Welcome Guest! To enable all features please Connexion ou Inscription.

Notification

Icon
Error

17 Pages«<151617
Options
Aller au dernier message Aller au dernier message non-lu
Offline UrShulgi  
#321 Envoyé le : lundi 14 juin 2021 08:48:24(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué
Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,520

Yogo Kuni
JdS +9, +9, +12
CA : 20
Vol : 11/11
2nd chance : 1/1
Invoc.Prot. : 11/11

93 / 79


Yogo souriait. Finalement, loin des plus puissantes magies, loin des prières aux divinités, loin des muscles puissants ou des mains habiles, c'est l'insistance des humains à une tâche répétitive qui leur avait permis de réussir. La chambre était leur.

Il surveillait le comportement des samurais du fort. L'idée d'avoir été trompé si longtemps devait leur restait en travers de la gorge. Yogo les invita à de nombreuses reprises à des communions avec les Kamis afin de les aider à surmonter cette épreuve. Lui-même dormait mal même si il n'avait besoin que de peu. Il n'avait jamais vu autant de gens autour de l'impératrice, de gens sachant tirer une lame.

Ameiko les avait réunis quant à la marche à suivre.
« Plusieurs pistes. Continuer à rassembler les artefacts. Continuer à acquérir et cimenter la loyauté des clans. Ainsi que la population. Leur montrer que vous n'êtes pas le Régent, que vous êtes une dirigeante différente. Qu'ils n'échangent pas des chaines pour d'autres aussi lourdes.
Shugenjas et prêtres pourraient également nosu rejoindre dans ce combat. »










Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Offline septimus  
#322 Envoyé le : mardi 15 juin 2021 12:51:49(UTC)
septimus
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 26/08/2014(UTC)
Messages : 5,568

Quoovar
ca : 26(C:16, s: 21)
Etat : normal
Sorts 5/7 6/6 4/5 1/3
A 4/6 D 6/9 T 3/6 E 2/2
Arcane Pool 9/10

96 / 96



Une fois l'arme ancestrale récupérée, Quoovar prit un moment pour communier avec l'arme pour en apprendre les capacités. Le kami en son sein n'était pas éveillé, mais les autres armes étaient des armes magiques puissantes, même sans la présence du kami. Une telle arme pourrait se révéler très utile pour la suite des opérations.

Quoovar assista au conseil. Il avait longuement réfléchi à la marche à suivre, et voulait partager ses pensées. Contrairement à ses habitudes d'avant toute cette campagne, il prit l'initiative de prendre la parole.

« Merci Yogo, je pense que l'aide des shugenjas et des prêtres à travers le pays sera essentielle, en particulier pour partager le message de la venue de l'Héritière pour que le peuple se soulève. On va rentrer dans une nouvelle phase du conflit, celle où la logistique des combattants sera tout aussi importante que l'acuité de ceux-ci. Il faut que nos forces puissent rivaliser avec ce qui est pour le moment l'armée du pays, et la meilleure manière est de pouvoir siphonner les gens de bien de celle-ci dans la notre.

Il a quelques jours ou semaines, j'avais fait part d'une analyse de la situation qui, je pense, est toujours valide. Nous manquons d'alliés et nos ennemis partent avec beaucoup d'avantages. Pour renverser la balance, je conseille de continuer nos angles d'attaques actuels:
  • Continuer notre recherche des armes ancestrales pour assoir notre légitimité. Une seule nous manque pour le moment.
  • Accroître le nombre de nos alliés. Nous avons une forteresse avec ses valeureux samouraïs, nous avons les rebelles de la région avec nous, et notre petit groupe originel. C'est un bon début, mais ça n'est clairement pas suffisant.
  • Faire passer le mot du retour de l'Héritière, pour que les 5 Tempêtes et les soutiens du Régent de Jade trouve de plus en plus difficile d'utiliser les ressources du Minkai en faisant passer le petit peuple hostile au pouvoir en place.


Pour ça, je préconise les actions suivantes:
  • Il faut utiliser pour la dernière fois l'avantage de la surprise avant que la présence de l'Héritière soit un lieu commun après la prise de cette forteresse. Il nous faut aussi une assise locale, avec une population suffisamment importante. La cible toute désignée est Hyosaï. Il faut reprendre Hyosaï au nom de l'Héritière. Je préconise qu'un petit groupe (Yogo qui lancerait le sort, Kira, moi et un ou deux autres volontaires) pour se téléporter à Hyosaï et tuer les officiers de la Garde Typhon en ville. Le temps de s'organiser et de planifier l'attaque, Ameiko et une troupe importante de la forteresse marcheront vers Hyosaï. L'idée est de nettoyer le pouvoir en place à temps pour que Ameiko puisse entrer en ville comme la libératrice du joug du Régent et en évitant un bain de sang de samouraïs. Kira a des réseaux sur place qu'on pourra utiliser.
  • Une fois Hyosaï libéré, on en fait notre place forte et le point de ralliement de la révolte. On contactera les kamis du Minkai de faire passer le message à tous les shugenjas que l'Héritière attend les gens de bien à Hyosaï. On renforce la cité et on attend.
  • On contacte le Clan Matsukage pour les prévenir de notre présence et pour tenter de s'organiser ensemble malgré la distance entre nos positions. On encourage les mouvements rebelles à travers le pays à tendre des embuscades aux troupes du Régent, et dans tous les cas de saper leur logistique et leurs efforts de guerre : rien que saboter la qualité de l'acier des forges pourrait sauver de nombreuses vies de notre côté.
  • Je vois ensuite deux possibilités : soit s'occuper d'abord de la dernière arme ancestrale, soit d'enquêter sur le sort de l'actuel Empereur. Le Régent de Jade tire sa légitimité des ordres de l'Empereur. Il faut voir ce qu'il en est en vrai : si l'Empereur est possédé, ou mort, ou dans tous les cas victime du Régent, exposer cette félonie au public devrait renverser l’allégeance de la majorité des clans du Minkai fidèles aux idéaux fondateurs du Minkai plutôt qu'au Régent.
  • Enfin, si le plan se déroule pas trop mal, on pourra s'occuper du Régent, soit dans une bataille rangée, soit en allant directement toquer à sa porte.


Par contre, j'ai plusieurs questions pour les locaux :
  • Savez-vous s'il y a des possibilités de trouver d'autres alliés, des peuples non-humains ou yokaï, ou des organisations en dehors des clans nobles, qui seraient susceptibles de se rallier à notre cause ?
  • Les Onis des 5 Tempêtes risquent de vouloir répliquer, que ça soit sous la forme d'armées régulières ou sous la forme d'assassinats. Quelles contre-mesures est-il possible de mettre en place rapidement pour éviter un assassinat ? Votre peuple a une longue histoire de lutte contre les onis changeformes ou de kistune un peu trop farceurs, je suppose que vous avez des traditions pour éviter les changeformes, non ?
  • Qui serait volontaire pour la très dangereuse, et pas très honorable je préviens, mission à Kyosaï ?
 »
Offline Boadicee  
#323 Envoyé le : samedi 26 juin 2021 17:41:59(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745
Lutte pour Minkai


Les mois qui suivirent le conseil de guerre furent agités. La saison jouait à leur avantage, et, profitant de l'hiver, leur premier mouvement fut de s'en prendre à Hiyosai. Kira fut en première ligne, ses agents disposant d'une vision précise, intime de la cité. Quelques jours à peine après la prise d'Eien no Nenshô, avant que la nouvelle du retour de l'Impératrice ne se soit répandue, les rebelles, mené par leur petit groupe et les volontaires parmi leurs alliés, surgirent des ombres de la ville décapitant le contingent de la Garde du Typhon qui y était stationné.

Outre les ninja de Kira, leur travail fut considérablement facilité par l'aide de la gouverneure, Naga Mizune de la famille Mizune, daimyô d'Hiyosai. Ses troupes les aidèrent à faire le ménage parmi les survivants de la Garde, dont l'essentiel préférèrent le suicide rituel à la capture. Malgré une vaillante défense, la prise de Hiyosai fut aisée. Avant que l'ennemi n'ai pu réagir, toute la province était leur, et ils avaient désormais l'alliance des Mizune, en plus de l'aide des Mariniers.

Les semaines suivantes furent consacrée à la diplomatie, mais cet effort fut principalement mené par Ameiko et ses conseillers. Les agents de Kira - messagers fiables - furent envoyés auprès des alliés potentiels, et des réponses leur parvinrent, provenant du clan Matsukage et de ses alliés. D'autres se joignirent à la lutte...Ameiko mena elle même une expédition à la rencontre des bandits de la forêt de Seseragi. A la tête de la bandes des Loups du Nord se trouvait une jeune femme du nom de Kaina Okishiro...qui prétendait être une descendante du clan Teikoku, une autre des familles impériales. Les négociations furent tendues, mais Ameiko parvint à obtenir son soutien en échange de la reconnaissance des droits de sa famille...et ses prétentions furent confirmées. En visitant Eien no Nensho, elle révéla, dans la chambre forte, un passage auquel seule sa famille pouvait accéder...où se trouvait le sceau des Teikoku, un sceau de jade en forme de loup, dont l'esprit confirma ses dires. Elle demeurait descendante d'une branche mineure, cependant, et de fait derrière les Amatatsu dans la ligne de succession.

Tandis qu'Ameiko jouait de l'arme diplomatique, Quoovar, Yogo, Kira et leurs compagnons montèrent une expédition pour retrouver la dernière arme qui leur manquait...dans les profondeurs du Mont Kazunan, ils durent affronter un dragon jaloux de son trésor. Ce n'est que lame à la main qu'ils purent le forcer à leur rendre le Vent de l'Est et le Vent du Nord, deux éventails ayant appartenu aux Sugimatu. Ameiko, talentueuse avec de telles armes, promis de les conserver en attendant de pouvoir les rendre à leur propriétaires.

Alors que la fin de l'hiver approchait, la province de Hiyosai tout entière était sous leur controle. Par ailleurs, ils disposaient grâce au soutien des Matsukage, de solides positions dans la province d'Akafûto, coupant le pays en deux.

Les alliés parmi les clans de samouraï de Minkai n'étaient pas leurs seuls soutiens. La Voie du Kirin, une société secrète dévouée à la prospérité par les échanges de connaissance et le commerce, se manifesta...et leur remis une de leurs plus précieuses reliques. Le Sceau des Sugimatu, dont ils avaient assuré la garde depuis des générations.

Mais alors que le printemps revenait à Minkaï, les choses allaient en s'accélérant. Kuro et Kurimi avaient par deux fois arrêté des tentatives d'assassinat sur Ameiko, avec l'aide de Shayliss Vinder, blessée dans la manoeuvre. Les assassins n'avaient pas pu tenter leur coup, mais l'Impératrice demeurait en danger. Il en allait de même pour Amaya, dont la fille, Junko, était née à la fin de l'hiver.

Au lieu de pouvoir fêter cet heureux évènements, cependant, ils durent faire face à leur premier défi d'ampleur. Les troupes de la famille Onoe, et leurs vassaux encore loyaux, soutenus par un petit contingent de la garde du Typhon, avait pris la route du Sud.

Et bien que les Loups du Nord aient entamé leurs forces et leur morale pendant la traversée de Seseragi, ils se présentaient à présent aux portes d'Hiyosai. Au Nord, au Sud et à l'Ouest, les alliés du Régent rassemblaient leur force, mais défaire les troupes d'Hanabi Onoe serait crucial pour la réussite de leur reconquête.

Le vent balayait les herbes tout juste sorties des neiges, et sur la plaine, les troupes des Mizune, de la forteresse, les Loups du Nord, et les clans mineurs qui s'étaient joints à eux faisaient face à l'armée des Onoe. Leur première bataille commençait maintenant.
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
thanks 2 utilisateur ont remercié Boadicee pour l'utilité de ce message.
Offline septimus  
#324 Envoyé le : mercredi 30 juin 2021 17:02:01(UTC)
septimus
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 26/08/2014(UTC)
Messages : 5,568

Quoovar
ca : 26(C:16, s: 21)
Etat : normal
Sorts 5/7 6/6 4/5 1/3
A 4/6 D 6/9 T 3/6 E 2/2
Arcane Pool 9/10

96 / 96



La fin de l'hiver s'était bien déroulé, avec plusieurs succès, que ce soit militaire, diplomatique ou ésotériques. Leur groupe devenu une armée avait acquis la totalité des armes ancestrales, plus deux autres sceaux et une famille impériale en plus. Ils étaient bien parti mais le premier défi de taille arrivait avec cette armée d'un des clans soutenant le Régent de Jade.

Guère à son aide dans un combat rangé, Quoovar avait proposé son aide pour partir en éclaireur, proposant même de s'infiltrer sous un déguisement dans le camp de l'armée d'Hanabi Onoe : il pouvait se camoufler, voler dans la nuit au milieu de leur camp, prendre l'apparence de l'un de leurs guerriers et explorer à loisir celui-ci, en particulier pour identifier leur forces et leurs lanceurs de sorts. Il fallait aussi avoir une meilleure intelligence de leurs officiers, et savoir en particulier si des onis étaient présents dans leurs officiers. Pour cela, le diadème du Paon était extrêmement utile.

Lors du conseil de guerre préparant la bataille, Quoovar exposa ce qu'il savait, et préconisa qu'Ameiko devrait être visible quasiment en première ligne : elle était un symbole et il fallait que leur armée fait de bric et de broc, sans vouloir être insultant, ait un point de ralliement et quelque chose de visible pour laquelle se battre. Il proposa de se faire passer pour un bushi sans nom et de rester à ses côtés pour être sûr que rien ne lui arrive. Ce symbole attirera probablement les foudres de leurs ennemis, mais Quoovar sera là pour les accueillir, avec plusieurs des plus aguerris de ses amis. Quoovar espérait que les onis ennemis sortiraient leur grand jeu et "sortirait du bois" comme certains disent.
En terme d'objectifs, il fallait concentrer leur puissance sur les onis identifiés, ou à défaut sur les lanceurs de sorts, bien trop capables de faire pencher une bataille en leur faveur.
Il faudrait ensuite compter sur l'enthousiasme des rebelles plus que sur leur expérience au combat. Lui-même n'avait après tout jamais combattu en bataille rangée. Ça serait nouveau. Probablement sanglant, mais il espérait qu'avec cette stratégie, ils éviteraient trop de morts inutiles.
Offline Boadicee  
#325 Envoyé le : dimanche 4 juillet 2021 23:25:02(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745
Lutte pour Minkai


Les préparatifs de la bataille furent minutieux, chacun conscient que cela pourrait permettre d'emporter la victoire avant que les lignes de combat ne se forment. Infiltrer les rangs de la Garde du Typhon ne se révéla pas facilement plusieurs des rebelles furent pris sur le fait, et durent s'enfuir, où furent exécutés...mais les plus doués d'entre eux, Quoovar, Shalelu et Kira en tête, parvinrent à saboter certains des stocks de munitions, et surtout à incendier la moitié du stock de poudre de leurs adversaires...mais surtout, à observer Hanabi Onoe et ses officers...et la Couronne du Paon ne laissait aucun doute: la cheffe du clan Onoe était un oni.

Le jour de la bataille venu, Ameiko pris la tête des troupes...non seulement était-elle parée d'une armure légère, mais étincelante, comme si elle était parée d'un voile de jade, courtoisie d'Hibana la forgeronne; mais l'esprit de Suishen se dressait à ses côtés. Kuro, portant la lance de Kaminari, la défendit dans le pire de la mêlée. Kurimi, menant les troupes du clan Matsukage qui les avaient rejoint, protégeait son autre flanc.

Malheureusement, Ameiko, porte étendard et symbole des rebelles au règne du Régent attirait aussi l'essentiel de l'attention. Mais même blessée, la jeune femme refusait de battre en retraite. Et malgré leur manque d'expérience, la maîtrise du terrain de ses troupes, la qualité de leur reconnaissance, et le soutien des esprits jouaient en leur faveur. La bataille était rude, mais les troupes du Régent et des Onoe perdaient du terrain. Ca, et les assauts répétés contre Hanabi Onoe elle-même la forcèrent à révéler sa véritable nature: une oni. Et pas n'importe quelle oni, une Yai du Feu, Sokenzan l'Embrasée, fossoyeuse du clan Teikoku elle même. Sa véritable forme créa un souffle dans la bataille, figeant un instant le fracas des armes, et au prix de terribles efforts qui laissèrent Hibana blessée, Kurimi borgne, et eurent raison de Mirai, ils parvinrent à l'abattre. Une autre des Cinq Tempêtes mordait la poussière.

Avec cette révélation, les troupes des Onoe, enragée pour la plupart, se tournèrent contre leurs officiers et les onis parmi eux, et si la Garde du Typhon demeura loyale au Régent, ils n'étaient désormais plus de taille. Les Loups de Seseragi tombèrent sur les forces qui battaient en retraite, menés par Kaina Okishiro, et anéantirent cette partie de l'armée du Régent. La victoire était leur.

Cette victoire permit d'asseoir leur contrôle sur l'Est du pays, mais les affrontements étaient toujours rudes dans l'Ouest, les forteresses des Matsukage désormais assiégés, et les provinces d'Akafuto et d'Enganoka a feu et à sang. Leurs alliés étaient rares dans cette région, d'autant que plusieurs avaient été la cible d'attaques de ninja, le Régent disposant apparemment de ses propres alliés dans les ombres.

Pire, la Garde du Typhon rassemblait la plus grande armée du pays à Kasai, l'envoyant vers le Nord pour écraser la rébellion...Mais cela leur laissa assez de temps pour prendre contact avec les kamis....spécifiquement, les Trois Soeurs de Cendre, Rin, Rei et Ran no Yogan...Les esprits étaient des créatures capricieuses, indéchiffrables, mais une chose était sure...elles haïssaient les onis bien plus que les mortels. Et sans avoir à lever les armes, l'essentiel du contingent de la Garde du Typhon fut effacé par une nuée ardente quand la montagne vomit sa colère.

Voyant que les esprits était contre lui, le Régent passa sur la défensive. Les rebelles avaient maintenant l'ascendant, mais les combats faisaient toujours rage dans le Sud et l'Est, et le Régent transformait Kasai en forteresse. Pire, la flotte de Jade contrôlait toujours les approches maritime, empêchant un véritable siège de la capitale.
Le Régent n'était pas inactif, cependant...Les attaques, assassinats et sabotages de ninja tengu se multiplièrent. Apparemment, il avait trouvé un moyen de convaincre les clans Tengu des montagnes Kamifushi de travailler pour lui.

Alors que l'automne approchait, Ameiko les rassembla pour un conseil de guerre exceptionnel. A ce rythme là, il faudra plusieurs années pour déloger le Régent, si ses assassins ne semaient pas assez de discorde parmi eux d'ici là. Mais les informateurs de Kira avaient obtenu des informations intéressantes...d'une part, l'Empereur était prétendument cloitré en méditation dans un monastère de Kasai, mais personne ne semblait l'avoir vu depuis près d'une décennie. Ensuite, le Régent avait pris le contrôle de la principale forteresse du clan tengu Kamifushi, mais il n'était pas impossible de libérer l'héritière du clan et par extension, le clan lui même, de l'influence du Régent.

Enfin, les alliés que le Régent gardait dans la capitale n'étaient pas si soudés que cela suite aux récents revers...et Ameiko suggéra, malgré sa nouvelle collection de cicatrices, une opération audacieuse pour mettre fin à la guerre au plus tôt: infiltrer la capitale, et détrôner personnellement le Régent et ses alliés proches. Le reste de la résistance s'effondrerait ensuite.
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Offline UrShulgi  
#326 Envoyé le : lundi 5 juillet 2021 18:09:10(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué
Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,520

Yogo Kuni
JdS +9, +9, +12
CA : 20
Vol : 11/11
2nd chance : 1/1
Invoc.Prot. : 11/11

93 / 79


Yogo s'épuisait avec les préparatifs, et plus encore, les batailles, et les vies perdues. Les batailles titillaient ses souvenirs de glorieux combats, effets magiques époustouflants, et victoires savourées, mais Yogo s'en détournait autant qu'il pouvait. Non, la guerre n'avait rien de jubilatoire ni de souhaitable, elle était la conséquence d'un trop long échec de paix.
La folie du Régent et de ses onis avaient fait des morts et des malheureux pendant des décennies, mais à présent, en voulant changer les choses, ils prélevaient à leur tour leur lot de morts, y compris indirectement parmi les leurs.

Yogo allait dans le sens d'Ameiko.
«  Les soutiens de l'ennemi sont divisés et continueront à l'être de plus en plus alors que nous progressons. Nous ne devons pas lâcher notre effort sur eux. Il serait intéressant également pour nous de comprendre comment les Tengus peuvent finir par s'allier à eux alors que leur félonie éclate au grand jour, soit ils sont menacés d'un chantage, soit l'attrait d'un gain certain les a convaincus. Toujours est-il que cette tactique désespérée mais audacieuse pourrait effectivement signer notre mort, mais également sceller notre victoire. L'ennemi ne s'attendra pas à quelque chose d'aussi risqué de notre part. »










Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Offline septimus  
#327 Envoyé le : mercredi 7 juillet 2021 10:58:06(UTC)
septimus
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 26/08/2014(UTC)
Messages : 5,568

Quoovar
ca : 26(C:16, s: 21)
Etat : normal
Sorts 5/7 6/6 4/5 1/3
A 4/6 D 6/9 T 3/6 E 2/2
Arcane Pool 9/10

96 / 96



La bataille s'était plus ou moins bien déroulée. Bien sûr, ils avaient eu des pertes, mais c'est malheureusement le prix à payer dans toute bataille, et la destruction d'un oni des Cinq Tempêtes, le deuxième, était un rude coup pour le Régent. Quoovar était particulièrement content de la réaction des humains présents dans l'armée ennemi : la plupart ne voulait pas obéir et se battre pour des onis, et se rebellait instantanément. Cela donnait du baume au cœur à Quoovar de savoir qu'ils pouvaient compter sur la volonté du peuple de ne pas suivre des onis.

Mais si les victoires se suivaient, le Régent et les Trois Tempêtes continuaient à les harceler, ce qui risquait d'affaiblir leur organisation. Lors du conseil de guerre, Quoovar écouta les différentes options avec attention.

« Je suis d'accord avec Yogo : les tengus doivent travailler pour le Régent uniquement par la menace ou l'extorsion. Et les tengus représentent à mon avis la plus grande menace. Notre révolte compte sur quelques individus pour la mener (et je ne parle pas de moi), et réussir à les assassiner nous ferait le plus grand mal. Prendre la capitale peut attendre, même si ça nous coûte.
Il faut essayer d'infiltrer la forteresse du clan Kamifushi et découvrir comment le Régent force les tengus à nous attaquer. Peut-être un autre oni est en position de force dans le clan, peut-être les onis font pression sur leur chef de clan... À nous de le découvrir. Par contre, si on le peut, que pourrait-on proposer aux Tengus si jamais on avait l'occasion d'en discuter ? Je sais que les tengus sont souvent maltraités ou rejetés dans le Minkai, quelle marge de négociation avons-nous pour un futur ensemble ?
Aussi, si on a la possibilité, je pense que c'est une bonne idée de faire une reconnaissance auprès du monastère où serait l'Empereur à Kasai : tant que la parole du Régent indique qu'il est en vie, il sera difficile d'avoir un soulèvement des masses du Minkai. Si ça semble trop dur, il faudra attendre de voir le résultat vis à vis des tengus.
Je proposerai aussi de faire passer le message que la guerre que nous menons est une guerre de libération contre la tyrannie des onis, pas une guerre d'invasion ou de conquête du pouvoir. Et que les kamis sont de notre côté. Serait-il possible de demander une simple démonstration aux kamis pour indiquer qu'ils sont de notre côté ? La simple apparition d'un puissant kami au temple à Kasai pourrait suffire pour couper l'herbe sous les pieds du Régent à mon avis... »
Offline Arkan  
#328 Envoyé le : vendredi 9 juillet 2021 23:21:23(UTC)
Arkan
Rang : Habitué
Inscrit le : 14/08/2013(UTC)
Messages : 1,254

KIRA
Ninja
CA 26/17/19

83 / 83


« S'il nous faut des ninjas, je pense qu'on peut en trouver de bons parmis mon peuple, enfin je veux dire...les gens comme moi »
proposa Kira, bougeant une de ses oreilles félines en fin de phrase pour montrer à quoi elle faisait allusion.
« Voir d'autres non humains nous rejoindre devrait sûrement faire pencher la balance en notre faveur chez les tengus non partisans du Régent »
Offline Boadicee  
#329 Envoyé le : samedi 10 juillet 2021 14:53:35(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745
Ameiko - Impératrice de Minkai



Ameiko écouta les avis de chacun, pesant soigneusement ses décisions. La cicatrice tout juste refermée à sa pommette se tendit.
« Ca ne m'enchante pas de laisser le peuple de Kasai souffrir plus longtemps que nécessaire sous la botte de ce tyran, ou de le laisser fortifier sa position, mais vous avez raison. Si nous ne nous débarrassons pas de cette menace et que notre premier assaut sur la ville échoue, nous risquons de nous retrouver dans une position très inconfortable.

Kira, si vous avez des contacts, des ninjas de talents nous serons aussi utiles. Ne serait-ce que pour remonter la piste des tengus; mais aussi pour nous infiltrer dans Kasai.

Et soyons clairs également: je ne tolérerai pas que les tengus soient victimes de la moindre discrimination. Qu'ils travaillent volontairement pour le Régent ou pas. En ce qui me concerne, ce sont des citoyens de Minkai comme les autres. Et s'ils n'ont pas été traités comme tels jusque là, c'est une erreur qu'il m'appartient de rectifier. »




La piste des tengu les mena jusqu'aux montagnes à l'extrême Nord de Minkai. Plusieurs clans de félinés vivaient dans les forêts du Nord Ouest, et avec leur aide, ils purent localiser la forteresse de Kamifushi, nichée dans les sommets enneigés des sommets du même nom.

Tandis que leurs armées consolidaient leur emprise sur l'essentiel du pays, et se frayaient un chemin, pas à pas, à travers les bastions de l'Ouest de la péninsule encore loyaux au Régent, ils découvrirent que la dernière héritière du clan Kamifushi, dominant parmi les clans tengu des montagnes, était prisonnière au sein de sa propre forteresse...sous la garde d'une envoyée du Régent. Et que tant qu'elle était menacée, le Régent disposait d'un sérieux moyen de pression.

S'infiltrer dans les rangs des tengu ne fut pas aisé, mais ils parvinrent à trouver un chemin à travers les cavernes grâce à l'aide d'esprits des montagnes; et à débarrasser Saya Kamifushi de sa geolière...même si cette dernière ne se laissa pas faire. Par inadvertance, ils avaient mis la main sur une autre des Cinqs Tempêtes, une Yai de l'Eau répondant au nom d'Oyusachi, l'Echo des Marées. La lutte laissa des traces non seulement sur la forteresse mais aussi sur eux, et Xian manqua à plusieurs reprises d'y laisser la vie. Ils l'emportèrent, avec un coup de main de la part des tengu, qui savaient saisir une opportunité quand ils en voyaient une.

Lorsque la poussière retomba, les Tempêtes n'étaient plus que Deux. Saya Kamifushi, se sentant endettée, et soucieuse de venger les souffrances et l'honneur de son clan, prêta serment de fidélité à Ameiko. Les tengus de Kamifushi étaient désormais de leur côté.

Mais la dernière ligne droite n'était pas des plus aisées. Au cours des derniers mois, Kasai était devenue une forteresse presque imprenable, et la Garde du Typhon qui la défendait était encore de bonne taille. Les arquebuses tanegashima des troupes du Régent étaient particulièrement redoutable pour la défense de la cité... et Ameiko opta pour l'infiltration. Elle, et un petit groupe de ses meilleurs alliés, allaient s'infiltrer dans la cité pour retrouver l'Empereur, ou confirmer sa mort, et pour détrôner le Régent, tandis que les troupes mèneraient un assaut prudent sur les murailles pour distraire la garde. Privée de chef, Ameiko tablaient sur un effondrement de la résistance.

Leurs guides tengu et félinés se révelèrent, une nouvelle fois, cruciaux, pour approcher la cité par les canaux, émergeant sur l'île-temple où l'Empereur était sensé s'être retiré. Ils avaient vu juste. Calmer les esprits en colère de l'île ne fut pas une mince affaire, mais Yogo était un shugenja talentueux...et il avait de bonnes lames pour le défendre le temps que les esprits l'entendent. L'Empereur Higashiyama était bel et bien mort. Reconnaissant la Lance de Kaminari, il implora le kami qui l'habitait d'aider les derniers défenseurs de Minkai dans leur lutte, et remit son sceau à Ameiko avant de disparaître, désormais en paix.

Ne serait que le Régent, et ses alliés, barricadés dans le palais impérial. Dehors, sur les murailles, la bataille commençait. Il pleuvait sur Kasai.
Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
Offline septimus  
#330 Envoyé le : mardi 13 juillet 2021 18:01:36(UTC)
septimus
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 26/08/2014(UTC)
Messages : 5,568

Quoovar
ca : 26(C:16, s: 21)
Etat : normal
Sorts 5/7 6/6 4/5 1/3
A 4/6 D 6/9 T 3/6 E 2/2
Arcane Pool 9/10

96 / 96



Quoovar fut content de voir que les tengus rejoignirent leur camp une fois que l'Oni qui les contrôlait fut détruite. Il restait toutefois encore deux des Cinq Tempêtes. Les Armes Ancestrales se réveillaient les unes après les autres, faisant gagner en respectabilité et en puissance. Leur petit groupe avait plusieurs héros : Xian, Kurimi, Kuro, Aloïs, voire même Hibana qui seraient les dépositaires de ces armes et pour pouvoir les utiliser dans le cœur de la bataille.

Quoovar fut naturellement dans le groupe menant l'assaut sur le monastère de l'Empereur. Il ne fut pas particulièrement surpris d'apprendre qu'il était mort, et que la chose qui était resté n'était qu'un fantôme. Malgré ses défauts, l'Empereur n'était sans doute pas responsable du Régent, il en était une victime comme beaucoup d'autres. Les Cinq Tempêtes l'aurait tué dès que son utilité aurait disparu. Mais sa bénédiction pourrait les aider encore. Mais il ne fallait pas tergiverser. Quoovar regardait de loin le Palais Impérial sous la pluie. Il entendait que trop bien le bruit de la guerre sur les murailles. En ce moment, l'armée d'Ameiko faisait diversion, et en payait probablement le prix du sang.

« Ameiko ? On ne peut pas laisser nos troupes mourir pour rien. Il faut continuer. Il ne reste "que" le Régent et deux des Cinq Tempêtes. Nous pouvons, nous devons le faire. Je peux voler jusque sur le toit et faire glisser une corde. Yogo peut en téléporter quelques uns à mes côtés. En rentrant par les étages supérieurs, on pourra ainsi éviter les trop nombreux gardes de l'extérieur.
Qu'en penses-tu ? On y va ? Pour le Minkai ? »
Offline UrShulgi  
#331 Envoyé le : mercredi 14 juillet 2021 11:32:23(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué
Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,520

Yogo Kuni
JdS +9, +9, +12
CA : 20
Vol : 11/11
2nd chance : 1/1
Invoc.Prot. : 11/11

93 / 79


Yogo ne connaissait que trop bien le prix de la guerre, et le torrent d'émotions et envies contradictoires qui prenaient aux tripes dans un moment pareil, de l'assaut désespéré pour vite en finir en passant par la fuite ou l'avancée pas à pas alors que les corps tombent et les projectiles pleuvent. Le stress qui faisait vomir, ceux qui se pissaient dessus aussi, ou imploraient les cieux alors qu'ils agonisent lentement dans leur sang. Oui, la guerre, ça n'était pas que la gloire, les lumières, et la victoire. Ameiko était hésitante. C'était certainement l'un des moments les plus importants, et des plus durs à gérer.
« Nous pouvons tenter la solution de Quoovar, qui me paraît bonne. Une autre option pourrait être de créer un brouillard de guerre, au sens propre comme figuré. Sonnons la retraite. Les Onis sont des créatures belliqueuses, poussons les à la faute, à sortir pour appuyer leur avantage alors qu'ils ne feront que réduire leur défense et perdre en force de tir.
Il y a une chance qu'ils maintiennent les rangs en contenant leur rage. Nous en profiterons pour invoquer des élémentaires et creuser des passages sous leurs pieds pour entrer. C'est un siège, la difficulté, c'est d'entrer.

Nous pourrions également pour forcer l'entrer créer des illusions de régiments pour leur faire perdre du temps et des munitions. Ou faire tomber des torrents de pluie pour réduire leur puissance de feu. Ou des esprits de feu, créant de nombreuses explosions.
Il nous faut briser leur avantage.

Les alliés de Kira et Tengus pourraient également peut-être trouver une entrée cachée. Peu d'Onis peuvent se téléporter, ils ont donc probablement construit une ou plusieurs sorties de secours. Bayushi peut également communier avec la nature et ses kamis pour nous aider à le savoir. »






Modifié par un utilisateur mercredi 14 juillet 2021 11:47:22(UTC)  | Raison: Non indiquée

Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
Offline Arkan  
#332 Envoyé le : jeudi 15 juillet 2021 20:38:00(UTC)
Arkan
Rang : Habitué
Inscrit le : 14/08/2013(UTC)
Messages : 1,254

KIRA
Ninja
CA 26/17/19

83 / 83


« Yogo, vous venez de faire naitre un plan dans mon esprit.
S'il y a vraiment une sortie de secours, c'est le lieu idéal pour une embuscade : s'ils se replient, jamais ils ne s'attendront à trouver des adversaires dans leur sortie secrète. J'ai peur que ce soit difficile à faire par contre car il faudrait d'abord visiter leurs retranchements avant de la trouver. Et ce, sans se faire attraper alors que leur vigilance doit être extrême vu leur situation.
Tous les deux »
dit elle à ses deux compagnons
« Vous pensez que ça vaut le coup d'essayer ? »

Modifié par un utilisateur jeudi 15 juillet 2021 20:58:10(UTC)  | Raison: Non indiquée

Offline Boadicee  
#333 Envoyé le : dimanche 18 juillet 2021 18:50:25(UTC)
Boadicee
Rang : Habitué
Inscrit le : 21/08/2014(UTC)
Messages : 4,745
Ameiko - Impératrice de Minkai



Ameiko fronça les sourcils, réfléchissant à toute vitesse. Pour leur infiltration, elle avait troqué son armure pour une tenue de cuir, mais on pouvait deviner ses muscles tressaillant sous la tension.
« Tu as raison, Yogo, nous pourrions jouer la montre. Mais nous sommes déjà à l'intérieur des murs, il serait dommage de ne pas profiter de l'occasion. J'ai confiance en Kurimi et Xian. Elle ne sacrifierait pas des troupes inutilement, et je lui ai demandé de faire diversion le plus prudemment possible.

Kira, j'aime bien ta proposition, mais il y a un problème. Pour l'instant, le Régent se terre dans son palais. Et pour l'en faire sortir, surtout par une sortie de secours, il faudrait une bonne raison. Par contre, tous les gardes sont sur les remparts. Nous avons une opportunité, je pense. Essayons de trouver cette issue de secours...ça nous permettra de nous infiltrer dans le palais et d'attaquer le Régent là où il se croit en sécurité. »


Profitant de la confusion de la bataille, et avec l'aide, entre autres, des agents de Kira et des Tengus infiltrés en ville, ils purent quitter l'île-temple où le spectre du dernier empereur les avait remercié. Grâce à la brume levée par un esprit des vents amical, et alors qu'une tempête se formait au dessus de Kasai, ils se glissèrent dans les réseaux de canaux souterrains, respirant l'eau avec l'aide de la magie, traversant des grilles submergées pour ressurgir dans les magnifiques jardin du palais.

Là, la guerre semblait n'avoir jamais eu lieu. Les arbres montraient leurs feuilles d'automne, tapissant les jardins d'orangé et de rouge. La brise dansait dans les feuilles mortes, caressant les statues silencieuses. Le temple de Susumu dressait sa silhouette laquée de noire au dessus des jardins. Mais le conflit n'était pas entièrement absent de ce tableau...Ou plutôt, son existence était trahie par une absence. L'absence de gardes. Ils en repérèrent bien quelques uns, surveillant les murailles, et patrouillant les jardins, mais pour des experts, et sous couvert de l'invisibilité, il ne fut pas difficile de les éviter. De toute évidence, toutes les lames disponibles étaient affectée à la défense des murailles.

Ensembles, ils franchirent les broussailles des jardins, traversèrent couloirs déserts et allées pavées, flanquées de statues portant les armures d'illustres généraux du passé. Ils traversèrent un hall où s'alignait d'innombrables paravents portant des scènes des batailles de l'histoire de Minkai. Au bout d'un couloir au sol de marbre noir, ils traversèrent les immenses portes, ouvertes de la salle du trône.


Sur le trône de Minkai, taillé d'une seule pièce dans un bloc de Jade, le Régent les attendait. Son visage était masqué par un mempô représentant un démon grimaçant, et son armure d'apparat, bardée d'enchantement, était de la même couleur jade que son trône. Deux dragons de pierre sculptée grimaçaient au pied de la volée de marche menant au trône. A ses côtés se trouvait une femme portant de riches kimono de soie, les yeux laiteux, aveugles, mais d'une rare beauté. Elle parlait avec le Régent à voix basse, l'air inquiet, mais à leur proximité, il devait s'agir d'une maîtresse...A son crédit, le Régent garda la maîtrise de lui même en les voyant entrer. Ce n'est que lorsqu'il se redressa que sa maîtresse remarqua leur présence.

Ramassant l'énorme no-dachi posée de l'autre côté du trône, le Régent se mit en garde.
« Je me doutais que votre témérité vous mènerait ici, un jour où l'autre. Aujourd'hui, semblerait il. Sage décision. Mes hommes sont sur les murailles. Mes alliés tengu m'ont abandonné. C'est une occasion inespérée, pour vous. Mais je n'abandonnerai pas mon trône aussi facilement. En garde! »

La femme a ses côtés sembla vouloir se joindre à lui, mais le Régent l'arrêta d'un geste.
« Pas aujourd'hui, Oyako. Je ne veux pas te risquer. »

Ameiko inclina la tête, en signe de respect pour la décision du Régent de croiser le fer, et déploya ses deux éventails de combat, le Vent du Nord et le Vent de l'Est.
« Et nous n'abandonnerons pas notre quête. En garde. »

Mais alors qu'Ameiko se portait à la rencontre du Régent, un vent violent se leva dans la salle du trône, formant des tourbillons et des bourrasques d'une force démente, coupant la salle en deux. Ameiko et le Régent étaient de l'autre côté; mais le reste des compagnons de l'impératrice n'étaient pas seuls. Emergeant des bourrasques, grandissant un chaque pas, un titanesque Yai Céleste, brandissant une épée à sept branches, se dressait devant eux. Il grommelait entre ses défenses recourbées.
« Il semblerait que mon neveu se décide à faire preuve d'un semblant d'honneur. Dommage, j'avais bon espoir pour ce petit. Mais votre rébellion est futile. Nous sommes éternels, et votre petite bande ne nous stoppera pas!

Mon nom est Anamurumon, première des Cinq Tempêtes. Et pour vous, la dernière! »




L'affrontement fut terrible. Les autres membres des Cinq Tempêtes n'avaient jamais été facile à vaincre, mais Anamurumon était un adversaire d'un tout autre niveau. Les étincelles de l'acier contre l'acier illuminaient la salle désormais plongée dans des nuées tumultueuses, illuminées d'éclairs. Sans le sol sous leurs pieds, ils auraient pu croire être en train de livrer bataille au cœur d'un nuage d'orage. L'air sentait le sang, l'ozone, et la pluie.

Lorsque le vent retomba, Anamurumon, finalement terrassé, gisait à leurs pieds, son immense carcasse preuve de leur victoire. L'oni laissait son lot de blessure, et plusieurs d'entre eux avaient manqué d'être calciné par la foudre pendant l'affrontement. C'est grâce à l'aide des armes ancestrales, et des esprits qui les habitaient, qu'ils avaient finalement pu remporter la victoire.

Et à présent que la tempête se calmait, ils purent enfin rejoindre Ameiko. L'Impératrice n'avait pas usurpé sa réputation. Le souffle court, elle était affalée sur les marches du trône. Une longe balafre marquait son visage, l'une de ses mains avait perdu plusieurs doigts, et elle pressait l'autre contre une plaie à son côté.

Armure à demi-démantelée, le Régent ne serrait plus son épée dans son poing. La mort avait relâché sa prise. A présent qu'ils le voyaient à visage découvert, il était clair que le Régent était un demi-oni. L'origine, sans doute, de son lien avec les Cinq Tempêtes.

Ameiko sourit tant bien que mal.
« Je crois que la victoire est nôtre... »



Les semaines qui suivirent furent rendue floue par le torrent d'évènement. La résistance de la garde du Typhon et des alliés du Régent s'était effondrée après sa mort, et si tous n'étaient pas vaincu, le régime du Régent avait pris fin.

Ameiko, guérie de l'essentiel de ses blessures, avaient été couronnée impératrice, avec la bénédiction des sceaux des Cinq Familles. Les autres héritiers qu'ils avaient rencontré, issus de branches plus éloignés, reformèrent, avec sa bénédiction, leur clan. Amaya et son enfant s'établirent au palais, de même qu'Aloïs et les membres de la caravane.

Leur présence avait d'abord paru incongrue, mais beaucoup de nobles de Minkai s'étaient battu à leurs côté pendant la rébellion, et n'étaient plus déstabilisés par les amis de leur nouvelle impératrice.

Peu à peu, la situation se calmait. Ameiko avait fort à faire, une cour à rétablir, une noblesse à reconstituer, les alliés du Régent à juger, et d'innombrables injustices à réparer, mais pour l'heure, elle semblait reprendre son souffle devant l'ampleur de la tâche qui l'attendait encore. Cela ne l'avait pas empêché de nommer ses compagnons Héros de Minkaï, cependant. Ce qui s'accompagnait du statut, honorifique certes, de samouraï.

Alors que la situation se stabilisait, les compagnons d'Ameiko se séparèrent un à un. Nombre d'entre eux demeurèrent au palais. Hibana s'installa comme forgeronne. Shalelu y fit étape pour l'instant, en attendant de décider où elle irait ensuite. Koya, elle aussi, préparait ses prochains voyages. Sandru et l'essentiel des caravaniers reprirent la route de Varisie, avec la promesse de revenir à la prochaine saison, et Ameiko entreprenait déjà de rouvrir la route commerciale via le Pole, vers Avistan.

Shayliss, désormais apprentie de Quoovar, rejoignit les rangs des agents du palais. Les tengu avaient aussi fort à faire de ce point de vue, pour protéger le règne encore jeune de l'impératrice. Cette dernière leur avait accordé, à eux et aux hommes-chats, le même statut que les autres citoyens de Minkai, en profitant pour annuler un certain nombres de lois discriminatoires au passage.

Kelda ne quittait pas son demi-elfe préféré, et Kurimi avait été nommé à la tête de la garde impériale. Kuro avait formellement rompu son vœu de silence, et après de longues conversations avec la nouvelle impératrice, quitté son service direct. Elle semblait vouloir accompagner Yogo dans ses voyages, et découvrir un peu ce que vivre pour elle même voulait dire.

Leurs histoires ne sont pas encore à leur terme, mais celle de la reconquête de Minkai, elle, s'achève ici.

Modifié par un utilisateur dimanche 18 juillet 2021 18:56:25(UTC)  | Raison: Non indiquée

Cry havoc, and let slip the hellhounds of war.
thanks 2 utilisateur ont remercié Boadicee pour l'utilité de ce message.
Offline septimus  
#334 Envoyé le : mardi 27 juillet 2021 14:23:04(UTC)
septimus
Rang : Habitué
Mécène: Merci de ton soutien !
Inscrit le : 26/08/2014(UTC)
Messages : 5,568

Quoovar
ca : 26(C:16, s: 21)
Etat : normal
Sorts 5/7 6/6 4/5 1/3
A 4/6 D 6/9 T 3/6 E 2/2
Arcane Pool 9/10

96 / 96


Pouvoirs d'école


Quoovar n'était pas particulièrement content que sa proposition d'y aller bille en tête soit retenue par Ameiko : il savait que c'était risqué, et que probablement certains n'en sortiraient pas vivants, ou intacts, mais en son for intérieur, il pensait que c'était la meilleure solution pour le reste de leurs compagnons et pour le pays. Il ne fallait pas laisser le temps au Régent et à ses alliés de s'organiser. Probablement trop corrompus par l'attrait du pouvoir, chose à laquelle ni Ameiko ni Quoovar n'étaient sensibles, leurs adversaires ne voudraient probablement pas fuir, ou planifier une retraite ou un abandon tant que tout ne serait pas contre eux. Mais Ameiko et ses compagnons, Quoovar en tête, n'allaient pas abandonner non plus. Ils avaient trop risqué, trop perdu d'êtres chers dans leurs combats contre le Régent et sa tyrannie. Ils étaient prêts à payer le prix ultime pour ce dernier combat.

Le Temple de Susumu était tranquille, trop tranquille. Aucun garde de présent. C'était à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. Une bonne car cela signifiait moins de combats à faire avant la bataille finale, mais aussi une mauvaise nouvelle car cela signifiait aussi que leurs ennemis n'auraient aucune retenue à utiliser leurs pires pouvoirs et à montrer leur apparence de monstres.

Face au régent, Quoovar tenta bien de rejoindre Ameiko contre le Régent, et tant pis pour "l'honneur". Quoovar n'était pas un homme qui avait une haute d'opinion de l'honneur, si cela signifiait mourir ou perdre une bataille. Mais il fut interrompu par Anamurumon, la dernière et sans doute la plus puissante des Cinq Tempêtes. Comme contre les quatre autres, le combat fut compliqué. Quoovar tenta de rester au corps à corps avec l'Oni, tout en essayant de protéger avec sa magie le reste de ses compagnons, mais l'Oni était très puissante, trop puissante. Quoovar évita de justement de perdre la tête avec un coup d'épée, mais il prit de plein fouet plusieurs éclairs qui le laissait en partie paralysé, mais il parvint à distraire suffisamment Anamurumon pour que Xian puisse porter le coup fatal, non sans prendre un dernier coup d'épée dans la tête. Quoovar perdit un œil dans le combat, et la partie de son visage, déjà brûlée depuis des décennies, fut en grande partie paralysée. Mais c'était un prix minime à payer pour la victoire. Haletant, fatigué comme il ne l'avait pas été depuis bien des années, Quoovar était satisfait de leur victoire. Certes, ils avaient des blessures ici et là, mais ils étaient vivants. Vivants et victorieux. Le temps des célébrations et du repos était venu.



Quoovar se fit extrêmement discret dans les semaines suivantes. Toute cette activité frénétique, tous ces fonctionnaires et courtisants qui orbitaient désormais autour d'Ameiko et des quelques membres de la caravane qui avaient pris des positions dans la cour, cela rendait quasiment malade Quoovar. Il préférait combattre des onis, des géants, voire des linnorms, plutôt que de devenir courtisan, avec les innombrables ronds de jambes et autres hypocrisies. Néanmoins, il poussa Kelda à prendre une telle position. Il savait que la guerrière Ulfen n'était pas trop ravie de cela, mais Quoovar pensait que ce serait bien pour elle de gagner en stature et en reconnaissance. Quoovar s'en fichait totalement de son status, mais il savait que Kelda avait le désir de se voir reconnaître pour ce qu'elle était : une puissante guerrière, une chef honorée et respectée pour sa force et son charisme.

Quoovar continua de former Shayliss, et ensemble défaire plusieurs intrigues qui auraient été blessante pour Ameiko et son nouveau reigne. Quand Sandru repartit vers la Varisie à l'automne avec une bonne partie des compagnons qui voulaient revenir en Varisie, Quoovar resta à Kosai. Il avait des projets, et s'il ne comptait pas rester à Kosai toute sa vie, ce n'était pas le bon moment pour partir. La raison fut rapidement apparente, et Kelda accoucha au premier dégel l'année suivante d'une magnifique fille qu'ils prénommèrent Frigda. Quoovar insista pour qu'elle prenne le nom de Kelda, Helgrimmsdottir, car Quoovar n'avait pas de nom, et s'en fichait de la réputation de celui-ci, alors que le nom était une chose importante chez les Ulfens.



Quoovar et Kelda prirent alors congé, pour le moment, de la cour de Kosai, d'Ameiko et des compagnons restés auprès d'elle. C'est en tête d'une délégation marchande et politique du Minkai que le couple partit vers Karlsgaard. Kelda avait officiellement nommée ambassadrice du Minkai auprès des royaumes linnorms, et au delà. Ameiko avait de grands désirs de connecter son pays, et son économie, avec l'Avistant, et la mission de Kelda serait de pérenniser la relation marchande avec les Ulfen, mais aussi de contacter d'autres régions de l'Avistant, la Varisie et le Taldor en tête. Grâce aux capacités devenues hors norme du couple, le trajet fut sans incident majeur. Frigda fit ses premiers pas et dit ses premiers mots sur la banquise de la Couronne du Monde. Elle émerveillait tout le monde par son sourire et sa beauté.

Quoovar et Kelda restèrent un hivernage à Karlsgaard, de manière à bien sécuriser les accords marchands avec les autres marchands de la Cité. Il fallu parfois en venir au main, mais Kelda montra sa puissance en combat, et Quoovar fut suffisamment subtil et clairvoyant pour préparer le terrain des hostilités. Le couple se fit rapidement une réputation d'alliés fidèles et profitables, mais plus encore une réputation d'ennemis mortels et totalement efficace. Le nettoyage de Ravenscraag par leur petit groupe était resté dans l'image populaire de Karlsgaard, et seuls les plus fous ou désespéré leur cherchaient des noises. Kelda reprit le flambeau de son nom, montrant à son père et à sa famille que, bien qu'elle fut une femme, elle était tout aussi capable de mener sa vie comme elle l'entendait, et que s'ils n'étaient pas contents c'était du pareil au même. Malgré leur désaccord, sa famille dut se rendre à l'évidence et Kelda fut honorée en tant que cheffe de famille.

Le printemps suivant, ils partirent par la route, en plus petit comité, vers la Varisie. En contact avec Ameiko et la varisie depuis des années, Ameiko avait organisé le rapatriement de ses possessions et de ses gens, du moins ceux qui voulaient, vers le Minkai. Il s'écoulerait probablement des années avant que Ameiko puisse faire un voyage international, si jamais cela arrivait avant qu'elle ne meurt de vieillesse, mais Ameiko voulait récupérer plusieurs affaires dans ses demeures à Pointesable et à Magnimar. C'est ainsi que Quoovar rentra, très différent du jour de son départ, à Pointesable trois ans après. Tout était plus ou moins organisé mais il faisait office de procuration pour Ameiko : il fallait remettre la possession de la taverne d'Ameiko dans les mains de son fidèle serviteur qui la tenait depuis son départ. Il fallait aussi récupérer quelques objets sentimentaux pour la jeune fille, et organiser et préparer le départ des quelques personnes qui voulaient la rejoindre au Minkai. Kelda et Quoovar partirent ensuite à Magnimar avec leur petite troupe. Ils organisèrent là les possessions de la famille Kaijustu comme Ameiko le souhaitait. Vu que l'automne approchait, il était trop tard pour partir vers le Minkai de suite, mais Kelda, Quoovar et Frigda partirent en bateau vers Absalom et le Taldor. Officiellement pour établir une ambassade et un point de contact avec la Cité de la Pierre-Étoile, mais aussi avec la flotte marchande d'Oppara et Cassomir pour établir des relations commerciales qui apporteraient la prospérité au peuple du Minkai.

Toutefois, le jeune couple profitèrent de cet escapade pour poser l'ancre quelques jours à Sothis. Kelda était devenue une puissante guerrière, et une oracle de Sekhmet. Elle voulait en savoir plus sur cette divinité, et quoi de mieux que d'aller directement poser la question au grand temple de Sekhmet dans l'Osirion qui l'avait eu comme déesse depuis des temps immémoriaux ?

Des réponses obtenues, le couple repartit vers Magnimar puis vers Karlsgaard en bateau avec la caravane composée des fidèles varisiens d'Ameiko. Le printemps suivant, ils traversèrent le Couronne du Monde, pour la troisième fois, avant d'arriver au Minkai tranquillement. Kelda et Quoovar firent de nombreux allers et retours entre l'Avistan et le Minkai, poussant la coopération marchande tout en démontant les plans trop machiavéliques de certaines organisations. Le peuple du Minkai put profiter grâce à eux d'un renouveau de leur commerce, il devint courant de voir des scultpures sur bois typiquement Tian, ou des estampes sur encre, dans les commerces de toute la côte de l'Avistan jusqu'à Oppara.

Kelda et Quoovar eurent en tout cinq enfants, trois filles et deux fils, qui furent tous anoblis par Ameiko. Leur plus grande fierté, toutefois, fut la nomination de Frigda en tant que Shugenja de la Cour. La jeune fille, formée par des années de voyage et d'expérience auprès de ses parents, avait fini par devenir une apprentie extrêmement douée auprès de Yogo. Remarquable fusion de l'esprit de liberté de son père, de l'influence magique de la guerre et de la guérison de sa mère, elle avait trouvé la paix auprès des Kamis du Minkai. La nouvelle génération était prête.
Offline UrShulgi  
#335 Envoyé le : lundi 18 octobre 2021 18:36:29(UTC)
UrShulgi
Rang : Habitué
Inscrit le : 14/03/2012(UTC)
Messages : 5,520

Yogo Kuni
JdS +9, +9, +12
CA : 20
Vol : 11/11
2nd chance : 1/1
Invoc.Prot. : 11/11

93 / 79


La bataille avait fait rage, et Yogo fut satisfait du dénouement, du moins, autant qu'on puisse l'être dans une guerre et son lourd tribut en vies, parfois innocentes. Il était heureux car sa magie avait fortement aidé l'impératrice et ses troupes, mais c'est bien l'impératrice qui avait fait le dernier effort, le seul valable et important, celui d'occire le Régent.
Ainsi la gloire lui revenait et la légitimité qu'elle plaçait sur le trône s'en trouvait renforcé.

Des vies antérieures avaient amené toute la gloire et l'attention dont on pouvait rêver, et Yogo ne visait rien de tout cela dans cette vie-ci. Pour tout dire, il allait peut-être prendre pour lui-même ce conseil qu'il avait donné à Kuro, à savoir vivre cette vie pleinement.

Pour autant, le shugenja n'avait pas prévu d'abandonner ses devoirs, les plaisirs de la vie n'empêchaient nullement de les accomplir. Mieux, sa magie avait repris un niveau de puissance suffisant pour pouvoir se rendre aisément n'importe où en un claquement de doigts. Il put ainsi veiller sur Ameiko et sur les membres du groupe qui le souhaitaient, créant de petits objets magiques leur permettant de manifester leur mise en danger ou nécessité pour le faire venir. Pour les faire venir, puisqu'à présent, il voyageait avec Kuro, dans une relation qui ne manquait pas d'interroger, tant chacun dévoilait peu sur leurs moments et aspirations, bien qu'on lisait sur leur visage, à minima, le témoignage d'une tendresse ou d'un sentiment fort.

Les mois qui suivirent confirmèrent tout ceci. Bien que plus furtive que les autres relations dans le groupe qui était jadis "de la caravane", une alchimie était indéniablement née. Aucune naissance ne vint "troubler" de leur côté la vie d'Ameiko, car Kuro et Yogo mirent à profit leur temps certes pour voyager, mais aussi pour régler tous les troubles que leur chemin avait pu amener ou ne pas résoudre les mois précédents, comme offrir un repos enfin éternel à certaines revenantes, ou aider certaines familles qui avaient tout perdu. Il aida également Ameiko à entretenir des relations politiques et économiques avec les contrées qu'ils avaient visitées, en commençant par la Varisie.

Juste quand Yogo pensait que sa charge de devoirs allait rudement baisser, Frigda, l'une des filles de Kelda et Quoovar, manifestait des pouvoirs, et semblait avoir besoin d'un encadrement. Leur relation était des plus agréables pour Yogo puisqu'il n'avait pas encore eu de disciple dans cette vie, et qu'il constatait fréquemment comme elle tenait de chacun de ses parents en terme de caractère. Elle lui permit de remémorer indirectement de nombreux moments passés avec la Caravane le long du chemin. Et, sans qu'il ne s'y attende, faisait grandir en lui le désir d'être père, et de voir une Kuro miniature jouer le long des rizières ou dans les lacs du levant.







Qui sème le vent ... est déjà d'un bon niveau.
thanks 2 utilisateur ont remercié UrShulgi pour l'utilité de ce message.
Utilisateurs actuellement sur ce sujet
17 Pages«<151617
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum.
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce forum.
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum.

| Pathfinder-fr v2 Theme by Styx31, with some icons from fugue
Propulsé par YAF.NET | YAF.NET © 2003-2022, Yet Another Forum.NET