont il lui parlait et qui tranchait de la façon dont il lui avait parlé dans sa cellule mais très vite, elle prit conscience de ce qu'il lui proposait. Elle le salua de la tête et lui répondit.

« Ca sera un plaisir de vous accompagner au Monastère, Seigneur Kardswann et je suis certaine que vous me serez d'une très grande aide. »
Je posterai le jour, je posterai la nuit, je posterai toujours ^_<
Amarante, championne audacieuse, sylphe née des orages et des elfes (N211)
Aksana, chamane samsarane de la vie (S210)
Alia, derviche de la Fleur de l'Aube aasimar (BM96)
Offline Guigui.  
#7 Envoyé le : vendredi 6 janvier 2017 00:03:26(UTC)
Guigui
Rang : Staff
Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 6,862

Bhaal
rage berserk : 14/14
CA : 18 | C : 12 | D : 16
réf:+3 | vig:+6 | vol:+4

57 / 57


Lorsqu'Alia revint s'asseoir, Bhaal continua à ne pas la quitter des yeux, souriant presque béatement. Bien évidemment, il avait complètement oublié sa conversation avec Khem. Puis divers convives vinrent féliciter Alia pour sa prestation et il dut reprendre contenance. Il brûlait pourtant de la prendre dans ses bras, tendrement, mais il ne le pouvait pas. Emportés par leur énergie collective, les fêtards les sollicitaient tout le temps, interdisant le moindre moment moment d'intimité. Bhaal eut soudain envie de partir et de l'emmener loin.

A la façon dont Alia le touchait et le regardait dès qu'ils étaient seuls, il sentit qu'elle aussi désirait maintenant être seule avec lui. Ils commençaient tous deux à montrer à leurs voisins des signes qu'ils allaient prendre congé lorsque Kardswann les devança. Bhaal fut un peu surpris - et flatté - d'être appelé "champion" par Kardswann mais, de fait, si la princesse devait livrer un jour un duel judiciaire, c'est probablement à lui qu'elle ferait appel (s'il ne se proposait pas spontanément). Il réfléchissait à cela quand le Vent du Sud proposa à Alia de l'accompagner au monastère.

« Bonne idée, » ajouta-t-il à la suite d'Alia, « je ne sais pas pourquoi, j'ai envie de revoir cet endroit... Alors qu'on l'a quitté y'a pas deux jours. Mais je crois que j'ai envie de le voir vide et calme. Je vous accompagnerai. » Il disait la vérité mais en réalité, et malgré la bienveillance de Kardswann, il n'aimait surtout pas l'idée de la laisser seule avec lui. Il n'avait pas encore tout à fait confiance.

Une fois le templier parti, Bhaal se leva, entraînant Alia avec lui par la main. « Viens, » lui dit-il doucement, « allons-nous en, » et elle sourit. Ils saluèrent leurs amis et échangèrent quelques politesses avec les autres avant de se diriger vers l'esplanade qui bordait l'arène. Là, main dans la main, ils s'enfoncèrent sous les étoiles dans l'obscurité de la cité abandonnée.
Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211
Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
Offline vaidaick  
#8 Envoyé le : vendredi 6 janvier 2017 00:35:04(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur
Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,002

CELESTIN
CA : 12 (16)
REF +3 VIG +3 VOL +4

39 / 39
Célestin passait une très bonne soirée. Il était en compagnie de sa bien aimée et de ses amis, le temps était à la fête, et nul danger ne semblait plus menacer Kelmarane.

Lorsque Kardswann proposa à Alia de se rendre au monastère, il tourna un regard interrogateur vers Jyll, avant de lancer : « J'aimerais venir aussi. Jyll et moi aimerions réhabiliter le monastère également, en plus du temple. Et puis... Ce serait un honneur d'entendre votre expertise en la matière, Kardswann. » Puis il regarda de nouveau sa compagne. « Veux-tu venir également, my love ? »
Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
Offline UrShulgi  
#9 Envoyé le : samedi 7 janvier 2017 11:45:46(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué
Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,520
Jyll se blottit vers Célestin tout en évitant le regard de son frère.

«  Avec plaisir mon ange. » Son enthousiasme laissait présager pour les plus fins d'esprit qu'elle s'interrogeait sur le besoin de ce Templier de se rendre là-bas, et qu'y allait lui permettrait de le découvrir.

Au loin, comme chaque nuit, les hurlements de gnoll se faisaient échos dans la région, mais plus à Kelmarane, qui laissait place à un silence d'une dizaine de secondes, avant que les bruits ne reprennent plus loin.



16 Desnus 4709, ruines, matin : Faites entrer les lions!


Le soleil avait repris son règne, et dès le matin, une chaleur assez étouffante avait pris le dessus sur l'air plus frais de l'aube. Kardswann attendait au centre de l'arène, près des bêtes des chameliers. En apercevant la massive silhouette rouge, il s'avança à sa rencontre.


«  Salut Bhaal, on va aller s'entraîner dehors, les ruines là-bas seront un formidable terrain pour jouer et déjouer les allonges et déplacements de chacun. »
Il l'emmena arpenter les ruines de la cité, cherchant le coin qui lui paraissait le plus intéressant, meublant son investigation de quelques échanges.
«  Alors t'étais gladiateur avant m'a dit le boulonneux en capuche ? Ça doit être un travail de chien malgré la joie de déchiqueter quelqu'un. »
ou encore
«  C'est pas trop déstabilisant de coucher avec une femme qui contient l'esprit d'un homme en elle ? Il t'a déjà parlé Vardishal ? »

Il pointa du doigt une ancienne maison assez large, avec des encadrements de portes et fenêtres assez courts, et des plafonds hauts. Bhaal remarqua immédiatement, expérimenté qu'il était, que tous ces accès qui étaient une chance pour donner l'assaut deviendraient compliqués pour lutter avec de longues armes contre quelqu'un qui pouvait se déplacer dans l'air encore plus facilement que dans l'eau.
«  On va tester tout ce qui peut t'ennuyer, et que tu risquerais d'affronter un jour en suivant ta femme : des ennemis qui volent, qui sont sournois, et qui ont quelques tours dans leur sac. Et moi, ça va me dépoussiérer les membres d'avoir un bon adversaire après tout ce temps. »
Les passes d'armes étaient impressionnantes pour qui se faisait spectateur, certains mercenaires s'approchèrent pour observer de loin, les deux adversaires avaient la rage au ventre, se rendant coup pour coup en essayant de ne pas (trop) se blesser, des coups précis, des retournements de situation, le spectacle était total. À sa façon, ce ballet était inspirant, comme celui de la veille, on assistait bien à un art, un art mortel. Les avantages de Kardswann tapaient sur les nerfs de Bhaal, c'était précisément ce qu'il voulait, le demi-démon devenait moins précis et se fatiguait d'énervement devant ses manigances, et il fallait qu'il apprenne à se canaliser pour tirer le meilleur parti de sa rage. Mais l'homme tenait la distance, ancien gladiateur, il gardait toujours une réserve d'énergie pour des assauts soudains, harcelant son ennemi pour le pousser à fauter dans sa garde. Le bouclier de force du géant rouge bloqua de nombreux coups, Kardswann, bien que n'étant plus que l'ombre de ce qu'il fut, était un formidable et brutal adversaire. On pouvait en dire autant de celui qui semblait subir. Au pied du mur, il finit par se transformer, trop grand pour le lieu, à la stupeur de Kardswann, qui fut bloqué dans son coin de mur entre les griffes de Bhaal. Il devint fantomatique alors que les bras du démon se refermaient l'un sur l'autre avec force, manquant de le déséquilibrer.
Kardswann partit à l'extérieur de la maison, redevant solide alors que Bhaal reprenait sa taille normal, exténué.
Reprenant son souffle tous les quelques mots, Kardswann dit en souriant.
« Tu vois... ça aura été bénéfique pour nous deux... comme je te le disais... il faut s'attendre à tout... même ce qu'on imagine pas... c'était impressionnant. »
Il se posa au sol contre le mur, attrapant la gourde que lui avait remis le chamelier la veille, buvant en grosses gorgées avant de la passer à Bhaal. Certains avaient d'étranges passe-temps.



16 Desnus 4709, Monastère de Vardishal, après-midi : à la découverte des siens


Comme la veille, en comité plus restreint, les deux couples prirent la route accompagnés de Kardswann vers le monastère. Malgré la courte route, des provisions d'eau conséquentes avaient été faites pour gérer au mieux les effets de la chaleur exténuante. Kardswann ne disait rien, plus on approchait de l'ancien bâtiment, plus il était apparent que cela lui en coûtait de venir. Jyll à l'opposé, semblait heureuse, curieuse de la raison de ce déplacement, et libre, prenant la main de Célestin en avançant avec un entrain qui rappelait celui d'un enfant se promenant comme le plus heureux du monde. La chaleur ne semblait pas l'accabler le moins du monde, bien au contraire. Des bruits se faisaient entendre derrière des rochers que Jyll et Célestin connaissaient bien. Un pugwampi en sortit, avec une petite dague en main. Kardswann s'élança en volant, on sentait sur les traits de son visage que c'était l'occasion rêvée pour lui de se défouler un peu, de détendre son être. Malgré un coup légèrement dévié par malchance alors que du sable se projetait avec le vent au visage du Templier, il envoya voler le corps de l'affreux être miniature dans les airs d'un puissant arc de cercle à la hache qui projeta tel un artiste un filet rouge pour l'accompagner sur toute sa trajectoire,

«  Tu n'as rien à faire dans un lieu saint comme ici, Gremlin. » Il stoppa pour se retourner vers ceux qui, quelques jours plus tôt, étaient encore ici, demandant à l'assemblée.
«  Il y a un endroit précis ou quelque chose en particulier sur lequel vous souhaitez qu'on s'attarde? »

Je rappelle qu'il y a toujours la BM du mona sur le wiki, auquel on peut ajouter les cryptes+labo en bas.

Modifié par un modérateur samedi 7 janvier 2017 22:22:02(UTC)  | Raison: Non indiquée

Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Offline Guigui.  
#10 Envoyé le : samedi 7 janvier 2017 17:54:45(UTC)
Guigui
Rang : Staff
Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 6,862

Bhaal
rage berserk : 14/14
CA : 18 | C : 12 | D : 16
réf:+3 | vig:+6 | vol:+4

57 / 57



16 Desnus 4709, ruines, matin : Faites entrer les lions!


Mis gentiment à la porte de leur cellule par sa compagne, Bhaal trouva le templier au centre de l'arène. Il semblait l'attendre et, après l'avoir salué, il passa par la taverne pour attraper un grand verre de lait de chèvre, une pomme et un bon morceau de pain. Il était libre désormais et il pouvait faire ce qu'il voulait, comme décider de ne plus s'entraîner le ventre vide comme au ludus. Une fois le lait bu d'une traite, il se sentit disposé à suivre son partenaire du jour et engloutit le pain et la pomme pendant que le génie cherchait l'endroit adéquat pour leur entraînement, s'efforçant de répondre à ses questions. Kardswann semblait intrigué par leur cas à tous les deux, et curieux, et à bien y réfléchir, il y avait de quoi. Lui-même était "un excellent sujet d'étude pour un magicien", selon les dires de l'un d'entre eux. Il n'y avait pas de raison pour que ce soit différent avec le jann.

« Un travail de chien ? C'est surtout le fait d'être esclave qui te fait une vie de chien. Mais tu seras peut-être étonné d'apprendre qu'en tant qu'esclave et gladiateur, j'ai été bien mieux traité que dans ma vie d'avant. Enfin, tout ça est loin, maintenant. J'ai été un peu sec, hier, quand tu m'as demandé qui j'étais, mais je t'ai pourtant dit la vérité : je ne sais pas qui je suis ni d'où je viens, sinon que c'est probablement quelque part dans les Abysses, et que c'est depuis cet endroit que j'ai été invoqué sous forme de nourrisson. Tout ce que je sais, c'est que le sang des démons court en moi, et que je suis habité par une Bête affamée. Depuis que cette histoire a commencé, elle est de plus en plus forte et je me découvre de nouveaux pouvoirs... Je crains parfois de perdre le contrôle, mais... »
Il s'interrompit, ne souhaitant pas mêler le templier à ses questionnements qui l'avaient conduit, quelques jours à peine auparavant, à commettre l'irréparable.

Que ce soit volontaire ou non de la part du templier, l'incongruité de sa question suivante prit tellement Bhaal de court qu'il n'eut aucun mal à chasser ses pensées de son esprit. Par contre, il failli s'étrangler avec sa pomme. « Euh... *kof kof* En fait, même si Vardishal est en elle, il ne parle pas par sa bouche. Il se contente de l'inspirer, de lui donner des visions. Parfois, elle sait des choses à propos de lui, ou des autres templiers, de votre histoire commune, comme si elle les avait toujours su, alors que c'est pas le cas. Mais dans l'ensemble... Hem... Il est plutôt discret. Je n'ai pas l'impression de partager Alia avec un autre type, si c'est ça ta question.
Mais oui, il m'a parlé, une fois. J'étais en train de mourir, le ventre ouvert. Alia l'a appelé à l'aide, et il est venu. Il m'a soigné pour que je reparte au combat, et il m'a dit... que c'était mon rôle de la protéger. »
Il se mura un instant dans le silence avant de reprendre. « J'ai essayé de le prier, une fois, mais je crois que la prière c'est pas mon truc... »



Une fois leur séance d'entraînement terminée, Bhaal s'assit lourdement à côté de son partenaire et but avidement à la gourde qu'il lui tendait, du moins une fois qu'il eut repris haleine. La Bête avait pris son dû et il n'était pas seulement essoufflé en raison de l'effort physique. « Oui... Tu vois... Ça fait partie... des nouveaux pouvoirs... Dont je te parlais... » Après avoir repris son souffle et bu une nouvelle lampée à la gourde, il ajouta : « c'est le meilleur entraînement que j'ai jamais fait. Merci... » Et ce n'était pas une simple politesse que le demi-démon faisait au templier.

16 Desnus 4709, Monastère de Vardishal, après-midi : à la découverte des siens


Après le déjeuner, Bhaal aurait volontiers fait une bonne sieste à l'ombre plutôt que devoir cuire au soleil de l'après-midi, mais il avait dit qu'il accompagnerait sa bien aimée et c'est bien ce qu'il allait faire. Cette dernière, toutefois, semblait nerveuse, mal à l'aise, et sans qu'il devinât précisément ce qui n'allait pas, il se demandait s'il n'y avait pas un peu trop de monde pour qu'elle se sente à l'aise.

Depuis le début de leur relation amoureuse, il s'était toujours senti concerné par tout ce qui touchait Alia de près ou de loin, sauf en ce qui concernait Vardishal. Alia partageait avec le saint une intimité qu'elle était seule au monde à connaître, de la même façon que Bhaal partageait avec la Bête une intimité qu'il pensait être seul au monde à connaître. Il ne trouvait pas illogique de rester quelque peu en retrait de la relation de la jeune fille avec l'esprit du saint qui l'habitait. D'une certaine façon, il pensait que c'était une sorte d'échange de bons procédés avec ce dernier, une sorte de renoncement par consentement mutuel à se mêler des affaires de l'autre avec Alia.

Il l'aurait volontiers laissée seule avec le templier s'il avait eu totalement confiance en ce dernier, et il n'avait pas l'intention de les suivre partout où ils iraient. Être dans le coin en cas de problème lui semblait tout à fait suffisant. Aussi, à la question de Kardswann, il répondit en levant les mains devant lui, s'adressant à lui aussi bien qu'à Alia. « Oh, ne vous occupez pas de moi. Je vais vous laisser tranquilles et parcourir ces salles vides... et fraîches. Je vais peut-être faire un petit somme quelque part, si aucun pugwampi ne vient m'emmerder. Appelez-moi au besoin. Bonne promenade. »

Modifié par un utilisateur samedi 7 janvier 2017 23:52:30(UTC)  | Raison: Non indiquée

Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211
Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
Offline Lyana  
#11 Envoyé le : samedi 7 janvier 2017 20:14:21(UTC)
Lyana
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/04/2013(UTC)
Messages : 1,492

Alia
CA 22 (C17,D17)
Ref+8* Vig+4* Vol+5*
Représentation : 15/15
Glitterdust : 1/1
Sorts 1 : 4/4
Sorts 2 : 3/3

48 / 48

16 Desnus 4709, ruines, matin : Faites entrer les lions!

Alanguie sur la couchette de leur pièce, Alia regardait Bhaal se préparer afin de se rendre à l'invitation de Kardswann. Elle lui souriait doucement en se levant encore nue afin de l'aider à serrer les liens de l'armure du gladiateur.
Elle le repoussa lentement alors qu'il tentait de l'embrasser.
« Kardswann t'attend, on ne fait pas attendre un templier. Vas-y vite ! Tu en meurs d'envie. »

Elle le poussa vers la sortie après l'avoir embrassé une dernière fois.

Elle regarda la porte fermée quelques secondes afin d'être certaine qu'il ne revenait pas et courut s'habiller à son tour. Elle n'avait pas voulu l'accompagner malgré l'envie qu'elle en avait, c'était une véritable opportunité pour son bien-aimé, Kardswann était un adversaire à sa taille, et sa présence n'aurait fait que le déconcentrer.
Mais il n'était tout de même pas question de rater le spectacle à venir, elle sauta dans ses habits et sortit à la recherche des deux géants.

Elle les trouva facilement, le combat avait commencé et les armes qui cognaient l'une sur l'autre retentissaient dans la ville en ruine. Un mur bas avait survécu face à la maison où les guerriers s'affrontaient, elle l'escalada facilement et s'assit confortablement dessus, le regard fixé sur l'affrontement qui avait lieu devant elle.

C'était magnifique.

Les mouvements des géants étaient fluides, les armures brillaient sous le soleil qui montait dans le ciel, les muscles gonflés sous l'effort se couvraient de sueur. Deux puissances s'affrontaient, elle n'avait jamais vu un spectacle plus impressionnant et elle ne pouvait en détacher les yeux.
Elle se mordillait les lèvres, nerveuse, elle grimaçait lorsque Bhaal prenait un coup trop fort mais il tenait la distance. Elle souriait, exaltée, devant la virilité éclatante du combat.

La transformation de Bhaal marqua la fin du combat mais elle ne détourna pas le regard. Elle regardait les corps masculins reprendre leur souffle, hésitant à les rejoindre... puis renonça. Ils étaient maintenant en train d'analyser leur affrontement et elle ne voulait pas les déranger.
Elle restait assise en hauteur, profitant du soleil qui n'était pas encore brulant.



16 Desnus 4709, Monastère de Vardishal, après-midi : à la découverte des siens

Alia était nerveuse sur la route du Monastère, elle sentait le malaise de Kardswann à mesure qu'ils approchaient, et surtout la présence de Jyll la gênait.
La compagne de Célestin ne connaissait pas son secret et elle avait peur de ce qui allait se passer, avec la présence du Templier dans le Sanctuaire de son ancien compagnon tout était possible.
Le sorcier n'avait pas du penser à mal et elle n'avait pas trouvé de raison de refuser la présence de l'oracle mais elle aurait vraiment voulu se retrouver seule avec le Vent du Sud afin de pouvoir profiter au maximum de ses souvenirs.

L'irruption du pugwampi et l'attaque aussi sauvage que rapide de Kardswann la sortirent de la torpeur dans laquelle elle était. Elle s'arrêta à sa suite, inspira fortement et lui répondit.

« Il y a de nombreuses gravures tout au long des murs, nous pouvons commencer par là, puis... puis nous pourrions aller devant sa statue et terminer par... sa tombe derrière. Enfin, si vous le voulez. »
Je posterai le jour, je posterai la nuit, je posterai toujours ^_<
Amarante, championne audacieuse, sylphe née des orages et des elfes (N211)
Aksana, chamane samsarane de la vie (S210)
Alia, derviche de la Fleur de l'Aube aasimar (BM96)
Offline vaidaick  
#12 Envoyé le : dimanche 8 janvier 2017 23:13:16(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur
Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,002

CELESTIN
CA : 12 (16)
REF +3 VIG +3 VOL +4

39 / 39
16 Desnus 4709, ruines, matin : Faites entrer les lions!


De bon matin, la ville se mit à raisonner des bruits du ferraillement de deux puissants combattants échangeant des passes d'armes. Les coups formidables portaient loin, mais Célestin ne s'y intéressait guère. Il était fort probable que la plupart des personnes plus ou moins combattantes étaient présentes, de près ou de loin, à ce duel amical, et cela suffisait à le rassurer quant à la sécurité de Bhaal. Aussi puissant que soit Kardswann, il ne pouvait tenir tête à toute la cité seul. Sans compter que le géant rouge n'était pas semi-démon à se laisser vaincre facilement.

Non, Célestin ne s'en préoccupait pas. Il préférait passer son temps libre avec sa dulcinée, à parler de leurs projets, et à les mettre en forme via des croquis rapides. Son carnet de notes se remplissait rapidement, qu'il s'agisse de schémas pour la future robe de Jyll, ou de la disposition des lieux pour le réaménagement du temple. Il avait également commencé à décorer leur chambre, afin qu'elle corresponde mieux à ses goûts, et à ceux de sa compagne évidemment.

Tout se passait pour le mieux, et paraissait idyllique. L'avenir s'offrait à eux, et il n'était pas homme à le laisser passer. Des rêves plein la tête, il sourit à Jyll, et lui proposa quelques idées en vrac, et se remit à dessiner.



16 Desnus 4709, Monastère de Vardishal, après-midi : à la découverte des siens


Quand l'après-midi vint, et avec elle l'heure d'aller visiter le monastère, Célestin prit la baguette que lui avait confié Almah, et la tendit à Jyll. « Je suppose que tu sais utiliser son pouvoir. Il s'agit d'une baguette d'endurance aux énergies destructives... Si tu peux nous en faire tous profiter, nous éviterons les affres de la chaleur, my love. » sourit-il. Il embarqua également le livre que le père Zastoran lui avait confié, et sortit de sa chambre.

C'est ainsi que, à l'abri de la chaleur grâce à la magie, Célestin et Jyll suivirent leur couple d'amis et l'ancien templier jusqu'au monastère. Lorsqu'ils parvinrent aux rochers, Célestin ne put s'empêcher d'adresser à sa compagne un clin d'œil complice, lui souriant de toutes ses dents. Mais ce sourire se figea lorsque le pugwampi en sortit et que Kardswann le trancha en deux. Il déglutit péniblement, et tâcha de reprendre contenance. Les lieux demeuraient dangereux, et il avait eu tendance à l'oublier. Quant à l'ancien templier... il ne savait s'il devait lui faire entièrement confiance ou non. Il paraissait sincère, mais il était en proie à une certaine violence intérieure qui ne demandait qu'à sortir, et qu'il ne demandait qu'à extérioriser... et il semblait aimer ça.

Momentanément perdu dans ses pensées, il papillonna des yeux en regardant le puissant jann. « Euh... Oui, comme Alia. Et toute autre pièce qui vous évoquerait quoi que ce soit, bien entendu. » termina-t-il avec un regard interrogateur à Jyll. Peut-être celle-ci avait d'autres idées quant à ce qu'elle souhaitait explorer ?

Modifié par un modérateur dimanche 8 janvier 2017 23:25:54(UTC)  | Raison: Non indiquée

Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
Offline UrShulgi  
#13 Envoyé le : lundi 9 janvier 2017 17:46:51(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué
Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,520
16 Desnus 4709, Monastère de Vardishal, après-midi : à la découverte des siens



« Range cette baguette, je vais le faire moi-même, » lui dit-elle dans un sourire éblouissant en ramenant la baguette vers la poche de Célestin. Sa magie prit place sur chacun d'eux, sauf Kardswann, qui ne semblait pas affecté par la chaleur du désert.







Le monastère, seul depuis deux jours seulement, semblait déjà avoir été déserté depuis des lustres, à nouveau muet par le départ de la troupe. Kardswann observait le lieu en prenant une grande inspiration, immobile, comme s'il craignait une attaque. Sa question répondue, il commença par se tourner vers Célestin.


« Nous verrons ça, je ne suis jamais venu ici. » Il s'avança vers les bas-reliefs sur les deux extrémités de la nef, les découvrant en même temps que Jyll, qui était émerveillée par le lieu, des larmes de joie coulaient sur son charmant visage qui essayait de graver en elle le moindre morceau d'architecture. Kardswann semblait ému, mais dans une contenance inverse de la sarénite, presque nemlakesque. Il pointa ceux de l'ouest du doigt en expliquant.
«  Ce saint barbu au milieu des autres, c'est toi, Vardishal. » Jyll regardait d'un drôle d'air Alia alors que Kardswann semblait lui parler à elle, mais se contenta de silencieuses questions, qui pouvaient attendre.
«  Ils sont tournés, inquiets, vers la Montagne Pâle. C'est là-bas qu'est le Roi Charognard et beaucoup de tribus gnolls. C'est aussi dans cette chaîne de montagnes qu'il y a longtemps, nous avons affronté et vaincu des armées d’Éfrits. Le Roi Charognard n'existait pas encore à l'époque des Templiers, c'est donc plutôt un hommage aux combats que nous avions menés. Pendant qu'on parle de ça, je ne vous ai pas dit à quoi ressemblait le Roi Charognard. C'est un gnoll comme je n'en ai jamais vu. Lui aussi à une hache formidable qui semble faite pour découper des gens à la chaîne. Il a un pelage doré et une crête rouge. Mais surtout, il est grand. Grand comme toi quand tu t'énerves, mais tout le temps. » dit il vers Bhaal en espérant faire son petit effet de peur en le décrivant ainsi.
«  Gare à vous si il s'intéresse de près à votre ville. Allons regarder l'autre côté avant que vous ne posiez des questions, les réponses se trouvent peut-être de l'autre côté. »

Il fit demi-tour et se dirigea en face et observa le bas relief d'en face, se mettant rapidement à ricaner.
«  Oh non, ça ne nous aidera pas. Ici, il se met en scène comme il aimait si bien le faire, prévenant sa communauté de moines d'un danger de fin du monde comme il en avait le secret. Il y a d'autres reliefs à voir? »

Modifié par un modérateur lundi 9 janvier 2017 22:00:11(UTC)  | Raison: Non indiquée

Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Offline Lyana  
#14 Envoyé le : lundi 9 janvier 2017 21:37:56(UTC)
Lyana
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/04/2013(UTC)
Messages : 1,492

Alia
CA 22 (C17,D17)
Ref+8* Vig+4* Vol+5*
Représentation : 15/15
Glitterdust : 1/1
Sorts 1 : 4/4
Sorts 2 : 3/3

48 / 48

Alia écoutait avec attention les paroles de Kardswann, elle se figea un instant lorsqu'il l'appela Vardishal devant Jyll. Elle jeta un coup d'œil nerveux vers la jeune fille, puis souffla légèrement, décidant d'arrêter de s'inquiéter, il était trop tard de toute façon, l'oracle était maintenant au courant.
Elle attendrait que celle-ci vienne lui parler, d'ici là, elle comptait bien apprendre le maximum de choses de Kardswann.

Lorsqu'il parla du Roi Charognard, un frisson glacial descendit le long de sa colonne vertébrale, il semblait véritablement dangereux, Kardswann lui-même semblait avoir été impressionné.
« J'espère vraiment qu'il se désintéresse de Kelmarane, je ne tiens vraiment pas à ce qu'on l'affronte. » Elle se mordilla les lèvres nerveusement, puis reprit d'une voix un peu plus assurée. « Mais nous avons le temps de nous inquiéter, reconstruisons nos défenses et nous verrons si Sa Majesté Charognard baisse les yeux sur nous. »

Elle suivit le Templier dans son inspection de la pièce et sourit lorsqu'il décrit le bas-relief de l'autre côté de la pièce.
« Vardishal aimait se mettre en scène ? Je sais tellement peu de choses sur lui. » Le regret transparaissait dans ses derniers mots, c'était pourtant la vérité, Vardishal était à la fois familier comme si elle le connaissait depuis toujours et tellement inconnu, si loin si proche.

Elle regardait le bas-relief, la main caressant presque la pierre, dessinant les contours de la silhouette du Templier, sans oser la toucher. Elle serra la main en ramenant le bras contre elle et répondit à la dernière question du Vent du Sud.
« Il y a ceux du couloir qui mène au jardin intérieur. Une fresque qui devrait vous parler, Seigneur Kardswann, il s'agit d'une fresque vous représentant tous les cinq, les Cinq Templiers chevauchant le vent. Il y a également des statues et des représentations que nous n'avons pas su comprendre si je me souviens bien. Je vous y mène. »
Je posterai le jour, je posterai la nuit, je posterai toujours ^_<
Amarante, championne audacieuse, sylphe née des orages et des elfes (N211)
Aksana, chamane samsarane de la vie (S210)
Alia, derviche de la Fleur de l'Aube aasimar (BM96)
Offline Guigui.  
#15 Envoyé le : lundi 9 janvier 2017 22:46:01(UTC)
Guigui
Rang : Staff
Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 6,862

Bhaal
rage berserk : 14/14
CA : 18 | C : 12 | D : 16
réf:+3 | vig:+6 | vol:+4

57 / 57


Bhaal avait le projet d'aller s'installer quelque part pour faire la sieste qu'il n'avait pas eue après le repas, mais resta un instant avec ses compagnons pour voir, par pure curiosité, ce que le templier aurait à dire sur Vardishal et les bas-reliefs. L'étude et la contemplation des fresques murales, si elle tirait de Jyll des larmes de joie, plongeait Bhaal dans un morne ennui, mais ils se trouvaient en présence de l'un des contemporains des événements qui y étaient gravés. C'était une situation pour le moins exceptionnelle.

Appuyé contre un mur, les bras croisés, sa bardiche posée debout à côté de lui, il écoutait négligemment le templier commenter ce qu'il voyait. La partie concernant le Roi Charognard s'avéra plus intéressante, jusqu'à ce que Kardswann l'interpelle. Il ne s'y attendait pas et répondit sans réfléchir, sur un ton bravache. « Ouais... Ça tombe bien, s'il vient jusqu'à Kelmarane, il y a des chances pour que ça m'énerve, justement... » Mais tout en disant cela, il savait que sa réaction était stupide. Un ennemi capable d'impressionner Kardswann était certainement un bien trop gros morceau pour lui, et il avait trop l'expérience des combats pour se surestimer ou, au contraire, sous-estimer ses adversaires. Soudain gêné, il fit mine de s'intéresser à ce que se passait dans la nef (c'est-à-dire rien) avant qu'Alia n'invite le templier à aller examiner les fresques du cloître.

Modifié par un utilisateur mardi 10 janvier 2017 00:22:34(UTC)  | Raison: Non indiquée

Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211
Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
Offline UrShulgi  
#16 Envoyé le : mardi 10 janvier 2017 14:23:27(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué
Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,520
Kardswann parcourt le rez de chaussée du monastère, prenant le temps de voler pour visiter brièvement l'étage. Les souvenirs récents remontaient nostalgiquement au quatuor qui avait vécu ici, les plaçant dans une rêverie qui fut interrompue quand Kardswann arriva dans le cloître.

Le long du mur du nord, une fresque en bas-relief représentait cinq humains barbus plus grands que nature, chevauchant le vent avec une expression de triomphe gravée sur le visage. Bien que leurs bras et leurs mains étaient en partie manquants, il était évident que chacun d’entre eux étaient censé manier une arme distincte. L’un des cinq guerriers brandissait une grande hache, tandis qu’un autre tenait un fragment de ce qui a dû être un bâton majestueux. Au loin, une sinistre montagne surplombait le quintette d’un air menaçant.



« À la hache ici c’est moi, là Pazhvann, qui manie Khamsin, son fléau, Vardishal ici et son bâton  » dit il en souriant. « Oui un bâton, Tempête est une arme qui peut changer d’apparence et de fonction selon les affinités de son porteur. Vardishal en faisait ce qu’il voulait et comme il était devenu un fidèle de Sarenrae, et que toi aussi, ceci doit expliquer pourquoi c’est un cimeterre maintenant. En parlant de cimeterre, ici c’est Zayifid avec Ponant, et là avec le bâton Simoun c’est Davashuum. C'était une grande victoire. Elle nous a beaucoup coûté. » dit il sur un ton légèrement amer dont il était difficile de savoir, pour ce genre de personnage, si c'était une invitation au questionnement ou un barrage à tout pas supplémentaire dans cette direction.

Le mur à côté arborait une sculpture endommagée qui représentait les cinq templiers, livrant bataille contre de nombreuses créatures ostensiblement maléfiques. Certaines semblaient être composées de flammes, du moins en partie, tandis que d’autres étaient bien plus difficiles à définir, n’étant purement et simplement que des monstres d’origine inconnue ou d’étranges guerriers dont les armes étaient liées à leur chair, telles des outils organiques. À l’arrière-plan, la montagne Pâle s’élevait de toute sa hauteur d’un air menaçant et deux personnages titanesques se trouvaient à son sommet, s’agrippant l’un l’autre dans une mortelle étreinte de lutteurs. L’un d’eux possédait le visage démoniaque d’un éfrit noble,
Le jann observait les reliefs, un rictus sombre au visage.
«  C'est toujours la même bataille. Ici, on voit notre Princesse, Nefeshti, au prise avec le général efrit que nous avions défait, Jhavhul. Il ... il était allié avec des créatures de fureur et de destruction, offerts par Rovagug. »
Son visage se fit encore plus sombre, si c'était possible. Il continua le tour du carré.

Le mur sud était orné d’un triptyque de sculptures en bas-relief. Dans la première scène, un personnage barbu à l’air héroïque, certainement Vardishal, prenait congé de quatre compagnons vêtus pareillement qui s’élevaient dans les cieux, laissant Vardishal veiller sur la haute montagne à l’arrière-plan. Kardswann ricana, souriant un court instant.
«  Alors c'est comme ça qu'il voit notre séparation? Sacré lui. Comme je te le disais, la menace éradiquée ici, avec les pertes et les morts que nous avons eu, la Princesse a eu une période de renfermement, nous continuions à guetter et traquer certains dangers, mais toi, lui, voulait qu'on reste ici, de peur que le danger ne reprenne dans la région. C'était sa phobie suprême, au point que, le premier, il quitta le groupe. Jusqu'à ce qu'il n'y ait plus vraiment de groupe d'ailleurs. »

La scène suivante le représentait en pleine bataille contre une créature, mi-homme enflammé, mi-serpent, qui elle brandissait une lance. L’esprit de feu transperçait le héros barbu de sa lance, lui portant apparemment un coup mortel. Dans la scène finale, Vardishal apparaissait deux fois : dans la première, il gisait au sol avec une blessure au dos. Dans la seconde, il se tenait au dessus de cette forme et la regardait de ses yeux tristes. La mine du jann se faisait tristesse autant que surprise.
«  Il aurait été tué par un seigneur salamandre? Merde. » Il serrait les poings alors que les larmes lui montaient timidement aux yeux, y restant quelques instants avant de disparaître, alors que ses mains n'étaient plus qu'un mélange de blanc mort et rouge écrevisse tellement ses phalanges luttaient les uns contre les autres. Il s'avança pour finir la pièce.

Le mur extérieur ouest de la promenade du cloître portait une sculpture massive. Vardishal prêchait devant divers prêtres humains qui appartenaient à toute la longue histoire du monastère. La première scène le dépeignit se manifestant de manière spirituelle à un petit groupe de pèlerins de Sarenrae. Une autre le montrait en train de converser avec un homme vêtu d’atours religieux, le monastère lui-même étant en construction à l’arrière-plan. Suivaitt ensuite un cortège de scènes similaires, chacune représentant une visite de Vardishal et le dirigeant de chaque époque qu’avait connu le temple. La description de ces prêtres comportait également souvent des éléments d’identification qui incluaient des dates couvrant les derniers siècles. La sculpture la plus récente datait de trente ans et, s’il restait suffisamment de place pour de nouvelles sculptures sur le mur ouest, les dix derniers mètres environ étaient totalement vierges. Deux arcades ouvertes aux extrémités du mur ouest donnaient sur la nef en ruine.

C’est à cet endroit que les bas-reliefs sculptés le long de la promenade du cloître avaient subi le plus de dommages. Les prêtres de Sarenrae avaient été particulièrement maltraités, certains de leurs noms et des dates de leur règne ayant complètement été effacés par le temps ou des coups répétés. Leurs représentations physiques avaient d’autres cicatrices manifestes d’abus, certaines entailles qui apparaissaient sur leur visage et leur poitrine semblaient clairement avoir été portées dans la ferme intention de les vandaliser. Ces mutilations étaient des rappels tangibles de la lutte avec le culte de Sarenrae perverti de Kelmarane, qui a finalement apporté la ruine au monastère il y a deux décennies comme ils le savaient à présent, par Xulthos.

Ému, la colère de Kardswann descendait doucement.
«  Je ne sais pas grand chose sur sa vie ici. » Kardswann semblait garder quelque chose pour lui le temps d'un long silence avant de reprendre.
«  Je découvre ce qui a été fait des décennies durant. Et comme ce Xulthos est venu foutre la merde depuis longtemps. Je dis ça mais grâce à lui au moins, je sais maintenant que tu es plus ou moins vivant. » il se tourna lentement vers le centre du jardin, où quelques jours plus tôt se trouvait un nid géant. « C'est ici qu'était Tempête. Je peux encore le sentir. Elle est restée ici pendant très longtemps. » Il prit plusieurs grandes et sifflantes inspirations. « Tu as des questions? Ou vous? Il y a un autre endroit à voir? »

Modifié par un utilisateur mardi 10 janvier 2017 14:24:27(UTC)  | Raison: Non indiquée

Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Offline Lyana  
#17 Envoyé le : mardi 10 janvier 2017 20:57:31(UTC)
Lyana
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/04/2013(UTC)
Messages : 1,492

Alia
CA 22 (C17,D17)
Ref+8* Vig+4* Vol+5*
Représentation : 15/15
Glitterdust : 1/1
Sorts 1 : 4/4
Sorts 2 : 3/3

48 / 48

Alia restait silencieuse alors que Kardswann décrivait les bas-reliefs qui les entouraient et qui racontaient une partie de sa vie, enfin de la vie de Vardishal. Entourée de représentations du Saint, interpelée par son nom, accompagnée par un des Templiers, elle ressentait avec plus d'acuité la présence du Vent du Nord dans son âme.
Elle fut traversée d'un long frisson devant les scènes figurant sa mort, sans réfléchir elle porta sa main dans le dos, à l'endroit où elle avait été traversée par la lance, presque surprise de ne rien y trouver. Si elle ressentit fortement la tristesse de Kardswann, elle ne put rien lui dire, encore bouleversée par ces sensations déstabilisantes.

C'est le regard toujours tourné vers le bas-relief qu'elle répondit au Vent du Sud. Elle toussa légèrement d'abord afin de s'éclaircir la voix et tenter de dégager sa gorge nouée par l'émotion.
« Qu'est-ce qu'un Seigneur Salamandre ? Je pensais que c'était un efrit qui m'avait... qui l'avait tué. »

Elle hésita un instant et se lança tout de même.
« Seigneur Kardswann... Je ne voudrais pas raviver des souvenirs douloureux mais... vous avez plusieurs fois parlé de pertes et de morts, qui donc est mort ? Quel mort a autant affecté la Princesse ? »

Elle regardait maintenant le géant à côté d'elle, le regard triste, compatissant.

Puis elle détourna le regard et réfléchit aux endroits où ils pouvaient aller maintenant.
« Si vous le souhaitez, nous pouvons aller à l'endroit où son esprit était en attente même si je ne pense pas que vous y trouviez grand chose, c'est un laboratoire d'alchimie. Sinon il reste... la salle où est la statue de Vardishal et derrière... », elle hésita un instant, se mordillant nerveusement les lèvres, « il y a sa tombe. Son corps n'est pas là mais il y a été, je le sais. »
Je posterai le jour, je posterai la nuit, je posterai toujours ^_<
Amarante, championne audacieuse, sylphe née des orages et des elfes (N211)
Aksana, chamane samsarane de la vie (S210)
Alia, derviche de la Fleur de l'Aube aasimar (BM96)
Offline Guigui.  
#18 Envoyé le : mercredi 11 janvier 2017 14:25:39(UTC)
Guigui
Rang : Staff
Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 6,862

Bhaal
rage berserk : 14/14
CA : 18 | C : 12 | D : 16
réf:+3 | vig:+6 | vol:+4

57 / 57


Finalement, les explications de Kardswann incitèrent le géant rouge à renoncer à sa sieste pour l'écouter. Certes, il veillait à maintenir une certaine distance entre Vardishal et se répétait que Vardishal était l'affaire d'Alia et non la sienne, mais il était inutile de se bercer d'illusions : tout ce qui concernait Alia le concernait aussi, désormais, et l'occasion était trop belle de comprendre, par un témoignage de première main, dans quoi la jeune fille s'était fourrée jusqu'au cou. Qui plus est, le monastère ayant été vidé de toute installation, il n'était plus possible de l'allonger nulle part pour dormir, à moins d'apprécier la pierre froide et dure et la poussière.

« Oui, il faut aller sur sa tombe, » intervint-il soudain, en s'adressant aussi bien à Kardswann qu'à Alia. « Ce sera sans doute pénible pour vous deux, mais il le faut. Elle a été profanée il y a longtemps et il n'en reste rien mais, en la fouillant l'autre jour, j'y ai senti de la colère, une très grande et très ancienne colère. J'en avais les poils de la nuque qui se dressaient. M'est avis que ceux qui se sont vengés de Vardishal ne se sont pas contentés de le tuer.
Toi, avec tes pouvoirs, tu sauras peut-être mieux que moi de quoi il s'agit »
, dit-il au templier.
Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211
Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
Offline vaidaick  
#19 Envoyé le : mercredi 11 janvier 2017 16:42:56(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur
Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,002

CELESTIN
CA : 12 (16)
REF +3 VIG +3 VOL +4

39 / 39
Célestin redécouvrait les bas reliefs qu'il avait déjà observé lors de leur récent séjour, sous un jour nouveau. Avec les explications de l'ancien templier, tout paraissait prendre plus de sens, plus de vie, comme les fresques étaient prêtes à s'animer. Émerveillé, il tint la main de Jyll, puis, alors que les larmes coulaient le long des joues de sa dulcinée, il passa un bras autour de ses épaules dans un geste de soutien et de réconfort. Il se prit à penser que, émue, elle était tout aussi belle que lorsqu'elle rayonnait de joie.

Ce n'est que lorsque Kardswann s'adressa à Alia en lui parlant comme à Vardishal qu'il se souvint que sa dulcinée n'était pas au courant de l'histoire. Il se demanda que faire. Devait-il demander à Alia l'autorisation de lui en parler ? Ou lui en parlerait-elle par elle-même ? Visiblement, Jyll avait pris le parti de patienter. Il ferait de même...

Il tenta de se donner une contenance, et se prit soudain à penser au livre qu'il avait emporté avec lui. Il le déballa, et l'ouvrit, tentant de se remémorer les passages lus, et les comparant aux dires de Kardswann.

Il s'éclaircit la gorge, avant de lui demander : « C'est lors de cette bataille que le mage Andrathi est mort, je suppose ? D'ailleurs, comment se fait-il qu'il n'apparaisse sur aucune fresque...? Vardishal a-t-il voulu représenter uniquement les templiers, ou y a-t-il une autre raison ? »

Modifié par un utilisateur mercredi 11 janvier 2017 16:48:51(UTC)  | Raison: Non indiquée

Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
Offline UrShulgi  
#20 Envoyé le : mercredi 11 janvier 2017 16:52:18(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué
Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,520

« Ouais, on va aller voir ça. Je pensais aussi que c'était un efrit qui l'avait tué. Un Seigneur salamandre, c'est une puissante salamandre, championne parmi les siens, bénie par Flauros, le seigneur démon du feu et des volcans. Je pense à un seigneur car même amoindri, j'ai du mal à l'imaginer se faire vaincre par une simple salamandre.
 »
dit il comme pour conjurer certaines pensées.

Quand Célestin posa ses questions, le regard du Templier se fit plus noir que jamais, plus noir même que quand Xulthos possédait son esprit. L'air de la pièce semblait vibrer sous des courants invisibles alors que Bhaal comme Alia se plaçaient discrètement en position de garde. Il resta ainsi, sombre, interdit, pendant une minute qui sembla être une éternité. Entre temps, Jyll s'était collée à Célestin, dans un élan de courage qui ne camouflait en rien sa peur. « Oui c'est là qu'il est mort. C'est sa mort qui a bouleversé la Princesse. Et si il n'est pas ici, c'est parce qu'il n'était pas un Templier. Et parce que ce nom ne doit pas être à la portée de tous les hommes. » La gorge du barbare, lentement, vit rouler sa glotte comme la plus ardue des déglutitions. Il prit une grande inspiration avant de reprendre sa route, et son calme relatif.

Il avança vers la porte moisie menant au sous-sol, où tout avait commencé pour Alia. Il observa la porte, avec précaution, s'approchant doucement, et se décida à toucher la moisissure tout en fermant les yeux. À travers ses paupières, une lumière d'un rose pâle transparaissait, jusqu'à ce qu'après une dizaine de secondes sans bruit, il recule de plusieurs pas, visiblement horrifié et désorienté. Titubant, il se rattrapa au mur alors qu'il se tenait le ventre, vomissant sur les pierres sous l'antique toile d'araignée et les décombres du toi. Il cracha au sol en se relevant, râlant contre son élan de faiblesse. « Putain t'es vraiment cramé d'avoir fait un truc pareil. » Il secoua la tête et pris une gorgée d'eau de son outre sans la laisser toucher sa bouche, il joua avec le contenu la tête en arrière pour la laver avant de recracher sur sa bile au sol, avant d'en boire une vraie gorgée et de la refermer. «  J'ai ressenti ... eurk, j'aimerai vraiment pas être une moisissure. Ce fou a transité dans la vie qui restait dans ces caves, araignées, rats, vases, moisissures ... il est mieux en toi. Soit il voulait vraiment pas mourir, soit la Princesse a un drôle de sens de l'humour si elle nous a enlevé l'immortalité pour nous laisser vivre éternellement ainsi. » L'idée de finir ainsi semblait lui donner de quoi faire dans son froc. Il chassa ses pensées en secouant la tête, se reprenant rapidement en regardant Alia. «  je dis ça mais visiblement, il a fini dans un endroit plutôt agréable. » dit il en souriant, descendant les marches.

Conduit jusqu'à la tombe dissimulée pendant que Jyll fit de la lumière pour l'éclairer, il toucha les dalles, fermant à nouveau les yeux pour laisser place à cette lumière rosée. Cette fois, il semblait enrageait bien plus que de souffrir de ses sensations. «  Ces fils de chiens d'efrit ... ils sont revenus le souiller. Ils ont du venir chercher un objet ici, mais quoi, et est ce qu'ils l'ont trouvé ... ils ont se dire que si il était resté dans le coin, c'était pour une bonne raison. » conclut t'il alors qu'il avait rouvert les yeux, parcourant les mètres alentours à la recherche d'indices.

Sortant du tombeau, il regarda le groupe, l'air fatigué. «  Je peux encore rester quelques instants ici si vous souhaitez voir autre chose, ou si vous avez des questions, mais je pense me mettre en route après ça, avec ces nouvelles informations. Je pensais au départ aller jusqu'à sa statue mais ... ça serait malvenu. Il n'est pas mort. Il n'y a pas de raison de le veiller comme si il l'était. » se convainquit t'il.

Modifié par un utilisateur mercredi 11 janvier 2017 16:55:59(UTC)  | Raison: Non indiquée

Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
18 Pages123>»
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

| Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2023, Yet Another Forum.NET