Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

26 Pages«<242526
Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline Trajan  
#501 Envoyé le : mercredi 15 juillet 2020 21:49:30(UTC)
Trajan
Rang : Nouveau
Inscrit le : 04/03/2015(UTC)
Messages : 5

Aji Saka

18 / 18

CA:18

Sulawesi

9 / 9

Revenu

CA:18

sorts préparés:
Aji soupire de soulagement de pouvoir s'entendre penser, et sent ses épaules se détendre d'elle même. Il ne peux s'empêcher d'être d'accord avec Dame Maria, aussi, quand il remarque Lavica s'approcher subrepticement d'elle, il lui fait non d'un geste de la main, se préparant à l'immobiliser s'il la voyait tenter une attaque.
Offline Boubouh  
#502 Envoyé le : jeudi 16 juillet 2020 22:50:02(UTC)
Boubouh
Rang : Lecteur
Inscrit le : 03/02/2019(UTC)
Messages : 0

Lavica

26 / 27

Hmm...

CA:18-DMD:19
Chaotique Neutre

Bulan

20 / 22

Tigre

CA:19-DMD:19



Bulan feula de douleur en étant frappé par la foudre, mais plutôt que de se laisser aller à sa fureur et attaquer la source de sa blessure, le fauve alla se réfugier derrière l'imposante colonne qui pourrait peut-être le protéger un peu mieux contre les éclairs partant en tous sens. De l'autre côté de la pièce, Lavica continuait de longer les murs furtivement en restant cachée derrière les caisses et autres obstacles. En apercevant le signe d'Aji, elle lui répondit par un geste apaisant, main levée paume vers le bas.
C'est peut-être une mauvaise idée si je n'ai pas le soutien des deux autres. Est-ce qu'elle les a vraiment convaincus ? Elle est restée floue sur l'effet du rituel, mais si c'est de la nécromancie ça pue dans tous les cas. De quel genre de conneries cette bande de fanatiques seraient capables ? Ils sont acculés et paniqués, leurs ennemis comptent des fanatiques encore pires qu'eux mais est-ce qu'ils cherchent vraiment à sauver leur peuple ou juste leur cul couvert de soie quitte à sacrifier les petites gens ? Si elle cause d'un coup la mort de tous les habitants des quartiers infectés par l'épidémie, ou qu'elle crée une armée de morts-vivants pour repousser la Ligue Fluviale mais qu'elle en perd le contrôle, est-ce que ce serait pas pire que tout ce que pourrait nous préparer ce bon vieux Razmir ? Bon, attendons qu'ils obtiennent plus d'infos ou prennent une décision, mais si je m'en sors en vie je sens que je finirais cette aventure en fuyant par le fleuve.
Offline Willem  
#503 Envoyé le : jeudi 16 juillet 2020 23:56:59(UTC)
Willem
Rang : Habitué
Inscrit le : 12/10/2017(UTC)
Messages : 1,063

Prudence

0 / 22

Injustice

CA0-DMD0
Neutre
Canalisations 0/9
T. de Restauration 0/7
Toucher Sanglant 0/7



Les sensations sont agréables au début, mais petit à petit, la désillusion et l'euphorie mortuaire se dissipent. ...Où suis-je ..? Qu'est-ce que je fais là ? Un endroit plus agréable devrait m'attendre, non ..? L'âme se questionnait toute seule, puis, la douleur apparaissait. ...Pourquoi j'ai si mal..? Puis venait le manque. ...J'ai besoin de douceur... Que... Qu'est-ce, au final..? Mais j'en ai besoin... La peur. Je... Ce n'est pas là que je devais aller... Ph-... Ph-... Pharasma ..? Où es-tu ? Où est ta lumière..?

L'âme perdue de la Prêtresse laissait échapper de longs sanglots, mais quand la chaleur agréable se transformait en brûlure, elle comprit. ...Akumi. L'âme essayait de se protéger comme elle le pouvait, se mettant dans une position fœtale spirituelle. ...La douleur dans les flammes... Je ne suis pas chez Pharasma... Je suis prisonnière d'Akumi... Je ne trouverais jamais le repos... La douleur n'est que ce qu'il me reste...
Offline Rodolphe  
#504 Envoyé le : vendredi 17 juillet 2020 20:46:51(UTC)
Rodolphe
Rang : Membre
Inscrit le : 21/10/2017(UTC)
Messages : 11

Mélides

28 / 28

Ah

CA:19-DMD:15
Loyal Mauvais
Ki : 2/4


Mélides s'arrêta un instant d'avancer réfléchissant à ce qu'avait dit la Magister.
Un miracle hein ? ... Mouais... J'ai été engagée pour chasser les intrus du quartier des hommes-rats. Cela ne va pas à l'encontre de ma mission. Et puis il est vrai que la cité est dans la mouise en ce moment. Donc bon, fichu pour fichu autant tenter quelque chose de la dernière chance...
Elle regarda la Magister haussant les bras.
« Ok, ok. Ben voyons ça alors.  »
Elle se recula un peu du centre de la pièce, histoire de se mettre un peu à l'abri des éclairs qui jaillissaient et observa la fin du rituel.

La couleur de ma magie est la couleur de ton sang.
Offline TramaDollie  
#505 Envoyé le : samedi 18 juillet 2020 01:45:26(UTC)
TramaDollie
Rang : Nouveau
Inscrit le : 21/02/2018(UTC)
Messages : 2
Au Sommet 14h15
Musique d'ambiance

Lady Maria

Transe



Lady Maria, ne voyant aucune résistance à son rituel, le termine en sortant une dague sacrificielle avant de la planter dans sa main, au sol, clouant sa paume contre le pavage froid du sommet de la tour. La lumière au sein de la sphère commence à s'intensifier, à grandir, puis à irriguer, dans les subtilités des reflets de l'objet liquide. Au contraire du bruit de basse insoutenable auparavant, c'est désormais une douce vibration aiguë aux accents chaleureux qui résonne dans la caverne. La Magister commence à blêmir avant de s'effondrer sur sa dague plantée dans sa main, inerte sur le sol, et puis, soudain, la lumière. Irradiante de beauté, fouinant dans tous les recoins, cherchant à s'infiltrer partout, jusque dans les recoins de l'âme, aveuglant jusqu'au cœur. Une silhouette pâle semble s'en détacher. Plus que pâle, on dirait une humanoïde complètement délavée de toute couleur, comme si elle avait été trempée dans de la javel de la tête aux pieds. La forme, monochrome de la tête au pied, semble être, après une observation plus poussée des Liges du Roi, celle du corps de Prudence, auquel on aurait retiré toute couleur, toute personnalité, toute singularité, ne laissant plus qu'une toile vierge d'impression. La forme qui constituait jadis Prudence tombe sur le sol, comme un pantin désarticulé, mais ses mains sont vites rattrapées par d'étranges fils aux reflets arc-en-ciel, scintillant autour de ses poignets, figeant cette absence d'être dans une position de soumission éternelle. Et puis, vint la terreur.

Après la fin, 14h16
Musique d'ambiance

Lady Maria

Inerte



Un cliquetis s'élève par dessus la musique, au travers de la lumière.. Tic, tic, tac.. Des doigts, des ongles commencent à tapoter les uns contre les autres. Quatre, dix, trente.. Innombrables mains qui sortent du néant, appelées par la figure de la jeune femme située au centre du cercle.. Et Puis, le corps devient distinguable. Une silhouette gigantesque mais néanmoins filiforme, à l'assignation indéterminable s'extirpe du néant en creusant son chemin dans la lumière avec ses ongles cliquetant.. Titc, tic, tac.. Le corps noir couvert de lumières scintillantes bleues ressort parfaitement sur le blanc aveuglant de la sphère.. Puis vient une tête, en dernier. Au dela de la paire d'yeux qui constituent un visage humanoïde normal se trouvent trois autres orifices oculaires sur le front de la créature, à demi-fermés, comme somnolant, mais tous brillant d'une lueur ocre maladive. Les lumières sur le corps de l'horreur cosmique se mettent à onduler, comme si sa peau se trouvait faite de la matière de la sphère qui se trouvait la il y a quelques instants à peine. Les fils se mettent à remuer, relevant la silhouette monochrome en la tenant par les bras, à quelques centimètres du sol. En les suivant des yeux, il est possible d'apercevoir qu'ils sont reliés aux mains de la créature marionnettiste. A mesure que l'ancien corps de prudence se soulève du sol, quelque chose apparaît dans la lumière.

Des visages, inertes. Inexpressifs. Des centaines de visages. Peut-être même des milliers. Ils se fondent dans la lumière, les rendant difficile à distinguer, mais ils sont pourtant bien la. Des yeux clos mais dont les regards semblent tout de même portés vers les Liges. Tic, tic, tac.. Les ongles cliquetants se rapprochent de la figure sans couleur, tout doucement. La créature au long corps finit enfin par poser un pied au sol.. Pile à l'endroit ou se trouvait Dame Maria quelques instants auparavant.. Bien que l'on puisse imaginer son corps écrabouillé sous le poids d'une telle monstruosité, un phénomène bien différent se produit. Tout d'abord, la créature semble aspirer toutes les couleurs de la Magister, exactement comme le corps de Prudence, ne laissant plus qu'une coquille blanche, pure.. Puis, ses membres commencent à s'effilocher, comme du papier, sa peau s'effritant, pour finir par voler au vent, s'éparpillant dans la caverne. La créature entoure la silhouette livide de Prudence entre ses mains, et une intense lumière passant par tout le spectre des couleurs de manière fluide brille dans l'interstice de ses doigts refermés. Ses yeux sont fixés sur les Liges qui, malgré le fait qu'iels ne soient pas toustes dans la même direction, ressentent toustes la même pression dans le regard. La même impression d'être scrutés jusqu'au plus profond de leur âme.

Message secret pour Willem, TramaDollie :
...

La lumière s'estompe entre les mains de l'abominable créature, et puis, tous les visages s'ouvrent. Ce sont désormais eux qui irradient de la lumière. Leurs yeux décomposent cette dernière en spectre tourbillonnant, tandis que leurs bouches vomissent un flot intarissable d'un liquide étrange et multicolore, recouvrant rapidement le sol sous l'abomination. En ouvrant de nouveau les mains, le corps sans couleur de Prudence n'est plus la, et rapidement, un son terrifiant se met à retentir dans l'air. Comme celui de la lave qui gémit sous terre en attente de pouvoir percer la croûte terrestre dans une explosion.. Et c'est d'ailleurs ce qui se produit. Petit à petit, des rayons de lumière décomposées se mettent à jaillir du sol, transformant tout ce qu'ils touchent, caisses, plantes, rats, chauves-souris, en immondes parodies monochromes avant de se désintégrer dans le vent. Le rythme des rayons s'intensifie, ne laissant que peu de temps aux liges du Roi. Ils le savent, instinctivement, au plus profond de leurs tripes, s'ils ne s'échappent pas rapidement, ils vont mourir ici. Le Grimoire de Dame Maria, devenue blanc-immaculé, tout du moins sur la couverture, reste à l'emplacement ou elle s'est évaporée, comme pour marquer sa tombe. L'adrénaline rugit dans les veines des liges du Roi Dogan, s'ils doivent agir, c'est maintenant!

Connaissances Mystères DD20

Survie / Acrobaties DD15

Offline Trajan  
#506 Envoyé le : samedi 18 juillet 2020 03:19:01(UTC)
Trajan
Rang : Nouveau
Inscrit le : 04/03/2015(UTC)
Messages : 5

Aji Saka

18 / 18

CA:18

Sulawesi

9 / 9

Saves the day

CA:18

sorts préparés:
Aji observe avec attention le rituel se terminer, essayant d'anticiper les risques pour sa propre survie. Mais quand Akumi arrive, le wayang ne peut s'empêcher d'être complètement extatique devant une si grande et si terrible beauté. Il observe toute la symbolique entourant la déesse, apparemment incapable de prendre en compte le fait qu'il n'est qu'un insecte sous le regard vorace de la déesse incarnée.

Quand soudain une vive douleur le lance à l'épaule : c'est Sulawesi qui n'a rien perdu de son instinct de préservation, et qui déverse par le lien télépathique une peur panique telle que le wayang parvient à sortir de sa transe mystique. Une image. Un autel. Aji cherche, tourne la tête vers là ou se tenait Maria, incapable de déterminer si l'image lui vient de son propre inconscient ou de celui du son familier. Peu importe.

« Avec moi si vous voulez vivre ! Maria ne se coltinait certainement pas tous les escaliers à chaque fois qu'elle voulait venir ici, et j'ai vu une rune de téléportation sur l'autel ! Mais il faut le grimoire ! Sulawesi va le chercher ! »

Aji court en direction de l'autel, en prenant bien garde à éviter de se rapprocher trop près de la Déesse, pendant que Sulawesi plonge sur le grimoire pour essayer de le porter à son maître.

Modifié par un utilisateur samedi 18 juillet 2020 03:19:40(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Boubouh  
#507 Envoyé le : lundi 20 juillet 2020 20:16:42(UTC)
Boubouh
Rang : Lecteur
Inscrit le : 03/02/2019(UTC)
Messages : 0

Lavica

26 / 27

Fuck...

CA:18-DMD:19
Chaotique Neutre

Bulan

20 / 22

Tigre

CA:19-DMD:19



L'approche furtive a visiblement été complètement inutile. La chasseresse ne peut qu'observer ébahie et un peu horrifiée l'apparition de la divinité cauchemardesque.

Bon... Je sens qu'on va se revoir assez régulièrement dans mes cauchemars dans les années à venir.

Malgré le chaos de la situation et l'entité cosmique qui la fait encore frémir, elle se précipite vers Aji pour être téléportée avec lui, rejointe par Bulan, et signale « On sait pas à quelle distance on va être envoyés, mais si jamais on est encore dans la caverne après ça j'ai repéré une autre sortie ! »
Offline Willem  
#508 Envoyé le : lundi 20 juillet 2020 23:37:05(UTC)
Willem
Rang : Habitué
Inscrit le : 12/10/2017(UTC)
Messages : 1,063

Prudence

0 / 22

Au revoir

CA0-DMD0
Neutre
Canalisations 0/9
T. de Restauration 0/7
Toucher Sanglant 0/7



L'esprit assiste à la scène dans l'impuissance qui lui est propre, et même si elle est submergée par des flots constants d'émotions négatives et de douleurs, Prudence reste en position fœtale, patiente après les mots potentiels de Pharasma. Qu'importe le temps que je passerai à brûler dans les flammes, jamais elles ne me sépareront de mon but final. Puisse mes anciens compagnons et Kolkéa survivre après cela, même si ce n'est plus de mon ressort désormais. Le repos m'attend. Pharasma m'attend. J'attendrai ta venue.
Offline Rodolphe  
#509 Envoyé le : samedi 25 juillet 2020 19:42:23(UTC)
Rodolphe
Rang : Membre
Inscrit le : 21/10/2017(UTC)
Messages : 11

Mélides

28 / 28

Oups

CA:19-DMD:15
Loyal Mauvais
Ki : 2/4


Mélides observa le rituel tranquillement. Elle plissait les yeux essayant de regarder vers le sol ou vers le plafond afin d'éviter l'affreuse lumière qui s'échappait du cercle.
Pouah.... encore plus de lumière.... Pourquoi le rituel ne pourrait-il être pas moins voyant ? .... Je regrette l'obscurité qu'on avait avant. Au moins le bruit est moins fort...
Elle patienta donc, seulement surprise de voir la Magister s'effondrer au sol après avoir clouer sa mains au sol.
C'est normal ça ? ... Elle compte s'adresser comment à la déesse maintenant ?
Puis le rituel devint de plus en plus étrange, les cliquetis, les mains et puis finalement la forme qui commençait à se former devant elle. Mélides eut une impression comme si son idée de laisser Lady Maria continuer son rituel n'avais finalement pas été la bonne.
Ce qui est fait est fait de toute manière... Nous verrons bien ce que cela va donner.
Et puis finalement c'est la créature qui la regarde de tout ses yeux et ses rayons qui commençait à désintégrer tout ce qu'il touchait. Un sentiment qu'elle n'avait plus connu depuis longtemps s'empara d'elle. Un sentiment qu'elle détesta aussitôt. Un sentiment d'impuissance.
La sortie, vite. !
Elle se retourna alors qu'Aji les appelait et se rua à sa suite vers le téléporter.
« Espérons que ça fonctionne, je n'ai pas envie de faire un plongeon de cinquante mètres !  »
  • Accrobatie : 2d10+10 donne [7] + 10 = 17
La couleur de ma magie est la couleur de ton sang.
Offline TramaDollie  
#510 Envoyé le : dimanche 26 juillet 2020 16:58:39(UTC)
TramaDollie
Rang : Nouveau
Inscrit le : 21/02/2018(UTC)
Messages : 2
Après la fin, 14h16
Musique d'ambiance

La plateforme de la tour commence à s'effondrer de parts en parts. Des pans entiers tombent dans l'obscurité tandis que les rayons de lumière divisée percent de plus en plus vite tout ce qu'ils touchent, réduisant le tout en poussière incolore. Sulawesi parvient de justesse à esquiver un rayon qui surgit sous elle lorsqu'elle plonge sur le grimoire désigné par Aji. Prestement, la chouette prends dans son bec la petite bandoulière qui permet d'accrocher l'ouvrage à la taille et fonce vers le portail pour y rejoindre son maître. Lavica et Bulan quant à eux, frôlent les rayons de lumière, l'un d'entre eux passant un poil trop près du gros tigre au goût de la chasseresse, mais pas le temps de se retourner, pour atteindre la pierre runique. Aji y parvient en premier, commençant à feuilleter à toute vitesse l'ouvrage de Dame Maria dont la plupart des pages ont été effacées par son contact avec la lumière. Il parvient néanmoins à trouver la bonne page et récite une incantation en Aklo à plein poumons. « Намайг гэртээ аваач! »

Aklo

Au moment ou Aji termine enfin de réciter la formule, un craquement bien audible fends l'air autour des aventuriers. Le promontoire qui abrite l'autel de téléportation commence très doucement à glisser vers le sol, s'effondrant petit à petit tandis que la tour ne parvient plus à soutenir son poids. Un rayon atteint l'autel au moment ou une déchirure dans l'espace semble s'ouvrir devant lui, révélant une myriade de flux typiques d'un portail de téléportation. Sulawesi et Bulan, guidés par leur instinct, sont les premiers à s'engouffrer dans le portail, suivis très rapidement de Lavica, aidée de ses réflexes inflexibles, Aji quant à lui, s'y engouffre en glissant légèrement à mesure que l'angle du promontoire s'effondrant se fait de plus en plus prononcé. Mélides courant pour atteindre le portail voit le promontoire tomber dans le vide et s'élance de toute ses forces à sa suite pour atteindre le portail. Elle parvient de justesse à y entrer avant que ce dernier ne se referme dans une détonation, mais le timing était très serré, tant et si bien qu'une de ses bottes s'est retrouvée attirée de l'autre côté, en causant de nombreux hématomes sur son pied droit, chanceux d'être encore attaché à la jambe. Les sensations des aventuriers réagissant avec un temps de retard face à leur corps instantanément transportés de l'autre côté du portail, chacun d'entre eux ressent le choc très douloureux des pierres du promontoire s'écrasant lourdement dans l'eau.

Dégâts non-létaux dus à l'impression de chute :
Sulawesi : 4
Aji : 10
Bulan : 9
Lavica : 8
Mélides : 12


Dans la tour, l'épilogue, 14h17
Musique d'ambiance

Lorsque les aventuriers reprennent conscience, allongés sur le sol froid d'une structure faiblement éclairée, ils se redressent en constatant que malgré les ecchymoses et les hématomes parcourant leurs corps, ils sont très certainement en vie. D'ailleurs, la douleur traversant leurs nerfs achèvent de leur asséner ce constat. Mélides quant à elle, est la plus durement touchée. Son pied a failli se retrouver coincé dans le portail et certains de ses orteils sont cassés, lui étant douloureux des lors qu'elle le pose au sol. Aji sait ou il se trouve puisqu'il a déjà arpenté ces couloirs. Il s'agit du laboratoire de Dame Maria, au sommet de l'une des tours du palais royal de Vermery. Néanmoins, il ne reconnaît pas la salle précise dans laquelle il se trouve. Sans doute une qui est protégée par des sécurités qu'il ne pouvait pas franchir durant ses pérégrinations chez la Magister. Lavica se dirige vers l'un des rideaux aux fenêtres et l'ouvre pour éclaircir la pièce. La vision qui lui apparaît dès lors lui glace le sang. Des nuages ocres se sont formés au dessus de la ville, des éclairs les parcourant de part en part et au loin, la ou se trouve le quartier des hommes-rats ou les aventuriers étaient il y a quelques secondes à peine, des lumières surgissent des bâtiments. Lentement mais sûrement, des rayons traversent la surface de la terre et se décomposent dans les airs, dans un feu d'artifice de myriades de couleurs, emportant les nuances du monde. Des cris ébahis qui se transforment en terreur parviennent aux oreilles des aventuriers. Avec la lumière du jour parvenant à l'intérieur du laboratoire, les Liges du Roi peuvent constater une bonne centaine de bocaux transparents, fourmillant de vie à l'intérieur. Des puces. Des centaines de milliers de puces.

Connaissances Nature DD25

Il est temps de mettre les voiles, le navire semble prendre l'eau. En descendant les marches de la tour de Maria, et en arrivant dans les appartements des seigneurs locaux, les liges peuvent apercevoir que de nombreuses têtes couronnées, anciennement vassaux du Roi Dogan gisent, dans une flaque de sang, la plupart des couteaux à la main, la gorge ouverte, les sourcils froncés. Refusant d'affronter leur destin contre la Ligue Fluviale ou de périr sous les assauts de cette magie mystérieuse, ils ont choisi de se donner la mort, ensemble, dans cette pièce, acculés, mais jouissant de leur dernière liberté pour aller au devant d'une mort qu'ils ont jugé plus honorable. En arrivant enfin au niveau du sol, les liges peuvent apercevoir qu'un régiment de soldats terrifiés s'est regroupé dans la cour autour du Roi Dogan, ce dernier donnant des instructions pour fuir la ville.

De l'autre côté, des rats quittent le navire. Littéralement. Stitch et quelques hommes-rats, dont Veshat, semblent avoir réussi à franchir le pont grâce au laisser passer que vous lui avez fourni, et se dirigent bon gré mal gré vers une bouche d'égout du quartier noble, et l'empruntent dans la confusion, sachant très bien qu'ils ne pourraient pas s'enfuir avec le roi.. Il s'agit peut-être d'une autre porte de sortie?

La plupart des citoyens ordinaires, quant à eux, fuient en direction des portes, un attroupement se forme et bloque la circulation des altères les plus passantes, causant une marée noire au niveau de la cathédrale mais, en se glissant dans les ruelles extérieures, vous pouvez peut-être vous enfuir par la porte ouest avec les civils en profitant de la confusion pour vous glisser dans le mouvement de foule.

Au dela de ces trois options pour quitter la ville, peut-être en reste-t-il d'autres? Une seule chose est certaine, il faut quitter le navire immédiatement puisqu'un mauvais pressentiment ne vous quitte pas à mesure que vous examinez vos différentes options. Les rayons de lumière de la créature invoquée ne vont certainement pas s'arrêter au quartier des hommes-rats.
thanks 1 utilisateur a remercié TramaDollie pour l'utilité de ce message.
Offline Willem  
#511 Envoyé le : dimanche 26 juillet 2020 17:55:11(UTC)
Willem
Rang : Habitué
Inscrit le : 12/10/2017(UTC)
Messages : 1,063

Prudence

0 / 22

Requiem

CA0-DMD0
Neutre
Canalisations 0/9
T. de Restauration 0/7
Toucher Sanglant 0/7



Lien vers le Requiem

Malgré les incessantes répliques de douleurs qui ne cessent d'ébranler le corps immatériel et l'esprit de Prudence, cette dernière reste bien vivante, à sa manière, dans le monde où elle se trouve actuellement. Je tiendrai une éternité s'il le faut. Tu as ma parole, Pharasma.

La prêtresse déchue commence à réciter, à voix basse, l'une de ses prières mélancoliques dédiées à sa déesse, dans un éternel requiem jusqu'à ce qu'elle soit libérée de l'emprise d'Akumi, répétant sans cesse ces paroles pour garder en son sein, cette flamme d'espoir, la ravivant continuellement même dans les moments les plus difficiles de sa souffrance éternelle.

Modifié par un utilisateur dimanche 26 juillet 2020 17:57:07(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Trajan  
#512 Envoyé le : lundi 27 juillet 2020 00:18:10(UTC)
Trajan
Rang : Nouveau
Inscrit le : 04/03/2015(UTC)
Messages : 5
[TW émétophobie]

Aji Saka

18 / 18

CA:18

Sulawesi

9 / 9

Saves the day

CA:18

sorts préparés:
Musique d'ambiance

Aji sort du portail, encore tout étourdi par les sensations contradictoires, non seulement les siennes mais aussi celles de Sulawesi qui traversent le lien télépathique. Il a tout juste le temps de reconnaitre les appartements de Dame Maria qu'il laisse échapper son déjeuner sur les dalles du laboratoire, l'acidité des sucs gastriques de son estomac affamé lui brulant la gorge.

Sa vision dans le noir lui permet de voir les bocaux avant même que Lavica n'ouvre les rideaux, et il cherche frénétiquement une trace de bocal ouvert ou cassé. Puis il se lève et regarde par la fenêtre, contemplant le spectacle d'Akumi rasant la ville, plutôt que de la céder à l'ennemi. « Bon. On dirait que contrôler Akumi n'a jamais fait partie du plan. Chères camarades, ce fut un plaisir de travailler avec vous, je pense que je trouverais ici de quoi préparer une issue de secours. Je ne serais guère surpris que tous les nobles du palais aient été tués par les espions que Dogan redoutaient ou qu'ils se soient donné la mort devant un tel spectacle. Dans tous les cas, descendez sans moi. » Anticipant la suite des événements, il profite de regarder par la fenêtre pour essayer de déceler un endroit des remparts de la ville moins surveillé par l'ennemi que les autres.

Puis il se met à chercher frénétiquement dans le laboratoire de Maria toute trace écrite de ses recherches sur la lycanthropie, sur Akumi, bref, tout ce qui pourra permettre de satisfaire un temps son insatiable curiosité, et surtout apporter des réponses à l'enfer qu'il vient de traverser, fourrant tout à la hâte dans son sac à dos. Il se met également en recherche de la réserve de parchemins et de potions de la magistère et prend quelques moments pour analyser le contenu des fioles et lire les parchemins, ne faisant pas confiance à Maria pour étiqueter proprement ses fioles et ses étuis.

Une fois tout son barda collecté, il ingurgite une potion de Feuille Morte et saute par la fenêtre pour éviter d'éventuels assassins. Une fois arrivé au sol, il se dirige à fond de train - grâce à un parchemin de Repli Expeditif - vers la partie des murailles la moins surveillée, ayant pris soin de garder une potion d'invisibilité à la main en cas de rencontre avec... absolument n'importe quoi. Et une fois arrivé au pied du mur, il rend Sulawesi invisible, adresse une prière à Akumi avant de se rappeler qu'elle est certainement occupée ailleurs, enfile d'un trait la potion de rapetissement qu'il a trouvé dans le laboratoire, et s'accroche aux serres de Sulawesi qui parvient à le soulever pour survoler les armées de la Ligue et ainsi disparaître dans l'horizon.
Offline Rodolphe  
#513 Envoyé le : dimanche 2 août 2020 21:22:31(UTC)
Rodolphe
Rang : Membre
Inscrit le : 21/10/2017(UTC)
Messages : 11

Mélides

28 / 28

La fuite

CA:19-DMD:15
Loyal Mauvais
Ki : 2/4


Mélides grogna en sentant son pied rester de l'autre côté du portail.
Allez ! Ce n'est pas le moment de flancher !
Elle passa de justesse ne laissant qu'une botte derrière elle. En posant son pied par terre, la douleur soudaine faillit lui faire perdre l'équilibre mais elle se repris de justesse.
Il va falloir penser cette blessure si je veux continuer...
Elle releva la tête pour apercevoir qu'elle ne se trouvait plus sur la tour mais bien dans le château royal.
Bon... au moins cela est fini pour l'instant...
Elle suivit Aji du regard lorsque celui-ci commença à récupérer des potions dans les étagère.
Hmm... Oui, cela serait peut-être aussi bien de partir.
Elle se releva, testant doucement sa cheville.
« Oui, un plaisir, vraiment.  »
Elle commença à fouiller dans son sac, sortant une potion quelle engloutit. Elle sentit alors la douleur de sa cheville s'atténuer et hocha la tête.
Ce n'est pas parfait, mais ce n'est pas si mal.

Une fois remise un peu d’aplomb, elle se pressa au niveau de la fenêtre observant l'activité de la ville.
Cela part de partout.... Mais je crois que je ferais bien de faire pareil... la question étant comment passer les armées qui assiègent cette ville ? ...
Elle regarda Aji piller les réserve de la Magister d'un œil pas étonné du tout.
Il a évidemment un plan de secours notre petit magicien fuyard... Ceci dit, j'avoue qu'un ne m'aurait pas déplut dans cette situation.
Elle réfléchit un instant.
... Il serait bien que les habitants fasse diversion en sortant... cela pourrait peut-être m'ouvrir un passage...
Elle repéra les deux portes de la ville où converger le plus de monde puis observa le chemin entre les deux.
Les rues sont peut-être pleine, mais pas les toits...
Elle se tourna vers Lavica.
« Bon et bien, bon vent !  »
Elle fila alors par l'escalier, cherchant à atteindre la sortie du château.
Ainsi donc, tout le monde s'est effectivement suicidé... Le petit être avait vu juste.
Elle atteignit la cour du château, sortit arrivant enfin en ville.
Par là....
Elle se dirigea vers la maison la plus proche et entreprit de monter rapidement sur son toit.
Et maintenant, j'ai un boulevard devant moi !
Elle commença donc au courir sur le toit, sautant par dessus les rues, peu attentive au bruit qu'elle pourrait faire, considérant le tumulte qui devait monter des rues adjacentes.

Une fois arrivée au niveau de la muraille, elle regarda autour d'elle.
Personne... très bien.
De la même manière qu'elle avait monter la maison précédemment, elle rejoignit le sommet des muraille, restant tout de même courbée, afin de ne pas aiguiser l’appétit d'éventuels archers. Elle passa toutefois sa tête entre les créneaux, observant l'armée qui se tenait face à la ville.
Alors... que va-t-elle faire ?

Modifié par un utilisateur dimanche 2 août 2020 21:23:10(UTC)  | Raison: Non indiquée

La couleur de ma magie est la couleur de ton sang.
Offline TramaDollie  
#514 Envoyé le : dimanche 2 août 2020 21:49:08(UTC)
TramaDollie
Rang : Nouveau
Inscrit le : 21/02/2018(UTC)
Messages : 2
Mélides, sur les remparts, 14h25
Musique d'ambiance

Mélides parvient sans mal à se frayer un chemin en grimpant sur les toits des maisons. Dans son parcours, elle entends le vrombissement de la lumière qui perce le sol, encore et toujours, inlassablement au loin, les rayons commençant à franchir la rivière pour se déchaîner sur les habitations du quartier ouest. Sans se retourner, n'ayant pas le temps ni l'envie de ressentir quoi que ce soit pour le destin de ces milliers de personnes condamnées à mort, la Ninja s'enfuit en parcourant les toits, de plus en plus vite, gagnant une avance considérable sur la nuée de gens du cru qui courent vers les issues. En escaladant la muraille, Mélides aperçoit en contrebas une boutique mise à sac par une famille de fuyards, emportant autant de provisions que possible dans leur fuite. Elle grimpe ensuite sans se retourner et observe prudemment la scène qui l'attends de l'autre côté des murs.

Les plaines qui jonchent Vermery sont vides. Sur un demi-kilomètre, l'oeil se perds dans la végétation brûlée par le soleil d'été. Et puis, au delà, des armures. Des drapeaux. Des gens armés jusqu'aux dents. En plissant les yeux, Mélides aperçoit les bannières différentes du Brévoy, du Razmiran et de Dague, mais aussi celles plus courantes encore de la Ligue Fluviale, symbole de leur union contre le royaume de Kolkéa. En contrebas, le flot humain des civils parvient à franchir les portes et commence à se disperser dans la vallée, en courant dans tous les sens. Un rang se déplace dans l'armée en face des murs. Des arcs sont brandis vers le ciel. En y regardant de plus près, certaines de leurs flèches brillent d'une lumière flottante. Elles sont enflammées. Des ordres sont beuglés de part en part, un vent de panique se ressent dans l'armée à mesure qu'un rang sur deux décoche ses flèches, les autres rangeant leur attirail. La volée vient s'abattre dans la foule, la clairsemant petit à petit. Des cris s'élèvent, certains commencent à prendre feu et se roule dans la végétation asséchée des plaines. Une très mauvaise idée. Très rapidement, des départs d'incendie se mettent à partir aux quatre coins de la foule alors qu'une voix s'élève, magiquement augmentée pour porter jusqu'aux remparts : « CESSEZ LE FEU!! CE SONT DES CIVILS!! » Les soldats ouvrent rapidement les rangs, comme pour inviter les survivants de la volée à se réfugier avec eux. Certains civils, pris de panique, se bousculent pour tenter de retourner à l'intérieur des murs, en sécurité, d'autres, coincés entre les feux de brousse et l'armée décident de tenter leur chance avec les armures de la Ligue Fluviale. Ils se mettent à courir vers la brèche ouverte par les soldats. Le flux d'hommes converge à un seul endroit et l'arrière de l'armée semble commencer à battre en retraite, la débandade est complète en voyant les rayons de lumières décomposée s'élever dans le ciel.

Mélides est seule face à ce spectacle. Entre l'armée de la Ligue Fluviale et les rayons de la monstruosité invoquée par Dame Maria, sur une muraille vidée de tous ses hommes, contemplant la fin d'un royaume. Une sensation grisante l'envahit, l'impression d'être une part importante de l'histoire, mais elle sait qu'elle n'a pas le temps de se laisser distraire. Elle doit agir et vite.
Offline Rodolphe  
#515 Envoyé le : lundi 10 août 2020 20:09:27(UTC)
Rodolphe
Rang : Membre
Inscrit le : 21/10/2017(UTC)
Messages : 11

Mélides

28 / 28

La fuite

CA:19-DMD:15
Loyal Mauvais
Ki : 2/4


Mélides hocha la tête en voyant les civils commencer à se frayer un chemin à travers les armées ennemies.
Et bien, la voilà ma porte de sortie... Il suffit de se faire discret...
Elle tourna une dernière fois la tête vers la cité de Vermery qui fut finalement son lieu d'habitation pendant un bon moment. Elle contempla les éclairs de lumière, les cris, les secousses, les effondrements. Elle goûta à la peur qui émanait de ce flux de gens. Elle observa les pillages, la folie des civils qui, dépassés par les événements courraient en tous sens. Elle regarda la ville tomber, non de l'attaque des armées ennemies. Mais de la volonté d'une seule personne de la sauver.
Ainsi, voici comment Maria voulait sauver Vermery. En la détruisant pour qu'elle ne tombe pas aux mains de la ligue fluviale... Intéressant comme technique. A retenir.
Mais cette vision apocalyptique ne le retint pas plus longtemps. Une secousse plus grand fit trembler la muraille, lui rappelant qu'elle était toujours en danger. Elle poussa un soupir avant de se retourner vers la plaine et de voir les armées commençaient à se débander.
Et efficace aussi... En tout cas, ça me donne une chance de mieux m'enfuir.
Elle hocha la tête et descendit de la muraille côté plaine. Elle se rapprocha alors de la grande porte et avant d'arriver convoqua son pouvoir. Aussitôt elle sentit comme un écoulement d'eau qui se matérialisa sur sa tête et descendit sur tous son corps, parcourant sa peau de la racine de ses cheveux jusqu'au bout de ses doigts et des orteils. Puis la sensation s'arrêta. Cela avait duré quelques seconde. Elle sourit et dégaîna son wakisashi. Le reflet de la lame lui renvoya l'image du jeune humaine blonde avec des yeux bleu. Ses vêtements aussi avait changé. Une robe de chanvre, usée, lui recouvrait maintenant le corps. Le tous parsemé de poussière et de brûlure.
Parfait, il est temps d'y aller maintenant.
Elle dissimula son wakisashi sur sa robe, rangea ses autres armes et se rejoignit la masse des civils qui fuyait, se fondant parmi eux.
La couleur de ma magie est la couleur de ton sang.
Offline Boubouh  
#516 Envoyé le : mardi 25 août 2020 22:59:50(UTC)
Boubouh
Rang : Lecteur
Inscrit le : 03/02/2019(UTC)
Messages : 0

Lavica

26 / 27

FUCK FUCK
FUCK §§§

CA:18-DMD:19
Chaotique Neutre

Bulan

20 / 22

Tigre

CA:19-DMD:19



Dans la panique totale, le chaos et la destruction, les deux félins parviennent à échapper à la tour avec leurs compagnons. Il leur faut un bref instant pour s'habituer à la soudaine clarté et au changement d'altitude, puis Lavica fait une grimace en découvrant les innombrables bocaux remplis de créatures grouillantes et répugnantes.

Saloperies ! ça me gratte rien que de les voir...

Le vacarme à l'extérieur la tire cependant de sa contemplation et elle se porte à la fenêtre pour découvrir un spectacle glaçant.

J'aurais peut-être mieux fait d'écouter mon instinct et de balancer cette connasse fanatique du haut de cette foutue tour. Décidément, les dieux c'est toujours une solution de merde.

Elle adresse un léger grognement et hochement de tête sec à Aji et Mélides lorsqu'ils lui font leurs adieux mais ne prononce pas de paroles. Elle n'est pas vraiment du genre à s'épancher, et encore moins dans une situation d'urgence. Sans compter que leur groupe n'est pas exactement des plus soudés. La chasseresse passe une main dans la fourrure de Bulan pour l'apaiser légèrement, mais l'animal est toujours tendu comme un ressort. Les dernières minutes ont été une succession de blessures violentes, de bruit et de danger imminent.
Tous deux se précipitent enfin dans les escaliers, puis à travers la ville, vers l'est. Son objectif : Rejoindre le fleuve, passer les murailles à la nage puis disparaître dans la nature.

Les portes sont un piège à rat. L'ennemi nous attend à toutes les sorties, hors de question de retomber entre leurs mains. Même si ils s'appellent la Ligue Fluviale, j'ai peut-être une chance si je passe par la flotte.
Offline TramaDollie  
#517 Envoyé le : vendredi 28 août 2020 10:26:24(UTC)
TramaDollie
Rang : Nouveau
Inscrit le : 21/02/2018(UTC)
Messages : 2
Aji, quelque part à l'est, quelques mois plus tard
Musique d'ambiance

Le bruit de la plume sur la feuille couvrait à peine celui des célébrations au rez-de-chaussée. Les badauds fêtaient une quelconque célébration de leurs divinités païennes tandis que l'érudit profitait de la nuit qui s'annonçait pour préparer sa journée de demain. En bas se détendaient un groupe d'individus aux penchants suicidaires qu'il avait recruté par la promesse de quelque richesse qu'il saurait très bien ne pas leur accorder autour de chopines tandis que lui, préparait son plan. Il avait tout annoté. Les pièges prévus dans la tombe qu'il prévoyait d'explorer, ceux qu'il avait minutieusement préparé afin de réduire petit à petit le groupe de mercenaires qu'il avait engagé.. Et enfin, son moyen de sortie une fois qu'il aura pu s'emparer du trésor de ce vieux tombeau, en laissant les mercenaires aux prises avec les monstruosités qu'il renfermait pour s'accaparer tout le butin de cette ancienne ruine. En dé-voûtant son dos arqué aux vertèbres apparentes, le Wayang s'étira douloureusement les membres engourdis par cette position entretenue depuis plusieurs longues heures. Son sourire s'élargissait à vue d'oeil. Il prit une pincée de graines destinées aux volatiles et la tendit à Sulawesi, qui venait de venir d'engloutir un mulot d'une seule bouchée, puis, revient à son ouvrage. Impossible pour lui d'échouer. Il avait retenu les leçons des échecs dans ses dernières missions et avait cette fois-ci paré à toute éventualité. Absolument toutes. Il se savait prêt à tout ce que pouvait lui envoyer mère nature. Et c'est avec cette pensée en tête qu'il s'endormit, rêvant à tout ce qu'il ferait avec l'ancien tome de magie de l'archi-liche Derrhaziin.


Melides, Gloire de Razmir, un an plus tard
Musique d'ambiance

Dans la cité aux toits emplis de vapeur, une ombre se meut sur les taules imbriquées pauvrement dans les quartiers précaires. En esquivant un panache de fumée s'élevant d'une des cheminées, elle saute de gouttières en gouttières d'une manière élégante avant d'escalader une de ces nouvelles habitations toute en hauteur, s'élevant vers le ciel comme un défi aux dieux. La silhouette se reposa la question. Pourquoi lui demandait-on de grimper cette haute tour de six étages pour exécuter sa tâche? Seules les personnes les plus pauvres vivaient en haut de ces structures ce qui signifiait donc qu'on employait ses services pour un roturier? Une fois qu'elle eût rejoint l'escalier de service qui grimpait sur le côté de la structure, elle emprunta les marches de fer pour petit à petit arriver au sixième et dernier étage. Ses sens se mirent en alerte. Il y avait bien une personne, dont les ronflements indiquaient soit qu'elle dormait, soit qu'elle percevait sa présence et qu'elle faisait mine pour l'attirer dans un piège. Prudente, la Fetcheline escalada le mur pour arriver par une fenêtre plus loin de la chambre à coucher qu'elle crocheta avant de pénétrer dans l'appartement. Habituée aux nouveaux outils que l'on trouve plus facilement dans cette colonie du Razmiran, elle enduit tout doucement la fléchette sous son poignet, suspendue à son gant, d'un poison mortel et s'exécuta, sans même ouvrir la porte de la chambre, à travers le trou de la serrure. L'homme poussa un cri en étant reveillé de stupeur, mais se fige très rapidement à mesure que la bave lui montait aux lèvres se teintait progressivement de rouge. Rapidement, dans une grande respiration, ses poumons se remplirent de sang, et il mourut, les yeux révulsés. Mélides crocheta finalement la serrure de la chambre pour y rentrer afin de fouiller le corps de sa victime et sourit lorsqu'elle comprit. Dans une poche de son manteau se trouvait un sceau, un sceau qui ne devait être porté que par l'un des grands prêtres de Razmir.. Ravie de voir que ses multiples talents n'étaient pas gâchés à prendre la vie d'un homme qui aurait pu être tailladé dans un coupe-gorge, elle s'en alla avec la preuve de son méfait pour aller quérir sa récompense.


Lavica, au coeur des cent chants, ayant perdu la notion du temps
Musique d'ambiance

Lavica et Bulan s'assirent paisiblement au milieu des pierres moussues pour écouter le chant de la forêt éponyme. Elle semblait en contenir des centaines qui se firent échos entre les grands séquoias et les ruisseaux tumultueux qui couraient le long des pentes et dénivelés de cette région aux reliefs prononcés. Bulan bailla longuement en s'installant plus confortablement sur un lit de lichen. Ils n'étaient pas seuls. Une présence familière semblait se reposer sur une branche non loin. Un druide. Sous la forme d'une chouette qui rappelait étrangement à Lavica l'animal de compagnie d'Aji. Conséquence de quoi, elle ne s'était jamais véritablement sentie à l'aise en sa présence, ou dans le cercle druidique de la forêt des cent chants en général. Mais ils les avaient acceptés, elle et Bulan se sentaient mieux dans ces étendues sauvages ou elle chassait pour vivre avec son compagnon, plutôt qu'au service d'un Roi tyrannique qui se servait de leurs crocs et griffe pour anéantir ses ennemis. Néanmoins, cette sérénité fut bientôt troublée par un son horrifiant qui fit que le druide chouette adopta de nouveau sa forme humanoïde, perché sur une branche. Un petit halfelin à la peau hâlée qui comprit visiblement tout de suite le problème. Il intima immédiatement à Lavica l'ordre de fuir, ce qu'elle fit pendant un temps, avant de rebrousser chemin pour tenter de voir si elle pouvait aider le cercle des cents chants. Ses yeux s'écarquillèrent lorsqu'elle vit qu'une escouade d'hommes armés jusqu'aux dents, brandissant des bâtons crachant la foudre et le feu entourait le druide Halfelin. Un homme, visiblement plus haut gradé, d'après les plumes sur son chapeau, se saisit d'un sabre et trancha la tête du métamorphe. Lavica pût enfin apercevoir les couleurs et l'étendard brandis par les hommes venus envahir la forêt. Le jaune et le violet ne trompaient pas. Il s'agissait de soldats à la solde de Razmir.

Elle attendit son heure, terrée dans les buissons pour se saisir de la faveur de la nuit et massacrer tous les soldats qui avaient pénétré son nouveau havre de paix. Le silence revint dans la forêt à mesure que la mousse au sol se gorgeait de sang, petit à petit, jusqu’à se décharger dans les ruisseaux qui prenaient une teinte rouge. En aval, la ou la végétation était plus clairsemée, la forêt avait été réduite en cendres. Plus rien n'y vivait si ce n'est quelques animaux charognards venus guetter la présence de carcasses qui n'auraient pas été blanchies par les flammes. Amère, et portant les cicatrices d'un nouveau combat, physiquement et mentalement, Lavica reprit la route, pour une destination uniquement connue d'elle et de son fidèle compagnon, Bulan, le tigre balafré.


FIN

Modifié par un utilisateur vendredi 28 août 2020 18:44:26(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 1 utilisateur a remercié TramaDollie pour l'utilité de ce message.
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
26 Pages«<242526
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

| Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2020, Yet Another Forum.NET