Présentation

Les gobelins sont une race de créatures aussi petites que des enfants, mais d’une nature si vorace et destructrice qu’ils sont presque tous méprisés. Lâches et faibles, ils sont souvent manipulés ou asservis par les êtres plus puissants qui ont besoin de fantassins dévastateurs, mais facilement remplaçables. Les gobelins qui comptent sur leur propre intelligence pour survivre vivent aux frontières de la société et se nourrissent des déchets et des membres les plus faibles des peuples civilisés. La plupart des autres races les voient comme de virulents parasites impossibles à exterminer. Les gobelins peuvent manger presque n’importe quoi, mais préfèrent la viande et considèrent la chair humaine et gnome comme un met rare et difficile à se procurer. S’ils craignent les races plus grandes qu’eux, leur mémoire courte et leurs appétits insatiables les poussent souvent à entrer en guerre ou à lancer des attaques contre elles pour satisfaire leurs besoins pernicieux et remplir leurs immenses garde-manger.

Description physique. Les gobelins sont d’affreux petits humanoïdes mesurant à peine plus de 90 centimètres. Leur corps décharné est surmonté d’une tête démesurée généralement chauve, avec de grandes oreilles et des yeux rouges perçants, parfois jaunes. Leur couleur de peau varie en fonction de leur environnement ; les couleurs courantes incluent les tons verts, gris et bleus, mais on trouve des gobelins à la peau noire, voire même à la peau pâle. Leur bouche immense aux dents déchiquetées sert bien leurs appétits voraces.

Société. Violents, mais féconds, les gobelins vivent dans des structures tribales primitives soumises à de constants changements de pouvoir. Rarement capables de subvenir à leurs propres besoins par l’agriculture ou la chasse et la cueillette, les tribus gobelines vivent là où la nourriture abonde ou près des endroits où elles peuvent la voler. Étant donné qu’ils sont incapables de construire des fortifications dignes de ce nom et ont été rejetés de la plupart des lieux facilement accessibles, les gobelins vivent généralement dans des endroits reculés et désagréables, et leurs pauvres talents pour la construction et la planification les forcent à s’abriter dans des grottes sommaires, des villages délabrés et des structures abandonnées. Certains sont doués avec les outils ou pour l’agriculture, et les rares objets de quelque valeur qu’ils possèdent sont généralement des instruments dont se sont débarrassés des humains ou d’autres cultures civilisées.

Du fait de leurs appétits et de leur piètre faculté d’anticipation, les petites tribus sont dominées par les guerriers les plus forts. Même les chefs gobelins les plus solides savent que leur survie dépend des attaques qu’ils lancent régulièrement pour sécuriser les sources de nourriture et tuer les jeunes membres les plus agressifs de la tribu. Les gobelins hommes et femmes sont aussi laids et vicieux les uns que les autres, et les deux sexes sont tout aussi susceptibles de s’élever à des positions de pouvoir au sein d’une tribu.

Les bébés gobelins sont pratiquement autonomes peu de temps après leur naissance, et ces enfants sont presque traités comme des animaux de compagnie. Beaucoup de tribus élèvent collectivement leurs enfants dans des cages ou des enclos qui permettent aux adultes de les ignorer en grande partie. La mortalité est élevée chez les jeunes gobelins, et lorsque les adultes ne leur donnent pas à manger ou lorsque la nourriture vient à manquer, les jeunes apprennent très tôt que le cannibalisme est parfois le meilleur moyen de survivre au sein des tribus gobelines.

Relations. Les gobelins voient généralement les autres êtres comme des sources de nourriture, ce qui fait d’eux de piètres partenaires pour la plupart des races civilisées. Les gobelins survivent souvent aux frontières de la société humaine : ils chassent les faibles ou les voyageurs égarés et attaquent parfois les petits villages pour satisfaire leurs appétits voraces. Ils ressentent une hostilité particulière envers les gnomes et célèbrent la capture ou le massacre de ces créatures en festoyant. De la plupart des races de base, les demi-orques sont les plus tolérants envers les gobelins, car ils partagent avec eux une ascendance commune et font face aux mêmes problèmes d’intolérance. Mais, le plus souvent, les gobelins n’ont pas conscience de la sympathie que leur témoignent les demi-orques et les évitent parce qu’ils sont plus grands, plus méchants et moins goûteux que les autres humanoïdes.

Alignement et religion. Les gobelins sont naturellement avides, capricieux et destructeurs, et la plupart d’entre eux sont donc d’alignement Neutre Mauvais ou Chaotique Mauvais. Lorsqu’ils se donnent la peine de vénérer un dieu, ils suivent la déesse des monstres et, dans une moindre mesure, des héros-divins.

Aventuriers. Les aventuriers gobelins sont généralement curieux et enclins à explorer le monde, mais ils se font souvent tuer à cause de leurs propres méfaits et de leur stupidité, ou massacrer pour leurs actes de destruction aléatoires. Du fait de leur nature pernicieuse, il leur est presque impossible d’interagir avec les races civilisées : ils partent donc souvent à l’aventure aux frontières de la civilisation ou dans les espaces sauvages. Les individus courageux qui survivent assez longtemps chevauchent souvent des chiens gobelins ou d’autres montures exotiques et se concentrent sur l’archerie pour éviter les affrontements au contact avec les ennemis plus grands qu’eux. Les lanceurs de sorts gobelins préfèrent la magie du feu et les bombes à presque toute autre méthode pour semer le chaos.

Traits raciaux standards

  • +4 en Dextérité, -2 en Force, -2 en Charisme. Les gobelins sont rapides, mais faibles et pas vraiment agréables à fréquenter.
  • Gobelinoïde. Les gobelins sont des humanoïdes de sous-type gobelinoïde.
  • Taille P. Les gobelins sont des créatures de taille P qui reçoivent un bonus de taille de +1 à la CA, un bonus de taille de +1 à leurs jets d’attaque, un malus de -1 au BMO et au DMD, et un bonus de taille de +4 à leurs tests de Discrétion.
  • Rapidité. Les gobelins sont rapides pour des créatures de leur taille, et ils ont une vitesse de base de 9 mètres (6 c).
  • Vision dans le noir. Les gobelins voient dans le noir à 18 mètres.
  • Compétent. Bonus racial de +4 aux tests d’Équitation et de Discrétion.
  • Langues. Les gobelins commencent le jeu en parlant le gobelin. Ceux qui ont un score d’Intelligence élevé peuvent choisir d’autres langues parmi celles-ci : commun, draconique, gnoll, gnome, halfelin, nain et orque.

Traits raciaux alternatifs

Vous pouvez choisir les traits raciaux suivants au lieu des traits raciaux gobelins standard, mais consultez d’abord votre MJ.

  • Apprentissage martial. Les armes traditionnelles des gobelins sont le tranchechien et le coupecheval, spécifiquement conçus pour massacrer les ennemis qu’ils détestent le plus. Ceux qui ont ce trait racial sont formés au maniement du tranchechien et du coupecheval, et traitent toutes les armes dont l’intitulé comprend le mot « gobelin » comme des armes de guerre. Ce trait racial remplace compétent.
  • Charognard urbain. Les gobelins qui vivent aux frontières des villes humaines survivent en récupérant les déchets et en chassant les animaux égarés. Ceux qui ont ce trait racial gagnent un bonus racial de +2 à leurs tests de Perception et de Survie, et peuvent utiliser Survie pour fouiller en quête de nourriture lorsqu’ils sont en ville. Ce trait racial remplace compétent.
  • Coureur des arbres. Dans les forêts et les marais dépourvus de sentiers, il peut être difficile de trouver un terrain sec sur lequel construire. Les tribus de gobelins vivant dans ces zones ont appris à vivre au sommet des arbres. Ceux-ci gagnent un bonus racial de +4 à leurs tests d’Acrobaties et d’Escalade. Ce trait racial remplace compétent.
  • Grandes oreilles. Si les gobelins n’ont jamais eu de jolies petites oreilles, ceux-ci ont des oreilles exceptionnellement grandes pouvant percevoir même les sons les plus infimes. Ceux qui ont ce trait racial gagnent un bonus de +4 à leurs tests de Perception. Ce trait racial remplace compétent.
  • Mange-tout. Élevé sans avoir été nourri convenablement, voire pas du tout, beaucoup de gobelins ont appris à survivre en mangeant tout ce qu’ils trouvaient et peuvent digérer pratiquement n’importe quoi sans se rendre malades. Ceux qui ont ce trait racial gagnent un bonus de +4 à leurs tests de Survie lorsqu’ils fouillent en quête de nourriture, et un bonus racial de +4 à leurs jets de sauvegarde contre les effets qui rendent fiévreux ou nauséeux. Ce trait racial remplace compétent.
  • Rampant des grottes. Certains gobelins naissent et sont élevés dans des grottes et voient rarement la lumière du jour. Ceux qui ont ce trait racial gagnent une vitesse d’escalade de 3 mètres et un bonus racial de +8 à leurs tests d’Escalade associés à leur vitesse d’escalade. Ils ont une vitesse de base de 6 mètres (4 c) et perdent le trait racial rapidité.
  • Tête dure et grandes dents. Les gobelins sont connus pour leur tête toute ronde et leurs énormes mâchoires, mais certains ont une tête encore plus grosse et des dents comme des lames de rasoir. Ceux qui ont ce trait racial gagnent une attaque principale naturelle de morsure infligeant 1d4 points de dégâts. Ce trait racial remplace compétent.

Variante de gobelin

Gobelin surdimensionné. Quelques gobelins atteignent une taille dépassant de loin celle de leurs congénères. Personne ne sait vraiment pourquoi certains gobelins deviennent de véritables géants parmi les leurs. C’est probablement le résultat d’un coup de chance, de leur régime alimentaire et d’un accès constant à la nourriture. Ce sont de véritables monstres parmi les gobelins, pas seulement en hauteur mais aussi en largeur et en force brute. Si la tribu ne les chasse pas parce qu’ils dévorent toutes ses provisions, ils en prennent souvent le contrôle et les plus puissants d’entre eux deviennent chefs de plusieurs tribus. Les gobelins surdimensionnés sont de taille M et atteignent 1,20 à 1,50 m de haut. Ils sont généralement obèses et pèsent entre 110 et 140 kilos. Au lieu des modificateurs raciaux habituels aux caractéristiques, ils ont un bonus de +2 à la Force et la Dextérité et un malus de –2 au Charisme.

Bonus alternatifs de classe de prédilection

Voici les options ouvertes à tous les gobelins de la classe appropriée. Le bonus s’applique à chaque fois que le personnage le choisit, sauf indication contraire.

Alchimiste. Le gobelin gagne résistance au feu 1. Pour chaque niveau supplémentaire obtenu, la résistance au feu augmente de 1. Cette résistance au feu ne se cumule pas avec d’autres types de résistance au feu obtenus différemment.

Barde. Le gobelin ajoute 1 au total de son nombre de rounds consacrés chaque jour à sa représentation bardique.

Chevalier. Le gobelin ajoute +1 point de vie à sa monture. S’il en change ou la remplace, la nouvelle monture gagne ces points de vie supplémentaires.

Druide. Le druide rajoute +1 point de vie à son compagnon animal. Si jamais il remplace son compagnon animal, le nouveau bénéficie de ces points de vie supplémentaires.

Ensorceleur. L’ensorceleur choisit +1 sort connu dans la liste de l’ensorceleur. Il doit être inférieur d’au moins un niveau au plus haut niveau de sort qu’il peut lancer, et doit être du registre feu.

Invocateur. L’invocateur rajoute +1/4 point d’évolution à la réserve de points d’évolution de son eidolon. Ces points d’évolution supplémentaires doivent être dépensés dans des évolutions qui infligent des dégâts de feu ou protègent l’eidolon du feu (par exemple : résistance, attaques d’énergie, immunité, souffle, etc.)

Oracle. L’oracle rajoute +1 à ses tests de Concentration pour lancer des sorts du registre feu.

Pistolier. Le pistolier rajoute +1/3 à ses jets de confirmation pour les coups critiques avec une arme à feu (bonus maximum de +5). Ce bonus ne se cumule pas avec Don pour les critiques.

Rôdeur. Le rôdeur gagne un bonus de +1/2 aux dégâts qu’il inflige aux chiens (et aux créatures canines) et aux chevaux (et autres équidés).

Roublard. Le roublard rajoute un bonus de +1 aux jets de dégâts de ses attaques sournoises pendant le round de surprise ou avant que la cible n’ait agi en combat.

Sorcière. La sorcière rajoute +1 sort choisi dans la liste de la sorcière à son familier. Il doit être inférieur d’au moins un niveau au plus haut niveau de sort qu’elle peut lancer. Si jamais elle remplace son familier, le nouveau bénéficie de ces sorts supplémentaires.

Nouvelles règles raciales

Voici les options accessibles aux gobelins, d’autres races adaptées peuvent s’en servir si le MJ donne son accord.

Dons

Ces dons sont accessibles aux gobelins :

 SourceConditionsAvantages
Dompteur de feuMRGobelin, BBA +1Le personnage résiste davantage au feu
Coeur de feuMRGobelin, dompteur de feu, niveau 5Le personnage obtient une résistance au feu 5 et les effets de feu sont plus puissants
Crame ! Crame ! Crame !MRGobelin, 1 rang en sabotageLe personnage est habile avec le feu non magique
Main de feuMRGobelinLe personnage manie les torches comme des armes
Pieds emmêlésMRGobelin, esquive, souplesse du serpent, sous les jambes, taille M ou moinsLe personnage peut déséquilibrer son adversaire
Pistolier gobelinMRGobelinLe personnage manie les armes à feu de taille M

Archétypes de classes

Ces archétypes raciaux sont accessibles aux gobelins :

Équipement

Les gobelins ont accès à l’équipement suivant.


Objets magiques

Ces objets magiques sont spécifiques aux gobelins :

Sorts

Ces sorts sont réservés aux gobelins :
  • Piste de feu, (MR) (Alch 3, magus 3, Ens/Mag 3). Le lanceur laisse une piste de feu sur son passage
  • Écologie

    La société gobeline se définit par l’anarchie, la couardise et la malveillance. Les gobelins sont incapables de réfléchir à long terme et se concentrent uniquement sur l’instant présent. Ils ne peuvent pas se projeter plus de quelques jours à l’avance. À moins qu’ils ne trouvent des individus plus prospères à voler (y compris une autre tribu gobeline), ils mènent une vie de misère, à grignoter des insectes et à chasser du menu gibier pour remplir leur ventre gargouillant. Quand ils se déplacent, ils laissent derrière eux un sillage de destruction et de carnage. Ils savent s’adapter à de nombreux environnements et sont capables d’évoluer en peu de temps (le temps d’une vie humaine, ce qui correspond à quelques générations pour eux), afin d’augmenter leurs chances de survie dans un environnement donné, ce qui implique qu’ils sont à chaque fois un peu plus difficiles à combattre.

    Les gobelins n’ont aucun mal à vivre au milieu des ordures et ignorent les concepts d’hygiène personnelle et publique, on les repère donc facilement à l’odeur. Malheureusement pour les aventuriers avides de trésors, les gobelins possèdent rarement des trésors dignes de ce nom car ils qualifient ainsi une chope d’étain poli, une poignée de cailloux rouges ou même un bâton qui rend malade quand on le mâche. Même le trésor du chef (volé aux autres gobelins et caché quelque part dans l’antre de la tribu) vaut rarement plus de quelques pièces d’or.

    Les gobelins sont aussi agiles que des rats mais, curieusement, ils sont souvent victimes d’accidents. Dans une bataille, leurs attaques sont parfois aussi dangereuses pour eux et leurs alliés que pour leurs adversaires. Quand un important groupe de gobelins se retrouve sous la direction d’un puissant chef, d’un bandit à la poigne de fer ou d’un seigneur de guerre hobgobelin, ces êtres passent du statut de dangereuse vermine à celui de véritable menace, mais cela tient plus à leur nombre important qu’à leurs talents ou à leur entraînement. Les maîtres les plus rusés les utilisent pour distraire l’adversaire et semer le chaos, profitant de leurs activités pour camoufler une attaque bien plus dévastatrice qu’ils lancent d’ailleurs. Les colons et les aventuriers habitués aux gobelins savent qu’il se passe quelque chose d’anormal dès que ces petits nuisibles se montrent étrangement courageux, compétents et loyaux.

    Les gobelins grandissent vite et sont considérés comme des adultes dès leurs 5 ans. Grâce à leur taux de reproduction élevé, leur maturation rapide et leur physiologie adaptable, les gobelins prospèrent sous tous les climats ou presque. En période d’abondance, ils se multiplient encore plus rapidement qu’à l’ordinaire, générant une surpopulation et augmentation des pillages. Le rôle des parents se limite à vérifier que les petits ont à manger et ne s’éloignent pas trop. Les jeunes sont souvent attachés avec des chaînes ou des cordes ou parqués dans des cages rudimentaires tant qu’ils ne sont pas assez grands pour marcher seuls parmi le reste de la tribu. La violence entre jeunes est monnaie courante et la tribu a même tendance à l’encourager. Les divertissements consistent parfois à regarder les petits se battre, armés de couteaux, d’armes de récupération ou juste de leurs dents de lait et de leurs griffes.

    Une fois que les gobelins sont physiquement adultes, ils sont censés se nourrir seuls, ceux qui s’en montrent incapables sont condamnés à mourir de faim. Ce sont les talents de chasseur, de voleur et de bourreau des faibles qui donnent accès aux places les plus influentes dans la tribu. Toute l’espèce est illettrée (à cause d’une superstition disant que le fait d’écrire vole les mots qui sont dans la tête). Ainsi, même les gobelins qui présentent un certain talent pour la magie ou l’alchimie ont peu de chances d’explorer ces sujets. Les adeptes de ces arts difficiles sont donc à la fois admirés et redoutés. Certains gobelins sont particulièrement doués pour fabriquer des armes et des objets mécaniques servant à assassiner et détruire, mais bien peu possèdent la patience et le talent des kobolds en matière de mécanique.

    Les gobelins développent une obsession pour le feu dès leur plus jeune âge. Ils n’ont pas besoin de prétexte pour allumer un feu de joie et fêter quelque chose et leurs farces les plus courantes consistent à mettre le feu à leurs camarades ou à leurs possessions. Les rituels religieux, les fêtes, les funérailles, les festins… tout s’accompagne d’un immense feu de joie. Et quand les gobelins partent en guerre, ils emportent du feu avec eux.

    Les gobelins éprouvent une haine viscérale pour les chiens et les chevaux, un sentiment qui dépasse de loin l’animosité qu’ils éprouvent pour tout ce qui est capable de les tuer. Les chiens et les chevaux semblent percevoir cela d’instinct et attaquent les gobelins à la moindre occasion. Dès leurs premières interactions avec les gobelins, les humains ont appris à tirer parti de cette aversion mutuelle et la plupart des villages proches d’un territoire gobelin ont des chiens attachés en périphérie de la communauté pour l’avertir de leurs aboiements et attaquer si un gobelin tente de se faufiler en ville.

    Les gobelins sont de nature superstitieuse mais ils n’ont pas de religion unificatrice. Quelques chefs de tribu vénèrent un démon ou un diable mais ces créatures ne sont souvent qu’une invention en laquelle le gobelin croit. D’autres adorent une souche ressemblant à un visage, le squelette d’un animal découvert dans une grotte ou un vent gémissant. Une tribu peut abandonner ses anciens dieux et en adopter de nouveaux quand elle change de chef. Les gobelins ont peu de traditions culturelles et aucune histoire orale, en dehors des souvenirs des membres les plus âgés de la tribu, en revanche, ils adorent chanter : une bonne chanson peut se transmettre de tribu en tribu sur des milliers de kilomètres et durer des générations. La plupart des gens trouvent la musique gobeline grossière et primitive. Elle décrit souvent avec force détails une victoire, réelle ou imaginaire, de la tribu.

    L’antre d’un gobelin est généralement une simple grotte avec des nids délimités par des peaux et de l’herbe coupée. Les « villages » les plus évolués sont un ramassis navrant de taudis construits dans des ruines ou des épaves ou faits de rebuts. Les gobelins ne portent aucun intérêt à l’agriculture et leur artisanat se limite au recyclage des déchets des autres communautés qu’ils reconvertissent en armes et en armures, dont les épées grossières appelées les « tranchechiens ». Tout comme les cafards, une fois que des gobelins se sont installés en marge d’une société, il est bien difficile de les éradiquer complètement. Certaines communautés ferment délibérément les yeux quand des gobelins viennent s’approvisionner dans leurs tas d’ordures mais un village qui se montre trop tolérant retrouve bientôt ses animaux de compagnie et même ses enfants dans les marmites des gobelins.
    Le contenu officiel de ce wiki appartient à et a été utilisé avec l'autorisation de Black Book Editions.
    Pathfinder-RPG est une création de Paizo Publishing.
    Vous pouvez réemployer des extraits du texte officiel à condition de mentionner clairement des liens vers Paizo Publishing,Black Book Editions et Pathfinder-FR
    Ce site se base sur les licences Open Game License et Pathfinder Community Use Policy.