Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

2 Pages12>
Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline Hikari  
#1 Envoyé le : lundi 17 octobre 2022 11:02:42(UTC)
Hikari
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 06/06/2018(UTC)
Messages : 115
Chapitre 1 : L’endroit le plus sombre est juste sous la bougie.

Le ...ème jour de ..., 4722 AR – Cité de Nantambu, devant le pont menant à Magaambya


Musique - Journée pluvieuse dans la Cité du Vent Chantant

e la pluie.
Voilà comment s’annonce votre premier jour en ce lieu chargé d’histoire et de légendes. Une bruine fine mais bien présente, pouvant gâcher le plaisir de la découverte à qui désirerait admirer le paysage et découvrir les jardins de l’académie. Brouillard empli d’humidité et de mystères permettant néanmoins à la végétation ainsi qu’au monde des tout petits d’être en fête, à en juger par les grenouilles bordant chaque coin de rue.


Si certains d’entre vous sont fraîchement débarqués dans la contrée, d'autres sont là depuis un petit moment déjà, et ont pu, un tant soit peu, découvrir et apprécier l'hospitalité et le franc-parler des autochtones. Bien que tout ne soit sans doute pas rose, tout ici semble pourtant respirer la joie de vivre, l’abondance et l’appréciation du moment présent. Nommée “Cité du Vent Chantant” pour ses carillons de verre coloré qui pendent à chaque bâtiment, cliquetant à chaque bourrasque de sons mélodieux -pour qui apprécie ce genre de musique, ou de vacarme, c'est selon-, Nantambu est un bastion de paix, de simplicité dans l’esprit et de sophistication dans les faits. Les canaux de la rivière Vanji transportent l'eau non seulement jusqu'à la ville mais également à travers elle, délimitant les quartiers en grandes lignes courbes surmontées de splendides ponts en arc. Dans les marchés cosmopolites de Nantambu, les épices, les créations, les connaissances et la magie venant des quatre coins du monde s’écoulent librement, attirant le visiteur curieux sans le moindre mal, mais ce qui marque le plus l’esprit de l’étranger, c’est l’absence totale de murs autour et au sein de la ville. En effet, Nantambu n’a nul besoin de murs défensifs, ni d'armées permanentes, car elle est gardée par quelque chose de bien plus puissant que la pierre ou l'acier.


Fondée par un antique magicien aujourd’hui entré dans la légende connu sous le nom de Jatembe, dit Le Vieux-Mage, Magaambya est réputée être la plus ancienne académie de magie arcanique de la région de la Mer Intérieure, voire peut-être de tout Golarion, qui sait ? Surplombant les petits bâtiments en pierre de la ville, l’académie est posée sur l’îlot central de Nantambu, entourée de dix statues immenses -plusieurs dizaines de mètres au bas mot, voire une centaine- en mosaïque à l’effigie des dix guerriers-mages ayant jadis côtoyé le Vieux-Mage.


Des étudiants du monde entier viennent étudier dans ses salles à étages et ses esplanades boisées, se concentrant principalement sur l'art méticuleux de la sorcellerie et celui plus réservé du druidisme. Les styles d'enseignement au sein de l'école varient considérablement, certains professeurs enseignant uniquement à travers des traditions orales didactiques, tandis que d'autres encouragent l'étude et le rassemblement de textes anciens, dont certains auraient même été écrits par le Vieux-Mage Jatembe et ses disciples en personne.


Les enseignants de l'académie sont également connus pour séjourner dans des pays lointains et entretenir leurs relations avec des connaissances dans de multiples nations, ce qui signifie que les étudiants doivent parfois régulièrement parcourir de grandes distances afin de rencontrer des mentors particuliers dans le cadre de leur apprentissage. L'université encourage également le travail sur le terrain ce qui implique, de manière générale, que l'on trouve davantage de professeurs menant des recherches aux quatre coins du monde que dans l'école elle-même. Ces mêmes professeurs envoient souvent leurs étudiants préférés à l'étranger afin de découvrir les cultures sur le terrain, ainsi que pour sécuriser -ou découvrir- les ruines ou les artefacts qu'ils espèrent étudier.


A Magaambya, on dit qu'un sorcier apprend à la fois en lisant et en faisant -une philosophie parfois appelée "la Parole et la Voie"- et donc se couper du monde dans une étude perpétuelle est au mieux contre-productif, au pire usurier. Dans la tradition de Jatembe, l'étude est finalement moins importante que l'utilisation de ce que vous apprenez pour servir les autres. L'accent mis par Magaambya sur le service est la source de la force de Nantambu, les mages résidents s'assurant qu'aucune force d'invasion n'a jamais réussi à s'approcher à moins de trente kilomètres de la ville. Cette protection s'étend également aux villages voisins, et malgré l'absence d'accords formels de fidélité, plus d'une centaine de ces colonies rendent hommage à la ville avec gratitude.






Ayant rendez-vous sur le pont de l'entrée Nord en “fin de matinée”, certains d’entre vous attendent depuis plus longtemps que d’autres, et ont pu avoir tout le loisir d'observer l'immense monolithe d’environ quinze mètres de haut posé non loin de là, tout d’obsidienne et surplombé par des sculptures de têtes d’animaux, monolithe sur lequel sont inscrits quelques histoires et légendes sur la ville ainsi que l'académie, ainsi que de distinguer deux autres personnes plantées dans les environs, une orc aux cheveux longs et à la musculature impressionnante, jouant avec un enfant passant par là, de même qu’une étrange fille à la peau pâle et bleutée, d'une pigmentation peu commune, si ce n'est non naturelle, aux deux yeux rouges brillants d’une malice malaisante.


Tout comme vous, elles attendent probablement qu’un membre de l’académie vienne vous chercher. C'est ce que l'on vous a vendu après tout. C’est finalement un homme d’âge mûr qui se présente à vous, arborant un sourire radieux d’une oreille à l’autre, vêtu d’une étoffe dorée et bleutée. Il s’exprime avec un timbre doux et apaisant tranchant avec l’image de vieil homme émanant de lui.



«  Aha ! Soyez les bienvenus, jeunes gens, nouveaux étudiants ! Je suis heureux de vous rencontrer ! Vous pouvez m'appeler Maître Ot. Prêts à vous embarquer dans une vie d’études et de découvertes ?  » demande-t-il avec un grand sourire et un langage corporel très expressif, gesticulant des mains.


Il semble évident qu’il cherche à vous intéresser à ce qu’il a à proposer.
«  Nous voyons en vous de l'esprit, de la passion et de la perspicacité. En bref, les vertus nécessaires pour s'appuyer sur la force des milliers d'étudiants qui vous ont précédé. Nous suivons les traces du Vieux-Mage Jatembe, qui nous a montré que le prix de la magie est la responsabilité d'œuvrer pour façonner un monde meilleur. La magie est puissante à travers les plans, et, hélas, ou heureusement, c’est selon, son impact sur la vie est tel que ses utilisateurs sont la clef de voûte de ce monde.  » vous explique-t-il d'un ton calme, bien que nostalgique.

«  Bien ! Assez parlé de tout ceci pour l'instant. Commençons par le commencement. Et si vous vous présentiez ?  » vous demande-t-il, ravi de cette petite “séance commune”, son regard bienveillant mais incisif tout particulièrement pointé sur Lashissora.

Modifié par un utilisateur vendredi 18 novembre 2022 09:50:10(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 3 utilisateur ont remercié Hikari pour l'utilité de ce message.
Annonce
Offline Boadicee  
#2 Envoyé le : lundi 17 octobre 2022 21:05:41(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745



Ashara sourit lorsque les gouttes froides de la pluie frappèrent son visage à la peau couleur d'ardoise. Bien des habitants de Nantambu s'étaient mis à l'abri du déluge, mais cela ne faisait que la rendre nostalgique des tempêtes de Kokutang. La ganzi pressa le pas, s'efforçant sans une once de succès de contrôler son impatience. Elle avait passé les deux derniers jours à se reposer du voyage depuis Crique Sanglante, et surtout à explorer la ville. Les beautés de la Cité du Vent Chantant n'avaient pas usurpés leur réputation, et Ashara devait admettre que le murmure du vent ici était bien plus mélodieux que ses hurlements furieux dans les Terres Noyées. Sans parler du fait que Nantambu était clairement à l'abri des risques posés par ses démêlées avec le Consortium.

Mais la patience n'avait jamais été son fort, et l'Infortune se dirigeait d'un pas vif vers le pont de l'entrée Nord de Magaambiya, sans prêter attention à la pluie sur ses vêtements. L'étoffe repoussait l'eau, tout comme la peau d'anguille qui avait servie de base à son armure; et elle n'était donc pas aussi mouillée qu'elle en avait l'air.

Son sourire s'élargit en réagissant qu'elle n'était pas la seule, l'excitation agitant la tempête qui grondait sous sa peau, les masses de "nuages" ardoise, noires et bleues roulant juste sous la surface. Elle même ignorait l'origine de ce phénomène - ceux qui comme elle étaient Touchés par la Tempête étaient tous différents - mais elle avait appris que son maëlstrom intérieur réagissait à ses émotions. Deux futurs étudiantes étaient déjà là, aussi différentes qu'on aurait pu l'imaginer. Le regard d'Ashara s'atarda un instant sur la musculature de l'orc, mais la ganzi s'arrêta dans son examen en réalisant qu'elle la fixait. Et avant qu'elle n'ait pu aller à leur rencontre pour faire des présentations en bonne et dûe forme, elle fut interrompue par l'exubérante arrivée de Maître Ot. Il était enthousiaste, on ne pouvait pas lui enlever ça!

Ignorant le regard qu'il adressait à l'une de ses futures camarades, Ashara élargit son sourire, se tournant pour faire face au reste de leur petit groupe. Accompagnant son sourire, un éclair lumineux courait le long de sa gorge et de sa clavicule, comme la foudre frappant au ralenti, se ramifiant à chaque battement de coeur.
« Enchantée! Je m'appelle Ashara, je viens de Kokutang, et plus récemment de Crique Sanglante. C'est un plaisir de faire votre connaissance!

J'ai pas mal voyagé, et je suis curieuse de savoir qui vous êtes! Hum...quoi d'autre...ah, je jardine! »

Modifié par un utilisateur lundi 17 octobre 2022 21:28:31(UTC)  | Raison: Non indiquée

Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
thanks 2 utilisateur ont remercié Boadicee pour l'utilité de ce message.
Offline Capuche  
#3 Envoyé le : mercredi 19 octobre 2022 12:42:24(UTC)
Capuche
Rang : Nouveau
Inscrit le : 25/06/2017(UTC)
Messages : 1

Lashissora

17 / 17

CA 14 (CC 13/CS 14)
Ref 14 / Vig 14 / Vol 19
Initiative +5

Parfois, Mère Nature met un peu trop de cœur à l'ouvrage, pense la jeune Shisk en contemplant le ciel brumeux, les gouttes ruisselant sur son visage.
Il est vrai que cela fait plusieurs jours que ca dure, si ce n'est depuis leur départ du village natal. Et pour quelqu'un qui aime tellement sentir la chaleur du soleil sur son corps - et même en appréciant l'eau ne serait-ce que pour sa place centrale dans toute vie- cela commence à faire long.
En plus, si le voyage n'a pas été idéal sur le plan météorologique, l'ambiance n'a pas vraiment été arrangée, ni par Loshiu, oscillant entre un esprit renfermé - appréhensif?- et vaguement agacé par ta présence, ni par la perte de ton précieux herbier, perdu à l'occasion d'une coulée boueuse traitresse.
Ah, et puis il y avait eu les moustiques aussi. Beaucoup, beaucoup de moustiques.
Bref, cela faisait beaucoup. Et expliquait probablement un tant soit peu le caractère du frangin qui avait du, bon gré mal gré, partager les mêmes mésaventures de route. Heureusement, il y avait Zyra sur qui on pouvait toujours compter pour un câlin ou bien comme confidente.

Du coup, beaucoup de pluie en somme, même si la bruine actuelle n'a rien à voir avec les déluges des forêts du Nord. Cela n'a pas empêché Lashissora, à peine arrivée en la tant vantée citée de la magie, de profiter de leur arrivée la veille, pour vadrouiller à travers les lieux, s'extasiant devant la végétation si présente, l'eau comme élément clef de l'architecture et délimitation de la ville, et de la vie, tant humanoïde qu'animale.
Cela ne faisait finalement pas tant cité de pierre austère tels que les anciens décrivaient les villes des autres races, vantant l'osmose de leurs propres villages avec Mère Nature. Mais Magaambaya semblait tellement différente en tout...

Zyra sur les talons, Lashi trotte maintenant vers le lieu du rendez-vous, guidée par les indications des locaux et le repère évident de l'imposante statue qui lui a été désignée. Lorsqu'elle arrive sur les lieux, elle ne semble pas la première arrivée. Encore faut-il espérer qu'elle n'est pas la dernière, cela ferait probablement mauvais genre.
Mais peut-être pas tant, finalement, que d'être venue sans invitation….

«  Alors tu te souviens Zyra, hein ? Il faut, et de un, faire rager les anciens du village qui ont préféré envoyer Loshiu que nous, et de deux faire bonne impression, d'accord?  » elle lui flatte l'échine, et la regarde avant de soupirer. «  Et avale cette grenouille, tu veux bien? Oui je t'ai grondé quand tu lui as bondi dessus, mais maintenant, autant que tu la manges. Et puis ca ferait pas du meilleur effet, je pense, si tu te ramènes avec ca dans la gueule....  »
La panthère lui retourne un air interrogateur, puis d'un coup de langue et un autre de mâchoire, au prix de quelques craquements, fait disparaitre l'amphibien dans sa gorge.

Rhalala, y'a pas à dire, le recrutement de l'Académie semble des plus vaste.... A vrai dire aucun de ceux qui ne semblent faire le pied de grue et attendre quelque chose ou quelqu'un, ne fait vraiment figure locale, et pourtant les indigènes de la cité sont des plus cosmopolites.
Mais pas le temps de vraiment s'attarder sur les individus en question, car voilà qu'un plus anciens fait son apparition, manifestement un membre de l'Académie. Lashi frissonne un court instant en se demandant ce qu'elle aurait pu rater si elle était restée quelques instants de plus absorbée par sa visite de la cité.

'Bienvenue', 'découvertes', 'passion', 'perspicacité'...
Un bref instant, l'apprentie druidesse en oublierait qu'elle n'a jamais été vraiment invitée à faire partie de ce monde. Les mots, de ceux dans lesquels on a envie de s'identifier, de se reconnaitre, ont ce pouvoir. Et un bref instant, Lashi se sent presque la bienvenue dans cet endroit qui déjà l'attire et la fascine.

Le retour à la réalité, appelé sous la forme d'un regard inquisiteur, en est presque trop brutal, en contrepartie.

«  Euuuh... Et bien je m'appelle Lashi ... Lashissora. J'ai accompagné mon frère, là-bas, qui a été invité à rejoindre votre école et euh ... voilà...  »
Un bref instant, la timidité semble reprendre le dessus sur la jeune shisk, qui a baissé le regard.
Un bref instant, car la voilà déjà qui relève la tête, les yeux emplis d'un défi adressé au dénomme Ot.

«  Je veux découvrir votre école, je veux voir l'Académie, Maître Ot. Je sais, je n'ai pas reçu d'invitation formelle ou autre mais...
Je.
Le .
Veux.

Dans notre village, chacune protège ses secrets et son savoir, chacun semble attendre dans son chez soi, que le monde et ses mystères viennent frapper à la porte.
Moi, je préfère aller de l'avant, à la découverte du monde et de la nature. Hors de question que je reste enfermée dans le village.
Même ma magie, elle m'a été enseigné par quelques vieux ermites vivant à l'extérieur du village. Pas seulement la Magie, mais comprendre la Nature et la respecter. Ces vieux rabougris ont été mes seuls vrais enseignants et je parie qu'ils n'auraient même pas été fichus de prendre une plume pour une quelconque recommandation, parce qu'à vrai dire, je ne sais même pas si ils savent écrire. Tradition orale, qu'ils disaient ...

Maintenant, moi j'en veux plus.
Je veux découvrir ma magie, la comprendre, la maitriser.
Je veux le découvrir le monde je veux en être une.. une.. une clef de voûte utile comme vous dites.  »


La shisk se tait, les yeux toujours braqués sur le visage de Maître Ot, le regard intense.
Puis comme s'il lui revenait qu'elle oubliait quelque chose

«  S'il vous plaît?  »



Faire bonne impression (Diplomatie) : 1d20+4 donne [20] + 4 = 24

Modifié par un utilisateur mercredi 19 octobre 2022 19:01:21(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 3 utilisateur ont remercié Capuche pour l'utilité de ce message.
Offline Luciole  
#4 Envoyé le : jeudi 20 octobre 2022 14:31:01(UTC)
Luciole
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 1,649

Losshiu

14 / 14

CA15 (C13, D12)
Ref +5 /Vig +3 / Vol+7
Focus : 1/1
Percep : +5



Bon… il pleuvait. En soit ce n’était pas gênant ou désagréable. La légèreté de leurs vêtements et le climat chaud permettait de ne pas souffrir du froids que cette humidité aurait charriée avec elle sous d’autres latitudes. Et puis ce n’était pas si mal de sentir l’eau qui ruisselle le long de sa nuque, entre ses épines et ses cheveux… Mais … mais il aurait bien aimé que pour une fois, il y ai un petit rayon de soleil entre deux nuages.

La poisse.

Il aurait du s’en douter au moment où Lashissora lui était tombée dessus à quelques heures de marche de leur village, toute fière d’elle et lui avait montré avec une bonne foi désarmante son sac à dos où elle avait empilé ses trésors fin prêt pour la grande aventure. Elle aurait aussi bien pu clamer haut et fort qu’elle s’était éclipsée en douce sans prévenir quiconque à la maison et qu’elle en était ravie.
Losshiu avait hésité entre éclater de rire tant c’était typique de sa petite sœur et essuyer une larme imaginaire à la pensée que cette inconsciente comptait sur lui pour gérer maintenant tous les menus détails de logistique. Sa présence inattendue dans la caravane marchande et le prix de son voyage. Faire prévenir les parents qu’il l’avait retrouvée et qu’il s’occupait d’elle. Et surtout, s’inquiéter de ce qu’il allait se passer à l’Académie. Adieu les rêves et les espoirs de liberté et d’indépendance. Lui qui pensait enfin ne plus avoir à se restreindre et pouvoir devenir celui qu’il voulait, voilà qu’il héritait d’une témoin à la langue bien trop pendue pour qu’il puisse lui faire confiance pour se taire une fois revenue à la maison. Bon sang, il allait encore devoir surveiller qu’elle ne se mette pas dans des problèmes plus grands qu’elle ou se débrouiller pour l’en tirer avant que les conséquences pour elle et pour lui ne soient trop importantes. Hors de question de la ramener à la maison en tout cas ! Il n’était pas sa shisk-sitter. Elle voulait venir, elle assumait !

Ou pas. Il assumait pour elle comme d’habitude avant que les choses ne dégenerent trop… La peste.

Toujours était-il que le voyage avait continué sous la pluie. Qu’il y avait eut des moustiques. Trop de moustiques. Que son précieux grimoire avait failli se faire mouiller. Qu’il avait fallut tirer Lashi d’une coulée de boue puis lui répéter qu’elle devait déjà être contente que ni elle, ni Zyra n’y soient restées et que non, qu’il n’était pas suicidaire et qu’il n’allait pas plonger pour récupérer son fichu herbier. Elle n’aurait eut qu’à ne pas l’emmener si elle y tenait. Bien loin de l’aventure que Losshiu s’était imaginé…

Au moins la citée en elle même tenait ses promesses.

La musique des carillons était un bonheur pour l’oreille, en particulier lorsqu’on l’avait aussi fine que leur peuple. De multiples langues dont certaines lui étaient inconnues même à lui. Des gens de tous les horizons. Tant de savoir, tant de connaissances à portées de main. Et ces statues ô combien plus hautes que tous les bâtiments qu’ils ont pu croiser au cours de leurs existences ! Le mage avait bien du passer plusieurs heures à les admirer hier soir, complètement fasciné et oublieux de la fatigue du voyage. Que ce soit les statues en elles même ou ceux qu’elle représentait, ou leur légendes, les regarder, Fuyël sur l’épaule, lui rappelait pourquoi il était ici. Pourquoi il avait voulu être ici à tout prix. Et il ne laisserait personne le priver de cette opportunité.

C’est pourquoi le lendemain, après avoir passé un moment à s’imprégner de l’ambiance en baladant sur les marchés -sous la pluie donc- Losshiu n’était pas le dernier à être au point de rendez vous. La magie lui ayant permit de se vétir de frais, et d'adapter ses affaires pour qu'elles soient le plus adaptées au temps et aux fines épines qui lui couvraient la nuque et une partie du dos et des épaules, Il s’était assis sur la rambarde du pont, et discutait avec son familier à voix basse.

« Moins d’une dizaine ? Non tu exagère. Nous ne pouvons pas être si peu à être pris.  »
« Si si. Regarde, là vous êtes seulement quatre à attendre. Alors si on rajoute Lashi et ceux qui sont soit en retard soit plus discrets, je ne pense pas que vous dépassiez les dix. »
« Peut être ici… c’est vrai qu’à part ces trois là je n’ai pas l’impression qu’il y ai d’autres personnes qui patientent... mais ils peuvent très bien avoir rendez vous à un autre pont. Ou un autre jour. »
« Ou une autre ville ? »
« Oui, enfin, vu la réputation, j’imagine quand même qu’il y a un peu plus de monde par année que nous… »
« C’est probable. Mais pour le moment, c’est juste des postulats dans le vide Lossh… »


Accordant à Fuyël ce point, il reporta son regard sur les présents. S’il se fiait aux traits du visage de l’orc et surtout aux motifs alambiqués de sa coiffure, c’était très probablement une matanji. Une combattante donc et la réputation de son peuple n’était pas à faire concernant la traque et le bannissement des démons. Elle était peut-être une future shamane ou une mage… Ils devaient connaître de sacrés rituels d’ailleurs… S’ils avaient des cours sur la conjuration ou ce genre de chose, elle risquait d’être bonne ! Enfin, non, c’était des préjugés et il ne fallait pas juger les gens sur leurs origines. Elle serait peut-être nulle en bannissement mais… peut-être quand même que si.

Par contre il reste perplexe devant l’allure de la fille aux éclairs. Il y avait du sang elfique à coup sur au vu de la forme des oreilles mais… pour ce qui était du reste… Elle lui évoquait les descriptions de fetchelins, mais non, ça ne collait pas non plus. Bizarre… Shiskement bizarre même…. Il fallait absolument qu’il sache !

La dernière inconnue à visiblement attendre à la peau bleu. Pas une samsaran puisqu’elle a des pupilles. Et puis la couleur de ses cheveux fait un peu artificiel.. et ne colle pas à ces adeptes des réincarnations successives. Une crépusculaire peut être ? Ça pourrait fonctionner mais c’était difficile d’en être sur sans jamais avoir vu de véritable représentant de cette espèce. Et puis les yeux ne collait pas.

L’arrivée et la présentation de Maitre Ot le tire de ses tergiversations et il se laisse tomber de la rambarde, resserrant le lacet de cuir qui retient ses cheveux vers l’arrière et libérant en même temps que ses épines un filet d’eau qui recommence à couler le long de sa peau.

La responsabilité d’œuvrer pour le futur en prix de la magie ? C’était quelque chose qu’il acceptait, pourvu que la magie soit elle aussi à la hauteur. Songe il avec un sourire en coin. Oh, se présenter… ? Vu les gens qui s’approchaient pour mieux entendre ce que racontait le vieux mage, ils étaient donc 6 ici. Fuyël avait raison. Un point pour lui. Par contre il était curieux de voir ce qu’allait répondre Lashi à la question informulée de Ot. Qu’est ce qu’elle fichait là ?

Bon, la foudreuse était du genre impatiente. Ashara, de Kokutang… Bon, il faudrait qu’il regarde sur une carte où c’était, Crique Sanglante… Le nom n’avait pas l’air tres réjouissant. Vu son allure, ce n’était clairement pas une mage. Et elle… jardinait… heu.. soit. Et elle était plus bégonias ou dionées ? Ca, ce serait pertinent. Bon, en tout cas, le type d’information que chacun donnait en disait beaucoup sur leurs caractères...

Lashi ne se laisse pas intercepter une seconde fois et entreprends un discours auquel il ne se serait pas attendu… Bon… il comprenait bien pourquoi on estimait que Lashi n’était pas présentable. Sortir ainsi le linge sale de leur peuple en pleine place publique… Enfin… Il soupira intérieurement.

Elle était irrécupérable…

S’avançant, Losshiu la rejoignit jusqu’à lui donner une petite tape du bout du doigt sur le front.

« Tu ne devrais pas stresser autant, petit hérisson. Tu en as même oublié de présenter Zyra, la pauvre.  » Désigne t’il la panthère avant de se tourner vers maitre Ot.
« C’est une boulette, Maitre Ot, spécialiste des étourderies, qui ne mesure pas souvent l’impact de ce qu’elle raconte ou de ses actes mais elle est toujours sincère et elle a bon coeur. Et s’il n’y avait eut que le talent brut qui avait été pris en compte par chez nous, c’est nos deux noms qui auraient été recommandés à Maitre N’Kanto. »

Oui.. bon… après rien ne dit qu’il aurait validé leurs deux candidatures…. pour éviter de trop se pencher sur ce point de détail mineur, il se tourna vers les autres présentes.

« Et.. heu… moi c’est Losshiu, et voici mon familier Fuyël. » Désigna t’il le petit pangolin à longue queue qui était venu rejoindre son épaule. « J’ai axé mes études sur l’évocation et la divination. Et c’est un plaisir de voir que j’étudierais en aussi plaisante compagnie. »

Modifié par un utilisateur jeudi 20 octobre 2022 23:26:10(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 2 utilisateur ont remercié Luciole pour l'utilité de ce message.
Offline Anadethio  
#5 Envoyé le : dimanche 23 octobre 2022 18:48:08(UTC)
Anadethio
Rang : Habitué
Inscrit le : 19/06/2015(UTC)
Messages : 2,384

La téléportation n'était pas une expériences des plus agréable... Et le simple fait d'avoir eu, une fois, l'incommensurable plaisir de passer par ce panier à salade cosmique me permettait d'avoir une bonne idée de pourquoi le procédé n'est pas plus utilisé. Bon... ça et la limitation technique. Un regard vers mon... Mentor ? Guide ? Bref un regard vers mon insérer-terme-adapté-quand-je-trouverais m'indique que soit celui qui lance le sort est moins secoué... soit la pratique permet de mieux vivre ce traitement.

Mais avant que je ne songe a poser la moindre question, je réalise ou je suis... Ou plutôt ou je ne suis pas. Mes sens sont assaillis par la nouveauté : L'odeur déjà... était... différente. Pas les mêmes encens, pas les mêmes épices... et surtout cette étrange sensation que mon odeur est... étrangère. Difficile de dire si j'apprécie. Le son ensuite... J'étais habituée au brouhaha d'une grande ville mais ici aucun mot ne jaillissait de la bouillie sonore ambiante pour me laisser deviner de quoi parlait ce couple en train de marcher... Même s'il était commun d'entendre des langues étrangères dans le quartier du port, les sonorités locales n'ont rien à voir avec le Vudrani et ma connaissance du Tian ne m'apporte pas grand chose de plus. Enfin... ça c'était attendu. Reste a voir combien de temps je vais mettre a apprendre. Et au delà de ça, les milliers de carillons agités par le vent donnent à l'ensemble un aspect irréel qui se fait encore plus présent quand je finis par réellement regarder ce qui se trouve devant moi...

Que dire...

Tout. Tout était exotique. De l'architecture jusqu'à la couleur de peau des locaux en passant par les vêtements et la végétation... C'était à se demander si nous étions encore dans la réalité ou si la magie du voyageur m'avait emporté dans l'un de ces mondes exotiques d'où mon essence était issue.

Finalement seul le toucher était épargné puisque la température n'avait rien de glaciale comme cela pouvait arriver dans certaines régions à en croire les marchands.

A mon grand soulagement, A’dré Najeem me donne encore quelques explications que j'écoute avec attention... Et a mon grand désarrois il me plante là. Le rendez-vous donné est dans huit jours. J'ai donc une semaine pour réussir a me familiariser suffisamment avec la langue pour avoir la possibilité d'échanger avec mes camarades à l'université... Bon. L'avantage c'est que j'ai un peu d'argent et que lorsqu'il est question d'acheter de quoi manger, il existe des signes universels.

Et si acheter de quoi manger s'avérait trop compliqué ou que ma bourse s'avérait trop peu remplie... Il restait toujours une solution de replis. Mieux valait l'éviter : s'il y a bien un coin de la citée que je ne suis pas pressée de visiter... c'est bien ces geôles. En supposant que la punition pour vol ne soit pas plus tranchante comme dans certains Maharajas.



Le jour du rendez-vous était arrivé bien plus vite que je ne l'avais imaginé. Et il fallait se rendre a l'évidence. Malgré toutes les différences... une grande ville était une grande ville et j'avais trouvé bien plus facilement mes marques que si on m'avait lâchée dans un village perdu a cœur de la jungle à une semaine de voyage de Sumadhadra.

S'il me restait encore beaucoup de marge de progression, du moment que mes interlocuteurs se limitaient à un vocabulaire simple et qu'ils ne parlaient ni trop vite ni avec un accent trop atypique... je parvenais a saisir le sens global de ce qu'ils voulaient me dire. Quand à leur répondre... Et bien visiblement les improbabilités que je baragouinais avaient au moins un peu de sens puisque mes interlocuteurs semblaient y réagir correctement.

Installée sur la place depuis des heures, je m'étais mise sur un banc pour dessiner le panorama devant moi. Un bon moyen d'avaler les heures tout en se donnant de la contenance. Et puis la lecture du texte sur l'imposant monolithe ne ferrait pas de mal, surtout qu'il fallait s'habituer a l'alphabet utilisé dans la région.

Lorsque finalement un homme d'âge mur fait son entrée en s'adressant ouvertement à plusieurs autres jeunes gens présents, je relève la tête, range mon fusain et me lève pour écouter de quoi il retourne. Il parle de manière globalement intelligible mais rapide aussi suis-je soulagée lorsque l'une des autres personnes présente se présente, confirmant par là-même ce que je pensais avoir compris.

D'ailleurs voilà qui fait un groupe pour le moins hétéroclite : entre moi, les deux... hommes-à-plumes-courtes, l'elfe-au-sang-mêlé-et-à-la-peau-noir qui semblait encore moins elfique que moi, et la femme-à-la-peau-bleu-mais-pas-pareil l'Orc est finalement ce qui se fait de moins atypique. Une orc. Pas une demis. Dans une ville. Pas atypique.

Définitivement il allait falloir que je remette certaines croyances à jour. Après tout ce n'était pas la première orc que je voyais et la quantité de personnes-visiblement-modifiées-par-un-monde-exterieur-comme-moi était tout bonnement anormale. D'un autre côté si ils allaient en chercher à l'autre bout du monde pour les former dans leur école forcément...

Pour ce qui est de comprendre ce que les autres nouveaux-élèves-aussi-je-suppose glissaient dans leurs présentation... c'était plus compliqué. La première dit s'appeler Ashara, indique venir d'un endroit dont tu n'a jamais entendu parler en passant par un... spectacle sanglant. Non. Sans doute un mot pour désigner une particularité géologique. La montagne ? La baie ? La forêt ? Dans tous les cas ça ne semble guère sympathique. Et elle indique diner. Ce qui désigne probablement une activité dont j'ai loupé la première syllabe.

Les suivants sont les deux humains-à-plumes qui semblent se connaitre. Probablement des druides puisque l'une a une sorte de léopard-noir-apprivoisé avec elle et l'autre une sorte de jeune-pangolin-avec-une-longue-queue. Lashissora, Zyra, Losshiu et Fuyël. Ca commençait a faire beaucoup de noms. Le reste n'est pas particulièrement clair si ce n'est que la situation de la druide ne semble guère bureaucratiquement-conforme. Si elle affirme vouloir être là avec tant de conviction c'est sans doute qu'elle n'a pas vraiment le droit d'y être.

Quelques autres points sont évoqués et je reconnais les termes d'évocation et de divination que A’dré a utilisé quand il m'a parlé de magie. Peut-être pas un druide du coup.

Un instant de flottement passe pendant lequel j'échange quelques regards avec les deux autres restants pour voir si l'un d'eux se lance et puis finalement... Après tout j'ai préparé cette phrase depuis plusieurs jours :

« Je suis m'appelle Vâta. Venue de loin Vudla semaine passé et sais pas encol tlés bien pallé.

Lavie de faile votle connaissance. »


A la base j'avais envisagé de demander si quelqu'un connaissait l'elfique. Mais c'était un coup a ralentir mon apprentissage de l'idiome local. Je m'incline légèrement pour les saluer tous puis me redresse pour observer leurs réactions.

Modifié par un utilisateur dimanche 23 octobre 2022 18:48:48(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 3 utilisateur ont remercié Anadethio pour l'utilité de ce message.
Offline Hikari  
#6 Envoyé le : lundi 24 octobre 2022 17:44:50(UTC)
Hikari
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 06/06/2018(UTC)
Messages : 115
Maître Ot vous écoute attentivement, sans vous couper, n’exprimant sa réjouissance que par un sourire plus large à chaque conclusion. Un rictus satisfait vient s’ajouter sur le tableau tandis que Lashissora essaye de se vendre, pour l’instant sans un seul mot en guise de réponse de l’enseignant. L'homme travaille son suspense. Son regard se fait particulièrement bienveillant à chaque fois qu’il se pose sur l’un des animaux accompagnant le groupe. Il finit par se fixer sur les deux dernières candidates, en retrait jusqu’alors.

Perception (visuel), DD15 :


La demi-orc s’avance la première, l’air confiante. Elle s'exprime d'une voix forte, bien que de temps à autre malhabile, et légèrement gutturale, sans doute dû à son héritage d'orch.

«  Moi, c’est Gideon. De Kibwe. Enfin, pas très loin de Kibwe. » annonce-t-elle, désignant une direction approximative, vers l’Est.
«  Je m'intéresse beaucoup à... euh... Tout ce que vous pouvez nous apprendre. Et puis, vous m’avez invité, alors… me voilà ! Ravie d’être parmi vous les gens ! Même… si je ne doute pas que vous vous en sortez tous mieux que moi en magie, haha ! C’est… pas bien dur en même temps…  » finit-elle par conclure, en partie gênée, se grattant la tête.

Ses manières ainsi que sa musculature semblent dénoter un côté martial plus que... quelque chose de plus érudit, dirons-nous. Néanmoins, vous savez que même si Magaambya ouvre ses portes à des individus de tous horizons, et pas toujours selon des schémas des plus clairs, ça reste une école de magie. Cette fille semble donc posséder une affinité avec la Toile,
tout comme vous.

«  Quant à moi… Teri'i. Enchantée.  » répond calmement et mielleusement la seconde.
«  Et voici Soutekh. Dis bonjour Soutekh. » ajoute-t-elle, imitant la manière qu’a eu Losshiu de présenter son familier.

Derrière vous, un chat noir à l’air blasé miaule d’un ton tout aussi las, au regard tout aussi dérangeant que celui de sa partenaire. D'une fourrure entièrement noire à l’exception d’une touffe blanche sur la poitrine, il tiens davantage du chat de fauteuil que du noble félin, ou que du chat de gouttière.


Connaissances Nature (Chat bizarre), DD10 / Autres lores possibles à la demande :


Connaissances Mystères (Chat bizarre), DD17 / Autres lores possibles à la demande :




Se frottant les mains, Ot vous tire de vos possibles pensées, reprenant la parole, son regard balayant de nouveau l’assemblée, dans l’ordre des présentations.
«  Intéressant… Une botanique… Une audacieuse… Un grand frère hérisson… Une venue-de-loin… Une invitée... Et une... autre personne singulière...  »

Son attention se focalise de nouveau sur Lashissora, puis sur le reste du groupe… et à nouveau sur la druidesse en herbe.
«  Je dois admettre que cette situation n’est pas commune… Mais vous m’intriguez.
Je suis curieux de voir de mes propres yeux de quel bois vous êtes faite… Vous toutes et tous d’ailleurs… Voyons…  »


Restant pensif quelques secondes, se grattant lentement le menton de sa main ridée, il finit par sourire de nouveau, une étincelle dans le regard.
«  Nous allons faire un petit test. Voyez cela comme… une sorte d’épreuve d’admission pour cette demoiselle, un petit test d’aptitude pour les autres...  » annonce-t-il calmement.



Sortant une bougie ainsi qu’un os de sa poche, il les pose délicatement devant vous, au sol.
«  Pouvez-vous allumer cette bougie sans silex ni allumettes, et ce malgré cette légère pluie ?  »
«  Pouvez-vous apaiser l’âme liée à cet os ? »

Puis le mage roucoule, et une petite caille bleutée vient se poser sur son bâton.
«  Pouvez-vous obtenir une plume de cet oiseau sans le plumer ?  »

Remuant les doigts, formant des signes, il invoque ensuite un petit serpent. Celui-ci n’a pas l’air hostile, bien que son regard ne traduise pas une quelconque sympathie à votre égard. Il présente un museau en forme de pelle ainsi que des motifs à carreaux sur la peau.
«  Pouvez-vous soutirer un secret de ce serpent ?  »

Finalement, son regard se porte sur une pierre, non loin de là, en bordure du pont.
«  Pouvez-vous faire danser cette pierre d'elle-même, sans la toucher ?  »

Tout sourire, malicieux, il regarde l’expression de vos visages, avant d’ajouter un conseil, joueur.
«  Vous êtes libres de choisir l’épreuve qui vous convient le mieux. Et si vous ne connaissez pas de sortilèges permettant de réussir cette épreuve… Utilisez votre esprit, votre… créativité.  » ajoute-t-il.

Perception (visuel / auditif), DD15 :


Connaissances (Magaambya, DD10 [formation nécessaire]) :




Si vous n'avez pas d'inspiration, ce n'est pas grave, vous pouvez toujours demander avis/conseil auprès des autres joueurs, ou simplement dire la vérité. C'est un petit test "optionnel" histoire de faire un RP potentiellement sympa, et pour affiner la manière dont votre PJ peut percevoir/connaitre les autres / pour briser la glace.
Vous pouvez également refuser d'y participer, même si ce serait un peu dommage dit comme ça.

Modifié par un utilisateur lundi 24 octobre 2022 19:28:15(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 2 utilisateur ont remercié Hikari pour l'utilité de ce message.
Offline Luciole  
#7 Envoyé le : mardi 25 octobre 2022 10:12:30(UTC)
Luciole
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 1,649

Oh ! L’elfe -ou du moins la jeune femme avec du sang elfique- qui dessinait était elle aussi une aspirante étudiante. D’ailleurs s’il en croyait ses traits et la façon dont sa chevelure ondulait presque imperceptiblement sous cette pluie il parierait sur une sylphe. Très probablement. Selon les anciens, croiser l’une de ces filles du vent ressemblait à croiser un être en permanence surexcité, survolté même, capable de virevolter et de changer d’avis à une vitesse surprenante. Et bien.. on verrait si cela tenait de la légende ou non. Bon, par contre son accent était… douloureux et il la regarde hésitant entre l’admiration pour être parvenue à formaliser sa phrase si elle n’apprenait le polyglotte que depuis une semaine et la compassion en songeant au travail qu’il restait encore à faire. Bon ben… pas une mage à priori… sinon, elle l’aurait évoqué ? Il en venait à se demander s’ils étaient dans une école de magie ou… ? Enfin si, il savait que le Magaambya recrutait large mais… bon… le bénéfice du doute… pour le moment.


Les deux suivantes sont plus… classiques. La demie orc correspond plutôt à ce qu’il s’imaginait et semblait même disposer d’une touche d’autodérision ce qui n’était pas pour lui déplaire. Et puis avec un peu de volonté, tout le monde pouvait arriver à faire quelque chose… Enfin presque… ou en tout cas, ceux qui en étaient incapable ne méritaient pas le qualificatif de sapiens.

La seconde par contre, ça sentait la praticienne de la magie à plein nez. Et pas de celle qui donnait envie de partager. Non, vraiment, plus que son regard c’était sa posture qui lui semblait douteuse. Son chat là aussi. Elle avait peut-être un cœur d’or celle là, mais pour l’heure elle avait plutôt un genre à vouloir le servir avec un peu de sauce au dîner.. Et son chat, son familier là, il avait le regard torve. Il ignorait quelle espèce ça pouvait bien être, mais il y avait clairement de l’intelligence là dedans. Bha, de toute façon comme d’habitude, personne ne serait capable d’être à son niveau. Et il était curieux -et prêt à relever le défi- de voir un changement là dedans..

Voilà que leur professeur d’accueil se frotte les mains -autant conclure qu’ils sont bien tous là- et récapitule les surnoms qu’il leur a attribué. Intérieurement Losshiu fronce les sourcils. Grand frère hérisson ? On l’avait prévenu que nombreux serait ceux prenant leurs épines pour des pics de hérisson, mais il aurait cru que ce genre de remarque idiote serait évitées par ceux sensés leur enseigner. Tout comme le fait de ne réduire ce qu’il était qu’à un simple lien familial…

Soit c’était fait volontairement pour voir leurs réactions -ce qui était très probable-, soit ce type n’avait pas ce qu’il fallait pour être enseignant. Grand frère hérisson.. crétin va…

Au moins son… idée n’est pas totalement inintéressante et s’il n’a pas le moindre doute sur sa capacité à réussir haut la main un test d’aptitude, ça ne sera pas complètement inutile de voir ce que peuvent réaliser les autres. Qu’ils montrent qu’ils méritent leur place ici…

L’énoncé des épreuve le fait regarder dépité le vieux Ot.

Sérieusement… allumer une bougie… ? C’était censé être une épreuve ça… ? Effectuant un petit geste du poignet et prononçant un « Ignis » à voix basse, le shisk fit jaillir une flamme dans sa paume et porta son regard toujours aussi dépité sur la bougie. Il n’y avait pas le moindre challenge ou intérêt. C’était vexant de penser que ça puisse être difficile. Non mais… soupirant, le mage laissa échapper le flux, permettant au feu de se dissiper. Il se laissa tomber sur l’un des bancs tout proche et regarda sceptique, maitre Ot. Mouais… connaissant le Magaambya, un tel test était ridicule. C’était donc autre chose. Un cascade… ? Peut-être. En tout cas c’était moins risible qu’une vérification de leur niveau… D’autant qu’ils étaient (presque) tous déjà invités. Bon… qu’est ce qui dans cette liste d’épreuves ridicules pouvait demander un effort ou au moins un peu d’inattendu de sa part. La bougie il préférait ne même pas y penser. Idem pour son cailloux.

Allons… peut-être la caille pouvait présenter un intérêt. Ou du moins un challenge dont l’issue n’était pas évidente. Laissant revenir son sourire en coin sur ses lèvres, le mage examina un instant l’oiseau. Une caille bleue. Fréquente dans le coin, il avait noté en avoir vu un certain nombre… Contrairement à sa sœur, il ne pouvait pas simplement lui demander une de ses plumes. C’aurait été beaucoup trop pratique. Il allait devoir se servir de sa tête. Voyons, qu’est ce qu’il savait sur ces cailles… Elles étaient particulièrement présentes dans la région et elle était souvent citée en tant que familier ou représenté dans les œuvres parlant de l’Académie. Ce n’était d’ailleurs pas une grande voleuse de mémoire… Mmmm… il allait lui falloir un peu plus de documentation. Tendant la main devant lui, Losshiu se concentra un peu plus sérieusement et en quelques instants un lourd ouvrage poli par les années se matérialisa entre ses mains. Foutu temps… heureusement qu’il y avait le couvert des arbres sinon il s’en serait voulu d’avoir convoqué un livre dans ces conditions…. Tournant rapidement quelques pages, le mage fini par s’arrêter sur une page qu’il parcouru rapidement. Mode de vie, alimentation, méthode de chasse, Ah !

Habitat. Nous y étions… Champs de céréales, luzernes ou autres pouvant lui procurer à la fois les graines dont elle raffolait et les hautes herbes où elle aimait se cacher…

« Fuyël... Śuṁ tamanē manē tē vādaḷī pīchā'ōmānthī ēka lāvavānuṁ mana thāya chē? Amē rastāmāṁ jōyēlā nānā kṣētrōmānnā ēkamāṁ tamanē sāmān'ya rītē kēṭalāka maḷaśē. Tamē kārpa taḷāvōnī bājumāṁ rahēlā lōkōnē jāṇō chō jyāṁ tamanē āścarya thayuṁ kē tē'ōnō svāda śuṁ chē... Tē jamīna para māḷō bāndhē chē, ēka chīṇēluṁ chidra, ghāsanā pēca hēṭhaḷa chupāyēluṁ chē. Jō tyāṁ iṇḍā hōya tō tamē tēnē sparśa karaśō nahīṁ, tēmanē khalēla pahōn̄cāḍaśō nahīṁ. Mārē phakta thōḍā pīn̄chā jō'ī'ē chē. Kō'īpaṇa rītē, tamē sudhārī rahyā chō? »
« Jō tamē icchō tō... Parantu śuṁ phakta tamārā spēlsanō upayōga karavō saraḷa nathī...?  »
« Hā... Parantu tē ēṭaluṁ saraḷa chē kē tē ramujī nathī. Kadāca ēvuṁ kaṁīka ajamāvī ju'ō jē amārī sṭriṅgsamāṁ prāthamikatā nathī... Barābara? Anē jō tamē kaṁīpaṇa śōdhī śakatā nathī, tō hammēśā tamārī jātanē tēmāṁ rājīnāmuṁ āpavānō samaya haśē. »


shisk


Hochant la tête le petit familier s’éloigne d’un pas rapide et Losshiu laisse se dissiper le grimoire avant de regarder, assis en tailleur et menton au creux de la mains ce que vont faire ses probables futurs condisciples.


thanks 2 utilisateur ont remercié Luciole pour l'utilité de ce message.
Offline Boadicee  
#8 Envoyé le : mardi 25 octobre 2022 22:41:38(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745



Ashara écouta les présentations avec un large sourire qu'elle ne faisait aucun effort pour dissimuler. Des shisks, dont elle avait croisé quelques représentants à Crique Sanglante, mais si peu, et qui n'auraient pu être plus différents en dehors de leur lien familiale, le frère aussi posé que sa soeur était audacieuse - cette petite lui plaisait, l'enthousiasme et la détermination faisaient plaisir à voir! - et une sylphe venue de lointains horizons, qui avait l'air d'avoir autant de sang elfique qu'elle et pas de grande familiarité avec la langue. Ce qui était tout de même plus qu'impressionnant si elle était arrivée aussi récemment qu'Ashara elle même.

Et puis, il y avait Gideon, qui paraissait un peu incertaine, et Teri'i qui...

Ashara pencha légèrement la tête sur le côté, l'éclair achevant sa course le long de son épaule, avant de disparaître. Celle là était étrange. Vraiment très étrange. Et son chat également. Mais Ashara ne parvenait pas à placer exactement pourquoi le chat lui inspirait autant de méfiance, ses intuitions fulgurantes la laissant pour l'instant seule face à cette question.
Une idée?

La question dans le silence de son esprit ne reçu aucune réponse, pas qu'elle s'y soit attendue, mais elle restait tout de même intriguée par le félin.

Laissant ces questions là de côté, elle se glissa prêt de Gideon et passa un bras autour de ses épaules avec un grand sourire, dans une tentative de la réconforter et en aucun cas parce que la largeur d'épaule de l'orc la fascinait.
« Ne t'en fais pas, Gideon! Moi non plus je ne sais pas vraiment faire de magie; même si j'ai des intuitions parfois. Mais on pourra apprendre ensembles, c'est pour ça qu'on est là, pas vrai? »

Avant qu'elle ne puisse saluer le reste de ses camarades avec le même enthousiasme, maître Ot se manifesta pour leur proposer...une épreuve, en quelque sorte. Le genre qui rendait Ashara perplexe. Elle devait bien admettre que ça n'allait pas être facile, mais elle n'avait pas non plus l'intention de baisser les bras! La ganzi allait trouver quelque chose.

Ashara s'approcha doucement du serpent, tout en se parlant à elle même.
Alors Ashara...que sais tu sur les serpents, exactement...? Je suis qu'on peut trouver quelque chose. Et rappelle toi de ce que nos voyages nous ont appris. Ecoute, avant tout.

Elle s'accroupit près du serpent, et tendit une main vers lui avec un sourire, mais sans le toucher, laissant le serpent faire le dernier mouvement s'il le souhaitait.
« Tu sais que tu es adorable, toi...? Est ce que c'est ça, ton secret? »
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
thanks 2 utilisateur ont remercié Boadicee pour l'utilité de ce message.
Offline Anadethio  
#9 Envoyé le : lundi 31 octobre 2022 22:06:02(UTC)
Anadethio
Rang : Habitué
Inscrit le : 19/06/2015(UTC)
Messages : 2,384
Ils sont encore deux a devoir passer par la présentation... La demis-orc dans un premier temps partage ce que je prend pour un nom a rallonge avant de comprendre qu'il s'agit d'une véritable indication géographique. Il faudrait chercher sur une carte ou se trouvait Kibwe. Qu'elle affirme ne rien connaitre à la magie a quelque chose de rassurant. Je ne serais pas la seule a patiner dans la semoule.

Restait a découvrir quel type de magie elle pourrait maîtriser. Et quel type de magie JE pourrais maîtriser... La suivante... pue la magie. Et n'éprouve visiblement pas le besoin de s'étendre en détail lors de ces présentations. Teri'i et son Soutekh de chat bizarre. Soit. D'ailleurs le prof Ot lui-même ne semble pas trop savoir quoi en penser.

Et le voila qui propose une série d'épreuves... Qui me font immédiatement cogiter. L'os... il est techniquement envisageable que je trouve quelque chose de pertinent à son sujet en le touchant. Mais il y a également fort a parier que l'expérience soit désagréable voir douloureuse. Les deux animaux ne sont clairement pas dans mon cadre de compétence...

Reste la pierre et la bougie. Losshiu nous offre une première solution... Et puisqu'il ne semble pas souhaiter la mettre en œuvre il semble qu'il estime que la réussite pure et simple de l'épreuve ne soit pas son objectif. Une manière de permettre à sa sœur de briller ? Ou une meilleur connaissances des attentes de ces lieux ?

Bon. Autant se lancer dans cette histoire de bougie. Il y a plusieurs solutions qui me viennent à l'esprit. La première me semble trop facile et la troisième particulièrement hasardeuse et fatigante. Reste la seconde. Alors que je m'apprête a saisir la bougie, Ashara se penche vers le serpent non sans provoquer une légère réaction d'inquiétude de ma part : n'ayant aucune connaissance des serpents de la région, impossible de dire si ce truc est venimeux ou inoffensif...

Elle sait ce qu'elle fait hein ?

Sans doute. Avec un soupir, je récupère la bougie et, sans un mot me dirige vers une échoppe non loin où femme fait revenir des brochettes... Non sans accorder une pensée aux appétissants morceaux de viande en train de cuire, je salue la cuisinière avec un sourire :

« Bonjoul, paldon, pouvoil demander du feu ? »

Pour accompagner ma question, je lève ma bougie et désigne la mèche tristement éteinte.



Interaction avec la madame en cours de gestion sur discord...

Modifié par un utilisateur lundi 31 octobre 2022 22:25:17(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 1 utilisateur a remercié Anadethio pour l'utilité de ce message.
Offline Capuche  
#10 Envoyé le : samedi 5 novembre 2022 14:39:36(UTC)
Capuche
Rang : Nouveau
Inscrit le : 25/06/2017(UTC)
Messages : 1

Mais, mais,mais... Qu'est ce qu'il a, l'autre grand frère, à vouloir se la jouer protecteur? Et puis se la joue-t-il seulement protecteur? Spécialiste en étourderie? Je vais t'en ficher moi du hérisson...
Heureusement pour les côtes ou les pieds de son grand frère, qui auraient en temps normal dû répondre de cette fausse attitude paternaliste, Lashi est bien trop occupée à tenter de conserver une image noble et attentive devant celui qui s'avère de plus en plus d'être à même de lui autoriser un accès, ne serait-ce que temporaire, à la fameuse Académie.
En fait, toute à son attitude contrite et sage, la jeune shisk en occulte la quasi globalité de la présentation des autres candidats.
Mouais, après tout, ce n'est pars parce qu'ils ont été jugés, EUX, dignes qu'ils méritent forcement de l'attention, si? Cela sera son excuse lorsqu'elle réalisera un peu tard qu'elle n'a pas vraiment écouté ce qui s'est passé autour d'eux. A peine un coup d'oeil à un chat, parce que, comme animal, il mérite le respect, mais l'attention est brève et quelque peu perturbée par le sentiment que ce félin.. n'est pas si animal que ça.
Etrange.

Mais voilà que Maître Ot a repris la parole.
Il semble hésiter, ses yeux fureter, revenir à elle, repartir. Nerveuse, la shisk a instinctivement serré le bras le plus proche d'elle, en voilà un qui va payer pour les côtés et pieds épargnés plus tôt, alors que, toute à son stresse, Lashi lui enfonce les ongles dans la chair à travers ses vêtements.

Ahah, je l'intrigue Tu n'es pas au bout de tes surprises petit père...
Bon ... Un test. Soit, cela paraissait normal après tout que de devoir répondre de certaines aptitudes. Et le vieil homme a même la bonté de tous les faire participer et pas seulement elle. Si c'est pour éviter de la stresser, il en est tellement adorable qu'elle est prête à lui faire un bisou, la maintenant.
La liste des épreuves s'égrène. Et un grand sourire apparait sur le visage de l'apprentie druidesse quand apparait un joli oiseau, venant utiliser le bâton du vieil homme comme perchoir. Puis voici un serpent.
Elle en sautillerait presque d'un mélange d'excitation et d'allégresse. Voilà une épreuve qu'elle devrait réussir à passer sans grandes difficultés.

Un coup d'oeil autour d'elle. Comment vont réagir les autres?
Bon pour Losshiu, sans surprise, il va chercher une solution dans... tenez vous bien... ses grimoires bien sûr.
La-dame-elfique-aux-éclairs semble adopter une attitude plus... attentiste.
Et la dame-elfique-mais-pas-trop-à-l'accent-bizarre... semble s'éloigner chercher ailleurs... Mouais.

Bon voila Fuyël qui décampe. Zyra s'est redressée, attentive à savoir si elle doit le suivre pour l'assister ou l'embêter, un mélange auquel elle réussit habituellement plutôt bien et sans grande distinction. Il semble avoir pris comme direction... comme si il cherchait à quitter la ville et...
Oh... le grand frère aurait-il vraiment toutes ces sortes d'informations dans ces bouquins? Enfin ca parait bien handicapant que d'avoir besoin d'invoquer un grimoire- et devoir le protéger de la pluie - dès qu'on cherche à se souvenir d'un détail pour le moindre animal.

Donc Fuyël est probablement parti à la recherche d'un nid de cette adorable caille bleue qui les fixe tous depuis son perchoir. Si on compte la distance depuis les champs et le temps nécessaire à trouver un nid...Oui il devrait y'avoir largement moyen qu'elle fasse plus rapide. Et même pas besoin de demander à Zyra de saboter les plans de son frère. Ça ne serrait pas fair-play si très shisk de les mettre en porte à aux lors du test d'admission.
Mais ce serait marrant.
Mais non, soit.

La jeune druidesse s'approche alors du perchoir improviser, et penchant la tête, capte le regard de la caille, interrompant une trille ébauchée lorsque l'oiseau plante son regard dans le sien.
Et une voix chantante semble venir répondre au chant de l'oiseau.

«  Manu, manu ataahua, whakarongo mai ki toku reo, no te mea he hoa ahau nou me te hoa o te ahua whaea.
Manu, manu ataahua, whakarongo mai ki taku reo na te mea kei te pirangi au i to awhina. Ko te whaea, na tenei tangata, ka whakamatau ahau, A kia angitu, ka hiahia ahau ki tetahi o o huruhuru.
Manu, manu ataahua,kei te pirangi koe ki te awhina i ahau? »


Druidique


L'oiseau penche la tête un instant, puis jette une note, et semble jauger la shisk un instant.

****


Il faut un instant à Lashissora pour réaliser que sa complainte en a ému plus d'un. Car le serpent à museau à pelle garundi - oui pour les profanes, ne chercher pas à sortir un bouquin ça en est un - semble avoir été intéressée par sa sérénade et le voila qui s'est déplié, a franchi l'espace qui le séparait de la main d'Ashara et s'est servi de son bras puis de sa nuque comme un tremplin vers la jeune Shisk. Et maintenant, juché sur la tête de l'apprentie originaire du Kotugang, le corps à moitié dressé à la verticale, il semble réclamer sa part d'attention.
Souriante, Lashi tend la main vers lui et semble entonner un nouveau chant, et si c'est incontestablement le même dialecte, la vhoix semble bien plus sifflante et serpentine.

«  Kia ora toku ataahua, he ngawari koe, he ataahua koe. Ko Lashi toku ingoa, kei te pirangi koe ki te awhi?
Ka mihi ahau ki a koe mo te kore patai atu ki a koe mo tenei whakamatautau. He pono ka taea e koe te awhina i ahau pera me koe ka awhina i taku hoa i raro i a koe. Na te mea ka kite koe, ka maia tenei tangata ki te rapu i to mea ngaro.
E hoa nakahi, nakahi ataahua, kei te pirangi koe ki te awhina i a matou? »


Druidique


****


Lorsque Lashissora se rend compte, après la trille et le serpent, que deux batraciens se sont rapprachés jusqu'à se faufiler entre les sandales de Maître Ot, et la dévisagent avec attention, comme si réclamant son attention ou bien leurs propres tâches à effecteur, la jeune shisk ne peut s'empêcher d'éclater de rire.

«  Je crois que je suis en train de tomber amoureuse de votre ville, Maître Ot. »

*****


Lashissora utilise Empathie animale et son don d'Impression de groupe sur les animaux présents.
Empathie animale (Diplomatie) : 1d20+4 donne [20] + 4 = 24

Lashissora charme une trille et câline un serpent.

Modifié par un utilisateur samedi 5 novembre 2022 15:56:49(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 1 utilisateur a remercié Capuche pour l'utilité de ce message.
Offline Hikari  
#11 Envoyé le : mercredi 9 novembre 2022 16:51:45(UTC)
Hikari
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 06/06/2018(UTC)
Messages : 115

Si la demi-orch semble surprise de l’accolade d’Ashara, elle s’y fait rapidement, faisant de même et bombant le torse, un grand sourire dévoilant des canines témoignant de son héritage.

«  Ha ! T’as bien raison yeux-d’éclair ! Et puis ça va être sympa !  » réplique-t-elle de plus belle, d’une humeur rayonnante.

Tandis que, de son côté, le pangolin de Losshiu s’éloigne en direction des champs, un léger sourire se dessine sur le visage d’Ot. Si ses flammes ont pu attirer l'attention de Gideon, l'enseignant semble davantage intéressé par ce qui se cache derrière la tête du shisk. Silencieux, celui-ci semble curieux de la manière de procéder de chacun d’entre vous. Impassible, sans la moindre once d’impatience, son regard saute lentement d’un étudiant à l’autre, observant Vâta s’éloigner, s’amusant peut-être à essayer de deviner ce que chacun tentera de faire.

La ganzi s’approche du serpent avec attention, réveillant chez ce dernier une pointe de curiosité, mais sans pour autant l’inciter à faire le dernier pas. Ces quelques centimètres de distance semblent lui convenir à ravir, et suffisent à offrir quelques informations des moins communes à la thaumaturge. Vint ensuite l’intervention de la jeune shisk, brillant par sa complainte druidique, offrant à ses pairs un parfait spectacle d’introduction pour une école de ce genre, au plus grand plaisir du professeur.
L’oiseau consent même à se piquer une plume en cours de mue, et à la laisser tomber à destination de Lashissora, agrémentant “l'offrande” d'un chant joyeux. Le serpent, en revanche, semble apprécier les câlins, mais ne siffle mot, fidèle à son invocateur, réveillant un rictus chez ce dernier.

«  Très belle prestation... Je suis heureux que cette ville vous plaise, chère étudiante. Elle est le fruit des rêves de bien des gens…  » répond-t-il, insistant sur le mot “étudiante”.


Si l’orch semble encore indécise quant à la manière d’aborder l’un des problèmes et accorde plus d’attention à vos propres expérimentations, n’hésitant pas à féliciter Lashissora, l’autre demoiselle s’avance calmement au centre du groupe, et ramasse délicatement l’os. Puis, posant un genou à terre, elle ramasse de son autre main une poignée de terre rendue boueuse par la pluie, et la tartine copieusement sur l’os, tâchant de le recouvrir entièrement. Une fois sa tâche terminée, elle joint les mains puis forme un sceau, lançant un sortilège sur la terre. Aussitôt, celle-ci semble se purifier et se transformer en une sorte de plâtre argileux.

« Khakhun ni phraxathiiii, kalang khaniiiii…
Khakhun ni phraxathi, chnaa shuuuk…
Chnaa shuuuk…

Khwam klaw læa, khwam xabxay niii...
Cebapiwa læa ser akotaaaa…
Ser akotaaaa… »
chantonne-t-elle doucement, avant de se redresser, lançant un regard à Ot.


Sylvestre :


«  C’est comme ça que l’on rend hommage aux défunts, par chez moi.  » explique-t-elle simplement, un léger sourire aux lèvres, ce dernier restant terni par son regard.


Du coin de l'oeil, Maître Ot regarde vers l’horizon, où les curieux peuvent voir Fuyël revenir, une grande plume bleue en travers de la gueule. L’homme se retourne alors vers vous.

«  Aha ! Je vois que vous avez l’esprit vif… Alors jeune dame, avez-vous appris quelque chose… ? Ou préférez-vous que votre ami vous offre une réponse ?  » répond-t-il sans animosité, mais curieux de l’esprit d’Ashara.

Puis il se retourne vers l’orch.
«  Et vous, tenteriez-vous quelque chose… ?  »


Se grattant la nuque, Gideon semble tout d’abord décontenancée, sensiblement pas au niveau. Puis un rictus naît sur le coin de ses lèvres, tandis qu’elle s’approche du caillou, remarquant sa forme. Elle vient s’en saisir et le positionner d’une manière particulière, comme un galet que l’on ferait tenir en équilibre sur la tranche la plus étroite. S’en suit une sorte de danse que certains qualifieraient de ridicule ou de burlesque, une danse se concluant par un violent balayage du pied, un coup frôlant la pierre sans la toucher, mais l’entrainant dans une
pirouette que l’orch s’empresse d’imiter, concluant par une révérence.

Puis elle retrouve son ton légèrement gêné habituel.
«  Je ne l’ai pas touchée ! …ça compte ?  »

Modifié par un utilisateur jeudi 10 novembre 2022 08:59:19(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Boadicee  
#12 Envoyé le : mercredi 9 novembre 2022 21:01:52(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745



Ashara étouffa un instant tout ce qui se passait autour d'elle. Le fracas de la pluie, le chant de Lashissora, la lointaine discussion de Vâta avec une marchande, les hésitations de Gideon et le chant funèbre de Teri'i, le contact de la pluie et le souffle du vent. La sensation était familière. Comme surgie de nulle part, une certitude se fit jour dans son esprit. Un serpent à museau de pelle...inoffensif, mais elle n'irait pas envahir son espace pour autant s'il ne souhaitait pas le contact. Ce serait extrêmement grossier. Ashara, souriant à demi pour elle même, repéra aussi les lignes du motif à damier sur le serpent. Intéressant.
« Tu ne manques pas de particularités intéressantes, dis moi...Moi aussi j'ai une peau qui est un peu étrange, regarde! »

Elle se concentra intensément, et quelques étincelles blanches dansèrent sous la surface de sa peau, le long de ses doigts, avant de s'évanouir. Le monde lui revint, et Ashara adressa un clin d'oeil au serpent avant de se redresser, laissant le reptile serpenter vers Lashissora dont le chant l'intéressait clairement plus - la shisk était une véritable charmeuse d'animaux, pas doute là dessus - reportant son attention sur Maître Ot. mais avant qu'elle ne réponde, Gideon eut une idée....

L'orch était pour le moins inspirée, et sa dance, particulièrement sa réussite, arrachèrent un rire perlé à Ashara. Elle adressa à Gideon un sourire joyeux.
« Ca c'est de l'idée! Je n'y aurais jamais pensé! Et je danse avec la grâce d'une enclume. Et puis...et bien, tu démontres que l'ingéniosité compte au moins autant que la magie! »

Elle s'éclaircit la gorge, et répondit à la question de maître Ot.
« J'ai appris que ce serpent était parfaitement adorable...mais aussi qu'il a probablement un jumeau spirituel, du moins si l'on en croit les légendes. »
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Offline Anadethio  
#13 Envoyé le : samedi 12 novembre 2022 23:06:03(UTC)
Anadethio
Rang : Habitué
Inscrit le : 19/06/2015(UTC)
Messages : 2,384
Une lueur de curiosité dans le regard, peut-être davantage intéressée par la situation elle-même que par le commerce avec une potentielle cliente, c’est avec plaisir que la marchande tend la main vers ta bougie, paume ouverte. Ayant remarqué ton élocution particulière, elle s’exprime plus lentement que la moyenne des autochtones, d'une voix légèrement chantante, ce qui ne te manque pas de te rappeler les carillons de la ville.

« Bonjour. Du feu ? Tenez, donnez-moi votre bougie…
Vous n’êtes pas de la région, je me trompe ? Vous venez du Nord ? Vous avez déjà goûté aux brochettes de syncerus ? Par ce temps, ça vous remet du baume au cœur !  »
annonce-t-elle toute contente.


Commerçante jusqu'au bout des ongles visiblement. Je lui adresse un sourire en lui répondant :

« Non... L'est loin. Vanala. Venue pou l'accadémie... Beaucoup m'aider pour un test. Comment avez dit ? Synerlus ? C'est quoi ? Combien ? J'ai pas gland chose... alive tout juste... poul ça mon accent. »

Je peux bien envisager de lui acheter une brochette en échange de ce service. De toute manière il commençait a faire faim... Mais autant éviter de se ruiner dans l'affaire. Je n'ai aucune idée de combien de temps mon pécule tiendra encore...

Toujours souriante et intéressée par les explications, la marchande maintient sa paume ouverte, ne se voulant pas insistante plus que de raison, mais néanmoins toujours encline à rendre service pour la bougie, même sans échange commercial. De l’autre, elle récupère au bout d’une pique un petit morceau de viande légèrement grillé, aromatisé par une sauce locale.

«  Vanala ? Je ne crois pas connaître. C’est vers où ?
Du syncerus. C’est une… sorte de buffle local, de l’ouest. C’est plutôt tendre. Tenez, vous voulez goûter un échantillon ?  »
propose-t-elle, tendant le petit bout.


Certaines offres ne se refusent pas mais je prend tout de même la peine de jeter un oeil en direction de maître Ott au cas ou il présenterait des signes d'impatience... Non ça a l'air d'aller même s'il me semble remarquer que le serpent n'est plus là ou il aurait du... Bref. Pas de raison de refuser.

Je lui tend la bougie tout en récupérant le morceau de viande qu'elle me tend...

« Melci ! Vanala est loin de l'autle côté de la mel, aplés Quadila. »

A présent en plus d'avoir du feu, me voila en mesure de découvrir une nouvelle saveur. Merveilleux... j'enfourne le morceau de viande avec plaisir...

Allumant la bougie avec plaisir -et difficulté, faute à une mèche humide-, plaisir croissant lorsque tu portes la viande à ta bouche, elle te rend la bougie, bien que la pluie ne menace déjà la flamme, laquelle vacille à vue d'oeil.

«  Alors ? ça vous plaît ?
Vous... comptez faire quoi avec cette bougie ?  »
demande-t-elle, curieuse.


Hum... Intéressant. Je n'irais pas jusqu'à dire que je préfère les épices locales à un bon masala mais il est clair que je pourrais m'y faire. Consciente que mélanger accent incertain et bouche pleine risque de me rendre totalement incompréhensible, je finis soigneusement de mâcher avant de répondre :

« Tlés bon ! Venil manger ce midi si maitle Ott bien vouloil... bougie poul lui... Pouvoil tenil un instant ? Poul pluie... »

Rapidement, je récupère mon plateau de Chaturanga dans mon sac pour le positionner au dessus de la bougie que je récupère du même mouvement.

« Heu... exelcice. Mailte Ott demande. Je fait. »

Du nez, je désigne les autres... Vu la pluie mieux vaut ne pas trop trainer tant que je n'ai pas pu montrer la bougie allumée.

Aidant avec plaisir, son regard se fait soudain plus dubitatif, avant de briller de nouveau.
«  Maître Ot ? Takulu Ot ? Passez lui le bonjour de ma part !

Et avec plaisir ! Revenez manger quand vous voulez ! Et n’hésitez pas à en parler à vos amis !  »
conclue-t-elle joyeusement, avec un immense sourire sincère.


Je m'incline (prudemment pour ne pas risquer d'exposer ma petite flammèche à la pluie) pour la remercier encore une fois... Visiblement notre professeur est connu. Un instant j'envisage de lui demander son nom pour pouvoir transmettre plus précisément ses salutations mais... et bien je commence a me dire que discuter avec une commerçante a quelques dizaines de mètres des autres n'est pas le meilleur moyen de sociabiliser...

Il y a bien sur l'option de ramener des brochettes mais je ne peux pas en transporter six en plus de ma bougie. Sans compter qu'il y a un risque de tomber sur un végétarien... sait-on jamais. Après tout c'est aussi une école de druidisme.

Bon. Ca et ma situation financière qui appréciera que je ne paye pas cinq repas en plus du mien... autant commencer par apprendre combien me coûtera réellement la vie avant de se montrer dépensière, même pour de bonnes raisons. J'adresse un dernier mot à la charmante marchande :

« Plomis ! »

Et me voila donc en train de rejoindre le groupe hétéroclite de nouveaux étudiants... Juste à temps pour admirer la technique pour le moins amusante de la demis-orc. J'aurais probablement utilisé d'autres cailloux pour ma part mais l'idée du vent est clairement plus proche de l'esprit.

En approchant plus encore, j'entend la-femme-vaguement-elfique-à-la-peau-noire parler de légendes... Mais qu'entend-elle par "jumeau spirituel" ? deux mots accolés qui ne me disent rien... Je n'hésite qu'un petit instant avant de demander :

« Paldon... pas avoil complis "jumeau spilituel"... lien à voil avec l'alcool hein ? Et c'est quoi "jumeau" ? »

Autant assumer mes "quelques" lacunes linguistiques. Ce n'est pas comme si ça ne s'entendait pas a chaque fois que j'ouvrais la bouche de toute manière.

En tout cas, puisque je ne suis pas la seule a plus tabler sur l'ingéniosité que sur la magie, autant assumer jusqu'au bout. Avec un regard malicieux, j'éteint ostensiblement ma bougie...

« Aussi pouvoil fail avec du bois et de la colde, un... une... désolée, pas connaitle les mots... un peu comme un alc mais ça long et fatigant et mal connaitle bois ici. Ou alol comme ça... »

Avec un grand sourire, je tend la bougie à Lossihiu l'homme-à-plumes-qui-fait-du-feu-magique...

« Tu veux bien aider moi ? »

thanks 1 utilisateur a remercié Anadethio pour l'utilité de ce message.
Offline Luciole  
#14 Envoyé le : dimanche 13 novembre 2022 21:24:55(UTC)
Luciole
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 1,649

Une chose est certaine, absolument certaine, c’est que cette noiraude là était beaucoup trop tactile à son goût. A la pensée qu’il aurait pu se trouver à la place de Gideon, cible des attentions d’Ashara lui provoque un frisson avant qu’il ne se rassure intérieurement, rien dans son attitude ne laisse à penser qu’il apprécierait de se faire confondre avec on ne sait quelle peluche. Ils n’ont pas gardé les chiroptères ensemble !

Il ne peut cependant s’empêcher de lever un sourcil devant ce qu’il entends de la déclaration… adorable ? Non mais.. même Lashi n’a plus sorti de truc pareil depuis ses 5 ans… C’est juste un museau de pelle Garundi. Elle a de la chance qu’il ne soit pas venimeux et qu’il soit plutôt affectueux avec les humains. ,

La dessinatrice étrangère s’était éloignée et… oh.. pourquoi il était surpris déjà ? Au moins cette fois sa sœur s’était contenté des crapauds alentours et avait évité les termites. Gé-ni-al. Bon, et bien au moins avec cette sublime prestation il était enfin débarrassé de cette responsabilité. Le shisk se sentit une brusque envie de pousser un cri de victoire ! Enfiiiin ! Maintenant personne ne pourrait plus lui reprocher de ne pas avoir géré sa tornade de sœur. Elle était enfin responsable d’elle même. Enfin en théorie. Bha il allait y croire lui à la théorie. Fini les soucis !

La prestation de… heu… Teri’i attire soudain son regard. Elle s’intéressait à l’os c’est bien ça ? Le mage reconnut brièvement le sceau et le sort lancé. Un emplâtre de boue… Et un chant appartenant à un peuple guerrier de toute évidence. Un chant pour honorer ceux tombés au combat ? Cette histoire de boue lui disait quelque chose…

« Oh ! Mais ça serait pas une tradition Zenj ? » S’étonne t’il à voix haute. « Enfin, c’est pas tout à fait ça mais… c’est tiré de leurs coutumes ? » Oups… lui et sa grande bouche. Mais entre le soin aux ossements et l’usage de boue magique… Au pire, elle ne répondait pas.

La danse de l’orc le fait sourire. Bon, au moins elle était plutôt de bonne constitution même si la magie allait être une sacrée nouveauté pour elle. Et cette fois, il n’arrive pas à se retenir de commenter ce que dit Ashara…

« En même temps, si nous avons été invités, c’est bien que nous savons tous nous servir de notre tête au moins un minimum. D’autant que certains au Magaambya valorisent avant tout l’imagination et la créativité… Alors on pouvait se douter qu’il y a de multiples façons de remplir ce test...Et pour ce qui est de la magie, de toute façon vous n’en faites juste pas encore. Je doute qu’on puisse être eleve ici sans en apprendre rapidement les bases… » Un coup d’oeil vers le professeur. «  Ai je tord Maitre Ot ? »

Le retour de l’étrangère à l’accent chantant avec sa bougie allumée confirme qu’il y a plusieurs moyens de réussir… D’ailleurs elle… lui demande du feu ?

« Heu oui bien sur.. »

Par contre il risque d’être plus simple de… faisant apparaître de nouveau une flamme, il dirige le doigt vers la bougie qui s’allume une nouvelle fois…

« যম jumeau একটি যমজ। তিনি আধ্যাত্মিক যমজ সম্পর্কে জ্যোতিষ অর্থে আমি মনে করি। কিন্তু আমি জানি না তিনি কোন কিংবদন্তির কাছ থেকে গারুন্ডি বেলচা থুতু সম্পর্কে এই তথ্য পাবেন...আমি আশা করি সে আমাদের এভাবে ক্ষুধার্ত থাকবে না! ওহ, আমার কলম আসছে! »

Elfique

Ben quoi… quand on mentionnais des légendes, fallait en dire plus ! Il allait falloir la cuisiner ou se plonger dans des bouquins si elle ne développait pas davantage son propos. C'était trop frustrant.

Récupérant la plume que lui tends fièrement le familier, il adresse un regard interrogateur à leur instructeur ainsi qu'à Ashara.
thanks 2 utilisateur ont remercié Luciole pour l'utilité de ce message.
Offline Capuche  
#15 Envoyé le : jeudi 17 novembre 2022 13:36:24(UTC)
Capuche
Rang : Nouveau
Inscrit le : 25/06/2017(UTC)
Messages : 1

Si le sourire est reconnaissant lorsque la shisk recueille du bout des doigts l'offrande de la trille, il échoue dans sa tentative de fausse modestie et est clairement triomphant lorsqu'elle Lashissora expose son trophée à Maître Ot. Et se trouble à sa réponse, toute émue de son succès.

Etudiante
Aux diables les anciens grincheux qui ne l'ont pas jugé dignes, voici l'avis d'un professeur de l'Académie.
Elle a réussi. Sans recommandations. Elle toute seule.

Une bouffée d'allégresse l'envahit, et Zyra observe un instant d'un air perplexe la tête que fait sa shisk de compagnie.

Ce sont les félicitations de l'étudiante-aux-dents-pointues qui la sortent de son cocon.
Ah euh oui euh merci... Zut, comment avait -elle dit qu'elle s'appelait celle-là?

«  Merci Professeur  » Une inclinaison de tête à Ot démontre la reconnaissance de la jeune shisk
«  Et euh, merci à toi aussi, on peut dire que j'étais avantagée, j'adore les animaux  » répond-t-elle ensuite à sa fan aux trop longues dents.

Bon euh... Essayer de se concentrer sur les évènements. Elle a déjà raté les présentations, rater les démonstrations et talents de chacun serait probablement

Mais elle était acceptéééééééée!
thanks 2 utilisateur ont remercié Capuche pour l'utilité de ce message.
Offline Hikari  
#16 Envoyé le : lundi 21 novembre 2022 21:06:38(UTC)
Hikari
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 06/06/2018(UTC)
Messages : 115
Tandis que les échanges fusent, au plus grand plaisir d’Ot à en juger par son sourire, celui-ci reste silencieux, en fond de scène, gratifiant d'un hochement de tête chaque réussite. Chacun résout les “problèmes” à sa manière, faisant tantôt preuve d’ingéniosité, tantôt de talent pur, mais toujours de quelque chose de propre à chacun. Peut-être que c’était avant tout ce que recherchait le professeur.

Gênée, mais agréablement gênée, la demi-orch se confond en remerciements devant Ashara et Lashissora et en admiration mal dégrossie pour la réussite de chacun, semblant apprécier l'idée de vous côtoyer à l'avenir, tandis que Teri'i se retourne agréablement surprise vers Losshiu, un sourcil relevé.


«  Effectivement… C’est une coutume qui nous vient des Wareegyadas. Hélas, je n’en sais guère plus…  »

Connaissances (Mwangi, Histoire), DD15 / Autres lores possibles à la demande :

«  … Mais si vous désirez discuter de peuples et d’anciennes coutumes, j’en serai ravie.  » conclue-t-elle avec un sourire, mais un sourire bien moins sain que celui de Gideon ou d’Ot.



Notant que chacun avait rempli une épreuve avec brio, Ot reprit la parole afin de répondre à la question de Losshiu.

«  Précisément Losshiu, précisément… Lorsque l’on possède le potentiel et l’état d’esprit, apprendre n’est guère qu’un temps consacré à ce que l’on souhaite savoir... Merci de vous être prêtés à ce petit test, j’ai pu voir une mince facette de qui vous êtes, et ce que je vois me plaît. Je vais vous expliquer la raison de ce test.  »

Il retrousse ses manches, et s'assoit sur l’un des rebords du pont, bien que mouillé par la bruine. En dessous de vous, un bâteau de pêche passe et l’homme salue Ot, lequel lui rend la politesse, accompagnant le geste d’un de ses sourires dont vous n’avez déjà plus le compte.

« À Magaambya, nous cherchons à comprendre nos différences. Là où d'autres pourraient rejeter un trait physique ou comportemental comme s’il était gênant, nous comprenons que les choses qui nous rendent uniques dans la vie sont la clé de qui nous sommes, en tant que personnes j’entends. Et c'est qui nous sommes en tant que personnes qui définit notre magie. Parfois, ce sont des choses qui sont différentes chez nous, des choses que les sociétés nous ont appris à détester, qui nous montrent ce que sera notre talent. Au Nord par exemple, on dit que les enfants aux cheveux blancs ou roux ont un fort potentiel magique. Ici à Nantambu, nous reconnaissons que les gauchers sont doués pour annuler les sorts.


Une de mes étudiantes, l’une de vos camarades de dortoir d’ailleurs, est terrifiée par les papillons et les insectes, même si elle trouve cela ridicule. Pourtant, peut-être en partie grâce à cette peur de se faire surprendre, elle a l'un des esprits les plus méticuleux et ordonnés que j'aie jamais vus, notamment pour les jeux et la stratégie.
Parfois, nous ne comprenons pas qui nous sommes, et ce manque de compréhension cause de la douleur. Les personnes mal à l'aise dans leur propre peau s’avèrent souvent être des métamorphes incroyables, mais se sentent souvent déstabilisées jusqu'à ce qu'elles trouvent la forme qu'elles étaient censées avoir.  »


Le visage du professeur Ot devient plus sombre pour la première fois, puis il poursuit.
« Parfois, nos talents ne se révèlent pas par des moyens heureux… Un étudiant ici avait une famille qui a planifié sa vie entière de sa naissance jusqu'à sa mort, le punissant quand il s'écartait de ce chemin. Il n'a trouvé la liberté que dans le repli sur soi, sur la tombe de ses aïeux et, son potentiel magique s'éveillant, il a commencé à entendre les voix des morts. Ici, il a la liberté de choisir sa propre voie, mais son affinité pour la nécromancie reste forte malgré tout...  »

«  L’étude de la nécromancie… est interdite ?  » demande naïvement Gideon.

«  Aucun savoir n’est interdit à Magaambya, seulement certaines pratiques.  »


Il marque un petit temps de pause, laissant qui le souhaite poser des questions, avant de continuer.

«  Vous n'êtes pas obligé de le partager, mais je veux que vous vous demandiez : qu'est-ce qui vous définit vous-même, même si les autres le remarquent rarement ? Y a-t-il quelque chose en vous qui vous attire, défiant peut-être toute explication rationnelle ?
Ainsi, je reviens à ma première question : peut-être certains d’entre vous découvriront qu’ils ne se sont jamais réellement présentés à eux-mêmes…  »
conclue-t-il avec un sourire mielleux.

Autre petit moment de calme, avant qu’il ne se frotte les mains.
«  Bien… Est-ce qu’il y a des questions, avant que je ne vous présente le campus et vos dortoirs, mes chers élèves ?  »

Offline Boadicee  
#17 Envoyé le : mardi 22 novembre 2022 22:54:10(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745



Ashara s'en trouva presque embarassée de voir Gideon se confondre en remerciements. Elle n'avait fait qu'exprimer ce qu'elle pensait, rien de plus, et elle n'était pas exactement sûre de pourquoi l'orch lui en était à ce point reconnaissante. Elle n'eut pas beaucoup de temps pour explorer cette ligne de réflexion, en revanche, car Ot reprit la parole, et ce n'est qu'à ce moment là qu'elle réalisa que tout le monde avait accompli l'épreuve. Dissimulant son embarras derrière sa curiosité, elle prêta une oreille attentive aux paroles du professeur.

Elle s'attendait à ce que le discours soit intéressant. Ce qu'elle n'imaginait pas, c'est qu'il la mène à une telle réalisation.

Les choses qui nous rendent uniques dans la vie sont la clé de qui nous sommes.....Qu'est ce qui la définissait?

Elle était tentée de répondre sa curiosité, mais de toute évidence tous les candidats de leur petit groupe étaient aussi curieux. Et quel genre de personne irait étudier sans curiosité...?
La réponse rôdait dans les recoins de son esprits. Elle n'avait jamais véritablement conversé avec l'esprit qui la suivait pas à pas depuis sa naissance si l'on en croyait les oracles, mais elle pouvait le sentir. La présence n'était jamais plus réelle que lorsqu'elle était au coeur d'un conflit, mais elle ne cessait jamais complètement.

Etait-ce ça qui la rendait unique? Elle avait espéré trouver des réponses à Magaambiya, mais elle craignait de devoir mener ces recherches là discrètement...La ganzi n'avait jamais songé qu'elle pourrait tout simplement peut être se reposer sur les autres, étudiants comme professeurs...et peut être même prendre son courage à deux mains et essayer de nouer un contact avec l'esprit? Ca remplissait certainement le critère de défier toute explication rationnelle...et l'attitude de Magaambiya par rapport à ce qui était par ailleurs jugé "de mauvais augure" paraissait encourageante.

Ashara sortit de ses réflexions, dénuée de son habituel sourire, réalisant tout juste que la question d'Ot était toujours en suspends. Elle hésita..et franchit le pas.
« Maître Ot...ma...spécialité, disons, est plus ésotérique que la plupart des disciplines surnaturelles. Comment ce genre de choses est il considéré à Magaambiya? La possession fait elle partie des pratiques interdites? »
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Offline Capuche  
#18 Envoyé le : mardi 29 novembre 2022 00:00:06(UTC)
Capuche
Rang : Nouveau
Inscrit le : 25/06/2017(UTC)
Messages : 1

Sacré frangin. Toujours cette curiosité envers les étrangers.
Et pis... toujours cette volonté de crâner. Le pire, c'est que c'est probablement instinctif et inconscient chez lui. Blabla coutume, blabla traditions.
Il avait toujours adoré voir débarquer des caravanes étrangères au village...

Mais bon... son petit discours là. La minute nostalgie passée, et encore sous le charme de son admission, Lashi se demanderait bien si il ne le taquine pas un peu. Encore une fois, inconsciemment, ca serait bien son genre. Gniagnia, nous les "invités".

Et bien, va falloir admettre qu'il n'y a pas que les invités qui savent faire leurs preuves, na!
C'est une once de prestance qui l'empêche de tirer la langue à son frangin ou d'aller lui faire une remarque.

Ca et le fait que Ot a repris la parole.
Des talents divers.
Des différences.
Des incompréhensions.
Des voies différentes.

Le Savoir semble tellement vaste ici. Tellement hétérogène. Tellement diversifié, varié, vivant, dans la bouche de votre professeur du premier jour.
Et pourtant.
Son interrogation reste pour l'instant une colle pour la jeune Shisk.

Qu'est ce qui la définit elle-même?
Sur le coup, cela parait tellement évident comme concept, ce qui la différencie des autres du village, ce qui l'a poussé à aller chercher enseignement ailleurs, poussé à suivre Losshiu.
Mais lorsqu'il s'agit de mettre un mot dessus ou de le réduire à un simple concept.
C'est tout de suite beaucoup plus abstrait, et il ne lui semble pas qu'elle pourrait répondre à cela au débotté.

La jeune druide caresse Zyra entre ses oreilles, tout à son trouble de tenter d'établir une réponse.

Modifié par un utilisateur samedi 10 décembre 2022 21:00:36(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Anadethio  
#19 Envoyé le : jeudi 1 décembre 2022 11:24:15(UTC)
Anadethio
Rang : Habitué
Inscrit le : 19/06/2015(UTC)
Messages : 2,384

Bon... Et bien avec celui-ci il n'était donc pas utile de faire des efforts au delà de ce qui était demandé. Ou alors il le cachait bien et son sourire dissimulait un caractère plus manipulateur. Vu les manières du seul autre professeur que j'avais croisé quand venait le moment de marchander... il fallait envisager que ce soit là une marque de fabrique.

Dans tous les cas, en plus d'avoir gracieusement accepté de rallumer ma bougie (que j'avais immédiatement replacé à l'abris de la pluie) il avait eu la gentillesse de répondre à ma question à propos de cette histoire de "jumeau spirituel". Et en elfique... dans un elfique compréhensible malgré l'étrange accent. Et ce qu'il raconte fait nettement plus sens qu'un alcool de jujube.

Elfique
« Merci d'la traduction ! Franchement, si tu veux bien, je sent que tu vas régulièrement me sauver la mise dans les temps qui viennent... Tien et d'ailleurs. Le prend pas mal s'il te plait mais... vous êtes quoi ta sœur et toi ? J'ai jamais croisé de gens comme vous au Vudra. »


Techniquement en dehors de Gidéon je n'aurais pas été fichue de donner l'ascendance d'un seul des nouveaux élèves. Mais les deux autres avaient plus le physique de qui, comme moi, a subi une influence planaire ou magique.

Le professeur se lance dans une longue explication que je ne parviens pas entièrement a suivre. Il semble vouloir nous faire réfléchir à nos faiblesses au moins autant qu'à nos forces et expliquer que ces dernières peuvent bien souvent découler des premières...

A un moment, tu glisse discrètement une question à Losshiu :

« Néclomancie ? »

Avec le contexte j'ai bien une idée sur ce que ça signifie mais autant s'en assurer... Et puisque le professeur répond à la question de Gidéon d'une manière tout à fait mystérieuse et conclut pas beaucoup plus tard en demandant si vous aviez des questions... Et bien...

Alors que je réfléchis a la manière de poser ma question, Ashara en pose une plus ciblée. Alors je laisse filler et songe que c'est peut-être l'occasion de faire la commission dont on m'a chargé.

« Pas question d'aborl... Dame qui m'a donné l'feu m'a dit vous passe le bonjoul. Elle vend des blochettes de syna... syncelu ? Juste là. »

Je lui indique la direction avant d'ajouter :

« Et... pouvoil nous laconter un peu les couls ? Comment se passent ? »

Offline Luciole  
#20 Envoyé le : vendredi 2 décembre 2022 16:46:34(UTC)
Luciole
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/07/2016(UTC)
Messages : 1,649

Il faut bien l’admettre, Lasshi fait preuve de plus de retenue qu’il ne l’en aurait pensé capable. Comme quoi tout pouvait arriver. Losshiu réprime un sourire sarcastique, focalisant son attention sur ce qui se trouvait devant lui.

A savoir la demi elfe bleue et sa bougie. Si une double voix dans son esprit lui rappelle qu’elle n’est ni pratiquante des arcanes, ni shisk, le mage relativise en soulignant qu’il ne s’agit que d’un « pas encore » et non un jugement définitif. Du moins pour les arcanes. Les épines ça va être plus compliqué…

« Pas de soucis. Du moment que le sujet est intéressant en tout cas… » réponds il avec un sourire en coin. Parce que sérieux, il ne va pas se fatiguer à servir de dictionnaire ambulant pour des discussions de troquet de mousson… La suite de la question lui tire par contre un rire. « Tu n’es sûrement pas la seule. Disons que si dix personnes dans cette ville ont déjà fréquenté l’un des nôtres ce sera déjà impressionnant. Nous sommes des shisks. »
Sérieux, dans une ville normale ç’aurait été le nombre de personne ayant simplement entendu une fois dans leur vie parler de l’existence de leur peuple. Même si, l’un comme l’autre bien que pour des raisons totalement différentes n’étaient probablement pas les meilleurs représentants de leur espèce. Lasshi était trop ouverte, et lui… beaucoup trop avide de savoir. « Le Vudra… j’ai entendu une multitude d’histoire sur cette péninsule et les dizaines de royaumes qui le composent. C’est vraiment aussi étrange et grandiose qu’on le raconte ?  »

Maitre Ot les félicite avec … beaucoup de retenue. Bon, ils n’auraient donc aucune certitude de ce qu’il avait derrière la tête en les poussant à se donner en spectacle comme ça. Un truc de prof sans aucuns doutes. Probablement pour se faire une idée un peu plus poussée de leurs tempéraments respectifs. Peut-être aussi pour les inciter à se montrer mutuellement de quoi ils étaient capable et éveiller chez eux un respect mutuel. Respect et curiosité. Mouais… C’était bien dans l’idée de l’Académie. La camaraderie et tout… La réponse était sans doute un mélange de toutes ces raisons. D’autant qu’à priori ça fonctionnait...

Les Warregyadas… le nom lui disait quelque chose, elle ne l’avait donc probablement pas inventé. En tout cas, pour ce qui concerne Teri’i, même si elle lui inspire beaucoup de circonspection, elle sait pratiquer la magie et, aussi important, montre une certaine culture… Ce qui est plus que largement suffisant pour éveiller son intérêt.

« Il semblerait que nous ayons des centres d’intérêt commun. Le plaisir d’une telle discussion sera mutuel. » Réponds-t-il d’un ton leger. Elle aurait peut-être des choses intéressantes à lui apprendre..

Bon… par contre Maitre Ot n’avait visiblement pas vraiment saisit le coeur de son intervention à lui… Mais ça en donnait un peu plus à voir sur la philosophie que lui-même suivait… et sur la raison dudit test. Enfin, l’une des raisons.

Losshiu retint un soupir dépité, décidé à ne pas le laisser paraitre. Connaît toi toi-même ? C’était vraiment ce genre de poncif qu’on lui tendait pour qu’il réfléchisse dessus ? Ce qui faisait sa différence avec autrui ? Son talent, merci. Et son intellect. Et il espérait bien qu’içi ça ne serait pas une différence mais bien une norme. Bon… et s’il voulait être objectif pleins de petits défauts découlant de ça et de sa certitude d’être brillant. Ce qui impliquait bien évidement que pour éviter d’être simplement prétentieux, il avait intérêt à se donner les moyens de l’excellence. Ce qu’il faisait. Seule Lasshi avait peut-être conscience d’à quel point il était mauvais perdant et ô combien il détestait ne pas obtenir la réponse à une question. Et si la réponse n’existait pas, il s’agissait de la trouver au lieu de se contenter d’éluder. La connaissance était après tout une raison et une excuse à la fois.

Si tu plonge longtemps ton regard dans l’abîme, l’abime te regarde aussi avait il déjà entendu… il aimait bien ce dicton et tant pis s’il était pertinent.

Et visiblement sa sœur était plongée dans les profondes réflexions que ça éveillait en elle. Elle ne s'était jamais questionnée ? Il était beaucoup trop simple de perturber Lashi, songea le mage.

« Nécromancie, l'art d'interagir avec l'énergie positive ou négative.  » , souffle-t-il à sa voisine.

La bonne nouvelle dans tout ça, c’est que ça poussait ses futures camarade à en poser elles, des questions. Et à se dévoiler un peu plus. De la...possession ? Voilà qui éveillait sa curiosité. Le regard du shisk se braqua sur la noireaude. En tout cas, elle n’avait pas peur d’évoquer ce genre de sujet en public.

Modifié par un utilisateur vendredi 2 décembre 2022 16:49:31(UTC)  | Raison: Non indiquée

thanks 2 utilisateur ont remercié Luciole pour l'utilité de ce message.
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
2 Pages12>
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

| Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2023, Yet Another Forum.NET