Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

14 Pages123>»
Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline Lematou  
#1 Envoyé le : vendredi 8 septembre 2017 19:12:11(UTC)
Lematou
Rang : Habitué
Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
Vous pouvez tous lire mais seuls Djaimis, Firwin, Mouna, Bruichladdich et Lyss peuvent agir (pour le moment) dans ce fil : Zszaufeiin et Airi rejoindront ce fil (= le fil commun), lorsqu'ils en auront fini avec leur fil spécifique.

Il est aux environ d'une heure avant le pic, autrement dit, c'est la fin de la matinée. Le ciel est gris-blanc, presque clair : une brise légère et fraîche, si pure qu'elle semble tout droit sortie du plan de l'Air, chasse les brumes des rues. Un temps magnifique pour la Cage.

Après un repos bien mérité - on ne le dira jamais assez : le repos, dans une vie d'aventurier, ça se mérite - nos voyageurs se retrouvent les uns après les autres à l'arrière des Calices de la Sirène. Ils ont un rendez-vous important : un rendez-vous avec du jonc ! Tous ne sont pas encore arrivés, notamment Zszaufeiin qui doit les faire entrer. Aussi les voyageurs patientent tranquillement. Après tout, la journée est belle et ils n'ont rien d'autre à faire ; ils ne sont pas pressés. Des biges de toute sorte, de toute taille et de tous horizons - les béjaunes se croiront surement au carnaval - vont et viennent dans la ruelle. Certains dévisagent les voyageurs, d'autres n'en ont cure. Tout le monde reste sur son quant à soi à Sigil. Enfin, jusqu'à ce que les intérêts de l'un entrent en conflit avec ceux de l'autre...

À travers les flux de foule, c'est un drôle de duo qui retient l'attention des voyageurs. Ou plutôt, les sort de l'ennui naissant ?



À une dizaine de toises*, deux biges, visiblement un humain et un aplani du genre tieffelin, qui se prennent pour des dabus ? L'affaire est comique... Les deux lascars sont en train de condamner la porte d'une maison ordinaire - pour peu qu'une maison puisse l'être dans la Cage ; disons qu'elle ne présente rien de très particulier. Munis de clous, de bouts de bois grossier faisant office de planches et de marteaux qui en ont vu d'autres, ils cloutent frénétiquement... « Pang ! Ping ! Pang ! Pang !!... » L'affaire est rondement menée et ne leur prends tout au plus que quelques instants : des experts du cloutage !

*1 toise fait environ 2m

L'un des compère sort une espèce de papelard de sa besace et, avec un dernier clou, l'appose sur l'œuvre commune, en plein milieu de la porte, à hauteur d'yeux. Bien en évidence, en somme. De là où ils sont, les voyageurs, s'ils ne peuvent rien lire, distinguent de l'écriture. Qu'est-ce donc ? Un p'tit mot doux ? Un pamphlet ? Une ordonnance des Preneurs ?... C'est à ce moment que les voyageurs réalisent que les deux compères clouteurs n'affichent aucun symbole de faction. Surement des externes. Rien d'étonnant cependant : après tout, à Sigil, il y en a pour tous les goûts. Même le mauvais, persiflent certains...


Les compères clouteurs s'éloignent rapidement. Du moins, ils essaient : à peine ont-ils fait quelques pas qu'un humanoïde de petite taille - un gnome ou un kender, allez savoir à une dizaine de toises - les prend à partie.

L'avorton, qui s'est mis en travers de leur route, leur beugle :
« Quoi !? Je rêve ?? Mais-qu'est-ce-c'est-qu'ils-ont-foutu-ces-espèces-d'enfumés-de-connards-d'abrutis ?! »
La demie-portion, plantée en face des lascars, les menacent de son doigt tendu. Hors de lui, on a le sentiment qu'il va les transpercer de son index - ce qui est loin d'être impossible : le bougre affiche les atours d'un magicien. Au passage, les voyageurs remarquent qu'il arbore une broche le désignant comme un Homme-Dieu.
« Vous allez me virez tout ce merdier et fissa ! Vous vous croyez où ?!  »


Les compères n'ont pas bronché. Ils gardent une expression figée : l'avorton ne semble pas les impressionner plus qu'une blatte morte. L'humain lui répond tout de même un laconique :
« Va caguer... Sale primaire ! » Le dernier mot est craché comme si c'était la pire des insultes.

Psychologie (DD 23, en tenant compte des 10 toises / DD22 pour Bruich)

« Va caguer ?! Va caguer ??...Avez-vous-seulement-la-moindre-idée-de-ce-que-vous-venez-de-faire, espèces-de-crétins-des-Carcères ?! » Complètement hors de lui, le gnome ne se contrôle plus. Son index rageur s'enfonce à moult reprises dans le ventre du barbu, au rythme de ses cris...

« Ouais...  » La réponse est abrupte et accompagnée d'un geste brutal : d'une claque, le barbu fait valser le gnome. Le petit être se retrouve les quatre fers en l'air, ahuri..

Le tieffelin, comme s'il n'attendait que l'occasion, balance un coup de pied au gnome à terre : « Sigil aux Sigiliens... Prends-ça, Primaire de merde ! » Le gnome crie de douleur : «  Aaahh ! »

« Et encore ça !...  » Le barbu ressert un coup de botte bien senti au gnome, qui crie à nouveau... «  Aaarrhh !... »


La plupart des biges qui passent par la rue tracent leur route, indifférents. À quelques mètre, des passants se sont arrêtés pour assister à la scène : ils sont au spectacle. Dans un coin, une guenaude anis se marre en se pourléchant les babines. Il est maintenant évident que le gnome va se faire passer à tabac...


Se rapprocher pour lire le message (en parler vinaigrette) clouté sur la porte condamnée :

Modifié par un utilisateur mercredi 31 octobre 2018 12:15:25(UTC)  | Raison: Non indiquée

Annonce
Online Luciole  
#2 Envoyé le : mardi 12 septembre 2017 20:26:27(UTC)
Luciole
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 137

Firwin

16 / 16

CA17 (C13 ,D14)
Ref 18 / Vig 12 / Vol 13
Panache 5/5
Charmante vie : 3/3


La matinée avait été chargée... Voilà de longues heures déjà que le drow était sorti de sa méditation quotidienne et s'il avait pris le temps de petit déjeuner en discutant en compagnie de ses hôtes, les parents d'Airi, -ce n'était après tout pas la première fois qu'ils l'hebergeait loin de là- s’intéressant à la bonne marche des affaires et aux prochains voyages prévus par Mayuri (et taquinant le besoin de sommeil de leur fille) il n'avait pas attendu son réveil. Après tout ils se retrouveraient plus tard. Et il avait des choses à faire.

Tout d'abors, passer se changer chez lui. Tiern'païr était absent ces dernières semaines, la caravane qu'il accompagnait ne devait toujours pas être rentré... alors autant montrer qu'il y avait encore du monde ici. Histoire que quelques malins ne se disent pas que la demeure était abandonnée. Il y avait la question de la prune aussi. Le fruit était encore frais, comme s'il venait d'être cueillit sur l'arbre mais, si les effets étaient aussi... efficaces que ceux décrits par Lyss, ce n'était pas le bon moment pour y goûter. Mieux valaient par les temps qui courraient garder le plein contrôle de sa conscience... Et le ranger, à l'abris.

Et il y avait de la lecture qui attendait. Il avait peut être dans sa bibliotheque quelque chose de Marinj. Il y avait certains ouvrages de poésie qu'il n'avait jamais pris le temps de lire. Ca valait le coup de vérifier, le bougre ayant une jolie plume...

Un peu plus tard, Firwin ressortit. A cette heure ci, la pluparts devaient être reveillé et levés. La chanson changeait rapidement, et il la connaissait trop pour ne pas l'écouter. Sans compter qu'il allait peut-être l'alimenter aussi.



Il est le premier. C'est rare que la tieffeline soit en retard lorsqu'il s'agit d'être payée.... mais peut importe. Ce n'est pas comme s'il était pressé ou avait quelque chose à faire aujourd'hui.

Rien de spécial à part profiter de la journée. Et laisser son regard glisser sur la devanture d'un étalage d'un libraire, à la recherche peut être d'une perle rare qui saura le surprendre. C'est toujours très satisfaisant de regarder des ouvrages quand on sait avoir le jonc pour éventuellement les acheter. Un salut rapide à ses compagnons de la veille quand ils arrivent... mais tant que son congénère drow ne sera pas là, ils resteront dehors. Aussi, inutile de se fatiguer à faire le pied de grue devant la porte, autant flâner.

Plus loin, des bruits de marteaux.... et deux bige clouent avec une certaine dextrie une porte. Ils ont suivit une formation sur Méchanus ceux là? En tout cas, si la demeure a des habitants, ils vont se sentir floués.... D'ailleurs...

Le drow s'interrogea quelques instants. Était ce du courage, de l'inconscience ou de la stupidité...? La question se posait. Cela ne manquait pas d'audace d'aller réclamer des comptes à ces deux bige mais... mais c'était quand même sacrément idiot de le faire sans en avoir les moyens. Stupidité donc. Bon, les deux d'en face ne semblaient pas des lumières non plus, mais justement ! Des partisans de Sigil d'Abors pur jus, fiers de casser du bejaune. Bref, des andouilles premières catégories. Mais de là à aller leur piquer une crise de nerf à la ceinture....

Le gnome allait déguster.

Ce qui ne faisait pas grand effet à l'elfe noir. Perdre ses nerfs de cette façon était... piteux. Où étaient les représentants de l'ordre autoproclamés quand ils pouvaient être utiles...? Nul part. Pathétique. En tout cas, il n'était ni un foutu morné, ni un Homme dieu déprimant, ni un blanc paladin... ça ne le concernait pas. Gardant un oeil sur la scène, histoire de veiller à ne pas être pris là dedans si ça dégénérait, le drow évitait soigneusement de s'en mêler.
Offline Oolie  
#3 Envoyé le : mardi 12 septembre 2017 22:58:15(UTC)
Oolie
Rang : Habitué
Inscrit le : 26/06/2016(UTC)
Messages : 93

Bruichladdich
CA 16
Mal réveillé
Ki : 0

16 / 16


En cette fin de matinée, Bruichladdich était ronchon et renfermé, déçu de ne toujours pas avoir consommé sa paie. En effet, il n'avait pas osé refuser l'hospitalité de Mouna la veille malgré sa gorge desecher mais espérait se rattrapper ce matin. C'était sans compter le lit confortable qui le fit trop dormir et ne lui laissa pas le temps de faire quoique ce soit avant d'aller au rendez-vous.

Alors quand il y eu un peu d'animation, Bruichladdich se devait d'en profiter pour se changer les esprits. Après une analyse rapide et avisé de la situation, il sorti son sansetsukon et avança vers les lieux de l'altercation, le regard sombre, la mine renfrogné et faisant tournoyer son bâton avant de l'utiliser pour se gratter le dos.

C'est dans ces conditions qu'il alla se placé à quelques centimètres de l'affiche pour la lire sans jeter un regard aux protagonistes ou se soucier de ses compagnons.
C'est quoi cette connerie, ces enfumés veulent faire fermer mon bar préféré, manquerais plus que ça. Je vais leurs refaire le râtelier à ceux là

Bruichdallich arracha la feuille d'un geste d'une main et se gratta plus fortement le dos avec son sansetsukon de l'autre, montrant son énervement, puis regarda les deux hommes lui faisant face.

« J'ai soif! J'aime pas avoir soif. Et vous, l'un de vous à faim? Car je vais lui faire bouffer ce parchemin remplie d'inepties en la lui fourrant bien profondément au fond de la gorge. Alors casser vous vite avec que ce soit moi qui grave votre nom sur la porte de ce bougre!  »

  • Psycho : 1d20+7 donne [17] + 7 = 24
  • Intimidation : 1d20+5 donne [9] + 5 = 14
  • Porté par Chaos lié a l'intimidation : 1d20 donne [16] = 16

Modifié par un utilisateur mercredi 13 septembre 2017 07:58:18(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Lematou  
#4 Envoyé le : mercredi 13 septembre 2017 15:20:15(UTC)
Lematou
Rang : Habitué
Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
À la sortie de Bruichladdich, le tieffelin interrompt son geste. Sa caboche s'enfouit entre ses larges épaules : il regarde tour à tour le bariaure en renaud et son collègue clouteur, à la recherche d'un soutien. Il est visiblement impressionné par la morgue du chaoteux...
« Bert ? On f'rait mieux d'se tirer... »

Le barbu quant à lui se fiche de la vaillance - ou de la folie - du moine. Il mate Bruichladdich de haut en bas ; à vrai dire, il dévisage le bariaure comme si c'était un étron...

« Toi l'bouc, mêle-toi de c'qui t'regarde et va caguer en Arborée !... Saleté d'extérieur, t'as rien à faire ici ! » Sur ces politesses, le barbu défie Bruichladdich du regard : une invitation à se tirer, pour qu'il puisse continuer d'attendrir la viande du gnome à son aise...

Les compères clouteurs, s'ils sont du genre costaud, ne sont pas armés : on ne saurait qualifier un marteau d'arme digne de ce nom. Mais maintenant qu'il est plus proche, à ses mouvements, à sa façon de balancer son pied, Bruichladdich se rend compte que, comme lui, le barbu est un adepte du combat à mains nues. Quant à l'autre, le rougeot, il semble plus inoffensif ; mais qui sait ?


Message secret pour Oolie, Lematou :
...




• Au cas où ça tourne au vinaigre, la BM vous donnera une idée des lieux. La porte arrière des Calices de la Sirène se situe dans le gros bâtiment (celui qui a une cheminée qui fume) auquel est adossé Firwin.

• Djamis, Mouna et Lyss, vous descendrez par la rue U1-U13. Vous pouvez vous incruster à tout moment en "apparaissant" dans les cases situées entre le troll, Firwin et l'entrée de la rue.

• Zszaufeiin, sortira (plus tard) en W13

• Airi, remontant la rue O "apparaitra" (plus tard) dans le secteur P12-P13

Modifié par un utilisateur mercredi 13 septembre 2017 16:57:52(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Saaltyn  
#5 Envoyé le : mercredi 13 septembre 2017 20:54:44(UTC)
Saaltyn
Rang : Habitué
Inscrit le : 06/05/2017(UTC)
Messages : 51

Djaimis

17 / 17

CA14 (C14,D10)
Ref 19 / Vig 13 / Vol 11
Alerte



Arrivé d'un pas rapide sur les lieux du rendez-vous, Djaimiss se frottait encore les yeux de ses excès de la nuit précédente. Il avait profité de cette paye bienvenue pour s'octroyer une nuit de congé, et il l'avait passé dans une taverne fréquentée par des indés. Il s'était réveillé quelques minutes plus tôt, à peine reposé, dans les bras de trois de ses "camarades" de jeux. décidément, les tengus et les strix pouvaient s'avérer des compagnes très... intéressantes.

C'est dans cette humeur, de fatigue mélée de contentement que Djaimiss arriva sur la scène, écartant les spectateurs juste à temps pour voir Bruichladich interpeller les deux brutes et entendre la réponse du bas-de-plafond.
Roh putain, des SAS ( "Sigil aux Sigiliens" un report des "FAFs" du monde réel), j'peux pas les saquer ceux-là... en temps normal j'aurais rien fait, mais là j'ai un copain dans l'affaire

Le Sylphe traversa la foule discrètement pour venir se placer près du cloûteur en retrait. Il profita de ce mouvement pour dégainer un petit couteau qu'il avait toujours sur lui. Si l'homme faisait mine d'intervenir pour aider son ami, il l'en dissuaderait par les mots ou par les actes.
Offline Oolie  
#6 Envoyé le : mercredi 13 septembre 2017 23:14:51(UTC)
Oolie
Rang : Habitué
Inscrit le : 26/06/2016(UTC)
Messages : 93

Bruichladdich
CA 16
Mal leché
Ki : 0

16 / 16


«  Il a dit quoi l'enfumé, j'ai cru mal comprendre? »

Bruichladdich se plaça d'un pas face au barbu et le toisa de toute sa hauteur.

« C'est que ce, un alcool me servant un délicieux primaire qui me regarde à volonté est tenu par la meilleure taverne. Si te caguer le soltif à la con, alors voici ton pote ne veux pas être bâcler avec vos idées perdu, je t'invite à rapidement la tu et en amenant vous!  »

traduction de ce qu'il voulait dire :


S'il ne se casse pas, je lui en décoche une, qu'il me frappe ou non. Donc tu peux lancer le combat (init) en ce cas

Modifié par un utilisateur mercredi 13 septembre 2017 23:17:34(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline dasai  
#7 Envoyé le : vendredi 15 septembre 2017 14:05:47(UTC)
dasai
Rang : Habitué
Inscrit le : 27/04/2016(UTC)
Messages : 274

Zszaufein

11 / 11

Relativement satisfait de ma petite entrevue avec Dirmandra, je sors de la taverne rejoindre les autres, réfléchissant à l'avertissement de ma patronne.
Si même elle le dit, c'est que ça doit être sérieux... Quoi qu'il se passe, je procéderai avec la plus grande précaution...
Je n'ai rien à perdre à en parler aux autres en tous cas...

A peine dehors, je remarque notre centaure en pleine altercation avec deux individus douteux.
Profitant du fait que personne ne fait attention à moi, j'incante et gesticule rapidement. Me sentant un peu plus en sécurité, je fais un rapide tour d'horizon et remarque Firwin qui attends tranquillement, à l'orée de la scène. Je me rapproche de lui et déclare simplement :
« Salutation l'ami! Il semblerait que notre collègue ce soit déjà fait des ennemis de si bon matin! Que se passe-t-il? »

Modifié par un utilisateur vendredi 15 septembre 2017 14:11:20(UTC)  | Raison: Non indiquée

Online Luciole  
#8 Envoyé le : vendredi 15 septembre 2017 21:49:59(UTC)
Luciole
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 137

Firwin

16 / 16

CA17 (C13 ,D14)
Ref 18 / Vig 12 / Vol 13
Panache 5/5
Charmante vie : 3/3


Une silhouette à quatre sabots se détacha de la foule, et le reconnaissant, Firwin se retint à grand peine de soupirer. Par tous les grossium, ce bougre n'était donc pas capable de ne pas se mêler de ce qui ne le regardait pas...Une petite voix narquoise dans son esprit lui fit remarquer qu'avec un peu de chance il serait débarrassé de deux désagrément en une seule fois...

Enfin, c'était peut-être un peu trop espérer songea il en voyant passer devant lui Djaimis, droit vers la scène... Dommage...

Un autre mouvement... Le drow répondit d'un ton affable, légèrement détaché.

« Oh, rien de bien particulier. Juste des crétins de Sigils d'Abors, ou un groupe du même acabit aux convictions nauséabondes. Du genre à considérer que les primaires sont tous des empailleurs et à vouloir nettoyer le Pneu de leur présence. Pareil pour les béjaunes d'ailleurs. »
ajouta il avec humour.

« La chèvre s'ennuyait et a décidé de leur chercher des noises visiblement... Inutile de se mêler à ça.. »

Ce qui l'inciterait presque à aider les deux idiots... mais leur idées étaient beaucoup trop pestilentielles. Il avait tout de même trop d'estime de lui même pour s'y abaisser. Il reprit sur le ton de la conversation.
En elfique
« Mar sin, Zszaufein, anns a 'cheann thall, a' chiad thuras agad air Sigil? »
Offline Lematou  
#9 Envoyé le : samedi 16 septembre 2017 14:59:32(UTC)
Lematou
Rang : Habitué
Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
Le barbu serre les poings. Ses yeux éteints, plantés dans ceux du bariaure, biaisent d'un coup lorsque Djaimis se glisse sournoisement dans son dos. On entend presque les rouages rouillés dans la caboche du clouteur crisser à toute berzingue, comme s'il hésitait entre deux idées contradictoires... Il serre les dents...
L'autre clouteur a aussi suivit le mouvement de Djamis. A t-il avisé le couteau ? Toujours est-il que ses yeux dansent entre le génasi de l'air, le bariaure et son compère...
« Bert ?!... »
Au sol, le gnome profite de la suspension de l'instant pour reprendre sa respiration ; il se met à tousser...
Finalement, le barbu crache par terre - ou plutôt, en pleine poire du gnome ; un gros mollard bien glaireux. Crâne, droit comme un i en face de Bruichladdich, le clouteur lâche, d'une voix sourde :
« On s'casse... »
Se retournant, l'expert clouteur tend un papelard à Djaimis (Si Djaimis ne le prend pas, le barbus laisse tomber le papelard à ses pieds ; il s'agit du même texte que celui qui est apposé sur la porte) :
« Te trompes pas, mon gars... Les enfumés comme lui, y t'f'ront la peau, un jour ou l'autre !... C'pas trop tard pour toi ; t'fais pas empailler... » En disant cela, il désigne explicitement Bruichladdich du regard.

Sur ces belles paroles, les deux compères clouteurs se taillent, non sans adresser quelques œillades haineuses au bariaure.


Le gnome, qui a récupéré, se relève. La bouche en sang, il se débarrasse de la glaire grâce à un immense mouchoir. Puis, un peu hésitant - l'air de ne pas trop savoir pourquoi on l'a sauvé - le souffle encore court, il balbutie :
« ...M... Merci !... J'vous... J'vous doit une... Fière chandelle... »

Puis il avise les factions de Djaimis et de Bruichladdich : « Faut... Faut qu'jaille à la Fonderie... Avertir... Faut réparer... Sans vous, ces enfumés auraient... »
Le gnome s'interrompt, comme s'il venait de se rendre compte qu'il allait en lâcher trop... Il se reprend bien vite : « J'm'appelle Brimborion... Brimborion Magnibarim ! R'passez m'voir. À la Fonderie : faut qu'vous remercie ! J'vous dois bien ça. Sans vous... J'ai cru que ces abrutis allaient me tuer, parole !... Y frappent dur... Très dur... »
Le gnome réfléchit un instant, comme s'il voulait préciser une sensation étrange : « En fait, c'tait bizarre. J'me suis retrouvé à moitié sonné... Pourtant, j'me suis déjà battu - j'veux dire, j'ai du mon lot d'aventures. Mais là... Bah !.. Vous viendrez m'voir, à la Fonderie ? »

Tout en jactant, le gnome s'approche de la porte et commence à l'inspecter, comme on le ferait d'un objet délicat et précieux...

Modifié par un utilisateur samedi 16 septembre 2017 15:09:07(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline dasai  
#10 Envoyé le : lundi 18 septembre 2017 11:00:21(UTC)
dasai
Rang : Habitué
Inscrit le : 27/04/2016(UTC)
Messages : 274

Zszaufein

11 / 11

J'hausse les sourcils à l'explication de mon compatriote et lache un petit
« Oh! »
Avant de m’asseoir pour profiter du spectacle et de continuer la conversation dans la même langue que lui. Mon ton est calqué sur celui de mon interlocuteur, poli mais très légèrement distant
« ওয়েল, আমার বিশ্বাস, এই জায়গা চটুল! আমি কয়েক মাস ধরে এখানে এসেছি কিন্তু আমার মনে হচ্ছে আমি 1% জায়গা খুঁজে পাইনি ... এই সমস্ত জাতি, এই সব জাদু, এই সব সম্পদ, এই সব দুর্ভোগ ... আমরা প্রায় হাতেই প্রশ্নের মধ্যে মহাবিশ্বের স্থান »

J'affiche un sourire de connivence, étant volontairement resté ambigu sur le mot employé pour "notre" qui pouvait nous désigner en tant qu'individu ou en tant que race
Sa réponse m'en apprendra peut être un peu plus sur ses liens avec notre race
Je désigne ensuite la scène d'un geste discret de la main
« যে কোনও ক্ষেত্রে, এটি বহিরাগত নয়, আমরা সব মহাদেশ এবং সমস্ত পরিকল্পনাগুলিতে ইডিয়ট খুঁজে পাই ... এমনকি যদি আমি তাদের বুঝতে পারি ... মতবাদ? তাদের পদ্ধতি বিপর্যয়মূলক »

Online Luciole  
#11 Envoyé le : lundi 18 septembre 2017 17:13:11(UTC)
Luciole
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 137

Firwin

16 / 16

CA17 (C13 ,D14)
Ref 18 / Vig 12 / Vol 13
Panache 5/5
Charmante vie : 3/3


Un léger rire s’élève. Il y a comme une sorte de gaieté dans la voix de Firwin. Une chaleur quand il parle de la cité.

« কিছুই খুব স্বাভাবিক না আমি আমার জন্মের পর থেকে এই রাস্তার মধ্যে ভ্রমণ করেছি এবং এখনো আমি এখনও আমার সম্পর্কে অবাক যে জিনিস খুঁজে শহর মহাবিশ্বের কেন্দ্রস্থলে, সবকিছু আছে তাদের সব ক্রস। এখানে কিছুই নিস্তেজ নেই, এটি বিপরীত একটি শহর, কিছুই সীমাবদ্ধ নয়। শুধু আপনার মন আপনার সীমা নির্দেশ করে সবকিছুই জালিয়াতির জন্য পৌঁছেছে তা কে জানে কিভাবে ... »



Enfin, sauf lorsque ça La contrariait ajouta il intérieurement..... mais là c'était plus de l'ordre de la mauvaise idée à tendance létale que du véritable interdit... Le jeune drow adressa un large sourire au nouveau venu, une lueur taquine dans le regard

« প্ল্যানের সমস্ত ভ্রমণকারীদের আকর্ষণ করার জন্য একটি চমত্কার মশাল ... আপনার উইংস, আমার সুন্দর প্রজাপতি দৃষ্টি আকর্ষণ।
একবার আপনি এটি আছে করেছি, বাকি নমনীয় এবং ধূসর দেখায় অবশেষে, আমি অনুমান করি যে একজন মৃত মানুষ বা একজন মৃত লোক উত্তর দেবে যে কোনও ক্ষেত্রেই সবকিছুর চেয়ে কম ধূসর, সিজিল বোঝে, কিন্তু এটি তাদের স্বাদ নেই। »




Regardant de nouveau la scène.... il haussa les épaules.

« তারা ...? বাহ ... তারা গর্ব করে, আমি তাদের জায়গা হতে চাই না যদি তারা কখনও প্রভাব বিস্তার করতে শুরু করে এবং সত্যিই সব নতুনদেরকে হুমকি দেয় ... না সে প্রশংসা করে কিন্তু আমি আপনাদের সাথে একমত যে, তাদের কাজ করার পদ্ধতি তাদের আচরণবিধি।মনে হচ্ছে তারা শান্ত হয়ে গেছে। »



Tant mieux, ça éviterait de devoir s'occuper de Djaimis après. L'un c'était une chose, mais il n'aurait pas laissé le jeune indé se prendre un mauvais coup.
Offline Oolie  
#12 Envoyé le : mercredi 20 septembre 2017 13:15:40(UTC)
Oolie
Rang : Habitué
Inscrit le : 26/06/2016(UTC)
Messages : 93

Bruichladdich
CA 16
Deçu
Ki : 0

16 / 16


Bruichladdich regarda les enfumés partir la queue entre les jambes et soupira déçu de ne pas avoir eu une bonne baston pour bien débuté la journée.

Il ne fit pas vraiment attention au gnome, il n'en a aucun intérêt, du moins jusqu'à ce que ce dernier leur adresse la parole.

«  Tu crois que je vais aller crever de chau... »

Attends, fonderie = chaleur = fait soif = boisson = bon alcool, c'est sur, il nous remerciera en nous donnant une de leurs bonnes bouteilles de là-bas!!

«  C'est d'accord, on a un truc à faire ce matin, mais dès que c'est fini, on passera, ou au moins ce sera mon cas. »

Laissant le gnome examiné sa porte, Bruichladdich se tourna vers Djaimis qui l'avait rejoint.
« Eh, si on arrêtait les conneries et qu'on rejoint les autres maintenant? »

Modifié par un utilisateur mercredi 20 septembre 2017 18:08:17(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Saaltyn  
#13 Envoyé le : samedi 23 septembre 2017 16:32:57(UTC)
Saaltyn
Rang : Habitué
Inscrit le : 06/05/2017(UTC)
Messages : 51

Djaimis

17 / 17

CA14 (C14,D10)
Ref 19 / Vig 13 / Vol 11
Alerte



Comme il le pensait, ces abrutis étaient du genre à détaler dès qu'ils n'étaient plus en position de force évidente, tant mieux, il n'est jamais bon de planter un type après une nuit comme celle qu'il venait de passer. Ca nuit au karma... enfin, quand on croyait au karma.
Le sylphe ne bougea pas quand le barbu lui tendit le tract, se contentant de le toiser avec dédain.

«  Abruti, on vient tous d'ailleurs à un moment ou à un autre de notre histoire... »

Lorsque le gnome le remercia, il sourit avec insouciance:
«  T'inquiète pas mon pote, c'est juste que j'peux pas les saquer ces mecs là, croire que quelque chose nous appartient du droit de naissance... c'est complètement con. »

Quant à l'invitation, il répondit en inclinant la tête.
«  Je suis Djaimiss Nakame. Si je passe à la fonderie à l'occasion, je viendrais vous saluer, allez Salut! » Dit-il quand le gnome se tourna vers la porte, avant de se tourner vers Bruichladich
« Ouaip, allons-y. ça m'aurait fait chier de commencer ma journée avec un bain de sang »

Le roublard suivit le bariaure vers leurs compagnons
Offline Lematou  
#14 Envoyé le : samedi 23 septembre 2017 16:45:21(UTC)
Lematou
Rang : Habitué
Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
Lyss se pointe en retard au rencard - étrange, alors qu'il s'agit de jonc. Elle déboule, le souffle court, à la hauteur des deux noirauds en plein conciliabule : « Ah ! J'vous y prend à bavarder sur un pas d'porte, comme des p'tits vieux ! Alors, les pépés, on matte les filles ? On discute météo ?  »

La tieffeline jette alors un œil à la ronde et sourit, ravie de ne pas être la dernière :«  Bon, alors, qui est-ce qu'on attends encore pour y aller ? Me dîtes-pas qu'cest moi !? J'suis toujours à l'heure ! » La tieffeline se fend d'un clin d’œil à Firwin.

Lyss repère alors Bruichladdich et Djamis qui sont en train de venir vers eux :
« J'ai laissé Kaitzu à la maison : on partagera not' part après... À propos d'part : 1, 2, 3... 4 et 5... Les princesses se laissent désirer ? C'est pas l'moment de s'refaire une beauté... J'ai pas qu'ça à faire, aujourd'hui ! Tonton Magnus m'a proposé d'l'accompagner en vadrouille ! On part tout à l'heure... Ça sent la surprise. Et ça, ça m'plait ! Mais l'jonc avant tout chose, hein... »



Quelques instants plus tard, au moment ou Djaimis et Bruicladdich arrivent à la hauteur du trio, Mouna fait son apparition au coin de la rue. Apercevant le groupe, souriante, elle leur adresse un salut joyeux de la main, tout en avalant rapidement la distance en quelques enjambées gracieuses : « Bruichladdich, cher ami, j'espère que votre matinée c'est bien passée ? Je suis vraiment désolée de ne pas avoir pu vous accompagner ce matin. Comme vous le savez, je n'avais pas le choix... Mais vous m'avez l'air agacé ? Et toi, Djaimis ? Tu as un drôle d'air également. Il s'est passé quelque chose ? »
L'aasimar se tourne ensuite vers les autres et, les joues rosissant légèrement, ajoute : « Je m'excuse d'être en retard. Cela fait-il longtemps que vous m'attendez ? J'ai suis allée à la Loge ce matin. Et j'ai été retenue plus longtemps que prévu... Mais je ne vois pas Airi ? »



Marmonnant dans sa barbe, comme s'il avait oublié la présence de ses sauveurs, le gnome continue son inspection des travaux finis : « Faut qu'essaye de réparer c'te catastrophe... Ohlala... J'espère qu'ça marche encore... »

Mais alors que le bariaure et le sylphe s'éloignent, il leur lance, sans tourner la tête : « Passez ! Passez en soirée, j'y serai, parole ! Demandez bien Brimborion ! Brim-bo-rion, hein ?! Là, j'peux pas... Mais j'veux vous remercier comme il se doit : j'vous dois une sacrée chandelle, j'insiste ! »

Pendant que le gnome, l'air affligé (certains diront, qu'au moins, il a encore toutes ses dents), essaie délicatement d'ôter les clous, nos vaillants héros, se sont maintenant tous regroupés derrière les Calices de la Sirène. Tous, vraiment ? Un, deux, trois, quatre, cinq, six... Six ? Ils ne sont que six ?! C'est que Airi manque encore à l'appel... Faut-il s'en inquiéter ?

Modifié par un utilisateur samedi 23 septembre 2017 17:31:41(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Anadethio  
#15 Envoyé le : mardi 26 septembre 2017 13:15:28(UTC)
Anadethio
Rang : Habitué
Inscrit le : 19/06/2015(UTC)
Messages : 638

~ Airi ~

15 / 15

CA 13 (C13,D10)
Ref 18 / Vig 13 / Vol 14
Inductions : 3/4
écharde d'ombre A

Une fois les petites préparations indispensables effectuées tu avais du une fois de plus affronté le hall... Que n'avais-tu le temps de flâner quelques heures ?

Tu avais donc mis rapidement le cap sur les Calices de la Sirène pour y retrouver les autres... Tu aurais probablement un petit peu de retard mais ce n'est pas comme si tu avais réellement eu le choix. Repasser par chez toi aurait été encore plus long et tu ne pouvais pas te permettre d'aller dans la ruche habillée comme ça. Pas alors que l'objectif était de se montrer discrète.

Finalement tu arrive et constate que tous les autres sont déjà là... Un sourire sur les lèvres tu salue :

« Désolée du retard... J'ai du faire un crochet par la salle des fêtes... Je vous raconterais après mais j'aurais peut-être un petit travail a vous proposer... Mais on en discutera après si ça vous vas. »

Il faudra également que tu te ménage un petit instant en tête a tête avec Firwin... Après tout une bonne occasion de se moquer de lui ne devait surtout pas être ratée. Et il faudra aussi que tu enfile ces nouveaux vêtements. En attendant tu prend sur toi de proposer les choses de cette manière assez cavalière a l'ensemble du groupe. Même si certains ne t'ont pas particulièrement donné envie de travailler de nouveau avec eux ils ont deux avantages notables : primo... ils sont là. Et tu préférerait ne pas faire trainer les choses. Et secundo... Même les moins appréciables du lot a tes yeux présentent des avantages : l'un semble être fiable aux yeux de Firwin, le deuxième dispose d'une magie bienvenue et le troisième... Et bien un chaoteux dans la ruche reste une ressource utile.

Modifié par un utilisateur mardi 26 septembre 2017 13:20:33(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Lematou  
#16 Envoyé le : mardi 26 septembre 2017 16:07:50(UTC)
Lematou
Rang : Habitué
Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
Faisant étonnamment abstraction des paroles d'Airi - car qui dit travail dit jonc, Lyss lance à la cantonnade : « Bon, maintenant qu'on est tous là... Et que tout le monde est prêt : Zezo, bien aimé collègue, tu nous fais entrer ? La Dirmandra doit nous attendre. Pis moi, j'ai rendez-vous ! »

Prête à ouvrir la porte, mais attendant néanmoins l'aval de Zszaufeiin, la tieffeline toute sourire, les yeux brillants, ajoute : « Chuis désolée pour ton travail spécial, Airi. Mais onc' Magnus m'a invitée en virée. Et vu l'genre d'mon tonton, ça promet d'être chouette ! Pis bon, il me connaît. Donc j'pense qu'on va gagner beaucoup d'jonc ! Alors, pour cette fois, j'vais devoir te faire faux-bond. »



Offline dasai  
#17 Envoyé le : mardi 26 septembre 2017 16:26:27(UTC)
dasai
Rang : Habitué
Inscrit le : 27/04/2016(UTC)
Messages : 274

Zszaufein

11 / 11

Je lève légèrement les bras
« Bien! Je sais que tout le monde meurt d'envie de rentrer aux calices et de continuer notre petite aventure mais avant cela, j'aimerais traiter quelques points... Tout d'abord... »
Je sors de mes poches les 7 bourses que m'a remise Dirmandra
« Avec les compliments de la maîtresse évidemment! Ensuite, je lui ai parlé un peu de cette fameuse Jerk'klor, apparemment elle et Dirmandra sont ennemies depuis un moment. Une concurrente pleine de ressources à ne surtout pas prendre à la légère! Dirmandra ne pense pas qu'elle bougera de si tôt mais nous devrions ouvrir l’œil. Dirmandra nous déconseille d'agir directement contre elle, mais toute information que nous pourrons récupérer discrètement sera récompensée à sa juste valeur »
Mon sourire s'élargit et je fais une petite révérence en indiquant les calices
« Sur ce, messieurs dames »
Offline Lematou  
#18 Envoyé le : mercredi 27 septembre 2017 12:44:28(UTC)
Lematou
Rang : Habitué
Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
Lyss soupèse la bourse que vient de lui remettre l'elfe noir : « Mmm, pas mal, pas mal. Un poids agréable ! »
Sitôt apprécié le poids de la bourse, la tieffeline s'empresse d'en dénouer le cordon et de vérifier la qualité du métal ; on est Preneur ou on ne l'est pas. Elle mord quelques pièces :
« Zezo, y'en a bien chinquante ? Ch'pas encore la fortune, mais c'est toujours cha d'pris, pas vrai ?! »

Semblant satisfaite, Lyss range la petite bourse - c'est toujours trop petit, une bourse, vous trouvez pas ? - dans son barda et ajoute : «  Zofine, j'suppose que c'est plus la peine d'aller bavarder avec Dirmandra, si ? Elle a c'qu'elle voulait, on a c'qu'on voulait... Enfin, allez-y si vous voulez... Mais moi, comme j'ai dit, j'ai à faire. Si j'entends parler d'quoi que ce soit à propos de l'autre bonne femme au nom à coucher dehors là, j'vous tiens au courant. Enfin j'dis ça, ça serait étonnant que j'en entende parler là où je vais... Encore que, puisque je ne sais pas où je vais, tout est possible, n'est-ce pas ? »

« Alors c'est pas tout ça - et c'est pas que j'apprécie pas la compagnie de vos tronches de cake, tout le contraire, même - mais faut qu'j'y aille. Alors mes amis, j'vous salue bien bas ! »
La tieffeline salue les voyageur d'un mouvement ample de son tricorne - dorénavant bosselé - accompagné d'une révérence. Lysss parait radieuse, et pour cause ; c'est une journée qui commence bien pour elle. Du jonc facile et une aventure avec son tonton : que demande le peuple ? L'arbalétrière d'élite s'apprête à tourner les talons d'botte...



Mouna

17 / 17

CA 22 (C14,D18)
Ref 16 • Vig 15 • Vol 17
Imposition des mains : 5/5
Sorts I : 6/6

Mouna, plus inquiète de ce qu'il avait pu arriver à Djaimis et à Bruichladdich que de toucher sa part de jonc, continue de les interroger du regard.

Quand Lyss s'apprête à partir, elle demande à la ronde :
« Je crois qu'effectivement nous n'avons plus de raison pour aller déranger Dirmandra. »

Que ce soit par politesse - ou parce que l'aasimar avait un mauvais rapport avec la génasi de terre, elle ne semblait pas emballée à l'idée d'entrer aux Calices. Sans doute Mouna considérait-elle les lieux entachés de l'empreinte d'une effarante débauche - et, il faut l'avouer, elle n'a pas tout à fait tort. En tout les cas, l'oracle toujours propre poursuit : « Au revoir, Lyss. Vous me manquerez. Et gardez-vous bien du danger ! »


Lyss sourit à l'aasimar : « Y'en aura surement du danger. "De toute façon, sans dangers, peu de chance qu'il y ai du jonc à la clef !"... Hey, t'as vu Fifi : ça rime ! Trop facile d'être poète finalement...  »

« Mais t'inquiète pas, Mouna, j'f'rai gaffe. C'est que j'tiens à ma magnifique peau comme à la prunelle de mes yeux. »
Mouna sourit à Lyss. Puis l'aasimar se tourne vers Airi : « Vous nous avez parlé d'un travail, Airi ? De quoi s'agit-il au juste ? »
Online Luciole  
#19 Envoyé le : jeudi 28 septembre 2017 23:43:01(UTC)
Luciole
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 137

Firwin

16 / 16

CA17 (C13 ,D14)
Ref 18 / Vig 12 / Vol 13
Panache 5/5
Charmante vie : 3/3


L'arrivée de la Tieffeline interrompis leur conversation et il se tourna vers elle, léger. Ce n'était que partie remise pour continuer à converser avec son charmant congénère et admirer sa vision ... et bien.... rurale de la vie citadine. C'était toujours rafraîchissant.

« Moi te qualifier de retardataire? Jamais voyons, ce n'est pas mon genre.... répondit il, d'une mauvaise foi parfaitement assumée ... Par contre, fait attention tu as encore des traces de ton oreiller sur la joue... »

Les deux vainqueurs revenant vers eux, le bretteur fit le même constat.

« La Princesse dormait encore ce matin et quand à Mouna... Bruichladdich saura peut être ? »

Il les accueillit d'un léger hochement de tête, notant avec amusement les yeux fatigués du sylphe. En voila un qui avait du déjà dépenser une partie de leur paye de la veille. Et en même temps qu'eux, arrivait la mornée... qu'il accueille d'un sourire ravi.

« Ne t'en fait donc pas Mouna, nous aurions été prêts à attendre bien plus pour le simple plaisir d'entrevoir ton sourire, alors puisqu'en plus nous avons droit au plaisir de ta compagnie.... tu es toute pardonnée. Et puis, une femme n'est jamais en retard, c'est les autres qui sont en avance, tu le sais bien. »

Autant reprendre le petit jeu badin de la veille. Il faisait beau -autant que possible à Sigil- et la matinée se prêtait parfaitement à un peu de légèreté.

« Airi est.... »

Et bien la grande pique qui dépasse et se dirige vers eux avec une aasimar en dessous semble indiquer qu'elle arrive, bonne dernière, mais pas de très loin.

« ... juste derrière toi. »

Celle ci est saluée d'un sourire également, qui fut rapidement suivit d'un hochement de sourcils surpris. Un travail pour eux ? Comme ça, sans ambages ? Pour l'ensemble de leur petit groupe de la veille? Et bien.... Il allait falloir plus de précisions effectivement.

La bourse récupérée, et rapidement soupesée, fut glissée sous sa tunique et Firwin répliqua, joyeusement à Lyss.

« Hé ! C'est bien la preuve qu'il y a quelque chose à faire de toi ! Aller, va donc sauver tous les trésors qui n'attendent que ton arrivée. Et puis à vaincre sans périls, on triomphe sans gloire. Une victoire fade, ce n'est pas drôle... Tu me racontera en revenant. Et t'inquiète, on prendra soin du jonc ici. »

Le drow se tourna vers les autres, hésita quelques instants avant de proposer.

« Inutile donc d'aller casser les pieds à Dim'.... et s'il faut un endroit pour discuter tranquillement, nous pouvons toujours aller au Visage de Gith. Ce n'est pas tres loin et... on ne devrait pas nous y déranger. J'aime bien l'endroit, » il haussa légèrement les épaules. « D'ailleurs tu connais peut être Bruichladdich ? Y a pas mal de chaoteux qui y sont le soir. »

Si la proposition leur allait, ils pourraient s'y rendre pour aller écouter ce petit travail....

« Ah par contre, information gracieusement offerte par la maison mon cher Zszaufein tu me remerciera plus tard, mais pour la Jerk'klor évite de prononcer son nom là où nous allons. Ça sonne la githianki a plein nez et leur réactions épidermiques et leur haine mutuelles sont... digne de l'amour que se vouent traditionnellement drows et elfes. »

La métaphore devrait être suffisamment parlante pour que le bejaune ne glisse pas.
thanks 1 utilisateur a remercié Luciole pour l'utilité de ce message.
Offline Lematou  
#20 Envoyé le : lundi 2 octobre 2017 20:30:43(UTC)
Lematou
Rang : Habitué
Inscrit le : 01/02/2016(UTC)
Messages : 214
Les voyageurs emboitèrent le pas de Firwin ; d'abord parce qu'Airi semblait préférer parler de son fameux travail dans un endroit plus tranquille qu'une rue animée et pleine d'oreilles, et sans doute aussi pour le plaisir de découvrir un nouveau lieu : aucun d'entre eux n'avaient jamais mis les pieds - ou les sabots - au Visage de Gith.

« Ça n'est pas très loin  » avait affirmé l'guide. Autant motiver la troupe, n'est-ce pas ? À l'échelle de Sigil, c'est suffisamment proche. Mais le Visage de Gith se situe tout de même à l'entrée de la rue Oubliée, entre la Grande Fonderie et le Temple Ruiné. Autrement dit, à l'autre bout des Bas-Quartiers par rapport aux Calices de la Sirène. Une trotte d'une vingtaine de minutes à cette heure, au milieu des fumées et des commis chargés de marchandises brutes prêtes à être transformées et d'outils manufacturés. Si on est loin de l'agitation du Bazar, l'activité autour de la Grande Fonderie et la myriade d'ateliers d'artisans qui l'entourent en font un lieu qu'on ne traverse pas aussi rapidement que, disons, le Quartier de la Dame quand la ville dort.

Après une vingtaine de minutes de marche l'animation laisse peu à peu la place à des rues à l'aspect un peu funèbre, désolé, signe que les voyageurs se rapprochent de la Ruche - et du Temple Ruiné. De-ci, de-là, on repère des maisons abandonnées, aux fenêtres condamnées. Une étrange odeur de brûlé et de cendre flotte dans l'air. Pas le parfum piquant et vivant des fumées de forge, mais une odeur venue du passé, une odeur indélébile qui a marqué l'air de ce coin pour toujours et qui s'insinue sournoisement dans les naseaux des voyageurs. Les badauds se font plus rares.

Le bâtiment qui abrite le Visage de Gith est étrangement droit et simple, pour une maison de la Cage : pas de fers forgé en pointes, aucune décoration en lames ou en fer de lance, rien qui dépasse. La maison donne l'impression qu'un cube de pierre est un jour tombé là et qu'on y a creusé des ouvertures - carrées, évidemment - pour en faire une habitation. À l'entrée, dominant le péquin du haut d'une volée de trois marches, un githzeraï en armure de cuir, une longue lame au côté, dévisage les voyageurs de ses yeux noirs et opaques, indéchiffrables. Comme tous les giths, ses traits sont durs et taillés à la serpe, genre émacié. Son nez est quasi-absent et il a de longues oreilles pointues. Dit comme ça, ça ressemblerait à un elfe. Mais les giths sont loin de posséder la même grâce. Rigidité, force de volonté et résilience sont les mots qui viennent à l'esprit lorsqu'on en croise un. Lorsque nos héros arrivent à la hauteur du marrant, il les accueille d'une voix neutre et morne :

« Les parents de Zerchaï te saluent, Firwin. Et, salut à vous, sonneurs d'épée. »
« Et ce voyageur est ravi, Erd'dlaï. » lui répond l'elfe noir, sans pour autant montrer sa joie.


L'intérieur du troquet ressemble fort à ses extérieurs : ici tout est à angles droits, les tables - au plateau de métal - sont carrées et les sièges sont de massifs cubes en pierre taillés grossièrement. L'endroit chichement éclairé par les lueurs orangés de quelques lampes à huile et totalement silencieux. Un vrai silence de plomb, à vrai dire. Les pas des voyageurs résonnent horriblement dans la salle lorsqu'ils entrent.
Ce pourrait être lugubre mais ce silence est sensiblement, et étrangement, habité ; il a comme du poids, comme s'il était empli de présences, de vie. Attablés par endroit, des githzeraïs se font face, silencieux. Ils ont l'air très appliqués à se regarder les yeux dans les yeux, sans piper, et peu se retournent aux bruits incongrus émis par les pas des voyageurs. Ambiance... Pas de décoration ici : les murs de pierre aux diverses nuances de gris sont bruts et nus. Pas de décoration, hormis sur quelques unes des tables, trônant au beau milieu du plateau, ce qui semble être d'étranges sculptures aux couleurs et aux formes improbables qui égayent l'endroit autant qu'elles dérangent. Massives et légère à la fois, volutes de fumées d'une matière semblable à la pierre, ces choses figées paraissent prêtes à se mouvoir, à jaillir, voir à exploser...


Firwin dirige son petit monde vers un coin où une vaste table est libre. À son approche, des blocs de pierre se déplacent en glissant pour fournir assez de siège pour les fesses de tout le monde et assez d'espace pour que Bruichladdich puisse trinquer sans se prendre les pattes dans un bloc. À peine les voyageurs sont-ils installés qu'un githzeraï vient à leur rencontre. Il attends visiblement quelque chose mais ne dit rien, le visage aussi expressif que ses chaises en pierre...
Firwin explique rapidemment à ses camarades :

« Il y a de la bière (5 PC ou 1 PA) et du gaï (3 PA) : une boisson traditionnelle githzeraï, fortement alcoolisée et pimentée. Ça rappelle le gout du thé fumé... Et c'est propice à la méditation. »
Une fois les commandes servies, le bout en train s'efface derrière le bloc monolithique qui fait office de bar. Les voyageurs sont enfin benaise, rien qu'entre eux - ou presque.

Message secret pour Luciole, Lematou :
...
thanks 1 utilisateur a remercié Lematou pour l'utilité de ce message.
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
14 Pages123>»
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

| Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2020, Yet Another Forum.NET