Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

7 Pages123>»
Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline vaidaick  
#1 Envoyé le : mercredi 7 mars 2018 00:20:23(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur
Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,002
L'ost démoniaque


Le 3 Arodus 4717 - Village de la tribu des Sangs Hurlants


hacun après la réunion avait vaqué à ses occupations, et l'après-midi était rapidement passé pour les Champions. Autour d'eux, de nombreux membres du clan s'affairaient à préparer le banquet du soir, sans que le thème n'en soit officiellement connu. Parmi les rumeurs les plus souvent citées, le repas en l'honneur de l'apparition des Champions de la Foi Verte arrivait bon premier. Le centre du village avait été aménagé d'une façon qui rappelait à Aksana le sacre d'Ulf en temps que Chef de Guerre et son union mystique avec celui-ci, mais cette fois-ci, nul chaudron d'herbes de transe n'avait été préparé par Soniela.

Peu à peu, alors que les commerçants et artisans fermaient leurs échoppes, la vie du village affluait en son centre, hommes, femmes et enfants se concentrant en petits groupes au sein desquels les discussions allaient bon train. La luminosité baissait, et déjà un grand feu brûlait au centre de la place, faisant danser des ombres sur les visages et les yourtes alentour.

Soudain, le silence se fit. Ulf fut le premier des trois meneurs de la tribu à sortir de la yourte. Le puissant guerrier portait une armure d'écailles d'un blanc bleuté, l'Armure de Galvnir, une des plus précieuses reliques du clan, qui se léguait de Chef de Guerre en Chef de Guerre. L'histoire disait qu'elle était faite des écailles d'un puissant dragon blanc que Galvnir, un antique héros de la tribu des Yeux des Étoiles, avait vaincu avant l'avènement des démons. Elle n'était portée qu'en de rares occasions, et le simple fait qu'il la porte attestait de l'importance de la soirée. Par dessus celle-ci, une cape en peau de dragon blanc claquait sur ses talons, sublimant sa tenue. Une simple dague était passée à sa ceinture, faisant pâle figure comparée à l'énorme hache dont le manche était passé en travers de son dos, à la lame aux reflets blancs métalliques, et qui complétait sa panoplie de Chef de Guerre.

Il était immédiatement suivit de Soniela, vielle samsaran claudiquant, mais impressionnante avec son masque rituel. Celui-ci, bleu pâle, représentait une samsaran dans la fleur de l'âge, symbole de l'éternité des chamanes du clan. Elle portait sur ses épaules une cape en peau de renne, garnie de nombreuses plumes colorées. Son bâton de marche habituel semblait s'être illuminé tout entier d'une faible lueur blanche l'entourant d'un léger halo.

Puis, Bors sortit de sa yourte, et vint se placer entre eux deux. Le Chef de Clan était vêtu d'un étrange harnois paraissant fait de bois et recouvert de symboles ésotériques, une cape en peau d'ours jetée sur ses épaules renforçant sa carrure déjà imposante. Un long cimeterre pendait à son flanc, sa garde d'ivoire brillant à la lueur du puissant brasier central.

Le trio s'avança, et monta sur une estrade placée là pour l'occasion.

« Sangs Hurlants ! Aujourd'hui, les Champions de la Foi Verte nous ont de nouveau rejoint ! Vous vous en doutez, leur révélation indique de prochains bouleversements pour notre clan ! Les quatre druides originels nous bénissent de leur présence, afin qu'ils nous soutiennent dans nos prochaines épreuves !

Aksana-kila, chamane des Sangs Hurlants, a été choisie pour être à la fois Guide des Champions, et Championne de la Voie de la Terre.
Ilse Ditgarde, chasseuse des Sangs Hurlants, a été choisie pour être Championne de la Voie des Bêtes.
Jormung Frekisgaar, guerrier des Sangs Hurlants, a été choisi pour être Champion de la Voie de la Pierre.
Zorg Zergull, professeur en magie à Nerosyan, a été choisi pour être Champion de la Voie du Feu.

Vous avez dû entendre les nouvelles parvenues de Kenabres : les démons se massent à ses portes. Décision a été prise : nous, Sangs Hurlants, ne pouvons rester indifférents face à cette menace. Les Champions s'y rendront, accompagnés de nos meilleurs guerriers, sélectionné par notre Chef de Guerre Ulf. Nous apporterons notre soutien au Mendev, et repousserons cette horde ! »
Des acclamations accueillirent cette nouvelle, couvrant les bien moins nombreuses - mais malgré tout présentes - exclamations d'inquiétude. Bors leva les bras pour réclamer le silence, et poursuivit son discours.

« Notre clan entier les suivra. Des messagers iront chercher chaque membre des Sangs Hurlants, où qu'ils se trouvent au Mendev, afin que nous nous réunissions tous à Kenabres. Ces terres sont nos terres ! Nous leur devons protection, et nous ne pouvons de nouveau laisser les démons envahir notre patrie !

Alors ce soir, festoyons, mes frères et mes sœurs ! Festoyons, afin de préparer notre départ ! Car dès demain, nous marcherons vers l'avenir de notre peuple ! »

Modifié par un utilisateur mercredi 23 janvier 2019 21:29:04(UTC)  | Raison: Non indiquée

Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
thanks 3 utilisateur ont remercié vaidaick pour l'utilité de ce message.
Annonce
Offline UrShulgi  
#2 Envoyé le : mercredi 7 mars 2018 13:52:09(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué
Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,520

Jormung
JdS +5, +7, +7
CA : 18/12/16
Blessing : 4/4
Fervor : 2/3
Sacred Weapon : 0/0
Sacred Armor : 0/0

17 / 17


Jormung découvrait les accoutrements cérémoniels d'importance des chefs, lui qui était arrivé dans le campement bien après ce qui rappelait des souvenirs aux natifs. Le discours du chef était enivrant, au point que Jormung hésita à ajouter quelque chose tant tout était dit. Il leva sa chope tout en acclamant le chef. Il acclama si fort que déjà, plusieurs regards se tournaient vers lui, dont la voix portait bien au-dessus des autres. Il en profita pour parler. Le demi-orque était étrange, il avait toujours l'air neutre et assez peu affecté par la négativité, mais là, il semblait rayonnant, confiant, possédé presque. Il était à sa manière radieux.
«  je ne suis pas né ici. Physiquement. La moitié de mon sang est Frekisgaar. Je porterai sur mon visage le rappel éternel de son existence, et du fait que personne ne put la protéger convenablement. Je ne compte pas faire cette erreur avec notre clan. J'ai passé les rites en vainquant l'ours. À mains nues. Mais à dire je ne l'ai pas vaincu. Il fait partie de moi. Mon esprit, mon être, sont entièrement Sang Hurlant. Je suis l'héritier de l'esprit d'Örjan.

Que vous m'appréciez ou non, je défendrai ce clan, mon clan, ses traditions, sa spiritualité, jusqu'à la mort, qu'elle soit lointaine et douce, ou proche et violente. Tous les quatre »
dit-il en regardant ses compagnons. Ses syllabes ne souffraient d'aucun doute ou de mauvaise prononciation, d'aucune erreur, comme si quelqu'un ou quelque chose aiguisait son verbe.
« Nous ferons ce qui doit être fait. Je le ferai car je suis le fils de Garrosh, qui s'est dressait contre le mal qui rongeait les orques. Je le ferai car je suis le fils de Freki, qui n'a jamais abdiqué ou renié sa foi. Je le ferai car c'est mon clan, et que je suis l'Ours de Pierre. » Dit-il en levant à nouveau sa chope, bandant les muscles de son bras à donner l'illusion d'une explosion de muscles imminente.
Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
thanks 2 utilisateur ont remercié UrShulgi pour l'utilité de ce message.
Offline Lyana  
#3 Envoyé le : samedi 10 mars 2018 00:59:33(UTC)
Lyana
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/04/2013(UTC)
Messages : 1,492

Aksana
CA 15 (C11,D14)
Ref+2* Vig+2* Vol+7*
Sorts 1 : 3/3
Canalisations
3/3 - 1d6

19 / 19

Hämärä
CA 16 (C15, D13)
Ref+5 Vig+2 Vol+5
Talons x2
+6/+6, 1d4-2 (x2)
Fast Healing 1

9 / 9

De la main droite, Aksana lissait doucement les plumes d'Hämärä posée sur son bras gauche, lorsque Ulf entra dans l'aire sacrée suivie de Soniela et de Bors. Une même scène se superposa à celle qui se déroulait devant elle alors que le chef du clan prononçait son discours. La même scène s'était déjà déroulée, mais à une époque différente et si les armures étaient les mêmes, leurs porteurs avaient changé, seule Soniela était stable derrière son masque ancestral. La même ferveur de la foule, la même excitation des combats à venir, mais Aksana le savait, le danger n'avait aucune commune mesure, cette fois-ci c'était la victoire totale ou la fin de tout. La mort véritable, sans réincarnation possible.

La voix de Jormung retentit juste à côté d'elle et dispersa totalement les brumes du passé. Elle hocha la tête en signe de profond accord avec ses paroles, le demi-orque semblait avoir trouvé son destin finalement et cela lui allait bien. Il était fait pour galvaniser les foules, des hommes seront prêts à mourir pour lui... Les vivats qui retentirent à la fin lui donnèrent raison. Il avait su utiliser l'enthousiasme créé par Bors, le clan pour la première fois, le voyait comme l'un des leurs, demain peut-être, ils lui reprocheront de n'être qu'à moitié des leurs, mais ce soir il était véritablement l'Ours de Pierre.

A son tour elle se leva et prit la parole, d'une voix moins puissante mais audible de tous malgré tout. Hämärä prit son envol et parcouru l'assemblée laissant derrière lui un halo d'un blanc pur.

« Vous me connaissez tous, je suis Aksana-kila, chamane des Sang Hurlants. Je suis liée à ce clan comme il m'est lié, mes racines plongent en chacun de vous et mon sang coule dans vos veines. J'étais là à la naissance des Tribus, j'étais là lorsque Galvnir a affronté Kytenth le puissant Dragon des Glaces, j'étais là quand la Faille s'est ouverte vomissant les hordes démoniaques... Je suis la Guide mais je suis aussi la Terre. Je suis la Terre que nous avons quitté. Il est temps de retrouver ce qui nous a été volé, les Terres du Sarkaris sont nôtres. Nous sommes le Sarkaris ! »

Sans s'en rendre compte, sa voix était montée dans un crescendo alors que les paroles se déversaient. Ce n'était pas elle qui parlait mais la Terre même, tout du moins c'est l'impression qu'elle avait et un léger vertige l'envahit quand elle se tut.
Je posterai le jour, je posterai la nuit, je posterai toujours ^_<
Amarante, championne audacieuse, sylphe née des orages et des elfes (N211)
Aksana, chamane samsarane de la vie (S210)
Alia, derviche de la Fleur de l'Aube aasimar (BM96)
Offline Probe  
#4 Envoyé le : dimanche 11 mars 2018 18:19:38(UTC)
Probe
Rang : Staff
Éclaireur: Éclaireur - contributeur confirmé aux wikis de Pathfinder-FR
Inscrit le : 19/10/2015(UTC)
Messages : 5,362

Ilse
Jugement : 1/1
Sorts Lv1 : 3/3
CA 18 (C14, D14)
Ref +4,Vig+4,Vol+6

15 / 15

Positionnée non loin du feu central, la chasseresse ne put retenir son cri. « Pour Sarkaris ! » La clameur sortit de la bouche d'Ilse sans qu'elle ne puisse rien y faire. Les trois discours l'avaient motivé au plus haut point. Rien que de se tenir là avec son peuple, la jeune femme sentait une énergie nouvelle la parcourir, une énergie électrique et sauvage à lui en hérisser les poils. Elle qui ne voulait au départ que motiver son peuple à suivre les instructions de Bors, elle comprit bien vite que le discours du chef, adossé à celui de Jormung et celui d'Aksana, avait fait mouche. Plus encore, c'était l'intervention du demi-orc qui l'avait émue. Jamais auparavant elle n'avait senti chez son ami une telle prestance et une telle assurance. Allant droit au but, il avait réveillé chez elle tout ce qui faisait le cœur de son être. Faisant battre son cœur un peu plus vite, elle se surprit à le regarder différemment de d'habitude. Mais la jeune femme aurait tout le temps de repenser à cette sensation durant la soirée. Là, elle devait surtout être le déclencheur qui ferait peser la balance du bon côté.

Levant le poing après cette première clameur, elle regarda chacune des personnes autour d'elle droit dans les yeux avant de crier une nouvelle fois : « Pour Sarkoris ! Pour les Sangs-Hurlants ! » De là, un cours flottement vint accueillir ce cri du cœur avant d'être repris par ses compatriotes les plus téméraires. Quelque secondes plus tard, ce fut tout le clan qui criait en chœur les mêmes slogans de courage. Satisfaite, Ilse décida de se rapprocher de ses amis.

Se dirigeant vers Jormung, elle se dit qu'elle n'avait sans doute pas fait preuve de la même éloquence que les autres. Mais dans le fond, seul le résultat comptait. Et maintenant que tous étaient prêts à suivre la voie tracée par leur chef et leurs guides, Ilse ne voyait pas de raison de revenir sur son discours. Par acquis de conscience, elle chercha tout de même du regard le renfrogné Zorg. Si elle devait prendre un pari, elle aurait dit que le gnome n'était pas aussi ravi qu'elle par la tournure prises des événements de la soirée. Mais il faudrait pour cela en discuter avec l'intéressé.
D-230 Alchimiste torturé
BN-291 Champion désabusé
Offline Guigui.  
#5 Envoyé le : dimanche 11 mars 2018 22:11:27(UTC)
Guigui
Rang : Staff
Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 6,862

Zorg
CA : 13 | C : 13 | D : 11
réf:+2 | vig:+2 | vol:+3

15 / 15


Une fois réglée la question de l'alimentation de Kyppyk, Zorg ne s'attarda pas plus que de raison dans sa visite du village des Sangs Hurlants. Pourtant, il aurait volontiers recueilli des renseignements en vue de l'établissement d'un mémoire sur les us et coutumes de ce peuple, mais les regards et les murmures qu'on lui portait à son passage l'en dissuadèrent, et finirent même par l'agacer sérieusement. Plutôt que de finir par provoquer un esclandre, il résolut de se réfugier dans sa yourte et de travailler jusqu'au soir. Là, au moins, personne ne venait le déranger, et il était tranquille et en sécurité dans son univers, parmi les formules et les équations... Et ses rêves de puissance.


Lorsque les rumeurs des préparatifs du banquet du soir furent suffisamment audibles pour nuire à sa concentration, Zorg referma son grimoire avec un soupir de lassitude et rangea ses papiers. A vrai dire, il appréhendait assez ce qui allait se passer, devinant qu'il aurait à parler et à agir comme "Champion du Feu" alors même qu'il était visiblement assez mal accepté par les Sangs Hurlants.

Ce qui devait arriver arriva. Assis aux côtés des autres champions, il fut d'abord assez satisfait du discours du chef Bors. "Professeur en magie à Nerosyan", hu hu hu ! se dit-il, flatté, bien que la réalité fut toute autre. Mais ce fut Jormung qui créa la surprise. Zorg l'avait trouvé quelque peu différent, plus agité qu'à l'accoutumée. Et, effectivement, il prit la parole pour prononcer une espèce de discours qui ne manquait pas de panache, mais totalement exalté, ce qui ne ressemblait pas au demi-orque placide, presque froid, qu'il connaissait. Galvanisée par son discours, Aksana enchaîna avec de ridicules revendications de territoire, tandis que cette gourde d'Ilse ne sut beugler autre chose que quelques slogans dépourvus de sens. Et c'est là qu'elle se tourna vers lui.

C'était son tour, bien sûr.

Tous les champions étaient intervenus. Il fallait qu'il dise quelque chose à son tour. Mais quoi ? Soudain très pâle, le gnome commença par se mettre debout, avant de réaliser que son menton dépassait à peine la hauteur de la table, et que personne ne le verrait. Un silence s'était installé. Manifestement, beaucoup de monde se demandait s'il allait prendre la parole. Il se retourna pour escalader gauchement le banc sur lequel il était assis, agrippant le bras d'Ilse pour s'aider. Une fois juché à hauteur d'homme, il contempla l'assemblée de barbares qui les regardaient, eux les champions de la Foi Verte, mais surtout lui. Il déglutit péniblement en lissant son pourpoint avec ses mains.

« Euh... Chers barb... Chers membres des Sangs Hurlants, euh... Merci de m'avoir si chaleureusement accueilli chez vous, euh... Croyez bien que le plaisir est partagé... » Tu parles... Quel bande de sauvages !

« Je sais que je suis un étranger pour vous, mais... J'espère pouvoir faire votre connaissance très bientôt et, euh... Votre village est très joli, voilà voilà...

Oh ! Et je suis Zorg, bien sûr, Zorg le Scorpion de Feu, ja ja ja. Merci ! »
Conclut-il assez minablement, en agitant sa main comme pour faire "coucou" à des petites filles.

Modifié par un utilisateur dimanche 11 mars 2018 22:19:51(UTC)  | Raison: Non indiquée

Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211
Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
Offline vaidaick  
#6 Envoyé le : vendredi 30 mars 2018 11:47:55(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur
Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,002
es différents discours avaient galvanisé le clan, et presque tous paraissaient exaltés. Lorsque ce fut au tour de Zorg de prendre la parole, tous les yeux se tournèrent vers lui, qui pouvait lire l'impatience et une certaine attente, comme un espoir dans le regard des visages qui le contemplaient. Alors qu'il montait sur la table, le silence se fit, de ceux qui attendent que la parole d'une figure d'autorité les guide. Silence qui se poursuivit après son discours, mais ce silence quasi-religieux avait été remplacé par un silence interloqué, où la gêne se mêlait à la stupeur. Même Bors paraissait ne pas savoir comment réagir.

Puis, quelqu'un pouffa dans l'assemblée, bientôt suivi d'un autre, et enfin les rires fusèrent de toute part alors que chacun échangeait avec son voisin en rigolant. Bors se détendit et, de sa voix forte, annonça le début du repas. De nombreux mets furent servis, l'alcool coula à flot, et nombreux furent les membres du clan qui vinrent parler aux Champions, présentant leurs vœux de réussite, évoquant leurs espoirs, et, pour certains, notamment parmi les enfants, leurs offrants quelques bibelots en cadeau. Aksana fut bien évidemment la plus sollicitée, mais chacun, même Zorg, eut son lot de fans, pour certains calmes et posés, et pour d'autres plus hystériques, notamment parmi les plus ardemment religieux, une grande partie du clan ayant une voie favorite au sein de la Foi Verte. Ilse eut la surprise de voir ses parents l'approcher de façon officielle, montrant devant tous leur soutien à leur fille. Son frère, en revanche, se contenta de la regarder de loin, un air indéchiffrable sur le visage. Un mélange de jalousie et de fierté, peut-être... Elle qui le connaissait bien ne savait pour une fois vraiment ce qu'il pensait à ce moment-là. Mais celui qui fut peut-être le plus surpris fut Jormung, car, parmi ceux qui vinrent le voir, certains étaient de ceux qui l'avaient rejeté de prime abord, et contre qui il avait déjà eu à se défendre, y compris physiquement, dans les mois qui avaient suivis son arrivée. Deux d'entre eux lui présentèrent même leurs excuses...



Le 4 Arodus 4717, le matin - Village de la tribu des Sangs Hurlants




a fête avait duré jusque tard dans la nuit, mais, petit à petit, la fatigue se faisant sentir, conjuguée à l'impératif du départ le lendemain matin, avait fini par convaincre chacun de rentrer chez soi se reposer. Ce fut donc en milieu de matinée que des guerriers revêtus de leurs plus beaux atours de bataille vinrent chercher les Champions, leur indiquant que la caravane était prête et que le départ aurait bientôt lieu.

Une soixantaine de guerriers attendaient le moment du départ à côté de leurs chevaux. Ulf était déjà présent, monté sur un destrier lourd, inspectant intégralement la caravane, tandis qu'une trentaine de chevaux portaient l'équipement nécessaire au trajet : eau, nourriture, yourtes légères, et divers outils d'artisanats qui pourraient s'avérer utiles. Les chevaux que les Champions avaient récupérés étaient eux aussi sanglés et prêts à partir, n'attendant que leurs nouveaux propriétaires. Au total, près de cent chevaux feraient le trajet : il s'agissait là d'un quart du troupeau de la tribu, pour seulement un dixième de ses membres, laissant deviner que le reste des équidés serait uniquement destiné à déplacer le village, et que les Sangs-Hurlants devraient faire le trajet à pied, comme en période de transhumance.

La tribu s'était réunie pour le départ. Les adieux furent brefs, chacun sachant que le reste des Sangs-Hurlants rejoindraient bientôt les guerriers d'élite qui partaient avec leur chef de guerre. Coupant à travers champs et plaines afin de rejoindre la route menant à Kenabres, le groupe entama son trajet, prévu pour durer cinq jours. La tension se lisait sur de nombreux visages : qui savait ce qu'il pouvait bien se passer en cinq jours ? A leur arrivée, la bataille aurait peut-être déjà commencé... ou pire, serait déjà terminée...

RP annexe : Aksana et Ulf : Juste une nuit



Le 6 Arodus 4717, l'après-midi - En direction de Kenabres


eulement deux jours et demi de voyage s'étaient écoulés, mais l'euphorie du départ était déjà retombée. Les guerriers guidés par Ulf chevauchaient dans le silence relatif que provoquait une petite centaine de chevaux marchant au pas, soulevant des nuages de poussière épais qu'il était probablement aisé de voir de loin. Ceci expliquait peut-être le peu de rencontres qu'ils faisaient, la route étant absolument vide de voyageurs. Seules quelques silhouettes se dessinaient de temps à autre au loin, dont certaines évitaient de façon certaine la procession impressionnante des Sangs Hurlants.

Lors des deux nuits passées, le campement, sommaire, avait été monté rapidement, preuve s'il en fallait que le peuple semi-nomade était habitué à ce mode de vie. Les tours de garde s'effectuaient sans heurts, avec une organisation toute militaire.

La troupe allait bon train, même s'il était évident qu'un plus petit groupe aurait perdu moins de temps en manutentions et diverses vérifications d'usage. L'estimation de moins de cinq jours de trajet qu'avait donné le chef de guerre semblait être tout à fait juste : si tout allait bien, ils arriveraient dans deux jours, en cours d'après-midi.

Cependant, un épais nuage de poussière similaire à celui qu'ils produisaient eux-mêmes fut rapporté par un éclaireur. Plusieurs dizaines d'attelages, s'ils en jugeaient par le bruit de roues et la quantité de poussière soulevée, venaient dans leur direction, et se trouvaient encore à bien trois kilomètres d'eux. Encore quelques minutes, un quart d'heure tout au plus si chacun continuait à avancer, et ils se rencontreraient...

Modifié par un utilisateur vendredi 15 juin 2018 10:01:45(UTC)  | Raison: Non indiquée

Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
thanks 3 utilisateur ont remercié vaidaick pour l'utilité de ce message.
Offline Lyana  
#7 Envoyé le : mardi 3 avril 2018 21:13:32(UTC)
Lyana
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/04/2013(UTC)
Messages : 1,492

Aksana
CA 15 (C11,D14)
Ref+2* Vig+2* Vol+7*
Sorts 1 : 3/3
Canalisations
3/3 - 1d6

19 / 19

Hämärä
CA 16 (C15, D13)
Ref+5 Vig+2 Vol+5
Talons x2
+6/+6, 1d4-2 (x2)
Fast Healing 1

9 / 9

Les courbatures dues à la chevauchée commençaient à disparaitre, Aksana se sentait toujours fourbue mais son corps ne la faisait plus souffrir comme à leur retour de Nerosyan. L'habitude prenait doucement ses droits, par contre, c'est lorsqu'elle mettait pied à terre qu'elle se sentait vacillante. Passer plusieurs jours à cheval l'habituait à un tangage tel que lorsqu'elle était sur le sol, elle devait prendre plusieurs secondes pour reprendre son total équilibre.
La route était monotone, les chevaucheurs parlaient peu, seules les jérémiades espacées de Zorg égaillaient leur voyage. Mais elle ne s'en plaignait pas, elle méditait sur les derniers évènements depuis la révélation des Champions et essayer d'en tirer des enseignements pour le futur.

L'arrêt soudain des chevaux la sortit de ses réflexions, le nuage de poussière semblable à celui qu'ils créaient eux-même et le bruit d'attelage annonçaient un lourd convois, certainement en provenance de Kenabres. Elle siffla et Hämärä vint se poser sur son bras, elle caressa ses plumes immaculées et lui parla doucement dans la langue ancestrale de sa race.

« لاړ شئ وګورئ څه راځي مګر ځان ځان په خطر کې نه اچوي. »

Samsaran


L'oiseau ne pouvait communiquer avec sa maîtresse par les mots mais s'il y avait du danger, la chamane le saurait.

[en cours]Lien vital - Jormung / Zorg : 5 PV de transfert

Modifié par un utilisateur samedi 7 avril 2018 11:39:58(UTC)  | Raison: Non indiquée

Je posterai le jour, je posterai la nuit, je posterai toujours ^_<
Amarante, championne audacieuse, sylphe née des orages et des elfes (N211)
Aksana, chamane samsarane de la vie (S210)
Alia, derviche de la Fleur de l'Aube aasimar (BM96)
Offline UrShulgi  
#8 Envoyé le : mercredi 4 avril 2018 11:27:39(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué
Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,520

Jormung
JdS +5, +7, +7
CA : 18/12/16
Blessing : 4/4
Fervor : 2/3
Sacred Weapon : 0/0
Sacred Armor : 0/0

17 / 17


Jormung eut le plus grand mal à contenir sa surprise tandis qu'il assistait aux excuses de certains de ses détracteurs. Il accepta sans chichi de passer l'éponge. Il fallait de toute manière que le clan passe à autre chose. Il parvint à garder sa relative sobriété passant un peu de temps avec chaque élu, laissant un peu Ilse pour ne pas braquer son frère, qui semblait déjà fort mécontent. Jormung l'approche malgré tout pour prendre le problème de front.
«  Tu as l'air d'être fort mécontent de quelque chose ... et par quelque chose, je ne parle pas de moi, ça je sais déjà. Tu veux qu'on en parle, même en s'éloignant? C'est pas bon de garder pour toi. Ni pour toi, ni pour ta sœur. »




Jormung rassemble ses affaires, avant d'approcher les parents d'Ilse avant de partir.
«  Je vous dirai bien que je veillerai sur votre fille, mais la vérité, c'est qu'elle est bien assez grande pour veiller sur elle-même. Je l'ai vu de ses yeux vaincre cette bête avec ses flêches. Votre fille est une grande guerrière. Elle fera tout pour votre survie. »
Il les salua avant de rejoindre le groupe pour prendre la route.



Le début de la route laissait Jormung pensif. Où allaient-ils vraiment? Vers quel destin? Il reposait son corps face aux combats qui ne manqueraient pas d'arriver. Il observait à la fois ses compagnons, leur attitude, et celles des guerriers qui les accompagnaient. Il en profita pour se renseigner auprès des chefs de guerre sur les démons, sur les techniques de guerre, et sur tout ce qui pourrait leur servir plus tard. Le nuage de poussière au loin l'inquiétait.
Il précisa rapidement.
«  je ne pense pas que ça soit des démons, c'est peut-être les chevaliers de Kénabres qui viennent à la rencontre du nage de poussière qui s'approche de chez eux. »
Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Offline Guigui.  
#9 Envoyé le : mercredi 4 avril 2018 22:29:33(UTC)
Guigui
Rang : Staff
Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 6,862

Zorg
CA : 13 | C : 13 | D : 11
réf:+2 | vig:+2 | vol:+3

15 / 15


Après son discours, Zorg resta figé, la main en l'air, jusqu'à ce que son honneur se dissolve dans l'hilarité générale. Il n'avait jamais été aussi mortifié, aussi humilié. Mais même lui se rendait bien compte qu'il avait raté son entrée auprès des Sang-Hurlants, et pour cause : il n'avait jamais été un orateur, il était chez des étrangers qui ne l'avaient pas bien reçu, et son esprit logique et calculateur était pratiquement incapable de jouer sur les émotions des gens pour les mobiliser. Sa fureur se transforma bien vite en une humeur boudeuse, presque dépressive, et il entama le festin avec une mine renfrognée et l'amère impression d'être nul, malgré les maladroites tentatives de Jormung pour le réconforter.

Toutefois, sa méchante humeur se dissipa lorsque des membres de la tribu vinrent lui présenter leurs respects. Après tout, ces sauvages ne sont pas si... sauvages, se dit-il. Nombre d'enfants, en particulier, vinrent le trouver, leur curiosité attisée par l'étrange apparence du Champion du Feu et sa non moins étrange manière de parler. Et les enfants, il savait comment captiver leur attention. Retrouvant instantanément ses aises en même temps que son savoir-faire de saltimbanque, il sortit quelques pétards de sa poche et les fit exploser pour le plus grand plaisir des petits et des grands, et agrémenta ses remerciements de quelques tours de magie avec Kyppyk. Il passa, ainsi, une excellente soirée, et ses tours furent incomparablement plus utiles que ses discours à son acceptation au sein du clan.


Le réveil ne fut pas trop difficile pour Zorg qui n'abusait jamais de l'alcool et qui n'avait pas besoin de beaucoup de sommeil. En revanche, en apprenant qu'il en avaient pour cinq jours de cheval jusqu'à Kénabres, il réalisa à quel point il s'était engagé dans quelque chose de difficile. A tout prendre, la lutte contre la succube et ses démons lui semblait, en cet instant, une partie de plaisir à côté du calvaire qui l'attendait à dos de cheval.

Comme il n'avait pas la taille requise pour monter, même en raccourcissant les étriers, on le fit monter en croupe avec Ilse. Jormung était déjà trop lourd pour son cheval, et Aksana jouissait sans doute de son statut de chamane, de sorte qu'on lui accordait le privilège de monter seule sans avoir à supporter un gnome geignard. Ce fut donc à Ilse, légère et peu équipée, que revint la charge de le prendre en croupe.


Après deux jours et demi de voyage, Zorg avait l'impression de connaître désormais avec précision chaque pouce carré de son arrière-train tant celui-ci était devenu le creuset de ses douleurs. Il avait réussi à les atténuer quelque peu en enfilant l'une sur l'autre toutes ses culottes, se confectionnant ainsi une sorte d'oreiller pour ses fesses martyrisées, mais ce qu'il avait perdu en souffrance, il l'avait gagné en inconfort, l'accumulation de tissu lui donnant horriblement chaud à l'entrejambe. Devant lui, Ilse ne semblait pas entendre ses plaintes quant au grand malheur qu'il vivait pour la sauvegarde des Sangs-Hurlants, mais lui-même n'était pas loin de se considérer comme un saint, pour souffrir ainsi autant au bénéfice des autres.

Il accueillit presque avec soulagement la nouvelle d'un convoi s'approchant d'eux, tant cela brisait la monotonie douloureuse du voyage et l'empêchait de penser à ses fesses à chaque pas du cheval.
« Les démons n'ont pas besoin de chevaux, » répondit-il doctement à Jormung, « et les chevaliers ne voyagent pas en chariot. Il s'agit soit d'un convoi de marchandises, mais je ne vois pas pourquoi ce serait le cas, soit des civils. Et si les civils fuient Kénabres, c'est que la guerre est déjà là... » acheva-t-il sombrement.
Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211
Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
thanks 1 utilisateur a remercié Guigui pour l'utilité de ce message.
Offline vaidaick  
#10 Envoyé le : vendredi 6 avril 2018 15:56:22(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur
Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,002

ämärä s'envola à la demande de la chamane. Rapidement, l'oiseau prit de l'altitude et ne fut plus qu'un petit point dans les airs se dirigeant vers le nuage de poussière. La samsaran ressentait la curiosité qui animait la chouette, ainsi qu'une once d'inquiétude. Mais, au fur et à mesure que l'animal approchait de sa destination, celle-ci s'atténua au profit d'une sorte de soulagement. Hämärä ne paraissait pas effrayée, mais sa curiosité avait grandi.

Pendant ce temps, Ulf avait donné l'ordre de continuer l'avancée. Il avait envoyé quelques éclaireurs supplémentaires vérifier les abords de leur propre convoi, afin de s'assurer de ne pas tomber dans un guet-apens. Après quoi il se tourna vers Jormung et Zorg. « Nous n'avons fait que la moitié du chemin. Il serait étonnant qu'ils aient des troupes à plus de deux jours de route de la ville. Quant aux démons, ils ne peuvent pas entrer au Mendev tant que les Pierres de Garde fonctionnent. Restent leurs fidèles mortels, mais pourquoi se dirigeraient-ils vers ici plutôt que vers Kenabres, et pourquoi avec des chariots ? Le Champion du Feu doit avoir raison, ce sont peut-être des réfugiés... Mais restons prudents... »

Les minutes passèrent alors que les deux convois se rapprochaient l'un de l'autre, jusqu'à ce que le nuage de poussière s'estompe petit à petit, signe qu'ils avaient sans doute arrêter leur avancée. Deux cavaliers revinrent vers l'avant du convoi Sang Hurlant : l'un était un de leurs éclaireurs, l'autre apparaissait comme étant un jeune homme en armure de cuir, portant levé bien haut un étendard d'un blanc pur.

« Bien le bonjour ! » salua-t-il de loin alors qu'ils étaient encore à une vingtaine de mètres du chef de guerre. « Il semblerait que nos deux convois s'apprêtent à se croiser... » continua-t-il d'une voix où se faisait entendre une pointe d'inquiétude. Il s'arrêta enfin devant le Chef de Guerre, l'étendard toujours levé bien haut. « Je m'appelle Volsnik, et je mène les civils de Kenabres à l'abri à Nerosyan. Puis-je connaître vos intentions ? » Sa voix était descendue jusqu'à en être presque inaudible, visiblement très intimidé.


Au contraire du jeune homme, Ulf parla d'une voix très sûre et puissante. « Je suis Ulf, Chef de Guerre des Sangs Hurlants. Je mène mes hommes porter assistance au prélat Hulrun Shappok dans la bataille qui s'annonce. A-t-elle déjà commencé ? » Le Chef de Guerre n'était pas homme à tourner autour du pot ni à se perdre dans de longs discours.



Visiblement soulagé, le jeune homme reprit quelque peu contenance. « Je... l'ignore... Lorsque nous sommes partis il y a trois jours, les démons donnaient des signes d'agitation, alors que de plus en plus se massaient aux frontières. Un spectacle impressionnant et terrifiant, de ce qu'en disaient les soldats. Les dirigeants de la ville pensaient qu'ils n'allaient pas tarder à lancer l'assaut, et ils ne comprenaient pas ce qu'ils attendaient d'ailleurs... Aussi ont-ils préféré que les civils se déportent afin d'éviter des pertes humaines inutiles. S'ils se massent, c'est qu'ils pensent avoir une solution pour passer outre les Pierres de Garde, et les chevaliers ne veulent pas que la population en fasse les frais. Si vous voulez mon avis, c'est pas très rassurant... »
Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
Offline Probe  
#11 Envoyé le : vendredi 6 avril 2018 16:48:08(UTC)
Probe
Rang : Staff
Éclaireur: Éclaireur - contributeur confirmé aux wikis de Pathfinder-FR
Inscrit le : 19/10/2015(UTC)
Messages : 5,362

Ilse
Jugement : 1/1
Sorts Lv1 : 3/3
CA 18 (C14, D14)
Ref +4,Vig+4,Vol+6

15 / 15

Ilse fit rapprocher son cheval du chef d’un coup de rein et d’une légère talonnade alors que Zorg devant elle commençait à grommeler quelque chose de plus dans sa barbe. Le gnome n’avait pas été le plus agréable des compagnons de voyage, mais au moins avait-il eu la délicatesse de ne pas tomber de selle durant le trajet. Quelque part, Ilse compatissait au sort de Zorg. Elle comprenait ce pauvre bougre. Se déplacer en charrette et à cheval n’était en rien comparable. La vitesse de la course, la liberté de déplacement, même le fait de sentir la monture sous elle réagir à la moindre inflexion des genoux alors qu’on parcourait de grands espaces naturels. Quelle sensation !

Mais l’arrivée du jeune homme en armure de cuir la ramenait à une plus pressante réalité. L’homme leur apprenait que l’assaut était imminent et que quelque chose se tramait derrière le rideau de la bataille n’allait plus tarder à se lever. Suspicieuse, la jeune femme consulta du regard les autres champions, se demandant si comme elle, eux aussi étaient arrivés aux même conclusions. La succube doit certainement être en train de préparer un piège. Nous devons nous hâter et devancer notre tribu pour contrecarrer ses plans. Si nous sommes assez rapides, nous pourrions même porter l’avantage dans notre camp avant que la bataille ne commence… Pour peu que nous sachions par où commencer à chercher.

Attendant tout de même que ses autres prenent la parole, gèrent cette rencontre amicale et que l’éclaireur reparte vers son groupe, la chasseresse se tint bouche cousue et oreilles grandes ouvertes. Peut-être apprendrait-elle quelque chose de plus avant de communiquer ses pensées à ses compagnons.

D-230 Alchimiste torturé
BN-291 Champion désabusé
Offline Guigui.  
#12 Envoyé le : samedi 7 avril 2018 11:08:21(UTC)
Guigui
Rang : Staff
Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 6,862

Zorg
CA : 13 | C : 13 | D : 11
réf:+2 | vig:+2 | vol:+3

15 / 15


Malgré les douleurs qui lui traversaient l'arrière-train, Zorg se redressa, fier comme un paon, lorsque Ulf lui donna raison à propos de la nature des gens qui venaient à leur rencontre. Il lui semblait avoir déjà remarqué que, contrairement à ce qu'on aurait pu penser, le chef de guerre ne semblait pas défavorablement disposé à son égard, alors qu'il aurait pu mépriser la créature faible et contrefaite qu'il paraissait être.

Le jeune homme qui vint parlementer avec eux, Volsnik, leur apporta la confirmation de ce qu'ils craignaient, mais aussi à Zorg la confirmation qu'il avait vu juste. « Des civils, ha ! Je l'avais prévu ! » Fit-il à l'attention des autres champions en levant l'index pour marquer l'importance de ses paroles.

Les démons semblaient toutefois sur le point de lancer une attaque massive. « Permettez-moi, Chef Ulf, » ajouta-t-il en se tournant vers l'intéressé puisque Ilse les avait amenés à proximité du chef de guerre, « les renseignements apportés par Herr Volsnik confirment nos craintes, mais nous devons prendre en considération le fait qu'entre leur temps de voyage et le nôtre, ils seront vieux de six jours lorsque nous arriverons devant Kenabres. Il n'est pas impossible que nous arrivions en pleine bataille... »

Zorg se tourna ensuite vers le jeune homme au drapeau blanc. « Enschuldigung Sie mir, mein Herr, je m'appelle Zorg. Pouvez-vous nous dire si vous avez croisé ou aperçu du monde, ou quoi que ce soit d'anormal, depuis votre départ de Kenabres ? Des sarkoriens en vadrouille, par exemple ? » Le gnome pensait évidemment à des "sans-clan" retournés par Erenya la succube, tels ceux qui les avaient attaqués à leur départ de Nerosyan...
Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211
Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
Offline Lyana  
#13 Envoyé le : dimanche 8 avril 2018 20:45:42(UTC)
Lyana
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/04/2013(UTC)
Messages : 1,492

Aksana
CA 15 (C11,D14)
Ref+2* Vig+2* Vol+7*
Sorts 1 : 3/3
Canalisations
3/3 - 1d6

19 / 19

Hämärä
CA 16 (C15, D13)
Ref+5 Vig+2 Vol+5
Talons x2
+6/+6, 1d4-2 (x2)
Fast Healing 1

9 / 9

Aksana se détendit alors qu'Hämärä survolait le convoi qui arrivait à leur rencontre plus curieuse qu'apeurée. Elle avança son cheval à quelques pas derrière Ulf afin de savoir ce qu'il se passait et remarqua qu'Ilse et Jormung faisaient la même chose.

Des réfugiés de Kenabrès.

L'attaque était donc imminente si elle n'était pas encore commencée. Les Pierres de Garde allaient tomber, elle ne savait pas comment mais les Démons n'attendaient que cela, s'ils se massaient sous les murailles de la ville c'est qu'ils avaient trouvé un moyen d'accomplir l'impossible. Comme l'avait annoncé la succube.
Trop de choses impossibles avaient eu lieu pour qu'elle doute de la chute des pierres.

Elle reporta son attention sur le mendévien, attentive à ses réponses aux questions de Zorg. Il était impressionné par leur troupe, oserait-il le dire s'il avait vu des hors-clan, ou se tairait-il de peur de les vexer ?

  • Psychologie : 1d20+8 donne [10] + 8 = 18



[en cours]Lien vital - Jormung / Zorg : 5 PV de transfert


Je posterai le jour, je posterai la nuit, je posterai toujours ^_<
Amarante, championne audacieuse, sylphe née des orages et des elfes (N211)
Aksana, chamane samsarane de la vie (S210)
Alia, derviche de la Fleur de l'Aube aasimar (BM96)
Offline UrShulgi  
#14 Envoyé le : mardi 10 avril 2018 18:42:11(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué
Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,520

Jormung
JdS +5, +7, +7
CA : 18/12/16
Blessing : 4/4
Fervor : 2/3
Sacred Weapon : 0/0
Sacred Armor : 0/0

17 / 17


Écoutant avec attention Ulf pendant qu'Hämärä s'était éloignée, il ne pouvait s'empêchait de se demander comme des pierres, si magiques soient-elles, pouvaient empêcher complètement les démons d'approcher (et pourquoi ne pas en construire de nouvelles en s'étendant à nouveau sur le Sarkoris).

Tandis que les chefs du convoi croisé discutaient avec Ulf, Jormung s'étirait le cou avec lenteur, placé à équidistance de Zorg, Ilse et Aksana, tenant fermement sa bardiche bien qu'aucun danger immédiat ne les menaçait. Il prenait peut-être, pour le moment, sa tache un peu trop à cœur. Ulf avait choisi de la jouer impénétrable et fort, Jormung allait donc dans son sens, bien qu'il ne pouvait s'empêcher de prendre l'inquiétude du chef Mendevien pour une preuve du danger imminent (et de ses futures conséquentes).
Les nouvelles qu'il amenait étaient d'ailleurs loin d'être bonne, car il ne pensait pas un seul instant que les Mendeviens, comme n'importe qui d'autre à leur place, n'avait pas quelque peu relâcher leurs défenses pendant des années, à l'abri derrière les Pierres, après avoir payé un si lourd tribut pendant plusieurs Croisades.

Jormung ne prononça pas un mot, mais son regard se portait vers leur ancien chez soi. Devaient-ils immédiatement faire aller leurs "civils" vers Nerosyan également?
Il attendit les réponses de Volsnik, comme presque tout le monde.

Modifié par un utilisateur mardi 10 avril 2018 18:42:49(UTC)  | Raison: Non indiquée

Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Offline vaidaick  
#15 Envoyé le : jeudi 12 avril 2018 13:02:23(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur
Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,002



e jeune homme regarda Zorg s'approcher avec une surprise plus que visible sur son visage juvénile. Surprise qui sembla s'accroître lorsque le gnome lui adressa directement la parole.

« Entchou...quoi ? » demanda-t-il, les yeux écarquillés. Mais il se reprit rapidement dès lors que le reste des paroles lui parussent plus claires. « Oh ! Euh... Non, non, personne "en vadrouille"... Vous êtes les premiers barb... sarkoriens que je - nous ! - croisons. » dit-il en bafouillant, son regard se portant alternativement du gnome à Aksana, qu'il dévisageait par petits coups d'œil furtifs et peu rassurés.


Message secret pour Lyana :
...


Ulf fronça les sourcils à la mention des "barb... sarkoriens", mais ne releva pas. « Très bien. Nous devrons donc nous attendre à arriver en pleine bataille. Ne perdons pas de temps, reprenons la route ! Nous passerons sur vos côtés pour laisser circuler votre convoi. » dit-il en faisant signe à ses hommes de commencer à avancer. Lui-même restait sur place, attendant de voir si quelqu'un avait quelque chose à rajouter et si tout se passait bien avant de reprendre la tête de la chevauchée.


Volsnik ne se fit pas prier pour retourner rapidement auprès des siens, organisant rapidement le passage du convoi au milieu d'une horde impressionnante de barbare passant de part et d'autre. Il était évident pour ceux qui regardaient les citoyens mendoviens qu'ils n'étaient pas rassurés, et ceux-ci faisaient presser leurs chevaux afin de s'éloigner le plus vite possible des lieux. Bientôt, il n'y eut plus que la poussière qu'ils soulevaient pour attester de leur passage, puis ils disparurent à l'horizon, en direction du sud et de la capitale.



Le 8 Arodus 4717, le soir - Aux portes de Kenabres


u cours des deux jours qui suivirent, aucun autre convoi ne fut repéré. D'après les éclaireurs, nulle trace d'humanoïde d'aucune sorte n'était visible sur leur trajet, comme si toute la région avait été désertée, malgré les nombreux signes attestant d'une présence récente, tels que des champs prospères en céréales en tout genre, et des habitations parsemant la contrée. Toute civilisation avait disparu, mais pas toute vie : les animaux demeuraient présents, vacant à leurs occupations comme si de rien n'était, donnant au trajet une impression surréaliste de calme et de paix.

Puis, sur la fin du quatrième jour, alors que le soleil déclinait à l'horizon, les éclaireurs revinrent, signalant avoir vu au loin les remparts de Kenabres. Quelques petites volutes de fumées s'en échappait, de celle que forment les forges lorsqu'elles fonctionnent à plein régime. Au pied des remparts, des petits campements avaient pris place, drapeau mendevien et symbole de Iomédae levés bien haut vers le ciel. Rien ne permettait de dire si l'affrontement avait commencé, malgré le temps écoulé.

Ulf ordonna à la troupe de continuer son avancée. Alors que chacun se savait de plus en plus proche de leur destinée, les minutes s'étiraient, paraissant devenir des heures. Au fil de leur avancée, les campements se révélaient, petits groupes de quelques poignées de guerriers, probablement venus des régions proches pour prêter assistance à la cité. Nulle grosse troupe en provenance d'autre cité ne paraissait déjà être arrivée sur les lieux, mais l'effort de guerre était malgré tout bel et bien présent. On entendit au loin les portes de la cité s'ouvrir, et un bruit de cavalcade se fit entendre : une dizaine de cavaliers dressant fièrement le drapeau mendevien, armures brillantes et rutilantes, s'avançaient vers eux. Arrivés à une centaine de mètres, ils réduisirent l'allure, jusqu'à mettre leurs chevaux au pas, s'arrêtant en lisière des premiers campements, d'où des hommes d'armes aux diverses armoiries sortaient, armés et sur leurs gardes.

Celle qui paraissait mener le groupe parla d'une voix forte, de celle qui ont l'habitude de commander. « Halte, guerriers ! Je suis la Capitaine Christa Matthiesen, de l'ordre du dragon d'argent. Déclinez les raisons de votre venue ! » ordonna-t-elle d'un ton sans appel.


Répétant peu ou prou ce qu'il avait déjà énoncé deux jours plus tôt, Ulf répondit de sa voix puissante. « Je suis Ulf, Chef de Guerre des Sangs Hurlants. Nous venons vous prêter nos lames pour éradiquer les démons. Nous nous présentons en avant garde, notre clan dans son ensemble est en route pour vous soutenir. »


Le regard sévère de la femme, qui ne paraissait pourtant pas très âgée, parcourut l'ensemble de la troupe, avant de revenir à Ulf. « Parmi vous, certains ne sont pas humains. Quels sont leurs liens avec votre tribu, et vous portez-vous garant pour eux ? »


Ulf parut hésiter un instant. Son regard se porta sur les quatre Champions de la Foi Verte, avant qu'il ne réponde à la capitaine. « Les non-humains font partie du clan au même titres que les autres Sangs Hurlants. Je suis ici garant de chacun, avec la bénédiction de notre Chef de Clan, Bors. »


Elle sembla jauger les paroles du chef de guerre, tandis que la tension se lisait sur les visages de certains hommes d'armes. « Très bien ! » laissa-t-elle tomber. « Vous pouvez établir votre campement près des autres. Présentez-vous à nos portes lorsque vous serez prêts : le commandant vous recevra. » Elle fit signe aux hommes d'armes de retourner à leurs campements, avant de faire volter sa monture en direction de la citadelle.

Au sein des hommes des campements, des regards méfiants observaient les moindres faits et gestes des guerriers de la tribu. Les plus vigilants pouvaient remarquer que des hommes de garde avaient été rajoutés systématiquement. Leur arrivée ne paraissait pas rencontrer un franc enthousiasme...

Connaissance locale DD15 :

Modifié par un utilisateur dimanche 22 avril 2018 09:57:15(UTC)  | Raison: Non indiquée

Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
thanks 1 utilisateur a remercié vaidaick pour l'utilité de ce message.
Offline Lyana  
#16 Envoyé le : dimanche 15 avril 2018 21:26:43(UTC)
Lyana
Rang : Habitué
Inscrit le : 04/04/2013(UTC)
Messages : 1,492

Aksana
CA 15 (C11,D14)
Ref+2* Vig+2* Vol+7*
Sorts 1 : 3/3
Canalisations
3/3 - 1d6

19 / 19

Hämärä
CA 16 (C15, D13)
Ref+5 Vig+2 Vol+5
Talons x2
+6/+6, 1d4-2 (x2)
Fast Healing 1

9 / 9

Aksana regarda la jeune militaire, Capitaine Christa Matthiesen, partir vers la cité et dans le même mouvement les gardes venus renforcer la surveillance. Leur surveillance.

Elle confirmait ce que la chamane avait craint lors de leur rencontre avec le convoi mendévien sur la route. L'homme qui menait le convoi avait également paru interloqué par leur présence, à Jormung, Zorg et elle. Enfin, surtout par son allure à elle, nul doute qu'il n'avait jamais entendu parlé de samsarane et encore moins rencontré une. Elle savait qu'on pouvait aisément la confondre avec un démon, elle espérait que le Clan n'aurait pas de problèmes à cause de ça.

Elle en avait parlé à Ulf et celui-ci avait enregistré l'information sans la commenter.

Cependant, elle était satisfaite d'une chose, il avait totalement accepté Zorg et Jormung comme Champions et même comme membres du Clan. Le respect des traditions du Chef de Guerre était plus fort que ses sentiments personnels.

Alors que le Clan mettait pied à terre afin d'établir le campement, Aksana observa la cité devant elle, ses murailles étaient impressionnantes et l'attente de la guerre était palpable. Mais sur tous les visages, elle lisait la méfiance. Les sarkoriens étaient considérés comme des barbares mais ils ne pourraient pas se passer de leurs lames. Si les mendéviens pensaient pouvoir libérer le Sarkaris seuls et faire main basse sur leurs terres ancestrales, ils se trompaient lourdement.


[en cours]Lien vital - Jormung / Zorg : 5 PV de transfert

Modifié par un utilisateur dimanche 15 avril 2018 21:27:17(UTC)  | Raison: Non indiquée

Je posterai le jour, je posterai la nuit, je posterai toujours ^_<
Amarante, championne audacieuse, sylphe née des orages et des elfes (N211)
Aksana, chamane samsarane de la vie (S210)
Alia, derviche de la Fleur de l'Aube aasimar (BM96)
Offline UrShulgi  
#17 Envoyé le : lundi 16 avril 2018 13:22:41(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué
Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,520

Jormung
JdS +5, +7, +7
CA : 18/12/16
Blessing : 4/4
Fervor : 2/3
Sacred Weapon : 0/0
Sacred Armor : 0/0

17 / 17


Le trajet mettait Jormung mal à l'aise bien qu'à exception d'Ilse, rare étaient ceux aptes à s'en apercevoir. Il ne comprenait pas comme la nature pouvait ignorer ce qui se tramait et faire comme si de rien n'était, alors qu'elle allait être battue et corrompue par les vents chaotiques qui s'approchaient. À moins que c'était une preuve de plus du point auquel la corruption venait des peuples humanoïdes et de leurs écarts?

La vue des cavaliers et des campements lui remonta le moral, c'était la preuve que rien n'était joué, et qu'ils ne faisaient pas fausse route. Le demi-orque ne manquant pas de sourire devant les propos de la commandante. Des non-humains? Avec ton teint maladif de dhampir ou de tieffelin ...
Il observa le reste des cavaliers sans broncher ni défier, comme indifférent à leur rang mais soucieux quant à leur personne. Le regard des groupes installés comme des nomades (qu'ils ne devaient pas être en temps normal) était comme il l'avait imaginé peu amène sans pour autant être malveillant. C'était un début pas si mauvais compte tenu du passif entre les peuples.

  • Con.Local ou histoire ordre du dragon d'argent : 1d20+1 donne [1] + 1 = 2


L'ordre du dragon d'argent ... ils ont bien changé, je croyais que c'était des troubadours.

Modifié par un utilisateur lundi 16 avril 2018 13:23:21(UTC)  | Raison: Non indiquée

Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
thanks 1 utilisateur a remercié UrShulgi pour l'utilité de ce message.
Offline Guigui.  
#18 Envoyé le : mercredi 18 avril 2018 12:28:08(UTC)
Guigui
Rang : Staff
Inscrit le : 28/02/2013(UTC)
Messages : 6,862

Zorg
CA : 13 | C : 13 | D : 11
réf:+2 | vig:+2 | vol:+3

15 / 15


Quand, enfin, les éclaireurs annoncèrent que les remparts de Kénabres étaient en vue, Zorg sut qu'il y allait avoir une fin à son cauchemar.

Les jours de voyage à cheval, perché devant Ilse qui s'efforçait pourtant de faire maintenir à sa monture un rythme égal et le moins cahotant possible, se confondaient dans sa mémoire pour ne plus ressembler qu'à une longue litanie de douleurs. Il avait l'impression d'avoir le fessier en sang, et que plus aucune peau ni aucun tissu ne faisait écran entre son précieux postérieur et la selle cruelle. Il avait même fini par cesser de s'en plaindre tant il avait besoin de préserver ses forces pour affronter la torture qu'on lui infligeait. Comment un peuple pouvait-il avoir choisi un mode de transport aussi peu confortable ?

Mais l'arrivée sous les remparts et la rencontre avec les défenseurs de Kénabres offrirent à Zorg un dérivatif à ses malheurs. L'attitude froide et inquisitrice de la capitaine ne le surprit pas outre mesure, car il avait une idée assez précise de la mentalité des chevaliers qui défendaient le Mendev contre les démons. Mais la réponse du chef Ulf le surprit.

« Je... C'est vrai, je fais partie du clan, moi ? Comme ça, sans cérémonie ? » Hasarda-t-il à voix basse à Ilse, comme pour lui demander confirmation de quelque chose dont il doutait. D'un côté, il était heureux d'être ainsi accepté par le chef Ulf, mais de l'autre il se demandait pourquoi il n'avait pas eu droit à une cérémonie en son honneur, comme il était d'usage, il le savait, lorsque le clan acceptait un nouveau membre.

Lorsque l'entrevue fut terminée et que le convoi des Sang-Hurlants se dirigea au pas vers l'emplacement qu'on leur avait indiqué pour mettre pied à terre et monter le campement, Zorg en profita pour dire un mot à Aksana. « Je ne sais pas si vous connaissez les chevaliers mendeviens, meine liebe, mais vous devez savoir une chose : ce sont des obsédés. Ils n'ont que deux idées en tête : suivre leur dieu, et tuer les démons. Tout ce qui ne leur permet pas de faire ces deux choses est considéré au mieux comme inutile, au pire comme hostile. Et ils n'aiment pas trop les savants et les utilisateurs de magie comme vous et moi. Pour eux nous sommes des sorciers, dans le meilleur des cas nous sommes suspects. Je vous suggère de ne pas faire étalage de votre statut ou de vos pouvoirs. Devant eux, nous devrions simplement être les conseillers du chef Ulf, et rien d'autre. »
Bhaal reste à l'ombre en BM-96 | Zorg allume le feu en S-210 | Darmrok fait la guerre en N-211
Le combat à allonge
Le bloodrager abyssal
L'étroit mousquetaire
thanks 1 utilisateur a remercié Guigui pour l'utilité de ce message.
Offline Probe  
#19 Envoyé le : mercredi 18 avril 2018 20:46:05(UTC)
Probe
Rang : Staff
Éclaireur: Éclaireur - contributeur confirmé aux wikis de Pathfinder-FR
Inscrit le : 19/10/2015(UTC)
Messages : 5,362

Ilse
Jugement : 1/1
Sorts Lv1 : 3/3
CA 18 (C14, D14)
Ref +4,Vig+4,Vol+6

15 / 15

Lorsque Zorg fit part de sa surprise à Ilse quant à son appartenance affichée au clan, celle-ci se garda bien de le détromper en public. Bien sûr, les choses avaient été faites dans les règles, et Ulf était tenu de reconnaitre l'un des quatre champions officiellement, fut-il un gobelin ou un troll des montagnes. Cependant, elle doutait du fait que leur chef de guerre l'accepte entièrement en tant que tel dans son coeur. Pour l'avoir vu longtemps renier Jormung, la jeune femme ne se faisait pas d'illusion sur ce qu'il pensait au fond de lui.

Sans y faire attention, elle porta sa main à la tête du gnome et en ébouriffa les cheveux comme elle le faisait avec son jeune frère il y a de ça des années, ajoutant doucement : « Sans doute. Sans doute pas. Mais au pire, les apparences sont maintenues et tu pourras rester sans problèmes avec notre clan. »

Revenant ensuite à la capitaine, Ilse entreprit de la détailler du regard. La femme ne manquait pas d'autorité. Son armure aux reflets argentés lui offrait un surplus de charisme. Mais la chasseresse semblait réservée sur l'utilité de celle-ci. Manifestement tape-à-l'oeil, l'armure devait être une armure d'apparat dont l'utilité serait plus que limitée sur le champ de bataille. Essayant d'estimer le poids de celle-ci, elle ne put s'empêcher ensuite de renifler. Trop lourde. Une carapace de tortue la protégerait mieux que ça... Ces gens de la ville ont de drôles de coutumes. pensa t-elle tout bas alors qu'elle passait à proximité de Christa.

Se joignant au reste du clan qui prenait place au sein du campement, Ilse descendit la première de cheval afin d'aider le pauvre Zorg à faire de même. Pour quelqu'un n'étant jamais monté, le gnome avait valeureusement tenu le coup. Ca, elle devait bien le reconnaitre. Essayant de faire diversion en ignorant l'escorte supplémentaire dont la capitaine les avait doté, elle le félicita. « Encore deux semaines comme ça, et tu pourras monter tout seul comme l'un des nôtres ! » Ecoutant ensuite le conseil du pyromane en puissance, elle éprouva comme un sentiment d'incompréhension en comprenant ce qu'il voulait dire.

Hors de sa zone de confort et dans un environnement définitivement étranger, Ilse se promit de rester sur ses gardes. Le camp et ses alentours risquaient de lui réserver des surprises.

Modifié par un utilisateur mercredi 18 avril 2018 20:49:20(UTC)  | Raison: Non indiquée

D-230 Alchimiste torturé
BN-291 Champion désabusé
Offline vaidaick  
#20 Envoyé le : dimanche 22 avril 2018 12:40:32(UTC)
vaidaick
Rang : Sage d'honneur
Inscrit le : 22/11/2012(UTC)
Messages : 6,002
Le 8 Arodus 4717, le soir - Aux portes de Kenabres



lf avait pris en main l'installation du campement dès que la capitaine était rentrée dans Kenabres. Il semblait ne pas se préoccuper de l'accueil que les autres campements leur faisaient, mais Aksana le connaissait suffisamment pour voir en lui de l'agacement. Agacement qui se lisait également, et bien plus aisément, sur le visage de certains guerriers du clan, qui jetaient des regards peu amènes à leurs voisins quand ceux-ci paraissaient les observer un peu trop.

Parmi lesdits voisins, plusieurs arboraient des symboles du culte de Iomedae. Lourdement armés et armurés, l'or figurait parmi leurs couleurs prédominantes, mais chaque campement paraissait avoir une affiliation différente.

Trois petits campements de chevaliers infernaux, tout aussi lourdement armés, arboraient des ornements bien plus sombres. Deux étaient au symbole du Chéliax, tandis que le troisième affichait les couleurs d'Isger.

Enfin, plus de la moitié des campements n'arboraient pas de symbole spécifique, ou des symboles inconnus, et étaient composés de guerriers d'origines diverses. Ces troupes aux allures disparates étaient formées généralement de mercenaires ou de renégats, combattant auprès de la croisade pour l'argent, pour l'absolution de leurs pêchés, ou pour certains, pour la gloire et le plaisir des combats.

Les relations de voisinage furent quasi inexistantes en cette première soirée aux portes de Kenabres. Comme chaque soir, les yourtes furent rapidement montées, les chevaux pansés, le repas préparé, et les tours de garde organisés. Une rumeur prenait peu à peu de l'ampleur au sein de la tribu : on disait également que, comme chaque soir depuis le début du voyage, Aksana rejoindrait Ulf dans sa yourte une fois tout le monde couché...

La nuit se passa sans encombres, dans le silence tout relatif que pouvait représenter un regroupement d'hommes en armes et armures.



Le 9 Arodus 4717, à l'aube - Kenabres


e lendemain, à l'aube, Ulf vint chercher les Champions. « Venez avec moi. Nous allons demander à rencontrer le commandant dont nous a parlé la capitaine hier soir. » Il hésita alors que son regard se portait sur l'ensemble du groupe. « Au vu de ses remarques, ils risquent d'être étonnés, voire réticents à ce que ceux que je présenterai comme mes conseillers ne soient pour la plupart pas humains. J'espère que tout se passera bien, la tribu doit nous rejoindre d'ici quelques jours, et nous devons leur préparer un bon accueil. Sans quoi, voir arriver tout un clan risque de les crisper encore plus... »

Cette mise au point faite, il se dirigea avec les Champions à travers l'allée centrale menant aux portes de Kenabres. Portes immenses, renforcées de barres et pointes d'acier, entourée de murs d'une épaisseur sans pareille. Si Nerosyan se présentait comme une cité fortifiée tentant de garder une apparente beauté, du moins du point de vue des mendeviens, Kenabres ne cherchait en aucun cas à plaire : son seul et unique but était d'être une ville fortifiée impénétrable et intimidante.

Aux portes ne se trouvait nul garde. Seuls les vigiles, bien à l'abri au-dessus des remparts, veillaient à leur ouverture. A l'arrivée du petit groupe, après la déclinaison d'identité qui semblait être rituelle chez les croisés, les portes s'ouvrirent sur la ville. Si Ilse avait trouvé Nerosyan étrange et même répugnante, Kenabres la surpassait de très loin. L'odeur était nauséabonde, et les habitations petites et entassées les unes sur les autres. Deux gardes descendirent et leur demandèrent de les suivre. Ils les menèrent à travers la ville, remontant une grande rue.

Tout comme à Nerosyan, ils passèrent un second rempart, mais ici, au lieu de diviser la ville en quatre, ceux-ci semblaient former des districts de plus en plus petits. Ce second district était légèrement moins malodorant que le premier, mais la population et les habitations ne laissaient guère de doute pour Zorg : il s'agissait là d'un district de seconde zone, réservée aux habitants les plus nombreux et les plus pauvres de la cité.

Le troisième rempart menait à une zone d'habitation bien plus petite, et plus coquette. Un dernier rempart menait au centre de la ville, mais les gardes bifurquèrent vers un grand bâtiment à l'allure militaire. Non loin, Zorg crut reconnaître une silhouette qu'il n'avait pas vue depuis fort longtemps. Un corps svelte, des cheveux longs et bruns, un arc passé à l'épaule... Se pouvait-il que ce soit Wesley...?

Modifié par un utilisateur dimanche 22 avril 2018 12:41:47(UTC)  | Raison: Non indiquée

Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même. - Edmond Wells.
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
7 Pages123>»
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

| Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2023, Yet Another Forum.NET